Barkhane : Une opération aéroportée tourne mal, avec un tué et plusieurs blessés parmi les parachutistes français

Le 17 juin, à 22h45 (00h45 heure de Paris), depuis son quartier général de N’Djaména [Tchad], la force française Barkhane a lancé une nouvelle opération conjointe, appelée « Aquila », dans le secteur d’Amoustarat, à une centaine de kilomètres au nord de Gao, afin d’y « réassurer les forces armées maliennes dans un secteur où les groupes armés terroristes [GAT] contestent leur présence ».

Pour cette opération, il était prévu un largage de nuit d’une centaine de parachutistes de la réserve opérationnelle de théâtre par trois avions de transport Transall C-160 sur une position reconnue et tenue dans le secteur de Tarikent par des commandos maliens et français infiltrés par hélicoptère. Le tout avec l’appui de Mirage 2000 du Détachement « Chasse » de Niamey.

Seulement, cette opération aéroportée (OAP) a mal tourné puisque plusieurs parachutistes se sont blessés lors du saut. Malheureusement, l’un d’entre-eux, le chasseur de 1ère classe Albéric Riveta, du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (RCP) de Pamiers, a été retrouvé en arrêt cardio-respiratoire. Son décès a été constaté à 6H00 (heure de Paris), après avoir été admis à l’unité médicale opérationnelle rôle 2 de Gao.

Originaire de Papeete (Polynésie française), né le 6 avril 1994, Albéric Riveta avait rejoint le 1er RCP le 4 octobre 2016 en tant qu’engagé volontaire de l’armée de Terre (EVAT). Affecté à la 3e compagnie de combat après sa formation initiale et son certificat pratique « combat débarqué », en avril dernier, il avait été immédiatement « projeté » en Côte d’Ivoire, au sein du 43e Bataillon d’Infanterie de Marine (BIMa), avant de rejoindre Niamey, le 12 juin, en vue de l’opération Aquila.

« Militaire de grande valeur, manifestant en permanence un grand professionnalisme et une solide volonté de servir », selon sa hiérarchie, ce jeune parachutiste, célibataire et sans enfant, avait été élevé à la distinction de chasseur de 1ère classe à peine un mois plus tôt. Son décès porte à 20 le nombre de militaires français ayant perdu la vie dans la bande sahélo-saharienne (BSS) depuis janvier 2013. Le 1er RCP avait déjà été endeuillé par la perte de l’un des siens au Mali, à savoir le caporal-chef Cédric Charenton, en mars 2013, lors de l’opération Serval.

Quoi qu’il en soit, l’opération « Aquila » se poursuit. Et l’EMA a indiqué qu’une enquête pour déterminer les circonstances et les causes du décès de ce parachutiste a été ouverte.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de ScopeWizard

  2. de James

  3. de Unknown

  4. de anargyre

  5. de Orion

    • de ScopeWizard

  6. de Ari jethro

    • de Vroom

  7. de Polymères

  8. de Gebs

  9. de heaume44

  10. de fraisedesbois

  11. de Bruno

  12. de chasseur

  13. de Parabellum

  14. de Borget

  15. de Bob62

  16. de Sempre en Davant

  17. de Daniel

  18. de eyes