L’AT-802L Longsword, invité surprise du programme d’avion d’attaque léger de l’US Air Force

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

84 contributions

  1. Fred dit :

    Pas tout à fait dans le sujet, mais bon, pas totalement en dehors.
    Selon cette vidéo, la France utilise des « Air tractors » comme bombardier d’eau :
    https://www.youtube.com/watch?v=UEZX5cBmWWA
    D’autre part, étrange image pour moi, où l’on voit un « Air tractor » en action en France, mais surtout étrange par ses biplans utilisés de la même manière : quels sont ces biplans ???
    https://www.youtube.com/watch?v=HaiC02rHFUM
    .
    Y a-t’il un pompier dans le blog ?

  2. Jak0Spades dit :

    « Cela fait maintenant presque dix ans que l’US Air Force et l’US Navy souhaitent se doter d’avions d’attaque légers pour des missions d’appui feu dans un environnement « permissif », comme en Afghanistan et en Irak.  » – En même temps il aura fallu à la France aussi, 10 ans , pour enfin monter des M134D sur nos Gazelles… Juste parce que le programme est simple , cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas prendre un peut de retard ! Taquinage à part , le programme OA-X est plein de bon sense et les quartes candidats aux evaluations offrent tous des performances inintéressantes. Dommage que la France ne suive pas. Les « fast jets » ne sont pas toujours les mieux adaptés à la guerre asymétrique. N’en déplaise à Dassault…

    • Jak0Spades dit :

      Edit : « quatre candidats aux evaluations offrent tous des performances intéressantes »

  3. Bricoleur dit :

    Ce genre d’avion nous serait bien utile au Sahel. Si quelqu’un connaît la position de l’EMA sur la question, merci d’avance pour l’info.

    • Cellar dit :

      L’EMA a comme pour les drones 20 ans de retard sur un tel programme.
      Ce n’est pas faute d’introduire l’idée!!Mais bon, si on préfère tirer des pick ups avec de l’armement modulaire laser ou gps qui coute TRES cher depuis une plateforme

  4. Ryner dit :

    Cette aéronef sur une base AT802 Air tractor, est proposé par deux sociétés concurentes: L3 avec son longsword et Iomax avec l’Archangel (ici http://www.iomax.net/archangel/archangel-strike-platform/). La différence entre les deux se situe surtout au niveau de l’avionique et des points d’emport sous voilure. le Longsword a plus de points d’emport, mais le positionnement de la boule optronique entre les trains créé probablement un masque pour l’opérateur chargé de la diriger. A contrario, sur l’Archangel (voir le lien), ils ont préféré une boule optronique en pod, permettant d’abaisser le tout entre les trains pour une meilleure visibilité. Je conseille d’aller faire un tour sur le site Iomax, surtout sur la configuration cabine,…de quoi faire pâlir d’envie (au moins pour l’optronique) un NOSA de 2000D.

  5. Ryner dit :

    Finalement, je lui trouve un intérêt à cet engin du fait de son autonomie (10 heures mais en version ISR), l’escorte de raid héliporté. Son train classique augmente la garde au sol de l’hélice par rapport à ses concurrents, lui autorisant de facto les terrains sommaires (en sable ou latérite), là ou les deux autres, quoi qu’en disent les constructeurs auront des problèmes plus important du fait de cette garde au sol plus faible. Je me pose tout de même des questions sur le « mariage » entre la boule optronique MX15 et les particules en provenance du sol. La configuration en pod plus basse pour l’Archangel de Iomax est dans ce cas plus pénalisante malgré l’intérêt d’une meilleure visibilité. Pour le reste, en motorisation ça reste de la PT6, donc du solide.

  6. Myshl dit :

    On prend un Pilatus (Suisse), et on en fait un killer. Evidement on le dote à l’ALAT, pas à l’AA sur-sophistiquée qui ne tire que des trucs chers. Et puis on met dedans les Pilatus air-sol des pilotes de combat, des vrais pilotes donc, pas des décolleurs suceurs de nounous et tireurs de loin, rentrés pour l’heure d’ouverture de la cantine.

