Les F-35A de la base américaine de Luke resteront cloués au sol jusqu’à nouvel ordre

Normalement, les vols des 55 avions F-35A du 56th Fighter Wing, basé à Luke Air Force Base [Arizona] auraient dû reprendre le 12 juin, après avoir été suspendus trois jours plus tôt en raison de problèmes avec l’alimentation en oxygène des pilotes. Mais il n’en a rien été et la décision de maintenir au sol l’ensemble des appareils concernés a même été prolongée jusqu’à nouvel ordre.

L’US Air Force « prend ces incidents physiologiques au sérieux et notre attention est centrée sur la sécurité et le bien-être de nos pilotes », avait expliqué, le 9 juin, le général Brook Leonard, le commandant du 56th Fighter Wing.

Cette mesure d’interdire de vol des les F-35A de la base de Luke a été prise après 5 incidents au cours desquels les pilotes ont présenté des symptômes d’hypoxie (manque d’oxygène) ayant eu lieu entre le 2 mai et le 8 juin. Ces derniers ont pu ramener leur appareil à la base grâce au système d’oxygène de secours.

Les causes de ces incidents n’ont pas été précisées et l’on ignore si le système OBOGS (On-Board Oxygen Generating System) est en cause ou pas. Des problèmes similaires d’alimentation en oxygène des pilotes ont déjà été constatés, par le passé, avec le F-22 Raptor (en 2011), le T-45C Goshawk et le F/A-18 Hornet.

Des spécialistes sont arrivés sur la base et s’attachent à « réduire les causes potentielles de ces incidents », après le major Rebecca Heyse, porte-parole du 56th Fighter Wing. « Nous espérons identifier la cause » de ce problème « au cours des prochains jours mais aucune date n’a été arrêtée pour la reprise des opérations », a-t-elle ajouté.

Cela étant, ces dysfonctionnements, même s’ils ont été constatés sur des appareils provenant de différents lots de production, n’ont jusqu’à présent concerné uniquement des pilotes du 56th Fighter Wing. Aussi, l’US Air Force, estimant qu’il s’agit d’un problème local, n’a pas étendu l’interdiction de vol aux F-35A de la base de Hill [Utah], laquelle a envoyé 8 avions de ce type en Europe.

Aussi, la démonstration en vol du F-35A prévue lors du prochain salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget ne sera pas remise en cause.

Développé par Lockheed-Martin depuis 2001, le F-35, qui se décline en trois versions, est le programme d’armement le plus cher du Pentagone, avec un coût avoisinant les 400 milliards de dollars, notamment à cause de surcoûts générés par des retards et des problèmes techniques rencontrés lors de sa mise au point.

45 commentaires sur “Les F-35A de la base américaine de Luke resteront cloués au sol jusqu’à nouvel ordre”

  1. Bon , le F-35 ! REVEIL ! Faudrait que ça marche maintenant !
    En tous cas ce serait bien … 😉

    1. Tout va très bien, Madame la Marquise,
      Tout va très bien, tout va très bien.
      Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise,
      On déplore un tout petit rien :
      Un incident, une bêtise,
      Quelques pilotes en hypoxie
      Mais, à part ça, Madame la Marquise
      Tout va très bien, tout va très bien.

    1. Avec l’addition qu’il a coûté , il vaudrait pourtant mieux qu’il serve à quelque chose .

    2. @Tokamak
      Et dire que certains pays européens envisagent de s’en doter (tout récemment la Pologne) alors que juste au bout de leurs nez (en France) il y a le Rafale qui a déjà fait ses preuves.

  2. Quelqu’un peut expliquer pourquoi plus de 100 exemplaires ont été construit d’un avions qui n’est opérationnel?
    D’habitude pour tous les produits et surtout les avions de chasse font l’objet de prototype puis de série, pourquoi celui ci à t’on fait l’inverse?
    J’imagine que tout ce petit monde devra retourner en usine se refaire une beauté lorsque l’avion sera véritablement opérationnel.

