La coalition anti-EI reconnaît utiliser des munitions au phosphore blanc à Mossoul

La coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis a admis, pour la première fois, utiliser des munitions au phosphore blanc à Mossoul, où les forces irakiennes tentent de chasser l’État islamique (EI ou Daesh) depuis octobre 2016. Ce que plusieurs photographies et vidéos, diffusées ces derniers mois sur les réseaux sociaux, tendaient à accréditer.

En se consumant, les munitions au phosphore blanc dégagent une vive lumière ainsi qu’une abondante fumée blanche, ce qui permet d’éclairer une zone, marquer une cible ou bien encore créer un écran de fumée afin de masquer une position amie au regard de l’adversaire. Mais elles peuvent aussi être utilisée comme armes incendiaires, ce qui ne manque pas de susciter des polémiques quand elles sont utilisées.

À Mossoul, où le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a récemment condamné l’assassinat, par Daesh, de 231 civils ayant voulu fuir les combats et signalé une « augmentation significative du nombre de ces exécutions », les munitions au phosphore blanc sont officiellement utilisées pour leur propriété fumigène.

« Nous avons fait usage de phosphore blanc dans l’ouest de Mossoul pour créer un écran de fumée et permettre aux civils de fuir », a en effet expliqué, le 13 juin, le général néo-zélandais Hugh McAslan, commandant adjoint de la composante terrestre de la coalition anti-EI, sur les ondes de la radio publique américaine NPR.

Interrogé sur cette question, le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition, a refusé de « discuter les détails de l’utilisation de nos munitions ou de nos capacités (militaires). » Mais il toutefois précisé que les munitions au phosphore blanc sont « utilisées conformément au droit de la guerre » et « en prenant en considération les effets possibles sur les civils et l’infrastructure civile. »

L’usage du phosphore blanc n’est interdit par aucun traité international. En revanche, il est encadré par le Protocole sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi des armes incendiaires du 10 octobre 1980, dont l’article 2 stipule qu’il est « interdit en toutes circonstances de faire d’un objectif militaire situé à l’intérieur d’une concentration de civils l’objet d’une attaque au moyen d’armes incendiaires lancées par aéronef. »

Quant à son article 3, il précise qu’il est « interdit en outre de faire d’un objectif militaire situé à l’intérieur d’une concentration de civils l’objet d’une attaque au moyen d’armes incendiaires autres que des armes incendiaires lancées par aéronef, sauf quand un tel objectif militaire est nettement à l’écart de la concentration de civils et quand toutes les précautions possibles ont été prises pour limiter les effets incendiaires à l’objectif militaire et pour éviter, et en tout état de cause, minimiser, les pertes accidentelles en vies humaines dans la population civile. »

En clair, les munitions au phosphore blanc peuvent être utilisées contre des cibles militaires à condition que ces dernières soient clairement à l’écart de positions civiles. Ce qui, à Mossoul ou à Raqqa [Syrie], où l’usage de ces bombes (ou obus) a également été rapporté, est compliqué…

Aussi, l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch a exhorté la coalition à faire preuve de mesure avec ces munitions. « Peu importe comment il est utilisé, le phosphore blanc présente un risque élevé d’effets néfastes et durables sur les villes densément peuplées », a fait valoir Steve Goose, le directeur de sa division « Armes ». « Les forces conduites par les Etats-Unis doivent prendre toutes les précautions possibles pour minimiser les risques pour la population civile quand elles utilisent du phosphore blanc en Irak et en Syrie », a-t-il ajouté.

101 commentaires sur “La coalition anti-EI reconnaît utiliser des munitions au phosphore blanc à Mossoul”

  1. Les gouttes de phosphore blanc de la coalition occidentale sont guidées par GPS afin d’éviter tout contact avec des populations ou de bâtiments civils … La coalition apporte la paix et la civilisation.

    1. Entierement d accord , a noter également que si tsahalle , l armée la plus morale du monde, utilise ces munitions, c est que ça va quand même, faut pas pousser …

    2. Amen, Raymond.
      Mais est-ce le même genre de phosphore que celui qui entrait dans la composition des bombes incendiaires lancées par milliers en plusieurs vagues à Dresde, Hambourg ?
      Certes, c’était alors des bombes « libératrices » et « démocratiques » qui n’avaient certes touché que des civils et des réfugiés allemands.

      1. Au regard de l’histoire, et selon les lois actuelles, le bombardement systématique des villes allemandes et japonaises, sans oublier les villes françaises et européennes (Le Havre par exemple) est bien un crime de guerre. Mais ce sont les vainqueurs qui jugent les vaincus, jamais le contraire … Le général Curtis Le May, après la guerre de Corée (pendant laquelle toutes les villes furent rasées par les américains) a déclaré lui même que s’il n’avait pas été américain, il aurait été jugé comme criminel de guerre.

        1. Exact.
          Les atrocités commises contre les civils et soldats allemands ne seront donc jamais jugés. Le million de soldats détenus dans des camps et qui sont morts de faim, de maladie, de mauvais traitements, après 1945 sont les oubliés de l’histoire.
          Et on ne parle pas des soldats et civils de l’armée Vlassov qui se sont rendus aux alliés et ont été livrés aux soviétiques et aussitôt exterminés. Certains d’entre eux avaient fui la Russie soviétique après 1917 et s’étaient engagés aux côtés des allemands croyant libérer leur pays des communistes. ceux-là ont aussi été livrés par les anglais, grands spécialistes du reniement de leur parole.

          1. On est hélas pas mal non plus en matière de reniements…avec les Harkis par exemple.

          2. Exact, De Gaulle porte la responsabilité de ce reniement en particulier en trahissant sa parole.

      2. « …le Protocole sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi des armes incendiaires [date] du 10 octobre 1980… »
        ———-
        C’est précisé dans l’article.

