Barkhane : 700 heures de travail pour remettre en état deux avions de transport CASA CN-235

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

116 contributions

  1. heaume44 dit :

    Un grand bravo aux mécaniciens de l’AA.

    • sloughui dit :

      Bonjour j’ai 72 ans et 32 ans de service notre devise était : dépanner avec la bi.. Et le couteau et surtout ne pas faire de bruit. Je vois qu’il n’y a pas de changement

  2. Mario dit :

    Macron et Castaner sont les fossoyeurs de nos armées.

    • m2m dit :

      Non, ce sont leurs prédécesseurs depuis 20 ans. Macron n’a juste pas de bol car il verse la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

      • Rb dit :

        Oui, un pauvre loulou hein…

      • ScopeWizard dit :

        @m2m
        .

        Si vous voulez mon avis , ça a même commencé sous Giscard ; mais c’ était une toute autre époque et surtout les proportions n’ étaient pas du tout les mêmes …
        Nous avions , si je ne dis pas de bêtises , dans les 270.000 hommes uniquement dans l’ Armée de Terre !
        Alors , est-ce que là-dedans , il fallait compter toute la conscription ou est-ce que ce n’ étaient que des professionnels , ça je ne sais pas .
        On devait avoir dans les 400/450 avions de combat , une marine de 270 bâtiments dont deux PA , 3 SNLE , 12 sous-marins d’ attaque et un nombre de chars qui devait tourner aux alentours de 1500 !
        .
        J’ aimerais bien que quelqu’ un confirme ou infirme parce que je ne suis pas du tout sûr de mes chiffres …
        .
        Quant-à Macron , il a tout intérêt à ne pas continuer à prendre les militaires pour des vaches à lait , parce que comme vous dites , la coupe est pleine et archi-pleine !

        Et ça , ce n’est pas une question de bol ou pas bol , c’est une question de souveraineté nationale donc des intérêts supérieurs de la nation !

  3. 2 RH dit :

    Ce qui fait notre force, fait aussi notre faiblesse.
    Pas de rechange et bien tant pis, que les politiques se demm…

  4. Rapha dit :

    Curieux quand même …
    Comment un orage ( même violent) peut endommager à ce point les ailes d’un avion ?
    Pas rassurant.

  5. jean la gaillarde dit :

    Mais non, vous êtes défaitiste et à contre-courant de notre président. Il faut arrêter d’égrainer des chiffres et se retrousser les manches. On peut faire mieux avec moins. M. le Président lui, il sait tandis que les militaires ne pensent qu’à dépenser sans compter !!!!!! Je ne le souhaite pas car se sera dramatique mais si il y a une catastrophe que se produit, mais j’espère de tout mon cœur, que les familles porteront plainte afin de connaître la vérité et, croyez-moi, l’enquête de commandement saura trouver les failles, si l’entretien, le matériel obsolète ou inexistant par calcul budgétaire est à l’origine de celle-ci. Je le répète, ces politiques n’ont pas pris conscience que les militaires ont su, contrairement à eux, changer le logiciel de réflexion que cela entraîne sur l’engagement et la responsabilité. Il va falloir malheureusement un nouveau Huzbin ou une catastrophe aérienne, avec son cortège de cercueil qui rentre et ses familles en pleurs pour que ces petits arrivistes commencent à se tordre les doigts en disant « Je savais pas, si j’aurais su j’aurais pas venus ;;;;;!!!!! La guerre ce ne sont pas des colonnes, des pourcentages mais bel et bien des hommes et des femmes qui font tourner la « machine ». Le jour ou les militaires diront « ras le bol, qu’ils se démerdent tous », la diplomatie s’arrêtera toute seule, l’ennemi se ruera comme un félin sur les restes, et nos démocraties se casseront la gueule comme l’empire Romain en son temps.

    • Erwann dit :

      Macron peut même faire mieux avec rien, l’argent qu’il s’est fait chez le maître des banquiers à totalement disparu (argent qui lui sert logiquement à vivre) lors des élections, reste à savoir comment il a fait pour payer ses factures entre sa déclaration patrimoniale et son premier salaire de président car il n’avait en principe aucune ressource entre les deux.

    • chris83 dit :

      Jean la gaillarde Je pense que c’est ce que ces gouvernements souhaitent depuis des années. L’expérience et la connaissance ainsi qu’un dévouement totale des militaire pour réparer avions, bâtiments de la marine etc… avec des « bouts de ficelle » est le lot quotidien des militaires depuis plusieurs décennies…. maintenant il n’y a plus d’arsenaux militaires et ça va aller de mal en pis car avec le secteur privé les couts ne seront pas les mêmes et bientôt il n’y aura plus d’Armée Française : c’est le but final de ce qui se passe. Je plains celui qui prend la suite du Général de Villiers, (à moins que ce soit un « homme de macron »…) car s’il est honnête il ne pourra que demander la même chose que son prédécesseur ou démissionner à son tour!

