Avec l’appui des forces américaines, l’armée afghane reprend un district clé aux insurgés dans le Helmand

Les derniers chiffres donnés le 17 juillet par la Mission d’assistance des Nations unies à l’Afghanistan (MANUA) sont inquiétants. En effet, le nombre de victimes civiles dans le pays a atteint un niveau record au cours du premier semestre 2017, avec 1.662 tués et 3.581 blessés. Les femmes (174 tuées, +23%) et les enfants (436 tués, +9%) sont de plus en plus touchés.

Pour la MANUA, les forces gouvernementales (mouvement taleb et État islamique) sont les principales responsables de ces pertes au sein de la population afghane. Et signe que le conflit s’étend, le nombre de victimes civiles sont en hausse dans 15 des 34 provinces afghanes, ce qui est en corrélation avec l’augmentation des attaques lancées par les insurgés. Outre Kaboul, Kandahar et le Helmand), les plus touchées sont l’Uruzgan (sud), Nangahar (est, fief de l’EI-K), Herat et Faryab dans l’ouest, Laghman (centre) ainsi que Farah et Kunduz (nord).

Cela étant, dans la province du Helmand, contrôlée en grande partie par les taliban, l’armée nationale afghane vient de remporter un succès en s’emparant du district-clé de Nawa, avec l’appui des forces américaines, dont 300 Marines de la 2nd Marine Division, déployés dans la région en avril au sein de la Task Force Southwest, des chasseurs bombardiers F-16 et des hélicoptères d’attaque AH-64 Apache. Cette offensive, qui a duré deux jours, avait été appelée « Maiwand Four ».

Le district de Nawa avait été perdu en août 2016. Situé à l’ouest de Lashkar Gah, la capitale provinciale, son contrôle permet d’assurer (ou d’empêcher) le trafic aérien sur le terrain d’aviation de Bost ainsi que la sécurité de la ville.

Pour cette opération, l’armée afghane a mis en oeuvre ses propres drones ScanEagle. L’offensive a commencé par des frappes aériennes effectuées par les F-16 et les AH-64 Apache américains, lesquelles ont « mis en place les conditions » de l’avancée des troupes afghanes et permis de « couvrir » leurs flancs, leur donnant ainsi la « liberté de manoeuvre ». En outre, une centaine d’engins explosifs improvisés ont dû être neutralisés.

Le général Dawlat Waziri, le porte-parole du ministère afghan de la Défense a précisé que plus de 50 taliban ont été tués lors des combats et annoncé la destruction de véhicules et d’équipements militaires. Aucun bilan des pertes du côté des forces gouvernementales, n’a été donné.

Cela étant, le plus difficile reste encore à faire : si la manoeuvre a bien été exécutée, il faudra que les forces afghanes soient en mesure de tenir le terrain. Chef des opérations du 215e Corps de l’ANA, le lieutenant-colonel Abdul Latif en est parfaitement conscient. « Il est facile pour nous de prendre [le district de] Nawa, mais ce sera plus difficile de le garder », a-t-il confié au New York Times.

« Le plus grand défi, a expliqué le lieutenant-colonel Latif, est la pénurie de personnels. » Il faudrait au moins 300 policiers pour tenir le secteur, a-t-il indiqué. Or, il ne serait pas possible de réunir un tel effectif pour le moment. En outre, les troupes présentes dans le Helmand n’en sont pas originaires car elles viennent des provinces du nord et de l’est. Et cela peut poser quelques soucis quand on sait la force des liens ethniques et tribaux en Afghanistan.

3 commentaires sur “Avec l’appui des forces américaines, l’armée afghane reprend un district clé aux insurgés dans le Helmand”

  1. Dans ce genre de guerre, l’affrontement frontal fonctionne et fonctionnera toujours au profit de l’armée la plus forte, mais comme ce responsable afghan l’explique, le plus compliqué c’est d’en assurer le contrôle sur le long terme.
    En face chez les talibans, ils connaissent et savent très bien leurs points faibles.Ils se cacheront, ils attendront qu’en face on installe un dispositif allégé (une offensive rassemble les forces mais cette dernière ne reste pas). Ensuite ils viendront attaquer les points faibles, les postes avancés isolés, les petites patrouilles, les check point.Ils ont l’initiative des attaques, comme des guêpes piquant ici et là, attaquant en position de force.
    L’erreur des forces afghanes (ils font comme ils peuvent) c’est de considérer certains territoires comme « conquis » sur lesquels on ne fait plus rien d’important alors qu’ils devraient mener en permanence des opérations, en gardant une pression constante, mais aussi d’infiltrer les rangs ennemis comme les talebs n’hésitent pas a le faire…

  2. Au deuxième paragraphe je suppose qu’il faut lire « les forces ANTI-gouvernementales »

  3. Ce serait risible si ce n’était les conséquences humaines et tragiques de ces conflits que les US disent vouloir éteindre, alors qu’ils en sont les instigateurs. Jamais l’armée US n’a voulu éradiquer Al Qaeda et l’opération hollywoodienne de la pseudo élimination de Ben laden ne sert que de paravent à la plus importante opération depuis celle dite opération cyclone au début des années 80 sous l’ère carter. Ici ce n’est plus Charlie Wilson mais Petraeus qui est à la manœuvre et toujours ces empaffés de ventrus du Golfe qui payent la facture. on parle de dizaines de milliards de dollars d’armement qui convergent des anciens stocks est européens vers l’Afghanistan, l’Irak la Syrie, et bien évidemment qui circulent comme la chaude pisse sur toute la Libye ! La CIA et maintenant le florilège de sociétés écrans US qui trempent dans ce qui doit être considéré comme un crime contre toutes les lois internationales et l’humanité ne seront jamais punies ! ah les recruteurs de fous furieux désespérés ont de beaux jours devant eux !

Les commentaires sont fermés.