    C’est toute une philosophie de la guerre aérienne air-sol qu’il faut changer.

    Y’a comme une révolution, qui certes ressemble à un retour en arrière dans le temps, mais ne dit-on pas « Retour vers le futur »?

    Ce qui m’ennuie au plus haut point, c’est que les US pensent et réalisent ce « Retour vers le futur », pendant qu’on attend ici bêtement, et alors que nous aurions pu prendre les devants.

    Mais bon, si les maîtres font, on fera pareil. Mais quand?

    • jyb dit :

      @myshl
      l’idée que l’alat, les mettent en œuvre me plait bien.

    • Nerevar dit :

      L’AA elle t’emm……

      non mais sérieux c’est quoi ces clichés à deux balles, si on va par là, tu as tords car on va pas filer des joujoux même pas chers mais évoluant dans la 3d à des gens qui ne savent pas lire un ATO et encore moins comprendre le concept de Airpower… trop risqué pour les « trucs chers sur lesquels on tire… » déjà qu’un drone tactique je trouve ça limite trop pour des gens qui savent à peine lire ….

      Voilà où ca même les clichés idiots. je ne pense que 25% de je que j’ai écrit…. 😉

    • jp_perfect dit :

      Étant Suisse, je peux vous assurer que le Super-Tucano fera le travail bien mieux qu’un Pilatus, et pour un prix d’acquisition moindre, pour la simple et bon raison que le premier a été conçu pour le CAS (notamment au niveau blindage), alors que le second non.

      De plus, dans mon pays, les lois à l’exportation sont assez restrictives. Si Pilatus peut exporter ses avions, c’est bien parce que l’avionneur s’assure que son produit ne puisse pas être utilisé comme plateforme de tir. En effet, nos avions d’entrainement sont considérés non pas comme du matériel de guerre, mais comme des « biens à double usage », comme les bulldozer peuvent l’être par exemple. Pour rester dans cette catégorie, et ainsi garder une certaine marge de liberté sur ses exportations, Pilatus a dû fournir des garanties, pour éviter que n’éclate un nouveau « scandale Pilatus ». Les PC-7 et PC-9 qui seraient « customisés » ne sont ainsi plus entretenus ni mis à jour par l’avionneur de Stans, tandis que le PC-21 a la particularité d’avoir un système de simulation intégré au système de navigation. Enlever le simulateur pour le remplacer par un système de conduite de tir réel, c’est flinguer tout le système, et donc devoir payer des ingénieurs pour reprogrammer le tout, alors que l’avion n’est déjà pas donné, pour un monoturbopropulseur.

      La plupart des pays d’Afrique ne s’y trompent d’ailleurs pas et ne font plus de la bricole avec nos avions d’entrainement, mais achètent directement des avions de soutien aérien léger à Embraer.

      • tschok dit :

        Très intéressant, merci.

      • Myshl dit :

        Merci beaucoup de vos infos. Si j’ai cité Pilatus, c’est par grande estime pour cette maison. Vos lois limitent trop le potentiel de vos avions. Vous êtes entrain d’acheter des trucs très chers pour votre sécurité, laquelle est assurée/partagée vu qu’au cœur de l’Europe, alors que vous avez chez vous les moyens d’interdire toute agression à condition de penser suisse. Armez les Pilatus. Pour vous d’abord, puis si besoin pour l’export.

        • jp_perfect dit :

          Nos besoins primaires sont à ce jour majoritairement composé de police du ciel. Le PC-21 ayant une vitesse maximale d’environ 700km/h, alors que les avions de ligne dépassent facilement les 800km/h en vitesse de croisière, les possibilités sont rapidement restreintes.

          • Myshl dit :

            La police du ciel de la Suisse est assurée, par accords et par nécessité, par les pays riverains de la Confédération.

        • Fred dit :

          @ Myshl
          Ben voyons ! Une défense aérienne à base de Pilatus … T’es con à tuer, toi.

    • sgt moralés dit :

      je résume:avion rustique,pilote rustique donc ALAT.Sans vouloir ouvrir une guerre fratricide et inutile ,j’adhère ;mais un troisieme point trés important:un mécano rustique.