  6. Ausuivant dit :

    Risible. Une fois de plus la preuve que sans budget, des hommes auraient pu mourrir. Une chance qu’aucune medevac ne fut nescesaire.

  7. Caton dit :

    Cette situation (déplorable) résulte de plusieurs décennies de réduction des budgets militaires et du non respect de ceux (insuffisants) qui ont été alloués, ce qui a conduit à ce genre de problèmes.
    Le budget 2017 avait été volontairement et systématiquement sous-estimé par le précédent gouvernement à tel point que la Cour des comptes avait tiré la sonnette d’alarme. On se débrouillait en fin d’année pour saupoudrer les déficits sur les autres budgets et on recommençait l’année suivante. Avec le changement de gouvernement on revient (très brutalement) à des règles claires mais aussi plus strictes dans leurs conséquences.
    En ce moment on est en train de confondre le pompier qui fait ce qu’il peut pour éteindre l’incendie avec l’incendiaire qui l’a provoqué. Les 850 millions ne sont financés par rien. Pour les trouver il faudrait les piquer sur les budgets des autres ministères qui eux vont devoir être réduits de plus de 3,5 milliards.
    Le « pouvoir politique » semble avoir pris la mesure du problème et s’est engagé solennellement à plusieurs reprises à augmenter progressivement le budget de l’Armée à partir du premier budget dont il sera responsable, c’est à dire 2018. Dont acte, affaire à suivre l’arme au pied.
    Je ne pense pas qu’on puisse faire un lien entre le trou de financement calamiteux de cette fin d’année et l’état catastrophique de ces avions hors d’âge dont personne n’avait budgété le remplacement pour les mois prochains que je sache.

    • mich dit :

      Bonsoir ,cela résulte aussi d’un faible investissement dans la « log ».A propos des casa ,ils ne sont pas hors d’age.

      • Bastien dit :

        Tout à fait, ils sont les plus récents avions de transport militaire après l’a400, quand l’a400 vole, petite blague ). Il n’y a pas de « budget » à prévoir pour les remplacer, mais surtout pour les réparer.

    • Bastien dit :

      Hors d’âge le Casa? Je ne crois pas, c’est le plus récent des avions de transport après l l’a400, mais quand on ne donne pas les moyens au mécano de travailler dans de bonne condition avec un minimum de ressources, faut pas s’étonner que ça merde.
      Ah par contre les coucou pour ballader les ptits touristes civils en vacances ça vole. Pauvre france

    • pascal chaix dit :

      Pour les avions hors d’age, tu dois confondre avec les transaux, les casa sont assez récents.

    • chris83 dit :

      Caton, Hors d’âge il n’y a pas que les avions!… les bâtiments de la Marine Nationale sont eux aussi touchés… c’est tout un programme de démantèlement de l’Armée qui est en cours. La défense de la France pour nos gouvernants respectifs depuis des décennies ne présente plus d’intérêt. L’Europe et sa « dictature » nous protège soit disant des conflits!!!!! Pauvre pays européens….

  8. Jeb STUART dit :

    « La chance des forces françaises (et plus largement du pouvoir politique, mais le sait-il?) est de pouvoir compter sur des personnels autant ingénieux que dévoués. »
    C’est bien aussi ce qui fait leur malheur.
    Nos politicards se disent qu’après tout, ils se débrouillent bien comme ça.

  9. Myshl dit :

    Le CASA CN-235 est le bâtard qui, sans les accords industriels de réciprocité France-Espagne n’aurait JAMAIS été acheté par l’Armée de l’air.

    Ce truc a été acheté par la France en échange, sous réserve d’une mémoire vieillissante, de l’achat par l’Espagne d’hélicoptères, je crois Puma.

    Le truc est tout juste bon à décoller, larguer des parachutistes, et se poser… En France.

    ALORS qu’on emploie ce machin en opérations, cause qu’on n’a plus assez de Transall, et que l’Atlas est occupé au stratégique, c’est révélateur de la dégénérescence du transport aérien militaire.

    Pour mémoire, le truc a été acheté à l’Espagne, à CASA, en contrepartie d’une vente d’hélicoptères cartes, mais PARCE QUE CASA était une filiale de Dassault.

    • Pierro dit :

      CASA filiale de Dassault…c’est nouveau ça !
      Une source peut-être ?
      Parce que moi je vois la SABCA Belge, mais pas CASA:
      http://www.dassault.fr/filiale.php?docid=2402

      Par contre CASA fait partie de EADS/ Airbus Group.

    • Jolindien dit :

      Casa filiale de Dassault…
      Euh… Comment dire…
      Faux!
      Pour autant je partage le reste de votre commentaire.