    1. C’est le principe de « concurrency »… A savoir que ce mode d’acquisition s’applique aussi aux PA de classe Ford. Les Americans sont en train de s’en mordre les doigts….

    2. @Spender
      Je pense qu’il s’agis d’une N-ième technique pour empêcher l’arrêt du programme ou l’annulation de commandes, en effet difficile d’annuler le programme ou une commande quand tant d’appareils ont déjà été construit.

      1. Ses « millions » sont prévu dans le budget depuis longtemps et inclus dans le prix de vente pour chaque clients puisque ses derniers achètent des F-35 Block 3F, pas des Block 3i .

    3. @Spender

      Imaginer que la Russie propose des T-14 à l’export alors que la moitié des capacités promulgué de ces chars est en réalité non-opérationnel. Ainsi Ural Vagon Zavod (Théoriquement bien sur) pourrai alors se félicité d’être la seule entreprise à proposé un char NG – et que donc les Abrams, Leopard, Leclerc, T90MS etc sont obsolètes parce que neuf=mieux dans notre société de consommation. Je trouve que l’industrie de l’armement ressemble étonnamment à celle du jeux vidéos – le produit est proposé à l’achat avant la fin du développement – sans garanti de qualité. Le joueur se retrouve donc à payer 70 Euros pour un jeux sans garanti que ce jeux soit fonctionnel ou complet. Le tout en se basant sur une bande annonce. La c’est pareil,

      « Concurrent Development » – cela a permis a Lockheed Martin de concurrencer déloyalement Boeing, Dassault, Eurofighter et co. en proposant un avion de « 5ème génération » qui vole (wahooo) mais sans ses capacités tactiques de base (IOC). En gros le Pentagone commande à Lockheed Martin des avions de pré-serie qui OBLIGATOIREMENT repasseront en usine afin de recevoir de bien couteuses mises à jour. Plus sur les coup de la pre-production (LRIP-9 ) – https://raphsthinktank.wordpress.com/2017/01/29/jsf-f-35-lightening-ii-lrip-9-affordability-analysis/

      1. La comparaison peut être faite pour n’importe quel pays: imaginez le Rafale vendu à, ne serait-ce que, 100 exemplaires dans les années 90, pendant son développement, avec déjà quelques appareils destinés à être opérationnel construits.. tout bonnement impossible.
        .
        Il n’a que dans le doux monde des Ricains qu’on peut imposer, pardon, vendre du matériel militaire à des millions de dollars sans avoir besoin d’attendre leur maturité.

        1. Qu’est ce que vous êtes mauvais perdant Tonton … Toutes les raisons les plus farfelus qui soient pour tenter de bacher les appareils US ^^ Comment se fait-il que le Typhoon c’est vendu de la même manière que le F-35 (je pensais qu’il n’y avait que les américains pour faire ça..) ? Comment se fait-il que le reste de l’Europe et les américains soient capables d’attirer des pays dans leurs programmes pour faire baisser la R&D les coûts de productions par appareils alors que la France en est incapable, voilà la vrais question pour laquelle j’ai deux réponses Maroc/EAU …

  3. Et on se plaint du Rafale.Entre prototype et mise en service,10 ans et tout seuls.Le F35,le racket de 10 pays pour financer un budget qui dépasse 68% le budget initial et 15 ans après, il ne fonctionne toujours pas.Serge,va leur dire comment on fait.!

    1. On oubliera les problèmes pulmonaires des PN de Rafale à la mise en service de l’appareil…

        1. Des infections dues aux filtres du système OBOGS. Problèmes réglés assez rapidement. Mais d’une manière générale, tous les avions équipés de ce genre de système ont connus des soucis plus ou moins graves…le temps que les années passent et que la technologie soit mature. De toute façon, il n’y a pas de débat, l’OBOGS apporte une souplesse sur théâtre d’opérations extérieurs et permet de se passer de tout le matériel d’environnement pour distribuer l’oxygène liquide.

