Archives quotidiennes : Mercredi, 26 juillet, 2017

Mali : Un hélicoptère d’attaque allemand s’est écrasé au nord de Gao

Un porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilité du Mali (MINUSMA) a indiqué qu’un hélicoptère d’attaque allemand de type Tigre s’était écrasé, ce 26 juillet, dans la région de Gao. Pour le moment, on ignore le sort de l’équipage allemand (un pilote et un chef de bord) et aucune cause

L’Irak envisage de commander des chars T-90 à la Russie

Visiblement, les forces irakiennes ont l’intention de se passer des chars américains M1A1M Abrams, alors que leur objectif était d’en acquérir jusqu’à 700 exemplaires. En effet, depuis quelques jours, il est prêté à Bagdad l’intention d’acquérir, auprès de Moscou, un nombre important de chars T-90. Cette information a récemment été donnée au journal russe Izvestia

Pour un général américain, l’Allemagne doit améliorer ses infrastructures pour faciliter le transit des troupes de l’Otan

C’est un point qui a été mis en lumière lors des récentes manoeuvres effectuées sur le flanc oriental de l’Otan : des progrès sont à faire rapidement dans les domaines de la logistique et des infrastructures. C’est en effet ce qu’a souligné le général Ben Hodges, le commandant de l’US Army en Europe, après la

Imbroglio franco-italien au sujet de STX France, stratégique pour la construction navale militaire

Quand le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding fut mis en redressement judiciaire, les autorités françaises se montrèrent inquiètes au sujet de l’avenir du chantier naval STX France étant donné son importance stratégique : il est en effet le seul à être en mesure de construire des navires militaires au tonnage important, comme un porte-avions

Libye : La feuille de route pour une « réconciliation nationale » parrainée par M. Macron est pleine d’incertitudes

« C’est une feuille de route pour une réconciliation nationale », a commenté le président Macron, le 25 juillet, au sujet du plan de sortie de crise « agréé » (et donc non signé) par Fayez Al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale libyen (GAN), reconnu par la communauté internationale, et le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’armée nationale