    • mich dit :

      Bonsoir ,en effet on a du acheter un plus grand nombre de ces appareils et les déployer en opex à cause des retards de l ‘ A400 M ,mais il y a aussi le fait que l’on aurai mieux fait de passer commande de plus d’hercule dans les années 90 au lieu de relancer une chaine de Transall NG .

      • HUE dit :

        Les C-160 NG sont arrivés dans les forces en avril 1981, sur la BA 105 d’Evreux, à l’escadron 1/64 « Béarn ».

    • Eric dit :

      CASA n’a jamais été une filiale de Dassault. C’est une entreprise espagnole créée dans les années trente (donc plus ancienne que Dassault, au passage), qui a une très longue expérience dans la production d’avions, aussi bien en propre que sous licence.

    • Bastien dit :

      Casa Dassault? S’il vous plaît, parler de choses que vous connaissez ? Merci

    • Myshl dit :

      Ok j’ai commis l’erreur d’employer le mot « filiale ».
      Quand l’AA a acheté, ou plutôt la DGA, des CN-235 à l’Espagne, Dassault détenait une participation dans le capital de Casa. (Là, c’est mieux).
      Mea culpa… Ca fait une trentaine d’années…

  10. Sniper dit :

    Bravo à nos mécanos. Le système D et l’ingéniosité restent les atouts majeurs incontournables de nos Armées. Tout est bien qui finit bien, mais en aurait-il été de même s’il avait failli évacuer d’urgence un ou plusieurs blessés ? J’en doute… Bercy aurait alors pu être tenu pour responsable de la mort de soldats français.

  11. Spls dit :

    La même histoire avec des A400m cela donne quoi ? Des milliers d’heures de réparation ? Des millions d’euros en pièces détachées ? Suffisamment d’autres Atlas disponibles pour venir en aide ? L’avantage des CN c’est que ce sont des avions rustiques, de plus on en perdrait un au sol suite à une tempête on perdrait pas l’équivalent de plusieurs hélicoptères de combat ou de plusieurs dizaines de VBCI…

  12. Bob62 dit :

    Bonjour,
    Bravo à vous, Mr Lagneau , pour toutes ces informations permettant de rendre compte du savoir faire et de l’abnégation de nos soldats. Ainsi que du dénuement qui est le leur.
    Et dire qu’on prétend ne pas mettre en péril leur sécurité. Heureusement qu’il n’y avait pas d’évacuation d’urgence a effectuer.

  13. Deres dit :

    J’espère que les inspections avant départ par les pilotes incluront maintenant le dessus des ailes et des empennages … Ce genre de retour d’expérience est aussi compatible avec les avions de lignes, en particulier les ATR qui ont eux aussi une aile haute.

  14. 1812 dit :

    L’Armée française : 7 mètres de fil de pêche, un paquet de clopes et une boite d’allumettes vide.

  15. Frédérick dit :

    Cela est un parfait exemple de notre armée aujourd’hui.
    Des hommes de grandes qualités mais une gestion du matériel catastrophique du fait d’un budget insuffisant et d’hommes (ou femmes) politiques qui connaissent trop peu ce ministère.

    • WSO dit :

      Ben oui c’est clair, d’autres hommes (ou femmes) politiques auraient eu suffisamment d’influence pour faire dévier la tempête de sable de Madama. Heureusement que vous êtes là…

      • Frédérick dit :

        Réponse ridicule.
        Je parlais du budget insuffisant alloué aux forces armées quelque que soit le ministre en exercice. Nos soldats en paient tous les jours les conséquences.

        • WSO dit :

          J’avais compris merci, mais quel rapport entre le budget alloué (et les politiques qui en sont responsables) et le fait que des avions soient fortement abimés par une tempête de sable ultra violente ? Donnez-moi le nom d’une seule armée de l’air qui aurait fait mieux que nous dans pareille situation ? Je suis vraiment désolé, mais je ne comprends absolument pas en quoi cette histoire est révélatrice d’une « gestion du matériel catastrophique du fait d’un budget insuffisant et d’hommes (ou femmes) politiques qui connaissent trop peu ce ministère ».

          Et pour finir, qui, à votre avis a décidé de laisser « dormir » ces avions à Madama alors qu’il y allait avoir une tempête de sable… un politique ?
          Ou ne serait-ce pas plutôt un officier supérieur tranquillement assis dans son fauteuil, sous clim à N’Djamena ????

          • Vroom dit :

            C’est plutôt le manque de prévisions météo fiables qui a amené le détachement de Madama à sous-estimer et être surpris par la puissance de la tempête , qu’il faut incriminer . De plus , un des deux CASA (celui qui n’est pas reparti suite à la tempête ) était déjà en panne pour autre chose , et de mémoire , le 2ème CASA lui apportait la pièce et/ou s’occupait du fret en souffrance.
            Concours de circonstances…..

          • ScopeWizard dit :

            @WSO
            .

