Pour le général Bosser, l’opération Sentinelle « révisée » pourrait encore concerner 9.000 militaires

Lors de son déplacement à la base aérienne 125 d’Istres, la semaine passée, le président Macron a réaffirmé que l’opération intérieure Sentinelle, qui mobilise actuellement 7.000 soldats (plus 3.000 en réserve) serait « révisée » sur la base d’un rapport que lui remettra le général François Lecointre, le nouveau chef d’état-major des armées (CEMA).

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait indiqué que cette opération serait adaptée « progressivement, en fonction de l’appréciation de la menace terroriste sur le territoire. » Et son entourage de préciser qu’elle n’était pas appelée à « perdurer » et que « ses effectifs et moyens diminueront au fur et à mesure que la menace diminuera. »

Lors de son passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général Jean-Pierre Bosser, a estimé que, « quel que soit l’avenir de [l’opération] Sentinelle », il ne sera pas possible d’échapper à « un déploiement militaire sur le territoire national, sur des sites particuliers. »

« Quand je me rends auprès des soldats engagés dans l’opération Sentinelle, j’interroge longuement les gens du quartier, parfois les touristes… et, dans un endroit fréquenté chaque année par 12 millions de visiteurs […], je constate que la présence militaire rassure les gens », a dit le CEMAT aux députés. « Les Français, dans la rue, me disent, très lucides : ‘Nous savons bien, Mon général, que ce n’est pas l’opération Sentinelle qui nous protégera mais, grâce à elle, nous aurons peut-être une chance de nous en sortir », a-t-il raconté.

Aussi, le général Bosser estime que l’on « n’échappera pas à la présence de quelque 3.000 hommes répartis sur des points clés de Paris. » En outre, selon lui, il faudrait encore « 3.000 hommes en réserve pour monter en puissance en cas de coup dur, n’importe où en France. » Enfin, a-t-il continué, « je souhaiterais qu’une troisième fraction de 3 000 hommes, aujourd’hui encore déployés, soit consacrée à l’anticipation. »

« J’entends que l’on travaille sur les scénarios de crise – tels que définis par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) – comme les prises d’otages de masse, les risques industriels, les risques bactériologiques. Ce n’est pas anxiogène pour les Français qui sont capables de comprendre qu’en nous y préparant, nous nous préparons à assurer leur sécurité », a expliqué le CEMAT.

Au total, donc, l’opération Sentinelle devrait concerner 9.000 soldats (contre 10.000 actuellement). S’agissant des 3.000 militaires qui seraient appelés à se consacrer à l’anticipation, le général Bosser a indiqué que cette dernière « implique d’autres formes de présence sur le territoire national. » Et de préciser : « De nombreux élus me demandent en effet ‘où sont nos soldats?’ Ils s’entraînent dans les camps; mais un peu de présence militaire serait appréciable dans de nombreux endroits en France. »

Cela étant, l’on peut avoir l’impression que les soldats de l’opération Sentinelle jouent parfois les supplétifs pour des missions de sécurité intérieure qui ne relèvent pas de leurs compétences propres, comme cela a été le cas lors des dernières fêtes de Mont-de-Marsan.

Le dispositif de vidéosurveillance (avec le renfort de celui des CRS) « a clairement permis d’éviter que des bagarres dégénèrent. Les militaires Sentinelle ont été aussi déplacés pour sécuriser le parcours entre le centre-ville et Nahuques, et ça a beaucoup aidé », a expliqué Alain Djian, le directeur départemental de la sécurité publique, au sujet des débordements inhérents à ce genre de manifestation.

44 commentaires sur “Pour le général Bosser, l’opération Sentinelle « révisée » pourrait encore concerner 9.000 militaires”

  1. Oui et non, ce général est allé chercher loin.
    Le contrat opérationnel de l’armée pour une force déployée à l’intérieur était de 10 000 hommes et nous y étions arrivés avec beaucoup de mal et que ce n’était pas tenable dans la durée.Alors on a rapidement baissé les effectifs à 7000 et on a mis le fond de caisse en réserve afin d’éviter la saturation, mais la réserve c’est un leurre opérationnel qui n’a aucune utilité.Il faut recréer une bonne alerte guépard, ou on assigne 5000 (ou plus) hommes en alertes pour tout imprévu extérieur comme intérieur, mais qu’on va pas multiplier des réserves pour ceci ou cela, venant d’un CEMAT, je me pose des questions du pourquoi il ne propose pas cette réserve guépard globale.
    Les 3000 hommes à « l’anticipation », c’est aussi une belle connerie pour gonfler des chiffres qui ne servent à rien.Il veut quoi? que dans nos régiments on monte chaque jour des petites sorties et patrouilles dans les environs pour plaire à certains élus qui se demandent ou ils sont? On a donné des Ford ranger aux régiments, bientôt il y en aura un qui va servir a une nouvelle unité de garde, après l’équipe d’intervention armé et celle du poste de sécurité dans l’enceinte militaire, on va avoir droit à la patrouille extérieure? Je crois bien que c’est de cela qu’on parle.
    Mais je pense que la déclaration de ce général, qui se veut celle d’un homme comprenant que sentinelle va se réduire d’au moins la moitié, tente d’apporter quelques chiffres aux politiciens afin qu’ils aient de quoi convaincre le peuple que l’armée reste pleinement engagée.
    Aux élus locaux, je leur demande de créer ou d’augmenter leur police municipale, par anticipation…

    1. Les militaires en patrouilles extérieures, j’ai connu ça à Nimes pendant la première guerre du Golfe, et la présence de la voiture découverte de légionnaires en tenue calmait les ardeurs et en centre ville, et dans les HLM du quartier Ouest.

    2. myke, tu es un grand yaka et tu as des avis sur tout et surtout des avis. si tu connaissais un peu CE général , comme ses prédécesseurs d’ailleurs, cette organisation n’est pas le fruit de son seul cerveau mais de celui d’un petit groupe d’officiers terriens répartis entre Paris, Lille et peut-être les deux états-majors de division.
      ce ne sont pas que des idiots et ils tiennent compte bien entendu des contraintes organiques, du contrat ops et des désirs de l’autorité politique.
      ces 3000 hommes en anticipation, cela signifie simplement que ces unités se déploieront dans des zones qui ne seront plus couvertes par le dispositif actuel, d’abord pour s’y entraîner, éventuellement pour y intervenir.
      tu auras certainement compris que l’objectif est de montrer l’armée de terre dans des régions qui en ont perdu l’habitude. tu auras aussi compris que cela suppose un minimum de professionnalisme parce qu’il faudra que ces unités se déploient en mode entraînement avec la capacité intervention (équipements, munitions). pas simple mais faisable. question de professionnalisme et de commandement.

