L’Inde envisagerait de commander 36 avions Rafale supplémentaires

rafale-inde-20161003

Au moment de partir en retraite, le chef d’état-major de la force aérienne indienne (Indian Air Force, IAF), l’Air Chief Marshal Arup Raha estima que l’Inde avait besoin d’au moins 200 avions de combat de catégorie « poids moyens », comme celle du Rafale, afin de pouvoir aligner 42 escadrons de chasse pour répondre au contrat opérationnel de ses forces armées.

Le Rafale « est un avion multi-rôle qui peut être utilisé de façon très efficace. Il peut prouver sa valeur en toute situation […] Mais nous venons d’en commander 36 et nous avons besoin de plus d’avions dans cette catégorie ‘poids moyen’ pour disposer de tout le spectre de la capacité », avait en effet affirmé l’Air Chief Marshal Raha lors de sa dernière conférence de presse, en décembre.

Seulement, le gouvernement indien a également le projet de lancer un nouvel appel d’offres portant sur 200 exemplaires d’un avion de combat monomoteur, en partie assemblés en Inde. Comme elle entre dans le cadre de la politique « Make in India », cette initiative vise aussi à obtenir d’importants transferts de technologie de la part de l’industriel qui serait retenu par New Delhi. Deux sont susceptibles de répondre à cette procédure : Saab avec le Gripen E/F et Lockheed-Martin, qui pourrait proposer le F-16, voire le F-35 (ce qui est peu probable).

Le 3 janvier, soit quelques jours après l’ultime conférence de presse donnée par l’Air Chief Marshal Raha, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, a confirmé ce projet et précisé que le prix unitaire des avions susceptibles d’être commandés ne devrait pas dépasser les 45 millions de dollars.

Toutefois, ce programme ne commencerait pas avant 2021, ce qui ne le met pas à l’abri de rebondissements. En tout cas, d’après Aviation International News (AIN), il ne remettrait pas en cause l’achat de Rafale supplémentaire. Et, d’après un responsable de haut rang du ministère indien de la Défense, New Delhi envisagerait même de commander 36 exemplaires supplémentaires.

« Le contrat est susceptible d’être signé en 2019, pour des livraisons qui commenceront en 2022, quand la commande en cours de 36 Rafale pour 8,8 milliards de dollars sera achevée », a confié cette source à AIN. Le magazine précise que cela permettrait à l’Indian Air Force d’équiper 5 escadrons.

Par ailleurs, il y aurait une autre opportunité à saisir en Inde pour Dassault Aviation. En effet, la marine indienne entend se doter d’un porte-avions en configuration CATOBAR (Catapult Assisted Take Off But Arrested Recovery), comme ceux mis en oeuvre par la France et les États-Unis. Or, les appareils susceptibles d’être mis en oeuvre depuis un tel bâtiment ne sont pas nombreux : l’on compte le F-18, le F-35 et… le Rafale Marine.

217 commentaires sur “L’Inde envisagerait de commander 36 avions Rafale supplémentaires”

  1. Il semblerait que la Russie s’inviterait …
    La problématique risque d’être le cout de la maintenance

    1. La Russie pourrait certes proposer le Mig35 , avion de la même catégorie que celle du Rafale , mais le retex du Mig29K de l’aéronavale étant ce qu’il est (si on écoute les médias indiens), cette option russe ne devrait pas être la plus probable, … surtout si l’on regarde côté maintenance.

    2. @caraes:
      Après les prestations pitoyables des Su-33 et MiG-29K sur le Kuznetsov en Syrie, on a du mal à voir les pouvoir s’inviter à quoique ce soit en Inde en dehors de la maintenance des catastrophiques Su-30 MKI assemblés par HAL 😉 !
      .
      Sinon n’oubliez pas que comme pour les Mirage 2000 qu’elle aligne, l’Inde se destine à se doter des moyens industriels pour assurer la maintenance de ses futurs Rafale qui plus est si elle finit par en assembler…

      1. C’est vous qui dites qu’elles sont pitoyables, avec toute l’objectivité dont vous êtes capables concernant les Russes.

        1. Décoller avec une charge utile fortement réduite – STOBAR – et perdre deux appareils en deux mois de déploiement, à tel point qu’ils ont préféré faire décoller une partie de la flotte d’une base terrestre plus proche des cibles, c’est difficilement une réussite majeure, même avec toute l’objectivité qu’on veut …

          1. Ce ne sont pas les avions qui étaient en cause mais le brin d’arrêt du Kutznetzov…Au point de transférer la presque totalité du groupe aéronaval.

        2. @Vince:
          Faites le bilan des opérations et raids menés en Syrie par les MiG-29K en vous rappelant que les Su-33 n’ont aucune capacité air-sol 😉 !
          .
          Le problème des admirateurs de Poutine reste lié à leur manque de précision sur le matériel et les armements russes, même donnés par les médias russes.

          1. En attendant, ils ont gagné la guerre en Syrie et annihilé la plupart des groupes djihadistes qui y proliféraient avant leur intervention. CQFD.

          2. @jb:
            .
            Si après avoir rasé les quartiers Est d’Alep; comme Bush après avoir vaincu Saddam en 2003 (…), vous faites partie de ceux qui proclament un « mission accomplished » des russes en Syrie en disant que « ils ont gagné la guerre en Syrie », attendez que cette guerre soit achevée…
            Vous risquez d’avoir des surprises.
            .
            On dirait que vous êtes trop pressé d’en proclamer la fin.
            La Russie ne fait que s’installer dans son bourbier syrien le temps qu’elle résistera à une guerre des forces d’opposition à Assad.
            .
            Quant à dire que les russes ont « annihilé la plupart des groupes djihadistes » c’est vrai, mas seulement dans les quartiers Est d’Alep.
            Or la Syrie ne se résume pas à ceux-ci.
            Il suffit d’aller voir du côté de Palmyre ou de Raqqah.
            .
            On attend toujours une première une victoire pérenne des russes sur daech…
            En Irak, daech est passe d’être chassé de l’ensemble du pays, Mossoul représentant le plus point de résistance.
            .
            Mais il semble que les forces irakiennes soient déjà arrivées sur la rive orientale du Tigre et qu’elles auraient donc reconquis les quartiers Est de Mossoul…

          3. @ jb

            Le consortium russe à gagné une bataille, mais la guerre est loin d’être terminé en Syrie et surtout, loin d’être gagné par les russes. Voyez-vous, il reste encore beaucoup de problèmes non réglé en Syrie comme Daesh, ou encore la Turquie, car bien que Russie et Turquie s’entendent sur certains point et ont réchauffé leurs relations, il n’en demeure pas moins que les deux pays respectifs n’ont pas du tout le même objectif final pour Assad et la Syrie .. À cela il faut ajouté que la guérilla vas certainement bientôt commencé contre les forces Russo-syriennes et ainsi de suite.

          4. @jb
            Ah bon ? Ouaaaah ! La guerre a été gagnée par les russes en Syrie!!!…Vous devez avoir des infos que nous n’avons pas ! LOL
            Maintenant, si le fait de bombarder massivement et sans distinction civils et combattants, tout en rasant des villes c’est gagner une guerre, alors effectivement vous avez raison, les russes ont gagné ! La guerre est donc terminée en Syrie, hein ?…

    3. Les avions russes sont connus pour avoir un coût inférieur à l’achat mais supperieur en maintenance. De plus les russes ont prit l’habitude de traité les indiens comme des « enfants » alors que c’est l’élite du pays. Les français se montrent plus respecteux, ça change pas grand chose sur le plan technique mais tout sur le plan humain.

  2. Résultats en 2030. Après deux annulations de l’appel d’offre suite a des affaires de corruption. Ainsi que des milliers d’articles « ca y est, c’est signé dans le mois qui vient ».

    1. Si les indiens savaient synthétiser comme vous, les rafales seraient déjà opérationels 😉 Mais c’est pas leur culture…

    2. Ça sent le vécu… Mais vous avez oublié l’hypothèse d’un éventuel changement de gouvernement en Inde qui rebattrait les cartes, façon Trump ou Trudeau pour le F35.
      En ce bas monde, la seule chose qui est sûre c’est que rien n’est sûr.

      1. @Caton:
        .
        Vous oubliez que c’est en fait Modi et son gouvernement nationaliste et promoteur du « Make in India » qui étaient réticents au Rafale, contrairement au gouvernement précédant actuellement dans l’opposition.
        Les négociateurs de Dassault ont réussi le tour de force non-pas de séduire mais de convaincre toute la classe politique indienne.

        1. Je n’ai rien oublié… Le sens de mon message c’est que Modi, bien que réticent au Rafale a fini par décider quand même de son achat. Un hypothétique successeur de Modi, loin de remettre en cause l’actuel contrat, pourrait au contraire accélérer l’acquisition d’autres appareils.
          Visiblement, je me suis mal exprimé.