            Oui , si vous voulez mais la question est plutôt : pourquoi ne pas avoir développé une sorte d’ abri de campagne pour protéger les avions lorsque ceux-ci doivent séjourner sur des zones où les conditions climatiques peuvent être si problématiques ??
            .
            Construire des hangars provisoires aisément démontables , par exemple .
            .
            Autre piste , après une telle tempête , inspecter l’ appareil de fond en comble était la moindre des choses à faire , notamment sa partie supérieure ; un chariot élévateur , le sommet d’ une tour de contrôle ou d’ un point haut quelconque aurait sans nul doute suffi à faire l’ affaire .
            .
            Faire l’ impasse sur du simple bon-sens aurait pu coûter la vie à combien de gars ?
            Évidemment si l’ équipage a du faire face à de la pression , alors là …

          • Vroom dit :

            @ScopeWizard
            On parle de Madama là 😉 Rien de tout cela. Les avions n’y sont que de passage , pas de piste en dur , pas de tour , si l’avion doit rester , il est dehors , gardé le temps de repartir.

          • ScopeWizard dit :

            @Vroom
            .
            Certes , cher Vroom , mais c’est quand-même prendre de biens gros risques ; la preuve !
            .
            Encore une fois , est-ce que concevoir un type d’ abri afin de protéger les appareils ( pas simplement une bâche ) qui soit aisément démontable comme installable ne serait-il pas une idée à creuser ?
            Il me semble qu’ à l’ instar des pistes de fortunes , on sait faire ça depuis la Seconde Guerre Mondiale et la Corée du côté des USA ( à vérifier ) .

          • Vroom dit :

            @ScopeWizard
            Je ne sais pas si une structure démontable serait à même de tenir et de protéger un appareil d’une tempête en Afrique . Au vu des images satellites , les cellules orageuses étaient énormes ! A mon avis , il faut une structure en dur. Et une structure pour combien d’avions ? 1 , 2 , 3 ? à Madama ? Ce soir-là , pour rappel , 2 avions étaient présents , alors que ce n’est pas souvent , juste parce qu’un CASA venait à cause d’un autre en panne . Je ne suis même pas sûr qu’à Niamey ou N’Djaména , que les avions de transport soient tous sous abri . Les drones oui , les chasseurs , je pense que oui , mais les transporteurs…..

            C’est sûr que les avions ramassent là-bas , fin juin , un autre CASA a bousillé 3 pales en bouffant de la caillasse sur je ne sais plus quel terrain , au Mali si je me souviens bien. La 3ème arrivait de métropole , elle s’est bien faite attendre cella-là aussi….

  16. Bricoleur dit :

    Encore une fois. on ne peut pas trouver un pays européen qui nous « prête » un ou deux avions de transport pendant quelques semaines. Zut, c’est quand même l’ensemble de l’Europe que nous défendons dans le Sahel contre le terrorisme islamique. Messieurs les politiques, au lieu de charger notre ancien CEMA, faites votre boulot dans les salons diplomatiques aussi bien que les mécanos de l’AA sous le brûlant soleil saharien.

    • Ryner dit :

      « c’est quand même l’ensemble de l’Europe que nous défendons dans le Sahel contre le terrorisme islamique »…..Et bien non, le Sahel, c’est un problème franco-français entre sécurisation du yellow cake (30% de notre consommation), gisements de pétrole et miniers et ressortissants français qui refusent de quitter l’Afrique parce qu’ils y ont fait fortune. Si Hollande n’avait pas précipité cette opération qui de toute façon était déjà dans les cartons du CPCO, on se serait retrouvé avec 4500 otages « babtous » à Bamako. En ce qui concerne le terrorisme islamique dans le sahel qui menacerait l’Europe, il faut remonter en 1995 (je crois) et le GSPC (groupe salafiste pour la prédication et le combat) algérien pour avoir une menace réelle sur notre sol provenant de cette région….ou alors je me suis endormi et ai raté quelque chose ces dernières années.

    • Ryner dit :

      Qu’on se le dise, au Sahel, nous défendons avant tout nos intérêts….et les Allemands au déclenchement de l’opération Serval l’ont parfaitement compris en refusant (à l’époque) d’y allé avec nous. Depuis une participation nous soulage un peu…mais si peu. Normal, puisqu’ils ont le cul assis sur un tas de charbon !…et des éoliennes dans le dos pour l’affichage écologique (ha ha ha).

      • Ryner dit :

        d’y aller

      • reverjovial dit :

        Pour l’instant bcp de spéculation sur les richesses minières au Mali ? Aucune compagnie pétrolière n’est installé et tout les recherches et forages fait dans les années 2000 n’ont rien données. Je rappelle que le Mali et les pays comme le Niger ou le Tchad sont les plus pauvres de la planète ! Le coût financier de l’opération est bien plus important que les soit disante richesses à exploiter, il est surtout politique et humain , ne pas laisser l’islamisme radical s »étendre et recevoir en Europe des millions de migrants chassés par la guerre.

