Londres retarde le lancement d’un « embryon » de quartier général européen

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. jyb dit :

    petit. indigne des britanniques.

  2. v_atekor dit :

    Ca fait 20 ans qu’ils freinent des 4 fers pour maintenir l’avantage conféré par leur alliance aux États-Unis. En ce sens leur départ d’Europe va changer radicalement la donne, mais on peut dire qu’ils s’accrochent aux branches…

  3. M dit :

    Forcément, hors de l’Europe, l’UK tient son influence de sa proximité avec les USA et donc l’OTAN.
    Avec des européens dans une autre structure de défense plus grosse et partenaire de l’OTAN dans lequel ils n’ont aucune influence, leur rôle se réduit à celui du petit garçon entre deux adultes qui discutent.

  4. Caton dit :

    Souhaiter implanter un organisme de l’UE au Royaume Uni alors que la procédure du Brexit a été officiellement engage prouve à quel point les instances de Bruxelles marchent à côté de leurs pompes.
    L’UE, oui, mais à condition de changer totalement son management.

    • jyb dit :

      @caton
      ?? ce QG sera à Bruxelles. pas du tout au ru.

    • Léonard dit :

      @Caton: je ne crois pas que ce soit au R-U que cet embryon de QG européen soit basé au R-U. Ou je me trompe?

    • L'autreTom dit :

      Personne ne parle d’implanter quoi que ce soit au Royaume-Uni (c’est même le mouvement inverse en ce moment pour l’Agence européenne des médicaments ainsi que pour l’Autorité bancaire européenne).
      Il ne s’agit là que du Royaume-Uni, encore membre de l’UE, qui utilise son droit de veto pour mettre des bâtons dans les roues des autres dans les derniers instants.

    • Bouli dit :

      je n’ai pas lu dans l’article que ce serait implanté au RU

  5. Orion dit :

    Quelqu’un peut m’expliquer en quoi un pays sortant de l’union dispose d’une reconnaissance de son véto ?
    Dès l’instant du choix du brexit fait, l’UK ne devrait plus pouvoir « vetoter » quoi que ce soit. Fin, après voilà quoi.

  6. Raymond75 dit :

    Vivement que l’Union Européenne soit débarassée de ce pays !

    • Nico St-Jean dit :

      @ Raymond75

      Un peu de respect svp, ce « pays » vous à sauvé et porté à bout de bras pendant les *deux* grandes guerres … et reste le meilleur allié de la France en Europe. ne laissez pas cette histoire de Brexit (et tout ce qui vas avec) vous faire oublier tout le reste non plus.

      • Orion dit :

        l’UK restera sans doute le meilleur ennemi de la France (devenu allié, mais je trouve que meilleur ennemi ça fait plus poétique).
        .
        Mais d’un point de vue Européen(UE), nul ne peut nier que l’UK a été problématique dès le début, sans dire qu’ils sont responsable de tout attention! Mais ils ont pas aidé à faire naître une « fédération ».

        • Nico St-Jean dit :

          @ Orion

          Faut dire que, « dès le début » ils ont été honteusement rejeté de l’UE par De Gaulle après tout ce qu’ils avaient fait pour l’Europe …
          .
          Pour le reste, je n’empêche personne ici d’être mécontent de l’attitude du UK face au concept qu’est l’UE auquel ils n’adhèrent plus depuis longtemps. Je dis juste qu’il ne faut pas oublier tout le reste pour ça.

      • Raymond75 dit :

        J’ai un profond respect pour les Britanniques, voire de l’admiration, mais ils ont été les fossoyeurs de l’Union Européenne. Leur départ est une bonne chose, la dernière occasion donnée à cette union pour se reconstruire.

