Risques accrus pour la navigation maritime près du détroit de Bab al-Mandeb

Les Combined Maritime Forces (CMF), qui réunit trois « forces opérationnelles combinées », à savoir les CTF-150 (actuellement sous commandement français), CTF-151 et CTF-152, a indiqué qu’elles allaient augmenter leurs patrouilles dans le golfe d’Aden et le détroit de Bab al-Mandeb en raison de risques accrus pour la navigation maritime.

« De récentes attaques contre des navires marchands dans le Golfe d’Aden et le détroit de Bab al-Mandeb ont mis en évidence le fait qu’il existait encore des risques associés au transit par ces eaux », a fait valoir cette coalition de 31 pays dirigée par les États-Unis et dont l’état-major est basé à Bahreïn.

Pour illustrer la réalité de cette menace, les CMF ont cité les exemples des navires MV Galicia Spirit et MT Muskie. Le premier a été la cible d’une attaque en octobre 2016, menée près du détroit de Bab al-Mandeb par des « petits bateaux à grande vitesse », avec, à leur bord des hommes dotés d’armes légères et de lance-roquettes.

Quant au second, son équipe de protection embarquée a été en mesure de « contrecarrer l’attaque ». Et la coalition navale de préciser que l’un des bateaux impliqués a « explosé pour une raison inconnue » sans causer de dégâts au MT Muskie. « Bien que ces attaques aient toutes deux échoué et que l’identité des agresseurs reste inconnue, elles démontrent une nouvelle menace pour la communauté maritime », estime l’état-major de la CMF.

Ces attaques sont peut-être le fait de pirates somaliens, lesquels ont visé plusieurs bâtiments ces dernières semaines. Mais elles peuvent être aussi avoir été menée par des rebelles Houthis, comme cela a été le cas contre une frégate saoudienne et du navire à grande vitesse de type catamaran HSV-2 Swift, utilisé par National Marine Dredging Company des Émirats arabes unis, en soutien aux opérations de la coalition arabe au Yémen.

Reliant la mer Rouge à l’océan Indien, le détroit de Bab al-Mandeb est stratégique dans la mesure où il voit passer près de 40% du trafic maritime mondial. C’est en partie pour cette raison que plusieurs puissances, dont la France, les États-Unis, le Japon en encore la Chine disposent de facilités militaires à Djibouti.

En mars, le général Joseph Votel, le chef du commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale (US Centcom) expliqua que, avec le soutien de l’Iran, les rebelles houthis avaient installé des missiles de défense côtière, des radars, des mines et des bateaux piégés » sur la rive yéménite du détroit de Bab al-Mandeb. Ces « capacités menacent le commerce, les navires, et nos opérations militaires dans la région », avait-il ajouté.

30 commentaires sur “Risques accrus pour la navigation maritime près du détroit de Bab al-Mandeb”

  1. dans la série d’attaques : une attaque à la vedette « télé-opérée » aurait eu lieu contre un terminal pétrolier près de moukhala (yémen) L’info émane des saoudiens mais source unique donc mef.
    Un cargo aurait été attaqué dans le detroit de bab al mandeb, probablement par les rebelles houtis/saleh dans la même zone ou un hélico saoudien avait coulé il y a quelques semaines un bateau de migrants.

  2. Et la frégate du type Madina heurtée par un engin téléguidé semi submersible ?

        1. @de passage
          …ok je pensais que la question portait sur enfer/lamenations…pas sur porte !

  3. Henry de Monfreid a remarquablement documenté l’ambiance locale. Ses romans et mémoires présentaient déjà le « bordel » incontrôlable de cette zone où pillages, piraterie, alliances, trahison et autres gaités font partie de cette culture belliqueuse.
    L’histoire continue…

    1. @faublas
      indépassable.
      henry de monfreid : aventures extraordinaires editions Arthaud
      pour les marins, à lire avec : INSTRUCTIONS NAUTIQUES L7 Mer Rouge – Golfe d’Aden du shom.

  4. Question qui n’a rien à voir ………Pourquoi beaucoup d’avions de combat russes sont peints en partie souvent le dessous dans un bleu turquoise d’une mocheté sans fin ? Pour se fendre dans les nuages ? Je sais bien que l’esthétique n’est pas la priorité mais putain qu’il est moche ce bleu.

    Merci d’avance……..

  5. ça fait monter le prix du baril…..C’est peut être des partisans de Trump ou Poutine….?
    Chic un nouveau complot !