    • Oncle Ben dit :

      La question qu’il faut se poser est: « que pourrait nous apporter cet appareil que les hélicoptères de combat ne sachent pour l’instant nous apporter? » Sans doute un peu d’autonomie en vol et probablement des économies à l’heure de vol, bien que je ne dispose d’aucun chiffre à ce sujet. Pour ce qui est de la capacité d’emport en GBU, cela ne s’impose qu’en cas de situation un peu plus sérieuse et dans ce cas, les chasseurs seront à même d’être sur zone suffisamment rapidement. A moins que les pilotes ne soient au mess comme vous le suggèrez bien injustement (vous seriez par ailleurs sans doute plus inspiré de vous intéresser au quotidien de ces équipages au lieu d’énoncer de telles sottises). Pour ce qui est du coût des armements, je ne suis pas certain qu’une GBU12 tirée par l’armée de l’air soit plus coûteuse et sophistiquée qu’un hellfire tiré depuis un tigre. Et pour être tout à fait franc, je ne vois pas bien l’intérêt de ce débat, les armées ayant déjà bien assez à faire avec Bercy, pour ne pas se tirer entre elles dans les pattes.

      • Myshl dit :

        Calculez en coût de possession. Puis rapportez ça à l’heure de vol. Les hélicoptères de combat, sauf les Gazelle qu’on finit en Afrique, sont très chers. Comme les Rafale, les Tigre décollent et vont là où il y a problème, jamais en prévision ou en prévention d’un problème, ça serait trop cher.

        Vu les surfaces que la France veut gérer, il faut du matos en l’air, et pas seulement prêt à décoller. Donc des avions, ou des drones, ou des Atlantique III, immédiatement dispos sur zone.

        NOS Soldats au sol ne doivent jamais rester seuls.

    • Nihilo dit :

      Myshl c’est pertinent que vous dédiiez ce genre d’avions à l’ALAT dans le cas français (mais c’est vache de critiquer les pilotes de l’Armée de l’Air et de la Marine Nationale).

      Ce genre de débats tel que celui du blindé roues ou chenilles m’intéressent beaucoup (bien que je n’aie aucun pied dans le domaine militaire 🙂 ).

      Il y a quelques temps encore je « défendais » votre vision qui était intéressante économiquement. Mais quand j’exposais cette vision, il m’était répondu que ce genre d’avions avaient in fine que peu d’applications car il faut de nos jours de bons moyens de protection (flares, etc.) pour parer les missiles sol-air portables très répandus, de bons systèmes de visée pour rester à l’écart des canons anti-aériens eux aussi très répandus, voire même d’excellents systèmes de navigation et communication pour s’insérer dans des environnements aériens qui peuvent être très encombrés (exemple : Syrie).

      C’est tout l’intérêt des Tigre et NH90 français … que vous critiquerez probablement à raison pour leurs coûts et fragilités divers. Peut-être même direz-vous : et les Gazelle alors ? Ne sont-elles pas au combat en ce moment ? Certes oui mais peut-être que l’ALAT aimerait des appareils moins vulnérables …

      • Ryner dit :

        Pour l’AT802, des lances-leurres, ça s’installe. Le systèmes de visée est basé sur une « tête haute » alimentée en symboles par un calculateur. La boule MX 15 permet la détection IR et la désignation laser et comme l’avion est compatible Rover, le flux vidéo est récupérable par les troupes au sol. Le système de nav: double récepteur GPS, VOR et TACAN en plus si besoin. La communication: classique VHF, UHF et le tout crypté si il le faut. Rien d’original quoi !

      • Myshl dit :

        Plus les vecteurs sont chers, avions comme hélicos, chars, moins on les engage. Mais le matos mili a été acheté par le contribuable pour faire la guerre.

        Mais donc plus le matos payé par le contribuable est cher, moins il fait la guerre?

        Conclusion: La révolution. Que le contribuable achète du matos pour faire la guerre, pas pour faire semblant, pas pour faire vitrine. Pour faire la guerre avec nos soldats, et qu’on arrête d’utiliser les armées, d’exploiter nos Soldats sur le terrain, pour vendre du matos à l’export.