      • Albatros24 dit :

        Ils ont surtout sauvé leurs augustes fesses car ils etaient sur la liste des pays à conquérir par les divers Reich après nous…
        A Dunkerque…ils se sont carrément enfuis, nous laissant choir sur notre céan (du vieux françois …car j ai cru entendre en vous lisant par ailleurs que cela vous agréait) d où l enrichissement d une nouvelle expression dans les forces armées françaises de  » filer à l anglaise »…
        Et ils n étaient pas prêts avant 1916…on a ainsi dû soutenir toutes leurs offensives dans la Somme.
        Et je ne vous parle pas de Mers el Kébir (Gardez moi de mes « AMIS » mes ennemis je m en occupe) ou même de Bir Hakeim où sans une poignée de coloniaux Montgomery finissait dans un Oflag..au soleil et sur une plage certes.
        Ahhh les anglais… »toujours prêt à sacrifier pour l honneur le sang de leurs ….alliés » et c est un australien qui me le disait….comme quoi.

    • Jean-Louis dit :

      Allez… encore un peu moins de 2 ans à tenir!

  7. Lagaffe dit :

    Putain, encore deux ans avec les british !

  8. Eliot Mess dit :

    Qu’ils se rassurent ils seront toujours les meilleurs pour snober les autres, mais cette fuite en avant est surtout de la mauvaise foi. Un jour ils signalent Trump personne non grata, et le lendemain ils baissent leurs frocs devant lui. C’est sur que la politique européenne se réduit à protéger l’invasion migratoire, mais là ils n’y croient plus les british (moi non plus à vrai dire…), ils sont sous une autre protection et surtout ils respectent le résultat du brexit (nous, on nous à imposé la constitution européenne?!!), alors je sais pas qui a raison, mais cela laisse penser que cette Europe a prit un chemin trop peu consensuel, trop peu consistant, plutôt évanescent, insipide, sans vergogne, et bien trop chère pour les nombreux français pour qui l’euro n’a rien changé. Cette Europe j’en vois pas les qualités, la souveraineté de la France me manque vraisemblablement, car les lois votés à Bruxelles sont par contre certainement une perte de souveraineté, et les auberges espagnoles ça n’a jamais été mon truc. Et si j’ai bien compris la situation après les élections française, on prend les mêmes et on recommence, ne réveil en moi aucune attention particulière, pour moi c’est plat, plat, et encore plat. Par contre la finance est très très décontracter elle, un Baroso, ou un Juncker qui viennent nous apprendre la vie et tout le tralalère, tout ça me plait pas, cette Europe est vide de sens culturel, mais est plutôt artificiel créé pour ces feignasses d’investisseurs! A mon avis on a pas bien reçu le message du brexit,..mais celui de l’Europe non plus.

    • Orion dit :

      Personne n’a signé pour l’Europe d’aujourd’hui, c’est l’Europe de demain qui peut devenir intéressante.
      .
      Croire que la France peut être seule contre tous, c’est naïf et totalement déconnecté de la réalité.

      • Eliot Mess dit :

        Qu’est-ce qui est déconnecté? L’Europe qui a seulement 17 ans d’age, et qui voit déjà une de ses plus importante nation la quitter pour des circonstances qu’on n’est pas capable de prendre en compte? Ou la France depuis Clovis, qui a seul conquis un des plus important territoire maritime, explorant, innovant et prospérant en souveraineté courageuse et assumé? Je n’ai aucun doute sur le faite que la France s’est construite seul, son histoire de plus de 1500 ans nous le confirme tous les jours; alors faire croire que l’Europe nous a rendu plus fort je veux bien, mais alors prouvez-le! Les incantations shamaniques ou les bien pensants moralisateurs de la télé (principal vecteur de communication dans le monde), je n’y crois pas! Et puis c’est évident qu’avec ce taux de chômage (qui lui n’est pas européen, et oui à chacun sa merde en définitif.), ouvrir grande les portes de l’immigration, est une très idée, vive l’Europe! (en mimant un saut de cabri)

  9. Nihilo dit :

    Avec M. AYRAULT pour la France, nullité totale, et M. JOHNSON, pour le R-U, peut-être pire que M. AYRAULT, cette affaire commençait mal…

