Collision avec l’ACX Crystal : le commandant du destroyer USS Fitzgerald relevé de ses fonctions

Dans la nuit du 17 juin, l’USS Fitzgerald, un destroyer appartenant à la classe Arleigh Burke engagé dans une mission de routine, fut endommagé sur son côté tribord au-dessus et sous la ligne de flottaison lors d’une collision avec le porte-containers philippin ACX Crystal à 12 milles au large de la de la péninsule d’Izu [Japon]. Bilan : 7 marins, surpris dans leur banette, périrent noyés.

Un peu plus d’un mois plus tard, un responsable du Pentagone confia à l’agence Reuters que l’équipage de l’USS Fitzgerald était « sans doute » responsable de cette collision. Pour autant, une question restait sans réponse. Comment le destroyer avait-il pu ne pas repérer l’imposant navire philippin de 222 mètres de long et jaugeant 30.000 tonnes?

Cela étant, au moment de la collision, le commandant de l’USS Fitzgerald, le capitaine de frégate Bryce Benson, n’était pas sur le pont. Pas plus que son second, le capitaine de frégate Sean Babbitt. Et pour cause : les deux officiers dormaient dans leur couchette. Tout comme le maître Brice Baldwin. Les trois hommes ont donc été suspendus de leurs fonctions pour avoir « perdu la conscience de la situation » alors qu’ils avaient la responsabilité de l’équipe de quart.

« Nous avons perdu notre confiance dans leur capacité à occuper ces postes et ils ne reviendront pas sur le navire », a précisé l’amiral Bill Moran, chef adjoint des opérations de la marine américaine.

Mais ce ne seront pas les seuls à être santionnés. Des mesures disciplinaires doivent être prochainement prises à l’égard d’une dizaine d’autres marins. « De graves erreurs ont été commises par l’équipage », a relevé le vice-amiral Joseph Aucoin, commandant de la 7e Flotte. Leurs sanctions pourraient être alourdies plus tard, en fonction du résultat des différentes enquêtes encore en cours.

Cela étant, un rapport préliminaire de l’US Navy a souligné les actions « héroïques » de marin qui ont tout fait pour sauver leurs camarades pris en piège dans le compartiment inondé du destroyer. Sans cela, le bilan aurait été beaucoup plus lourd.

36 commentaires sur “Collision avec l’ACX Crystal : le commandant du destroyer USS Fitzgerald relevé de ses fonctions”

  1. Avoir un navire de combat autant bardé d’ électronique , d’ instruments de veille et de détection tous azimuts et ne même pas repérer pour l’ éviter à temps un porte-container de la taille d’ une cathédrale …
    TSSS , ce n’ est pas sérieux …
    Depuis que Trump est à la Maison Blanche ( ou sur un golf ) , décidément rien ne va plus … 🙁

    1. Ça va encore être de sa faute !!!
      T’es sûr que ç est pas celle de macron par hasard …

      1. Maintenant que tu le dis … c’ est vrai que … à un moment , j’ avais même pensé à Shinzo Abe , le Premier Ministre du Japon … puis je me suis dit que tout-compte fait , que ce ne soit pas de sa faute , ça n’ était nippon , ni mauvais … hi hi hi hi … 😉

    2. Bonjour

      Sur les navires, comme dans les avions ou les voitures, l’élément le plus dangereux est celui qui se trouve entre le dossier du siège du pilote et le pupitre de commande. Pour les avoir côtoyé de près, les américains ne sont pas de bons marins ni de bons guerriers, ils pensent êtres les meilleurs mais cela est du au fait qu’il font beaucoup d’auto satisfaction, normal! A leurs yeux ils sont les meilleurs :-)).
      L’électronique embarqué ne commet jamais d’erreur sauf lorsque l’on ne sait pas s’en servir…. ou que l’on pense qu’elle peut tout faire et compenser les compétences humaines sans limite.

      1. Ceci étant dit, pas de triomphalisme de ma part non plus, rappelons nous pour rster humble la collision plus que stupide entre le Jules Vernes et un PR il y quelques années près de Toulon lors d’une approche pour exercice RAM de nuit.

