Otan : L’armée de Terre envoie 13 VBCI et 4 chars Leclerc à Tapa, en Estonie

Lors du dernier sommet de l’Otan, organisé en juillet 2016 à Varsovie, les Alliés ont confirmé le renforcement du flanc oriental de l’Alliance (enhanced Forward Presence, eFP) au bénéfice des pays baltes et de la Pologne, inquiets des intentions russe au regard de la situation dans le sud-est de l’Ukraine.

Cette mesure, qui vient s’ajouter à la création d’une force de réaction très rapide [Very High Readiness Joint Task Force, VHRJT) forte de 5.000 soldats ainsi qu’à l’ouverture de 6 centres de commandement en Europe de l’Est, vise à déployer, par rotation, 4 bataillons internationaux en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie.

Désigné pour être la nation-cadre pour l’Estonie, le Royaume-Uni va fournir le commandement et le gros des effectifs et des moyens (avec des Challenger 2 et des Warrior) d’un bataillon qui prendra ses quartiers à Tapa, où la France va envoyer un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) d’environ 300 militaires répartis en trois sections du 2e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa), dotées chacune de 4 Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie (VBCI), d’un peloton de 4 chars Leclerc et d’une section du génie. Un VBCI de commandement, des VAB et des Véhicules blindés légers (VBL) ainsi que des éléments de liaison et d’observation d’artillerie compléteront ce dispositif.

La France contribue à ce bataillon multinational sous commandement britannique « principalement en termes de force de manœuvre, tout en assurant le contrôle national de son engagement dans chaque fonction clef », précise l’État-major des armées (EMA). Ce déploiement a été appelé « mission Lynx ».

Ce SGTIA « Lynx » aura essentiellement pour tâche de mener des entraînements aux côtés des militaires britanniques et estoniens. Mais l’objectif premier de ces bataillons multinationaux est de dissuader toute tentative de déstabilisation des pays baltes et de la Pologne qui serait en deçà du seuil de déclenchement de la clause de défense collective de l’Otan (article 5 du Traité de l’Atlantique-Nord).

64 commentaires sur “Otan : L’armée de Terre envoie 13 VBCI et 4 chars Leclerc à Tapa, en Estonie”

  1. Entre Opex et Opin, les forces françaises sont sur-employés, au bord de la rupture ! Bref, nos armées n’en peuvent plus – Nous aurait-on menti ? – C’est en tous cas ce que l’on peut penser puisque nous trouvons les moyens humains et financiers d’aller jouer les danseuses en Estonie… Et le plus amusant c’est que cette plaisanterie des États Baltes est appelée à durer…durer…durer !

    1. De 1950 à 1989, nous avons déployé un corps d’armée blindé entier en Allemagne Fédérale, dans le cadre de l’OTAN : je n’ai pas souvenance que ça ait mis nos armées sur les rotules. Là, il s’agit d’expédier un sous-gtia et vingt blindés pour faire de la dissuasion et de l’entrainement dans un pays allié, relativement proche en plus. On pourrait raison garder avant d’avancer n’importe quoi ?

      1. Eric
        Vous oubliez qu’à cette époque notre armée avait du personnel qui faisait le service militaire …Celui qui nous manque terriblement maintenant pour y revenir !

      2. Comparer la situation de l’armée française de 1989 avec celle de 2017……….fallait le faire.

      3. bien bien
        ces VBCI ne seraient-ils pas plus utile à nos troupes au Sahel , nos alliés nous laissentr nous dépatouiller là-bas et/ou nous donnent peu d’aide.. alors quid de la question de solidarité??
        et pouyrvous répondre directement : la dissuasion elle est en cours mais au réel au Sahel

    1. C’est une plaisanterie ??? A quoi croyez-vous que ça serve, un budget de la défense ?

    2. Les américains qui ont remis la base an neuf 🙂

      300 hommes dans les pays Baltes coûteront moins qu’un régiment en Allemagne.

    3. Toujours le même avec la même question : ta soeur surement, et en nature!

    4. Vous avez répondu à la question juste dans votre titre.
      Sinon la France a une position de partenaire otanesque principal à tenir…qu on le veuille ou non

    1. C’est surtout pour faire acte de présence….. Toute façon avec nos alliés c’est bien suffisant vu ce que la pauvre armée russe a en face

    2. Ça vous parait un peu léger pour quoi faire ? Si vous voulez envahir la Russie, c’est sur que …

  2. C’est complètement idiot d’imaginer une menace Russe aux Pays Baltes ou en Pologne. Complètement.
    C’est même le comble de l’inintelligence, et ce qui me choque dans l’histoire c’est la crédulité de ceux qui vont répéter ce que les média dominants leur disent. Le bon côté c’est que ça ne risque rien…

    En Ukraine, oui, là ont peut craindre quelque chose, ce serait justifié d’y envoyer des troupes. Vous savez quoi ? On n’y enverra jamais personne parce que 1) Poutine l’a défendu et 2) ce serait risqué. La gloire, quoi.

