Le Parlement suédois a simulé un état de guerre pour la première fois depuis 20 ans

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

18 contributions

  1. eric dit :

    la France devrait prendre l’exemple de la suède.

  2. revnonausujai dit :

    houla, faut pas donner des idées aux notres de députés, ils seraient capables de se voter une prime de risque !

  3. Eric dit :

    Je ne suis pas du tout étonné de ces mesures. On a souvent pris les suédois pour des pacifistes bêlants. En tous cas tous ceux qui ignorent que ce pays possédait pendant la guerre froide et jusqu’à la fin des années quatre-vingt une des armées les plus puissantes et les mieux équipées d’Europe, forte de 800 000 hommes après mobilisation et parfaitement adaptée à sa mission : défendre pied à pied le territoire suédois contre toute attaque, d’où qu’elle ait pu venir. Même si les suédois savaient parfaitement que « l’ennemi potentiel » était d’abord l’URSS… Et combien savent que la Flygvapnet était en 1970 l’une des dix plus fortes armées de l’air au monde ?

    • Duc d'Orléans dit :

      Oui, je confirme. En 1968 ,par exemple, ils avaient autant de sous-mains classiques que la France à l’époque (une vingtaine) et autant de chasseurs-bombardiers que la Fatac . Cela pour un pays qui avait la population de l’Ile de France. La neutralité n’était pas synonyme de désarmement.

      • Zayus dit :

        @Duc d’Orléans:
        .
        Les 3 classe « Neptun » (de 730 tep/tonnes en plongée) ayant été désarmés en 1966, en 1968, la marine suédoise alignait 12 sous-marins classiques côtiers.
        – 6 classe « Hanjen » (de 900 tep: inspirés du Type XXI, allemand) en service de 1957 à 1980.
        – 6 classe « Draken » (de 950 tep), en service de 1962 à 1988.
        Le format de la Marine Royale Suédoise était donc de
        -> 9 à 12 unités dans les années 60/80 puisque 3 classe « Näcken » (de 1150 tep) remplaceront les 6 classe « Hanjen » de 1980 à 2002.
        .
        En 1968, la Marine Nationale alignait :
        – 4 classe Arethuse (de 669 tep), en service de 1958 à 1981.
        – 6 classe Narval (de 1910 tep), en service de 1957 à 1988.
        – 11 classe Daphné (de 1043 tep), en service de 1964 à 1997.
        – 1 classe Gymnote 2 (de 3840 tep), en service de 1966 à 1986.
        .
        Observons que contrairement à la marine royale suédoise tournée vers la défense de ses fjords que les sous-marins classiques de la Marine Nationale disposaient d’une plus importante autonomie et des services de plusieurs navires de soutien en mer pour des projections lointaines.
        .
        Comparons ce qui est comparable,
        car 12 sous-marins classiques en 1968, ou même 9 unités dans les années 80, sont encore loin des 22 sous-marins classiques français en 1968 ou 18 en plus de 4 SNA et 6 SNLE dans les années 80…

        • Zayus dit :

          Erratum:
          Focalisé sur 1968, j’avais évidemment oublié de mentionner les
          – 4 classe Agosta ( de 1760 tep et en service de 1977 à 2001), dans l’effectif de la Marine Nationale des années 80.

    • Zayus dit :

      @Eric:
      .
      Durant les années 70/80, la « svenska flygvapnet » était effectivement une des premières forces aériennes en terme de volume avec environ un millier d’appareils tous types confondus, mais avec un éventail de capacités bien moindres – du fait d’une mission strictement défensive – que les forces aériennes d’un volume comparable, telles que les forces aériennes britanniques et françaises.

    • Zayus dit :

      @Eric:
      @Duc d’Orléans:
      .
      Pour le volume de chasseurs bombardiers de la Flygvapnet comparé à celui de la FATAC c’était plutôt vrai dans les années 80 qu’en 1968.
      Le format de la FATAC dans les années 80 était de 850 à 750 avions combats entre retrait progressif des 419 Mirage III et arrivée des Mirage 2000 en plus des 246 Mirage F1, 50 Mirage 5 et 200 Jaguar.
      .
      Nous faisons ici abstraction des 60 Mirage IV des FAS et des 90 Étendard IV, 85 Super-Étendard, 42 Crusader de l’Aéronavale.
      .
      À la fin des années 80, la Flygvapnet alignait environ 400 Draken (en cours de retrait), 338 Viggen en plus de 20 Lansen de 1955 encore utilisés pour remorquer des cibles jusqu’en 1997.
      .
      .
      Par contre, en 1968 le volume de la Flygvapnet était effectivement moindre que celui de la FATAC:
      .
      -> 906 avions de combat pour la Flygvapnet :
      – 446 « Lansen »
      – 460 « Draken »
      Les 627 « Tunan » achevant leur retrait en 1968 n’en laissant que quelques uns jusqu’à 1977 pour du remorquage de cibles…
      .
      -> 1265 avions de combat pour la FATAC :
      – 350 « Ouragan »
      – 242 « Mystère IV »
      – 154 « Super Mystère B2 »
      – 100 F-100 « Super Sabre »
      – 419 « Mirage III »
      .
      La FAS alignait déjà ses 60 Mirage IV.
      L’Aéronavale alignait aussi ses 90 Étendard IV, 42 Crusader.