      1. Le centre de déradicalisation à Pontourny vient de fermez. Si je suit votre raisonnement, on pourrait donc y loger les soldats qui seront en mode « anticipation », afin de surveiller notre plus veille centrale nucléaire situé à juste 1,5 km du centre (Voir sur une carte l’inconcevable=complot?). Très très étrange choix comme endroit pour ouvrir un tel centre, un saut de puce de la centrale, je veux une explication valable, sinon c’est code rouge! Enfin y’a déjà des dragons spec du NBC pas loin du côté de Montsoreau. Mais je veux connaitre le nom de la personne qui a choisi le lieu de ce centre!!!

        1. Pas de réponse pour les questions importante, coller un centre de radicaux terroristes à côté d’une centrale nucléaire est parfaitement normal… Donc faut pas s’étonner si l’armée se fait entuber son budget, et que les contrats de réengagement ne suivent pas. La guerre de Troie n’aura pas lieu bien sûr..

    3. Mais non pas de patrouille extérieure, sauf pour les grosses bases aerienne ou centre de transmission super stratégique, mais exercice en terrain libre autre que dans les deux ou trois endroit habituelle.

  2. Mais enfin où est la police? Les militaires de sentinelle ne sont pas des supplétifs de la police.Rappelons qu’il y a 140000 policiers en France.Cela sent l’arnaque,les militaires sont plus productifs que les policiers alors les politiques exploitent une main d’œuvre bon marché qui n’a pas voix au chapitre.

    1. Productifs humm..disons que sentinelle a permit s l armee de conserver ses effectifs..

    2. C’est un peu vrai! Je pense que c’est la différence entre les militaires et les fonctionnaires.

      Pour être en banlieue Parisienne, je vois la délinquance augmenter sans cesse d’année en année. Nous ne sommes plus chez nous et l’insécurité règne dans toute la ceinture parisienne.
      La Police ne vient jamais dans les cités de nuit. Personne après 20h quand les bandes se mettent en place pour le plus fort de leur activités nocives.
      Par contre, aux quelques endroits où les militaires patrouillent, c’est du 24/24. Et là, la délinquance baisse. Sans doute se déplace t-elle simplement et reviendra quand les militaires seront partis, mais la différence est TRÈS NETTE!

    3. Plus productifs, mieux perçus par la population (même si l’avis général sur la police est bon, l’avis individuel, au quotidien, moins), moins politisés, pas syndiqués, etc … Les avantages sont nombreux, mais la perte d’argents et de moyens est réelle …

  3. @ Le Breton et Mike je comprends votre réaction viscérale mais je pense que vous avez tord. En effet nos sociétés occidentales modernes sont non résilientes. Effectivement pour des Hommes ou Femmes membres d’une armée professionnelle moderne sentinelle est un non sens au niveau opérationnelle. C’est oublier que le premier objectif de l’armée est la DEFENSE NATIONAL. Que les citoyens soient rassurés par ces patrouilles, vous créer de la résilience. Le manque de résilience a un impact économique qui est le coeur du sujet afin de financer notre armée. D’ailleurs l’objectif des terroristes est de sidérer la société donc les citoyens. Je sais que mon avis n’est pas populaire sur ce site.

    1. Les Français, comme tous les Occidentaux, sont au contraire très résilients : avez vous entendu des propos défaitistes après les attentats ? Non, bien au contraire. Avez vous constaté des changements d’attitude ? Du vide dans les cafés ou les différentes manifestations ? Encore moins.
      Nos peuples Européens, les mieux éduqués de la planète, savent faire la part des choses et ne sont aucunement ébranlés par les attentats : et c’est ce qui surprend nos ennemis, habitués aux réactions de peur que provoquent leurs crimes partout ailleurs dans le monde et que nous ne connaissons
      pas.

    2. @ Victoire 1
      Que votre avis soit « populaire » ou qu’il ne le soit pas, ce n’est pas le problème. Nous avons tous bien compris que Sentinelle détourne l’armée de sa mission.
      .
      Mais il faut rappeler qu’à l’origine (affaire de l’épicerie Kasher à Vincennes) c’était surtout un dispositif destiné à montrer qu’en France il existe une communauté qui est plus égale que les autres parce qu’elle obtient sans délai la mise en place du moyen le plus fort de la République, l’armée, pour protéger ses synagogues, ses écoles juives et ses épiceries casher.
      .
      Puis dans un deuxième temps le dispositif a été modifié pour gommer cet aspect communautariste de l’opération. Communautariste et donc contraire au préambule de la Constitution, ça ne pouvait pas tenir. Cette modification du dispositif (gardiennage d’édifices plus différenciés, patrouilles mobiles…) s’accompagne d’un argumentaire médiatique dont vous répétez les éléments : rassurer les gens, créer de la résilience, empêcher les terroristes de sidérer la société.
      .
      Quels que soient les prétextes, il reste que depuis deux ans le pouvoir politique n’a pas été capable de dimensionner la Gendarmerie et la Police pour qu’elles puissent reprendre à leur compte ce qui est une mission du ministère de l’Intérieur, de façon que les armées puissent se concentrer sur leur mission qui est (je cite la loi) « de préparer et d’assurer par la force des armes la défense de la Patrie et des intérêts supérieurs de la Nation ». Par la force des armes : l’utilisation des armes est le moyen d’obtenir le résultat voulu ; quand les armes ne sont sorties qu’à fin de légitime défense, ce n’est pas le rôle de l’armée.

      1. Votre réponse dont le deuxième paragraphe, en particulier, me trouble. Cependant ami de la liberté d’expression je ne vous ferai pas de « procès ». Le rôle de l’armée de la Nation est de protéger celle-ci. Dans mes souvenirs c’est ce que j’ai signé lors de mon engagement. Je pense que votre réponse illustre la catastrophe d’être passé à une armée de métier et plus de conscription. Nos concitoyens sont attaqués sur notre territoire national par des adversaires politiques membres d’un Etat non reconnu effectivement. Donc nous sommes en guerre. A ce que je sache seul l’armée à la légitimité constitutionnelle, sous les ordres des représentants politiques, de délivrer la violence létale vis à vis d’un ennemi. Donc la police n’est pas fait pour cela. Sentinelle il y a quelques années s’appelaient la DOT, défense opérationnelle du territoire qui depuis les Capétiens à structurer notre armée. Nous payons cher c’est oubli.