  7. sentinelle dit :

    l’ENI n’étant pas bête quelques manpad et hop fini les avions d’appui à hélice même au canon ça peut le faitre

    • Ryner dit :

      Les « manpad » ne se trouvent pas facilement. Les sam7 libyens avaient leurs batteries périmées (10 ans soit disant), les stinger américains ne sont plus en circulation et les quelques exemplaires ayant servi en asie centrale aux mains « des combattants de dieu » contre les soviétiques sont hors d’âge. Les chinois ne sont pas assez cons pour livrer leur copie du sam7….reste le Venezuela parait-il. Après, ces armes ne sont dangereuses que jusqu’à 12000/15000 pieds et la motorisation avec un turbopropulseur n’y change rien…voir même diminuerait l’accrochage de l’autodirecteur par rapport à un chasseur à turboréacteur sachant que sur une PT6, la température en sortie de tuyère est de 550°C environ. Donc la problématique de ces aéronefs est la même que pour les hélicoptères, voler très bas en épousant le relief ou voler au-dessus de la bulle d’efficacité de ces armes. Ensuite, cette altitude moyenne pour l’emploi des armes n’est pas un problème puisque, que se soit, les hellfire, les roquettes guidées laser ou les GBU, elles se tirent toutes dans ce domaine de vol. Seul l’emploi des pods 12,7mm poserait un souci.

      • sentinelle dit :

        A condition de ne pas se mettre à dos les méchants russes ou les chinois !

      • tschok dit :

        Le P&W PT6A est un turbopropulseur à chambres de combustion à flux inversé = les tuyères d’éjection sont à l’avant, près de l’hélice, dont le tourbillon doit contribuer à disperser les gaz chauds sur les flancs de l’appareil, au-dessus de l’aile, qui fait masque.
        .
        Cette configuration laisse augurer une signature IR réduite.

  8. Simax dit :

    On dirait un descendant de l’IL-10.

  9. Bad Man dit :

    J’ai toujours pensé que le Republic Thunderbolt de la fin de la 2eme guerre mondiale aurait pu faire des miracles en attaque au sol sur tous les théâtres d’opération. On l’aurait équipé d’un moteur plus moderne et c’était bon !

    • cerealkiller dit :

      en effet, et avec ses 3000 km de rayon d’action, meme l’argument de l’autonomie limitée ne tient plus vraiment.

  10. Raymond75 dit :

    Je ne suis pas compétent techniquement, mais cela semble être une bonne idée pour les ‘guerres asymétriques’ contre des forces dépourvues à peu près totalement de défense aérienne, surtout si le cockpit dispose d’un blindage. Pourquoi utiliser un ‘avion de supériorité aérienne’ contre des pickups ou des fortins ? Le Fairchild A-10 Thunderbolt II était lui parfaitement adapté contre des forces blindées.

  11. Auguste dit :

    Un Socata ça pourrait supporter quel poids?

    • Ryner dit :

      Socata n’existe plus…racheté par le groupe allemand DAHER. Et le seul avion au catalogue dorénavant est le TBM900 et 930. Ils avaient bien tenté d’en faire un avion ISR, mais avec 4 heures d’autonomie ça ne sert à rien.

      • Auguste dit :

        Daher Allemand?.Les Marseillais vont être contents.
        Je vois sur Wiki qu’il peut faire plus de 3000 km.C’est la charge qu’il peut porter qui me défrise un peu.Dommage,il a de la gueule.

      • Bruno dit :

        Daher un groupe allemand?
        Vous êtes sûr?

        • Ryner dit :

          Non…mea culpa..que les marseillais me pardonnent 😉
          Mise à jour personnelle effectuée.

  12. Nico St-Jean dit :

    Il s’agit d’un débat qui date depuis très longtemps. Avant c’était, pour l’Irak, un A-10 à 11,000 $ l’heure de vol, ou un F-15E à 35,000 $ l’heure de vol pouvant accomplir la même mission ?
    .
    En tout cas, pour moi le seul appareil capable d’emporter proche du A-10, avec assez de puissance, de vitesse, avec une traînée « correcte » c’est le Scorpion de Textron, à voir, surtout que l’appareil choisi sera fortement modifié selon les besoins de l’USAF.

