Les tensions entre Djibouti et l’Érythrée au sujet de la zone de Ras Doumeira se réveillent

La brouille diplomatique entre plusieurs pays musulmans, emmenés par l’Arabie Saoudite, et le Qatar a une conséquence inattendue. En effet, l’émirat a décidé, cette semaine de retirer les troupes qu’il avait déployées en 2010 (450 hommes) à la frontière entre l’Érythrée et Djibouti, précisément dans la zone de Ras Doumeira, objet d’un vieux contentieux entre les deux pays.

Deux ans plus tôt, les forces érythréennes et djiboutiennes s’étaient brièvement opposées en juin, la France ayant apporté un appui aux secondes, en leur fournissant des moyens logistiques et du renseignement.

Les raisons de ce retrait qatari n’ont pas été précisées. Il pourrait s’agir, pour Doha, de « punir » l’Érythrée et Djibouti pour leur soutien à l’Arabie Saoudite. Ou alors, cette décision, a estimé Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS, pourrait être « une concession symbolique pour apaiser la lutte d’influence géopolitique avec Riyad, très présent dans cette zone de la mer Rouge. » Influence qui, par ailleurs, va être accrue après la cession, par l’Égypte, des îles stratégiques de Tiran et Sanafir, situées à la sortie du golfe d’Aqaba.

Quoi qu’il en soit, ce retrait des troupes qataris a eu pour conséquence immédiate une résurgence des tensions entre l’Érythrée et Djibouti. Le 15 juin, le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, a accusé Asmara d’avoir « déployé des forces » la région de Ras Doumeira, zone stratégique djiboutienne située sur le détroit de Bal el Mandeb.

« Djibouti est un pays pacifique et nous donnons la priorité aux solutions diplomatiques. Mais si l’Erythrée persiste dans sa recherche de solutions militaires, Djibouti est prêt à cette éventualité », a prévenu M. Youssouf.

De son côté, l’Érythrée, pays fermé dirigé d’une main de fer par le président Issaias Afeworki, a dit refuser de répondre « informations – factuelles et spéculatives – produites ces derniers jours. » Et d’ajouter : « Le gouvernement érythréen fera savoir son point de vue quand il aura obtenu des informations complètes sur l’ensemble de cette histoire. »

Ces nouvelles tensions entre les deux pays préoccupent l’Union africaine (UA), d’autant plus que l’Érythrée et Djibouti ont été en guerre à deux reprises – en 1996 et en 1999 – à cause de ce différend territorial portant sur Ras Doumeira.

« La commission de l’UA, en étroites consultations avec les autorités djiboutiennes et érythréennes, a entrepris de déployer une mission à la frontière érythréo-djiboutienne pour établir les faits », a ainsi indiqué, le 17 juin, son président, Moussa Faki Mahamat, lequel a appelé au « calme et à la retenue ».

« Le président de la commission se tient à la disposition de Djibouti et de l’Erythrée pour les aider à normaliser leurs relations et promouvoir des relations de bon voisinage », a-t-il ajouté.

Ces tensions sont susceptibles de concerner les forces françaises stationnées à Djibouti, dans la mesure où l’un de leurs mission consiste à « mettre en œuvre la coopération militaire bilatérale avec » ce pays « en contribuant à la défense du territoire djiboutien, de son espace aérien et de ses eaux territoriales et en se tenant prêtes à fournir, si besoin, un appui aux opérations de secours sur terre et en mer. »

31 commentaires sur “Les tensions entre Djibouti et l’Érythrée au sujet de la zone de Ras Doumeira se réveillent”

  1. Pendant ce temps, en Erytrhée, les populations civiles crèvent de faim !

      1. @ sephiroturk
        Comparer la France à l’Erythrée, cela révèle toute votre ignorance.
        C’est vrai qu’en Turquie, tout ce qu’on vous demande en ce moment c’est d’être de bons toutous qui reconnaissent la voix de leur maître, pas de réfléchir…

  2. Cela tombe bien la 13eme Dble sera bientôt à son format complet…elle pourra ainsi revenir dans la Corne.

  3. Si jamais un nouveau conflit éclate entre l’Érythrée et Djibouti, il faudra profiter de l’occasion pour foutre en l’air le dictateur Érythréen, qui pour l’instant, martyrise son peuple dans l’indifférence général de la presse occidentale.