      1. C’est surtout emmerdant pour les russes 😉
        allons, c’est idiot de vouloir te défendre, arrête de bouger que je puisse t’emplâtrer proprement 😉

    1. Il y a des soldats canadiens et américains actuellement en Ukraine. Ils participent à la formation des militaires ukrainiens. L’Ukraine, la Pologne et la Lituanie ont créés une brigade commune forte de 4000 hommes. Les forces armées ukrainiennes participent aux exercices de l’OTAN notamment en mer Noire comme « Sea Breeze » ou encore « Bouclier maritime 2017 » qui vient de se terminer avec la participation de la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Turquie, les États-Unis, le Canada et l’Espagne. 200 parachutistes américains ont déjà participé à l’exercice militaire international « Rapid Trident » dans l’ouest de l’Ukraine et qui a réuni des soldats polonais, roumains, moldaves, bulgares, espagnols, estoniens, britanniques, allemands, lituaniens et norvégiens.
      Je ne sais pas quels médias vous consultez mais je vous conseille de changer au plus vite !

    2. Tout comme c’était idiot que les russes volent la Crimée et agressent l’Ukraine. De plus les russes ont déjà par le passé agressé un état balte en lançant des attaques informatiques.

    3. @Yrr
      @Raymond75
      Envoyer des troupes et des chars en Ukraine ?… Mouais …
      Sauf erreur de ma part, nous n’avons aucun accord de défense avec l’Ukraine, et cette dernière ne fait pas partie de l’OTAN !!! … Ce qui n’est pas le cas des Etats Baltes !
      Renseignez-vous les gars …

  3. Pour déployé 300 hommes, combien de régiments différents sont mit à contribution ? On ne peut pas faire de forces interarmes permanentes ?

    1. Votre réaction est une réaction de bon sens. Combien de temps faudra-t-il pour qu’on la mette en œuvre ?

    2. La souplesse est justement de « piocher » dans les différentes unités ce dont on a besoin selon la mission, et non d’avoir une unité mélangeant des compétences/maintenances différentes.
      Un groupement tactique interarmes (GTIA) est un rassemblement coordonné autour d’un régiment noyau des différentes armes de l’armée de terre française (infanterie, artillerie, cavalerie, génie), permettant de conjuguer des savoir-faire et des missions multiples, dimensionné pour atteindre un objectif tactique défini.

  4. J espère juste que ce ne sont pas les anglais qui gère la bouffe,sinon dans 15 jours moral des troupes a zéro (vécu )

    1. Il faut espérer en effet que le chef ne soit pas anglais. Un français ferait plus l’affaire… .

  5. Bon entraînement en zone nord Europe…mais qui croit franchement que les russes vont foncer dans le tas ? Il faudrait des signes d appel des russophones de ces pays…et après une subversion hybride…et les russes ont Kaliningrad…équipée de missiles Iskander…manœuvrons donc mais gare à la paranoïa provocatrice…les russes dIront qui encercle qui…au fait pourquoi les anglais ne donnent aucune suite au prêt des vbci?

      1. Merci pour cette info. Le patroller semble avoir une bonne optronique et une autonomie conséquente mais ça ressemble à un avion et son déploiement est il tout terrain ou lui faut il un terrain pour décoller et se poser ,? Est il doté de leurres anti Dca ? On aura pas toUjours affaire à des l asymétrique sans Dca…

  6. Tremblez, tyrans et vous perfides
    L’opprobre de tous les partis,
    Tremblez ! vos projets parricides
    Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)

    😀

  7. Cela rassure la population des microscopiques Etats Baltes, et comme l’a dit l’un d’entre vous, jamais nous n’enverrons de chars en Ukraine, c’est à dire là où il y aurait un risque réel …

    1. Ils ont besoin d’être rassurés car l’ours pouilleux, corrompu et agressif qui se gratte à côté n’est pas le genre de voisin que des gens normaux voudraient. Mais, on ne choisit pas ses voisins…

  8. Bien évidemment nous avons en ce moment les moyens de cette équipée ridicule. Si ce n’est pas de la posture et de la « comm » ça !
    Cette gesticulation autour des pays baltes est à rapprocher de nos engagements au Sahel et des tous les foyers d’infection qui rongent le Sud et l’Est de la Méditerranée…. Il ne faut pas se tromper de guerre quand on n’a pas les moyens d’être sur tous les fronts.

