Le chef du Pentagone ne veut pas d’un autre « Hezbollah » au Yémen

Il y a encore quelques mois, les analystes ne manquaient pas pour commenter la prise de distance apparente des États-Unis à l’égard des monarchies sunnites du Golfe arabo-persique en général et de l’Arabie Saoudite en particulier, même si cela n’a pas eu trop d’impact sur les ventes d’armes américaines dans la région.

La volonté de Washington à trouver un accord sur le programme nucléaire iranien expliquait en partie ce sentiment. En effet, à Riyad, l’on craignait un rééquilibrage de la politique américaine au profit de l’Iran alors que la plus grande crainte des monarchies du Golfe est de voir progresser un « croissant chiite », synonyme pour elles de déstabilisation.

Cependant, l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche a rebattu les cartes. Et la politique étrangère, du moins pour ce qui concerne le Moyen-Orient, tend à revenir vers ses fondamentaux, qui remontent au pacte de Quincy, conclu en février 1945 par le président Roosevelt et le roi Ibn Saoud, fondateur du royaume saoudien.

S’agissant de l’accord sur le programme nucléaire iranien, trouvé à Vienne le 14 juillet 2015 et considéré comme étant l’un des principaux succès diplomatiques de Barack Obama, le président Trump n’a jamais caché son hostilité à son égard. Et Rex Tillerson, le secrétaire d’État, a sonné la charge, le 19 avril, en estimant qu’il « échoue » à remplir ses objectifs, c’est à dire à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Selon lui, cet accord ne serait qu’une façon « d’acheter » le régime iranien et, par conséquent, il ne ferait que retarder le programme nucléaire de Téhéran étant donné qu’il s’inscrit dans « la même approche défaillante passée qui nous a amené jusqu’à la menace imminente actuelle venant de Corée du Nord. »

Affirmant que « l’Iran reste l’un des principaux pays qui parraine le terrorisme », M. Tillerson a indiqué que l’allègement des sanctions envers l’Iran prévu par l’accord de Vienne allait être évalué, à la demande du président Trump, pour vérifier s’il correspond « à l’intérêt national des États-Unis. »

« Nous allons donc réévaluer complètement le JCPOA [Joint Comprehensive Plan of Action, nom de l’accord sur le nucléaire, ndlr] lui-même… C’est un nouvel exemple de comment acheter une puissance qui a des ambitions nucléaires et de comment nous les achetons sur une courte période et quelqu’un doit ensuite s’en charger plus tard », a ainsi affirmé le chef de la diplomatie américaine. « L’administration Trump n’a pas l’intention de renvoyer la balle au prochain gouvernement sur l’Iran », a-t-il assuré.

Dans le même temps, le chef du Pentagone, le général James Mattis s’est rendu à Riyad pour « revigorer l’alliance entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite ». Et les propos qu’il a tenus après avoir rencontré le roi Salmane et le ministre saoudien de la Défense, vice-prince héritier Mohammed ben Salmane, ont été sans ambiguïté.

« Où que vous regardez », au Moyen-Orient, « s’il a des problèmes il y a l’Iran », a accusé James Mattis, avant de louer les efforts faits par l’Arabie Saoudite pour « restaurer la stabilité dans cette cruciale région du monde ». Et de souligner qu’il est dans l’intérêt des États-Unis « de voir des forces amrées et des services de renseingnement saoudiens forts ».

L’Arabie Saoudite est à la tête d’une coalition arabe qui intervient actuellement au Yémen afin de soutenir le président Abdrabbo Mansour Hadi, dont l’autorité est contestée par des partisans de son prédecesseur ainsi que par des milices Houthis, soutenues par l’Iran. Et, dans le chaos créé par cette situation, des groupes jihadistes comme al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) et l’État islamique en profitent pour étendre leur influence.

Le Yémen est important à plus d’un titre. Outre le développement de foyers jihadistes, il faut aussi prendre en compte la question du contrôle du détroit de Bab el-Mandeb, dont le blocus empêcherait tout commerce maritime entre l’Asie et l’Europe, ce qui ne serait pas sans conséquence pour l’Égypte étant donné que le trafic du canal de Suez serait réduit à néant.