      1. N’oubliez pas que la grandes majorité des poilus étaient des citoyens lambda juste 2 semaines avant d’arriver au front. Après 2 semaines de front, 1 mois dans l’armée, c’étaient des pros de la baston! Tellement pros et conscients, qu’en 1940, ils ont dis non, plus cette fois, on laisse l’ennemi atteindre ceux que la guerre n’avait pas atteint en 14-18, et qui étaient les véritables responsables de la grande boucherie… Moralité: L’armée française n’est rien sans les citoyens français, car ce sont les mêmes personnes, sauf que l’élitisme permet de s’absoudre du partage des honneurs, et ainsi beaucoup en ce sens ce prennent pour des indispensables, mais au moindre cri du petit chef, on les voit longer les murs. Permettez, mais les vraies faibles, ce sont les vendus, quel qu’ils soient et d’où qu’ils viennent.

        1. Les poilus étaient des hommes qui avaient fait 24 ou 36 ( à partir de 1913) mois de service national et qui connaissaient par coeur leur ordre de mobilisation. En ce qui concerne 40, la bataille de France recense 110 000 morts pour 1 mois et demi de combat soit des pertes journalières supérieurs à Verdun! Le poilu c’est battu comme un Lion. L’Etat major factieux, anti républicain a donné la France à l’Allemagne! Je vous incite à lire « L’étrange défaite » de Marc Bloch. Le jour de l’armistice 60 divisions étaient en ligne!

          1. @ Victoire1
            Fake crierait Donald 🙂
            Le chiffre des pertes que vous citez pour 1940 est faux, elles tourneraient plutôt autour de moins de 60 000 !
            Chiffres officiels donnés par le SHD depuis 2010, mais les légendes ont la peau dure. 🙁
            Et les gens mal renseignés continuent de pondre livres et articles en répétant le chiffre des 100 000 morts…
            En plus vous en rajoutez 10 000, vous êtes plus royaliste que le roi.

  4. Que chaque commune prenne ses responsabilités et embauche des policiers municipaux au lieu de financer les « grands frères », les clowns de rues et autres intermittents du spectacle.
    Ce n’est pas à des militaires professionnels de faire des patrouilles de la Police, et encore moins de servir de videurs pour les fêtes locales !

    1. Quand on a demandé à Winston Churchill de couper dans le budget des arts pour l’effort de guerre, il a répondu : « Alors pourquoi nous battons-nous ? »
      La culture crée du lien social, de la réflexion, du bien-être, de la cohésion nationale et internationale ; elle est – oh combien – utile pour lutter – entre autres et au hasard – contre l’islamisme radical.
      Par ailleurs, s’il est vrai que pour la fabrication de matériel militaire « un Euro investi produit x Euros de retombées » cela est au moins aussi vrai pour la culture (estimation de la très réactionnaire cour des comptes). Je reste vague pour ne pas lancer de polémique sur les chiffres.

      1. Encore une réponse différée, excusez.
        « Ah, évidemment, si tu sélectionne toi-même les historiens compétents …  »
        Je ne parle pas de compétences, mais d’honnêteté. Epstein, Dreyfus, parmi beaucoup d’autres car les années suivant la guerre, tout le monde avait connu l’occupation et ses réalités et les historiens étaient honnêtes sur ce sujet malgré leurs divergences. Donnez-moi en d’autres, ils sont nombreux à bien avoir cerné l’époque.
        Paxton est précisément le genre d’historien manichéen qui, cinquante ans après, cherche à tout prix à prouver la culpabilité de Pétain dans la collaboration.
        Pétain ne dissimulait rien, il a été nommé par les élus pour assumer la défaite parce que son prestige de vainqueur de Verdun, respecté par Hitler aussi ancien combattant, permettait d’éviter d’ajouter à l’humiliation de la défaite une occupation totale et un gauleiters.
        Est-il nécessaire de donner des exemples des conséquences d’un pays dirigé par un gauleiters ?
        Les partis inspirés par le fascisme étaient à Paris dans la collaboration, PPF et PSF essentiellement. Pétain était à Vichy. On peut lui reprocher ses fautes mais pas celles des autres, donnez-moi des exemples de son idéologie, par exemple ?
        Il était républicain, ambassadeur du gouvernement du Front, Populaire en Espagne quand celui-ci l’a appelé pour gouverner la France. Citez-moi des textes fasciste de lui ? Pourquoi aurait-il « caché ses idées » alors que le pays était occupé ? Est-ce que les fascistes français cachaient les leurs ? Vous comprenez que ce genre d’assertions ne peut être digne d’un historien qui n’affirme rien sans preuve ou éléments tangibles. Si l’un d’entre eux se le permet, il discrédite son travail.
        Honnêtement, vous prendrez cela pour une attaque agressive, vous ne connaissez pas vos sujets et vous suivez la dernière pensée à la mode sans creuser les sujets. Je me refuse à laisser dire des bêtises, mais à force c’est lassant une telle inculture.
        Prenez ça comme vous voulez. J’ai quitté l’école à seize ans sans rien, j’ai été de gauche des années, je ne prétend en rien être plus intelligent que quiconque, je me considère plutôt comme médiocre, mais faites des efforts et informez-vous à des sources critiques, développez votre intelligence.
        Cela suffit de voir réapparaître des âneries dont le travail des historiens honnêtes a fait litière depuis un bail. Paxton est une caricature de partialité avec son histoire de Vichy. Et vous le citez parce que vos idées ont besoin d’une caution intellectuelle et vous croyez l’avoir trouvé. Raté, essayez autre chose ou faites preuve d’honnêteté.