  13. Yann dit :

    Les américains recherchent un avion d’attaque au sol rustique et ayant fait ses preuves. La solution est russe : Iliouchine Il-2

    • spad dit :

      @yann

      Pourquoi un IL-2 quand on a le skyraider beaucoup plus capable.

      • yann dit :

        C’est vrai que le Skyraider était également utilisé par l’armée de l’air française.

  14. Niko dit :

    Et le Bronco, pas de revival?

    • Alpha dit :

      @Niko
      Deux Bronco ont été employés contre DAESH en Irak, en 2015, en soutien des Forces Spéciales… Ils ont été utilisés pendant près de 80 jours avec un taux de disponibilité de … 99 % !!! Le but était également de valider l’emploi de turbo-prop dans ce type de conflit, pour un coût beaucoup moindre.

    • Lagaffe dit :

      Le Bronco est un excellent appareil mais il n’est plus produit. Un Bronco NG nécessiterait des investissements, de la recherche et du temps… alors que :
      « l’US Air Force veut d’abord voir si des appareils existants déjà sur le marché ne peuvent pas convenir à ses besoins. « Je ne suis pas intéressé par quelque chose qui nécessiterait beaucoup de recherche et de développement. Je suis à la recherche de quelque chose que je peux obtenir maintenant, à faible coût, qui peut fonctionner dans un environnement incontesté et nous fournir les capacités dont nous avons besoin », avait expliqué le général Goldfein, en mars dernier. »
      = le Bronco NG est exclu d’office.

  15. basstemp dit :

    Oui de principe pourquoi pas ne pas déployer cela en Astan ou en Irak : Ok mais …

    A condition uniquement que la leçon de Mossoul et ses milliards de $ de matos empapaouté par daech sur une simple défection des troupes irakiennes apeurées soit retenue pour que plus jamais on offre du matos comme ça …

  16. Matt dit :

    Et sinon, une reprise de la production du A-10 « Thunderbolt II », modernisé pour faire bonne mesure, ça donnerait quoi ?
    C’est un avion qui est parfaitement adapté au CAS/COIN, plus rapide et pouvant emporter plus de charge qu’un avion léger à turbopropulseur, et qui plus est ravitaillable en vol !

    • Nico St-Jean dit :

      Trop coûteux, et croyez-moi, ils y ont pensés de toutes les façons possibles.

  17. Enzo dit :

    Et un Pucara ? Sinon pourquoi pas un avion de transport armé, style gunship. Autonomie et rayon d’action énormes, sans parler de la capacité d’emport, et l’auto pro intégrée. Quand au débat sur l’AT vs l’AA : je comprends pas bien cette manie de vouloir toujours faire le boulot des autres, tout en dénigrant de manière deplorable ses frères d’armes. Je vois mal comment on peut prétendre défendre la France quant on est déjà en guerre contre ses propres armées, sous prétexte qu’il ne s’agit pas de son armée et que bien sur on se croit meilleur que les autres !

    • Myshl dit :

      Comprenez que dans l’AA les pilotes sont des décolleurs-atterrisseurs en vol vers leur déroulement de carrière, et qui doivent impérativement ramener au sol leurs joujoux très chers. Alors que dans l’ALAT les pilotes décollent pour faire le boulot.

  18. wizard51 dit :

    Utiliser ce type d’avion à partir d’une plateforme comme un BPC Mistral, serait-ce une utopie ou quelque-chose de simple a mettre en place?

  19. Edouard dit :

    J’ai toujours été effaré de voir un Rafale ou autre avion de ce type utilisé pour faire du soutien de troupe au sol… notamment en Afgha ou une section pouvait être bloqué par deux ou trois snipers. Un avion à hélice, certes c’est plus fragile, mais ça n’a pas besoin de faire une boucle de 15 km pour revenir sur zone et il est quand même plus facile à un pilote qui vote à 450 km/h de repérer sa cible qu’à 1 500 km/h. Sans parler du strafing avec 2 ou 4 mitrailleuses de 12.7. On semble avoir oublié qu’on peut traiter une cible avec des mitrailleuses plutôt qu’avec un missile à 150 000 euros l’unité.
    Après, c’est évident, On a plus de chance de perdre l’avion ce qui veut dire changer des logiciels actuel qui veut qu’on fasse la guerre sans casser les œufs.