    1. Macron va bien sur décider s’il a un intérêt personnel à le faire ou pas.

    2. Ainsi nous pourrons continuer à nous battre « pour le roi de Prusse » !

  4. Djibouti avait vivement reproché à la France son manque de soutien réactif lorsque l’Erythrée avait occupé Ras Doumeira en 2008 ce qui avait ravivé les tensions entre Djibouti et Paris. Non seulement cela avait permis au Qatar de rentrer dans le jeu diplomatique régional (les Emirats eux possèdent une base militaire en Erythrée et au Somaliland), mais en plus cela a été l’élément déclencheur qui a ouvert le territoire Djiboutien à de nombreuses forces militaires étrangères pour contrebalancer la présence exclusive militaire française d’autrefois.
    Début 2016 J-M Ayrault alors Ministre des Affaires Etrangères et le Président Hollande avaient opéré un brusque rapprochement diplomatique en apportant un soutien sans ambiguité à Djibouti alors que le président Omar Guelleh faisait face à la réprobation de l’opinion internationale en se représentant pour un quatrième mandat sur fond de répression sanglante de l’opposition politique, notamment en accèdant à la demande djboutienne de remplacer l’ambassadeur de France à Djibouti devenu personna non grata.
    Cette affaire même si elle peut paraître minime, peut être considérée comme un test pour évaluer quelles relations le Président Macron entend entretenir avec l’Afrique. Certains journalistes spécialistes de l’Afrique ont évoqué que les récents voyages du Président Macron en Afrique visaient tout autant à regagner les parts de marché perdus ces dernières années, que les questions sécuritaires. Rappellons que le Groupe Bolloré a subi d’importants revers en Afrique de l’Est en se faisant évincer des secteurs du transport ferroviaire et des activités portuaires.

    1. Bonjour ,les forces militaires ,autres que française ,n’ont pas attendu 2008 pour s’installer à Djibouti ,et en plus il y a eu aussi un peu de piraterie dans le golfe d’Aden ces dernière années .

  5. Djibouti¤

    Depuis qua la Légion avait quitté l´Algerie, Djibouti est la seconde « maison » naturelle de la Légion*
    C´est surprenant d´apprendre que la France pouvait « hésiter » de defendre les « droits » du Djibouti qui en principe un « protectorat francais »*

    MACRON
    Les question sécuritaires en Afrique sont en tête de la liste de plusieurs pays africains qui ne possedent pas assez de ressources financieres pour avoir un budget de Défense respectable*
    Si la France souhaite « regagner » des parts de marché en Afrique, des subventions dans les domaines sécuritaires sont incontournables.
    La France devrait appliquer la même politique qu´elle fait dans les pays arabes du golfe en faveur des pays africains..Surtout dans le domaine de la Défense avec la fourniture des équipements militaires modernes.

    1. dans le golfe la France ne fournit pas de matériel militaire, elle le vend
      grosse différence

    2. Le probleme pour vendre en afrique, on fait la vente, le crédit aussi et 5 ans parès , entre deux vernissages et coupes de champagne, les politiques annulent les dettes des pays, ça fait rire, par contre quand ils achètent à la russie ou ailleurs, ils payent cash..il y a comme un problème avec la france et l’afrique! on joue les pigeons!

  6. @Cortom
    La crispation en 2008-2010 était dû surtout à des questions de derives autoritaires du régime.
    Avez vous un bilan du raid us du 10 juin.
    La pêche n’a pas été aussi bonne qu’attendue ?

    1. @jyb
      10 morts au camp d’entraînement et de commandement Al Shabaab à côté de Sakow. les USA ont frappé par air strike avec des GBU12 dirigés depuis le sol par des JTAC US ’embedded’ au sein des FS Somali.
      @CortoM
      L’ancien ambassadeur de France était devenu persona non grata depuis longtemps auprès d’IOG… Le nouveau, arabophone, semble prendre la situation plus sérieusement.
      Espérons que le gouvernement français actuel comprenne que Djibouti a le potentiel de devenir le Singapour de l’Afrique de l’Est…et pas simplement le tas de sable historique pour entraîner les militaires au désert. Djibouti est la SEULE porte maritime pour l’Ethiopie (100 millions d’habitants, 9% de croissance par an)… Comme Singapour l’a été pour les hydrocarbures pour toute la Chine du Sud.

      1. @chasseur
        merci. j’adhère complètement sur le potentiel de Djibouti, mais c’est pas gagné parce que les acteurs concurrents ont misé sur d’autres implantations régionales qui finiront par etre stratégiques si Djibouti ne se bouge pas plus, et plus vite.

      2. Djibouti, le Singapour africain? Je me marre. Peut-être qu’une enclave portuaire, un Doraleh x 5, aux mains des chinois ou autres affairistes y ressemblera, mais je doute que la population locale soit apte à développer elle-même son pays.

  7. On va encore être assez bonne poire pour envoyer des troupes. Car beaucoup de monde s’intéresse à Djibouti : Chinois, Amérricains, Japonais, etc…Mais ils y vont pour faire du fric. Quand il faut aller au casse-pipe, c’est pour les Français, comme au Sahel !

  8. L’ Europe va devoir s ‘intéresser un peu plus sérieusement à cette région ,car elle nous concerne particulièrement au niveau de l’immigration et de notre commerce maritime qui ne passe pas loin , il ne faudrait pas qu’une crise se déclenche en Éthiopie ,seul pays à peu près stable ,mais à quel prix ? les risques sont nombreux et diverses.L ‘ Afrique de l’ ‘est pourrait passer de la tempête au cyclone ,le temps ne va pas en s’améliorant on dirait .
    Peut être que @Contractor pourrait nous donner son avis .

