Le gouvernement autrichien dit avoir été trompé par Airbus lors de la vente d’avions Eurofighter Typhoon

En 2007, l’Autriche recevait son premier avion de combat Eurofighter Typhoon, dans le cadre d’un contrat d’un montant de d’environ 2 milliards d’euros, signé en 2003 et portant sur la livraison de 18 exemplaires (la commande sera réduite de trois unités par la suite).

Seulement, l’Eurofighter Typhoon n’était pas le premier choix de la force aérienne autrichienne. À l’issue d’évaluations menées à la fin des années 1990, sa préférence allait en effet vers les F/A-18 Hornet et F-16 américains. Mais, pour des raisons financières et politiques, elle fut contrainte de renoncer à une éventuelle commande. Plus abordable, le JAS-39 Gripen, passait alors pour alternative acceptable d’autant plus que Saab, son constructeur, avait soumis une offre portant sur 24 avions pour 2,15 milliards d’euros.

Comment le consortium Eurofighter (Airbus/EADS, BAE Systems et Leonardo/Finmeccanica) avait-il pu faire pencher la balance en faveur de son avion de combat? Très vite, certains soupçonnèrent une affaire de pots-de-vin, affaire qui rythma la vie politique autrichienne, le FPÖ (extrême-droite) et l’opposition de gauche en ayant leur cheval de bataille. C’est d’ailleurs sous la pression de l’opinion publique que, faute de pouvoir annuler le contrat, la commande initiale fut réduite à 15 appareils, afin d’économiser environ 300 millions d’euros.

Plus tard, le général Erich Wolf, alors chef de la force aérienne autrichienne, fut démis de ses fonctions, son épousse ayant reçu 90.000 euros de la part d’un lobbyiste proche d’Airbus. Pour autant, en mars 2011, la plainte visant l’officier fut classé sans suite par le parquet de Vienne.

Mais ce n’était que partie remise puisque, quelques semaines après, une nouvelle enquête fut ouverte suite à des révélations faites par Gianfranco Lande, un homme d’affaires italien. Ce dernier avait alors raconté à la justice qu’une société écran, créée par la filiale allemande d’EADS, avait versé environ 85 millions d’euros à une société appartenant à deux négociants d’armes autrichiens, chargés d’un système de rétrocommissions mis en place dans le cadre du contrat des Typhoon. Et un troisième nom fut alors cité : celui de Karl-Heinz Grasser, un ancien ministre des Finances qui aurait usé de son influence pour pousser la candidature d’Eurofighter.

En novembre 2012, le parquet de Munich (Allemagne) indiqua avoir « perquisitionné plusieurs sites (d’EADS, ndlr) en Allemagne dans le cadre d’une enquête pour corruption lors d’une vente d’avions à l’Autriche. » L’affaire en était restée là jusqu’en janvier dernier. Dans le cadre de l’enquête en cours, Airbus (ex-EADS) indiqua avoir accepté une procédure de « rectification fiscale » concernant les Typhoon autrichiens. D’après des journaux allemands, il était question d’environ 90 millions d’euros que le fisc d’outre-Rhin avait jusque-là refusé de comptabiliser comme des frais d’exploitation.

En Autriche, il n’est pas question d’en rester là. Ce 16 février, , Michael Bauer, un porte-parole du ministère autrichien de la Défense a fait savoir que Vienne va déposer une « plainte en justice contre Airbus ».

Dans un communiqué, le ministère accuse le consortium Eurofighter – et donc Airbus qui était chargé du contrat autrichien – « d’avoir, depuis 2002, délibérément trompé la République d’Autriche tant sur le vrai prix que sur les vraies capacités de livraison et les vrais équipements » des Typhoon [tranche 1, ndlr]. Sans ces actions de « tromperie », souligne-t-il, Vienne n’aurait pas commandé ces avions. Aussi, les autorités autrichiennes entendent réclamer un dédommagement allant de 183,4 millions à 1,1 milliard d’euros.

