L’Institut de recherche biomédicale des armées se dote d’un supercalculateur

Créé récemment à la faveur du regroupement de plusieurs laboratoires du Service de santé des armées (SSA), l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA) de Brétigny est intégré au grand pôle scientifique et technologique du Grand Paris, avec le Génopôle d’Evry et le Commissariat à l’énergie atomique de Saclay.

Pour mener à bien ses activités de recherche, l’IRBA dispose d’équipements de pointe, dont un cryo-microscope électronique Titan Krios, qui est l’un des plus puissants que l’on puisse trouver actuellement. Depuis peu, il faut ajouter un supercalculateur, à savoir le Cluster HPC (High Performance Computing) « Krypton ».

Fournie par Atos/Bull, dans le cadre d’un projet biomedef, lancé et financé par la DGA en 2015, cette machine, qui affiche une mémoire vive de 2 tera octets, peut effectuer 14 milliards d’opérations simultanées par seconde. Pour le moment, ce supercalculateur est en cours d’installation et de configuration.

Mis à la disposition des laboratoires de l’IRBA et des chercheurs du SSA, le Cluster HPC « Krypton » est « un véritable atout pour la recherche » car « en repoussant les limites fixées par les capacités de calcul, il devient possible de comprendre de nouvelles interactions
et d’établir de nouvelles modélisations toujours plus précises », explique le SSA. En outre, il permet « d’éviter la multiplicité
et le dispersement des petites unités de calculs, de gagner en temps de maintenance pour les unités utilisatrices et de limiter la dépense énergétique globale. »

En outre, ce supercalculateur répond à un besoin en calcul toujours plus important pour traiter des données statistiques complexes et/ou massives. Aussi, fait valoir le SSA, l’IRBA « devait se doter d’une offre de calcul suffisante pour rester concurrentielle avec les autres équipes de recherche nationales et internationales. »

15 commentaires sur “L’Institut de recherche biomédicale des armées se dote d’un supercalculateur”

        1. C’est drôle, parce que le problème d’ARMA 3 vient justement de la mauvaise gestion des ressources du processeur, pas de la carte graphique. La MàJ pour les systèmes 64 bits a d’ailleurs amélioré la performance de la majorité des utilisateurs. J’espère bien que ce genre de machine n’est pas utilisé à ce genre de fin – cela ferai bien cher payé la partie!

          1. Je n’ai pas encore testé la version 64bits , mais cela faisait un moment que la communauté l’attendais. Mais vous avez raison ARMA 3 taxe surtout le CPU. Un jouant un peut sur les distances d’affichage et la qualité des ombres ( le moteur de lumière étant assez spectaculaire la nuit je trouve) on peut arriver sans trop de mal aux 60fps constant.

  1. C’est bien, mais on est toujours a la traîne dans ce domaine en France & en Europe.

    1. Quand on voit que Atos est en train de mettre en place un superordinateur de type exascale on n’est pas spécialement à la traine ces ordinateurs ne sont pas aussi développé que aux usa et au japon par exemple mais il y en a tout de même

      1. Heureusement qu’il y en a !
        .
        Les supercalc c’est bien le seul domaine où avoir la plus grosse est réellement intéressant !

    2. On est à la traîne dans beaucoup de domaines, mais pas celui-ci. Atos/Bull sont très performant dans ce secteur.

  2. Heu !
    N’y aurait-il pas de grosses erreurs à propos de la puissance de cette machine ?
    De mémoire (la mienne), les puissances de calcul s’expriment en flops, c’est à dire en opération à virgule flottante par seconde.
    Les valeurs citées sont dignes de machines d’il y a au moins vingt ans … en gros, l’âge de pierre dans le domaine.
    Si je ne me trompe pas, les valeurs actuelles atteignent (ou vont atteindre à terme) les 100 petaflops, c’est à dire 100 fois 10 puissance 12 opérations par seconde … pas de souci, après peta, il y a exa ! => exaFLOPS, = 10 puissance 18 = 1 et 18 zéros derrière.
    http://www.silicon.fr/supercalculateur-chine-depasse-100-petaflops-150806.html
    De plus, les 14 milliards d’opérations simultanées ne pourraient réellement exister que si l’ordinateur comportait en lui-même 14 milliards de coeurs !!
    Le lien ci-dessus annonce un nombre de coeurs à 10.6 millions tout de même.

