L’US Army confirme son intention d’utiliser de la soie d’araignée pour la protection de ses soldats

La soie d’araignée présente des propriétés étonnantes : elle peut supporter une masse de plus de 45 tonnes par cm², tout en étant à la fois extrêmement légère et flexible. En outre, elle est cinq fois plus résistante que l’acier et trois fois plus que le Kevlar, utilisé pour les gilets pare-balles. De quoi intéresser les militaires…

Seulement, il y a problème de taille : comment produire assez de soie d’araignée en quantité industrielle pour s’en servir ensuite pour fabriquer des équipements de protection? Entretenir un élevage d’araignées n’est pas une solution : le rendement serait faible et ces bestioles se dévorent entre-elles.

Aux États-Unis, la société Kraig Biocraft Laboratories Inc a développé une solution assez prometteuse pour que les militaires américains s’y intéressent. L’an passé, l’US Amry lui a attribué un contrat d’un million de dollars pour concevoir, produire et fournir des matériaux en soie d’araignée « adaptés aux besoins de protection » de ses soldats. Et, le 2 août, 900.000 dollars supplémentaires ont été ajoutés à cette somme, afin de permettre la poursuite de la recherche dans ce domaine et passer à une étape supérieure.

« Lorsque j’ai fondé cette société, c’était avec le rêve qu’un jour nous travaillions avec l’armée américaine pour produire des matériaux ultra-performants pour nos combattants », a déclaré Kim K. Thomson, la Pdg de Kraig Biocraft Laboratories Inc.

« Nous sommes extrêmement heureux de poursuivre notre travail avec l’armée américaine pour fournir des matériaux révolutionnaires pour soutenir les combattants », s’est réjoui Jon Rice, un cadre de cette entreprise. « Dans le cadre de cette nouvelle phase, nous travaillerons en étroite collaboration » avec l’US Army, a-t-il ajouté. « Les utilisations potentielles de la soie d’araignée sont presque illimitées, mais l’un des plus grands honneurs est de pouvoir appliquer notre technologie pour servir ceux qui se consacrent à nous servir et à nous protéger tous », a-t-il fait valoir.

Pour disposer de soie d’araignée en quantité suffisante pour son produit « Dragon Silk », Kraig Biocraft Laboratories utilise des vers à soie génétiquement modifiés avec de l’ADN d’araignée. Mais cette approche n’est pas la seule. En effet, l’Université des sciences agricoles d’Uppsala (Suède) a adopté une autre approche.

Pour tisser sa toile, une araignée sécrète une solution protéique envoyé dans un canal étroit où l’acidité (ph) et la pression augmentent, ce qui provoque la liaison des protéines et donc la production de soie. Les chercheurs suédois ont donc eu l’idée de concevoir une « protéïne de soie » artificielle pouvant être produite en grande quantité.

Quoi qu’il en soit, pour l’US Army, la soie d’araignée pourrait d’abord servir à fabriquer des… sous-vêtements. En effet, de nombreux soldats blessés par des engins explosifs improvisés en Afghanistan et en Irak (1.378 entre 2001 et 2013) ont été touchés aux parties génitales. Aussi, le « Dragon Silk » permettrait de prévenir ce genre de blessures.

48 commentaires sur “L’US Army confirme son intention d’utiliser de la soie d’araignée pour la protection de ses soldats”

      1. Ça doit être ça , oui …
        C’ est comme pour les vertèbres , je me coince parfois dans mes neuf ans et demi pourtant révolus depuis un petit moment …

  1. Il apparaît que nous ayons encore beaucoup à apprendre de Dame Nature. Avec l’élevage de vers à soie avant la transformation par des procédés modernes c’est comme si nous revenions « quelques années » en arrière. Paradoxalement comment se fait-il que nous détruisions à grande vitesse notre planète au lieu de mieux la protéger. Quoiqu’il en soit belle avancée technologique.

    1. Parce que l’entretien d’un milliard de citadin « hypé » à un coût énorme.
      .
      Toujours produire plus en quantité au delà de la demande dans des formats toujours plus nombreux (regardez le nombre de téléphone, ordinateur différent et je ne parle pas des multigénérations).
      .
      De même que les vikings savaient faire un acier que nous n’arrivons pas a reproduire nous retrouverons toujours dans notre passé des éléments d’avenir.