  2. Il faut admettre que c’est une erreur sacrément grave.
    .
    Si le bâtiment n’a pas pu réagir face a un inoffensif cargo qu’en aurait il face a un hostile ? Réponse, un destroyer en moins.

  3. Un appel d’offre a était lancé pour qu’un navire de transport semi submersible transporte le destroyer sur un des chantiers construisant les Harley Burke sur la côte Atlantique ou le golfe du Mexique.

    A priori, dégâts trop important pour prit en compte sur un chantier du Pacifique, on le renvoi directement chez le fabricant.

    1. @ Frédéric

      Si ce que vous mentionnez s’avère exact, en effet, les dommages doivent êtres importants. Les USA possèdent un grand chantier naval à Tokyo, au Q.G de la 7e flotte et un autre bien plus grand à Pearl Harbor. S’ils doivent aller jusqu’à Pascagoula, aux chantier de HII, c’est que les dommages sont plus grands que l’on pense.

      1. Ce n’est pas la taille du chantier qui compte. Les compétences nécessaires ne sont pas celles qui réalisent les maintenances programmées. A l’époque lorsque un PR Français avait rencontré un aviso, le passage au bassin de PR avait aussi créé des complications. L’alignement des lignes d’arbres, la déformation globale de la coque, etc. Il faut faire pas mal de calculs pour voir comment réparer. Et souvent seul le constructeur dispose des outils de calcul et des compétences. Les systèmes d’armes doivent tous être requalifié. Tous les fournisseurs vont devoir re tester le bon fonctionnement de leur systèmes. Cela va couter pour un bateau comme celui la de l’ordre de 50 M€…

        1. Je pense que vous avez raison. Mais cela montre a quel point les bateaux modernes sont devenus complexes. En cas de bataille navale, on ne pourra plus les retaper en cale sèche en 3 jours, un navire hors de combat le restera trop longtemps pour rejoué un rôle dans une guerre conventionnelle.

        2. @ lol

          Merci de votre réponse. Par « taille » je pensais surtout aux chantiers mieux équipés et avec un plus grand domaine de compétences.
          .
          Les radars également doivent être requalifié, ils devront enlevés toutes les TRM du SPY-1 et les vérifiés une par une et peut-être faire une vérification au niveau EM et, à en jugé par la photo, ils devront certainement remplacés quelques TRM, plusieurs rangées inférieures même.

          1. Je me souviens avoir visité un Arleigh Burke à Toulon. Il y avait encore des chamailleries en ex Yougo. Avec ses 2 TAG, il peut prendre facilement des nœuds en quelques minutes, Les changements de cap facile (en cas d’urgence faire un embardé cela reste une mesure possible), les radars de veille y en a (il dispose d’un radar surface search et plusieurs nav Raytheon i et j band … Il n’y a que la vision directe sur l’arrière depuis la passerelle qui est très limitée (la première cheminée derrière le kiosk prend beaucoup de place), il faut sortir pour voir quelque chose sur l’arrière. De toute manière, si quelqu’un avait regardé l’écran de veille, il aurait tout de suite vu le gros truc qui venait sur eux. La manœuvre d’évitement était possible.
            Manifestement l’équipage n’aura aucune excuse.
            De plus ce type de destroyer est présent en grande quantité, ils ont beaucoup de personnel et des processus de formations robustes. Comme déjà écrit il y en aura au moins 5 qui vont quitter l’US NAVY.

  4. Relisez mon commentaire lors de l’évènement. Le non respect par son batiment des règles de priorité et la présence à moins d’un mile d’un batiment sans qu’il monte à la passerelle sont fautifs… Il va être démis et il va quitter l’US Navy d’ici 1 an avais je écris. C’est juste la règle, si on fait un refus de priorité et que l’on est pas a son poste, on paie cash.