    3. LoL, ça c’est la réponse officielle.
      Il faut bien codifier le Nouvel Ordre Mondiale et le grand Etat d’Israël…

  2. les dégâts collatéraux commencent à être considérables mais…………les médias n’en parlent pas
    et si les Russes ou Assad utilisaient ce type de munition, ce serait un déchainement des médias………

    1. Parlez nous en , visiblement vous savez plein de choses que les médias ne savent pas.
      Les russes en utilisent depuis le début (ils n’ont pas signé la convention), voyez vous un déchainement des médias? Non par contre l’arme chimique c’est autre chose.
      Mais j’ai le souvenir que lorsque Israël en utilisait, c’était la preuve d’un génocide, ceux qui disaient cela, sont ceux qui restent silencieux devant ce que font Assad et leurs copains russes et qui subitement, se réveillent pour crier « au loup » quand ça tombe du côté américain.
      .
      La guerre ça tue, personne ne dit le contraire.Des civils se font tuer dans les guerres, personnes ne dit le contraire et ni les russes, ni Assad, ni les américains ne visent explicitement les civils dans un but d’en tuer un maximum, ils sont tous des dommages collatéraux des uns et des autres.
      Cependant il y a une chose qu’il convient de différencier, c’est la proportion de ces pertes civiles.La bombe guidée n’épargne pas les civils si elle tombe sur eux, là encore qu’on arrête de dire que les bombes guidées ne tuent que les combattants et qu’il faut se dire lorsque des civils se font tuer, que c’est n’importe quoi.
      La bombe guidée, elle tombe là ou vous voulez qu’elle tombe et par cette action, elle limite les pertes avec les bombes ou les obus qui se perdent dans la masse en espérant qu’on touche l’ennemi..
      Prendre en considération les civils par des munitions guidées, cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun morts chez les civils, ceux qui traduisent mal par ce qu’ils ne comprennent pas cela, je ne peux rien y faire.
      Qu’on le veuille ou pas, mener des raids aériens comme le font les russes ou les syriens avec des bombes lisses laissent tout logiquement un nombre plus importants de pertes civiles.
      Les armes de précision outre l’efficacité opérationnelle de toucher l’ennemi, réduisent fortement les pertes de civils.On rase un quartier d’un côté quand l’autre peut se permettre de cibler certains bâtiments, les pertes civiles sont proportionnelles à cela.
      On ne peut pas comparer ces deux méthodes de guerre en prétendant que c’est la même chose et qu’il ne faut pas critiquer l’un au prétexte que l’autre est aussi responsable de pertes.Une personne qui a tué 10 personnes doit-il être jugé au même rang que celui qui en a tué une seule? Oui ils sont tous les deux des meurtriers, mais est-ce que cela s’arrête là? La condamnation doit être la même?
      J’ai l’impression que certains se font l’avocat du tueur à 10 victimes en déclarant que ce qu’a fait le tueur à une victime est d’une atrocité sans nom et que cela doit faire oublier voir minorer les meurtres de son client.
      On peut critiquer les pertes civiles venant des américains, mais uniquement si ont tient le même discours vis a vis de ceux qui font 10 fois le bilan de ces derniers, sinon c’est être un gros faux cul.

    2. Justement, l’aviation russe et celle d’ Assad ne se sont pas privés d’utiliser ce genre de munition – pas trop précises dans leur cas . Mais les media, Human Right Watch et autres ONG n’ont pas fait trop de bruit car :
      1) il est tellement plus facile et moins risqué d’accuser les Occidentaux et leur coalition.
      2) il est plus facile d’accéder aux zones d’opération de ces derniers . Alors qu’Assad n’accrédite que ceux qui ne peuvent que dire du bien de lui. Donc, pour pouvoir témoigner du contraire, il faut se risquer à aller chez les barbus.

    3. @ petitjean,
      .
      Votre discours reflète la position officielle russe. Comme Staline à l’époque, vous devez penser que « La mort d’un homme est une tragédie. La mort d’un million d’hommes est une statistique ».
      .
      Assad vise volontairement les civils. La Russie soutient Assad. L’État Islamique massacre des civils, exécute les prisonniers et se sert le plus souvent possible de bouclier humain. Il ne faut pas se tromper d’ennemi.

      1. « Assad vise volontairement les civils. »
        Si on vous écoute, il est difficile de comprendre pourquoi autant de civils syriens libérés par l’armée d’Assad viennent se mettre sous sa protection.
        La réalité ne serait-elle pas un peu plus complexe ?

        1. @ Robert,
          .
          La situation est complexe, c’est le moins que l’on puisse dire, au sujet de cette guerre. Assad ne souci pas du sort des civils syriens (il l’a dit lui même dans une interview de janvier 2017). L’État Islamique a servit de prétexte à Assad pour écraser la rébellion. Il a pu ainsi classer tous les opposants en « terroristes ». Là les civils ont été massacrés par Assad (bombardement volontaires sur des marchés en zones rebelles…) Aujourd’hui, la rébellion est morte. Donc les civils ont le choix entre l’État Islamique ou Assad… la peste ou le choléra.

          1. Belle dialectique, mais Assad libère et les syriens reviennent se mettre sous sa protection, ça c’est la réalité.
            Donc il faut croire que c’est plus compliqué que le manichéisme que vous nous présentez.

      2. Assad vise pas puisqu’il n’a pas de bombes de precision… Il lance ses bombes au hasard.

  3. Je cite : « En clair, les munitions au phosphore blanc peuvent être utilisées contre des cibles militaires à condition que ces dernières soient clairement à l’écart de positions civiles. Ce qui, à Mossoul ou à Raqqa [Syrie], où l’usage de ces bombes (ou obus) a également été rapporté, est compliqué… » Compliqué ?? c’est une plaisanterie, ou un bon mot dont le sens m’échappe ? non seulement impossible ! les US tuent des civils en ce moment par centaines, que ce soit en Irak ou en Syrie, là où on leur a rien demandé. Qui plus est, qu’on le veuille ou non, cette arme, utilisée sur Gaza par les israéliens (densité au km² supérieure celle de cuir chevelu de Trump…) comme l’uranium appauvri sur les irakiens et ailleurs (cf Yemen) donnent des résultats assez immondes sur des nouveaux nés, parfois plusieurs années après les faits….Là on parle pas de CPI ou autre, évidemment tant que ce sont les gentils coalisés (croisés ?!) qui commettent ces crimes….à vomir….tiens expression à la mode en ce moment !