Du côté d’Airbus, on affirme ne pas savoir sur « quelles constatations est basée » la décision du gouvernement autrichien et ne pas disposer de détails sur la plainte que ce dernier veut déposer.

37 commentaires sur “Le gouvernement autrichien dit avoir été trompé par Airbus lors de la vente d’avions Eurofighter Typhoon”

    1. C’est une affaire germano-autrichienne. Si Airbus est condamné, c’est l’état actionnaire allemande de Airbus qui va casquer et rembourser Airbus. Car quand cette vente s’ est produit, Airbus telle qu’on le connait aujourd’hui n’existait pas. C’est EADS Deutscland avec l-appui de son gouvernement donc je pense que la direction de Airbus est seraine.

    2. Ben rien, Eurofighter Gmbh est une société Allemande, détenue par la branche « Military Aircraft » d’Airbus Defense & Space (épicentre Espagnol), elle-même filiale d’Airbus Group. Pour le reste, c’est Alenia (Finmeccanica alias « Leonardo » désormais) et BAe systems qui sont les autres actionnaires. Donc avant de taper la France pour payer l’amende éventuelle liée à la vente d’un concurrent du Rafale, Il y aura déjà pour des questions de participation en cascade dans l’ordre taxation des gouvernements (si « renflouage de caisse » il y a) Allemand, puis Espagnol, puis Italien.
      L’enquête étant ouverte par le parquet de Munich, sauf à ce que des intermédiaires français aient joué un rôle de corruption/concussion directe ou indirecte, celui-ci ne pourrait pas poursuivre leurs employeurs français éventuels. Airbus Military Aircraft ne représente pratiquement rien en France, c’est la branche « Space » de defense & space qui représente l’essentiel de la valeur ajoutée et je vois mal Enders imputer au « pot » commun la prune avec des métiers aussi différents sous la bannière « Defense and Space ».

      1. @Berkut:
        .
        « …Eurofighter Gmbh est une société Allemande, détenue par la branche « Military Aircraft » d’Airbus Defense & Space (épicentre Espagnol),… »
        .
        C’est faux.
        .
        Eurofighter GmBH est un consortium européen créé en 1996 (antérieur à EADS devenu Airbus Group), dont le siège social est en Allemagne.
        .
        Le consortium quadripartite est co-détenu par BAe Systems (1), Alenia Aeronautica (2) et Airbus Group via sa filiale Airbus Defence & Space {ex. Cassidian pour l’Allemagne via la DASA (3), ex.Airbus Military pour l’Espagne via CASA (4) }.

  1. Au-delà de toutes les péripéties politico-financières, on fait QUOI avec une vingtaine d’appareil ? On par en guerre contre QUI ? A part la police du ciel aux heures de bureau . . .

  2. N’oublions pas que le contrat des Typhoon autrichiens repose sur 3 acteurs avec EADS-Allemagne (via la partie allemande du consortium EuroFighter), le gouvernement autrichien et le gouvernement allemand qui malgré son désir de soutenir le programme européen, se vit obliger de réduire sa cible de 250 à 143 Typhoon dès 1997 :
    -> Les 15 avions livrés à l’Autriche en 2007 faisaient partie d’une série initialement destinée à être livrée à la Luftwaffe.

    1. Comme certains Rafale destinés à l’Egypte auraient dus être livrés à la France , pas vrai ?

      1. Non ScopeWizard,
        car dans l’exemple des Rafale égyptiens prélevés sur les 11 annuels destinés à l’Armée de l’Air, il ne s’agit pas d’annulation mais de report de livraison.
        Alors qu’en Allemagne il s’agissait bien compenser la réduction de la commande domestique de Typhoon en refourgant ce qu’on peut à l’Autriche.
        .
        Vous observerez que depuis ces premiers contrats export du Rafale, l’Armée de l’Air n’est maintenant plus astreinte à ses 11 Rafale annuels, dégageant ainsi du budget pour accélérer la livraison des Phénix, commander 4 C-130J ou des Reaper supplémentaires par exemple…