          1. @Ryner
            .

            Déjà , expliquons ce qu’est l’ OBOGS ( On Board Oxygen Generator System ) , c’est à dire que de l’air est prélevé en permanence sur un compresseur de moteur puis enrichi en oxygène que le pilote respire et qui alimente également le pantalon anti-G .
            En situation de combat , normalement , la consommation en oxygène s’accroît notamment afin de compenser les apnées du pilote sous fort facteur de charge ainsi que les sollicitations intensives et répétées de la combinaison anti-G dont il est équipé .
            L’ azote contenu dans l’air est adsorbé par l’OBOGS aidé en cela par les variations de température et de pression ainsi au lieu d’avoir dans les 21% d’O² on approche des 93% !
            .
            L’OBOGS a pour vocation de remplacer l’ancien système de convertisseur et ainsi de pouvoir se passer des dispositifs inhérents à ce dernier , comme de la manipulation ou du stockage des réserves d’oxygène liquide etc …
            .
            Or , la réserve d’oxygène située sur le siège éjectable qui constitue la réserve de secours dont le rôle est d’alimenter le pilote pendant quelques minutes après une éventuelle éjection , est sans-nul doute très limitée ; il apparaît donc évident que dans ces conditions , si l’ OBOGS nécessite un délai trop long pour recharger ladite source de secours , les conséquences possibles en deviennent de facto potentiellement très dangereuses !
            .
            C’est pourquoi je suis partisan d’une hybridation du système : d’un côté l’OBOGS et de l’autre le convertisseur !
            .
            L’OBOGS ayant comme principal inconvénient un débit trop faible en grande partie dû à sa nécessaire miniaturisation , au vu de l’espace exigu disponible sur un chasseur , pouvant entraîner une pénurie d’oxygène s’il est trop sollicité , alors qu’ à contrario un convertisseur se recharge beaucoup plus vite !
            .
            Le débit de sortie de l’OBOGS est fonction de multiples facteurs tels que la contenance du réservoir de l’OBOGS , de la température , de l’altitude aussi ; en effet quelle que soit l’altitude il y a toujours 21% d’O2 mais comme plus on monte en altitude moins il y a d’air , moins il y a de molécules d’oxygène disponibles dans le même laps de temps !

            .
            Selon un recoupement et un résumé de diverses sources :
            .
            Le moyen le plus simple consisterait à augmenter le réservoir tampon de l’OBOGS ce qui reviendrait en terme d’encombrement à celui du convertisseur ; il est par conséquent indispensable de calculer au plus juste le volume minimum d’oxygène à fournir en instantané voire d’augmenter la pression .
            .
            D’ailleurs , comment sont équipés les Rafale , les Mirage 2000 ?
            Quelqu’un a t-il des infos précises à ce sujet ?

          2. Pour Rafale OBOGS, pour le Mirage 2000 convertisseur oxygène liquide. Une hybridation des deux systèmes ne servirait à rien à partir du moment où il faut une logistique pour l’oxygène liquide.
            Pour la source de secours, sur avions français, c’est une bouteille indépendante fixée sur le siège. Un manomètre permet d’en contrôler la pression. Elle a généralement une autonomie de 5 min. Par contre, elle n’est pas rechargée comme vous le dites par le système d’alimentation principale, mais est bien indépendante. Sur le rechargement d’un convertisseur, je ne comprends pas votre intervention, de mémoire un 10 litres de capacité sur rampe dans une remorque de gonflage, c’est au moins 15 minutes de gonflage avec derrière obligatoirement un temps de pose de 2 heures avant qu’il ne soit posé sur aéronef.

