Archives quotidiennes : Mercredi, 22 février, 2017

La rénovation à mi-vie des missiles de croisière SCALP EG est lancée

Dans le cadre de l’opération Chammal, les avions de l’armée de l’Air et de la Marine nationale ont déjà tiré plus de 80 missiles de croisière SCALP (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée) contre les positions tenues par l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie. Selon l’État-major des armées, l’emploi

Les Émirats arabes unis seraient intéressés par l’avion de combat russe Su-35 « Flanker-E »

Cela fait un moment que les industriels russes de l’armement tentent de décrocher des contrats aux Émirats arabes unis, qui restent une « chasse gardée » de leurs homologues américains et français. Ainsi, en 2013, le conglomérat Rostec, qui fédére une bonne douzaine de holdings du secteur de la défense, avait signé un protocole d’accord avec le

M. Le Drian : « La stratégie est aveugle sans le concours de l’histoire »

Normalement, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, aurait dû s’installer à l’Hexagone-Balard, le site où, depuis 2015, les états-majors et les services relevant de son ministère ont été regroupés, conformément à ce qui avait été décidé au moment de lancer la construction de ce nouveau complexe, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Mais,

La formation d’élèves-gendarmes français va être délocalisée en Espagne

En 1810, il fut décidé de créer la « gendarmerie française d’Espagne » (dite aussi « petite gendarmerie d’Espagne) pour accompagner les armées napoléoniennes dans la péninsule ibérique. Près de 210 ans plus tard, des gendarmes français seront à nouveau affectés de l’autre côté des Pyrénées. En effet, l’occasion du 25e sommet franco-espagnol qui s’est tenu à Malaga,

Berlin décide une hausse de ses effectifs militaires plus importante que prévu

En mai 2016, Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense, avait annoncé une hausse relativement importante des effectifs de la Bundeswehr [armée allemande, ndlr], avec le recrutement de 14.300 soldats et de 4.400 personnels civils supplémentaires. Il s’agissait alors de permettre à Berlin de remplir ses « obligations internationales », revues à la hausse