      2. En attendant, pour les 36 premiers Rafales :
        http://idrw.org/indian-team-visit-france-review-rafale-jet-production/
        7,878 milliards €.
        Contrat au millième, c’est bien l’Inde.
        1ère livraison prévue en 2019 (36 mois après la signature)
        Livraisons durant 67 mois.
        Les bases choisies pour ces deux premiers escadrons sont clairement orientées Chine.
        Rafale nu, monoplace 91 M€ et 94 M€ biplace d’entrainement.
        Les « Offsets 50% ».
        J’ai lu que le premier règlement a été effectué, soit 15% du contrat, difficile de revenir en arrière maintenant, n’est-ce pas?
        http://idrw.org/new-fighter-aircraft-deal/
        Spatial :
        http://idrw.org/french-space-agency-to-provide-cameras-to-teamindus/
        3 Scorpène supplémentaires équipés F21 et Scalp en plus des Exocet ?
        http://idrw.org/solving-the-scorpene-problem/

        1. Voir mon message ci-dessus, je n’évoquais pas une éventuelle remise en cause du contrat indien actuel.

          1. @ Caton
            C’est à dire qu’on ne peut remettre en cause que des signatures sérieuses, pré-accord, lettre d’intention, contrat, etc.
            Plus généralement, je rappelle que l’Inde ne casse pas les contrats, sauf dans le cas d’arnaques supposées ou avérées (Comme le contrat initial des torpilles Finmeccanica pour les Scorpène ou encore l’affaire de navire de lutte contre les mines avec la Corée du Sud)
            L’Inde à surtout la fâcheuse habitude de relancer les appel d’offres après un qu’une entreprise ait déjà été sélectionnée (hélicos légers, avions MRTT).
            Ce qui n’a rien a voir avec un contrat rompu.
            Mais bon, si ça peut vous faire plaisir de toujours émettre des doutes sur les contrats signés par les entreprises françaises, c’est bien, continuer à faire le job des tentatives de déstabilisation venants de France ou de l’étranger (Spoutnik et Cie).
            Les Rafale sont l’arbre qui cache la foret, comme je l’ai déjà indiqué (avec liens à l’appui) ici, la France signe beaucoup de contrats avec l’Inde depuis 2014, civils et militaires, alors, vous et d’autres pouvez toujours continuer à baver, c’est sans effets

        2. @Alain d:
          .
          Quand il s’agit de sous-marins ou bâtiments de surface, traduisez plutôt « Naval Storm Shadow » par MdCN, même si ce nom pourrait être sa probable désignation export 😉 …

          1. Oui chef, je sais, j’ai hésité, et puis je me suis dit que chacun comprendra, pour gagner du temps, je l’avoue.
            Les non initiés connaissent probablement le SCALP, pas le MdCN, d’ailleurs la presse généraliste fait comme moi souvent l’impasse.
            Mais très bonne remarque, puisque je défend souvent le matos français, autant le faire correctement, c’est noté dans mais bonnes résolutions 2017.
            Pire que chez Poutine ici, on est surveillé de près. :>)

  3. Tout ce remue-ménage ne me dit absolument rien qui vaille !
    .
    Que les indiens veuillent diversifier leur panel d’avions et de capacités , soit ! Mais ce que nos amis de New Delhi veulent vraiment , c’est acquérir par transfert technologique , une industrie en mesure de nous concurrencer plus tard ; ce qui ne sera pas sans conséquences !
    S’ils s’équipent de 2 x 36 = 72 Rafale made in France + quelques autres du type Marine , dans un premier temps , je m’estimerai satisfait …
    .
    Cependant , l’hypothèse qu’ils fassent le forcing sur le F-16 ou le Tejas me paraît plus que vraisemblable ; si tel est le cas , nous ne leur vendrons pas de Rafale M , ça m’étonnerait !
    Quant au Gripen , je ne lui donne pas beaucoup de chances d’être choisi mais , comme je dis souvent , sait-on jamais ?

    .
    Personnellement , n’étant pas dans le secret des dieux , je reste dubitatif sur la politique indienne en matière de défense …
    Les indiens seraient plus avisés de commander une bonne centaine , voire deux bonnes centaines , de Rafale afin de doter leur armée de l’air d’un bon avion , bi-réacteur , sûr et qui a fait ses preuves , complétées par deux ou trois cents mono-réacteurs s’ls en ont tant envie que ça , plutôt que ce patchwork dont la pertinence me paraît de plus en plus douteuse et alambiquée .
    .
    Enfin , ce n’est que mon humble avis ; après-tout , peut-être sont-ils dans le vrai ?

    1. Vous oubliez un détail important le prix de l’heure de vol. Et ce dernier est fortement impacté pour le poids et la taille de l’appareil. D’où le mixte legé moyen et lourd.
      Sans parler du prix d’achat.
      Ensuite comment l’Inde pourrait acheter 200 rafales quand la France ne le fait que difficilement ? Je dirais même plus comment l’Inde justifie t-elle de construire 200 avions à l’étranger ?
      Enfin Israël avait un potentiel aéronautique bien plus important que l’Inde et toujours pas de concurrence.

      1. C’est vrai ; c’est un paramètre que je mets souvent de côté , sans doute par manque d’infos à ce sujet .
        .
        Cela étant , je vous rejoins ; je ne comprends pas comment font nos amis indiens pour se doter d’une telle armada !
        .
         » Je dirais même plus comment l’Inde justifie t-elle de construire 200 avions à l’étranger ? »
        .
        Pouvez-vous en dire plus et préciser ?

        1. Comment un gouvernement peut dépenser 20 milliards en avion et justifier au prêt de sa pollution qu’il ne soit pas construit localement. Imaginer qu’on achète pour autant de v22 made in USA en France. Vous imaginez la réaction dans le pays ?

          1. Au départ, le contrat portait sur 126 Rafales qui devaient être construit (dont 18 en France) en Inde avec l’exigence des autorités indiennes que Dassault Aviation se porte garant sur la qualité des avions sortis des chaînes d’assemblage indiennes ainsi que la question des transferts technologiques. Difficultés majeures dans les négociations qui ont fait que l’Inde a transformé le contrat en 2016.
            Si vous regardez les difficultés du programme TEJAS ou les éceuils dans qualité indienne de production des SU-30MKI.
            HAL est tout simplement dans l’incapacité de garantir la qualité d’assemblage des Rafales.

          2. @ ScopeWizard aucun de ces contrats n’est aussi élevé et n’a eu lieu dans un pays ou la pop est si pauvre. Le budget militaire y est 3x plus important que celui de la médecine.

          3. @Wagdoox
            .
            Justement !
            Un pays dont la démographie est si importante devrait savoir se limiter à tous les niveaux ; s’ils étaient moins nombreux , il y aurait peut-être moins de problèmes et la répartition de leur budget serait plus équilibrée .
            Ceci dit , je prenais exemple sur la France en ce qui concerne notre dotation de matériel le plus connu en provenance de l’étranger et notamment des Etats-Unis .

    2. D’accord avec votre analyse. Mais le temps long de New Delhi est de nature à brouiller les cartes chaque mois qui passe. On pourra donc voir les avions russes au point où la version lourde du Grippen débarquer. Les deux sont de bons avions mais avec la manie des russes et suédois de graisser des pattes, l’affaire peut se compliquer pour les concurentscdes français.
      .
      La solution serait un mirage 2000 à la sauce Indienne avec les modernisations adéquates.
      .
      Et pour la France, créer un partenariat avec les puissances régionales *inde et Japon pour un futur avion multirôle. Comme les Y.S. ont ouvert la porte pour les programmes multi nationaux avec préventes…

      1. Et oui , en plus j’oubliais !
        Il y a le partenariat avec la Russie concernant le Sukhoï PAK FA T-50 !
        Où en sommes-nous de ce programme ?

          1. @Lagaffe:
            @ScopeWizard:
            .
            Comme quoi, il n’y a pas qu’avec Dassault que les responsables de l’IAF ou de la « DGA indienne » sont « lourds » (^__^) !

      2. @Fabien:
        C’est trop tard en ce qui concerne le Japon avec son ATD-X devenu X-2 Shinshin.
        Quant à l’Inde, difficile de savoir s’il serait opportun d’entrer dans son programme AMCA ou Advanced Medium Combat Aircraft qui est un projet de chasseur furtif moyen de la catégorie de poids du Rafale.

        1. Oui si on part pour un nouvel avion de A à Z.
          .
          Mais pour les briques technologiques? Pour le S.C.A.F.?
          .
          Comprenez ma pensée; il s’agit de créer des partenariats pour verrouiller des avantages technologiques soit sur du donnant donnant, des matières premières et des brevets, le tout en dehors des U.S. qui vont être hors jeu quelques temps, cause crétin en place (pour simplifié). Après, je n.exprime qu’un souhait… mais depuis le programme F35 , il faut soit changer de méthode pour les prospections à l’exportation, soit renoncer au technicisme qui rends les engins hors de prix…

          1. @Fabien:
            .
            Je corrige mon précédent commentaire puisque la France via la DGA et Thales me semble t’il, a coopéré sur l’ATD-X japonais précédant les accords de coopération industrielle et militaire franco-japonais d’ailleurs confirmés le 9 janvier dernier.
            .
            .
            Du reste, je comprends parfaitement votre point de vue, mais l’Inde n’a jamais fait d’appel à la coopération internationale sur son AMCA en cours de développement.
            .
            L’ Allemagne via Airbus Defence & Space et le consortium Eurojet participe au KF-X sud-coréen et indonésien (IF-X) qui pourrait être motorisé par 2 EJ200 dans sa version biréacteurs
            KF-X C-103 avec double dérive oblique.
            Le KF-X C-203 sera monoréacteur avec un dérive verticales, les deux versions variant aussi avec ou sans plans canards.
            .
            La Turquie initialement associée au programme KF-X l’a abandonné au profit d’un programme national TF-X ouvert à la coopération internationale à laquelle SAAB a répondu, mais l’évolution politique de la Turquie tend à mettre en suspend cette coopération suédoise…

          2. @ScopeWizard:
            .
            L’architecture du KF-X C-501 (évolution du C-203) monoréacteur s’appuie sur le développement furtif de la plateforme des KAI T-50/FA-50 Golden Eagle (à ne pas confondre avec le T-50 russe…) :
            http://blog-imgs-45.fc2.com/c/e/e/ceec/f0082824_5213f97d106d3.jpg
            .
            http://media.defenceindustrydaily.com/images/AIR_KF-X_C-501_Concept_KAI_lg.jpg
            .
            Le KF-X C-501 cible clairement les marchés exports et notamment les pays déjà utilisateurs de T-50 ou FA-50 (Thaïlande, Philippines, Irak) l’Indonésie étant associée au programme.

            .

          3. @Zayus
            .
            Merci pour les liens !
            .
            Aérodynamiquement , comme ça , à première vue , on retrouve le F-16 avec les entrées d’air du Super-Hornet ou du F-35 … Un faux air d’AMX aussi .