      1. La guerre c’est le concours ddes horreurs: celui qui gagne est le plus horrible.

    1. Bah les civils tués par les américains pour assurer leurs objectifs, c’est pas très nouveau… Combien de villes (et de vies) détruites par les américains pendant la seconde guerre mondiale, pour « libérer le Moooonde » ? La vie d’un soldat américain vaut bien 100 vies de civils « libérés »… n’en déplaise à Sardou. (Si les ruskofs n’étaient pas làààà…)

    2. @ l’outrepenseur,
      .
      Quelle est votre solution pour résoudre les problèmes là-bas ? Laisser les gentils islamistes gagner ? Laisser les gentils russes et le gentil Assad gagner ?
      .
      Vous parler de « croisés ». Je vous rappelle que l’État Islamique massacre avant tout des populations musulmanes. Les Islamistes n’ont besoin de personne pour tuer des musulmans et des civils en général. Ils se débrouillent très bien tout seul.

      1. La solution c’est de ne rien faire et de laisser le plus fort l’emporter. Au moins la situation apres sera stable.

  4. L’Arabie saoudite arrose le Yémen au phosphore depuis 2015. Les russo-syriens l’ont largement utilisé pour la prise d’Alep. La coalition a bombardé accidentellement au phosphore l’armée syrienne à Deir ezzor en septembre.
    La coalition utilise du phosphore blanc depuis le début de la bataille de raqqah (je vais vérifier mais je pense qu’il est utilisé toutes les nuits depuis le 5 juin)
    On constate que le phosphore blanc est utilisé essentiellement en milieu urbain. Donc les restrictions du droit de la guerre sont une large fumisterie pour ne pas dire du foutage de gueule. La guerre ne fait pas dans la subtilité juridique, si vous avez une arme efficace qui n’est pas interdite pour faire mal à l’adversaire vous l’utilisez.
    A Mossoul les explications du porte-parole nz sont un écran de fumée. Les tirs au phosphore (de la semaine dernière) sont des tirs de destruction et/ou d’interdiction. Ils se pourraient qu’ils aient été une réponse à la mort d’une quinzaine de soldat irakiens dans l’explosion d’un bâtiment piégé à la limite des quartiers de zinjili et al shafaa.

    1. Oui, les restrictions juridiques au droit de la guerre sont largement enfreintes. Non, ils ne servent pas à rien: il est bon de rappeler qu’il y a des limites à ne pas dépasser, même en guerre. On peut se désoler que, par nécessité, ces règles juridiques internationales ne soient pas respectées. Mais je trouve déplaisant de réclamer leur abolition, sous prétexte qu’on les enfreint: il y a des homicides, et certains coupables échappent à la justice; doit-on pour autant abolir le crime d’homicide, sous prétexte que cela ne sert à rien?
      On peut espérer à tendre vers un monde meilleur, où les homicides comme les crimes de guerre se raréfient. Ce monde meilleur tarde à venir (c’est peu de le dire!), mais cela ne veut pas dire que l’idée ne doit pas être défendue, ni qu’il faut arrêter d’espérer.

    2. @Jyb, combien de morts civils du phosphore blanc jusqu’à présent à Mossoul ou Raqqa?

        1. @fraisedesbois
          aucune idée précise. La séquence qui a Mossoul a, je pense motivé cette declaration, a été intense, mais le nombre de civils tués relève de la dizaine (je serai tenté de dire « que de la dizaine »)
          A raqqah, le nombre de victimes du phosphore blanc est faible. Les zones bombardées sont des vrais objectifs militaires ( camp 13, zone hisan…) ou normalement il ne doit pas y avoir beaucoup de civils.
          Mais on parle bien de victime du phosphore.

    3. « Les russo-syriens l’ont largement utilisé pour la prise d’Alep »

      On lit cela souvent dans les commentaires mais avez des sources en lien à proposer?

  5. Ouiii mais bon, c’est la coalition, les gentilles, les libérateurs, ceux qui sont pour la justice et le développement, donc c’est pas grave!!

  6. La France utilise semble-t-il aussi des obus fumigènes avec ses canons Caesar pour masquer l’avancée des troupes irakiennes aux snipers ennemis, et peut-être pour masquer les civils aux tirs de Daech ?

    1. Les obus tirés par les Caesar sont a tête chercheuse et distinguent le civil du militaire,ainsi que le militaire ami d’un militaire ennemi.PS:faut arrêter avec l’hypocrisie.A la guerre tout est permis,ce qui est interdit c’est de se faire prendre,c’est que ça se sache.

      1. Les Caesar présents en Irak ne disposent pas d’obus au phosphore… Je parle en connaissance de cause… donc, nous ne tirons que du fumigène classique.