  4. Pathfinder dit :

    Cet exercice survient dans une atmosphère de « réveil »… le gouvernement saisit que le Brexit et l’isolement annoncé des US changent la donne de manière cruciale. Il n’est maintenant plus possible de se reposer sur les autres pour sa défense (… il ne l’a en fait jamais été!)
    Comme je l’écrivais la dernière fois, le Danemark et la Norvège ont également imposé des conditions pour les échanges militaires, c.a.d. que la Suède doit également avoir quelque chose à apporter.
    .
    L’attaque de Londres de ce jours a étrangement quelques points communs avec l’exercice d’alors (…)

    • Zayus dit :

      Pathfinder, vous oubliez que contrairement au RU, au Danemark et à la Norvège, la Suède n’est pas membre de l’OTAN et qu’aucune alliance militaire comparable existe à l’échelle de l’Union Européenne.

  5. briska dit :

    N’importe quoi. Et puis quoi encore? la mobilisation générale, des frappes préventives, la construction d’une ligne Maginot nordique, l’ouverture d’une base militaire avec avions et troupes US?
    C’est quoi la prochaine idée farfelue destinée à convaincre du danger russe? sous marin, c’est fait. Avion, c’est fait. Piratage, c’est fait. Corruption, c’est fait. Espionnage? pourquoi pas. Ca va bien venir, bien que cela puisse être risible alors qu’un « allié », bienveillant et protecteur espionne et intoxique à une échelle stratosphérique. Mais bon, tant qu’il existe Hollywood, son soldat Ryan, Homeland et NCIS, les mensonges auront de beaux jours devant eux.

    • Cimourdain dit :

      En tout cas c’est bien plus réaliste, que ceux qui pensent les augmentations budgétaires comme réponse au terrorisme. Cela sont vraiment à l’Est 🙂 .

    • Anonymous dit :

      Vous confondez « intelligence économique » (bien que les visions françaises et américaines ne soient pas tout à fait les mêmes, je vous l’accorde) -> se rappeler « it’s the economy, stupid! » de B/Clinton;

      avec l’espionnage/contre espionnage, et surtout, la malveillance statégique que peut avoir un Etat vis-à-vis de son entourage géographique (volonté de « prédation »).

      Bien loin de vouloir laver les erreurs commises parfois par les US et consorts, il ne me semble pas avoir entendu Poutine dire qu’il avait fait « une erreur » lors d’interventions militaires à l’extérieur (contrairement au repentir qu’il y a eu aux US suite à la guerre en Irak et dont le mandat d’Obama a été le symbole).

      Suite à ce commentaire, vous pouvez toujours confondre les termes narcissisme/puissance/résilience à l’envie et faire des grands blocs monolithiques pour analyser les événements comme vous semblez manifestement adorer le faire.

      • briska dit :

        Mais c’est quoi, ce bricolage intellectuel destiné à maintenir son douillet confort moral?
        Je resume :
        – l’espionnage US, c’est pas bien, mais c’est juste economique (ce qui est faux en plus!), pour le reste, Washington est plutot bienveillant, puisque c’est un partenaire strategique!
        – les guerres US, ce sont des malencontreuses erreurs, puisque -primo- ils s’excusent apres le forfait commis. Et -secondo- c’est loin de leurs frontieres, donc aucune volonté de puissance, juste une facheuse erreur.

        Inutile de dire tout le bien que je pense de ce raisonnement. Il faudrait demander au milion de morts ce qu’il pense de ces erreurs à repetition.

  6. aleksandar dit :

    Problème.
    1 ) Les militaires, les politiques et les médias suédois veulent que la Suède adhère a l’OTAN.
    2 ) Le peuple suédois ne veut pas.
    Solution.
    Utiliser tous les moyens possible en matière de propagande pour créer un climat de peur qui conduira le peuple suédois a se « réfugier » dans l’OTAN.
    Manœuvre Info Ops en cours.

    • Frédéric dit :

      ? Quand on simule des attaques avec des bombardiers lourds sur la Finlande et la Suède, il ne faut pas s’étonner ensuite que ces pays vous regarde d’un oeil suspicieux.

    • Mike dit :

      Le peuple suédois ne veut pas?
      Vous tenez cette info d’où? Sondage sputnik des membres du parti pro-russe de Suède?

      • aleksandar dit :

        Mike
        « 49% des Suédois ayant participé au sondage publié par le journal d’information Svenska Dagbladet, ont indiqué ne pas vouloir que leur pays rejoigne le bloc militaire mené par les Etats-Unis. 33% ont soutenu une potentielle adhésion de leur pays à l’OTAN tandis que 18% des personnes interrogées se sont déclarées indécises. »
        Revenez aboyer quand vous voulez , mon brave.