          3. Merci de vos infos , cher Ryner !
            .
            Vous savez , au cours de mes diverses recherches sur le sujet que je cernais plutôt vaguement tant mes connaissances sont parcellaires le concernant , je suis tombé sur tout un tas de sources où il a fallu savoir séparer le bon grain de l’ivraie comme on dit …
            .
            Ces diverses sources amenant parfois davantage de questions que de réponses , j’ai dû condenser le traitement que j’en ai fait tout-en extrayant , en discernant ce que j’estimais essentiel à la compréhension globale de l’ensemble de ce riche et peu connu sujet .
            .
            Alors , bien évidemment , n’étant pas spécialiste , j’ai moi-même bien davantage appris que je n’ai été en mesure d’étaler ma « science » en la matière ; par voie de conséquence , bien que je me sois efforcé d’être le plus clair et précis possible , quelques « flottements » , quelques petites errances de ma part étaient malheureusement inévitables …
            .
            En revanche , j’aimerais bien que vous m’expliquiez dans le détail ceci :
            .
            « Sur le rechargement d’un convertisseur, je ne comprends pas votre intervention, de mémoire un 10 litres de capacité sur rampe dans une remorque de gonflage, c’est au moins 15 minutes de gonflage avec derrière obligatoirement un temps de pose de 2 heures avant qu’il ne soit posé sur aéronef. »
            .
            Merci de votre aide !

  4. @ Spender

    Trop de version + 800 appareils d’export à livrés .. Au départ ce concept devait servir à réduire le temps entre la fin du développement et la livraison. Si le développement n’aurait pas subit de retard, tout le monde aurais crié au génie, au lieu de ça le développement est en retard et tout le monde cri au scandale ^^
    .
    « J’imagine que tout ce petit monde devra retourner en usine se refaire une beauté lorsque l’avion sera véritablement opérationnel. »
    .
    Si vous pensez à des surcoûts, ça n’arrivera pas. En effet à chaque fois qu’un Block est est terminé puis finalisé, tous les appareils retournent en usine pour recevoir le Block, mais les coûts sont déjà inclus jusqu’au Block final (Block 3F) .
    .
    Après 2020 il y à déjà 4 Block d’amélioration de prévus (Block 4.1-4.2-4.3-4.4) ce sont des évolutions de la même manière qu’un Rafale ou un F-16. Les Block 4.1 et 4.3 sont des améliorations de logiciel et des intégrations d’armes exemple : Meteor, Brimstone, JASSM, JASSM-ER, JSOW, JSOW-ER, StormShadow/SCALP et autres. Les Block 4.2 et 4.4 sont des améliorations majeures à l’appareil par exemple pour le Block 4.2 : AD EOTS, Nouveau moteur, amélioration radar, etc. Pour ses améliorations là, les clients devront payés pour un « upgrade » mais les Block 4.1 et 4.2 ne devraient pas coûtés un bras puisque P&W et Lockheed offrent le nouveau moteur et l’AD EOTS au même prix que le F-135 et l’EOTS actuels. N’empêche que ses améliorations ne font pas partis du programme de développement initial et donc, ne sont pas déjà payé par les clients comme le Block 3F par exemple.
    .
    En résumé oui, les F-35 devront passé en usine pour recevoir le Block final (Block 3F) mais les coûts d’intégration et d’usinage sont déjà payé depuis longtemps par les clients.

    1. Personnellement je défend depuis un bon moment l’opinion que le F-35 sera opérationnel en version block 3F en 2020. Il faudra de mon point de vue plus de 2 ans pour régler LE vrai souci du F-35 c’est à dire son programme central et ses ambitions incroyables.

      Concernant les soucis d’hypoxie … Rappelons nous que les F-22 et les F-18 ont connu les mêmes soucis.

      1. @ Dany40
        .
        « Il faudra de mon point de vue plus de 2 ans pour régler LE vrai souci du F-35 c’est à dire son programme central et ses ambitions incroyables. »
        .
        Que voulez-vous dire par « central » ainsi que ses ambitions incroyables ?

