Quand un éditorialiste en vue suggère que les militaires ne sont que de la chair à canon…

Journaliste passé par le Nouvel Observateur, Le Monde et Le Point, puis éditorialiste dans l’émission Bourdin & Co sur RMC, Hervé Gattegno dirige désormais la rédaction du Journal du Dimanche. Et, à ce titre, il a droit à une chronique hebdomadaire sur les ondes d’Europe1.

Á plusieurs reprises, ces dernières années, M. Gattegno s’est signalé par sa méconnaissance totale des affaires militaires. En 2013, il a ainsi estimé qu’il fallait « sans doute renoncer à une part de la force de dissuasion, qui coûte des milliards pour ne pas être utilisée ». Heureusement, d’ailleurs, qu’elle ne l’a pas été : la bombe nucléaire est une arme de non emploi et que son utilité (et son efficacité) réside justement dans les dommages potentiels qu’elle peut infliger. À l’heure où les menaces dites de la forces sont plus que jamais d’actualité, on mesure la pertinence d’une telle réflexion.

Pour M. Gattegno, les vrais menaces ne sont pas le terrorisme, les tensions internationales, les différends territoriaux, les affirmations de puissance, etc… Non, les vrais menaces, les seules qui comptent, ce sont les déficits. D’où son plaidoyer pour réduire encore et toujours les dépenses militaires du pays alors que les coupes ayant affecté le budget de ses armées depuis 25 ans n’ont réglé en rien le problème de sa dette.

Même le défilé du 14-Juillet ne trouve pas grâce à ses yeux. « Trop coûteux » et mauvais pour l’environnement à cause de son « empreinte carbone », a-t-il avancé en 2014. Et de déplorer, après avoir usé d’arguments historiquement inexacts, une « dévotion » en France pour la « chose militaire ».

On l’aura compris, M. Gattegno n’a pas d’appétence pour les affaires militaires… Et pas non plus de considération pour celles et ceux qui ont choisi de servir leur pays sous les drapeaux.

La preuve en est avec son dernier édito, diffusé le 23 juillet par Europe 1. Revenant, avec une interprétation très personnelle, sur la polémique de ces derniers jours portant sur la démission du général Pierre de Villiers et la coupe de 850 millions d’euros visant le budget des armées, M. Gattegno a eu des mots pour le moins choquants.

« Dans cette affaire, il n’y a pas que le général de Villiers qui a perdu le sens de la mesure. On a entendu tout et n’importe quoi. Je suis désolé de le dire comme ça, mais que les soldats risquent leur vie au front, c’est dans leur ordre des choses – c’est le métier qu’ils ont choisi. Ce n’est pas à la nation de protéger ses soldats, c’est le contraire! », a-t-il dit.

Donc, si l’on comprend bien le sens du propos de M. Gattegno, que l’on rangera dans le « tout et n’importe quoi », les militaires n’ont qu’à aller au combat avec la « bite et le couteau » et la Nation se serait pas tenue de leur donner les équipements nécessaires pour qu’ils puissent assurer leurs missions avec le maximum de chances de revenir entier du théâtre des opérations où le président de la République les a envoyés pour la défendre.

Cette sortie de M. Gattegno est scandaleuse : elle suggère que le soldat n’est bon qu’à aller au casse-pipe et qu’il n’est que de la chair à canon. Elle est aussi stupide : refuser aux militaires qu’on leur donne les moyens de se protéger et d’accomplir ainsi leurs missions, c’est faire le jeu de l’ennemi. Ni plus, ni moins.