        2. @Fabien
          @ScopeWizard
          @Zayus
          Pour réaliser pleinement son programme d’avion furtif AMCA, l’Inde doit impérativement se doter des compétences nécessaires en matières de motorisations, de logistiques et de matériaux, afin de devenir à l’avenir indépendante en matière d’avions de combat… Or, ce ne sont pas les russes qui vont leur apporter ce savoir faire… Pire encore, en ce qui concerne le PAK-FA/T-50 les indiens ont aujourd’hui des doutes concernant la maturité de la technologie russe dans certains domaines, notamment en ce qui concerne les matériaux composites. La France a donc une bonne carte à jouer, d’autant plus que « mon petit doigt m’a dit » que Dassault se méfiait comme de la peste de sa collaboration avec les anglais de BAe sur le drone SCAF, car côté français, la préférence irait vers une plate-forme commune dronisée ou pilotée, ce qui n’est pas forcement le cas de nos amis britanniques… On pourrait donc imaginer une collaboration ou une participation massive de Dassault dans le programme AMCA, donnant ainsi une base pour un potentiel successeur au Rafale au cas ou la vision anglaise sur le SCAF l’emporterait…
          Comme je le disais dans le passé, la vente de 36 Rafale va bien au delà d’une simple vente d’avions de combats, car si pour ce dernier l’avenir semble radieux en Inde, chez Dassault on semble miser sur l’Inde pour assurer l’avenir de la société sur le plan militaire…
          Pour le futur, cette collaboration entre la France et l’Inde pourrait donc être gagnant/gagnant !
          A suivre…

          1. @Alpha
            .
            « chez Dassault on semble miser sur l’Inde pour assurer l’avenir de la société sur le plan militaire… »
            .
            Voilà qui me paraît bien hasardeux et risqué …
            .
            Question : est-il bien intelligent d’aider l’Inde ( pas que ce pays ) à accéder à de telles avancées technologiques ?
            Vous me direz que si ce n’est pas nous qui le faisons , d’autres n’attendent que ça mais , il n’empêche , je me demande si sur du plus ou moins long terme , ça n’est pas « casse gueule » …

          2. @Alpha:
            .
            Le programme AMCA est déjà tributaire des travaux commun et transferts technologiques russes autour du T-50…
            De plus, rien n’indique que l’Inde ouvre le développement de son AMCA à des partenariats industriels étrangers…
            .
            Quant à une coopération industrielle binationale, même s’il y eut des précédents malheureux mais également heureux, je préfère mille fois la perspective d’une coopération franco-britannique que franco-indienne au regard d’une classe politique indienne versatile, peu fiable et sujette aux scandales de corruption.
            .
            Quant à votre affirmation de Dassault concevant le SCAF comme une plateforme commune drone (pas dronisée) et pilotée, elle est inexacte.
            .
            Il ne s’agit pas de la « plateforme » mais du « système » qui est sensé être commun avec un futur avion de combat.
            Entendons les parties systèmes électroniques et logiciels pouvant notamment apporter une fusion de données en directe.
            Cet aspect que Lockheed Martin a – entre autres – tant de mal à développer sur son F-35.
            .
            N’imaginez pas que BAe et qui plus est Dassault envisagent un poste de pilotage et un radar AESA installés sur le SCAF tel qu’il se présente aujourd’hui comme une aile volante.
            .
            Par contre les avancées en terme de SER et de furtivité rapportées à l’aérodynamique de cette plateforme serviront certainement à la conception d’une autre plateforme pilotée dont le développement postérieur intéressera aussi les britanniques malgré leurs F-35B.

          3. je suis ce que dis Zayus, le SCAF doit un drone qui dure longtemps sur place pour faire du renseignement, l’aérodynamique est pas du tout la meme. Mais un avion pouvant être téléopéré c’est aussi un souhait de Dassault dans la tradition de la polyvalence.

          4. @Zayus
            1/ Vous devriez plutôt dire : Le programme AMCA DEVAIT être tributaire du programme PAK-FA/T-50… Or, ce dernier est plus qu’en retard en raison notamment des problèmes de motorisation, de furtivité, de radar et de la non maîtrise des matériaux composites qui devaient être largement utilisés pour sa construction ! De fait, les T-50 construits à ce jour sont plus « métalliques » que « composites » … D’où les gros doutes de l’Inde sur ce programme et son avenir, les indiens estimant même que le partage industriel actuel est défavorable à l’Inde en termes de transfert de technologie… Bref, le torchon brûle entre les deux parties !…
            2/Pour le sujet AMCA. Dassault a créée en octobre dernier, une co-entreprise avec le groupe indien RELIANCE GROUP, « Dassault Reliance Aerospace », et ce n’est pas que pour gérer les offsets liés à la vente du Rafale… Déclaration de Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, qui promet que le joint-venture « développera des programmes indiens majeurs avec d’importants transferts de technologie au bénéfice de tout le secteur aérospatial »
            Autre déclaration : Cette nouvelle société commune « illustre l’engagement fort (de Dassault) à s’établir en Inde et à développer des partenariats industriels stratégiques sous les auspices du +Make in India+ défendu par le gouvernement indien », a déclaré Eric Trappier…
            Or, bien que sous maîtrise d’oeuvre HAL, Reliance participe au programme AMCA (et même au programme LCA Tejas…) …
            Intéressant, non ?…
            De plus …
            http://www.financialexpress.com/india-news/rafael-fighter-jet-deal-to-create-thousands-of-jobs-india-inc-to-get-3-bn-euros-worth-biz/412366/
            Il semble donc bien que Dassault ait mis un pied dans la porte en Inde, et ait bien l’intention de s’inviter dans le programme AMCA…
            3/Pour le SCAF, ce projet de démonstrateur préfigure de ce que sera l’aviation du combat européenne en terme de capacité et sur le plan industriel après le Rafale et l’Eurofighter. Donc, après deux appareils pilotés… Et, côté français, si le drone issu du SCAF sera bien amené à opérer avec les Rafale, n’ayez aucun doute sur la volonté de Dassault de produire un successeur à ce dernier… Mais est-ce que l’entreprise française aura les moyens de mener « de A à Z » deux programmes d’appareils de combat de front ? Rien n’est moins sur … On peut donc imaginer soit une évolution du système SCAF (car rien n’est actuellement figé concernant la configuration aile volante de ce dernier !…), soit un autre appareil développé à partir d’une plate forme existante ou en cours de réalisation… Et si Dassault est partenaire avec les indiens, on en revient au programme AMCA…
            Dans tous les cas, seul l’avenir nous confirmera les orientations que semble prendre Dassault pour assurer son futur…

          5. @Alpha:
            .
            Je partage l’ensemble de votre commentaire mis à part la, disons « possible » implication de Dassault dans le programme indien AMCA via « Dassault Reliance Aerospace » simplement parce que je n’étais pas au courant de l’implication de Reliance Group dans l’AMCA.
            Merci pour l’information.
            .
            Par contre le démonstrateur technologique du SCAF que nous verrons voler à l’horizon 2021/2023, même si je vous rejoins bien volontiers pour affirmer que sa définition aérodynamique n’est pas figée, que ce sera plutôt un UCAV (pouvant voire une version UCLASS) qu’un avion combat piloté.
            .
            Les travaux devant amener à concevoir un « SCAF-avion de combat » successeur des Rafale et Typhoon, ne commenceront pas avant 2025, s’appuyant évidemment sur les importantes avancées du « SCAF-UCAV ».

          6. @ ScopeWizard
            « si ce n’est pas nous qui le faisons , d’autres n’attendent que ça »
            La est bien le problème!
            Et puis les transferts de technologies se font progressivement, par étapes.
            En commençant par l’assemblage et une fabrication de pièces les plus simples, matière, usinage, formage, traitement, peinture.
            Les pièces essentielles ne peuvent être cédées, si l’entreprise l’accepte, qu’au tout dernier moment.
            Exemple les Scorpène, ce jour, l’inde est très loin de fabriquer la totalité des pièces, et ça fait quelques années que l’aventure a démarré.
            Pour ne pas rentre plus dans les détails et faire court, entre, être capable de reproduire des pièces et les comprendre, y’a un fossé énorme à franchir. C’a s’appelle, l’innovation, la R&D, les essais et l’expérience (traçabilité et mémoire des anciens) pour être capable de passer à l’étape suivante, créer en toute autonomie un nouveau produit de A à Z et non pas des copies modifiées.
            20, 25 années? A cette époque là un autre chasseur français ou européen au top sera déjà dans la moulinette à coté du Neuron.

          7. @Alain d
            .
            J’espère que vous avez raison ; personnellement , je suis assez inquiet ; en tous cas , je salue votre optimisme !

    3. Yejas et rafales ne sont pas concurrents, il s’agit de deux rôles différents dans l’armée indienne. Cette dernière prévoit dans sa doctrine aérienne l’emploi de chasseurs légers monoréacteurs – les Tejas, à priori -, le chasseurs médians bi-réacteurs – les rafale – et de chasseurs lourds – les SU-30 qu’ils ont depuis un moment.
      .
      Au delà de ça, le rafale M est très bien positionné, de part sa logistique proche du Rafale, pour équiper la marine indienne, qui doit armer un catobar et un stobar, et des îlots dans l’océan indien. En effet, la marine indienne pourrait envisager d’agrandir les ascenseurs du stobar pour permettre l’emploi de rafale M, et même si elle ne le fait pas, elle pourra toujours employer les rafale M depuis diverses pistes en attendant le catobar qui est dans les cartons.