  6. « …l’un des bateaux impliqués a « explosé pour une raison inconnue » sans causer de dégâts au MT Muskie. »
    ——–
    L’un des contractors, sur le MT Muskie, s’est laché 🙂
    […military risk assessments indicate that […] the use of armed security teams remain the best guidance available to help protect your ships in the event of an attack; du lien de L.L.]
    .
    Sinon, c’est pas du tout onu, çà, les cmf/taskforces, quand on regarde la page « cmf-leadership » de leur site, ni la page « qui sommes-nous » (huhu).
    .
    Bon, question: les US « cherchent »-ils la provoc’ pour s’impliquer franchement au Yemen?
    C’est pas prudent d’aller s’exposer à un tir de c-801/c-802 (madeinchina, ou licence iranienne).
    Au fait, l’uss Cole, c’était où déjà?
    https://www.youtube.com/watch?v=C3p96VNXSNQ [Syriana, sc. finale]
    .
    Ou bien ne s’agit-il que de police des mers entoutbientouthonneur et honnisoitquipète?

    1. C’est aussi ce que je pense : les USA cherchent-ils un prétexte pour intervenir au Yémen ? Après tout, le Qatar a bien été « mis en quarantaine » quelques jours après la visite de M. TRUMP en Arabie-Saoudite…
      Mais ce que je pense là est peut-être dû à la rédaction, la forme de l’article de M. LAGNEAU.

    2. @fraisedesbois @nihilo
      C’est entendu que les usa ne connaissent pas leur ennemi. ils n’arrivent pas à penser l’adversaire.
      Mais j’espère qu’ils ont quand même compris qu’au yémen s’engager sur le terrain serait la meilleure façon d’unifier les yéménites…contre eux.

      1. Comme vous à Adrienne l’autre soir, obama disait du Yemen: « it’s not our war ».
        A part ça, la situation sanitaire, humanitaire, semble dramatique. (soupir).

  7. Les méthodes utilisées suivent plutôt bien la « Théorie des 5 cercles », ainsi que les techniques de guérilla du père Mao… IS a appelé à intensifier les attaques pendant le ramadan, et la collaboration entre les pays visés reste difficile. Les islamistes ont donc encore des prouesses faciles devant eux, alors que nos forces s’épuisent et que nos ressources se tarissent.
    .
    Qu’en est-il des jihadistes étrangers renvoyés dans leurs pays respectifs au début de la bataille de Mosoul? Le chiffre avancé était alors de 40-50% pour environ 30 000 combattants… ce qui nous amène à 12-15 000 jihadistes (combattants et mères porteuses?). Ce chiffre est-il plutôt gonflé ou réaliste?
    .
    La Division Dorée irakienne semble avoir fait du très bon boulot sur place. Les gars semblent motivés, mais leurs pertes ont été importantes (et pas par incompétence!). C’est un aspect à garder en mémoire quand on parle de nettoyer tel ou tel « territoire perdu »: il faut du volume, et des réserves.
    Il faut également l’appui inconditionnel des politiques, une machine administrative dévouée à cette cause, et des financiers orientés sur des solutions viables à court et long terme. Heureusement pour nous, tout est en place (…)

    1. @pathfinder
      1 – point de vue exagérément négatif. Il n’y a plus de califat. Daesh va devenir un mouvement clandestin voué à disparaitre dans la djihadosphère globale ou mondiale parce que la condition d’existence de daesh c’est le territoire ( à moins qu’ils n’inventent le califat fantôme, à l’image des évêchés fantômes !)
      2 – on aurait pu penser il y a quelques mois que ce mouvement de retour massif allait s’amorcer. Il n’en est rien pour les djihadistes non arabes. Européens, asiatiques, africains sont restés « piégés » dans les zones daesh. L’inquiétude vient de djihadistes jordaniens, saoudiens, marocains, tunisiens
      qui ont pu regagner leur pays d’origine.
      ouighours : j’avais estimé à 10 000 (combattants+familles) leur nombre dans un scepticisme général mais des services de renseignement viennent de confirmer ce chiffre SAUF qu’il n’est plus d’actualité. Ces brigades ouighours ont été laminé dans le secteur d’Idlib, à Mossoul, à Alep et surtout dans l’échec de l’offensive sur hama en avril dernier. Donc ce chiffre est totalement caduque.
      3 – bataille de Mossoul : alors là non. La bataille de Mossoul est un échec complet dans la victoire.
      Une bataille n’est pas une succession de sprints, c’est une course de fond. Une bataille ce n’est pas un gateau qu’on coupe en deux pour manger l’autre moitié plus tard. Ce n’est pas non plus un match de basket ou l’entraineur demande un temps mort pour changer un joueur et la tactique.
      La bataille de Mossoul conduite par les irakiens, c’est une succession de séquences hachées et brouillonnes. Ce sont plusieurs états majors sans coordination efficace, ce sont plusieurs pool média qui se contredisent, ce sont plusieurs lignes logistiques confuses… Mossoul n’a pas été pensé comme une bataille mais comme une SUCCESSION de petites actions commando pour LIBERER DES OTAGES ( la population)
      Le premier juin j’avais donné une estimation métrique des gains irakiens devant la vieille ville. 13 jours plus tard, les forces irakiennes ont progressé de 23 mètres par jour pour (bientôt ?) atteindre la vieille ville dans le quartier de zinjiri.
      Fait intéressant : la bataille de raqqah s’engage sur un autre mode. L’essentiel : on a ouvert plusieurs fronts simultanément. Ensuite il semble que la coaition ait voulu imprimer un rythme à la bataille. On se bat jour et nuit avec des phases dynamiques articulées entre les fronts. Pas de nuit sans bombardement depuis le début de l’offensive. Et enfin c’est une guerre, avec des victimes civiles, c’est une évidence et un fait. On peut et on doit minimiser les pertes civiles mais ça ne peut pas etre la condition de la bataille.