  10. Françoise dit :

    Certes, cette histoire pourrait être illustrée par la Pologne vis à vis des hélicoptères, mais le père d’un ami qui avait passé la seconde guerre mondiale en Angleterre en était retourné dégouté. Il a inculqué à son fils (qui est devenu Anti-britannique au possible) qu’« un Britanique signe un contrat puis quelque temps plus tard le discute pour ensuite éventuellement le rejeter ». C’est merveilleusement montré par l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’UE qui au plus tard à partir de M. Thatcher a toujours mis des batons dans les roues de cet ensemble de pays.
    D’un autre côté, si c’était connu que les Britaniques n’étaient pas fiables, cela se saurait.

  11. Polymères dit :

    Les anglais démontrent une fois de plus, que le problème de l’Europe de la défense a toujours bloqué chez eux.
    Avec leur sortie de l’UE ça devrait changer et le couple franco-allemand, entraineront les autres dans la course.Paris et Berlin vont augmenter leurs dépenses militaires et risquent bien de créer enfin une Europe de la défense.
    Je ne suis pas un fan de Macron, mais je pense que ce président arrive a un moment important ou on était dans le choix entre abandonner l’UE et la réformer et lui donner un nouveau souffle.Tout le monde le comprend et cette réalité fera infléchir l’Allemagne qui se satisfaisait de la situation actuelle.Pour Macron, c’est simple, il dira aux allemands « soit vous vous bougez, soit on continue comme ça et dans quelques années c’est toute l’UE qui sera réformée et vous serez comme des cons ».
    Les anglais ont toujours bloqués l’UE sur divers aspects, ce sont les anglais qui l’empêchaient d’être une puissance politique, diplomatique et militaire.Pour eux, l’Europe était juste une opportunité commerciale et rien d’autres.
    Pour certains, le Brexit a été le signe de la fin de l’UE, pour eux le seul devenir c’est d’en sortir.Mais le Brexit risque au contraire de devenir une véritable opportunité pour changer l’UE et lui redonner un nouveau souffle et de mettre un terme aux « problèmes » qui alimentent les extrêmes.L’Europe politique, diplomatique et militaire risque de se construire dans les prochaines années, lorsque le frein principale (la GB) aura dégagé.
    Bientôt les anglais se débattront avec l’Ecosse et l’Irlande du Nord et je doute que dans 5 ans, le FN ou n’importe qui d’autres pourra vanter le Brexit comme un modèle à suivre, au contraire on essaiera de ne plus en parler.