      1. Exactement !
        Et c’est ce qui est paradoxal dans leur attitude !
        .
        De toute façon , le comportement des indiens , me déplaît souverainement ; il se passe de drôles de choses chez un sous-traitant bien connu d’un des deux plus grands avionneurs de la planète ! Ce que se permettent ces gens-là les mettrait directement face au FBI voire à la NSA s’ils travaillaient pour Boeing ; ils seraient au mieux expulsés au pire mis en prison …
        Alors qu’ici , malgré de strictes consignes contraires , leurs agissements douteux bénéficient de la complaisance de la

        1. Zut ! Fausse manip ! 🙁 reprenons :
          .
          … de la hiérarchie dépendant de la direction de l’entreprise ; de là , à soupçonner l’existence de dessous-de-table généreux , il n’y a qu’un pas …
          Comme je ne peux rien prouver et que tout ceci relève finalement de la rumeur , j’éviterai de m’étendre davantage et de polémiquer en pure perte sur un sujet aussi épineux voire vénéneux .
          .
          Enfin … je me demande souvent si les journalistes font réellement bien leur boulot …

    4. D’une certaine manière vous avez raison.
      Les indiens veulent des transferts de savoir faire avec pour objectif de devenirs complètement autonomes dans l’industrie aéronautique de pointe (civile et militaire + spatiale).
      S’il faut acheter quelques douzaines d’avions (Rafale ou X ou Y) par ci par la pour atteindre l’objectif ils le feront.
      Ce ne sont que des concessions tactiques sans importance pour ce pays de 1.5 milliards d’habitants qui a une ambition en cohérence avec sa démographie.

      1. Il y a loin de la coupe aux lèvres, et ils n’ont pas besoin d’en acheter autant pour obtenir les licences de prod.

        Dassault avait proposé la création de chaînes de prods sous licence, et ça a capoté parce que, même avec une production réduite à certains éléments, le gouvernement indien n’avait pas confiance dans sa propre industrie et voulait que Dassault se porte garant pour eux…

        En bref : acquérir une technologie, c’est long et coûteux, et une fois qu’on a une technologie, on n’a toujours pas d’avion ni d’armée de l’air…

    5. @ScopeWizard:
      .
      Comme je l’ai déjà expliqué,
      c’est le Tejas étendard du « Make in India » de HAL, remotorisé par un moteur indien le Kaveri (abandonné au profit de F-404 de General Electric, not made in India…) revu et corrigé grâce à l’expertise technique de Safran (nous sommes dans le cadre des offsets des 36 Rafale…), qui aura probablement la faveur de ce programme de monoréacteur de l’IAF qui ne va pas non-plus multiplier les micro-flottes en s’encombrant d’un nouveau modèle.

      1. La presse indienne semble dire quil s’agira un chasseur moyen (et non legé) qui sera monomoteur. Ça exclus le Rafale et le tejas.
        Mais le gouv aime à brouiller les cartes

        1. @Wagdoox:
          .
          « …En 2015, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, avait indiqué que les 36 Rafale que New Delhi envisageait d’acquérir à l’époque [la commande a été officialisée en septembre dernier, ndlr] n’étaient pas destinés à remplacer les MiG-21 et les MiG-27 de l’Indian Air Force. En effet, il comptait pour cela sur le LCA Tejas [photo], un appareil développé par Hindustan Aeronautics Ltd (HAL) depuis les années 1980. »
          http://www.opex360.com/2016/10/14/linde-envisage-nouvel-appel-doffres-pour-autre-type-davion-de-combat/
          .
          .
          L’Inde n’a pas les moyens de s’offrir une flotte partagée entre 7 modèles d’avions de combat sans compter les MiG-21 et Jaguar sur le départ ainsi que les FGFA et AMCA prévu pour arriver d’ici 10/15 ans…
          On pourrait même rajouter des F-18 également proposés à la marine indienne, soit 9 modèles d’avions de combat.
          .
          Ce qui fait que du retrait des derniers MiG-21 à l’horizon 2020 à l’entrée en service des AMCA envisageable en 2030, l’Inde aura gérera 12 parcs d’avions de combats différents en 10 ans…
          .
          Pareil pour l’industrie aéronautique,
          la création d’une chaine d’assemblage de F-16 en Inde ne se mettra pas en place avant de longues négociations de 5 à 7 ans et sera aussi synonyme d’éparpillement et de division de ses ressources mobilisées sur un projet supplémentaire…
          .
          L’Inde joue le jeu des appels d’offre internationaux pour maintenir la pression sur les industriels dont elle est déjà cliente et pour ne pas se voir fermer des coopérations comme avec les USA.
          .
          Cet appel d’offre est un miroir aux alouettes, car ce marché est déjà acquis au Tejas.
          Mais les indiens ont plutôt intérêt à montrer une ouverture aux propositions US surtout s’ils ambitionnent des transferts technologiques pour le projet de porte-avions CATOBAR de 80 000 tonnes à propulsion nucléaire.
          .
          Le Tejas représente la solution la plus simple en terme de gestion de parc, d’évolution de l’industrie aéronautique locale et surtout de cout pour arriver à combler ce déficit d’une dizaine d’escadrons (33 en 2017 au lieu des 42 ciblés…) de l’IAF

        2. @Wagdoox:
          .
          Ne perdons pas de vue qu’une trop forte américanisation des forces aériennes indiennes pourrait également freiner le désir russe de coopérer sur le T-50 auquel reste suspendu le sort du programme national indien AMCA.

      2. @Zayus
        .
        Petit récapitulatif des mono-réacteurs en présence .
        .
        Désolé pour le brouillard londonien …
        .
        Tejas :
        https://www.youtube.com/watch?v=Hrs044wMqhc
        .
        Je ne sais pas pour vous , mais , de mon côté je ne suis pas plus convaincu que ça … ni en termes d’évolutions , ni en matière d’aérodynamisme , ni au niveau des performances entre aperçues …
        .
        Ceci me parle bien davantage :
        .
        JAS-39 Gripen :
        https://www.youtube.com/watch?v=vZKDZNc5GC0
        .
        F-16 :
        https://www.youtube.com/watch?v=NRtodA9RIAY
        .
        Celui-ci me laisse perplexe :
        .
        F-35 B :
        https://www.youtube.com/watch?v=ygVlvlvnmTU
        .
        Mais celui-là m’impressionnera toujours :
        .
        Mirage 2000 C :
        https://www.youtube.com/watch?v=U4JLjnOXHOE&t=67s
        .
        La vidéo manque de qualité et n’est pas parfaitement maîtrisée mais elle a le mérite d’être prise sur le vif !
        Sa splendide agilité et son extraordinaire vivacité me surprennent à chaque fois …

        1. @ScopeWizard:
          .
          Vous oubliez le Tejas Mk2 en cours de développement.
          .
          Les indiens choisiront la solution nationale qui en plus est la moins couteuse pour arriver à leur cotas d’escadron.
          Le Tejas sera largement suffisant pour des missions d’appui tactique ce à quoi il sera essentiellement dédié.
          La version navale du Tejas pourrait voir le même type d’usage avec une spécialisation antinavire en plus, comme les Super Étendard.
          .
          Les indiens ne lâcheront pas leur Tejas malgré ses faibles performances.
          .
          Du reste, entre MiG-21, Jaguar certes sur le départ,
          MiG-27, MiG-29, Mirage 2000, Su-30MKI, Rafale et Tejas en plus des FGFA/T-50, ACMA à venir au moins à l’horizon 2030, l’IAF n’a pas vraiment vocation à créer une nouvelle flotte de F-16 (ou de Gripen bien plus couteux que les futurs Tejas Mk2) pour une MCO déjà bien complexe.

          1. @Zayus
            .
            Celui-ci :

            http://www.bharat-rakshak.com/media/43084-3/scan0002.jpg
            .
            Sans vouloir être méchant , j’ai réellement la nette impression que les autorités indiennes nous prennent vraiment pour des imbéciles ; ce que nous devons être puisque nous entrons pleinement dans leur jeu .
            Quand je dis nous , je veux dire à peu près tout le monde .
            Stratégiquement parlant , je ne sais pas si ce sera finalement si payant que ça …

          2. @ScopeWizard:
            .
            Les autorités nous prennent,
            – nous français avec le Rafale pour lequel ils nous auront fait mariner depuis 2009,
            – les russes avec la Su-30MKI que HAL est incapable de produire correctement et le T-50 pour lequel elles souhaitent plus importante participation, ainsi que
            – les américains et suédois au sujet de ce programme de monoréacteur sorti au dernier moment… pour des imbéciles.
            .
            Je ne serais même pas étonné étonné que les indiens prennent contacte avec les sud-coréens pour leur KFX-C-501 monoréacteur et de 5e génération…

          3. @Zayus
            .
            Oui , mais qu’est-ce que croient les indiens , que ça va durer ad vitam aeternam ?
            .
            A un moment-donné , bof !

        2. @ScopeWizard:
          .
          N’oubliez pas qu’à l’époque récente où le Rafale pouvait être purement simplement abandonné par Modi, que HAL évoquait un modèle d’IAF se passant d’avions de combat moyens et reposant sur la commande de plus de Su-30MKI et de Tejas qui à eux deux devaient remplacer MiG-29 MiG-21, Jaguar, MiG-27, Mirage 2000 en attendant les FGFA et AMCA.

        3. @Frédéric:
          .Abandonné selon la marine indienne, pas selon le gouvernement de Modi et encore moins HAL qui re-tentera de placer la mouture « Mk2 » de son Tejas…
          .
          Sinon les essais sur rampe terrestre du Tejas Mk1 clairement démontré un manque de puissance pour être utilisé à partir d’un PA STOBAR, mais il pourrait être exploité catapulté à partir d’un PA CATOBAR.

    1. Dommage qu’il est enlevé le moteur, j’avais justement besoin d’acheter une nouvelle voiture

  4. Qu’elle ne se prive pas de le faire surtout.
    Ce pourrait être aussi l’occasion de faire évoluer le Rafale vers la mission de suppression de défenses antiaériennes ennemies, une des rares lacunes de cet appareil pour le reste plutôt pas mal.

    1. En SEAD le Rafale est déjà excellente, spectra fait des merveilles. Et comme tout armee le Rafale n’est qu’une partie du systeme avec les scalp et aasm. Dés 2020 une nouvelle corde viendra s’ajouter le systeme CERES. On pourrait aussi imaginer des roquettes équipé de leurres, lancées pour attirer le feu des SAM. Le tout pour pas trop cher. Et dans quelques années un pod arme à énergie capable de détruire les missiles en approches.