        1. Pour moi c’est ce principe de fusion de donnée multiplateforme en simultané qui est vraiment très ambitieux … Et qui me semble s’être invité en cours de route dans le concept de l’avion.

  5. Les Belges, quelques Rafales, ça vous dit pas, vous êtes sur ? N’envoyez-pas vos pilotes à la mort.

    1. Comme tous les autres projets ambitieux j’ai envie de dire (je ne suis pas pro F35).
      La différence avec les avions précédents c’est qu’avec le web maintenant tout le monde en parle et tout de suite, tout le monde est au courant. Si le Rafale sortait aujourd’hui je suppose que tous ses défauts de jeunesse remplirait des pages entières de blogs. Et pour rappel à l’époque de sa sortie il n’y avait que la presse papier et il n’avait pas été épargné…

  6. Y en a qui oublient qu’en 2001 le Rafale ne pouvait voler la nuit et n’emportait que des missiles IR

    1. Vous en êtes sûr ?
      En 2001 , le Rafale ne pouvait-il voler de nuit ou ne pouvait-il accomplir certaines missions de nuit ?
      Ce n’est pas du tout pareil ; il y a une nuance de taille qui change beaucoup la donne .
      .
      De plus , quel Rafale était en service actif en 2001 ?
      Le Rafale au standard F1 capable de faire du air-air , n’est entré en service qu’en 2004 et si je ne fais pas de confusion , il s’agissait de Rafale M , les premiers à être entrés en service avant ceux de l’Armée de l’Air .
      Á vérifier toutefois .

  7. Deux F-35A se sont posés sur l’aéroport du Bourget cet après-midi (pour le Salon de l’aéronautique).
    Les pilotes sont sains et saufs.
    🙂

  8. La question est à plusieurs entrées,

    Du point de vue stratégique le F35 à vocation à créer les conditions de la disparition des moyens techniques et industriels des européens en matière d’aviation militaire. Cela permet aux USA de contrôler et maîtriser les capacités militaires des défenses européennes en contrôlant la maintenance et les updates à venir.

    Du point de vue business les USA seront garantis d’être en situation d’industries militaires quasi exclusive du monde « occidental ». Au-delà de la dimension financière, la « domination » industrielle est un enjeu de premier ordre pour garder et amplifier le contrôle, donc la dépendance et la cohérence forcée induite par cette situation.

    Concernant les engagements de ces matériels dans des opérations, il y a fort à parier que les USA pourront agir de manière puissante en intervenant sur la partie logiciel des appareils. Puisque l’intégration du système de maintenance à été poussé très très loin avec le système d’auto diagnostic permanent. Au cas ou un utilisateur voudrait faire intervenir ses F35 dans des opérations non souhaitées par les USA, il y a fort à parier qu’une intervention sur la partie logiciel pourra rendre les avions inopérants.

    Concernant les réelles capacités techniques, quelqu’un peut-il apporter des info fondées. Il me semble avoir lu qu’une femme politique américaine (ancienne pilote de A10, je crois) avait déploré que les capacités d’attaques au sol était plus réduite que celles du A10 et que pour le soutien de troupes d’infanterie le F35 ne serait pas très performant.

    Pour finir, les capacités de furtivités sont-elles, en général, encore un atout majeur au regard des progrès réalisés en matière de détection. Le F17 à bien été détecté et abattu en Serbie et ce concept a été abandonné dans la foulée…. Les Rafales sont bien entrés en Libye en zone protégée sans subir de perte…

    1. Tu veux parler du F117 je suppose ? Le F17 n’existe pas Quand au Rafale qui pénètre en Lybie : Vaste rigolade !
      Les vieux F16 israéliens pénètrent en Syrie comme ils veulent alors ton exemple est mal choisi!

      1. Rafale ou F-16 … Tout le monde prend la peine de préparer le terrain avant d’envoyer ses avions sur une zone de combat … En Libye, ce sont d’abord des bombardiers furtifs B2 qui se sont présentés dans le ciel du pays avant un quelconque chasseur.