    • Auguste dit :

      J’ai l’impression que les autres pays européens sont encore plus « mal lotis » que la France.Il y a bien les Allemands dans la Minusma avec 2 Transall positionnés a Niamey.PS:quand les Américains ont dit,vous vous en occupez de ce merdier,au lieu de bomber le torse,fiers comme des bars tabac,on aurait pu demander quelques biscuits en compensation.Après tout ils sont aussi intéressés au gâteau.Et puis il faut faire raquer les Suisses,on protège leurs mines d’or.

      • Vroom dit :

        Les américains nous font du fret et du ravitaillement en vol , les espagnols du fret aussi avec un C130 et un CASA.

    • mich dit :

      Bonsoir ,si notre pays n’est pas capable d’assumer un mission du volume de celle ci , alors c’est que l’on ai vraiment passé en deuxième catégorie ,pas la peine de prendre l’ Europe comme prétexte ,c’est de notre faute si notre logistique n’a jamais été une priorité .

  17. Leo dit :

    « Seulement, les pièces expédiées depuis la base aérienne d’Evreux ne s’adaptent pas forcément aux CASA endommagés étant donné que ce type d’appareil « n’a pas été construit en série ». » Cela fait peur!

    • Ryner dit :

      Non , c’est CASA, c’est comme ça. Un élément de structure d’un avion ne va pas forcément sur l’autre. On avait le même problème avec les Tucano de chez Embraer. Quand je pense qu’on a faillit signer pour du KC390 en échange de Rafale…! Enfin voilà, le CASA, c’est de la merde, mais comme maintenant c’est Airbus Military, il ne faut pas le dire..

    • Nike dit :

      J’espère qu’ils ont au moins des plans à jour des pièces pour chaque avion. Parce que s’il faut les adapter sur place bonjour la galère ! Chapeau bas aux mécanos de armée de l’air. Par contre un industriel se doit de faire des produits standards pour permettre une maintenance aisée. Pas certain que Casa soit ISO 9001…

  18. themistocles dit :

    Brillante illustration du quotidien de tous les mécanos de l’AA, de l’aéronavale et et l’ALAT. Je ne pense pas m’avancer beaucoup en affirmant que ceux de l’armée de terre subissent le même chose avec leurs véhicules. Quand on tire absolument tout au minimum, à la fin, ça ne marche plus. S’en serait risible si la médiocrité ne tuait pas…

  19. OTOOSAN dit :

    Il ne reste plus de Junker JU 52 en Afrique ???

  20. Rascasse dit :

    Sur un sujet très similaire, M. Lagneau, je ne crois pas que vous ayez fait mention de la mise hors d’état de plus 30% des forces aériennes tchadiennes dans un orage d’une grande violence. A l’heure où la France dit vouloir renforcer la capacité de défense du G5 Africain, il pourrait valoir le coup d’expliquer la situation et ses conséquences:
    http://www.defenceweb.co.za/index.php?option=com_content&view=article&id=48440:chads-air-force-badly-damaged-by-storm&catid=35:Aerospace&Itemid=107

  21. asinus dit :

    bonsoir , un grand bravo aux mécano .Et au courageux qui montent dans ces zincs.
    Sinon , j’imagine qu’il existe quelques part des rapports d’officiers chargés de la maintenance de l’organisation et de la planification des opex prévenant le politique qu’envoyer une armée sans une logistique conséquente entraînerait a cours termes se genre de problèmes et pourrait se terminer par une catastrophe.J’imagine que devant de tels rapports et devant la persistance du politique
    des officiers généraux ont présentés leur démission.Ou bien dans les aréopages de décideurs étoilés a
    t-on jeté un voile pudique sur ces hiatus et envoyé la troupe au casse pipe.

    • chris83 dit :

      Asinus, je crois que vous avez bien compris le sujet et c’est pourquoi le Général de Villiers qui réclame à corps et à cris depuis des années des moyens permettant une remise à niveau des équipements de l’Armée (ainsi d’ailleurs que ses prédécesseurs qui eux n’ont pas démissionné..) vient de faire le PAS face à un petit chef qui ne connaît absolument rien à l’Armée! pas plus d’ailleurs que la ministre (!…) encore une potiche de plus comme l’a été la comeri dans le précédent gouvernement avec la loi travail de macron!

  22. Stef dit :

    À savoir que les pièces de structure d’un avion sont rarement « interchangeables » mais « adaptables ». Seules les portes de maintenance courante dont totalement interchangeables. Bien sûr les équipements dont interchangeables. Comme sur une voiture, on règle et adapte un capot pas le phare.
    Je suis tout de même étonné qu’après un orage qui a été a priori très violent l’inspection complète de l’aeronef n’est pas été faite. Mais peu être n’y a t’il pas d’échelle suffisamment haute dans la soute d’un CASA.
    Pour autant ce type de problème est le lot de tout OPEX, l’air du numérique n’y changera rien !