        1. C’est pas tout à fait vrai.
          Le Rafale est un point dans le ciel, les sam devront un le trouver, deux passer à tracer le brouillage, trois réussir la phase poursuite, quatre continuer de chercher d’autres avions.

          Enfin ceres sera d’autant plus efficace face à ce genre de defense.

        2. Nenel a rapporté le contraire récemment:
          « ATLP 2009 aux EAU. Exercice SEAD contre batteries S 300(ancienne ou dernière version non précisée!) avec en concurrence des F 16 CJ américains spécialisés en Wild Weasel. le Rafale fait carton plein alors que les ricains se sont vautrés avec leur avion des plus spécialisé dans le domaine. »
          .
          http://www.opex360.com/2016/12/29/la-force-aerienne-indienne-aurait-besoin-dau-moins-200-rafale-de-plus/#y3SZJVyBbbbEH4Hb.99

          1. A nico
            Le ministre français est allé dans le même sens. Nos avions sont détectés et le GPS broullié.
            Les russes n’ont pas de radar dual mais deux radars le X dans le nez et le L dans les ailes. Le premier servierait à la détection le 2 en concentrant à ciblé. Boeing proposait la même chose.
            Le T50 a du retard mais on est encore loin du F35. Sa structure avant est déjà largement passive avec l’alignement des plans, les matériaux absorbants c’est du plus. Dans on regarde les matériaux du f35 … celui à brulé montrait simplement une ossature en nid d’abeille…
            Son problème vient principalement du réacteur.

        3. Double digit? Deux doigts? « Deux doigts coupe faim »? C’est pour ça qu’ils ont appelé leur futur bombardier « Raider » les US? 😀
          Plus sérieusement, si vous faites allusion aux systèmes Sol-Air russes, tout est affaire d’imbrication. Quelle que soit sa génération, selon la circonstance, un SAM peut être très dangereux ou inefficace. Ce n’est pas qu’il soit à un ou deux chiffres qui peut donner à un tel système son côté « imparable » c’est le maillage des capteurs (au sol, en l’air, en orbite) auquel il est relié qui feront sa dangerosité contre n’importe quel appareil, y compris les pseudo furtifs.

          1. Faut qu’entre détecter et viser avec suffisamment de précision pour amener un missile à sa cible, il y a un mode.
            Les russes cherchent un mode dual bande S bande X.
            Raf/Eur/F18 ont longtemps misé sur une dualité bande x et IR.
            Le rafale mise tout sur l’IR triangulé. Pour le combat aérien.
            Tout ca pour faire du SEAD mais la solution peut aussi venir du DEAD si on arrive à faire pas cher.

          2. Non Gallium, car les russes ont et auront encore longtemps toujours un problème avec la furtivité.
            .
            1- J’aimerais vous rappelez d’entré de jeu qu’à part les déclarations douteuses des russes, rien mais absolument rien ne prouve qu’un radar basse fréquence peut détecté un appareil furtif d’aujourd’hui à plus de 25-50 km distance ce qui n’est déjà pas beaucoup ..
            .
            2- Admettons de façon tout à fait aléatoire qu’un radar bande L soit capable de détecté un avion furtif, les radars basses fréquences ont deux défauts majeur et indéniable : 1- les bandes sous la barre des 4 GHz (bande S) et encore pire, sous les 2 GHz souffrent d’une énorme lacune de précision, ses types de radars envoient les ondes en splash de façon très lente et ne peuvent en aucun cas effectuer un *verrouillage* d’une cible avec une SER aussi petite qu’un F-22/F-35 ou autre prochains avions furtifs en développement. Alors, je vous pose la question : Avec quoi les russes peuvent-ils effectué un *verrouillage* après avoir « détecté » un avion furtif ? Bande X, Ku, et Ka .. (les russes fonctionnent généralement avec la bande X) résulta ? Ils ne pourraient pas engagé la cible furtif qu’ils auraient détecté puisque les appareils furtifs d’aujourd’hui (F-22/F-35) sont spécialement conçu pour dévier/absorber les bandes X,Ku,Ka et à une certaine distance, S. Les radars basse fréquence existe depuis bien plus longtemps que ceux à haute fréquence, et pourtant, ils ont toujours eux ce même problème de précision. Un exemple ? Le PAK/FA est équipé de deux type de radars, 3 radars à bande X, deux à bande L, leurs deux radars à bande L sont minuscule et confiné au rôle d’IFF en principal (…) alors que leurs 3 autres radars à bande X sont leurs radars de détection, de guerre électronique et d’engagement (en rôle principal) Pourquoi selon-vous ? 😉
            .
            Le deuxième défauts : les radars à bande S mais surtout ceux à bande L (le saint graal des russes) sont particulièrement sensible au brouillage puisque, comme je l’ai mentionné plus haut, ils envoient des ondes de façon extrêmement lente et puissante (deux facteurs extrêmement dangereux pour l’interceptions des ondes via ennemis) couplé au fait qu’une fois leurs ondes intercepté, ils ont beau avoir le plus puissant processeur du monde, leurs radar à bande L ne peut que changé sur *deux fréquences* pour s’échappé (…) 1 GHZ et 2 GHz.
            .
            En résumé, les ondes à bande L sont parmit les plus faciles du tableau des fréquences à intercepté et une fois intercepté, un radar Actif/Passif avec une simple fonction de brouillage multi-fréquences (ALR-94, ASQ-239, ALQ-218 et très possiblement SPECTRA) Pourrait assez facilement mettre hors jeu ce type de radar sans parlé des AWACS ou autres puissants aéronefs dans le domaine EW.
            .
            @ Wagdoox
            .
            Les seules ayants réussi à développé un radar militaire dual band combinant basse et moyenne fréquences sont les américains (SPY-3) mais même eux qui sont de loin les plus avancés dans ce domaine (inventeur AESA, modules GaaS, modules GAS) n’ont pas encore réussi à stabilisé cette technologie puisque le SPY-3 (bande S, X) ne fonctionne pas encore correctement. Les russes travaillent sur un projet dual band encore plus difficile puisqu’il s’agit d’un dual band bande L et bande X. En comparaison avec le projet américain, selui des russes est plus difficile parce que la bande L est encore plus basse et éloigné de la bande X et que la longueur d’onde entre les deux bandes est encore plus différentes.

    2. MP3
      Mais que manque-t-il au Rafale selon vous pour faire du Sead/Dead ?
      .
      Personne, je pense qu’il est déjà un des tous meilleurs pour cette mission.
      C’est le plus agile en radada. Grâce à Spectra il maximise déjà ses chances de survie.
      Et pour faire tir au but, en fonction de la menace, il dispose déjà soit de l’AASM (pour les défenses courte portée), soit du Scalp pour le plus lourd.
      Alors certes, on pourrait espérer un missile plus spécialisé, mais il semble que l’AA n’en éprouve pas le besoin pour l’instant.
      Quand à l’avion Rafale lui même, il est déjà au top pour ce genre de mission.
      .
      Et pour les améliorations futures, elles sont déjà prévues (améliorations Spectra, leurres actifs, …).

  5. Comme signalé par un contributeur il y a peu, lequel se reconnaîtra sûrement; «la saison deux vient de commencer».
    .
    Comme la première,elle va être pleine de rebondissement et très difficile car D’assaut est dans la place grâce aux audits réalisés à l’époque où les Indiens voulaient un transfert de technologies intégrales sur le Rafale, mais les politiques veulent pousser un avion fait en Inde, indigène si possible, l’opérateur bien sûr, contre une armée de l’ air dont la flotte est affligé par des problèmes de tous ordres.

  6. Y a-t-il une raison en particulier d’exclure une variante de Mig-29 du contrat pour « 200 exemplaires d’un avion de combat monomoteur » ?
    La Russie est en effet un partenaire historique dans la vente d’armes a l’inde et dans le cas d’un « make in India », les deux industries ayant des niveaux de compétences plus proche, il serait peut-être plus aisé de les faire produire en Inde.

    1. Autant pour moi le Mig-29, bien que le « petit » du mix Soviétique/Russe, est un bimoteur.

      1. @Arthur:
        .
        « …La Russie est en effet un partenaire historique dans la vente d’armes a l’inde et dans le cas d’un « make in India », les deux industries ayant des niveaux de compétences plus proche, il serait peut-être plus aisé de les faire produire en Inde. »
        .
        La production sous licence par HAL du Su-30 dut localement « MKI » s’est avéré être véritable fiasco au point que l’Inde fut obligée d’en commander assemblés en Russie; d’une version plus récente d’ailleurs faciles à distinguer avec leurs plans canards, de ceux produits par HAL…

    1. Si l’on en croit l’article, les Indiens misent sur la capacité « nucléaire » du Rafale ?

      1. En effet. Ils ont bien de la suite dans leurs idées, contrairement à l’impression qu’ils peuvent donner . C’est pour cela que j’ai proposé cet article en lecture.

  7. Les russes cherchent toujours à placer leur Mig-35 mais celui-ci n’est pas encore opérationnel et je ne pense pas que l’Inde sera intéressé par une version amélioré du Mig-29.
    M. Parrikar veut un chasseur monomoteur à 45 millions de dollars pièce… je pense qu’il n’a rien compris sur les chasseurs modernes, pour avoir un bon chasseur avec les équipements les plus modernes ils faut payer au moins 60 millions de dollars l’unité et je suis sur qu’il veut aussi un transfert de technologie… c’est pas gagné.

    1. Il me semble que Lockheed a annoncé que leur block le plus récent de F-16 serait uniquement assemblé en Inde. Je pense pas qu’il faille y voir un hasard.