  7. Il ne faut pas se leurrer: quand une arme produit des effets tactiques efficaces, on l’utilise. On dit: « c’est la guerre ».
    .
    Néanmoins, dans son acception moderne, l’adage ne concerne que les forces combattantes ennemies, à l’exclusion des civils. Il faut donc prendre des précautions pour ne pas impacter les civils, comme le précise l’article de notre hôte, qui cite les références de droit applicable (c’est une question de droit).
    .
    Le problème du phosphore blanc étant qu’il s’agit d’une arme qui, par sa nature, frappe sans discernement (c’est une question de fait): le phosphore blanc est un matériau brutal et stupide qui n’est pas doté d’une capacité de discernement lui permettant de distinguer la chair d’un civil de celle d’un combattant ennemi. Il tue indistinctement les deux, du moment qu’ils se trouvent dans le rayon létal de la munition.
    .
    La communication mise en place par la coalition vise indubitablement à nous faire oublier cette loi de la thermodynamique. En clair, les civils vont morfler et personne n’a envie de porter le fardeau de la culpabilité qui va avec.
    .
    Reste à savoir au crédit de quel compte cette « créance » sera portée (c’est une question politique). Si j’étais un djihadiste de Daesh, je m’empresserai de communiquer pour dire que cette créance doit être portée au débit du compte de mes ennemis et au crédit de mon propre compte (c’est une question de propagande).
    .
    L’humaniste et le philosophe relèveront que la somme de toute ces questions – qu’on met toujours entre parenthèse pour souligner leur caractère annexe par rapport à l’action homicide dont il est question – n’empêchent pas les gens de mourir.
    .
    Maintenant, posons une question à nos militaires, je veux dire les nôtres, les Français: et s’il était possible de concevoir une stratégie dont chaque partie applicative (l’art opératif, la tactique, la logistique) n’implique pas que les gens meurent, mais qu’au contraire on les sauve?
    .
    De quelle armée auriez-vous besoin pour atteindre cet objectif? Cette armée, certes assez idéale, ressemble-t-elle à celle que vous servez actuellement? Et si oui, pourquoi ne lui demande-t-on pas de gagner ces batailles?

    1. « Le problème du phosphore blanc étant qu’il s’agit d’une arme qui, par sa nature, frappe sans discernement (c’est une question de fait): le phosphore blanc est un matériau brutal et stupide qui n’est pas doté d’une capacité de discernement lui permettant de distinguer la chair d’un civil de celle d’un combattant ennemi. Il tue indistinctement les deux, du moment qu’ils se trouvent dans le rayon létal de la munition.
      . »
      comme les obus, les nitro fuel,une fronde, un galet, bref une arme , sauf celles dirigées style carabines, le reste peut être ciblé, mais le rayon de dégât est large et peut aussi inclure des civils
      quand on voit , de nuit toutes les balles de tous calibres, des mitrailleuses qui ricochent de partout, et vu leurs portées létales, ça craint aussi!
      Faudrait aussi poser la même question coté terroriste qui eux visent et mettent en danger de mort , les civils, quasi exclusivement et dans le monde entier!

      1. @ Thaurac,
        .
        J’ai été maladroit: bien sûr, une balle de mitrailleuse tue aussi surement un civil qu’un militaire, ce n’est pas ce que je voulais dire.
        .
        je voulais dire que le phosphore blanc n’est pas une arme qui vous permet d’agir avec discernement (cibler un truc précis) quand bien même vous en auriez l’intention, dans les cas où des civils et des forces combattantes sont imbriquées, alors que d’autres armes le peuvent ou, en tout cas, sont moins létales.
        .
        Raison pour laquelle son emploi est soumis à un protocole chinois un peu complexe, article 2 et 3: le truc fout le feu partout, donc la cible doit être à l’écart des civils.
        .
        Sinon, le fait que des terroristes massacrent des civils ne saurait à mon sens justifier que nos forces armées massacrent à leur tour d’autres civils. Si on adopte les mêmes méthodes que les leurs, autant s’en faire des alliés, et – pourquoi pas? – des amis avec lesquels nous pourrons partager des valeurs communes.
        .
        Mais ce serait pousser un peu loin le pragmatisme, non?

    2. « il était possible de concevoir une stratégie dont chaque partie applicative (l’art opératif, la tactique, la logistique) n’implique pas que les gens meurent, mais qu’au contraire on les sauve? »
      .
      Je bloque légèrement sur cette partie, poser la question c’est bien, c’est en partant de questionnement que l’Homme a créer ses plus grand ouvrages, mais concrètement est il seulement envisageable de gagner une guerre sans victime(s) ? (Direct ou indirect)
      .
      Parce qu’admettons (hypothétiquement) qu’on endorme nos adversaires, cela ne le rend pas pour autant vaincu, il est temporairement calmé et assommé, mais tôt ou tard les hostilités reprendront, la résolution du conflit sans victime passerait donc par une « guerre » diplomatique où dans ce monde idéale on s’assiérait autour d’une table pour discuter du pourquoi, du comment, et de la solution acceptable pour les parties en cause.
      .
      Cette nécessitait de discuter pour comprendre les positions et les nécessités des uns et des autres est pour le moins incompatible avec les terroristes, qui sont au delà de l’action « logique » et dont la plupart sont de « simple » fanatique ?
      .
      Tout ça pour dire, si le « peuple » a besoin de croire qu’une guerre saine/propre existe, c’est en réalité impossible (Tout du moins à notre niveau actuel et dans ce conflit précis).

      1. @ Orion,
        .
        Je concède que ma question peut paraitre naïve. En apportant les deux précisions qui suivent, j’espère qu’elle le paraîtra un peu moins.
        .
        Je ne pensais pas à une guerre sans victime, mais sans victime civile, ce qui restreint le problème (qui reste malgré tout immense).
        .
        D’autre part, je tire la conséquence d’un argument purement militaire: l’accroissement du rôle des munitions de précision dans les guerres modernes. Au départ, elles ont été employées pour des raisons complètement militaires. Mais on en a rapidement perçu les avantages en ce qui concerne la réduction des pertes civiles.
        .
        Il est donc possible de parvenir à des résultats appréciables en matière de réduction des pertes humaines civiles en utilisant certaines armes, précises, plutôt que d’autres, moins précises.
        .
        Ce phénomène de réduction des pertes humaines civiles par l’emploi d’armes précises a même été amplifié par l’emploi de charges militaires ayant une létalité strictement contrôlée (je songe par exemple aux charges employées par les Israéliens pour éliminer des activistes dans des véhicules qui roulent dans des rues où circule une foule même dense).
        .
        Voilà un fait très encourageant. Mais il faut bien comprendre qu’il résulte d’une volonté de s’abstenir de nuire à des populations civiles. C’est donc un acte négatif = une volonté de ne pas faire de mal, ou de limiter les atteintes.
        .
        Afin d’améliorer la performance en matière de réduction des pertes civiles, est-il concevable d’aller au-delà du simple acte négatif d’abstention et d’avoir une démarche plus « pro-active » de protection des populations civiles, y-compris celles qui ne sont pas amicales, ou alliées?
        .
        Est-ce que cela fait sens pour vous, ou cela vous semble-t-il un truc farfelu de droit de l’hommiste fleur bleue?