        1. @ Robert
          Bon, ben je vais différer moi aussi … Donc, tu reconnais qu’il y a bien un débat d’historiens sur ce sujet, mais, si tu sélectionne toi-même les historiens honnêtes … J’ai cité Paxton, comme le premier, et une référence pour toute une lignée d’historiens, à vue de nez majoritaires. Paxton lui même n’a pas hésité à se corriger sur quelque points de son analyse ; un précurseur n’a pas la tâche la plus facile.
          Paxton, « dernière idée à la mode » ? Euuh … À la mode de 1966, c’est vrai :o)
          Tes réponses sont une chasse aux sorcières, une looongue litanie de procès d’intention à mon encontre et c’est un procédé malhonnête, car je ne pas faire une réponse argumentée pour chacun des propos que tu me prête. Juste un exemple : tu me jette à la face que Jules Ferry et sa politique étaient raciste … Et bien je suis d’accord …
          .
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Paxton
          Chacun peut se faire son idée. Wikipedia est une encyclopédie libre et collaborative, si tu n’est pas d’accord avec l’article, tu peux proposer des modifications, pour autant que tu cite tes références bibliographiques.
          .
          « Honnêtement, (tu prends) cela pour une attaque agressive, (tu ne connais pas tes) sujets. (…) Je me refuse à laisser dire des bêtises, mais à force c’est lassant une telle inculture. »

          1. Citez d’autres historiens puisque vous dites en avoir beaucoup à votre disposition. Dans la fiche Wiki il est cité Azema et Rousso.
            Epstein est une référence, comme Raymond Aron, tous deux juifs et ayant vécu l’occupation, ce qui n’est pas le cas de Paxton, lisez ce qu’il disent de Pétain et de ses prétendues « idées cachées » car c’est cette assertion qui est une sottise, c’est à dire une affirmation sans fondement ni preuve, historiquement parlant. Pétain était républicain, pas très à droite et en rien ni un penseur ni un chef politique. Il était inspiré comme beaucoup par des penseurs de l’époque, l’Action Française était très influente sur les intellectuels de droite à l’époque, mais rien dans son parcours ne fait penser à un militant et un idéologue. La révolution nationale sortira donc de différentes directions, le modèle de Salazar au Portugal étant une référence visible.
            Quand aux « théories » de Paxton sur Pétain elles sont de 1972, date de la parution de sa France de Vichy. Il faut bien lire vos propres sources. En 1966, il parle du rôle des officiers sous Vichy.
            Les années 70 ont vu l’apparition d’un fort courant révisionniste concernant Vichy, réécrivant l’histoire pour servir une thèse rendant Vichy responsable de la collaboration, que personne, hormis les communistes, ne retenait après la guerre, sans éléments probants permettant de l’asseoir, toujours les insinuation, rapprochements abusifs, alors que les historiens d’après guerre connaissaient personnellement très bien le contexte et la réalité.
            Citation de la fiche wikipedia, qui n’est pas une garantie d’impartialité. »Paxton montre enfin que Révolution nationale et Collaboration sont les deux faces de la même médaille : pour appliquer la première, Vichy a besoin de l’entente avec un Reich victorieux.  »
            Pourquoi alors, les américains ont-ils gardé une ambassade à Vichy et très tardivement fait confiance à De Gaulle ?
            « Dans les trente années qui ont suivi la parution de La France de Vichy, de nombreux historiens comme Rousso ou Azéma se revendiquent comme héritiers de Paxton, en apportant des approfondissements variés et diverses nuances. »
            Nombreux ? Qu’on cite les noms, ils ne sont pas si « nombreux » que ça.
            « Lors de la réédition de son livre, en 1997, Robert Paxton revient sur une de ses motivations lors de la rédaction de l’ouvrage :
            « Quand je relis aujourd’hui certains jugements prononcés par moi à l’époque (comme ceux des pages 62-63 et 288), je concède qu’ils sont bien trop totalisants et parfois féroces. Ils étaient influencés, je le reconnais, par ma répulsion devant la guerre menée au Vietnam par mon propre pays. Mais, à mes yeux, il est toujours légitime de dire que le régime de Vichy aura été de bout en bout souillé par son péché originel, le fatal choix de juin 1940 : au lieu de s’en tenir aux clauses de l’armistice et de limiter son action à l’administration du territoire, le nouveau gouvernement s’est lancé dans cette entreprise de revanche politique et de discrimination civique qu’était la révolution nationale.  »
            En cela, il a raison, mais ce n’est pas l’esprit de la collaboration pour autant qui est bien différent.
            « Les décrets constitutionnels du 11 juillet 1940, première étape de ce parcours fatal, n’étaient pas une réponse aux nécessités de l’heure mais le fruit d’un opportunisme partisan. Ils étaient le contraire de l’« union sacrée » de 1914, et bien plus compromettants que le simple régime de gestion des affaires courantes adopté dans les autres pays occupés de l’Europe de l’Ouest.  »
            Ah, oui, comment était-il possible de garder un quelconque pouvoir sans poser des actes de pouvoir ? Y avait-il d’autre moyen possible? L’union sacrée n’est en rien comparable la France est alors en guerre et pas occupée.
            « Le maréchal Pétain aura réussi à introduire une confusion, qui persiste encore de nos jours, entre le nécessaire maintien d’une armature étatique dans la France occupée (ce qu’ont fait les autres pays) et l’installation d’un gouvernement en zone non occupée qui utiliserait sa demi-liberté à des fins politiques partisanes. Le caractère unique de l’accommodement trouvé par Vichy avec Hitler doit être souligné, tout comme le fait qu’il n’était pas nécessaire : l’armistice ne l’exigeait pas et les nazis n’en demandaient pas tant. Le régime en sera souillé, au point que sa pratique administrative la plus routinière sera associée à des actes de collaboration scandaleux. »
            Qu’il nous explique ce « ce qu’ont fait les autres pays » ?Roumanie, Hollande, etc, ont subit un gauleiter, pour le coup collaborationniste et plus nazi que les nazis, tous les pouvoirs étaient aux mains de l’ennemi, aucune zone libre, tous les juifs y ont été déportés ce qui n’est pas le cas en France. Prétendre que c’était préférable relève de la malhonnêteté intellectuelle ou de la pensée magique.
            Paxton reconnait sa partialité et certains de ses jugements, car l’historien ne juge pas l’histoire, il essaie de l’expliquer pour permettre de la comprendre, ce que Paxton ne fait pas par ses propos personnels, qu’il ne fonde sur rien, et qui sortent du cadre historien pour entrer dans celui du militant. « A mes yeux, dit-il » reconnaissant sa subjectivité, il perd son statut d’historien pour celui du partisan. Lisez de Aron à Dreyfus en passant Par Epstein, tous des historiens français ayant vécu cette période, ce qui n’est pas le cas de Paxton qui ne cherche pas à comprendre et impose sa vision de l’histoire. Eux sont juifs et n’ont aucun cadeau à faire à Pétain qui a contribué à la déportation des leurs.
            Qu’il cite comment cela s’est passé dans des pays ou il n’y a pas eu d’accords d’armistice pour comparer, les nazis ont mis un régime dirigé par eux, ils ont déporté tous les juifs qui ne sont quasiment pas revenus vivants. Alors, son « oubli » de cette réalité est fâcheux pour un historien, car il passe sous silence quand il parle des autres pays occupés de cette réalité cruelle. La zone libre a permis le sauvetage de milliers de juifs, le maintien de l’armée d’armistice et de l’Afrique du Nord, l’évasion de futurs résistants et la formation de cette résistance à l’abri de l’occupant. Pendant ce temps-là, les collaborationnistes ne cessaient de crier de Paris contre Pétain et son double jeu. Et à Vichy, les bureaux officiels délivraient des faux vrais papiers pour faire fuir les persécutés, et même certains ministres ont travaillé, en secret certes, pour la résistance. Cela aurait eu lieu, c’est vérifiable et incontestable, à côté d’un double discours collaborationniste ?
            Il est facile de comparer la politique de révolution nationale avec celle de la collaboration qui était plus nazi que les nazis.
            La France était occupée, il fallait éviter qu’elle soit dirigée par les nazis et s’occuper du sort des deux millions de soldats prisonniers. sans armistice, c’était la reddition sans conditions et la nomination d’un gauleiter. Simone Weil écrit que cette situation a causé la déportation et la disparition des juifs dans les pays ou il n’y avait pas eu d’armistice, précisément la Hollande qu’elle cite.
            Simone Veil est partiale et ment ?
            Lisez bien la citation de wikipedia sur Paxton, tout y est dit de sa vision partiale et militante, et il le reconnait lui-même, mais il faut ne pas chercher à démontrer sa thèse et tout lire. Il est pris comme référence par certains historiens qui ont des comptes à régler avec la France, Azema dont le père était collabo, et Rousso issu de cette gauche qui ne sort pas grandie ni de la défaite ni de l’occupation, et cherche à réécrire l’histoire à l’avantage de son camp politique. Dreyfus en 1990 publie son histoire de Vichy, dégommé et diffamé évidemment par Rousso et d’autres, mais sans arguments historiques. Cela faisait longtemps qu’un historien n’avait pas publié un ouvrage aussi libre sur ce sujet et l’université française est dominée par la gauche plutôt d’esprit communiste encore aujourd’hui et que les bons et mauvais points sont distribués par cet esprit politique. Or, accabler Pétain permet d’affranchir la collaboration des communistes.
            La résistance a, en bonne partie, été dirigé par des gens d’extrême droite et cela est insupportable à ceux qui veulent accoler extrême droite et collaboration, alors insister sur l’esprit nationaliste et la présence active de certains d’extrême droite dans son entourage, comme Vallat, permet de relativiser l’importance décisive de cette résistance et détourner l’attention des principaux mouvements de la collaboration, directement issus de mouvements de gauche dans ses dirigeants et son esprit révolutionnaire et socialiste. Comment un nationaliste férocement anti allemand, comme celui de l’AF, pouvait-il composer avec un nationalisme allemand, européiste et racialiste, socialiste et révolutionnaire?
            Cette guerre de la réécriture de l’histoire n’a jamais cessé jusqu’à aujourd’hui et elle est particulièrement active dans les milieux de gauche. Un historien qui se risque à remettre en cause la version officiellement admise par la bien pensance, sur n’importe quel domaine, se voit risquer de perdre son poste, après avoir été calomnié. Il n’y a plus alors de débat d’historiens dont vous parlez, il y a une tentative de réécrire l’histoire en permanence pour effacer des mémoires certains aspects ennuyeux pour la pensée qui se veut dépositaire du bien et du progrès.
            Il n’y a aucune chasse aux sorcières de ma part, et cette façon de toujours chercher à hystériser le débat est fatigante, je répond avec vigueur à des assertions. Vous êtes un homme ou quoi ?
            Je ne cherche pas à me faire des amis ni prouver que j’ai raison, vous pouvez contester mais avec des sources. Je me trompe sûrement parfois.
            Je cite wikipedia parce que vous vous y référez et que beaucoup, malheureusement, la considère comme objective sur tous les sujets, mais j’attache peu de valeur à ce lien souvent subjectif et incomplet. Les débats historiques se font par les spécialistes, ce qui compte ce sont les sources et certains, sur ce lien, sont accusées par insinuations sans preuves, parce qu’une source peut elle-même être partiale, alors que d’autres y sont crus sur parole sans esprit critique.
            Le régime de Vichy est un accident regrettable d’une histoire tragique dans une époque douloureuse, issu d’une défaite de nos armes, de la faillite de la république et d’une situation inédite. Il est donc impossible de la comparer à autre chose, injuste de la juger en la sortant de ce contexte précis et indigne de l’accable des fautes des autres en plus des siennes.
            Et comme nous écrivons notre histoire tous les jours par nos références à notre passé, je ne vois pas comment nous pourrions faire l’économie de la justice envers ce passé.