        1. En dehors des documentaires peu fiable, non.
          .
          Mais si vous voulez un autre exemple on peut parler de la fonderie de canon du 18e, dont j’ai perdu le nom mais il me semble qu’il s’agit de canon français qu’on ne sait plus reproduire tant le secret de la « coulé » est difficile a maîtriser.
          .
          Mais des exemples du genre il y en a d’autres qui au final nous font nous rendre compte que les inventions sont souvent des redécouvertes.

          1. Pour les canons de bronze français du 18 ieme siecle, il faudrait demander aux archéologues et aux fondeurs de cloches pour savoir s’ils sont capable de les refaire. Mais c’est vrai que cette technologie était en avance par rapport au reste de l’Europe mais qui n’a pas été réellement efficace du moins au niveau navale, car en face il y avait les caronades anglais qui ont fait très mal à Trafalgar.

        2. Demandons à Richard Ferrer s’il sait reproduire des épées « Ulfberht »:
          Pour leurs épées, les Viking faisaient venir de l’acier d’Afghanistan !
          http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-leurs-epees-viking-faisaient-venir-acier-afghanistan-17863/

          Le mystère de l’épée Viking: une technologie futuriste en l’an 800
          http://www.epochtimes.fr/archive/front/14/2/24/n3509414/le-mystere-de-lepee-viking-une-technologie-futuriste-en-lan-.html

  2. Cela fait un moment que j’entends parlé du fil d’araignée qui sera plus résistant que le Kevlar, je suis content de voir que l’on passe à un stade d’industrialisation.
    sinon, n’y a-t-il pas moyen de produit de fil de façon synthétique ?

    1. Aucun synthétique n’a réussi a atteindre le niveau de résilience des fils d’araigné.
      .
      D’autant qu’il y a plusieurs type de fil (élastique, dur, collant…)

        1. De même que tous les éléments de levage tant l’acier fait peine à voir face a la soie d’araignée !

  3. Même le lait de chèvres mutantes… leur gènes intégrerait le genôme d’araignées mais à lire cet article, on peut imaginer un cul de sac technique ou que ue rendement Dr fait attendre. ..

      1. Cet un article de 2005, et toujours pas de vrai recette. Mais c’est peut-être encore secret, car les brevets n’empêchent pas le pillage industriel, sitôt connu sitôt copié dans des manufactures chinoises fantômes. Le marché du faux est un marché parallèle gigantesque et très développé techniquement, et les formules des nouveaux matériaux sont particulièrement épiés.

  4. On constate bien que l’investissement est minime( quelques millions) pour une grande avancée en matière militaire et pas que, car on pense aux retombées civiles.
    Il faut penser comme cela plus souvent au lieu de concentrer l’argent dans les grand programmes.
    Quand le gouvernement aide les entreprises de haute technologie, en listant, on remarque la même erreur, quelques mastodontes chopent presque tout.
    Entre financer des commerciaux et des ingénieurs qui ne demandent qu’à bosser, je fais mon choix.

  5. Ca fait juste vingt cinq ou trente ans que cette info est disponible dans les revues de vulgarisation scientifique, comme étant industrialisable de suite !
    « faire un acier que nous n’arrivons pas a reproduire » : légende urbaine !

    1. Alors là, j’aimerais voir, car je suis de nombreuses news scientifique et ils sont encore en attente du secret de l’industrialisation…
      .
      Vous devez sans doute mieux maîtriser le sujet que les centaines de labo a travers le monde ?