        1. le grand défaut des armes « discriminantes », c’est qu’elles coûtent cher et même très cher.
          Après, c’est une question de budget disponible et de rapport qualité / prix; voia, voilou !

    3. Sain rappel des fondamentaux. Le style en plus. Merci à vous et autres FraisedesBois. Il n’est plus interdit au pousse-cailloux d’utiliser sa tête pour accomplir la mission.

      PS: par vos posts, mon propos signale l’effort éthique de promotion d’ un homme d’arme républicain. Doté d’une mentalité parfois embarrassante et embarrassée au combat. Il est peu connu que nos armes et leurs servants subissent progressivement le standard onusien.

  8. Le droit de la guerre, apprécié par les analystes « à froid », rappelle par bien des aspects la légitime défense examinée au calme, par un magistrat détendu dans un bureau loin de tout stress. Pas étonnant qu’un buraliste / policier / retraité quelconque soit condamné après un coup de feu tiré « dans le dos » d’un pov chti voleur tenant un 9mm et qui reculait (pour s’abriter et refaire feu?)… donc, pour en revenir aux « outils » militaires, je me demande si l’un de nos militaires ne pourrait pas être condamné pour les fenêtres endommagées après le lancement d’une grenade (ou le blast d’une bombe). D’ou la question finale : quel assureur serait assez fou pourrait garantir nos troupes en responsabilités, si l’état n’était son propre assureur… 😉

    1. Oui bah en même temps si on ne sait pas ce qu’on colle dans les canons ou dans les soutes à bombes des avions euh…

    2. S’il y avait un réel droit de la guerre, ce serait revenir à Horaces contre Curiaces; on mets ceux qui veulent en découdre avec un couteau, un contre sur un terrain vague, rien d’autres. Ainsi aucune perte civile. Celui qui s’est entrainé 20 ans à manier le sabre, connaitre son corps, n’est pas abattu par un novice.

    3. @ Logos,
      .
      1) En fait, en ce qui concerne la question de l’emploi des armes dégueulasses, comme le phosphore blanc, on est plus dans la règle de justice qui est à la source de la légitime défense: l’état de nécessité.
      .
      Etat de nécessité: la société autorise une personne, confrontée à un péril actuel ou imminent, de toute nature, que ce péril la concerne directement ou qu’elle concerne un tiers, à commettre une infraction, même très grave, dès lors qu’elle est l’unique moyen de sauvegarder un intérêt légitime.
      .
      C’est un principe très large qui s’applique à toute sorte de situations (de la dissuasion nucléaire aux fauchage d’OGM). En droit français, il figure à l’article 122-7 du code pénal.
      .
      Lorsque la France s’est dotée de l’arme nucléaire, le général de Gaulle a déclaré qu’elle avait la capacité de tuer 80 millions de Soviétiques. Il a bien fallu trouver une justification éthique à la possibilité de ce massacre.
      .
      Or, en raison de la nature de la dissuasion nucléaire, qui n’est pas fondée sur l’idée d’un tir de riposte proportionnée, cette justification éthique ne pouvait pas être la légitime défense, mais son frère jumeau, l’état de nécessité. Donc, l’intérêt légitime, c’est l’intérêt supérieur de la nation, et le crime très grave que la société autorise est l’assassinat de 80 millions de personnes. Ce crime est décidé par le chef de l’Etat et ses exécutants sont nos forces armées.
      .
      L’état de nécessité n’est donc pas un concept qui s’adresse aux âmes sensibles:https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_de_n%C3%A9cessit%C3%A9
      .
      2) En ce qui concerne la grenade et les carreaux cassés, on peut songer à la légitime défense: lorsque le danger émane spécifiquement d’un être humain, l’état de nécessité prend le nom de légitime défense et subit à ce moment-là quelques limitations afin d’éviter qu’elle ne serve de déguisement juridique à des violences gratuites ou qui relèveraient de la vengeance. Elle figure aux articles 122-5 et 6.
      .
      La dernière corde à notre arc est l’article 122-4 qui dispose que n’est pas pénalement responsable celui qui accomplit un acte prescrit par la loi, ou commandé par l’autorité légitime.
      .
      Donc, pour répondre à votre question « je me demande si l’un de nos militaires ne pourrait pas être condamné pour les fenêtres endommagées après le lancement d’une grenade (ou le blast d’une bombe)? » il faut savoir dans quel cadre notre militaire a agi.
      .
      S’il est dans l’un de ces trois cas (état de nécessité, légitime défense, exécution de la loi ou ordre donné par l’autorité légitime) il n’est pas pénalement responsable.
      .
      S’agissant de votre dernière question – qui est civilement responsable? – elle est assez ardue, mais je vous propose d’y répondre en vous disant qu’aucun assureur ne serait assez fou pour garantir la totalité des risques que l’Etat prend à sa charge. Je me demande même quel actuaire serait assez calé en maths pour évaluer précisément les risques.