  20. MD dit :

    Et si on reconstruisait quelques Broussards ?

    • Alpha dit :

      @MD
      Ah oui, le Broussard … l’avion qui reculait quant il volait face aux grands vents ! … 🙂

  21. Raymond75 dit :

    Questions du niveau de la 6ème : combien peut on acheter de ces avions pour le coût d’un Rafale ? Combien d’heures de vol pour le coût d’une heure de vol d’un Rafale ? Quel serait le coût moyen d’une mission, disons de destruction de pickup et d’un fortin, et quel est le coût moyen d’une mission équivalente par un Rafale naval biplace, catapulté depuis un porte avion nucléaire (escorté de deux frégates anti aériennes, de deux frégates anti sous marines, d’un SNA et d’une noria de pétroliers ravitailleurs) et qui aurait besoin d’un ou de plusieurs ravitaillements en vol ? Question subsidiaire : le Rafale est il l’avion qui convient aux guerres dites ‘asymétriques’ ? Car vous n’êtes pas sans savoir que la France est en situation financière ‘délicate’, qu’il y a des restrictions en tout, et que les classes moyennes sont pressurées d’impôts … Mais je ne suis pas un éminent stratège, ce que l’on va me reprocher !

    • Ryner dit :

      Il n’y a pas de Rafale biplace dans la marine. Pour le reste c’est cohérent, en Algérie, la France avait commencé les opérations en y envoyant du mistral à réaction…et puis finalement le conflit s’est fini avec du T6, T28 et les hélicos embarquant entre autres des commandos de chasse.

    • mich dit :

      Bonsoir ,en effet c’est bien une question de collégien qui simplifie son raisonnement en prenant des cas très précis ,semble méconnaitre les emplois possibles des armes dont il parle et qui ,comme il le dit, ne connait pas le cout d’achat de ses appareils (surtout avec un luxe d’électronique dans certaines versions) et donc encore moins leurs cout de possession ,bref qui ne sera probablement jamais un éminent stratège ,c’est sur.Quand a la situation de la France ,je vais reprendre mon exemple favori,un pays qui claquera bientôt plusieurs milliards dans une prime de rentrée scolaire purement démagogique et sans contrôle ne vient pas pleurer sur sa situation délicate ,mais bon libre a vous de comparez le rafale et vos classes moyennes dont personne n’est foutu de donner une définition.

      • Fred dit :

        Ton post n’apporte aucune réponse.
        « (ton) exemple favori », tu nous l’a servi 5 ou 6 fois : on a bien compris, inutile de te répéter.

        • mich dit :

          Bonsoir ,oui mais je l’ aime bien ,il est en plus très actuel et bien sur n’est pas le seul ,je ne pleure pas non plus pour nos malheureuses mairies qui sont des exemples de bonnes gestions comme on le sait ,de plus c’est surtout pour ce genre de post que nous fait souvent Raymond que je me suis permis de répondre.Par contre si tu trouves que son post pose de bonnes questions et n’est pas volontairement simpliste alors libre a vous de parler entre spécialistes c’est normal ,personnellement ,je pense que ce type d’avion n’a rien a faire dans une armée moderne ,il est coincé entre les hélicos,les drones et les jet ,ils n’apportent plus rien et crée encore de la log supplémentaire (sauf dans les armées sans moyens et qui doivent mater leurs population dans bien des cas !) , d’ailleurs les Russes que certains cites souvent en exemple sur ce site pour soi disant faire la vrai guerre ne s’y trompe pas et n’en emploie pas .J’ ai tendance à penser que le seul type d’avion à hélice qui pourrait être intéressant en contre guérilla pour nous c’est un appareil plus lourd ,plus polyvalent et plus endurant de type « gunships » ,peut être pas du gabarit et de la complexité des C130 US ,mais plutôt à cheval entre le casa 235 gunships et notre atlantique 2 ,mais bon il faut des sous comme d’hab.Bonne rentrée scolaire Fred.