        Pour la Syrie le ciel est sous contrôle donc peu de risques …. Mais le commandement de la coalition a tout de même demandé que les avions élèvent leur altitude de vol en opération à cause des menaces sol air (demandez aux Mirage 2000-D qui se sont fait peur après avoir subis des tirs de Manpads).

    2. Concernant les vrais capacités de l’avion seuls ceux qui s’en servent peuvent en parler … Hors une grande majorité de commentateurs FR défendent l’idée d’un énorme complot du mensonge invalidant les retours d’exercices militaires et les témoignages de pilote.
      Si vous êtes prêt à écouter ceux qui connaissent le F-35 mieux que personne (sans tout prendre comme argent comptant ) la meilleure source est Morten Hanche. Ce pilote de l’armée de l’air norvégienne, vétéran sur F-16 et chargé de préparer l’arrivée du F-35 dans l’armée de son pays, tient un blog où il soumet ses expériences au fur et à mesure qu’il se forme sur l’avion.

      https://theaviationist.com/2016/03/01/heres-what-ive-learned-so-far-dogfighting-in-the-f-35-a-jsf-pilot-first-hand-account/
      http://centralblue.williamsfoundation.org.au/test-pilot-report-f-35-major-morten-hanche-rnoaf/

  9. Ce qui me gène le plus dans le F-35 , c’est qu’il soit la meilleure arme potentielle pour réduire à néant le potentiel ( justement ! ) de la vieille Europe corrompue mais vaillante en matière de production aéronautique militaire …
    .
    L’Espagne doit très prochainement renouveler tout son parc d’avions de combat : une cinquantaine destinée à son Armée de l’Air et une quinzaine destinée à sa Marine ; tout le monde parle de Défense Européenne , le seul et unique choix qui doit alors s’imposer est celui du Rafale .
    Si à la première occasion , on doit acheter américain , alors inutile de tant faire de baratin là-dessus et de se la raconter .

    1. D’ailleurs s’il est seul et unique , peut-on parler de choix ? 😉

      1. Je suis un peu déçu de l’absence de réactions ; il y a pourtant dans ce que j’ai rédigé quelque chose de très précis à relever … 😉

    2. Il me semble qu’en terme d’avions européens, il y a quand même encore de la concurrence face au rafale: le gripen a montré un certain succès à l’export (même si parfois, ça s’est joué sur les pots de vin, cf certaines affaires de corruption récemment?), en tant qu’appareil « low cost » (comparé aux équivalents), mais néanmoins moderne.
      Et l’eurofighter a aussi encore du potentiel… à condition d’être développé sur les prochains blocs (ce que les britanniques, par exemple, feront peut être, bien que les allemands semblent y avoir renoncé) pour être un avion d’appui au sol et de bombardement efficace en plus d’être un appareil de supériorité aérienne, si j’ai bien compris.
      Comprenons nous bien, j’aime beaucoup le rafale, mais évidemment il n’est pas le seul et unique choix européen.

      1. « Comprenons nous bien, j’aime beaucoup le rafale, mais évidemment il n’est pas le seul et unique choix européen. »
        .
        IL EST LE SEUL ; lui seul est à la fois « traditionnel » et « marin » .
        Aucun autre avion européen ne présente cette polyvalence .
        .
        Par contre , et c’est là que j’attendais quelques réactions légitimes , les « porte-avions » espagnols ne sont pas en mesure de mettre en oeuvre le Rafale pour l’instant et c’est d’ailleurs à ce niveau qu’il y aurait un gros coup industriel à jouer .

    3. L’Espagne ayant des EF, il est possible qu’ils en achètent plus ; il est aussi possible qu’ils achètent des F35 pour leurs portes-hélico, mais en l’état il est improbable qu’il se tournent vers le Rafale

Les commentaires sont fermés.