Or, si les milices Houthistes l’emportent, l’Iran aurait indirectement la mainmise sur le détroit le Bab el-Mandeb ainsi que sur celui – directement cette fois – d’Ormuz. D’où les déclarations du général Mattis.

« Nous devons empêcher l’effort de l’Iran pour déstabiliser » le Yémen et « créer une nouvelle milice à l’image du Hezbollah libanais », a-t-il lancé lors de son déplacement à Riyad. Seulement, les critiques suscitées par le nombre important de victimes civiles causées par les frappes de la coalition arabe rendent compliquées tout soutien militaire accru de Washington à l’opération menée par l’Arabie Saoudite (et, dans une moindre mesure, les Émirats arabes unis).

Aussi, a dit le chef du Pentagone, « notre but est d’amener ce conflit dans des négociations sous l’égide des Nations unies, pour s’assurer qu’il se termine le plus tôt possible. » Pour le moment, le soutien américain à la coalition arabe se limite à la communication de renseignements et au ravitaillement en vol des avions de combat engagés au Yémen.

30 commentaires sur “Le chef du Pentagone ne veut pas d’un autre « Hezbollah » au Yémen”

  1. Les USA ne pourront rien y faire, comme en Irak, les Chiites ont compris que seule la prise en main de leur destin sera de nature à empêcher les sectes Wahhabites de les massacrer , et ce qui se passe dans une petite monarchie à majorité chiite où celle ci est martyrisée par des ventrus libidineux ne fera que les renforcer dans cette volonté, USA ou pas..Bref, au Yémen, comme l’a montré la campagne égyptienne entre 1962 et 1970, toute intervention extérieure sera vouée à l’échec et vu les cartons que font les yéménites patriotes sur les troupes saoudiennes, le Hezb du Yémen est déjà à l’œuvre…Les iraniens ont anticipé ce qui se passe, alors que cette saloperie de coalition arabe commet des crimes effroyables sous les yeux d’une communauté internationale pratiquant le deux poids deux mesures dès qu’il s’agit d’absoudre les terroristes saoudiens de leurs crimes et du soutien au terrorisme fondamentaliste musulman sur le globe entier dont ils sont les véritables parrains.

    1. C’est une plaisanterie? Les américains n’y peuvent rien? Ils ferment les yeux aujourd’hui sur les milices chiites puisque la priorité est de se débarrasser de la pieuvre mortifère qu’est daesh et qui sévit jusque dans nos contrées. Les milices chiites ne sont que des alliés de circonstance comme les américains savent en utiliser en fonction de leurs besoins, rien de bien nouveau. Les talebs etaient les alliés d’hier mais les ennemis d’aujourd’hui. Idem pour les moudjahidins arabes. La secte wahabite bien qu’arrierée et déconnectée de la réalité est un ennemi déclaré de l’EI, prétendre le contraire est dans la droite ligne de la propagande iranienne. Ça ne fait pas de l’Arabie saoudite et des petromonarchies du Golfe des gens biens mais évitons les raccourcis grotesques. Les milices chiites en Irak sont à mettre dans le même sac que daesh un simple coup d’oeil aux rapports de l’ONU vous offrira un florilège des exactions que celles-ci commettent et je ne parle pas à l’encontre des combattants de l’EI dont le sort n’intéresse pas grand monde mais bien des civils irakiens. Quand l’EI sera défait je ne suis pas sûr que les américains se contentent d’un statu quo avec l’Iran et les milices qu’elle entraîne, finance et que l’on voit à l’oeuvre en Irak, Syrie et au Liban et les déclarations de Trump, Mattis et Tillerson semblent aller dans ce sens.
      Pour ce qui est de Bahrein et du Yémen vous avez raison mais c’est bien la preuve que cette rhétorique ridicule « sunnites/chiites/croisés/schtroumpfs… » ne sert qu’à amadouer les masses donc arrêtons de faire croire de l’autre côté que l’Iran à travers ses milices ne cherchent pas à étendre sa zone d’influence, l’Irak et la Syrie en sont les parfaits exemples. On ne peut pas prétendre être objectif en dénonçant les actes des uns tout en passant sous silence ceux des autres, sinon autant rester sur al manar, pressTV, etc. là où les valereux Iraniens sont les pourfendeurs des vilains wahabites, daeshiens et ne veulent que le bien de leur prochain.