Même s’il accepte d’être exposé au danger pour servir le bien commun et son pays, un militaire ne choisit pas le métier des armes pour risquer sa peau par plaisir sportif ou revenir en France entre quatre planches. Comme l’a résumé le général de Villiers dans l’une de ses lettres à un jeune engagé, celui qui fait le choix d’être soldat, c’est « celui qui a répondu, sans calcul, à ce que lui dictait sa jeunesse, qui veut donner un vrai sens à sa vie en lui donnant une direction et un but, qui préfère définitivement la camaraderie à l’isolement volontaire, qui sait qu’on est plus fort à plusieurs et pour qui servir est une ambition. »

La lecture de l’article L-4111-1 du Code de la Défense pourrait être utile à M. Gattegno, ou du moins lui rappeler que si « l’armée de la République est au service de la Nation », les devoirs et les sujétions qu’impliquent l’état militaire, qui exige « en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité », méritent « le respect des citoyens et la considération de la Nation. »

Si avoir de la considération pour les militaires est encore trop demander à M. Gattegno, l’on se contentera de son respect à leur égard.

130 commentaires sur “Quand un éditorialiste en vue suggère que les militaires ne sont que de la chair à canon…”

  1. Un jour une nation (notée u) décida de renoncer à son coûteux armement nucléaire.
    En échange les nations U.U.R. firent un pacte garantissant l’intégrité de son territoire.
    Mais un jour R se saisit d’une partie du territoire de u.
    U et U protestèrent.
    Mais rien n’y fit …
    .
    Alors oui on peut faire des économies mais n’oublions de jeter le bébé avec l’eau du bain !!!
    .
    « Toute ressemblance … bla bla bla … » 😉

  2. Le jour où on mettra les c… sur orbite, Mr Gattegno n’a pas fini de tourner ..

  3. Je pense qu’il faut commenter massivement son edito sur le site d’Europe 1, en reprenant les arguments avancés dans les commentaires :
    – les moyens vont avec la mission (je trouve l’exemple des pompiers très parlant !),
    – les leçons budgétaires venant d’une profession qui vit sous la perfusion des finances publiques sont mal venues,
    – pour l’instant, la chair à canon, ce sont les nombreux français victimes des attentats terroristes, souhaitons à Mr Gattegno de ne jamais en faire partie !

  4. Et comme de bien entendu personne dans ce gouvernement de branques n’a osé faire porter une partie des coupes budgétaires aux fameuses Aides à la Presse, qui se chiffrent dans les 360 millions d’€. Personne ne moufte les gars, aux ordres mes toutous.

    1. La palme revenant à l`Humanité pour lequel la subvention, ramenée au nombre d`exemplaires tirés, revient au 2/3 du prix de chaque journal. Payé avec nos impots comme il se doit…

  5. Cette sortie de M. Gattegno est scandaleuse : elle suggère que le soldat n’est bon qu’à aller au casse-pipe et qu’il n’est que de la chair à canon.
    Mais naturellement et je parierais en outre que ce pseudo journaliste est de Gauche. Ces gens ont un profond mépris pour les militaires et ce depuis toujours. Car comme vous l’imaginez, il faut être très c..pour embrasser une carrière militaire et vouloir SERVIR ses compatriotes ! Et d’ailleurs ceux qui ne savent rien faire s’engagent c’est bien connu !
    Alors que l’on prenne ce monsieur et qu’on l’envoie en première ligne au Mali ou ailleurs nous montrer comment on doit agir face aux terroristes. Cet imposteur aura sûrement des solutions que ne devraient pas manqué nos adversaires de mettre en oeuvre !

  6. Cela me fait songer à l’antimilitarisme de l’avant 39-45… où certains en toute bonne foi, estimaient qu’il n’était plus nécessaire de moderniser les forces de la nation après la « der des der ».
    Le résultat est connu.
    Il est toujours facile en temps de paix de remettre en question les moyens alloués aux militaires et l’engagement de ces derniers.
    Néanmoins, quand le danger se fait sentir, les donneurs de leçons, au mieux, se murent dans un silence assourdissant ; au pire, dénoncent les défaillances qu’ils ont eux-mêmes encouragées.
    Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on ne peut avoir que bien peu d’estime pour les propos du triste sir Gattegno.