      1. LM annonce aussi que le f35 est opérationnel, le meilleur du monde, pas cher et quil va dans l’espace

      2. @Khay:
        Voyons-y plutôt une intention ou un appel du pied fait à l’Inde, mais HAL fera valoir ses prérogatives à produire le Tejas qui comme le F-35 aux USA mais pour des raisons différentes, ne peut pas mourrir.
        Le F-16 produit en Inde après le Rafale et le Su-30MKI = mort du Tejas un programme qui aura 35 ans l’année prochaine depuis son lancement et 20 ans en 2021 depuis son premier vol.
        .
        À moins que Trump en commande à la place de F-35A trop chers, le F-16 a fait son temps…

        1. Le Tejas c’est mort pour la Marine Indienne.
          L’IAF n’en veut pas aussi mais sous la pression de M.Parrikar Il y aura tout de même une petite commande prévu mais je pense que les généraux de l’IAF vont essayer d’annuler la commande.
          Le Tejas est un échec, seul les nationalistes indiens soutienne le pangramme Tejas.

          1. le but c’est créer une filière, on commence par le tejas, il en retard on achete des raf fr, ensuite on passe a production T50. le tout sur 30 ans, 10 sur chaque flotte et on recommence

          2. @Tyrion:
            .
            La version navale apparait effectivement compromise, mais la remotorisation des Tejas Mk1 et Mk2 par Safran est toujours d’actualité et pourrait d’ailleurs relancer la version navale:
            http://www.opex360.com/2016/07/06/rafaleinde-safran-serait-pret-investir-1-milliard-deuros-pour-le-reacteur-de-lavion-hal-tejas/
            .
            Suite à la livraison de 80 Tejas Mk1, ce seront des Tejas Mk2 qui compléteront le parc de 180 unités pour l’instant ciblées.
            .
            Décidément le site bug, impossible de faire passer cette réponse à Tyrion?

      3. Moi je parierais plutôt sur un appareil d’entrainement gonflé aux hormones si la barrière des 45 M$ est vraiment infranchissable. Après tout cela collerait bien à leurs besoins un BAE hawk (qu’il produisent déjà sous licence) survitaminé.

    2. @Tyrion:
      .
      Si vous saviez compter ou si vous aviez suivi ce dossier des Rafale en Inde, vous parleriez alors logiquement de « Saison 4 ».
      Notez cependant qu’après une courte « Saison 1 », la vitesse de conclusion des saisons ne cesse d’augmenter et que la « Saison 3 » connu moins d’épisodes que la laborieuse et infructueuse « Saison 2 ».
      Gageons que cette « Saison 4 » sera conclue avant 2020.

    3. @Tyrion
      Ce possible appel d’offre pour un chasseur mono-moteur, et donc concurrent du Tejas, n’est qu’un leurre… Jamais les indiens n’abandonneront le Tejas, dont les premiers exemplaires sont entrés dans l’Indian Air Force, ce qui serait un terrible désaveux politiquement et industriellement parlant. Il s’agit juste d’un coup de pression sur HAL pour les contraindre à trouver rapidement des solutions pour le mettre définitivement au point, et qui passeront immanquablement par des alliances avec des industriels occidentaux… Et qui est le mieux placé dans l’immédiat ?…
      Pour ce qui est des MIG 29/35 en Inde, c’est fini ! Les indiens n’en veulent plus, en particulier la marine, catastrophés qu’ils sont par l’état de la cellule et des moteurs qui ne supportent pas la corrosion marine !

  8. Les indiens font clairement le choix du Rafale contre leur chasseurs lourds: pas besoin de su33 supplémentaires et exit le PakFa… de plus le mig29 est purement supplanté par le RafaleM… c’est une affaire qui marche et une indication supplémentaire des capacités reelles de no matériels.

    1. Pas forcément, leur doctrine low-med-high est toujours d’actualité, avec 200 monomoteur-mais-pas-le-Tejas-parce-qu’il-est-nul en low, autour de 180 Rafale en med, peut-être plus en incluant des Rafale Marine, et leur Su-37 en high, qui seront à terme remplacés par les T-50 (qui reste un programme important pour l’acquisition de technologies à intégrer dans leurs programmes nationaux), puis les remplacement des segments low et med par les programmes ALCA et AMCA. C’est facilement un projet à 30-35 ans, quoi.

        1. J’ose espérer pour le bien de leurs force aériennes qu’il restera au niveau de démonstrateur technique.

          1. @Khay:
            .
            J’ose espérer pour le bien de leurs forces que tous pays partenaires abandonnent le F-35…
            Toute proportion gardée et tenant des contextes respectifs, la Tejas est un peu le F-35 « indien », qui n’est « too big to fail » mais  » too symbolic to fail »…
            .
            L’Inde veut 43 escadrons et les 180 LCA programmés représentent le volet le moins onéreux de cette ambition.
            Même si le produit reste loin des performances envisagées.
            .
            Connaissez-vous le Scorpion de Textron ?
            http://www.scorpionjet.com/wp-content/uploads/2014/06/TAL-HERO-Media4.jpg
            .
            Le Tejas pourra très bien remplir cette case du marché international low cost pour des missions de CAS et d’attaque au sol en général à un prix (entre 20 et 30 M.USD) qui le positionnera en vrai concurrent du Scorpion.
            .
            Le cout unitaire du Tejas sera aussi conditionné par la série que commandera l’Inde pour ses propres forces armées.

    2. Faut dire aussi que des SU33MKI, ils en ont déjà plus d’une grosse centaine.
      Des monoréacteurs, entre les M2000, les Tejas et éventuellement plus tard des F16 ou des Grippen (+ les Jaguar modernisés … bimoteurs, mais plutôt légers, donc plutôt dans la classe des monomoteurs cités), ils sont et seront déjà bien servis.
      .
      Ce qui leur manquerait le plus, ce serait des avions de la catégorie intermédiaire « poids moyens », car là, à terme, ils n’auront que 36 Rafale …
      De surcroît, 36 Rafale, pour un pays grand comme l’Inde, ce n’est pas assez pour tirer la quintessence de ce magnifique système d’arme …. même s’il partagera ses Mica avec le M2000.
      Il est donc archi probable qu’ils iront plus loin dans l’achat de Rafale.
      Les seules questions étant, à quel prix, suivant quelle échéance, et avec quelle part de Make in India ? (et c’est sans doute sur ce dernier point que les protagonistes passeront le plus de temps à discuter).

      1. Le f16 et Gripen sont des moyens aussi dans la fourchette basse mais toujours des moyens le rafale c est environ 1 tonne plus lourd à peine que le f16.

    3. On en est pas encore là. L’Inde met pas tout ses œufs dans le même paniers si a l’acquisition le Rafale se montre merveilleux, les indiens ralentiront le t50, si jamais une guerre éclate et que le Rafale devient le fer de lance de l’iaf. Ils mettront entre parenthèse de t50. La seule façon du tuer le t50 c’est qu’il se montre nullisme. Or il tient plus du f22 que du f35 dans la philosophie.

      1. Le HAL FGFA ou Fifth Generation Fighter Aircraft est le nom du programme indien qui verra les T-50 destinés à compléter les Su-30 MKI indiens.
        Problème: ce programme n’en finit pas de trainer et ne verra certainement d’unités opérationnelles avant 2025/2030, et encore…

        1. il sait pas si se sera si long sukoi est loin de réinventer le fil à couper le beurre comme la fait LM, le T50 ressemble à SU rendu furtif, le F15 silent eagle de l’Oural… Il me semble qui s’agit plus d’un probleme dans les finances russes comme le rafale en avait fait les frais (le réacteur a des ratés mais ils l’assument eux). Mais au final pour l’Inde je suis d’accord, ils prendront le temps pour l’intégré à la flotte et surtout développer des tactiques que les russes n’auront pas eu beaucoup plus de temps pour cela.
          Ca laissera quand meme très peu de temps a la vie industrielle du rafale en inde. Peut être 8 ans grand max.(je ne vois l’industrie indienne construire deux avions en memes temps sur deux chaines différentes).

    4. La force aérienne indienne considère clairement le Rafale comme un chasseur moyen non-seulement en poids mais également en capacité. Les vrais poids lourd dans la chasse indienne sont les Su-30 MKI. Dans le futur cela devrait devenir le PAK-FA. A aucun moment les indiens veulent miser sur les Rafale pour la chasse.

      1. Vous dites n’importe quoi le Rafale est évidement là aussi pour la chasse suffit de voir comment ils soulignent l’importance du meteor. Le Rafale est un chasseur moyen sous testostérone avec un radar, une autonomie et une charge utile qui le rapproche endorment du su30 mki qui commence à faire son âge.

      2. @ Eric
        Pourtant le Air Chief Marshal Indien a dit publiquement, je cite « le Rafale est un excellent avion qui se comporte très bien dans tous les domaines dont il est capable » Je n’ai pas souvenir qu’il ait souligné une faiblesse dans le domaine « chasse ». De plus il sera basé en première ligne, juste derrière la frontière indo-chinoise, cela a été annoncé officiellement aussi.

        1. Il est prêt de la frontière parce qu’il est moyen, donc on le met là ou son autonomie lui permet d’agir le plus tout en étant assez long pour voir venir le raid adverse. Ce qui veut dire que les indiens lui font parfaitement confiance pour décoller vite et être efficace au combat aussi longtemps qu’il aura du carburant.
          C’est la logique indienne léger pour faire du corp a corps low cost, moyen pour se battre dans toutes les conditions possibles presque en meme temps et lourdes pour faire du tire de barrage d’artillerie aérien en y mettant le prix puis du corps à corps.
          Le rafale est excellent parce qu’il déborde sur le role des autres et notamment sur les chasseurs lourd grace à son autonomie, son emport, son radar mais aussi ses armes meteor et scalp qui lui donne une longue encore plus importante.

          1. Les bases aériennes situées aux frontières avec la Chine sont situées à une telle altitude que cela constitue un gros handicap pour les avions qui doivent décoller avec un armement convenable . C’est sans doute ce facteur , plus qu’autre chose, qui a fait peser la balance en faveur du Rafale contre tous ses autres concurrents.

