Le président Macron confirme l’engagement militaire de la France au Mali

Pour son premier déplacement en dehors de l’Union européenne depuis son élection, le président Macron a choisi de se rendre au Mali afin d’y rencontrer les troupes françaises engagées dans l’opération anti-terroriste Barkhane. Mais avant d’aller à Gao, où est installé le Groupement tactique Désert (GTD), il a rencontré, à Bamako, Ibrahim Boubacar Keïta, son homologue malien.

À l’issue de l’entretien avec M. Keïta, le président Macron a confirmé l’engagement militaire de la France auprès du Mali et évoqué une accélération des opérations françaises contre les groupes jihadistes qui sévissent dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

« La France est engagée depuis le début à vos côtés et ce que je suis venu ici vous dire, de manière très claire, c’est qu’elle continuera à l’être, de la même manière », a en effet assuré le président français, lors d’une conférence de presse donnée aux côtés de M. Keïta. « Il est indispensable aujourd’hui que nous accélérions », a-t-il continué. Car, a-t-il ajouté, « nous l’avons bien vu durant ces derniers mois, les terroristes islamistes s’organisent, se regroupent, sont en train de se fédérer. » Aussi, « nous serons intraitables à l’égard de ces derniers », a-t-il assuré.

En plus des opérations militaires, M. Macron a fait part de sa « volonté, dans le cadre de nos engagements en Afrique, sur le plan militaire, de faire davantage avec l’Europe », et en particulier « avec l’Allemagne ».

Vaste programme… étant donné qu’au Mali, comme le souligne Nicolas Gros-Verheyde, toujours très bien informé sur les questions de défense européenne, les « militaires européens ne sortent que très peu du camp pour patrouiller…. Trop dangereux. L’essentiel de l’action semble être de briquer les locaux impeccables pour recevoir leurs visiteurs, et de faire des selfies dans une posture guerrière, qui n’effraient personne. »

Mais le président Macron a visiblement conscience de ces limites. Cette coopération qu’il appelle de ses voeux se ferait « en regardant de façon pragmatique sous quelle forme chacun peut intervenir », avant de souligner les « contraintes » allemandes en matière de règles d’engagement.

Par ailleurs, le président français veut également une accélération du processus de paix entre les mouvements indépendantistes, essentiellement touareg, et les groupes armés pro-Bamako, l’accord signé à Alger en 2015 ayant toujours du mal à se mettre en place, même si des avancées ont récemment eu lieu avec le lancement de patrouilles mixtes. « On sait où sont les difficultés principales et ce que nous devons faire. Faisons-le sans barguigner », a-t-il lancé.

Enfin, l’action de la France ne se limitera pas qu’aux aspects militaires. Ainsi, M. Macron a dit vouloir faire preuve d’un « grand volontarisme en matière de développement » au bénéfice du Sahel, via l’Agence française de développement (AFD).

« Un peu plus de 470 millions d’euros (d’aides) on été décidés sur la zone pour les années à venir, pour accompagner cet effort militaire », a détaillé M. Macron. « Cela permettra d’investir dans l’éducation, les infrastructures, la santé », a-t-il dit. « Permettre à la population de mieux vivre (est) le meilleur antidote au développement du terrorisme islamiste », a-t-il estimé.

Sur ce dernier point, il faut être prudent. « Des travaux montrent […], à partir d’études empiriques, que les terroristes, loin d’être des individus irrationnels, pauvres et non éduqués, cherchent par le meurtre et parfois le suicide à valoriser leurs compétences (les plus éduqués sont les plus « productifs ») et à maximiser l’impact politique et médiatique de leurs actes. Plutôt que des gains matériels, ils recherchent la reconnaissance et le sentiment d’accomplissement de soi, ces « gains » étant d’autant plus élevés que la cible et les dégâts sont importants, et que le terroriste est engagé dans la cause défendue (ce qui est corrélé au niveau d’éducation) », relevait, en novembre 2015, Anne Châteauneuf-Malclès.