  23. Frédérick dit :

    Les Casa n’ont pas été produits en assez grande quantité pour avoir une production de série?
    Je laisse les experts me répondre car je l’ignorais.

    • Ryner dit :

      Sans me considérer expert, cela tient (tenait) essentiellement au mode de production de CASA. Normalement sur un aéronef produit en France, des gouvernes, voir même un plan fixe horizontal ou vertical ou une voilure, ça passe d’un avion à un autre sans trop de problèmes. Chez CASA, non. Chez eux, chaque machine a son « book » avec tout ce qui le différencie de ses congénères pourtant fabriqués sur la même chaîne de montage. Un vrai régal en terme de maintenance !

      • ScopeWizard dit :

        @Ryner
        .
        Ouais , ben , c’ est nul !
        Et c’est encore plus nul de ne pas exiger davantage d’ homogénéité de la part de ce constructeur …
        Et c’ est archi-nul de doter notre Armée de l’ Air d’ avions qui compliquent autant la vie des personnels affectés à leur maintenance et entretien !!
        Même si je reconnais que le CASA CN-235 est une bonne machine .
        .
        Dites , rassurez-moi , cher Ryner , en ce qui concerne l’ A400M ?

  24. Trotaralasoup dit :

    Bonjour, je crois savoir que cet avion est toujours produit en série. Par contre que le modèle ai évolué certes. Ce qui peut entraîner certaines modifications ponctuelles. Ceci peut s’expliquer par le fait que ces avions de notre armée de l’air ont été achetés sur une période de l’ordre de 15 ans environ. On a même évoqué le fait qu’une version pourrait éventuellement servir à ravitailler les hélicos en vol, sans parler de la version de surveillance maritime.

  25. Jolindien dit :

    Autant je suis en total désaccord avec les dernières décisions du pouvoir, autant je me permets de rappeler un point:
    Depuis des lustres et des lustres l’armée francaise est la reine du système D. Ce n’est en rien nouveau! J’ai bientôt la quarantaine et j’ai toujours entendu/lu ce genre de choses!
    Alors certes, moi aussi je suis déçu et dubitatif… Mais ne comptez pas sur les politiciens pour changer!
    Amis militaires, quelle solution?

    • Ryner dit :

      Cela ne viendra pas des militaires, mais si demain il faut évacuer au coup de sifflet 5000 ressortissants/coopérants/colons (appelez-les comme vous voulez) d’un pays d’Afrique en guerre….ça risque de coincer. Et là bien sûr, tout le monde (les politiques surtout) tombera des nues.

  26. Eric dit :

    Un simple coup d’oeil sur wiki montre que le CN-235 a été produit à plus de 300 exemplaires, par CASA et IPTN… Donc il faut m’expliquer comment on peut prétendre qu’on manque de pièces détachées pour un avion qui « n’aurait pas été construit en série ». Ou alors, les CN-235 français constitueraient une série à part, avec des spécifications et des pièces particulières… Si c’est le cas, il ne faut pas s’étonner de rencontrer ce genre de problèmes : des séries limitées, voire échantillonnaires de matériels… Ce n’est même plus une question de budget, mais de bon sens.

    • Ryner dit :

      Rien à voir. Il s’agit surtout d’un problème de qualité de fabrication avec des éléments de structure qui ne sont pas interchangeables entre eux.

    • mich dit :

      Bonjour ,c’est surtout la phrase qui ne veut rien dire ,sur un appareil vous avez de nombreuses pièces interchangeables et il y a encore largement de stock ,ce n’est pas un vieil avion de transport .Par contre si la cellule est touchée ,c’est plus délicat ,il n’ y pas à proprement parler d’échange standard sur de nombreuses parties ajustées à la fabrication de l’appareil ,donc il faut soit procéder à des « ajustements « (et avoir de bon « choum » sur place) quand c’est possible ou alors il faut procéder à l’échange de empennage complet ,c’est pas donné !!

  27. mich dit :

    Tiens , le ministère se met à communiquer sur ce genre d ‘ évènement .

  28. majik dit :

    Albert EINSTEIN a prédit que la quatrième guerre mondiale se ferait avec des bâtons.
    Faut-il pour autant féliciter nos hommes politiques dont les gabegies sans fond « permettent » à nos soldats de s’y préparer dès à présent en logeant dans des conditions qui se rapprochent des stalags ou du goulag ?
    Je n’ai qu’un souhait : Que ces milliards de dérapages cessent enfin et qu’un véritable et saine gestion soit mise en place sur la durée.
    Félicitation pour tous ceux qui nous protègent avec abnégation sans rien lâcher.