      1. @jyb
        Merci de votre réponse!
        En revanche, je ne vois pas le califat comme une entité binaire, qui existe ou qui n’existe plus, mais comme une franchise pour des excités, avec comme base un livre vert là où autrefois on avait un livre rouge. Les exemples amorcés, souvent sur des bases concrètes, lors de la décolonisation d’après-guerre, ont ensuite été détournés et « améliorés » à chaque étape.
        .
        Comme d’autres l’ont souligné, à chaque fois que l’Histoire se répète, la facture devient plus salée…
        .
        Si je suis négatif, ce n’est pas tant sur l’action ou l’instant, c’est sur la capacité de réponse de nos sociétés dans la durée. Les troupes sont parvenus à un bon résultat sur différents fronts, mais je ne peux pas me féliciter de voir que nombre de dirigeants européens avaient un tout autre déroulement en tête. En fait, il me semble que l’intervention russe en Syrie ait forcé des mains, et bousculé bien des agendas…

        1. @pathfinder
          En fait, personne n’a fait plus que la Russie pour la paix mondiale depuis ces 35 dernières années. Sans l’intervention russe en syrie, c’est l’iran qui serait massivement intervenu et là vous imaginez la suite…

    2. Tout-à-fait, heureusement pour nous, tout est en place.

      « Nos forces s’épuisent » … Si c’est vrai, ce que je ne crois pas, s’épuisent davantage que celles du groupe EI ? Quel est l’objectif du groupe EI ? Monter les musulmans français contre le reste des français et inversement… est-ce ce qu’il se passe ? Des partis politiques extrêmes sont-ils arrivés au pouvoir lors de la dernière élection et lors de l’actuelle élection ? Quelle proportion de français reste terrée chez elle ? Quant aux attentats… ils sont moins dangereux que la circulation routière et le tabac… (Ça ne veut pas dire que les attentats sont négligeables).

      « nos ressources se tarissent »… Le PIB de la France a-t-il dramatiquement chuté à cause des attentats ?

      1. @Nihilo
        Le résultat de ces élections ne saurait être un baromètre fiable, de plus, je n’ai pas souvenir qu’il y ait eu des partis extrêmes en lice en France (je n’y habite pas).
        .
        Les attentats pérpétrés ne sont que le haut de l’iceberg. Le passage à l’acte est d’autant plus facilité que le niveau de violence quotidien a été toléré et peu à peu accepté – plus encore que les accidents routiers et le tabac (?)
        Vous noterez que le nombre d’attaques sur des représentants de l’Etat sont nombreux. Là aussi, le passage à l’acte réclame plus de mépris à l’encontre de toute une société que le passage à tabac d’un individu lambda. Un pompier n’est pas attaqué à l’acide parce qu’il s’appelle David, Karim ou Cyril, mais bien parce qu’il représente l’Etat et la société que cette administration a à charge.
        .
        Quant au PIB de la France… expliquez-moi donc pourquoi la notion de « PNB » n’est plus utilisée depuis plus de 20 ans? Cela n’a rien à voir avec le terrorisme actuel, c’est simplement qu’il n’est plus possible de calculer le PNB d’un pays quand trop de groupes industriels n’y ont plus leurs sièges. On le remplace alors par un calcul plus simple: l’addition de toutes les valeurs (productions et services) de l’année.
        .
        Un débat sur la force économique des pays européens n’a pas vraiment sa place ici, il faut cependant passer le stade des statistiques pures (le PIB) pour y voir plus clair.