      1. HOP ,une bombe H sur ce moyen orient de mes genoux et bon débarras,mais comme on peut pas le faire ,nos bombes servent à rien ,pendant ce temps ces gens viennent nous trucider chez nous car nos dirigeants sont des bisounours ,bref l’habitude fait que je ne regarde même plus les infos et que j’écoute Stéphane Echer le suisse avec son tube de « déjeuner en paix « 

        1. Fallait pas assassiner Sadam hussein, fallait pas assassiner Kadhafi, fallait pas armer et entrainer les djihadistes en Syrie, falait pas foutre la m… au Liban, fallait pas donner la bombe atomique à l’entité sioniste, fallait pas…….

      2. Je vous confirme, les USA n’y pourront rien, en fait les iraniens et leurs alliés, y compris Chine et Russie, n’attendent qu’une chose : que les USA aillent s’enfermer dans un conflit perdu d’avance dans les sables du Yémen, de Syrie ou d’Irak d’ailleurs…. Vous parlez d’exactions ? je vous engage à visionner si elles existent encore, les vidéos de lynchage de notables et familles chiites que ce soit en Irak ou en Syrie, la ville d’Alep a vu des familles respectables de commerçants qui géraient depuis des siècles le célèbre Souk, des Waqfs aussi bien musulmans, que chrétiens et même juifs, oui monsieur juifs ! C’est cette diversité que les ventrus du Golfe veulent anéantir. Quand à dire que Daesh n’est pas un allié des Séouds et des Qataris, vous me faites bien rire. Vous pensez sérieusement que l’équipement souvent d’origine est européenne (Ukraine et Pologne entre autres) ils ont pu se le payer en vendant leur superproduction télévisuelle ? Atterrissez…les Wahhabites et le salafisme sont les cancers de l’Islam moderne….

        1. Vous répondez à côté de la plaque comme d’habitude le régime des mollahs est à mettre dans le même sac que les dirigeants saoudiens et les milices chiites ne valent pas mieux que daesh je vous parle de rapports de l’ONU et vous faîtes mine de ne pas comprendre en me citant d’autres exactions. Depuis quand les crimes des uns justifient ceux des autres? Comment sont traités les sunnites, les kurdes voir tout opposant au régime en Iran? Mieux que les chiites en AS ou Bahrein? Combien de fois alqaida ou l’EI ont frappé l’Iran? Vos preuves sinon que le Qatar et l’AS financent et équipent avec des armes européennes l’EI? Où est passé tout l’équipement des troupes irakiennes lors de leur fuite face aux barbus de daesh?Mauvaise foi quand tu nous tiens. Dans quoi voulez vous que les américains s’enferment, leurs bases sont partout au Moyen-Orient, la Russie et l’Iran n’y peuvent rien et le savent très bien, même si pressTV vous a convaincu du contraire, atterissez comme vous dîtes si bien. Qu’ont fait les Russes pour protéger la base d’Al Sheyyrat? Rien ils ont plié bagages. Quand à l’Irak que pourrait faire l’armée irakienne et les milices chiites sans l’appui de la coalition internationale et en premier lieu des États-Unis? Doit-on rappeler les débâcles en chaîne de l’armée irakienne depuis l’arrivée de l’EI? Encore une fois les milices chiites ne sont que des alliés de circonstance, nous verrons bien ce qui les attend une fois l’EI rayée de la carte. Quatre année de mandat Trump c’est long et vu les déclarations de Tillerson/Mattis sur l’Iran je suis curieux de savoir ce qui attend le régime des mollahs et ses affidés dans la région.