          2. @Robert, je ne peux répondre que là.
            Qu’une partie des résistants soient des croix de feux, plutôt royaliste d’ailleurs, au BCRA en particulier vous enfoncez des portes ouvertes. Mais réhabiliter Pétain c’est méconnaître l’ histoire de la troisième République. Pétain était antisémite et bouffait les Frères et les socialistes, vous me direz c’est la même chose, pendant toute l’entre deux guerres. Qu’ensuite qu’une partie des mêmes Frères lui ai donné les pleins pouvoirs ou ai fait au bon beurre vous avez raison. Par contre la France n’était pas à Vichy mais à Londres puisque l’association a été voté par la chambre des communes le 16 juin 40! Le seul membre libre du dernier gouvernement légitime de la 3ème République était monsieur De Gaulle secrétaire d’Etat aux armées. Pour vous faire plaisir je reconnais que vous représentez la majorité de la population de l’époque, en effet une date oublié, 1,5 millions de Français applaudissaient le 14 juillet 44 à Paris le traitre sénile. Les mêmes le 25 aout 44 saluaient le Grand. Il est à regretter que le Général ce soit refusé à plus apurer à la libération… Comme le dit mon cher Philippe Tesson 12 balles dans la peau pour les traîtres à la Nation!

        2. Pétain en comprenant que De Gaulle avait d’avantage l’oreille du pouvoir, il a dit en prétentieux, orgueilleux, vaniteux, à ses comparses: « Ils vont voir de quel bois j’me chauffe! » Et on a vu. La trahison était consommé.

