Le diplomate français Jean-Pierre Lacroix nommé à la tête des opérations de maintien de la Paix de l’ONU

lacroix-20170215Le poste de secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix est occupé par un diplomate français depuis 1997. Et cela va durer étant donné que Jean-Pierre Lacroix, 56 ans, jusqu’à présent directeur pour l’ONU et les organisations internationales au Quai d’Orsay remplacera son compatriote Hervé Ladsous à compter de mars 2017.

En effet, le nouveau secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a annoncé cette nomination le 14 février. Cependant, cette décision est sans doute provisoire puisque M. Lacroix occupera ses nouvelles fonctions pour au moins un an. Tout comme d’ailleurs le diplomate américain Jeffrey Feltman, qui conservera son poste de responsable des Affaires politiques de l’ONU pour la même période, le temps de faire le point sur le fonctionnement et la structure interne de l’organisation.

Diplômé de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et de l’École nationale d’administration (promotion « Michel de Montaigne », 1988), M. Lacroix a notamment conseiller technique auprès du Premier ministre [Édouard Balladur] entre 1993 et 1995 et ambassadeur de France en Suède de 2011 à 1014.

« La nomination de Jean-Pierre Lacroix par le secrétaire général à ce poste éminent reflète ses grandes compétences personnelles, s’agissant d’un excellent professionnel de la diplomatie et des Nations unies », s’est réjoui François Delattre, l’ambassadeur français auprès de l’ONU. « Elle illustre aussi le fait que la France est l’un des acteurs majeurs du maintien de la paix. Cette nomination est donc une bonne nouvelle pour la France mais aussi pour les Nations unies », a-t-il ajouté.

Depuis sa création, le poste de secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix a successivement été occupé par le britannique Marrack Goulding, le ghanéen Kofi Annan et les français Bernard Miyet, Jean-Marie Guéhenno, Alain Le Roy et Hervé Ladsous.

Plusieurs dossiers importants attendent désormais M. Lacroix. Au Mali, la mission des Nations unies (MINUSMA), particulièrement exposée face à la menace jihadiste, peine à obtenir les capacités qui lui font défaut. Des difficultés concernent aussi la Centrafrique (MINUSMA), la République démocratique du Congo (MONUSCO) et le Soudan du Sud (MINUSS), ces pays étant dans une situation délicate à des degrés divers. Qui plus est, l’incertitude sur le financement des opérations de maintien de la paix de l’ONU n’est pas encore levée, les États-Unis ayant l’intention affichée de reduire leur contribution, qui représente à l’heure actuelle 29% des 7,9 milliards de dollars du budget de ces dernières.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Temrah

    • de Lagaffe

      • de Thaurac

      • de revnonausujai

        • de Contractor

  2. de petitjean

    • de Duc d'Orléans

    • de Lagaffe

  3. de Ancien criquet

  4. de Parabellum

  5. de Parabellum

  6. de Vert4

    • de Contractor