Près de 40 ans après sa dissolution, la 62e Escadre de transport va être réactivée

 

En 1978, sur la base aérienne 112 de Reims, la 62e escadre de transport, alors dotée d’avion Nord 2501 [Noratlas], repliait ses ailes et rendait son drapeau. Mais près de 40 ans plus tard, cette unité va apparaître de nouveau dans l’ordre de bataille de l’armée de l’Air, d’après les explications données par le général Laurent Marboeuf, qui est à tête de la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP) au commandement des forces aériennes (CFA).

Cette réactivation de la 62e Escadre de Transport est liée à la commande, auprès de Lockheed-Martin, de quatre avions C-130J Hercules afin de remédier à l’incapacité (temporaire?) de l’A400M « Atlas » à ravitailler en vol les hélicoptères et d’anticiper un léger déficit capacitaire dû au retrait des Transall C-160 en 2023. Pour le général Marboeuf, il s’agira d’une « nouvelle étape » de la « profonde transformation » du transport aérien militaire.

« Au 1er septembre, l’Armée de l’Air crée une troisième escadre de transport, la 62e escadre, sur la base aérienne d’Orléans, avec en son sein un nouvel escadron de soutien technique aéronautique (ESTA). La 62e escadre réunira les escadrons de transport ‘Poitou’ [qui relève du Commandement des opérations spéciales, ndlr] et ‘Franche Comté’ dans une organisation modernisée », a indiqué le commandant de la BAAP.

Et c’est donc la 62e Escadre de Transport qui mettra en oeuvre les C-130J Hercules, dont le premier exemplaire sera livré, d’ici la fin de l’année 2017, à l’escadron « Franche-Comté », lequel dispose déjà de C-130H, c’est à dire une version ancienne (et différente) de l’appareil conçu par Lockheed-Martin.

« Les services seront différenciés pour ces deux appareils mis en œuvre par l’escadre, car les C130H et les C130J présentent des particularités bien distinctes », a en effet précisé le général Marboeuf.

Un deuxième C-130J sera livré en 2018 et les deux derniers, aptes à ravitailler les hélicoptères en vol (KC-130J) arriveront l’année suivante. En outre, dans le même temps, les C-130H seront modernisés afin de renforcer leur « aptitude aux opérations spéciales », avant d’être transféré, à l’horizon 2025, à BA 105 d’Évreux.

Puis, à partir de 2021, comme annoncé, il sera créé, également à Évreux, une unité franco-allemande qui mettra en oeuvre 8 C-130J (les 4 de l’armée de l’Air plus ceux attendus par la Luftwaffe). « Vraisemblablement sous la forme d’une escadre, cette unité est dimensionnée pour accueillir, à terme, jusqu’à douze aéronefs », a indiqué le général Marboeuf. « Le C130J est une flotte mature déjà exploitée par d’autres armées de l’air étrangères. Nos pilotes en échanges bilatéraux sur cet appareil reviennent également avec une connaissance précieuse. Aussi sommes- nous résolument optimistes pour espérer atteindre la pleine capacité de l’appareil à l’horizon 2024 », a-t-il ajouté.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de golf

    • de Parabellum

  2. de AQL

  3. de batgames

    • de atchoum

  4. de nico76370

  5. de ScopeWizard

    • de Jak0Spades

      • de ScopeWizard

  6. de wrecker47