  7. Ce « journaliste », cet « intellectuel », n’est bien sûr qu’un parasite bien malfaisant, engraissé par nos subventions toute sa carrière. Ils sont nombreux dans sa clique de profiteurs, mais nous nous laissons ponctionner, en râlant un peu, mais sans plus. Je ne suis pas un organisateur, un leader charismatique, alors j’en suis réduit à « prier » pour qu’un mouvement de fond réveille la Force des Français, celle qui les a amenés à se révolter, à exiger, à se faire entendre, à résister, souvent par le passé. Mais depuis le temps que nos « élites » nous serinent que nous sommes un petit pays minable, dépassé, incapable de se réformer, et peuplé de fainéants, illettrés, mauvais en tout… nous avons fini par y croire, et subissons notre sort comme des moutons. Certains râlent un peu pour 5 euros d’APL en moins, mais ceux qui n’en touchent pas se réjouissent. Et pendant ce temps là, qui gagne ? N’oubliez pas : il y a ceux qui réussissent (cad qui ont du fric, car réussir sa vie ça n’est pas être utile à la collectivité, c’est amasser du fric !) et les autres ne sont rien ! Nous sommes nombreux à n’être rien, et jupiter a raison puisque nous ne disons et ne faisons rien pour lui donner tort. Et comme nos « révolutionnaires » sont aveuglés par leurs idéologies et leurs dogmes « de gauche » (oui bénir l’islam extrême, allez disons « orthodoxe », c’est de gauche !), ce ne sont pas eux qui vont pouvoir changer quoi que ce soit dans notre pays sclérosé. Alors qui ? J’espère juste que ce ne sera pas l’extrême-droite, car on sait comment ça finit… souvent.

    1. Revolver,
      Puisque je suis taquin, et mal pensant, j’aimerais assez que vous nous donniez un exemple de cette affirmation
      « J’espère juste que ce ne sera pas l’extrême-droite, car on sait comment ça finit… souvent. »
      Juste un exemple comme ça car quand on affirme quelque chose, il faut pouvoir développer.

  8. Comme disait l’autre si les cons volaient, il serait chef d’escadrille.
    Je suis toujours effaré de voir que même un parfait imbécile peut arriver à un poste de responsabilité. Ce type c’est Jar jar Binks , en pire.

    1. et nous avons pléthore d’exemples en ce moment ! le PR ses sbires, le gouvernement et ses séides, l’assemblée avec une belle bande d’incapables, y compris au perchoir ! c’est rassurant de voir où ce pays est arrivé en terme de médiocrité !

  9. et un C.. de plus !
    quand on ne connait pas un sujet, on ferme sa G….. mr gattegno
    pour rappel c est la chair a canon qui risquait sa vie pour retrouver les c.. comme vous qui se « perdait  » en Afghanistan il y a peu.

  10. s’il travaille à Europe 1 et au journal du Dimanche vous voyez ce qu’il nous reste à faire: ne plus écouter cette radio en perte de vitesse en terme de taux d’écoute, quant au Journal du Dimanche, je ne le vois jamais en kioske dans ma région, un petit boïcote devrait régler le problème du rédacteur en chef. Il va connaitre la force de dissuasion de la logique économique d’un organe de presse en déficit déjà sous perfusion de l’Etat. Soyons solidaires.

  11. Je lui conseille juste un stage en accro-branche dans les Causses de une demie heure, et un jus de pruneaux d’Agen! ^^ Je ne vois pas pourquoi si peu vous étourdis les mecs? Sujet suivant!

    1. Eliot,
      Vous prenez soin de sa santé, en voulant contribuer à son transit intestinal.
      Il pourra utiliser ses articles sur papier pour un usage naturel, ce à quoi en fait ils sont destinés.

  12. « et mauvais pour l’environnement à cause de son « empreinte carbone » »
    Avec le M51 plus de problèmes d’« empreinte carbone » », parce qu’après y’a plus de carbone.
    Comme quoi « empreinte carbone » est bien prise en compte par nos armées !
    :>))

Les commentaires sont fermés.