  9. Pour confirmation , j’ ai vérifié la définition du phosphore dans un dictionnaire. Il s’agit d’un produit chimique. Fichtre ! les chevaliers blancs américains utiliseraient donc des armes chimiques à Mossoul ? Mais des armes chimiques inoffensives bien évidemment, qui ne font que de la fumée en fait ! ouf ! on l’a échappé belle ! C’est pesque de la fumée thérapeutique, c’est ça ?
    Mais qu’apprends-je ? ça met aussi le feu ? un peu comme le napalm , quoi ? sacrés américains ! ils ne peuvent pas s’en empêcher ! : après les bombes incendiaires sur Dresde, les bombes atomiques sur deux villes au Japon, le napalm et les défoliants au Vietnam, les roquettes à l’uranium appauvri ici et là, voilà le phosphore blanc sur Mossoul et ses habitants …
    Heureusement que la morale est sauve, puisque dans ce nouvel épisode dans le parcours héroïque des « Croisés de la Liberté », on sait déjà que le méchant de l’histoire, le seul, l’unique, c’est Bachar…

    1. L’eau ça mouille, la poudre ça ne pousse pas dans les choux, et une balle dans le fondement, ça peut tuer. Et en plus on révise nos pages d’histoire. Et le vilain c’est bien le vaincu. Bref, tout se répète depuis Vercingétorix. Merci pour le rappel de ces évidences, en m’excusant de m’être inspiré de vos fulgurances.

    2. Pourquoi on ne vous vois pas réagir quand les russes font la même chose (faîtes des recherches, des vidéos il y en a des dizaines)? Stop aux hypocrites de ce site qui jouent aux défenseurs de la veuve et de l’orphelin uniquement quand la bombe est américaine et qui passe son temps à soutenir une politique d’éradication totale quand ce sont ceux qui peuvent se présenter comme des ennemis des américains.
      On a avec vous, le parfait prototype de troll anti-américain, qui ne voit que leurs crimes, leurs guerres, quitte à remonter 70 ans en arrière pour expliquer une action actuelle et qui ferme sa gueule pour les autres et leurs crimes.
      Réveil toi l’ami, tu ne défends pas la bonne cause, tu ne fais qu’exprimer une maladive pulsion anti-américaine.

      1. Moi, je veux bien un lien sur les videos sur le phosphore russe, je suis tout de même un peu curieux.
        Au passage Jacques a oublié de mentionner l’arme bactériologique en Corée.

        1. Jacques, euh pardon Briska
          Entre autres:
          https://www.youtube.com/watch?v=qGfSbxNsk3U
          https://www.youtube.com/watch?v=GDA1fEGwCMM
          https://www.youtube.com/watch?v=K8KpWt0bqEA
          https://www.youtube.com/watch?v=5dXEJ8fBACA
          Vous n’êtes pas curieux, vous êtes êtes juste aveuglé comme vos compagnons que les américains sont ce qu’il y a de pire au monde et que les autres ne font pas et ne feront jamais ce qu’ils font.
          Vous pensez que si les russes avaient la bombe nucléaire en 1944, ils ne l’auraient pas utilisé? Cessons de prendre les américains pour des malades, alors que n’importe qui a cette époque l’aurait utilisé s’il l’avait eût en premier.

          1. merci pour les liens. en ce qui concerne les images de phosphore, c’est bien cette pluie incandescente?
            Pour vos commentaires sur mon « anti-americanisme », vous pouvez les garder, ainsi que votre rage, celle des fanatiques incapables de faire la part des choses. Vous louez les américains parce que vous aimez l’image qu’ils projettent d’eux, très séduisante. La France a été conquise par la séduction, pas besoin de chars, il a suffit des accords Blum Byrnes.
            Pour ma part, comme disait mon grand père, j’essaie de juger aux actes. Et là, si on est loyal dans sa réflexion, équitable dans le jugement, et curieux de livres, on ne peut qu’être circonspect sur leur politique. Par contre, si on connait les théories géo-politiques, les enjeux, ou il veulent en venir, alors là, on ne peux qu’être disons, réfractaire.

    3. Votre argument ne tient pas la route, cher monsieur. Vous êtes fait à 70 % d’un mélange d’hydrogène et d’oxygène ( l’eau… ). Etes-vous, pour autant, un produit chimique ? La réalité est qu’il est difficile de neutraliser les islamistes avec des confettis.

    4. Calme, Jacquot : la poudre à canon aussi c’est chimique… chimique ne veut pas dire « horrible » : votre laxatif aussi est chimique.

      1. @ ali le chimique : on a gardé les cochons ensemble ? et vous croyez que j’ignorais ce qu’est un produit chimique ? décidément , la vulgarité des propos démontre toujours la vacuité de celui qui n’a que ça à sa disposition.

      2. Il lui a fallu prendre le dico pour découvrir le phosphore, saluons cet effort d’instruction!
        Laissons cette découverte faire son chemin et notre néo-érudit enfin… phosphorer!

    5. A propos de Drezden, Vietnam toussa: même réponse qu’à Robert:
      « …le Protocole sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi des armes incendiaires [date] du 10 octobre 1980… » C’est dans l’article (fallait le lire et le comprendre).
      Aussi les crimes contre l’humanité antidatés, il faut arrêter.
      .
      Et puis même question qu’à Jyb:
      Combien de civils morts par phosphore blanc à Mossoul, jusqu’à présent?

      1. @ fraise des bois : ah , j’ai enfin compris ! les crimes contre l’humanité, c’est seulement depuis le protocole de 1980 ! avant, donc ce n’en était pas ! la Shoah, tout ça, ce n’était donc pas un crime contre l’humanité ! je vais annoncer ça à la famille Klarsfeld, ils vont être ravis !