  5. Avoir les 3 plus haut gradés du navire qui dorment en meme temps c’est vraiment de l’inconscience. Il devrait y en avoir au moins 1 sur le point. Ca c’est pour le coté responsabilité.
    Cela n’enlève rien non bon plus à la responsabilité des hommes sur le pont qui sont normalement formés pour naviguer et savoir lire un radar. Bref un équipage visiblement livré à eux meme par des gradés qui n’ont pas été responsable et des hommes pourtant formés visiblement incapable de naviguer seuls.
    La conséquence de ce laissé allé c’est des morts.

    1. Quelle est votre expérience dans la Marine ?
      Vous pensez que 2 hommes (Commandant et Second) peuvent se relayer en passerelle H24 ?

      Ils assument la responsabilité qui est celle de leur commandement, mais il devait y avoir des officiers dans l’équipe de quart sur le pont. Et eux non plus ne seront pas félicités.

      Les navires sont lents, mais le piège c’est leur inertie.

      1. La présence d’un navire à moins d’un mile en route de collision. Eux le commandant est prévenu et il a le devoir de monter en passerelle. Le chef de quart cela peut être un enseigne de vaisseau avec un bon quartier maitre expérimenté no problem. Mais lorsqu’il y a un navire en route de collision et lorsqu’il arrive à 1 mile, le commandant doit être réveillé. Ou alors ce pacha est un fou. L’OM, l’officier de quart, le second, le maitre principal et le pacha vont être virés. L’OM pour ne pas avoir signalé le risque, l’officier de quart pour ne pas avoir vérifier la présence d’un batiment en zone de sécurité, le maitre principal par ce que son subordonné n’était pas compétent pour le job, le second parce qu’il est responsable de la sécurité et le pacha pour tous les morts et la perte de confiance.

    2. Heu les 3 olys hauts gradés , faut pas exagérer le Maître « Petty Officer » n’est qu’un officier marinier intermédiaire.

  6. Moi je n’y connais rien en marine mais un batiment de guerre sur-équipé qui se fait percuter par un monstre des mers (donc pas un navire furtif)… tout le monde avait picolé sur le bateau ou quoi ?
    Ce n’est pas qu’un problème de gradé, c’est un problème de marins qui ne savent pas vaviguer !

  7. Les temps changent dans la NAVY ! On n’est plus à l’époque du commandant de bord Robert Mitchum dans ‘Torpilles sous l’Atlantique’.

  8. Je suis désolé mais je n’ai pas du tout compris l’article. Les 3 hommes sont jugés responsables car ils n’étaient pas en passerelle? De nuit, il n’est pas choquant que ni le commandant ni le second ne soient en passerelle, même de jour. C’est le chef de quart qui a la responsabilité du quart, par délégation du commandant. De même, le maître qui est demis de ses fonctions ne fait probablement pas partie des « têtes » de l’état-major.
    Ils sont jugés responsables certes mais absolument pas parce qu’ils n’étaient pas en passerelle. Ce n’est pas du laissé-aller. Les gâteaux de la Marine française font de même. Or situations opérationnelles particulières, le chef de quart est seul avec son équipe en passerelle et conduit le navire dans la limite de ses fonctions et responsabilités. Tout l’état-major peut dormir en même temps sans que cela ne pose de problème.

  9. Compte tenu de l’heure de l’accident, il est normal que ni le second et ni le pacha ne soient en passerelle. A l’instar de ce qui se passe sur les bâtiments français, la conduite du quart est déléguée a un officier chef de quart en situation courante. Il est en revanche anormal que ce dernier ainsi que ses équipes (veille, central opérations…) n’aient pas été en mesure d’anticiper un cas simple d’anticollision! Par ailleurs, le commandant délégue une distance minimum de passage par rapport aux autres bâtiments (généralement 1 nautique). Le chef du quart n’a la encore visiblement pas prévenu… Je pense que le pauvre cdt paie en partie l’inconsequence de jeunes officiers qui n’ont pas appliqué les rudiments de la navigation et les ordres donné.
    Pour mémoire, il n’y a pas de priorité en mer, mais une notions de privilégié.