    Souvenons nous de l’adage populaire : l’homme est incapable de faire deux choses (bien) à la fois.

    1. Ceci dit le fait qu’il parle de mémoire vive en teraoctet n’est pas faux non plus, ce n’est pas les CPUs dont il est question(qui reste la pièce maîtresse de la puissance de calcul).
      .
      « l’homme est incapable de faire deux choses (bien) à la fois. »
      .
      Pourtant on parvient tous à respirer tout en faisant une autre activité.
      On parvient également a ralentir certaines fonctions, tout en augmentant l’activité de certaine zone du cerveau sans en être conscient (Sommeil-rêve)
      .
      L’Homme parvient à faire énormément de chose a la fois, c’est juste qu’on a tendance a oublier la complexité de la machine que nous sommes.

      1. Non roromols a raison, il y a très probablement confusion dans les chiffres et les unités de mesures. D’abord il doit certainement s’agir de plus de deux teraoctets de mémoires, ensuite on parle de flops, soit des « floating-point operations per seconds » non « simultaneous ». Je sais bien qu’on parle de calculs massivement parallèles, mais bon.

        Ca pourrait par ex – bien être un truc comme ça (aucune certitude) :
        https://bull.com/wp-content/uploads/2016/08/F-BullxS6000series_en8-web.pdf

        Pour ces modèles on peut selon cette doc atteindre 384 unité de calcul et 24 TB de mémoires vives.

        Sinon pour moins cher il y a la possibilité de se créer des botnets de centaines de milliers de machines infectées. Et de les utiliser pour faire du « coin mining » pour rentabiliser l’affaire.

        https://nakedsecurity.sophos.com/2017/05/17/cryptocurrency-mining-malware-cashes-in-on-nsa-exploit-that-enabled-wannacry/

        Sinon on se rappelle du projet SETI de la créative université de Berkeley, qui utilise les ordinateurs et la bonne volonté du quidam pour la recherche de la vie extra-terrestre.
        http://setiathome.berkeley.edu/

        (le truc c’est d’arriver à définir le concept de « vie » précisément, et ça c’est pas un super-calculateur qui va le faire.)

  3. Pour ceux qui serait intéressé, voici le site Top500 qui recense les 500 plus puissants calculateurs du monde. C’est très impressionnant de voir l’évolution au cours du temps.

    https://www.top500.org/list/2016/11/

    Le Japon a été le 1er à atteindre les 10 PFlops il y a quelques années.
    Maintenant la Chine a presque dépassé les 100 PFlops…
    Et bientôt arrivera on en sera aux EFlops!

  4. Un article de 2016 sur le pays le mieux doté en calculateurs d’une courte tête devant les USA, la Chine :
    Le plus puissant supercalculateur au monde reste… chinois
    http://www.eastpendulum.com/le-plus-puissant-supercalculateur-au-monde-reste-chinois

    Pour la France (même article) :
    « La France est donc le 5ème pays au monde avec le plus de supercalculateurs, devant l’Angleterre (12) mais derrière le Japon (29) et l’Allemagne (26). Et elle se classe pareil en terme de capacité totale de calcul et aussi en économie d’énergie. »

    Si l’on compte au niveau européen, d’après le graphique présenté dans cette article, l’ensemble européen arrive en 3e position derrière Chine (167) et USA (165) avec 98 calculateurs.

    1. Tout le monde se met à l’exaflops

      Atos/Bull promet pour 2020 :
      À quoi va servir le supercalculateur français ultra puissant promis pour 2020?
      http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/14/supercalculateur-bull-2020-puissant-a-quoi-ca-sert_n_9690206.html

      Les instituts de recherche chinois aussi :
      La Chine lance les projets de supercalculateur exaFLOPS
      http://www.eastpendulum.com/chine-lance-projets-de-supercalculateur-exaflops

      Les américains en 2023 :
      Supercalculateurs : les Etats-Unis visent l’exaflops en 2023
      http://www.silicon.fr/supercalculateurs-etats-unis-visent-exaflops-2023-145793.html

Les commentaires sont fermés.