  2. Si mattis par en campagne avec les pensées à moi même de Sénèque, c’est uniquement pour caler le bipied de son M14.
    On a une galerie de monomaniaque à washington avec chacun leur phobie. Mattis c’est l’iran et plus particulièrement le chef du badr irakien avec qui il a un grief personnel.
    De l’art de créer les ennemis que l’ont souhaite. Hezbollah yémenite, néologisme américain.
    La réalité est que l’iran était absent du yémen avant 2014. Les chiites yéménites qui sont des zaydites n’ont pas grand chose à voir avec les chiites iraniens. En se lançant dans une guerre inconsidérée l’arabie saoudite a créé les conditions d’une implication des iraniens dans la guerre civile yéménite. Bien joué.

    1. Vous voulez dire: … les conditions d’un « surge » républineoconaméricain.
      .
      Marrant. Sénèque, Cicéron… 🙂

    2. Sans oublier « les bavures » à répétition de la coalition arabe sur des mariages, obsèques etc. dans les territoires tenu par les houthis et qui n’ont pas l’air d’émouvoir grand monde. Effectivement vous faites bien de rappeler que les chiites zaydites ont bien des différences avec les chiites imamites. D’un point de vue dogmatique ils sont mêmes plus proches des sunnites mais comme souvent il s’agit avant tout d’une lutte d’influence, l’argument religieux n’est qu’un prétexte pour enfumer les masses. À voir combien de temps la coalition arabe pourra continuer ainsi…

      1. Sans oublier, non plus, les bavures à répétition de l’Otan sur les mariages, obsèques etc en Afghanistan, et autres…Dernière en date, 700 morts à Mossoul ! Oops, une erreur de frappe…

    3. L’Iran est la menace la plus pressante et sérieuse à l’encontre d’Israël – ceci explique en grande partie l’aveuglement de la diplomatie US.

      Si l’Iran était moins obsédé par Israël et sa destruction d’une manière ou d’une autre, en se concentrant sur ses problèmes intérieurs, nul doute que la donne serait tout autre.

      Quant à Israël, il est un peu dans la position de l’Angleterre vis-à-vis de l’Europe depuis le XVIII° : maintenir un équilibre entre les puissances continentales, et veiller à ce qu’aucune puissance ne devienne jamais prédominante.

  3. le déni de réalité : combien de morts américains victimes du fondamentalisme chiite ces 5, 10 ou 25 dernières années ? combien d’américains morts victimes de leurs alliés sunnites ?
    Une petite scène qui a eu lieu il y a quelques semaines à la sortie de la mosquée du prophète à médine (arabie saoudite) Un Sheikh saoudien a invectivé la foule contre les usa qui tuent des sunnites en irak et en syrie. La préoccupation des forces de l’ordre était d’empecher les gens de filmé plutôt que de faire taire le Sheikh.
    Alors que les américains conduisent seul leur politique autiste et suicidaire n’est pas notre problème. Mais il faut que les français et européens soient conscient de ce dévoiement, c’est nécessaire et salutaire.

    1. « Alors que les américains conduisent seul leur politique autiste et suicidaire n’est pas notre problème.  » En effet (hélas).

  4. « Affirmant que « l’Iran reste l’un des principaux pays qui parraine le terrorisme »… »
    ————
    Faut l’oser, quand-même. Il « en a ».
    Sinon: hé ouai… back to basics.
    Ca au moins, le « resserrement avec l’AS » et le focus sur les « opex » iraniennes, Trump avait prévenu*.
    Mais encore: ce « focus » intègre-t-il le Hzb dans la Bekaa ou ailleurs?
    .
    * sans qu’aucun des pro-donald du blog ne relève,
    (Voués à certaines opinions déterminées, ils sont forcés de défendre ce qu’ils n’approuvent point).

  5. En France : la dernière victime française du terrorisme chiite doit remonter à 1987 ou 88 ( à chercher) le corps de la dernière victime du terrorisme sunnite est passé avant hier sur le pont alexandre III. Et si on compte les victimes française du fondamentalisme sunnite civiles et militaires depuis le 11 septembre 2001 ont doit etre autour de 500.
    Oui, il faut surveiller l’iran et ses proxies mais en priorisant les risques et menaces.
    L’iniquité a rarement été un facteur de paix : Le 11 avril dernier, l’union européenne a reconduit pour un an, les sanctions décrétées en réponse à la répression du régime iranien contre des manifestants qui contestaient la réélection du président ahmadinejad en 2009 !
    C’est très bien, c’est conforme à l’idée qu’on peut se faire de pays ayant une exigence démocratique.
    MAIS depuis 2009 que s’est il passé à bahrein ou en égypte (avec 2 coups d’état successifs) pour ne prendre que ces deux exemples qui ne soient pas aussi grave qu’en iran en 2009 ?
    Rien n’avancera vers plus de paix et de sécurité tant que la règle du double-standard prévaudra.