  22. Nihilo dit :

    Les USA peuvent concrétiser ce genre de réflexion grâce à leur argent. Encore qu’ils ont des A-10 et des Harrier II …
    Pour la France et autres pays mis à la part la Chine, quel est l’intérêt économique de se poser ce genre de question ? : la France (avec l’Allemagne) a développé des Tigre, ils accomplissent déjà le genre de missions prévus pour l’Air Tractor et il décolle même depuis le large sur des les BPC …

    Ryner dit qu’il y a peu de danger de MANPAD mais qu’en est-il vraiment ? S’il y a peu de danger pourquoi les forces aériennes s’en méfient-elles tant ? Les avions ne lâchent-ils d’ailleurs pas des leurres quasi-systématiquement ? Tout l’équipement qui peut et devrait être ajouté ne nuit-il pas à sa capacité d’emport ?

    Edouard évoque le strafing mais un contributeur, il y a quelques temps, indiquait que le strafind est désormais une exeption tellement le danger auprès du sol est grand. Et c’est certes plus facile de viser à basse vitesse mais c’est aussi plus facile d’être une cible j’imagine.

    Ce genre de réflexion c’est bien pour les très grandes forces aériennes, celles pour qui il y a tellement d’appareils (donc un coût unitaire moindre) qu’il peut effectivement être rentable d’acquérir un autre appareil. La France a 80 Rafale et 130 Mirage …

  23. tschok dit :

    @Ryner,
    .
    Toutes considérations philosophiques mises à part, on est bien d’accord que ce truc est super intéressant, non?
    .
    (Je me suis gavé de tous vos liens, comme un voyou)
    .
    C’est presque une insulte de le dire.

  24. Ryner dit :

    « Ryner dit qu’il y a peu de danger de MANPAD mais qu’en est-il vraiment ? »…ce sont les services de renseignement qui évaluent le risque et pour l’instant ces dernières années, un seul cas possible de tir a été recensé sur un ATL2. Personne ne dit qu’il n’ y a pas de risque, mais la menace sur ces secteurs (sahel, Levant) n’est pas confirmée. Après pour les largages de leurres IR, c’est comme pour l’altitude de sécurité, ce sont des procédures au cas où. Mais on sait que descendre en dessous de 12000 pieds, c’est prendre des risques. Des procédures de tir canon « grande pente » sur mirage 2000C ont d’ailleurs été créés pour éviter de rentrer dans la zone de létalité des armes légères ou sol-air de type ZSU23 (-45° d’inclinaison, 500 noeuds de vitesse et rafale d’obus lâchée à 5900 pieds) le but étant de ne pas finir la ressource trop bas.

    • Nihilo dit :

      (Au cas où vous en doutiez, il n’y avait aucune provocation à votre égard dans ma contribution.)
      Merci. D’après ce que je lis de ci de là, la menace MANPAD est réelle mais vous semblez avoir plus d’éléments et d’arguments que moi. Dans la procédure grande pente que vous décrivez, le strafing est sécurisée grâce à la vitesse et l’angle et malgré la faible altitude (5900 pieds < 12000 pieds) ?

    • Matt dit :

      Parlez-en aux turcs, qui ont perdu un AH-1 Cobra il y a peu, suite à un tir de MANPADS du PKK…
      Parlez-en aux syriens et aux russes, qui ont perdus des hélicos et peut-être aussi des chasseurs à cause de MANPADS tirés par les rebelles…
      Parlez-en aux américains, qui ont perdu un C-130 en Irak il y a quelques années, tombé dans une véritable embuscade avec 5 MANPADS tirés contre lui en même temp !

      Ce n’est pas parce que NOUS, français, n’avont pas subis de tirs de MANPADS depuis longtemps que cette menace n’est pas réelle et avérée !!!

      Et au fait, on dit « MANPADS », avec un « S » à la fin (même au singulier), car ça signifie « MAN Portable Air Defence System ».