      1. @ Orion : « Vous devez sans doute mieux maîtriser le sujet que les centaines de labo a travers le monde ? » Je laisserai les intervenants juger la pertinence de votre réflexion..
        .accessoirement, pour la même raison , je ne perdrai guère de temps à fouiller mes archives et vous renverrai simplement vers wiki : « La soie d’araignée
        La soie d’araignée est plus de 10 fois plus résistante que l’acier et 3 fois plus que le Kevlar. Différents essais de domestication des araignées échouèrent. Si les vers à soie sont depuis longtemps domestiqués par l’homme, les araignées ont la fâcheuse tendance à s’entredévorer lorsqu’elles sont retirées de leur territoire. Un essai important fut tenté dans les années 1960 par l’armée américaine, qui tentait de trouver un nouveau moyen de protéger ses troupes lors de la guerre du Viêt Nam. Bien que l’expérience fut un échec, elle permit quand même d’identifier la Nephila clavipes, qui produit 7 types de soie, dont une ultra-résistante…etc l’article est plus complet….donc 1960 …avec mes trente ans j’étais encore loin du compte…

        1. Elle est où votre industrialisation immédiatement disponible ?
          .
          A force de dire n’importe quoi vous ne savez même plus où vous en êtes.

        2. Si on va par là, on peut maintenant faire des porte avion en nanofibre de carbone étant donné qu’on a pu « imprimer » quelques millimètre en labo pour des essais.

          1. @ @Orion : « Elle est où votre industrialisation immédiatement disponible ? =/= « comme étant industrialisable de suite ! »
            Commencez donc par apprendre à lire !

  6. Mon père évoquait souvent l’image du « caleçon anti-chars ». On s’en approche.

    1. Il y a eu aussi les caleçons en zinc, indispensables pour les descentes en rappel. À percevoir par les bleus, avant de partir en stage commando.

  7. Le futur F35 de la protection balistique ? 😀
    Troll à part, je ne pense pas que cette technologie sera opérationnelle avant au moins 6 voir dix ans, si bien sûr on arrive à la produire suffisamment en masse pour en faire une protection potable.

  8. Des slips de soldats en soie d’araignée pour protéger les bijoux de famille ! En voilà une belle invention.

  9. Rien de nouveau en somme ! … Israël a déjà créé il y quelques années un GPB en fil d’araignée pas plus épais qu’un tee-shirt ! Et l’université suédoise des sciences agricoles à Uppsala a aussi conçu une protéine de soie à partir de plusieurs espèces d’araignées qui peut être produite en grande quantité…
    Idem en Allemagne, où le département biotechnologie de l’université technique de Munich, a étudié la même chose en 2005…
    Les applications sont multiples : GPB, combinaisons spatiales, protection contre les explosions, médical … Par exemple en France, l’Institut de physique de Rennes (CNRS), apprécie le fil de la Nephila Clavipes pour ses caractéristiques structurales. D’un diamètre de 5 microns, lisse sur toute sa longueur, neutre médicalement et plus robuste que le verre, la soie, qui transporte si bien la lumière, pourrait un jour remplacer la fibre optique des fibroscopes et endoscopes !

  10. « Péter dans la soie » ne serait donc peut-être plus un jour réservé à une élite ? Les valeurs se perdent …
    Cela inciterait aussi à la féminisation des armées par économie sur les effets militaires : les soldates pouvant faire l’économie du slip protège-couilles, puisque – je l’ai lu dans une revue scientifique et confirmé sur Wikipedia – que ces bienheureuses en seraient dépourvues.

  11. @Typhoon
    L’espèce humaine se transforme progressivement, tout comme un individu passe d’une étape à une autre (…) Mais pas tous.
    .
    D’un point de vue technique, il nous reste du travail; nous commencons simplement à créer et utiliser des matériaux qui ne soient pas massifs. Pendant longtemps par ex., la construction des bâtiment reposait sur des éléments massifs (la pierre), utilisé en pression uniquement, puis en traction (l’acier). Aujourd’hui nous commencons à aborder des structures qui, comme les os ou les plantes, ont une géométrie variable en fonction des besoins. Du compliqué, nous passons au complexe.
    .
    Prenons la tige creuse d’un pissenlit. Elle consiste en une multitude de fibres liées en forme d’hélix, ce qui lui permet de mieux résister aux diverses rotations dues au vent, ou au fait que la plante se tourne pour capter un maximum de lumière. La plante « économise » énormément de matière en ne produisant que ce dont elle a besoin. Elle est égoïste, comme chacun d’entre nous – d’ailleurs, les pissenlits qui poussent en plein soleil, sont tout petits, alors que ceux qui poussent à l’ombre deviennent beaucoup plus grand pour atteindre la lumière.
    .
    Mais il ne s’agit pas de « yaka »; tous ces concepts prennent du temps à développer. Il faut des gens qui y croient, d’autres qui y investissent, du temps, et des concurrents qui ne sabotent pas les efforts en cours.