        1. D’accord mais est-ce qu’au moment du report , les Rafale étaient payés ? Non ; pourquoi ? Parce que l’Armée de l’Air n’avait plus les moyens d’où ce transfert vers l’Egypte .
          .
          L’Armée de l’Air n’est plus astreinte , certes , mais que faut-il en déduire au final ?
          Que les besoins sont moindres car le plus urgent est couvert par les effectifs déjà livrés ou bien que les livraisons ne vont pas tarder à s’arrêter , faute d’ambition et de moyens ?
          J’estime personnellement qu’il manque des Rafale à l’Aéronautique navale ainsi qu’à l’Armée de l’Air à raison d’au moins cent appareils en tout pour être correctement achalandés sans compter tout l’armement qui va avec .
          .
          Enfin , on verra bien …

          1. Les 3 Rafale étaient bien évidemment payés mais pas offerts par l’Armée de l’Air à l’Égypte 🙂 !
            .
            Dassault aura simplement reporté ce paiement sur d’autres Rafale à venir l’année suivante qui vit justement moins de Rafale livrés en 2016. En espérant avoir été assez clair…
            .
            Les besoins ne sont évidemment pas moindres en Rafale, mais l’astreinte en question de 11 Rafale par an, bloquait l’acquisition d’équipements plus urgents tels que le remplacement de C-135Fr par des Phénix.
            .
            Enfin, les responsables de l’actuelle situation restent l’insuffisante dotation budgétaire de la Défense Nationale, basée sur LBDSN de 2013 qui projette une dotation de 225 avions de combat, donc de Rafale dont la livraison sera étalée jusqu’à 2030.
            .
            Le LBDSN de 2008 même s’il avait abaissé le nombre de Rafale encore prévus à 294 depuis 1992, ciblait pas moins de 286 appareils dont 228 pour l’Armée de l’Air.
            Cette cible aurait forcément vu des livraisons annuelles plus importantes.

          2. C’est bien le probleme, surtout pour l’AA qui doit en permanence maintenir une flotte avec un haut potentiel pour répondre a des besoins de defense du territoire
            (Ps : Vroom , c’est pour ca que l’AA a besoin de plus d’avions poyr les opex que l’aero, qui elle a un contrat opérationnel de projection)
            De fait, l’AA a besoin d’au moins 260 chasseurs pour repondre aux besoins du moment, plus probablement 300 serait le format ideal.
            L’aero sur 1 seul PA devrait en avoir 60, 90 sur 2.

      2. Ces rafales transférés avient initialement été commandés pour respecter l’engagement minimum de production pour maintenir la Chaine de production. Donc les « sortir » n’a fait que reequilibrer le nombre delivraison avec le planning financés.
        Il n’y a pas de probleme en fait ..

      3. Et alors ?? livrer des appareils à l’Égypte comme à l’Inde a permis de maintenir la chaine d’assemblage des Rafales en « vie », donc des emplois pérennisés, mais aussi la capacité de production nationale de nos appareils de combat !
        Sans cela BYE BYE le Rafale !

        1. BYE BYE le Rafale et surtout BYE BYE la lignée française des avions de combat d’après-guerre !
          Vous ne trouvez pas cela curieux que notre production nationale soit si « fragile » ?
          Comment se fait-il que l’on ait mis un terme au Mirage 2000 alors que les US continuent de plus belle avec leur F-16 pourtant antérieur et équivalent au delta français ?
          Question de monnaie , il n’y a que cette raison , vous êtes sûr ?
          Ben , moi je crois pas ; je ne crois pas du tout même !