  25. Lagaffe dit :

    Personne n’a eu l’idée de droniser ce type d’appareils ?

  26. Chaps dit :

    Pour la France,
    cela l’obligerait à avoir une deuxième filière formation et qualification des pilotes à ouvrir , financer et maintenir, une deuxième filière de soutien technique à ouvrir, financer et maintenir et une deuxième chaîne logistique presque spécifique à ouvrir, financer et maintenir.
    Alors qu’en même temps, les missions spécifiques Rafale resteraient toutes indispensables : combat aérien, reconnaissance en milieu hostile, frappe au sol en milieu contesté, lutte anti-navire, frappe stratégique …
    donc tous les budgets formation, entrainement, opérations, soutien du Rafale devraient être maintenus à l’identique. Que le Rafale vole en OPEX ou en France entrainement , c’est presque le même prix (hors coût munitions mais on parle des mêmes GBU sur ces avions à hélice avec une grosse suite optique).
    Budgétairement, les heures de vol OPEX prennent la place d’heures de vol entrainement, c’est presque neutre budgétairement.

    Au final, on a une économie sur l’heure de vol mais des dépenses nouvelles gigantesques (en proportion) pour mettre en place le nouveau type d’avion, ses équipages, le savoir-faire et son soutien.

    Ce genre d’avion pourrait être remplacé par une artillerie de champ de bataille de qualité et un véhicule d’appui au contact suffisamment armé.
    En plus, de faire concurrence aux hélicoptères de combat, il devient presque totalement inutile en cas de système AA (donc retour sur investissement = 0).
    Et surtout, il fait peser un risque politique plus grand en cas de perte d’équipage beaucoup plus probable qu’avec l’air power actuel.
    Les calculs ont déjà été fait pleins de fois par l’EMA.

    Ces avions sont bons pour des pays qui n’ont pas les moyens d’avoir une vraie air power, qui ont trop de sous et peuvent se permettre d’avoir ou pour les mercenaires dont la perte n’a pas de prix politique. (un américain qui meurt en Irak /A-stan payé par un contractor n’est pas repris dans les stats de perte de l’US army… et n’est presque pas médiatisé).

    • mich dit :

      Bonjour ,le cout du vol d’un appareil en opex n’est pas si neutre que ça quand on prend en compte ,la dispo supérieure demandée ,les conditions de maintenance pas toujours semblables ,le type de missions et bien sur la distance à parcourir pour notre « très cher log »,mais bon c’est valable pour tout les systemes d’armes quand il faut combattre ,même les avions à hélice ,surtout avec de l’avionique plus moderne.Par contre c’est vrai que l’appui terrestre devrait être un peu plus adapté (MP3 l’expliquerait surement mieux) ,quand à un aéronef plus lent d’appui ,un véritable gunships serait pas mal quand même ,mais je ne crois pas que l’on en a les moyens quand on voit le mal que l’on a deja à garder opérationnel notre parc héliporté .

  27. wrecker47 dit :

    …Avec les Manpad et les missiles SAM 7 ou 9 ( voir d’ autres saloperies à guidage infra-rouges) …çà fait des pilotes ratatinés pour pas cher ,et à consommer grillés avec leur Tucano !…
    – En 1978 …(39 ans bientôt)… on en a eu un premier « aperçu  » lors de l’attaque en basse altitude d’un Skyraider AD4 au dessus du Fort de Salhal… au Tchad !.. SAM7 , Le Sky AD4 au tapis !.. Les Alouettes SS11 acheminées sur zone , tiraient elles aussi…mais  » hors de portée! …Pour ne pas morfler !…Alors les « penseurs » : ceux qui n’ont jamais fait de combats avec un appui aérien réel: allez jouer dans la » cour des petits » et laissez ce travail sérieux :aux Jaguars ou leurs équivalents !

    • mich dit :

      Bonsoir ,les alouettes SS11 étaient vraiment hors de portée ?(grande différence entre sam7 de l’époque et SS11 ?) ou alors les sam avaient du mal à accrocher les alouette en très basse altitude ?En tout cas ,pas simple non plus de maintenir le guidage d’un SS11 en face de SAM.