Les 3 premières des 8 frégates Type 26 attendues par la Royal Navy ont fini par être commandées

Alors que le premier des deux porte-avions attendus par la Royal Navy – le HMS Queen Elizabeth – vient de prendre la mer pour sa première campagne d’essais, le ministère britannique de la Défense (MoD) a annoncé, le 2 juillet, une commande portant sur trois frégates de type 26, dans le cadre du programme « Global Combat Ship ».

Le montant du contrat, confié à BAE Systems, s’élève à environ 3,7 milliards de livres sterling. Cette somme comprend des dépenses déjà effectuées, notamment en matière de recherche et développement.

La construction de ces 3 frégates de type 26 assurera « 1.700 emplois qualifiés Écosse et 1.700 autres emplois dans toute la chaîne d’approvisionnement en Grande-Bretagne jusqu’en 2035 », a fait valoir le MoD.

Initialement, le programme « Global Combat Ship » prévoyait de doter la Royal Navy de 13 frégates de ce type, lesquelles sont appelées remplacer celles de type 23 et à assurer la protection de ses deux porte-avions.

Mais la dernière revue stratégique menée en 2015 par le gouvernement britannique a réduit cet objectif à seulement 8 exemplaires. Dans le même temps, il a été décidé d’acquérir 5 frégates d’une nouvelle classe, appelée « General Purpose Frigate »(GPF ou Type 31).

Comme les frégates de taille intermédiaire (FTI) que recevra la Marine nationale pour compenser la réduction du nombre de FREMM (Frégates miltimissions), ces navires seront plus légers (donc moins coûteux) et disposeront de capacités « polyvalentes ». En outre, l’objectif est de pouvoir les exporter plus facilement. Cependant, pour le moment, ce programme n’est toujours pas lancé, ce qui laisse craindre, outre-Manche, une nouvelle réduction du format de la Royal Navy.

« Pour une nation insulaire, dépendante du commerce maritime, une Royal Navy forte est essentielle pour notre sécurité nationale et notre prospérité économique. Aujourd’hui, il existe plus de 500 sous-marins dans le monde exploités par 40 marines. En tant que l’un des chasseurs de sous-marins les plus silencieux et les plus puissants […] la frégate de Type 26 aura un rôle crucial à jouer pour protéger la dissuasion nucléaire et nos deux nouveaux porte-avions », a souligné l’amiral Sir Philip Jones, le chef d’état-major de la marine britannique.

D’une longueur de 148 mètres pour 19 mètres de large pour un déplacement de 5.400 tonnes, la frégate de Type 26 pourront naviguer à la vitesse maximale de 28 noeuds et parcourur 7.000 milles (à 18 noeuds en croisière).

Mise en oeuvre par un équipage de 118 marins, cette frégate sera dotée du radar 3D multifonctions « Artisan » [Advanced Radar Target Indication Situational Awareness and Navigation, ndlr], d’un sonar de coque et d’un sonar remorqué. Son armement comprendra des torpilles, le système surface-air Sea Ceptor, avec 32 CAMM [Common Anti-air Modular Missile], 16 missiles de croisière, des missiles anti-navires, deux systèmes Phalanx, un canon de 127 mm. Enfin, elle pourra accueillir un hélicoptère de type CH-47 Chinook.

La commande des 5 autres frégates Type 26 « devrait être négocié » au début des années 2020″, a précisé le MoD.

18 commentaires sur “Les 3 premières des 8 frégates Type 26 attendues par la Royal Navy ont fini par être commandées”

  1. On verra bien de ce que le Brexit accouchera comme situation économique, notamment avec l’Ecosse…

  2. Sauf erreur de ma part, ces navires « type 26 » seront plus léger que nos fremm et mieux armés. Pourquoi?

    1. @ Fabien

      C’était une petite erreur de la part de notre hôte, le Type 26 sera en fait, plus lourd que vos FREMM avec ses 6900 à 8000 tonnes.

  3. Je me souviens d’un rapport qui se plaignait que l’armée français était devenue une armée d’échantillons… Les anglais nous surpassent.

    1. @Jean-Louis
      on peut imaginer les mêmes contraintes que pour le France. Des petites « metropoles » de 65 millions d’habitants pour des domaines maritimes immenses et un rang à tenir avec des budgets forcément trop faibles.
      Je rebondis sur le post du patrouilleur  » la confiance » qui répond a une contrainte géographique précise et n’ira certainement pas surveiller les pêches à saint pierre et Miquelon ou aux Crozet…

      1. La France a bien profité de la colonisation… Aujourd’hui elle en paie le prix de différentes manières, et la protection des territoires dits d’outre-mer en est une.

      2. Et encore… Les gouvernements britanniques ont abandonné les possessions à l’Est de Suez (dont Hong Kong, les îles Maldives, Kiribati, Tuvalu, Salomon,etc…) et la plupart des Caraïbes.