    1. Qui parle de moyens ? nous avons aujourd’hui 200 Leclerc qui ne nous sont d’aucune utilité, que ce soit au Sahel, en Syrie, et encore moins dans le cadre de Sentinelle. Et nous sommes à ce jour encore membres de l’OTAN, donc censés remplir nos obligations dans le cadre de l’alliance. Il ne s’agit pas « d’équipée ridicule », mais d’un simple déploiement « militaro-diplomatique » dans un pays allié. C’est bien pour celà d’ailleurs que les forces concernées restent modestes : personne ne songe à déclencher une guerre contre la Russie, juste à affirmer le soutien de l’OTAN à l’un de ses membres.

      1. Merci Eric pour ce commentaire qui vole nettement plus haut que le reste. J’ajouterais que c’est un bon exercice interalliés qui apportera un retour positif en cas de vrai crise.
        N.B: Certains devraient prendre le temps de la réflexion avant d’écrire n’importe quoi, ça leurs éviteraient d’être ridicule.

    1. Ce n’est pas le nombre qui importe mais la présence visible de l’armée française. En cas d’action militaire, pensez-vous que l’armée Russe prendrait le risque d’attaquer l’armée française ?

      1. Enfin , le nombre importe quand même un peu pour évaluer l’implication.
        En suivant votre logique , un planton dans une guitoune suffirait.

    2. On vient de leur envoyer 600 tonnes de diplomatie. Ce n’est pas le nombre de chars qui compte c’est de montrer à Poutine qu’envahir l’Estonie, c’est déclarer la guerre à la France.

    3. Le but n’est pas de terroriser les russes, mais plutôt de rassurer les Baltes … Une nuance qui doit vous échapper sans doute ?

  9. « au fait pourquoi les anglais ne donnent aucune suite au prêt des vbci? »- Il semblerait qu’ils aient une préférence pour le Boxer.

  10. Les forces en présences sont derisoires face a une possibilité belliqueuses de la russie.
    Et que je ne crois pas . Ils sont comme nous aujourd hui le Danger est partout et a qui se fier?????

  11. Je veux bien qu’avoir des soldats sur place soit un problème pour « l’ennemis » qui devra aussi tirer dessus et donc déclarer la France à la France. Mais quand … Et est ce bien ce que l’on veut ?
    Qu’on envoie les chars ou ils seront vraiment utile, combien d’années de service pour combien de tire réel ? Heureusement que les Emarats sont là sinon on aurait pu douter des capacités de cet engin.
    Pour la Russie à moins de mettre une tete nucléaire dans les parages ca sert à rien du tout.

  12. Que Putin attaque un pays de l’OTAN pour voir, ça sera pas la même histoire qu’avec Ukraine. L’Europe doit exister, sinon les risques de déclin iront crescendo, et ces entrainements mutuel sont fait pour dire qu’attaquer un pays de l’OTAN, c’est attaquer toute l’alliance. Voilà c’est simple à comprendre à priori, mais les intrigants chagrin ont une lubie fratricide par rapport à une Europe forte, que je n’explique d’ailleurs que par le fait que les lois international emmerdent leur petite moral.

  13. Les Français ne savent même pas ou se trouve ce pays !
    Du reste personne ne leur a demandé leur avis depuis Chirac ,Mitterand , Sarkozy ou Hollande !
    C’est aussi çà l’OTAN quand on y met le petit doigt !
    Le retrait ou le maintien de notre pays dans l’OTAN devrait faire l’objet d’un référendum national!
    Pour ma part je considère qu’on a plus rien à y faire , le nazisme pour lequel l’OTAN avait été créé est mort ,et, on est pas en guerre avec la Russie ni avec Poutine !
    -Si l’affaire dégénère je ne donne pas pcher de nos nos éléments engagés sur ce front !