    1. @ jyb
      Et oui, nous sommes certains ici à dénoncer régulièrement ce deux poids deux mesures de nos sociétés occidentales, incapables qui plus est de dénoncer clairement les régimes sunnites qui soutiennent nos pires ennemis et propagent leur venin radical.
      Mais attention, on va tout de suite vous accuser d’anti-américanisme, d’être un troll de Moscou ou autres réactions enfantines, car vous commettez un crime de lèse majesté pour les suiveurs sans faille de Washington en osant remettre en question les décisions américaines.
      Pensons à nos intérêts avant tout, qui ne sont pas tout le temps les mêmes que ceux de nos amis US…

      1. @jeb stuart
        défendre la France et l’interet des français ne peut pas etre une posture idéologique.
        C’est ce qui me surprend à la lecture de certains commentaires. L’interet des français aujourd’hui est d’etre pro-russe en syrie et anti-russe en Ukraine.
        En syrie, la coalition dont nous faisons partie, les russes et le régime syrien combattent « par défaut » le même adversaire qui est notre ennemi déclarée. La mort d’un policier au cœur de paris il y a quelques heures nous ramène à ce principe de réalité. L’urgence est de battre physiquement daesh ET al qaida, puis de tarir la source de l’islamisme salafiste.
        Et pour que les choses soient claires, aucun militaire qui plus est officier parachutiste ne peut avoir la moindre considération pour la personne de bashar al assad et je veux rappeler l’émoi que sa présence au défilé du 14 juillet avait suscité dans les rangs.

    2. Mais jyb, il n’est pas question d’équité dans cette affaire.
      .
      L’Occident s’est mis du côté des sunnites parce qu’ils forment 85% des musulmans, qu’ils sont nos voisins d’en face et qu’ils ont plus de pétrole que les autres.
      .
      Il n’y a pas une once d’imagination dans ce choix stratégique. On se met simplement du côté du plus fort.

      1. du temps du shah, tant les Etats-unis que nous, et même Israel, étions à fond derrière l’Iran, même si nous avons eu la bétise d’héberger le raminagrobis à Auvers/Oise.
        Nous voyions même l’Iran comme le gendarme du MO.
        Dans le renversement d’alliance subséquent à la révolution iranienne, une large part tient au rejet de l’occident par le nouveau pouvoir iranien.

      2. Je plussoye.
        Et j’ajoute un 4°/:
        4°/ On les soutient aussi parce que, dans la péninsule, la seule alternative aux Saoud c’est… alQ.
        L’ennemi premier ET ultime ET intime d’alQaeda, c’est « Le Royaume »: l’ennemi proche.
        .
        Ils nous frappent nous, l’ennemi lointain, afin que nous nous désolidarisions des Saoud et de leur théocratie basse bédouine impure. Maudite.

        Le Royaume a crée/laisséfaire/manipulé un monstre, afin de mieux nous obliger à le protéger de lui.
        .
        [Ce « C’est ou bien moi, ou bien le terrorisme » n’est pas l’apanage rhétorique du Royaume. On l’entend aussi de la bouche d’Assad, ou du pouvoir algérien].
        .
        Bref dans la péninsule nous ne pouvons soutenir que les Saoud. Pas le choix.
        En plus de vos 3 points.