        3. @ Robert
          Si tu pense que la page Wikipedia comporte des erreurs, tu es libre de la modifier, fais le, c’est ton devoir de citoyen éclairant le monde comme la Statue de la Liberté …
          Tu te répète de post en post, encombrant inutilement tes lecteurs, idem pour tes citations de Wikipedia : tout le monde peut se faire une idée en y allant directement, y compris, la plupart des critiques envers Paxton – et que tu reformule – y sont. La lecture de ton post en est rendue inutilement pénible, ce n’est pas celui qui a le dernier mot ou qui en écrit le plus qui a raison.
          .
          Explique moi en quoi le fait que Paxton ne soit pas juif le décrédibiliserait pour faire une étude historique sur Pétain ???
          (Par ailleurs, je ne sais pas exactement, ce qu’est un « juif », et je m’en fiche un peu ; sauf si quelqu’un déclare être juif, et alors là, je lui demande sa définition, sauf si quelqu’un ou une organisation s’en prend aux « juifs », et alors là, cela m’anime pour y parer).
          .
          Tu as des œillères et des prétentions d’objectivité fallatieuses : tu cite 1972 pour une première publication de Paxton sur le sujet, admettons provisoirement : ce n’est pas les « 50 ans après la guerre » que tu as revendiqué et encore moins « la dernière idée à la mode ». Manifestement tu ne connais strictement rien de cet auteur que tu aurais du lire pour le critiquer si violemment en toute objectivité. Celui-ci à commencé son travail d’historien sur ce sujet en 1960 et à publié sa thèse en 1966. « Il faut bien lire vos propres sources. En 1966, il parle du rôle des officiers sous Vichy. » (Robert). J’ai relu sur ton conseil « ma propre source » (qui n’est pas la seule, puisque j’ai lu Paxton entre autres), et c’est toi qui a mal lu.
          Il y a un zéro de trop dans ton affirmation « 50 », qui ne devrait être qu’objective, puisqu’il s’agit de dates et si on prend en compte ton affirmation péremptoire de ta propre infaillible objectivité.
          .
          Tu esquisse un nombre faramineux de points contestables : tu sais très bien qu’il est impossible de faire des réponses argumentés, ici, à une telle avalanche. Ce n’est pas honnête comme type d’échange.
          .
          Bien à toi.

          1. J’ajoute que comprendre n’est ni défendre ni excuser, mais c’est une démarche générale pour avancer non pas dans le mensonge ou le ressentiment mais au plus près de la vérité connue.
            Enfermer le passé dans le mensonge ne permet pas de l’appréhender justement afin de préparer l’avenir comme il convient car les leçons de l’histoire sont nécessaires à une société.

          2. Wikipedia n’est pas une source, mais une compilation, vous saisissez la différence. Cette compilation subit les mouvements d’opinion et de censure de pensée actuelles et elle ne peut se présenter comme une source d’historiens recoupés et passé au crible de la critique.
            Je préfère de loin me faire ma propre idée en échangeant et en lisant. Pour comparer, c’est un peu comme avoir une vie sociale avec Facebook, je préfère les gens et la vie.
            Je n’ai jamais dit que Paxton était incompétent ni juif ou pas. Je dis juste que les auteurs que je cite ont vécus l’occupation et Vichy, et en tant que juif. Si vous ne savez pas ce qu’est un juif, vous avez un état juif qui prétend être la patrie de tous les juifs, demandez leur. D’après les juifs, être juif c’est être d’origine juive, lié à l’histoire et la religion du peuple juif. Pour les rabbins d’Israël, c’est être né de mère juive. Mais effectivement, c’est complexe comme question, et, soyons honnêtes, depuis quelques années, c’est judiciairement « délicat » d’en discuter librement. Je pense que vous éludez, mais c’est devenu la norme du conformisme.
            Je ne relèverais pas la contradiction de ne pas savoir ce que c’est mais de se lever immédiatement quand on les critiquent. Comme le « racisme » c’est devenu une vache sacrée et un tabou.
            Le livre de Paxton, c’est 1972, je ne vois pas ou est la querelle ?
            Ou et quand ai-je mal lu? Mais je vous laisse votre honnêteté particulière, cela ne m’intéresse pas, la source est là, que celui que ça intéresse s’y réfère.
            Et j’oubliais deux problèmes, le contexte précédent la guerre de 39 et l’armistice, toujours éludé. Avant c’était bien, sans responsabilités dans la guerre, la défaite et l’occupation, et tout d’un coup un méchant d’anthologie est venu rompre cet ordre admirable.
            La réalité de ce qui a amené la défaite puis l’occupation est très différente et mettre de côté les faits et le contexte n’est pas digne d’une étude historique, comme Rousseau quand il dit « écartons les faits, ils ne relèvent pas de la question », annonçant l’idéologie idéaliste qui nie la réalité au profit de l’idée qu’elle s’en fait.
            Mais cela permet de mieux accabler seul Pétain et c’est probablement le but d’isoler Vichy du contexte et de l’amalgamer avec le collaboration. Or, celle-ci est idéologiquement issue non de la pensée d’extrême droite, mais de la continuité révolutionnaire et socialiste de la pensée de gauche qui a ruiné la France d’avant guerre, désarmé l’armée et refusé de prendre des mesures nécessaires face à la montée d’Hitler, et dont la partie communiste du Front Populaire a carrément saboté l’armement, contribué par son « défaitiste révolutionnaire » à la défaite de l’armée français est appelé à collaborer. Savez-vous qu’il y avait de nombreux socialistes et même francs maçons à Vichy ?
            Et les sources qui ont poussé Paxton à s’engager sur sa thèse, que rien ne démontre réellement, sont celles de l’armée et du gouvernement allemand, il le dit dans sa citation de wiki. Or, ces sources sont partiales et accablent forcément Pétain puisqu’il ne jouait pas assez selon eux le jeu allemand et qu’ils n’ont cessé de le menacer et même d’arrêter certains de ses ministres. Alors, changer la thèse communément admise d’après les connaissances de l’époque à partir de sources partiales et à charge, excusez, mais ça mérite de prendre du recul sur les conclusions. Â moins qu’en accablant Pétain, Paxton cherche à accabler la France et les français, comme le font les Klarsfeld et autres qui vivent de cette culpabilisation.
            C’est comme parler des Gaulois à partir de « la Guerre des Gaules » de Jules César qui est un ouvrage de propagande à sa gloire.
            M’accuser de manquer d’honnêteté alors que vous sortez des propos dont vous ne cherchez pas à vérifier la crédibilité, c’est comique.
            Ce qui est contestable, à mon avis, c’est que j’ose contester la pensée unique actuelle. Et il faudra s’y faire parce cette chape de plomb nous écrase et qu’elle va exploser sous les coups de la rébellion.