22 commentaires sur “Le président Macron confirme l’engagement militaire de la France au Mali”

  1. Tout le monde le pense mais personne le dit.Quid de la corruptions maliennes, des soldats qui font payer les paysans qui vont au marché, les familles pour voir les détenus..le politiques qui ponctionnent et achètent en Europe ou planque en suisse.
    C’est un puits sans fond où nos soldats y laissent leur vie.
    Ou on désarme tout le monde , armée comprise et on loue notre armée pour faire le job, jsutice, détention….mais faudra qu’ils lâchent et écrème pas mal en haut lieu , ou on les laissent mariner et on ferme nos frontières aux maliens ( car je vois encore arriver le coup des réfugies).
    Un bourreau lybien sous Khadafi devient un pauvre réfugié lybien en france, après le chaos….

    1. Jean Claude Cousseran,ancien patron de la DGSE,disait voilà 4 ans: »c’est notre Afghanistan de proximité ».Et pour enfoncer le clou,voilà qu’un Diplomate nous dit: »…les soldats français mènent au Sahel un combat très difficile et probablement sans issue… ».(C.Enchainé).On n’arrête pas de dire que c’est un merdier,qu’on y est pour longtemps,mais qu’il est nécessaire qu’on y reste,parce que c’est les intérêts de la France.Sinon quelqu’un d’autre prendra la place et se bouffera le gâteau.

  2. Accélération, intraitable, c’est bien beau mais avec quels moyens ? Avec ceux de nos voisins Européens ? Franchement j’y crois pas trop , ils ne le font pas depuis le début. Augmentation de nos crédits ? Il l’a promis mais on verra à l’avenir.

  3. « Le président Macron confirme l’engagement militaire de la France au Mali »

    Wow…

    1. Je me demande bien à quoi peut servir votre commentaire mais je vous remercie (^_^)

  4. J’ai sûrement été inattentif pendant la campagne présidentielle parce que je ne me souviens pas de ça.

  5. le probléme: le france est la par le bon vouloir des autorités maliennes qui sont elle méme totalement corrompu et responsable de la dislocation du mali

    conséquence : la france devrai remplacer ces mémes autorité mais ne le fait pas donc impossibilitée de regler le probleme avec les touaregs et les autres donc échec

  6. Et voilà on continue à balancer du fric et à risquer des vies françaises jusqu’à quand dans ce piège….? Le bla bla européen n y change rien et les allemands font le minimum ….macron comme son mentor fait dans le martial post colonial…pendant ce temps environ 130 000 maliens plutôt jeunes et solides vivent en france..un uniforme, 3mois de classe maniement d armes et b a ba et ils s occupent chez eux de leurs villages etc…non? Ca va pas être possible? Alors on va continuer à claquer 1milliard par an et à nous user et mourir un peu pour continuer cette guérilla sans fin …inch allah!

  7. Macron aurait mieux fait de faire de l’histoire au lieu de théatre dans sa jeunesse, il aurait pu approfondir l’historique des rapports franco-prussiens puis franco-allemands.
    Depuis son émergence sur la scéne européenne , la Prusse a toujours été l’ennemie de la France. Après Sadowa et sa mainmise sur le reste de l’Allemagne, elle a entrainé celle ci dans la même voie.
    On ne coopére pas avec l’Allemegne; soit on la domine, soit elle vous domine et comme actuellement nous sommes loin d’avoir les bons atouts en main…!
    quant à Goulard, elle se trompe d’époque, elle aurait fait florès il y a 77 ans !

  8. Gouvernance corrompue , l’Algérie l’autre acteur masqué, des états sans souveraineté, tous les ingrédients sont réunis pour que la région sombre dans le chaos. La France dans son rôle de pompier qui éteint les incendies mais qui se ruine et qui va demander à l’Europe de mettre la main à la poche. Dans cinq ans, dix ans la situation, avec une démographie galopante, sera encore plus catastrophique.

