Archives quotidiennes : jeudi, 16 février, 2017

Une collaboration militaire entre les États-Unis et la Russie n’est pas d’actualité « pour le moment »

Le navire russe SSV-175 Viktor Leonov, conçu pour la collecte du renseignement, a été repéré à moins de 50 km des côtes américaines, à hauteur d’une base abritant des sous-marins de l’US Navy dans le Connnecticut. Ce n’est pas la première fois qu’un tel bâtiment navigue dans ce secteur : sa présence y a déjà

L’Otan va créer un « centre d’expertise » pour évaluer les menaces émanant du Moyen-Orient et du Maghreb

Réunis à Bruxelles, les ministres de la Défense des pays membres de l’Otan ont donné leur feu vert pour la création d’un nouveau centre d’expertise qui, adossé au Joint Force Command de Naples, sera chargé d’évaluer les menaces provenant du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, en particulier d’Irak et de Libye. Ce centre d’expertise (ou

Le gouvernement autrichien dit avoir été trompé par Airbus lors de la vente d’avions Eurofighter Typhoon

En 2007, l’Autriche recevait son premier avion de combat Eurofighter Typhoon, dans le cadre d’un contrat d’un montant de d’environ 2 milliards d’euros, signé en 2003 et portant sur la livraison de 18 exemplaires (la commande sera réduite de trois unités par la suite). Seulement, l’Eurofighter Typhoon n’était pas le premier choix de la force

Le Brésil renonce à son porte-avions « São Paulo », l’ex-Foch

Il y a encore quelques mois, l’amiral Eduardo Leal Ferreira, le chef de la marine brésilienne (Marinha do Brasil) assurait qu’il n’était pas question de renoncer au porte-avions São Paulo. Il était alors prévu de maintenir ce navire en service jusqu’en 2039. Mais c’était faire preuve d’optimisme… Car, le 14 février, il a finalement été

Pour les États-Unis, l’Otan restera un « socle fondamental » à condition que le fardeau soit partagé

En 2010, dans un contexte marqué par le « pivot » vers la région Asie-Pacifique qu’entendait effectuer Washington, ce qui supposait un désengagement militaire du Vieux Continent, le chef du Pentagone, qui était Robert Gates à l’époque, avait exhorté les membres européens de l’Otan à cesser de réduire leurs dépenses militaires. Et d’ajouter : Les contribuables américains