  29. Jeff dit :

    Si ce problème ne touchait que les aéronefs, alors nous pourrions considérer qu’il n’y a pas de problème…
    En réalité, c’est bien l’intégralité du matériel qui est concerné par les « canibalisation »

  30. HR CARIVENC dit :

    Toutes ces critiques négatives stériles contre l’incompétence et/ou l’inconscience de nos politiques de tout bord ne doivent pas occulter la formidable et enviée compétence d’adaptation de nos mécaniciens et des autres personnels en opération.

    • Ryner dit :

      Mouais….enfin quand la pièce n’est pas sur le théâtre, ça règle le problème, l’aéronef reste au sol le temps qu’elle arrive.

    • Arpète dit :

      Les rampants
      Race admirable! et devant qui il faut s’incliner très bas. Eléments de base de l’Aviation, ces hommes infatigables n’ont pas pour les soutenir les joies exaltantes du vol. Ce sont des » rampants » et leur seule récompense est celle du devoir accompli, celle de voir leur matériel toujours disponible et aussi le sourire éclatant de l’équipage, le pouce du pilote relevé vers le ciel. Il faut les avoir vus, sans installation sanitaire d’aucune sorte, travailler inlassablement dans des hangars de toile souvent déchiquetés par le vent, torse nu, le chapeau de brousse sur la tête, de grosses gouttes de sueur perlant de leur poitrine velue, toujours de bonne humeur et toujours débrouillards. Avec eux, aucun problème n’est insoluble. Ils feraient pousser des clefs anglaises et des carburateurs au sein du Sahara.
      Si la journée ne suffit pas à leur travail, ils reviennent la nuit, après avoir avalé rapidement leur repas dans un mess en planches, remontent sur leur escabeau et à la lueur d’une baladeuse, les voilà de nouveau, dans la nuit des tropiques, étripant le moteur de ses organes malades, remplaçant les pièces, boulonnant, vissant. nettoyant… Enfin la tâche est terminée…
      C’est grâce à ces hommes que nous avons pu tenir là-bas. Ils ont droit à notre salut fraternel tous ces « rampants » glorieux, mécaniciens moteur, radios mécaniciens d’équipement, armuriers, artificiers, soutiers et tous les autres, car il faut n’en oublier aucun et les réunir tous dans la même admiration. Ils la méritent! » Général Chassin AVIATION INDOCHINE 1954

    • Jeff dit :

      On est bien d’accord.. Le problème c’est que de faire plus avec toujours moins de moyen humain et matériel pèse énormément sur nos soldats, dégoûtent de plus en plus, et lorsqu’il n’y a plus de reconnaissance on touche le fond…
      Un soldat au 39h, qui en realise 80 par semaine voir davantage par faute de personnel c’est moyen.. Surtout qu’on bon militaire, il ne faut pas compter sur les heures supplémentaire payé ni sur les récup… Ça dégoute… Alors quand si il y a deux ou trois soldat dégoûté sur 30, ça vas.. On se remonte le moral entre nous… Mais lorsqu’il y en a 25 de dégoûté, ce ne sont pas les 5 restant qui feront quoi que ce soit….
      Cette force dont vous parler est aussi notre faiblesse.. Car a force de bonne volonté rien ne change, « tout vas bien » si ça marche.. Alors pourquoi changer….

    • Électeur dit :

      @ HR CARIVENC
      Ces critiques ne sont pas stériles : ce blog et quelques autres sont lus par des électeurs qui ignoraient tout ça à l’époque où ils étaient seulement informés par la presse (= au XXème siècle) : les électeurs prennent ainsi conscience de problèmes (et de solutions) dont ils ignoraient tout.
      Selon moi (mais je peux me tromper) c’est grâce aux blogs qui critiquent depuis le début de ce siècle que les motifs de la démission de Villiers ont été bien compris par beaucoup de gens.

  31. Vroom dit :

    Cet événement s’est produit alors que la mission aéroportée (les 105 paras dont un a été retrouvé inanimé puis déclaré décédé) devait avoir lieu quelques temps après. De plus , un des CASA endommagé tenait l’alerte MEDEVAC sur N’Djaména. Seul l’aide d’un C160 allemand , le renfort d’un C160 français de Djibouti et la venue d’un CASA de métropole ont permis de tenir la mission. A noter qu’un C160 français était soumis à de nombreuses pannes amenant à un changement moteur , et que le C130 détaché Barkhane était aux abonnés absents . Le transport a vécu une période tendu ! De mémoire , le 1er CASA a été rendu juste à temps pour cette opération en récupérant l’alerte MEDEVAC.

    • toukounare dit :

      Très intéressant , cela en dit long sur l’état de santé de notre flotte ! Espérons que ces réactions en chaîne n’engendrent pas des conséquences plus dramatiques un de ces jours , prudence et courage à tous nos mécanos. Chapeau bas , Messieurs !