        4. Victoire,
          Vous dites »
          « Qu’une partie des résistants soient des croix de feux, plutôt royaliste d’ailleurs, au BCRA en particulier vous enfoncez des portes ouvertes. »
          Non, pas une partie, une grande partie, les Croix de Feu n’était pas une ligue d’extrême droite mais d’anciens combattants, républicaine et légaliste, évidemment confondus avec l’Action Française par la gauche qui ne rate jamais une malhonnêteté concernant ses adversaires. Son chef a toujours eu une attitude impeccable durant la guerre et est mort en déportation. Les Croix de Feu n’étaient pas royalistes ni antisémites. Mais le premier héros de la résistance, c’est Honoré d’Estienne d’Orves, monarchiste légitimiste et proche de l’Action Française. Rémi et tant d’autres étaient du même bord, pendant que d’autres collaboraient ou fuyaient. Mais ce n’est pas le problème.
          « Mais réhabiliter Pétain c’est méconnaître l’ histoire de la troisième République. Pétain était antisémite et bouffait les Frères et les socialistes, vous me direz c’est la même chose, pendant toute l’entre deux guerres. »
          Donnez-nous des sources, Pétain a servi le gouvernement du Front Populaire, il était son ambassadeur en Espagne quand ce gouvernement l’a rappelé. Durant l’occupation, les Etats Unis, dont leur communauté juive, refusaient d’accueillir des juifs européens chez eux. Les associations juives coopéraient avec Vichy croyant sauver ce qui pouvait l’être. La situation était bien plus complexe quelle manichéisme de certains qui passent leur vie à accabler la France pour défendre leur camp ou culpabiliser les français. Pour témoigner en faveur de Pétain, il y a eu de grands résistants, auraient-ils défendu un traître sénile ?
          Si la nomination de Pétain était illégitime, c’est donc que la chambre des députés à une large majorité qui lui a accordé les pleins pouvoirs était illégitime, sinon il a été nommé légitimement.
          « Par contre la France n’était pas à Vichy mais à Londres » .
          Pourquoi alors les américains ont-il, parmi tant d’autres pays maintenu un ambassadeur et des rapports normaux avec Vichy ? De Gaulle a déserté et son gouvernement, comme son appel, n’ont été reconnus que quand les britanniques l’ont pris au sérieux.
          Vous vous trompez sur moi, parce que je défend la vérité historique sur ce sujet, je suis un pétainiste. Vous connaissez l’honnêteté intellectuelle ?
          Je n’étais pas né et ceux qui l’étaient dans ma famille n’étaient pas pétainistes. Je remarque simplement que personne n’évoque que l’Algérie était épargnée par les vexations et déportations contre les juifs, l’Armée française a pu s’y reconstruire à l’abri des allemands alors que ce territoire était sous le gouvernement de Vichy.
          L’histoire n’est jamais blanche ou noire comme vous la présentez.
          « Il est à regretter que le Général ce soit refusé à plus apurer à la libération… »
          Il y a eu quand même près de cent mille morts, dont beaucoup n’avaient rien à voir avec la collaboration, les communistes torturaient et tuaient des « ennemis de classe », se vengeaient de leurs membres qui avaient refusé le pacte germano soviétiques, et les mêmes sentiments les plus bas qui avaient pu exprimer leur libre cours durant l’occupation s’en sont donnés à coeur joie pour dénoncer sans preuves.
          Si vous trouvez que ce n’est pas assez, ne venez pas me reprocher de ne pas être impitoyable, et malhonnête, envers Pétain, l’occupation était fini, l’état de droit rétabli, à quoi servait toute ces morts.
          Â se venger de ne rien avoir fait durant l’occupation, comme aujourd’hui on réécrit l’histoire pour racheter cette passivité ?
          Je ne supporte pas les paresseux, ou lâches, intellectuels, les aboyeurs dans le sens du vent quand plus rien ne les menace.
          L’histoire ne se juge pas, elle se comprend.

  5. Et les fêtes de Bayonne ?? Combien de kilos de viande saoule sous la protection rapprochée de l’armée qui durant ce temps prends ses permissions par petits bouts ???

  6. Que signifie « l’anticipation » du Général Bosser ? Pour moi l’anticipation est un travail de police, mais j’imagine – et j’espère – qu’il lui donne un autre sens ; pas un sens de « réserve » puisqu’il la mentionne (à mon avis, la seule fonction raisonnable à attribuer aux militaires dans le cadre de Vigipirate) ; ni que ce sont les militaires en patrouille qui vont « travaille(r) sur les scénarios de crise », surtout à « 3000 » (certes, ces scénarios sont nombreux, mais quand même …) Qui a une idée ?

  7. « mais, grâce à elle, nous aurons peut-être une chance de nous en sortir »
    La personne qui a dit ça ne doit être bien au courant de ce qui s’est passé au Bataclan.
    Quelle qu’en soit la raison, valable ou non, les militaires de l’opération Sentinelle sont restés passifs à l’extérieur du bâtiment pendant que le massacre continuait à l’intérieur…
    L’opération Sentinelle est inutile, des policiers ou des gendarmes en nombre et bien visibles seraient tout aussi efficaces. Et c’est leur métier !

  8. Que cela vous plaise ou non, un soldat obéit.
    La loi martiale n’ayant pas été instaurée, l’Armée n’est qu’en appuie.
    Veuillez transmettre vos états d’âme à qui de droit. En l’occurrence, le civil.

  9. L’écoeurement gagne, tant les anciens militaires ,que les jeunes; quand on sent le mépris et la désinvolture du gouvernement et l’attitude de certains étrangers résidents , en France grâce à nos impôts ! …Ou est le temps ou nos soldats pouvaient sortir sans armes ,fiers de leurs tenues et de leurs unités ?…Avons nous honte de les porter ? les policiers aussi sont astreints à ces mêmes errements! Cela n’empêchent ni les uns ni les autres d’être souvent agressés !
    Ne plus faire sortir que des militaires armés , sans grands moyens de rétorsion sert à quoi ? Alors qu’ils seraient bien plus utiles ailleurs . Ou alors habillons les en Gendarmes !
    Nous sommes en temps de guerre? …Alors commençons par recruter ,instruire et former des soldats et de futurs réservistes car la guerre est déjà dans nos frontières ,comme à l’extérieur .La France a commis l’erreur de suspendre le Service militaire , demain on recrutera qui , et avec quoi pour défendre le pays ?…
    La réserve actuelle n’est qu’un leurre ,seuls les volontaires rejoignent les unités ,mais jamais bien longtemps !Bientôt, les réservistes volontaires et disponibles , auront plus de soixante ans …
    Le bon sens devrait permettre aux militaires, de faire virer ce gouvernement d’incapables qui nous a trompé et continue à nous mentir et nous ponctionner!