  12. Gabarras dit :

    Je partage ce qui a été dit. Pour étayer la discussion, je me permets de rappeler la chronologie (non exhaustive) des relations entre le Royaume-uni et l’Europe continentale.
    1944: Churchill disait déjà à De Gaulle: « Sachez-le, général ! Chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large. »
    1960: Pour concurrencer la CEE et garder le leadership, le RU crée l’AELE avec les ministres des Affaires étrangères , norvégien, danois, suisse, portugais, suédois et autrichien.
    1963 + 1967: C’est une période où l’économie britannique est au plus bas, le RU, par besoin, souhaite entrer dans la CEE. Véto du général de Gaulle.
    1973 :Le Royaume-Uni intègre la Communauté économique européenne. La France aurait accepté en échange de la livraison des secrets de la bombe H par l’intermédiaire du physicien William Cook.
    1975: Référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans les Communautés européennes. Le maintien l’emporte avec 67% des voix.
    1979-1984: I want my money back. Margaret Thatcher obtient le fameux rabais britannique qui permet au pays de verser moins d’argent à l’UE que ces voisins de taille similaire comme la France…
    1985: Contre la libre circulation des personnes.
    1988: Non à l’Europe fédérale.
    1992-1993: Traité de Maastricht: Le RU bénéficie d’une clause d’exemption lui permettant de ne pas rejoindre la monnaie unique. Le traité est signé de justesse par le parlement alors que le prime minister a menacé de démissionner.
    2003-2004: Accords du Touquet: la frontière britannique commence en France puis en Belgique.
    2015: In extremis, le RU arrache une clause spéciale sur l’immigration, lui permettant de ne pas respecter les règles européennes sur certaines aides sociales pour les nouveaux migrants.
    2016-2017: Brexit.
    Tout au long de sa participation à la CEE, puis à l’UE, le Royaume-Uni n’a eu de cesse de réclamer un statut particulier lui permettant de bénéficier des avantages que confère l’Europe sans avoir à subir les inconvénients. Par ailleurs, il a bloqué de très nombreuses lois qui auraient profité à tous dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la défense ou des dispositions sociales et fiscales.
    Ayant échoué à saboter la construction européenne, le RU (l’homme malade de l’Europe) entre dans la CEE en 73 pour renforcer son économie sur le déclin. A la faveur des populismes se propageant dans le monde occidentale, il quitte l’UE 45 ans plus tard alors que son économie s’est redressée.
    Toutefois, combiné à l’échec des extrêmes aux Pays-Bas puis et en France suivi de la victoire de la CDU aux élections anticipées en Westphalie du nord, le Brexit apporte un souffle nouveau sur la construction européenne dont l’unité se renforce face aux exigences des britanniques lors des négociations traitant de leur départ. Tandis que l’unité du RU risque d’exploser en raison du souhait de l’Ecosse d’obtenir son indépendance.

    • Albatros24 dit :

      Jolie synthèse…la Gb était là pour faire de l UE une vaste zone economique en essayant même d y intégrer la Turquie. Nous aurions eu alors nos frontières en Syrie et Irak…et pleins de pays à très bas coûts.

    • Lagaffe dit :

      Sans compter le bordel irlandais.
      « La perspective de voir le nord traîné hors de l’UE contre la volonté de sa population horrifie les citoyens de toutes les sensibilités politiques ». 56% des Irlandais du nord s’étaient prononcés contre le Brexit. L’ardeur des nationalistes a encore été confortée par le feu vert des dirigeants européens à une adhésion automatique de l’Irlande du Nord à l’UE dans l’hypothèse d’une réunification.
      « Le Sinn Féin aimerait avoir un référendum dans les cinq années qui viennent », en a conclu Gerry Adams, le patron du parti nationaliste. La possibilité d’un référendum en Irlande du nord sur le rattachement au voisin du sud est prévue dans l’accord de paix du Vendredi Saint. Le Brexit risque de creuser un gouffre entre le nord et le sud, surtout s’il s’accompagne d’une sortie du marché unique.

    • Eliot Mess dit :

      Vous voulez savoir pourquoi le LR et le PS ont sautés? Parce que les français en on marre qu’on leur ment! C’est aussi à cause des discours qui méprisent la réalités en cachant l’essentiel sous-jacent du vote populaire FN et Mélenchon, et surtout le vote d’abstention qui en dit long sur cette étrange déclin démocratique. Tout ceci est occulté, la télé faisant le travail d’homme de pailles, mépris incroyable et odieux, normal ils n’ont plus que les faux-semblant pour ne par perdre la face. Alors soit on joue les débiles en priant pour une Europe miraculeuse avec un saint sauveur pour ménagère pratiquant la randonné nordique, soit on se regarde dans une glace, on prend ses cou*lles à deux mains, et on fait en sorte que les français reprennent confiance envers leurs politiciens, envers l’Europe, et surtout finalement envers eux-même. Avec la monarchie, les anglais savent qui ils sont, est c’est déterminant pour la cohésion patriotique, en lien direct avec leurs ancêtres ils n’ont pas peur d’affronter seul le monde; nous au contraire, on se désincarne tellement, que les mots me manquent… Si une dernière chose, même le parlement de Bruxelles subit le lobbying hirsute, il nous en protège qu’à peine.