  32. ARISTOTELES dit :

    Au delà de la prouesse des mecaniciens, il faut s’interroger sur l’acceptation des missions en regard de l’état des moyens et leur MCO.
    Je pense qu’il est désormais temps de mettre les politiques face aux conséquences des décisions prises : matériels vieillissants, rechanges insuffisants, … mettant en cause la sécurité, donc la mission n’aura pas lieu.
    Il faudra engager et tenir un bras de fer s qui a déjà été initié par le général De Villiers.

    • Panier dit :

      Comment peut-on « tenir un bras de fer » quand on démissionne ?

      • ARISTOTELES dit :

        Il y les chefs d’état-major d’armées ( terre, met et air) qui devraient être en cohérence et en cohésion les uns avec les autres pour pour faire face à ce président. Le général De Villiers a démissionné, mais il a un successeur.
        A priori pour calmer les troupes, le gouvernement débloque un peu plus d’un milliard pour 2017: affligeant !

    • Nike dit :

      Le temps est peut être venu de refuser des missions aux politiques pour les mettre devant leurs responsabilités, au lieu de dire amen, en pensant très bas « on va se démerder, ça va passer ».
      C’est vrai qu’un peu plus de cohésion entre généraux (d’émissions multiples) cela aurait eu de la gueule, et peut être que Castaner aurait été obligé d’assouplir sa position.

  33. Allobroge dit :

    Qu’on envoie CASTANER en stage chez les mécaniciens, ça lui fera des vacances !

    • cipal dit :

      ah non ! il est trop dangereux la perroquet! juste pour balayer les pistes alors ! et en plus il a pas besoin de vacances l’inutile, il y est depuis sa sortie de fac !
      il n’a jamais rien fait que grenouiller à empocher notre fric , et au parti socialiste où il était rien non plus, c’est un incompétent abonné aux vacances donc il faut juste le mettre au boulot à coups de pompes dans le train, en Guyane par exemple là où il faut des bras pour casser les cailloux !

  34. capmat dit :

    Toute mon admiration et estime aux mécanos.

    Sans oublier la chaine de débrouillardise en amont.

    Respect !

  35. Heptaine dit :

    Depuis le temps que l’on séjourne la bas, personne n’a songé à créer des infrastructures (hangar-atelier ) dignes de ce nom afin de protéger nos matériels et permettre à nos personnels de travailler dans des conditions satisfaisantes?

    • cipal dit :

      vous arrivez de Mars ?
      avec quel budget mon bon ?
      devriez aller dire çà au Messie élyséen, il est vrai que ces guignols gouvernementaux prennent pour vérité leurs discours ronflants et démagogues!

      • ScopeWizard dit :

        Ben , il est vrai qu’ il ne serait pas inutile d’ envisager au moins des abris de fortune , genre hangars gonflables que chacun pourrait transporter en partie dans son sac-à-dos …
        .
        Je plaisante , cher cipal , je plaisante … quoique tout compte-fait …?

  36. platane dit :

    On peut le dire, les mecanos de l’AA sont demerdares et ops. On peut trop cools et peu militaires mais assez efficaces pour faire voler leurs avions.

    • Vroom dit :

      Vous vous basez sur quoi pour dire que nos mécanos sont peu militaires ? Vous préférez qu’ils soient comme des EVAT qui passent leur temps la main en l’air pour saluer tout ce qui passe à proximité ? C’est bien beau la discipline , mais pendant qu’on a la main en l’air , le travail ne se fait pas .

  37. nimrodwing dit :

    un grand bravo aux mécanos ! mais avec ce qu’a décidé macron, de sombres années arrivent sur notre armée, des années de quasi disette….

  38. ScopeWizard dit :

    En tous cas , un grand BRAVO les gars pour tout ce boulot ; franchement , c’ est génial ! 🙂

  39. ScopeWizard dit :

    Observons que même un CN-235 endommagé au point de ne plus devoir voler avant réparations , aux mains d’ un excellent pilote et équipage , est parvenu à se poser à son point de destination sans lâcher ; ce qui prouve que notre « Transalito » s’ en sort quand-même pas mal sur le plan de la robustesse et de la fiabilité !
    Et ça , c’ est très positif !

    • Vroom dit :

      Oui , c’est clair , ça aurait tout aussi bien pu très mal se passer ! Les vols de liaison par là-bas sont souvent en ligne droite avec juste un niveau de vol assigné , peu d’évolutions donc en dehors des phases de décollage et d’atterrissage ! C’est pour ça que le problème n’a été constaté qu’à la fin lors de la descente vers N’Djaména.

  40. Olivier dit :

    le budget des armées est sous dimensionné, et ceci au niveau européen: les Allemands ont mois d’avions en état de vol que les doigts des 2 mains, les anglais ont une marine qui n’est plus l’ombre d’elle meme avec un nouveau porte avions sans avions, quand à l’Italie ou l’Espagne n’en parlons pas. Mais où trouver les fonds?