    1. C’est hélas le problème de la sur-représentation urbaine des allogènes dans nos grandes métropoles

      Mais croyez bien que nous français de coeur sommes de tout coeur avec vous, vous n’avez aucune honte a avoir quand a votre mobilisation ! Le problème après étant que cette opération sentinelle est stupide car elle met les militaires en sous nombre aux divers lieux très nombreux a protéger en véritable « cibles » a aggresser pour les allogènes gangrenés par l’islam radical …

      Il y aurait tant a apprendre des israeliens qui eux n’exposent pas bêtement leur armée de terre de cette façon « occuper le terrain de façade en territoire quasi ennemi » , En israel au lieu de monter des opérations sentinelles qui ne servent a rien : Ils ont armés des civils bien formés dans chaque paté de maison pour être en mesure d’abattre très rapidement la moindre action terroriste

      Ils sont en civils et difficilement repérables par les terroristes en amont, résultat ils protègent efficacement leur pays, leur citoyens, leur nation !

      Mais en France armer des civils : Mon dieu quelle horreur pour le marxisme culturel institué dans l’état par 4 décennies de colonisation mentale du social-internationalisme-pacifisme-anti-raciss’ qui hélas a fait des petits dans les façons de penser au sein de l’état même !

      Armer des civils en France c’est limite un crime contre l’humanité pour les bien pensants qui nous mènent tout droit vers un crépusucule de la nation, de la civilisation européenne par leurs aveuglement idéologiques !

  10. Sentinelle doit revenir vers les 5000 hommes déployés, avec une réserve de 5000 de plus pouvant être engagée dans des délais très courts.

    1. Beaucoup moins…..
      On n’a pas besoin de tant d’hommes sandwich, déambulant sur les trottoirs le doigt sur le pontet
      et ce qui rassure la « population » a mon avis , c’est qu’elle sait que ce sont eux surtout qui sont les cibles…..

  11. Le nouveau CEMA est-il sourd et muet, non parce qu’il brille par son silence pour l’instant. On imagine donc qu’il n’a rien à dire et qu’il continuera ce que de Villiers avait entrepris… Mais à quoi ça sert la réflexion démocratique au fond? Vive le dictathon!

  12. @Victoire1
    « Il est à regretter que le Général ce soit refusé à plus apurer à la libération… Comme le dit mon cher Philippe Tesson 12 balles dans la peau pour les traîtres à la Nation! »
    Si on avait voulu vraiment épurer il aurait fallu passer par les armes la plupart des communistes, traitres à la France dès 1939, et qui ne sont devenus résistants que quand leur mère patrie l’URSS s’est faite attaquée par l’Allemagne en juin 1941. Communistes qui ont failli prendre seuls le pouvoir après 1945, mais qui ont malgré tout continué à nuire à la France jusqu’à nos jours.

  13. Après avoir examiné les objections qui faisaient suite à ma première contribution sur ce sujet, je confirme que l’opération Sentinelle était, à l’origine, une décision communautariste.
    Pour éviter au lecteur de chercher, je fais un copier-coller du paragraphe qui a été contesté : « il faut rappeler qu’à l’origine (affaire de l’épicerie Kasher à Vincennes) Sentinelle était surtout un dispositif destiné à montrer qu’en France il existe une communauté qui est plus égale que les autres parce qu’elle obtient sans délai la mise en place du moyen le plus fort de la République, l’armée, pour protéger ses synagogues, ses écoles juives et ses épiceries casher. »
    .
    Pour vérifier, il suffit de taper sur google (ou sur un autre moteur de recherche) « séparation du CRIF et de l’État ». L’on trouve alors ce que déclarait en février dernier Francis Kalifat, président du CRIF : « Je veux souligner une certaine reconnaissance que nous avons vis à vis du président Hollande et de son ancien premier ministre Manuel Valls. Il faut souligner les efforts qui ont été faits pour rassurer les juifs à un moment très difficile pour eux (notamment en 2015 après l’attentat de l’Hyper Casher) et aussi les mesures concrètes qui ont été prises : la sécurité renforcée auprès des écoles juives… »
    .
    Cet aspect initial des choses avait échappé seulement à ceux qui ne voulaient pas le savoir. L’opération Sentinelle était par conséquent contraire à la Constitution qui rejette dès son préambule toute « distinction de race, de religion ni de croyance. »
    Heureusement l’aspect anticonstitutionnel, et donc intenable, de l’Opération Sentinelle a rapidement été escamoté : pour cela l’on a diversifié les lieux protégés et développé les patrouilles mobiles.
    .
    Il reste que des questions doivent être résolues et notamment la sempiternelle question de « l’armée bonne à tout faire ». Dire que le rôle de l’armée est de protéger la Nation, c’est trop facile car alors sous ce prétexte on peut la charger de n’importe quoi : protéger contre l’illettrisme (et pour ça mettre en place un dispositif insupportablement lourd), contre les épidémies (et pour ça lui faire distribuer des vaccins), contre les feux de forêts (plan Héphaïstos), contre la pollution des plages (plan Polmar), contre la puanteur générée par des grèves d’éboueurs (plan Aspirateur), contre tout ce qu’on veut, c’est la détourner de sa mission et donc la fragiliser.
    .
    Depuis deux ans des décisions politiques sont à prendre pour que l’opération Sentinelle soit poursuivie par ceux à qui elle incombe : les forces de l’ordre. Celles-ci sont à renforcer. Elles peuvent l’être par des unités formées de personnels en CDD 5ans comme les unités de l’armée.
    Seul problème, c’est que pour ça une décision politique est à prendre, une décision réfléchie, structurée, et non pas une décision improvisée dans l’urgence.
    Dans notre démocratie « représentative » mais surtout aboulique, il semble que ce soit impossible.

Les commentaires sont fermés.