          2. Les mig y sont restés combien d’années ? Vous croyez que les indiens les ont sous utilisé ?

      3. @Eric
        « A aucun moment les indiens veulent miser sur les Rafale pour la chasse. »
        Ah bon ?… Vous semblez bien affirmatifs ! Pourtant, les bases abritant les Rafale seront au plus près de la Chine… Et le Rafale sera équipé du fabuleux Météor…
        Redites nous que ce n’est pas pour la chasse, juste pour rire…

    1. Mais le Mirage 2000 n’est plus d’actualité car il n’est plus produit depuis les années 90…
      Et si tant est que ce soit possible, Dassault ne sortira une version actualisée de son Mirage 2000 d’un coup baguette magique surtout pour un marché biaisé déjà promis au Tejas.
      .
      C’est au Tejas qu’est promis ce marché indien, si vous ne l’avez pas compris Dassault, Thales et surtout Safran qui va les remotoriser l’ont compris eux 😉 !

      1. Je me permets cette question parce que le marché mondial a besoin d’un appareil dans le genre du Gripen. Or on l’a déjà en magasin alors …

        1. Mais c’est que je vous dis Wagdoox, nous ne l’avons plus en magasin : Une chaine d’assemblage de Mirage 2000 si elle devait renaitre ne serait pas prête avant 2 ou 3 ans.
          .
          Et quid de refaire des Mirage 2000 dont la conception des versions les plus récentes ne correspond qu’à des mises à jour des années 90 ?
          Il y aurait donc un important travail d’étude pour concevoir ce « Mirage 2000 NG »…

          1. Ok donc là on est pas d’accord c’est sue le terme chaîne d’assemblage. C’est elle qui faut remonter en 2 ans mais les avions qui prendrait deux ans avant de sortir comme c’est le cas avec le Rafale aujourd’hui. Les indiens vont attendre aussi 2 ans leurs rafales. Quand au amélioration, il est probable qu’un partie est déjà etait faire pour la modernisation dès mirage 2000 indiens justement. Le reste cn est adaptée le mirage au tech du Rafale là où c’est possible. Le f16v est un exemple que cn est parfaitement possible.

        2. Ben non, justement, le Mirage 2000 n’est plus en magasin depuis la fin des années 1990…

  9. Étant donné que dans le contrat initial il y avait (parait-il) pour 2b€ de modification du Rafale aux besoin indiens et un montant équivalent pour la préparation de deux bases aériennes pour accueillir jusqu’à 190 appareils, le suspens était juste ABSOLUMENT absent, ils allaient en vouloir plus, et vu les difficulté qu’ils ont pour préparer l’assemblage local, il était évident qu’il allaient commander des tranches en plus sur étagère. Je serai même pas surpris que ce soit pas la dernière, même en considérant que l’objectif final est l’assemblage local.

      1. C’est clair, même s’ils arrivent au nombre de 190, les indiens ne vont pas concentrer tous leurs Rafale dans une même base.

        1. c’est le 190 sur 2 bases mais là encore je vous rejoins c’est du suicide militaire que de concentrer autant, à la Staline en Pologne Barbarossa.

  10. C’est délicat (car pas forcément dans notre intérêt) et compliqué de transférer la technologie du Rafale. Par contre, on pourrait les aider à le construire ce mono réacteur, comme on avait commencer à le faire avec les Yougoslaves https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Novi_Avion
    Entre le faire tout seul (difficile, on voit les difficultés de leur Tejas) et produire sous licence avec transfert de technologie, un développement en coopération pourrait être une bonne façon pour les Indiens d’apprendre et de progresser.

    1. Le plus simple chest de faire un avion 2x plus petit avec un réacteur.
      Genre mirage iii mirage IV.
      Sinon ça va coûter très cher pour les indiens uniquement. Le poids est plus important dans le prix que le nombre de réacteurs

    2. Le projet yougoslave avait l’air très prometteur: un avion polyvalent, apte à de nombreuses tâches, petits, légers, maniable, à signature radar réduite, un seul réacteur (donc maintenance peu onéreuse), de bonnes performances, avec une coopération française pour certains domaine, etc.. ils auraient pu s’imposer comme avion efficace et peu cher dans de très nombreux pays à faible moyens comme ceux de l’Est, d’Amérique du Sud ou d’Asie.. et on aurait même pu s’en offrir pour remplacer les Alpha Jet de la patrouille de France.. why not après tout, il ressemble au Rafale et avec la coopération française du projet, on pourrait pas dire qu’il n’a rien de français)
      Quelqu’un sait pourquoi le programme a été annulé??

      1. @TontonCharlie
         »Pourquoi le programme a été annulé? »
        Au pif comme ça: à cause de la guerre?…..

    3. @m2m:
      .
      Un tel développement demanderait au moins 10 à 15 avant d’être respectivement mature et opérationnel, or l’IAF n’a pas ce délais pour répondre à son objectif de 9 escadrons supplémentaires en plus de ceux qui doivent leur parc renouvelé…

  11. Si les Indiens aiment déjà le Rafale, ce sera encore mieux quand il sera en flotte chez eux (attention, cet avion est addictif 🙂
    .
    Après, pour ce qui est d’équiper les futurs PA de la Navy indienne … il y a un autre point positif à remarquer au sujet du RafaleM.
    Si rares sont les avions pouvant opérer sur PA Catobar, pas moins rares sont ceux capables d’opérer sur PA Stobar,
    et le Rafale M serait vraisemblablement le seul à pouvoir opérer sur ces 2 plateformes a la fois (dixit les ingénieurs Dassault).
    Et comme l’Inde disposera peut être des 2 types de PA a la fois pendant un certain temps (pouvant être assez long), et bien la polyvalence extrême du Rafale M pourrait être ici encore un argument de poids.

    1. Sans compter que Safran a la possibilité de booster la puissance du réacteur M88 à env. 8,2T ou 8,3T de poussée avec PC (contre 7,5T actuellement), relativement facilement, sans avoir à modifier quoique ce soit sur les entrées d’air du Rafale.
      Ceci apporterait un surcroît de punch, bien utile pour faire décoller un avion d’un Stobar avec un minimum de charge utile.

        1. @ Wagdoox

          Plutôt un problème de logiciel stabilisateur pour l’appontage, car tout les CATOBAR/STOBAR ont un problème de dissymétrie si l’on ajoute une bombe d’un seul côté mais avec un système de stabilisation, les F-18 SH et le F-35C sont parfaitement capable d’apponter malgré se problème.

          1. Non je parlais du Rafale et des modifications de ce dernier pour le rendre plus puissant. Il me semblait qu’augmenter sa puissance pourrait décaler son centre de gravité vers l’avant

          2. @ Wagdoox

            Oh, je pensais que vous parliez de dissymétrie latérale. Bof, le pire qui pourrait arrivé, c’est que les nouveaux moteurs soient trop lourd pour la très légère cellule du Rafale le faisant décalé mais vers l’arrière. Pour le reste, un Rafale actuelle aurait bien du mal à être efficace en STOBAR de par ça faible motorisation. L’idée de moteurs plus puissant est donc bonne, mais faudrait que le contrat en vaille la peine.

    2. Le Rafale est le seul à pouvoir faire ça le f18 doit aussi pouvoir le faire mais en s’allègent un peu plus.

    3. ça serait quand même quelque chose de fou si il opère sur ces 2 types de PA, il aura montrer sa polyvalence jusqu’au bout du bout ! On pourra réellement dire qu’il sait faire TOUT ce qu’on peut demander à un avion de combat ! Il envoie des satellites aussi non? Ou c’est encore en projet?

      1. C’est là aussi de la simulation et il manque encore une corde à l’arc rafale.
        Le STOVL mais là, bizarrement je préfère pas ! 😉

      2. @TontonCharlie
        Le projet « Aldebaran » , initié par le CNES et Dassault, et qui verrait le Rafale Marine lancer des micro-satellites de 50 à 200 kg, est toujours en attente de participants européens pour pousser plus en avant le projet… Dassault cherche aussi des partenaires du côté des pays en développement, qui n’ont pas accès à l’espace… Et devinez qui est intéressé ?… L’Inde !… Où l’on pense que l’utilisation de micro-satellites à vocation très spécialisée est plus porteuse que celle de satellites toujours plus gros, et donc toujours plus chers…
        Car en Inde, le lancement de ces micro-satellites subit des coûts d’exploitation encore élevés et surtout contraignants pour les clients. L’offre est actuellement basée sur un lanceur conventionnel pour mises sur orbites polaires. Ils doivent donc attendre de se partager les places de passagers auxiliaires sur les gros lanceurs qui leur imposent l’orbite du passager principal. Disposer d’un lanceur tel comme le projet « Aldebaran » permettrait une complète autonomie pour lancer des micro-satellites !…

    4. Faux, le F-18SH et le F-35C le peuvent (dixit les ingénieurs de Boeing et LM)) hmm vous avez bien du mal en général à ne pas contredire ce que les ingénieurs de LM disent à propos du F-35 mais vous gobez d’un coup ce que disent les ingénieurs de chez Dassault (…) Aurais-je trouver une défaillance dans le domaine de l’objectivité issue de votre tête Frali ? … 🙂

  12. Pour la Marine Indienne il y a que deux chasseurs qui sont en compétition… le F-18 Super Hornet et le Rafale M.
    Je pense que le Rafale M à un gros avantage, c’est que pratiquement toutes les pièces de rechange pour la maintenance sont les même que pour le Rafale de l’IAF.
    Dassault à prévu la construction d’une usine d’assemblage de Rafale en Inde pour répondre au « Make in India »… Dassault a déjà trouver un partenaire indien, les pièces critiques du Rafale continueront d’être fabriqués en France.

    1. C’est sans doute la solution qui satisfaire le mieux les deux parties.
      si en plus Safran s’investit pour améliorer donc reconstruire le moteur du pitoyable Téjas qui sera sans doute abandonné ce sera l’autoroute pour Dassault et ses produits de haute qualité extrêmement fiable et efficaces…. la demande des Indiens pour un nouvel avion monomoteur pas cher m’a tout l’air d’un de ces petits chantages pour négocier avec le partenaire principal en position de force …..