    1. J’ignore quelle est la DMP des bâtiments américains, mais je doute qu’elle soit inférieure à la notre, paranoïa oblige.
      Et sinon, souvenez-vous de la collision du Surcouf avec le pétrolier soviétique Boucharov en 1971: 9 morts, l’escorteur coupé en deux, la moitié avant coulée. Le pacha et l’OCDQ avaient été virés, et un des deux avait même pris 6 mois (avec sursis).

    2. tout est dit, clair et précis. Nickel!
      Le commandant est responsable de tout sans en être coupable, ce sont les risques acceptés lors de la réception de la lettre de commandement! Si la majeure partie de ses hommes sont nuls dans la chaîne ops, je ne vois pas d’autres termes… c’est de sa faute et de son état-major aussi (les chefs ops et pont devraient gicler aussi). Cependant et avec le respect de ceux qui sont tombés c’est mieux ainsi car dans l’éventualité d’un engagement de niveau majeur probable en mer de chine dans un futur proche (je souhaite ardemment me tromper!) c’est tout le bateau et son équipage qui serait mort lors d’un combat de haute intensité, par manque d’entrainement et de préparation, type A. Burke (magnifique navire de guerre) ou pas!

  10. même sur un petit voilier avec le logiciel maxsea, et le radar tu peux dormir si tu as mis une veille ( 20,30.40 miles) tout ce qui accroche dans le secteur fait sonner!!

  11. Avec tous ces capteurs, il y a peut-être justement trop d’informations qui arrivent en passerelle. Le personnel ne regarde même plus dehors (vu sur nos bateaux). Le mieux est l’ennemi du bien.

      1. Non, on dit plutôt « bateau » ou à la rigueur « bâtiment ».
        « T’es sur quel bateau », « c’est un super bateau »…

    1. Il y a un écran de veille 2D dédié à la navigation en passerelle, même 2.
      Ils ont dédiés pour éviter toute erreur.
      L’officier marinier et l’officier de quart sont là pour s’assurer de la route et de la sécurité.
      L’opérateur de veille lui doit regarder son écran.
      Lorsque l’on est de quart on surveille l’environnement de surface c’est le B A BA. On est pas au PC opération.

  12. Il est évident qu’il y a des non dits dans cette décision comme
    – mettre aux commandes une personne qui n’est pas compétente (alors c’est le commandant qui a tort)
    – donner comme ordre de ne pas le réveiller même en cas de problème

    etc etc. Si tout le commandement est relevé c’est parce qu’il y a un problème structurel qui a provoqué le choc.

  13. Comme sur tous les bateaux de guerre du monde il faut un ou des responsables en cas de clash, ou d’abordage intempestif!…Ce ne sera pas le premier à « avoir son sac », en tant que tel ; car cette fois il y un peu trop de morts …Et çà,çà passe mal en temps de paix …surtout avec un barlu Civil et étranger!

  14. Encore une collision !!!!
    Dix marins sont portés disparus et cinq ont été blessés à la suite d’une collision entre un destroyer américain et un pétrolier tôt ce lundi 21 août à l’est de Singapour, a annoncé l’US Navy.

  15. Les collisions avec des navires de guerre suréquipés en matériel de détection sont paradoxales mais l’expérience prouve qu’elles se produisent encore (voir le dernier exemple avec le Mc Cain hier).
    Bien sûr le commandant et son second ne peuvent – et ne doivent – pas assurer eux-même une permanence en passerelle, mais comme c’est dit très justement en commentaire, le pacha doit s’assurer que la situation reste sous contrôle en permanence et donner des consignes en conséquence (y compris sur les conditions qui exigent son réveil et/ou son rappel en passerelle.
    De toute manière, présent en passerelle ou pas, le pacha est responsable de tout et, dans la marine américaine, un simple échouage est souvent fatal pour sa carrière. Alors pour une collision avec des morts…
    Enfin, M. Lagneau, sur la forme, est-ce qu’on ne dit pas plutôt « relevé de son commandement » plutôt que « relevé de ses fonctions »?

  16. Les procédures de quart vont être passées en revue dans l’US Navy,car cette nuit un 2eme destroyer est entré en collision avec un pétrolier ,des victimes sont à déplorer.

Les commentaires sont fermés.