    1. « …le nazisme pour lequel l’OTAN avait été créé est mort … »

      Amusant…
      1) « pour » ou contre? 2) nazisme, soviétisme? Bel emmélage de pinceaux.
      _
      Par nazisme, vous pensez à cette idéologie qui vire souvent à l’ultra nec plus nationalisme? Ou vice-versa, qui en procède? C’est ça?
      [ce qui n’était pas du tout le « truc » des soviets suprêmes ; eux, c’était plutôt l’Internationale, voyez-vous]
      .
      Alors je crois contrairement à vous, qu’une alliance, ou une coalition, contre le « nazisme » (comme vous l’écrivez) est plus que jamais nécessaire, sur le continent, au regard des montées en puissances nationalistes en Europe-est, jusqu’à l’Oural, et jusqu’au Bosphore.
      .
      A moins bien-sûr de préférer ajouter un nationalisme aux nationalismes.

    2. Rajoutez que les français ont votés contre la constitution européenne. Je suis de votre avis, mais puisqu’on est maintenant dans l’OTAN, autant honorer cette posture imposé pour ne pas avoir l’air trop con.

  14. Pardon ,mais je voulais faire allusion à l ‘URSS contre lequel il avait été créé!

  15. Je veux bien croire les commentaires qui disent que que la Russie n’a aucune raison d’envahir les pays baltes. Mais il y en a quand-même une : faire écrouler l’article de L’OTAN qui dit que si un membre est attaqué alors tous les autres contre-attaquent. Il suffirait que la Russie, sans envahir, attaque sérieusement un petit pays, trop petit pour justifier une réaction de l’OTAN, et que l’OTAN refuse le conflit et donc lâche le petit état. M. POUTINE vaincrait ainsi l’OTAN et sans combattre…

    1. ah, vous pouvez citer l’art en question ?
      parce que l’art 5 , c’est ça :
      « Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord.

      Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales. »
      en clair, individuellement » et  » telle action qu’elle jugera nécessaire » , signifient que chacun fera ce qui lui plaira, « contreattaquer » ou rester au chaud !

    2. ouais, mais il ne s’y risque pas, c’est justement ce qui le retiens; les états baltes c’est l’europe et l’otan, pas la crimée.

    3. Ca se tient, mais en Russie on a la notion du temps long (ça fait quand même plus de 15 ans que Poutine, Medvedev et Lavrov traînent leurs guêtres sur la scène internationale – autant dire qu’ils ont vu passer des dirigeants et accumulé une certaine mémoire). On verra combien de temps le manège va durer.
      Ensuite sortir les Leclerc de la naphtaline de temps en temps, c’est plutôt une bonne chose – et un bon entraînement pour les cavaliers qui les servent. Et comme il a de la gueule, ça fait des jolies photos.

      1. @Vince
        Estimation de la durée de vie d’un équipage de blindés ?…48 heures en guerre conventionnelle!

      2. Le Premier ministre de Crimée, Sergueï Aksionov, a souhaité samedi 17 mars que Vladimir Poutine soit nommé président à vie. S’exprimant à l’occasion du troisième anniversaire de l’annexion de la péninsule ukrainienne par la Russie, il a estimé que la Russie avait besoin d’un dirigeant fort pour faire face à de multiples menaces.

  16. Gesticulation politico-mediatique.
    Si on a a faire face a une  » tentative de déstabilisation » , celle ci ne sera surement pas de nature militaire.
    On enverra nos Leclercs tirer dans la foule ?
    Quand a envahir les micro états baltes, ces crottes de mouche insignifiantes sur une carte du monde,
    les russes on probablement d’autres objectifs.

    1. Des objectifs comme récupérer un accès direct à Kaliningrad pour avoir un meilleur accès à la mer Baltique. Mais les états baltes sont sur le chemin.
      Ou comme détruire la menace de l’OTAN, et pour ça il « suffirait » que l’OTAN ne réagisse pas à une attaque contre un petit pays de l’OTAN peu stratégique (comme les états baltes)- le contexte politique au sein de l’OTAN (Brexit, Trump, désarmement de l’Europe) pourrait ou aurait pu s’y prêter sans réaction de l’OTAN.
      Je suis d’accord que les états baltes ne sont pas un objectif prioritaire de la Russie (encore qu’on a vu en Crimée ou en Géorgie que récupérer les territoires russophones ou qui ont fait partie de l’URSS puissent être un objectif russe, ça améliore le prestige de Poutine), mais ils pourraient vite le devenir, selon le contexte.

      Pour ce qui est des attaques asymétriques, une agression militaire n’est pas la seule solution, mais une rébellion armée locale avec des populations pro-russes fait partie des possibilités russes, comme on l’a vu dans le Donbass; une présence militaire de l’OTAN peut être dissuasive de ce point de vue là aussi.

  17. On n’est même plus capable d’armer un bataillon pour ce genre de mission… Faisons-nous encore vraiment partie de l’OTAN ?

Les commentaires sont fermés.