        1. Je me suis fort mal exprimé (l’emportement). « Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde ». My bad.
          Je voulais parler de crimes de guerre, et non « contre l’humanité ».
          Et d’emploi d’armes incendiaires, non d’entreprise génocidaire.
          .
          Or donc, selon vous, le phosphore à Mossoul, c’est comme la shoah?
          Evidemment que non, n’est-ce pas…

      2. Fraisedesbois,
        Ce n’est pas la loi qui détermine le crime, mais son absence de justification morale et militaire pouvant légitimer des moyens mis en oeuvre. On peut trouver une justification au Japon pour arrêter la guerre face au fanatisme japonais, il me semble.
        À Dresde, il n’y a pas de militaires, ce n’est pas un objectif militaire, il n’y a que des civils et des réfugiés qui seront bombardés à plusieurs reprises pour ne pas manquer ceux qui étaient sortis des abris après les premiers bombardements. Et les bombes incendiaires, ça s’insinue partout, dans les caves, les égouts.
        Et à Nuremberg, les criminels soviétiques sont devenus des alliés qui jugent leurs crimes.

        1. Et donc, Robert?
          Le cas d’emploi de phosphore à Mossoul, tel qu’il est rapporté par le billet de L.L., c’est comme à Dresde?
          C’est en tous cas ce qu’insinuent vos commentaires. Pertinence: 0

          1. Fraisedesbois,
            Il me semble avoir largement fait la démonstration depuis que je sévis sur ce blog que je parle franchement et ouvertement sans insinuation.
            Si la dignité de tout être humain, vous savez la déclaration des droits de l’homme, est indépassable, le bombardement de populations civiles sans objectif militaire ni troupes présentes avec des armes incendiaires particulièrement meurtrières est un crime de guerre. Je me méfie de l’appellation « crime contre l’humanité » depuis que certains crimes de masse ont vus leurs auteurs ne pas être punis à la hauteur de ce crime.
            Je ne suis pas idéaliste, je considère que tout être humain mérite le même respect.

    6. C’est pas bô la guerre et quand je serai grande je nagerai avec les dauphins.

    7. @ Jacques 29,
      .
      Le fonctionnement de la plupart des armes est basé sur la chimie. Pour autant, ce qu’on désigne comme « arme chimique », c’est un dispositif qui utilise des produits toxiques pour l’être humain. Là, le phosphore blanc est plutôt à classer comme arme incendiaire et fumigène.
      .
      « les roquettes à l’uranium appauvri ici et là » : à ma connaissance, ça n’existe pas les « roquettes » à l’uranium appauvri. En général, il s’agit d’obus en uranium appauvri ou en tungstène. Ces obus sont dit « perforants ». Ils utilisent l’énergie cinétique (donc une grande vitesse initiale) pour perforer le blindage ou la protection. Une munition à uranium appauvri a besoin d’une grande vitesse pour être efficace, c’est pour cela qu’elles sont tirées depuis des canons. A l’opposé, une roquette aura une vitesse « faible », et on verra plutôt des roquettes à charge creuse ou à charge explosive.

        1. @ claude,
          .
          Les obus en uranium appauvri ne sont pas des armes nucléaires. L’uranium appauvri, comme le tungstène, est utilisé pour sa masse volumique très importante.
          .
          Aucune arme nucléaire n’a été utilisées durant cette guerre. Attention, les trolls islamistes parlent souvent « d’arme nucléaire » quand ils évoquent l’uranium appauvri. C’est bien entendu une erreur.

  10. Depuis quand on tue proprement ? C’est la nouvelle idéologie il faut surtout pas tuer avec des drones c est pas bien mais avec un missile, un obus ou une bombe d’un avion c’est respectable ? Quant au phosphore tue t’il moins que les bombardements ou les mitraillages massifs ? Les guerres dans les villes sont plus sales puisque population et combattants sont mélangés sans savoir qui sert de bouclier et qui est complices !

  11. Bref, à l’air le phosphore brule, c’est pourquoi, pour en extraire les bouts dans le corps , on opère dans un liquide pour que les blessures ne s’aggravent plus à l’air.

  12. S’il n’y avait que le phosphore…
    Le niveau de destruction des infrastructures en Syrie et en Irak est tout simplement phénoménal. Je n’ai pas l’occasion de mettre les pieds au M.O., mais les dégâts observés à Sarajevo, qui fut longtemps la référence, semble presque négligeables en comparaison.
    https://www.youtube.com/watch?v=0BSOJdSVtVE
    .
    Seul le résultat des bombardements des premières et seconde guerres mondiales pourraient être comparables, mais techniquement, ils ne le sont pas. En effet à l’époque, les infrastructures urbaines étaient souvent en maconnerie et/ou bois. Pierre et acier pour les plus importants.
    Ces matériaux et leurs modes d’assemblage cèdent à des forces moindres, et de plus, ils sont beaucoup plus sensibles à la chaleur des incendies. Les explosifs de l’époque étaient nettement moins puissants et les munitions moins précises, mais la force nécessaire pour détruire de tels ouvrages est minime en comparaison.
    .
    Les méthodes de construction en béton et blocs (parpaings) couramment utilisés autour de la Méditerranée ne sont pas toujours des structures exemplaires. Mais elles offrent une tout autre résistance que les ouvrages de maconnerie pure…
    Pour arriver aux type de destruction présentée dans le film ci-dessus, il faut un stock fabuleux de munitions (des bombes plus importantes souffleraient des blocs entiers), des explosifs suffisament rapides pour briser les structures en bétons et « expulser » les facades en parpaings quasiment dans leur intégralité. Un détail qui me manque, je ne sais pas si en Syrie la tradition est d’éviter de monter des fenêtres, mais on ne voit plus trace d’un cadre…
    .
    Je mise sur donc l’utilisation à outrance d’armes thermobariques, et certainement une grande partie de charges artisanales (avec souvent une vitesse de détonation moindre que les explos mili, mais un volume de gaz important). Avec ca, comment s’offusquer du reste!?