        Notez: les mêmes qui nous reprochent d’avoir fomenté/soutenu les « pseudo printemps arabes » afin de faire le chaos/le jeu d’aQ, sont ceux qui nous reprochent presque de ne pas « renverser » la monarchie wahabmachin.
        (soupir) 🙂

      3. @Tschok,
        Je plussoye. Et j’ajoute un 4°:
        4°/ On les soutient aussi parce que, dans la péninsule, la seule alternative aux Saoud c’est… aQ.
        L’ennemi premier ET ultime ET intime d’alQaeda, c’est « Le Royaume »: l’ennemi proche.
        .
        Ils nous frappent nous, l’ennemi lointain, afin de nous désolidariser des Saoud et de leur théocratie bédouine prosioniste impure maudite toussa.

        Le Royaume a crée/laisséfaire/manipulé un monstre, afin de mieux nous obliger à le protéger de lui.
        .
        [Le « C’est ou bien moi, ou bien le terrorisme » n’est pas l’apanage rhétorique du Royaume. On l’entend aussi de la bouche d’Assad, ou du pouvoir algérien, par exemple].
        .
        Bref dans la péninsule nous ne pouvons soutenir que les Saoud. Pas le choix.
        .
        Notez, les mêmes qui nous reprochent d’avoir fomenté/soutenu les « pseudo printemps arabes » afin de faire le chaos/le jeu d’aQ, sont ceux qui nous reprochent presque de ne pas « renverser » la monarchie wahabmachin.
        (soupir)

  6. « L’Iran l’un des principaux pays qui parrainent le terrorisme ».Dire çà dans la maison des Saoud ,qui ont « inventé »,financé et propagé le Wahhabisme dont se réclament la plupart des terroristes,fallait oser…ne pas aller trop loin.Mattis n’a quand même pas été jusqu’à dire quels étaient les autres.

  7. « créer une nouvelle milice à l’image du Hezbollah libanais »… Les Yéménites n’ont pas besoin de créer une milice de ce genre, ils sont bien assez équipés et organisés comme ça. Le Yéménite moyen est pratiquement aussi armé que l’Américain ou le Suisse moyen. Même l’empire ottoman, dont on connait les méthodes expéditives, y était dans ses petits souliers. Cette présidence Trump, qui annonçait quelques nécessaires révisions en politique étrangère commence à être bien décevante.