  9. @chasseur
    Je ne pense pas que l’ancien ambassadeur de France était un dilettante. Il suivait les instructions de Paris qui étaient de préparer l’après-IOG dans la perspective d’un départ du pouvoir comme le souhaitait la communauté internationale et donc entretenait des liens avec les personnes dans l’opposition susceptibles de lui succéder. Suite à la répression sanglante de l’opposition en décembre 2015, l’ambassadeur a été exfiltré vers la France entre noël et le premier de l’an, puis une vague de généraux et de politiques français (CEMA, MAE) sont venus assurer IOG du soutien sans ambiguïté de la France.
    Mais le temps perdu se rattrape difficilement, les Chinois occupent le terrain et les voies de chemin de fer, les EAU ont remporté la gestion du port de Berbera. Le projet de voie de communication du Soudan au Mozambique était une vraie opportunité pour Bolloré. DP World a pleinement bénéficié de l’implication diplomatique des EAU dans la région (même si les EAU ont des contentieux avec la Somalie)

  10. Même si la situation est très tendue au nord , le risque de conflit est peu probable. En envahissant le nord de Djibouti les Erythréens s’attaqueraient directement aux intérêts Ethiopiens (qui ont déjà quelques hommes sur place) et Chinois. D’un autre côté l’Erythrée en offrant une base aux EAU pour la guerre au Yemen s’assurent la protection diplomatique des Saoudiens. Pour les Erythréens il s’agit avant tout de contester les sanctions internationales en arguant du fait que même si elle a été reconnue responsable de la guerre avec l’Ethiopie, celle-ci ne lui a pas rendue les territoires occupés. A Djibouti on est en période de fête de l’Indépendance et un petit couplet patriotique ne peut pas nuire au moral mais les nouveaux accords de Défense avec la France ont été réécrits pour éviter la répétition de la situation de 2008 et être en accord avec les capacités des Forces Françaises à Djibouti.
    @jyb Je ne suis pas certain que la tentative d’élimination de Ahmed Diriye ait eu lieu le 10 juin à Saakow mais quelques jours avant plus au sud en direction de Marka où c’était un convoi qui avait été visé. Il n’y a que les Kenyans qui ont parlé d’une possible élimination de Diriye, pas les Américains, même Farmajo n’y fait pas allusion en parlant du raid sur Saakow. Depuis Sheik Abdiasis Abu Musab a eu l’occasion de parler sur Radio Andalus pour revendiquer l’attaque-suicide de ce week-end à Mogadiscio (18 morts).

  11. Le jour où le pétrole ne dominera plus le monde, ces endroits là ne seront plus vitaux et on pourra les laisser s’entretuer allègrement!

  12. La France est un allie historique de notre pays. Seul ilot francophone dans un ocean anglo-arabaphone, Djibouti est un endroit strategique pour qui veut controler l arabie,la corne et l ocean indien. Djibouti sert de debouche naturel a l ethiopie qui est en passe de devenir la premiere puissance economique Africaine. La France a tout y gagner en contribuant a notre defense. Les investisseur etrangers ne sont pas interesse par les opportunites du port de Berbera car le somaliland n est reconnu par aucun, ce qui le place dans un flou juridique… Vive la France et Djibouti

  13. @Djiboutien
    Si, il y a des investisseurs qui s’intéressent à Berbera (ainsi qu’au Puntland): les Emirats. Mais c’était Bolloré qui était le premier sur le coup. Mais effectivement il lui a manqué l’appui d’une diplomatie parallèle qu’entretiennent des pays comme les EAU, Egypte, Turquie, Chine…avec ces entités en recherche d’identité internationale. Il faut également ne plus penser Djibouti seulement comme un noeud stratégique sur la route du canal de Suez. La façade orientale de l’Afrique est appelée à court terme à devenir l’interface entre l’Asie (Inde/ Chine) et au moins le continent Africain en permettant les connexions aussi bien avec l’Afrique Australe que Sahélienne. Plutôt que voir des concurrences, il faut rechercher des complémentarités (C’est d’ailleurs le rôle de l’IGAD).
    Malgré les tensions IOG n’a jamais fermé la porte ni cessé d’appeler les partenaires économiques français à venir. Il y a encore de la marge surtout si l’on regarde plus loin, vers la région des Grands Lacs…
    @jyb
    les Somaliens ont arrêté le chef des services de renseignement Shabaab pour la zone Mogadiscio. Belle prise si il parle, car c’est la zone majeure de l’activité de déstabilisation des Shabaab.

    1. @cortom
      – ouf, et il parlera.
      – complètement en phase avec vous. stand by sur le Rwanda et le Burundi, la situation n’est pas très saine et n’évolue pas positivement.

Les commentaires sont fermés.