    1. Le mot ‘humanité’ ne semble plus avoir de sens ; les hommes, et les femmes aussi, se laissent prendre au piège des idéologies les plus folles, au Moyen Orient aujourd’hui, en Europe et en Extrême Orient hier. On a pas fait l’effort de chercher une méthode d’éducation qui nous prémunisse (au moins un peu) de cela … Et puis lorsque la guerre est là, c’est bien la fascination de nombreux hommes pour le combat qui balaie tout sentiment au nom de la défense de la cause, de son groupe, de l’efficacité. Nous sommes toujours des animaux qui vivent en meute, avec un mâle alpha au poste de commandement. — . Je suis peut être un bisounours, mais il faudra bien un jour que l’humanité progresse, ou alors elle disparaitra, après avoir détruit les ressources naturelles, puis provoqué sa propre destruction. — . Oradour n’a pas suffit : conservons Homs en l’état, et organisons des voyages organisés pour toute la jeunesse du monde, pour montrer ce que peut faire notre esprit lorsqu’il demeure à son niveau primitif. Il n’y a aucune cause qui justifie cela.

  13. Heu….. en France 100 000 personnes sans emplois vont être réquisitionnées pour crapoter des clops à fin d’enfumer les contribuables…..une MAJ de leur carte vitale gratos en remerciement….merci beaucoup les jojos !!

  14. D’après la citation du règlement dans l’article de M. LAGNEAU, c’est le largage par aéronef qui est interdit… l’envoi par l’artillerie échappe donc à cette interdiction… Donc des frappes au phosphore par de l’artillerie respectent la réglementation.

    1. @ Nihilo,
      .
      Non:
      .
      Il est « interdit en outre de faire d’un objectif militaire situé à l’intérieur d’une concentration de civils l’objet d’une attaque au moyen d’armes incendiaires AUTRES que des armes incendiaires lancées par aéronef, (…) ».
      .
      Autres, ça veut dire tout ce qui n’est pas lancé d’un avion, donc un obus par exemple.
      .
      Source: c’est le 3 de l’article 2, ici = https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Article.xsp?action=openDocument&documentId=DFAFD8C450CFDA20C12563BD002C38AB

  15. Se contraindre à respecter les réglementations est difficile voire cruel et est de toutes façons un dilemme surtout quand on voit les siens se faire tuer ou blesser…

    Cependant si cette réglementation existe c’est qu’elle a une origine, un fait passé, fait passé dont les conséquences ont amené à interdire certaines méthodes et armements… La fin justifie les moyens, c’est toujours vrai mais il faut clairement définir la fin que l’on veut : terminer les combats le plus tôt possible ? Éradiquer l’ennemi ? Préparer une paix la plus longue possible ?

  16. A Alep, c’était a longueur de journée, et sous toutes les formes, « la population par-ci,les petits nenfants par là ».A Mossoul et a Raqqa,motus.Après on s’étonne qu’on soit sceptiques sur la véracité et la fiabilité des infos,d’où qu’elles viennent.

    1. Ce qui a été stupéfiant à Alep ce sont les reportages de nos chers mainstream’s boys au sujet des 72 destructions consécutives du dernier hôpital de la ville celui qui ne soigne que les gentils et dans une zone ou il n’y a que des gentils et que si il y a des mortiers et des snipers dessus, c’est des mortiers et des snipers gentils.
      Comme dirait un célèbre communiquant: « Ne dites pas à ma mère que je suis journaliste, elle me croit pianiste dans un bordel ».

  17. Un vrai deuxième porte avions serait bien plus que nécessaire à mon gout et coûterait moins cher, la France a besoin d’être toujours la première puissance européenne. Porter un aéroport militaire dans le monde quand l’autre est en « stationnement-rénovation » fait partit des grandes puissances. point barre!!!

  18. Je suis pas tant HS que ça sur ce sujet, demandez vous ce qui se passerait avec un porte avions toujours en mouvement dans le monde. Mais bientôt on va se faire doubler par nos « amis »
    Cool…
    Quand je dis que un vrai deuxieme porte avions coûte pas si cher, c’est que je le compare a la vision de notre président avec son servise militaire, hein ?

    Calculez, mais calculez bien !!!

  19. Résumons simplement : en temps de guerre, les ‘nécessités’ de défendre les nôtres justifient toujours les pires exactions, toutes idéologies confondues, quand les tensions deviennent trop fortes … Pour épargner les vie des soldats US, les américains ont méticuleusement détruit les villes d’Europe (pas seulement allemandes), du Japon, de la Corée, et ils sont effectué deux bombardements atomiques contre des cités. La fin justifierait elle toujours les moyens à la guerre ? Non, car ceux qui les commettent savent bien qu’ils ne font que des saloperies, qu’ils tairont à leurs familles. Ils deviendront des gens malsains au sein de leur propre nation, et ne permettront pas le progrès des sociétés. Se comporter en barbare ne fait pas avancer le shmilblick, et ne génère que des haines, qui deviendront nouvelles guerres un jour …

    1. Dans cette guerre précisément vous ne pourrez pas dire que la coalition bombarde à outrance pour épargner la vie de ses soldats étant donné qu’ils ne combattent pas sur le terrain, ou si peu, quelques Forces spéciales. En l’occurrence, ces bombardements servent plutôt à épargner la vie des soldats irakiens et kurdes. Et puis accessoirement, ces bombardement servent aussi à détruire l’état islamique.
      J’ironise mais si vous avez une autre solution pour vous débarrasser de ces barbares, je suis preneur.

  20. Tout ce battage concernant le phosphore blanc employé dans des obus fumigènes sert surtout à discréditer les forces occidentales qui l’emploient à Mossoul, comme cela avait été fait auparavant contre les Israéliens lors de l’opération Litani . Pourquoi donc l’emploi de bombes incendiaires à sous-munitions , largement employées sur des zones urbaines comme à Alep par exemple , n’est il pas critiqué d’une manière aussi virulent ? La thermite ferait elle moins de victimes collatérales que le phosphore blanc? Et les munitions au phosphore rouge, au magnésium ou au napalm sont elles plus humanitaires et écologiques ?

Les commentaires sont fermés.