Premier raid aérien russo-turc en Syrie

su34-20151130

Quelques jours après l’annonce d’un accord entre Moscou et Ankara portant sur une coordination de leurs frappes aériennes en Syrie, des avions russes et turcs ont, pour la première fois, frappé conjointement des positions tenues par l’État islamique (EI ou Daesh) à Al-Bab, ce 18 janvier. Ce qui était impensable il y a encore quelques mois, après l’affaire d’un bombardier tactique russe abattu par l’aviation turque, à la frontière syrienne.

« Aujourd’hui (mercredi), l’armée russe et l’armée turque ont mené la première opération aérienne conjointe pour frapper le groupe Etat islamique dans la zone d’Al-Bab », a en effet indiqué, lors d’une conférence de presse, le général russe Sergueï Roudskoï. Ce raid a été mené avec l’accord des autorités syriennes, a-t-il précisé.

Ces frappes ont impliqué 9 avions russes, dont 4 bombardiers tactiques Su-24 « Fencer », 4 avions d’attaque au sol Su-25 « Frogfoot » et un Su-34 « Fullback ». Quant à l’aviation turque, elle a fourni 4 F-16 et 4 F-4 « Phantom ». Au total, 36 cibles de l’EI ont été visées, apparemment avec de manière « efficace », à en croire l’état-major russe.

Cela étant, ce n’est pas la première fois que la Russie participe à une mission aux côtés d’un pays membre de l’Otan. Ainsi, par exemple, cela s’était déjà vu en 2010, dans la province de Nangarhar (Afghanistan). Cette année-là, une opération russo-américaine avait en effet été conduite contre un réseau de trafiquants de drogue.

Quoi qu’il en soit, cette coordination des actions militaires à Al-Bab, où les forces turques et les groupes rebelles syriens soutenus par ces dernières peinent à déloger l’EI, est une conséquence de la réticence de la coalition anti-jihadiste à répondre favorablement aux demandes d’appui aérien adressées par Ankara, sur fond de divergences au sujet des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui comptent dans leurs rangs des milices kurdes.

Toutefois, d’après le colonel John Dorrian, un porte-parole de l’opération Inherent Resolve, la coalition anti-jihadiste a récemment effectué 4 frappes en soutien des forces turques à Al-Bab.

« Nous avons identifié des cibles […] en travaillant avec la Turquie », et « nous nous attendons à continuer ce genre de frappes », a-t-il affirmé, sans donner plus de précisions. Peut-être que ce changement d’attitude est dû à une menace d’Ankara de fermer la base aérienne d’Incirlik, actuellement utilisée par la coalition.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de rock noir

    • de Duc d'Orléans

    • de Leum

    • de Jeb Stuart

      • de roqNwar

  2. de jyb

  3. de Elmin