  12. Il n’y a plus qu’à modifier l’humain pour qu’il produise lui même le fil en question…d’ailleurs c’est pas les Britanniques qui ont l’autorisation pour fabriquer des « chimères » (mélange homme animal) ? ya plus qu’à…

  13. Une question me vient, si un gars se prend un éclat dans les joyeuses, son calbute en soie va empêcher l’éclat de pénétrer, mais il les perdra quand même non???

    1. Peut-être que cela pourrait en sauver l’une des deux. En tout cas, le choc resterait intense même sans perforation.

    2. @Carin
      .

      Mais non , vous n’ y êtes pas ; comme le mec qui fait ce métier , de base , a des couilles très solides , l’ éclat prendra peur face à tant de virilité encouragée par la texture surprenante du sous-vêtement en soie d’ arachnide qui rajoutera à sa peur naturelle et rebondira mollement sans faire de dégâts … 😉

  14. Évidemment, chacun est fort soucieux de la conservation de son « lot de bord ».
    Mais c’est réduire au « service trois pièces » les blessures au fondement.
    Hors, qu’un toubib me reprenne s’il y a lieu, au point de vue « santé » ces blessures tapent en plein dans la zone excrétoire et sont le plus souvent « tellurique ».
    Le piège ou la mine était sous terre. Cette terre est projetée avec les « miasmes » qu’elle contient et pénètre dans les chairs du coté des artères fémorales, du pipi et du popo… qui devront bien sortir…
    Bref, c’est pas giron à soigner!
    .
    Les toiles d’araignées étaient utilisées en cataplasme pour leurs vertus antiseptiques.
    Celles ci ne sont pas évoquées dans l’article, elle ne figurent probablement pas dans les objectifs.
    Il serait curieux qu’on redécouvre cette vertu au passage.
    Avec la perte d’efficacité des antibiotiques ce ne serait pas une mauvaise nouvelle.
    .
    Reste à savoir par quel sorte de dispositif complémentaire il est envisagé de disperser l’énergie des projectiles.
    Quand bien même ils seraient arrêtés par les fils d’araignée, s’ils transmettent toute leur énergie aux viandes situées derrière, le tableau sera toujours pas gracieux même s’il est moins « septique ».

    1. … Trump va regretter d’avoir interdit les Transgenres dans l’Armée américaine.

      1. Je fais parti de ces gens qui étaient favorable à Indisponibilité de l’état des personnes (et donc contre les « libertés publiques » : foulard, voile, changement de sexe, GPA, et PMA hors mariage normal) : 80% des transexuels se suicident dans les 5 ans… Beau progrès!
        Vous voudriez que les armées soient le lieux ou des gens avec de graves problème psy viennent se faire « modifier sexuellement » aux frais de la défense???
        Une grand tante était infirmière en Indochine, vous croyez qu’on peut se remettre d’avoir « sauver un gars » qui n’a plus rien en dessous d’un reste de bassin?
        Les sacs à merde et les drains à pisse vous amusent?!?
        Dommage que vous n’ayez pas l’occasion d’apprendre de quoi vous parler!
        Croyez vous qu’un fondement féminin serait moins gravement mutilé???
        Renseignez vous sur le médecin qui « répare » les femmes « violées » à la machette en Afrique vous aurez une petite idée du sujet!
        Désolé de vous rabrouer à notre premier échange mais je vous trouve pas drôle et même très con sur ce coup là!
        Lisez donc j’étais médecin à Dien Bien Phu de Grauwin : cela vous déniaisera!

        1. Je vois clairement deux raisons à l’ interdiction des transgenres :
          .
          1) ce ne sont pas les êtres-humains les plus stables et équilibrés psychologiquement qui soient …
          Cet aspect-là , dans une armée , ça compte …
          .
          2) il faut qu’ ils aient toujours à disposition leurs doses d’ hormones …
          Et cela poserait pas mal de problèmes supplémentaires surtout si c’ est à l’ armée qu’ il revient de leur en procurer …

Les commentaires sont fermés.