  8. Chacun défend ses intérêts, l’Iran défend les siens, les Saoudiens les leurs, mais les deux pratiquent exactement la même tactique du soutien aux milices ethniquement proches.
    Mais l’Arabie Saoudite dispose d’un avantage considérable, c’est qu’outre le fait qu’ils ont le plus de moyens, le sunnisme est largement dominant dans le monde musulman.Le chiisme tourne autour de l’Iran et de l’Irak et les pays limitrophes.
    Il n’est pas étonnant pour nous, de voir bien plus de groupes armés devenant des terroristes religieux sunnites que chiites, mais au fond, on ne peut pas prétendre que le Hezbollah n’a jamais eût recours aux attentats au Liban (Drakkar pour nous), on ne peut pas prétendre que l’armée du mahdi en Irak n’a pas répondu aux attentats par d’autres attentats et les populations sunnites en Irak restent marqués par une oppression de groupes chiites, qui n’a fait qu’alimenter des groupes comme Daesh.
    Ne nous trompons pas, le Hamas, ses armes, ça ne vient pas du Qatar, ce sont les iraniens avec l’aide du Hezbollah qu’il est alimenté comme d’autres groupes palestiniens, dont le terrorisme est également une déviance de long terme.
    Au Yemen, les Houthis ne sont pas bien différents que des groupes armés syriens sunnites.
    .
    Bien sûre que les monarchies sunnites cultivent un radicalisme religieux pour développer son influence, bien sûre que vous avez des financements (qui sont souvent ceux de particuliers) qui alimentent des groupes terroristes qui foutent la merde un peu partout.
    Bien évidemment l’idée du terrorisme internationale, du djihad, prend ses racines dans les pays sunnites et non du côté de l’Iran.
    Mais l’Iran n’est pas moins fondamentaliste que ne l’est l’Arabie.Chacun a sa police religieuse, chacun impose ses bonnes manières et ceux qui pensent que soutenir l’Iran c’est soutenir la lutte contre l’extrémisme religieux se trompe.La révolution islamique d’Iran (premier printemps arabe qui toucha d’autres pays comme le Pakistan, l’Afghanistan, l’Egypte…), c’est bien l’exemple d’une réussite islamiste à prendre le contrôle d’un pays que certains souhaitent éviter ailleurs actuellement.Quand l’Egypte est passé du côté des frères musulmans avec Morsi, n’est-ce pas l’Iran qui était la première a s’en féliciter et a s’en approcher? Entre eux c’est « je t’aime, moi non plus »
    On connait bien les déviances des frères musulmans, pourtant on voit bien que l’Iran est prête a saisir la moindre occasion pour étendre son influence et on a trouvé jusqu’au Nigéria des libanais du Hezbollah.
    .
    Mais voilà l’Iran n’est pas le « copain » des américains, on se souvient de la prise de l’ambassade américaine qui a été le déclencheur de cette crise en 1979.Saddam Hussein, par peur d’une contagion a son propre pays, entra en guerre contre l’Iran.Dans le même temps, la guerre civile au Liban aura été un levier pour l’Iran afin de favoriser les milices chiites et ce n’est pas un hasard si le premier attentat suicide de l’Histoire du Liban aura été commis contre l’ambassade Irakienne (pays en guerre contre l’Iran), ce n’est pas non plus un hasard que la France et les USA qui armaient Saddam, ont eux aussi subis des attaques suicides meurtrières, ne l’oublions pas!
    On sait aujourd’hui ce que pèse le « parti de Dieu » (Hezbollah) au Liban et on le voit en Syrie, véritable bras armé de l’Iran.
    .
    Nul doute que les américains cherchent et chercheront à isoler l’Iran.La politique d’Obama a été vraiment particulière, car elle a fait perdre à l’amérique un objectif stratégique.Ils n’avaient plus aucune stratégie, leurs alliés laissés un peu sur place, les conflits? on ne voulait plus rien assumer, se retirant à la va vite, permettant à Daesh et aux Talibans de gonfler le torse, laissant la Syrie se massacrer à coup de milices interposées.
    Washington semble reprendre une stratégie qui lui met des alliés dans la poche et qui lui donne l’initiative.En s’opposant à l’Iran, les monarchies sunnites, Israël, mais aussi la Turquie, définissent un avenir, qu’on peut critiquer ou pas, au moins ils ont des objectifs et l’amérique retrouve donc la main.
    Car on sent bien que la nouvelle administration cherche a s’appuyer sur des états régionaux forts pour mener sa stratégie et ce ne sont pas les boys qui seront envoyés.Mais l’épisode Daesh aura tout de même créer une certaine prise de conscience dans les monarchies sunnites et elles comprennent désormais qu’elles se doivent de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme pour ne pas finir sur la touche.
    Plutôt que de vouloir isoler, combattre, sanctionner ces pays, chose qui ne fera que de plus les radicaliser même si on imagine le contraire, peut être l’amérique et les événements arriveront avec le temps à faire changer ces pays.Pour y arriver, faire entrer un contexte géo-stratégique officiel dans les relations (contrer l’Iran) plutôt que de laisser dans l’ombre une guerre communautaire incontrôlée via le soutient aux groupes qu’on ne contrôle pas, n’est pas à écarter.
    Peut être que Trump souhaite voir plus d’armées nationales dans les conflits, plus d’intervention directes des états ou les locaux sont accompagnés et inclus dans des forces mixtes.
    Il y a du changement et attendons de voir comment tout cela se mettrait en place.

