Décès de Paul Chouteau, l’un des derniers combattants français du Jour-J

chouteau-20170127L’on a appris, auprès du Musée des fusiliers marins et commandos et de la préfecture du Calvados, la disparition de Paul Chouteau, l’un des derniers membres du Commando Kieffer ayant débarqué sur la plage « Sword », en Normandie, le 6 juin 1944.

Né le 3 mars 1922 à Gray (Haute-Saône), Paul Chouteau se destinait à exercer le métier de peintre en bâtiment quand il décide de s’engager, à l’âge de 17 ans, dans la Marine nationale. Après avoir été breveté canonnier le 11 novembre 1939, il est affecté à bord de navires assurant la protection des convois en mer du Nord.

En juin 1940, alors que les armées françaises cèdent devant l’avancée allemande, le jeune marin embarque à bord de l’aviso « Commandant Dominé », entré en service quelques mois plus tôt. Mais le bâtiment sera capturé par les Britanniques, qui le remettront plus tard aux Forces navales françaises libres (FNFL).

Quant à Paul Chouteau, et comme l’ensemble de ses camarades, il se retrouve interné au camp d’Aintree, près de Liverpool. Là, il aurait pu choisir de rejoindre la France Libre… Mais il en fera autrement. Renvoyé en France à sa demande, il ne tarde pas à regretter sa décision. Après diverses affectations, notamment en Afrique du Nord, il finit par embarquer à bord du croiseur « Émile Bertin », qui se trouve alors aux Antilles françaises.

Là, en avril 1943, et avec un camarade, il déserte et s’enfuit à bord d’un kayak pour rejoindre Sainte-Lucie. Le tout avec une météo difficile et des creux de 6 à 8 mètres. Les deux hommes finiront par atteindre le Royaume-Uni à bord d’un navire américain. À Londres, Paul Chouteau s’engage dans les FNFL et intègre le 1er Bataillon de Fusiliers-Marins Commandos de la France Libre du commandant Philippe Kieffer.

À l’issue d’un rude et rigoureux entraînement en Écosse, il est affecté à la No. 8 Troop (1ère compagnie). C’est avec elle qu’il débarquera le 6 juin 1944 sur la plage de Sword, avec 40 kg de matériel sur le dos. « C’était lourd pour marcher. Mais on n’avait pas peur », témoingera-t-il, en 2014, dans les colonnes d’Ouest France. « Il n’y avait personne devant, les balles sifflaient. On est tombé directement dans les barbelés. Tout était bouclé », ajoutera-t-il.

La mission de la No. 8 Troop est alors de neutraliser une batterie d’artillerie allemande. Seulement, Paul Chouteau, ayant reçu 5 éclats d’obus dans le dos, ne l’atteindra pas. Il sera évacué en Angleterre. Mais pas pour longtemps car un peu plus d’un mois plus tard, il retrouve le Commando Kieffer en Normandie. Puis il ira ensuite combattre aux Pays-Bas, où, d’après lui, « c’était aussi dur que le 6-Juin ».

Démobilisé en 1945 avec le galon de quartier-maître, Paul Chouteau s’installe à Paris et entame une nouvelle carrière dans la police. Très discret sur ce qu’il a vécu avec le Commando Kieffer, il était officier de la Légion d’Honneur et titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de Guerre avec étoile d’argent.

18 commentaires sur “Décès de Paul Chouteau, l’un des derniers combattants français du Jour-J”

  1. honneur à lui et condoléances à ses proches il nous faut des jeunes de cette trempe !

  2. RIP pour ce valeureux soldat ….
    Il retrouvera certainement ses amis dans l’autre monde …

  3. On dit « No. 8 Troop » ou « 8 Troop » tout court, et non « 8th Troop ». Les troops ne prennent pas les nombres ordinaux dans l’armée britannique. Sinon, excellent article.

  4. Honneur et mémoire.Rayés de la liste des « Compagnons de la Libération » et la Légion d’Honneur seulement en 2004.Comme quoi on peut s’appeler De Gaulle et être parfois petit.Petitesse a la dimension du grand homme qu’il fût.

    1. Sword et Gold étant les plages de débarquement britanniques tandis que Juno était l’affaire des canadiens et , bien-sûr , les célèbres Utah et Omaha beach réservées aux forces armées américaines des USA .

        1. @Auguste
          .
          Etes-vous certain ?
          Dans ce cas , il y a donc une erreur dans l’article .
          .
          @Laurent Lagneau
          .
          Cher Laurent , qu’en pensez-vous ?

          1. Intégré au commando n°4,8ème brigade,3ème division d’infanterie britannique,Sword Beach.

  5. Un kayak par des vagues de 8 mètres ?
    J espère qu il était assez grand pour contenir leurs corones…

      1. Monsieur Bouarfa est décédé en 2007 selon le site école.naval.traditions.freezer. France.

  6. Certain en parlent, d’autres n’y arrivent pas… Respect à ce citoyen qui a fait son choix envers et contre tout, discerner le bien du mal n’est pas donné à tout le monde. Merci à ce Monsieur.

  7. Honneur,respect,et reconnaissance à ce brave à qui la France doit tant ! Je m’incline respectueusement…hommage d’un ancien combattant d’Indochine.

Les commentaires sont fermés.