  8. Ne serait-ce pas non plus une volonté de certains pays, arabe ou non, afin de nous faire dépenser du pétrole dans des missions de protection ou de surveillance pour maintenir un niveau de vente qui leurs permettent de de continuer à avoir la tête hors de l’eau. Car avec la baisse du baril et le pétrole de schiste américain, je connais certains pays qui doivent commencer à se gratter la tête et leurs économies doivent commencer à souffrir !!!

  9. Pour se fixer les idées : le détroit de Bab El Mandeb c’est pour remonter la Mer Rouge et franchir le canal de Suez. Donc c’est 70% du commerce maritime Europe / Asie qui passe par cette « Porte des Lamentations ». Avec le débouclage progressif des puits de pétrole en Irak c’est aussi 2 millions de barils de pétrole / jour sur le trafic remontant. Difficile d’ignorer cet enjeu économique majeur.

    Au plus serré le détroit fait 29 km de large entre Djibouti et le Yemen, autant dire que n’importe quelle équipe de 4 hommes déterminés peut arriver en hors-bord, tirer à vue des RPG puis repartir aussi vite. C’est ce que font les rebelles Houthis, en tirant sur les bateaux chargeant des cargaisons des Emirats et des Saudis. L’Iran leur fournit aussi des moyens plus sophistiqués pour atteindre les unités navales militaires UAE ou Saudis, des missiles guidés radar tirables depuis la terre ferme et aussi ces bateaux-drones utilisés par les Gardes-côtes des Gardiens de la Révolutions, les drones-vedettes « Ya Mahdi » guidées à distance.
    Les Ya Mahdi sont des copies iraniennes clonées du speedboat de sport anglais Bladerunner 51, du chantier naval civil anglais ICE Marine. Le Bladerunner 51 est un bateau de course qui atteint 65 noeuds de vitesse pure sur l’eau. L’interception d’un Ya Mahdi est donc assez ‘punch’, il faut le détecter assez tôt et le shooter immédiatement en pleine course …
    Face à cette palette de menaces, il faut des moyens allant des équipes embarquées légères, jusqu’aux dispositifs navals militaires avec moyens de détection et d’interdiction sophistiqués. Et aussi s’intéresser à interdire le trafic d’armes venant d’Iran …

  10. @chasseur
    oui le « gros » modèle des vedettes iraniennes est une copie des bladerunner 51 anglais ( 51 = 51 pieds c’est à dire un peu plus de 15 mètres ) L’histoire est assez rocambolesque. Pour des attaques hit and run c’est quand même un peu gros (question de manoeuvrabilité à grande vitesse)
    On n’en sait peu sur les esquifs « téléguidés » mais ils sont plus petit et beaucoup moins cher. Plusieurs modèles sont susceptibles d’etre convertis en bombe flottante.
    Les saoudiens « jaloux » des iraniens ont commandé au chantier français gui couach une cinquantaine de vedettes militarisées ( belles unités)

    1. Couach va construire au final 79 intercepteurs pour l’Arabie saoudite, c’est de la sous-traitance dans le cadre d’un marché de 1,4 milliard d’euros remporté par l’allemand Lürssen. Un marché qui comprend, par ailleurs, la livraison de 146 patrouilleurs à l’Arabie Saoudite.

    2. en fait c’est 79 vedettes de 15 mètres que l’arabie saoudite a commandé.

  11. Les chalutiers chinois pillent les réserves de poisson de la zone maritime, les pêcheurs locaux n’ont plus de quoi subsister, ils se rabattent sur une autre activité (piraterie). Schéma très classique.
    Commencer par faire la chasse à la pêche illégale, ça devrait régler le problème à la source, à moindre frais.

    1. Si vous dites vrai alors la réglementation a du bon et il faut chercher à connaître son pourquoi avant de la critiquer.

  12. Attaque au missile contre un navire émirati au large du Yémen: un blessé. L’attaque au « missile à guidage de précision » en mer Rouge a visé le navire peu après sa sortie du port de Mokha, au nord du détroit stratégique de Bab al-Mandeb, a précisé la coalition dans un communiqué publié par l’agence officielle saoudienne SPA.
    https://www.lorientlejour.com/article/1057281/attaque-au-missile-contre-un-navire-emirati-au-large-du-yemen-un-blesse.html

Les commentaires sont fermés.