    1. Votre réflexion quoi qu’intéressante, est cependant très restrictive et s’appuie sur une vision unipolaire du monde…Obama l’avait compris, Trump et l’état profond US (Néo cons & Cie + Lobbies style AIPAC) tente de le réanimer;..Seulement, la Russie est de retour, mais surtout il va falloir désormais compter avec la Chine…..Concernant ce dernier pays, il considère l’Iran comme un partenaire stratégique au même titre que la Russie d’ailleurs….Dans ce cadre, les monarchies wahhabites rigoristes et rétrogrades n’ont pas d’avenir telles qu’elles existent, et ce n’est pas l’achat massif d’armement US qu’elles achètent aux USA trop content de cela, qui changera la donne. le seul état du Golfe un tant soit peu conscient de ces évolutions est Oman qui a une politique très équilibrée du fait de sa situation géographique et démographique d’ailleurs. L’Iran ne pourra pas être endigué, ce fut une politique US durant des années fastes après la chute de l’URSS. On est plus en 1991….Sunnites contre Chiites, c’est en quelque sorte le nouveau mantra occidental après l’homme malade de l’Orient qui lui a permis de s’immiscer au Proche-Orient et ainsi créer les conditions de plus de 100 ans de guerres fratricides. L’Iran, ne veut qu’une chose, qu’on arrête de s’immiscer dans les affaires de ces pays, et que l’on règle la question palestinienne. Encore une fois, les iraniens sont chez eux au Proche-Orient, pas les USA….

    2. C’est de loin le commentaire le plus juste et objectif que j’ai pu lire concernant cet article, le fait que l’outrepenseur le trouve « trop restrictif » est plutôt bon signe quand on lit sa logorrhée qui n’est rien d’autre qu’un copié/collé permanent de la propagande iranienne sur ce site.

  9. « Les monarchies sunnites comprennent désormais qu’elles se doivent de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme pour ne pas finir sur la touche. »
    Voila une affirmation bien aventureuse.
    Les monarchies sunnites arment et financent le terrorisme. Et ce a l’échelle mondiale.
    Ce n’est pas qu’une question de pouvoir, c’est aussi un problème politique, les Saoud et autres doivent maintenir leur  » pureté » religieuse qui légitimise leur pouvoir au niveau local en étant  » l’arme de la conquête et de la conversion ».
    C’est aussi une obligation religieuse de convertir le maximum d’humain a la  » vraie foi », qui est propre aux sunnisme, avant le retour du Maadhi.
    Le chiisme pour sa part juge que cette conversion se fera naturellement au moment de ce retour.
    Ce qui donne deux visions complétement différentes du prosélytisme religieux.

  10. Le chef du Pentagone devrait venir en France pour qu’on lui explique à quel point l’Iran est dangereux,… il est encore derrière l’assassinat d’un policier cette nuit, probablement ? L’État islamique, Daesh, c’est l’ Iran ? Charlie, le Bataclan, Nice, etc… c’est l’Iran ? Il devrait aussi aller en Afrique voir à quel point l’Iran, le méchant, sème sa zone du Mali au Soudan, de la Libye au Niger… méchants iraniens! Boko Haram, l’iranien, en tête ! Il devrait aussi aller en Syrie voir comment les iraniens essayent de renverser Bachar El-Assad depuis cinq ans…
    le chef du Pentagone, sur cette photo au milieu des fleurs et des polygames de Moyen Âge, il ne détonne pas, il a l’air aussi compétent qu’eux; il est bien le chef de Pentagone de Donald Trump, avec les mêmes compétences et la même culture en géostratégie..
    cela pourrait n’être que comique et pathétique, le problème c’est que c’est très dangereux, notamment pour nous en France qui subissons de plein fouet la volonté wahhabite de destruction de la civilisation occidentale et de son remplacement par l’obscurantisme le plus dangereux de la planète. Projet qui d’ailleurs pourrait fortement arranger les Américains qui sont copains comme cochons avec l’Arabie Saoudite depuis le départ, : ne jamais oublier leur pacte mafieux avec la famille Saoud, le pacte de Quincy, au moins aussi important que le traité de Yalta, et qui fut conclu bien plus discrètement exactement au même moment…

  11. C’est curieux
    l’Arabie Saoudite, soutenue et armée massivement par les USA, bombarde allégrement le Yémen en y faisant des milliers de victimes civiles et…………………personne ne s’émeut dans les chancelleries et les médias occidentaux !
    Le Yémen est dans un état désastreux, la misère et la famine ravage ce petit pays et………tout le monde s’en fout !
    Les USA, protègent leurs alliés de la région, Israël et la dictature Saoudienne, et ne renoncent pas à leur projet de remodelage de la région
    combien de victimes innocentes faudra-t-il encore ?……………………

Les commentaires sont fermés.