  4. @ Laurent Lagneau

    Quelques petites précisions au sujet du navire en question : Le tonnage du Type 26 ne sera pas de 5,400 tonnes, mais bien de 6900 tonnes : http://www.baesystems.com/en/product/global-combat-ship
    .
    La longueur sera de 149,9 mètres, la largeur de 20,8 mètres.
    .
    Initialement, le navire devait pesé 5400 tonnes à vide mais la conception à changé, un « Lord » explique le changement de poids passant de 5400 tonnes, à 6500-6900 tonnes au parlement britannique et explique que le Type 26 pèsera 8000 tonnes à pleine charge :
    .
    « Lord Palmer of Childs Hill (LD): My Lords, there are reports that the delays referred to by other noble Lords are due to arguments about the growing sophistication and weight of the Type 26s, which has vastly increased costs. BAE Systems originally put the weight at 5,400 tonnes, which has now risen to 6,500 tonnes. Fully loaded, they are expected to weigh 8,000 tonnes. Costs have risen by £100 million per frigate. Can my noble friend say what action the MoD is taking, following Sir Nick Houghton’s comment that there was, »
    .
    https://www.publications.parliament.uk/pa/ld201415/ldhansrd/text/150126-0001.htm
    .
    Le Type 26 disposera de 48 VLS dont 24 MK-41 selon le MoD : http://www.parliament.uk/documents/commons-committees/defence/141009_SoS_re_Type_26_Global_Combat_Ship.pdf
    .
    Donc une possibilité de 24 et non 16 missiles de croisière, anti-navire, anti-missile, etc.
    .
    L’hélicoptère ASM de prédilection sera le Merlin MK-2, avec ses 4 torpilles anti-sous-marines.
    .
    En ce qui me concerne, je tombe toujours en bas de ma chaise quand je vois les procédures monarchiques du parlement britannique ^^.

    1. Sur l’image d’illustration , on aperçoit clairement un AW Merlin au-dessus de la plateforme héliportuaire du pont située à la poupe du navire …
      .
      Mais est-ce que le Chinook et autres Caïman , Super-Stallion ou équivalents pourraient également opérer depuis ce type de bâtiment dans le cadre d’une opération conjointe , d’une mutualisation ou d’un partage des moyens ?

      1. @ Scope

        Le rôle « principal » de cette classe sera la lutte ASM pour la protection des PA QE, donc, nous risquons de voir plus souvent qu’autres choses, des Merlin MK-2 (ASM) embarqués sur ses navires mais, oui, le Type 26 est conçu pour embarquer des hélicos de la taille des CH-47, pour les CH-53E et les prochains CH-53 K « King Stallion » là je ne suis pas sûr.
        .
        Vous pouvez dire que Caïman, NH-90, CH-47, et autres pourront sans aucuns doutes, opérés sur ses navires.

  5. Bon, pour la critique, le choix de l’artisan 3D comme radar principal me déçois beaucoup. Ce radar est excellent mais les britanniques auraient pu choisir un radar beaucoup plus gros et performant pour un navire aussi grand et disposant d’un mat de cette taille .. Au pire, ils auraient pu en resté avec le SAMSON ou choisir le SPY-1D, ou encore le SF-500 de Thales . Un petit AESA rotatif comme l’artisan 3D est mieux adapté pour de la frégate légère (3000-4500 tonnes)
    .
    En comparaison, la FTI disposera d’un bien meilleur AESA. Le Type 26 sera cependant beaucoup plus lourd et armé, et disposera d’une meilleure autonomie que la FTI française et reste, pour le moment, mieux équipé pour de l’ASM.
    .

      1. @ Scope

        Les TRM montés sur les AESA navals ne sont pas pareil que pour les AESA embarqués, mais le principe est le même : Plus il y à de TRM, plus le réseau est fort, plus le réseau est fort, plus la portée et le champ de détection son importants. L’artisan 3D est un AESA assez petit avec deux petites faces qui tournent en 360 pour effectuer le balayage en plus du balayage électronique. Le SF-500 de Thales est fortement inspiré du SPY-1D et est donc constitué de 4 grandes faces (tous beaucoup plus grandes que celles de l’Artisan 3D) fixes couvrants chacune une partie des 360 degrés. C’est beaucoup plus efficace qu’un radar rotatif (même avec le balayage électronique) et l’écart de taille entre les deux radars se transforment en écart de portée de détection.
        .
        L’artisan 3D reste un bon radar mais inadapté pour un navire de la taille du Type 26 qui pourrait facilement embarqué un SPY-1D ou encore un SF-500. Pour vous donnez une idée, l’Artisan 3D serait selon moi, le radar parfait pour les LCS américain, trop petits pour embarqué un SPY-1D.
        .
        En plus, les Type 26 devront protégé les PA QE en priorité, et donc, les équipés du radar le plus performant possible me semble être également une priorité et ce n’est pas le cas à l’heure actuelle.

  6. Question: entre la Chine, les USA ou UK, et pas sûr, mais les frégates espagmoles aussi. On dirait que la tendance est d’augmenter tonnage et capacité d’emport de missilles. Sans doute pour considérer que les attaques seront plus massives et les défenses plus nombreuses ; éventuellement pour avoir de la place dans le futur pour les centrales électriques des noueaux types d’armes (?).
    La France semble prendre le choix inverse.
    Quelqu’un a des liens ou des info sur ces tendances?

Les commentaires sont fermés.