    2. C’est le pillage industriel Allemand habituel sur les programmes européens. Et nous on en redemande

  3. A l’époque, Lockheed Martin avait proposé 30 avions de combat F-16 A/B pour 1,1 milliard d’euros, et le suédois Saab, avait offert 24 JAS-39 Gripen pour 2,15 milliards d’euros.
    Mais sous la pression du Chancelier allemand de l’époque Gerhart Schroder, les autrichiens ont choisi 18 avions de combat de type Airbus Eurofighter T1 « Typhoon II » pour 2 milliards d’euros …
    Des appareils dont les allemands voulaient se séparer …
    Et des Eurofighter T1, soit le modèle le plus limité de la gamme du chasseur européen !!! Juste capable de faire de l’interception courte portée, de la police du ciel en somme … Et avec un nombre aussi réduit, cela permettait en 2014/2015 à la force aérienne autrichienne d’assurer 4 h de permanence opérationnelle par jour !!!! …
    Alors si on pouvait se réjouir de voir un pays européen choisir un avion de combat du cru, il était clair, déjà à l’époque, qu’il y avait quelque chose de louche … Cette plainte aujourd’hui de l’Etat autrichien est un juste retour des choses !

  4. Le gouvernement autrichien dit avoir été trompé par Airbus lors de la vente d’avions Eurofighter Typhoon : Airbus nous avait dit que c’était un bon avion, alors qu’en fait non.

  5. Toujours pareil, quand on ne peut plus payer le loyer, le proprio est un con!
    Il ne peuvent plus minorer la commande, pour des raisons financières, alors ils veulent la casser, bon courage…

  6. Il est quand même étrange que l’Autriche ne se plaigne que maintenant de ses Typhoons, après en avoir fait bonne usage pour sa police aérienne pendant des années. Je pense que le fond de l’histoire, c’est que ce pays aimerait acheter des F-35 mais c’est pas donné. Si l’Autriche pouvait extorquer de l’argent à quelqu’un pour couvrir ses frais, ce ne serait pas de refus.

    1. @Lame:
      .
      Il semble bien au contraire que c’est l’important coup de maintenance du Typhoon qui parasite la défense autrichienne.
      Et la prochaine perspective d’un nouvel appel d’offre suisse qui pourrait voir le Gripen vainqueur doit également intéresser Vienne qui pourrait aussi acquérir une vingtaine de Gripen dont la MCO pourrait être mutualisée avec Berne sachant que la coopération militaire entre les deux pays est ancienne.

    2. Visiblement l’enquête dure depuis un bout de temps. Mais tout ça reste de la rigolade comparée à l’histoire de la vente des Eurofighters à l’Arabie Saoudite (vente menée non par Airbus mais par BAE en 2006)
      https://en.wikipedia.org/wiki/Al-Yamamah_arms_deal
      Enquête pour soupçon de corruption massive enterrée publiquement par Tony Blair. Circulez, rien à voir.

    3. Les autrichiens n’arrivent plus à payer la maintenance du typhoon. Probablement le fond de l’affaire d’ailleurs. Alors le f35 on en parle même pas.

    4. Ils ont déjà eu du mal à mettre en œuvre des eurofighter alors des f35 ils planent complètement la…. la réalité c’est qu’ils sont plutôt dimensionné pour mettre en œuvre le Gripen. Et avec les tchèques et les hongrois ils pourraient faire un pôle de compétences.

  7. forts d’une telle expérience, les autrichiens sont fins prêts pour le f35, ça passera tout seul..

    1. Ah oui alors, des F35B avec des patins pour décoller depuis les glaciers 🙂
      …. m’enfin, ça risque quand même d’accélérer un peu la fonte desdits glaciers …. 🙁

  8. comme d’habitude, les marchands de canon sont dans tous les mauvais coups…. avec notre argent !

  9. Prochaines élections autrichiennes :… Extrême droite !
    Comme en France. Et pour les mêmes raisons !
    L’UE n’a pas besoin des infiltrations russes pour sombrer dans le populisme, les politiques de l’UE se débrouillent très bien tout seul…

Les commentaires sont fermés.