  9. Notre action dans le sahel au « profit » de nos anciennes colonies ne constitue-t-elle pas une prolongation d’un crime contre l’humanité?

    1. Que voulez-vous, l’armée française n’est plus qu’une milice de nos jours.
      Quand on s’engage, c’est pas pour servir la France mais pour servir la politique.

    2. Quand dans nos anciennes colonies il y a l’arrivé de la charia, on a un devoirs de garder les routes de l’Afrique sûr pour tout le monde, le terrorisme n’est pas une chimère. Après les richesses naturel bien sûr sont disputés, mais ce n’est pas ce que protège exclusivement l’armée française. Enfin souvent ceux que l’on protège nous payent en nature donc, mais pas seulement, le souci paradoxal c’est la rationalisation à bout-de-souffle de nos moyens matériels militaires, et de l’adjonction de ressources qu’il faudrait pour développer les institutions civils pouvant garantir une stabilité solide dans ces pays.

  10. Un point de vue totalement différent:http://www.slateafrique.com/746649/mali-barkhane-ansar-dine-djihadisme.Il s’agit de l’analyse de michel Guichaoua ,celui-ci publie dans de nombreux medias:jeune afrique, libération,lemonde…,personnellement j’ai des difficultés à penser que notre action militaire éradiquera le problème du djihadisme dans le sahel,quelque soit la valeur de nos troupes et la volonté de nos dirigeants.

  11. Nous essayons, en vain, de remplir un seau qui fuit, c’est le tonneau des Danaïdes.Si nous partons c’est un boulevard qui s’offre aux terroristes de tous poils pour s’infiltrer dans la vieille Europe.

    1. Si on avait une politique intraitable, d’immigration accès plus sur l’émission que la réception, on aurait pas de problème. Immigration 0, car on a mit quarante ans, pour ne pas encore digérer les premières vagues, alors quand ton estomac est plein, tu ne retournes pas te servir!

      1. @Thaurac
        .

        « Si on avait une politique intraitable, d’immigration accès plus sur l’émission que la réception,… »
        .
        accès ou axée ? Ça manque de clarté , que veux-tu dire au juste , cher Thaurac ? Axée , non ?

  12. L’Europe ou plutôt l’Union Européenne faisant en sorte que l’Europe soit ouverte aux quatre vents , comment voulez-vous empêcher que les terroristes ne s’infiltrent ?
    .
    Et pourquoi avoir fait une Europe à 27 ou 28 plutôt qu’à un nombre nettement moindre voire de seulement 8 ou 10 pour commencer et viabiliser le « machin » ?
    .
    Maintenant on veut créer une Défense Européenne mais je vous signale que SEULS les britanniques sont vraiment à niveau et disposent de la capacité nucléaire ; nous leur emboîtons le pas et avons la chance de disposer de fleurons qui nous confèrent un avantage dans certains domaines mais nous sommes bien les seuls même si , par exemple , la marine espagnole reste bien placée ou la Suède encore performante à l’instar du reste de la Scandinavie , or les britanniques sont en pleine procédure de « brexit » , alors comment va t-on faire ? Avec l’Allemagne qui n’a jamais rien fichu ?? C’est à elle que la mutualisation de nos moyens de frappes nucléaires va profiter ??
    .
    Macron veut nous maintenir au Mali , très bien , mais puisque c’est toute cette passoire européenne qui est directement menacée , qu’attendent nos soi-disant partenaires pour mouiller le maillot et se joindre à nous ?
    Que nous-nous épuisions et ressortions de l’aventure essorés comme jamais auparavant ??
    Hommes et matériels souffrent terriblement , vous savez … Et si nous ne mettons pas tout en oeuvre pour garder notre outil de Défense au top , nous-nous ferons « bouffer » par l’Allemagne qui n’attend que ça !
    Déjà , qu’aujourd’hui , en France , le plus souvent seul un militaire sur dix ayant signé un premier engagement rempile pour un second …
    .
    Où va t-on ?

Les commentaires sont fermés.