  13. Ah ces indiens …des commandes d’avions et toujours pas de torpilles pour leurs scorpènes ! cherchez l’erreur !

    1. Un problème de politique intérieur, le soucis c’est que l’Inde est un régime parlementaire ça prend du temps pour qu’une décision soit prise…

  14. Ils n ont qu à racheter la ligne des Mirage 2000 et les maquiller en Tejas, ce serait peut être plus efficace!

    1. La production du Mirage 2000 s’est achevée en 2007. la ligne a été démantelée et il n’y a rien à racheter… excepté le souvenirs d’un avion de combat qui a fait son temps.

      1. Drôle d’erreur du reste !
        Le Mirage 2000 aurait pu avoir une durée de production bien plus longue ; prenez exemple sur le F-16 !
        Je sais , entre les origines du F-16 , son volume d’exportation et ses multiples évolutions , les deux avions sont difficilement comparables mais il n’empêche que du point de vue qualité de construction ainsi que sur le plan des performances les deux avions se valent largement ( peut-être que le F-16 est au-dessus en termes de capacités d’emport ) et boxent dans la même catégorie des monoréacteurs Mach 2 et + !
        .
        General Dynamics F-16 : 4500
        Dassault Mirage 2000 : 600
        .
        https://static.thisdayinaviation.com/wp-content/uploads/tdia//2012/03/General-Dynamics-YF-16-Fighting-Falcon-72-1567-at-EDW-2-February-1974.jpg
        .
        http://www.aircraftrecognition.co.uk/images/Aircraft/Fast%20Jet/F-16/40755_37728.jpg
        .
        http://cdn.airplane-pictures.net/images/uploaded-images/2011/5/18/136372.jpg
        .
        http://www.maquetland.com/v2/images_articles/2000_01_1979.jpg

        1. Petite précision …
          Au fait , on reconnaît un Mirage 2000 C d’un -5 à la présence d’une pointe avant sur le 2000 C ( il s’agit en fait d’un tube de Pitot ) absent sur le 2000-5 tel que celui sur la photo « Tiger Meet » où l’avion en grimpée P.C arbore une magnifique livrée « tigrée ».

          1. Petites précisions supplémentaires :
            .
            La première photo montre le prototype du F-16 dans une décoration des plus reconnaissables aux couleurs du drapeau des USA , probablement dépourvu de radar tant le nez de l’avion est fin .
            D’ailleurs , si mes souvenirs sont bons , lors de sa venue en Europe au Salon du Bourget 1975 , c’est le pilote d’essais Neil Anderson lui-même qui pilota son YF-16 jusqu’à Paris ; l’avion , sans système de navigation digne de ce nom , se fit ouvrir la route et montrer le chemin par un F-4 Phantom II qui assura tout le trajet .
            .
            Voici une photo de Neil R . Anderson à gauche en compagnie de James A . Mc Kinney à droite :
            http://www.f-16.net/g3/var/resizes/album76/79-0407.jpg?m=1371912050
            .
            Les deux nous ont malheureusement quittés depuis …
            .
            La seconde photographie est celle d’un F-16 au décollage prise probablement depuis la grande base de l’USAF d’Edwards ( nom donné en hommage à la mémoire du pilote Glenn Edwards qui se tua en 1948 lors des essais de l’aile volante Northrop YB-49 ( anciennement Muroc Dry Lake ) ) située dans le désert des Mojaves en Californie ; sans doute pour une démonstration en vol .
            .
            Photo du Centre d’Essais de la NASA de Dryden sur la base d’Edwards ( remarquez les SR-71 ) :
            https://www.nasa.gov/sites/default/files/ec01-0264-14.jpg
            .
            La troisième image est celle d’un Mirage 2000-5F immatriculé selon les codes de la base aérienne de Mont-de-Marsan ( 118 EQ ( Echo Québec ) ) probablement pour le 50 ème Tiger Meet en Mai 2011 .

            La Post Combustion est allumée plein pot !
            .
            L’événement a été organisé en France , sur la base 103 de Cambrai et ce que je ne comprends pas , c’est que l’avion est identifié BA 118 EQ Mont-de-Marsan donc il devrait faire partie de l’Escadron de Chasse 5/330 Côte d’Argent mais je ne le trouve pas sur le listing … Il semblerait qu’il n’y ait qu’une immatriculation en AX …
            Quelqu’un peut-il m’aider à y voir plus clair ? Merci !
            .
            Petite vue d’ensemble de la base 118 :
            http://www.virtualcorsair.fr/aeroports/BA118.jpg
            .
            La dernière photo montre le prototype du Mirage 2000 01 , dans sa livrée bleu-blanc-rouge , au roulage probablement depuis le Bourget …

          2. Sur le Mirage 2000 01 , on peut facilement voir des missiles montés sous les ailes ; il s’agit très certainement de « maquettes » des Magic 550 I de combat rapproché et du Matra Super 530 F ( peint en bleu ) de 25 km de portée , tous deux missiles air-air .
            .
            Missile Matra Magic ( Missile Auto Guidé d’Interception et Combat ) R-550 Magic I :
            http://jcammo.com/wp-content/themes/directorypress/thumbs//mis-Micca.jpg
            .
            Missile Matra R-550 Magic II monté sur saumon d’aile Rafale M ( notez les encoches sur les empennages arrière qui différencient au premier coup-d’œil , la version II ( meilleure électronique ) de la I ) :
            http://www.ffaa.net/weapons/magic/images/magic-001.jpg
            .
            Missile R-530 des années 60/70 ( portée 15 km en mode guidage par RADAR ou 3 km en infra-rouge ) utilisé notamment sur Mirage IIIC :
            http://combatace.com/uploads/monthly_01_2014/post-15260-0-25841700-1391000337.jpg
            .
            http://combatace.com/uploads/monthly_01_2014/post-15260-0-01618600-1391000347.jpg
            .
            Son autodirecteur :
            http://www.satsouvenir.fr/img/pages/contrib%20originales/delteil/C8.JPG
            .
            Missile Super 530 F :
            http://freepages.military.rootsweb.ancestry.com/~otranto/fab/fotos/misseis/missil_super530.jpg
            .
            Missile Super 530 D ( D pour Doppler ) :
            http://combatace.com/uploads/monthly_01_2014/post-15260-0-30424100-1391000752.jpg
            .
            http://combatace.com/uploads/monthly_01_2014/post-15260-0-25642700-1391000746.jpg
            .
            Notez la taille d’apparence plus fine des longs appendices ( gyromètres ? ) servant à stabiliser l’engin …
            .
            Un mix des trois modèles pour bien visualiser les différences :
            http://mrsandj.sakura.ne.jp/ht/ckp/weapon/GGWP/kaisetu/aam/530.png

        2. La portée maximale du 530 D atteint 40 km .
          Tous trois sont à carburant solide et pèsent entre 195 kg ( R-530 ) et 270 kg ( Super 530 D ) .
          Selon Wikipédia :
          « Le Super 530 D possède une altitude maximum d’interception de 24 400 m. Sa capacité ascensionnelle est de 12 200 m et peut intercepter une cible à une altitude minimale de 60 m. La vitesse maximale du missile est proche de Mach 5 et son rayon d’action est de 40 km. Combiné au radar Cyrano IV, il permet capable d’aller chercher une cible hostile volant à Mach 3 à 60 000 pieds avec un dénivelé de plus 10 000 par rapport à l’intercepteur. »
          .
          Le remplaçant des Magic et Super 530 est le MICA ( Missile d’Interception de Combat et d’Auto-défense jusqu’à 80 km de portée ) décliné en plusieurs versions dont le MICA EM ( ElectroMagnétique ) ou IR ( Infra Rouge ) .
          .
          Le METEOR est le missile air-air longue portée ( plus de 100 km ) prévu pour compléter la gamme .

  15. Peu de candidats : F18 et Rafale M. Côté missiles, l’Inde sera déjà équipée des deux côtés, le Meteor pouvant s’inviter dans les prospects. Côté pod laser, il en faut un navalisable, et là aussi peu de candidats pour équiper ces deux avions.

  16. La France et Dassault ont fait une erreur monumentale, abandonner le Mirage 2000, ils auraient du faire une nouvelle version du Mirage 2000 avec un M88 11t (prévu pour M2000), un radar aesa rbe2, une version mini spectra, une recupération maximale des composant du rafale pour réduire les couts. LM n’a pas fait cette erreur avec le F16 et on a laissé le champ libre au gripen, le monomoteur est une version « light » du rafale. ca manque de jugeote chez Dasault

    1. Déposez votre CV chez DA, Ils envient votre perspicacité!
      Un avion plus petit aurait eu un rayon d action, un emport trop faibles par rapport aux exigences du moment. Le gripen se vend que pour des armées secondaires. Il valait mieux se positionner en haut de gamme. Et avec les bénéfices du Rafale réinvestis dans les futures tech, DA n a pas fini d’être leader européen.

      1. Le seul succès export du Gripen reste le Brésil, les autres clients s’équipent de micro-parcs quand ils ne les louent pas…

          1. Les brésiliens regrettent déjà leur choix précipité…
            Sinon, en dehors des 12 loués par la Rép. Tchèque et la Hongrie, le Gripen est aujourd’hui moins exporté en nombre d’unités que le Rafale (84 + 24 en option, contre 74).
            Et il n’est évidemment pas question des tranches supplémentaires que pourraient commander l’Inde.

    2. Voyons xXx ! Vous pensez qu’un constructeur comme Dassault peut maintenir indéfiniment un avion au catalogue comme ça juste pour attendre une éventuelle vente ? C’est pas possible ! Le Mirage 2000 ne se vendaient plus et le Rafale supplantait le Mirage 2000 dans tout les domaines ! (sauf peut être en vitesse de pointe) . Et de plus, la France et Dassault n’avaient plus les moyens même de développer à la fois le Rafale et un Mirage 2000 boosté ! Sachant que celui -ci allait devenir juste « un peu » moins chère qu’un Rafale ! Ne pas oublier que les dernières versions des Mirages 2000 coutaient déjà près de 60 Millions d’euros ! Bref, il faut être raisonnable car la France n’a pas le budget R&D des Etats-unis .

      1. Ca n’a jamais été le probleme quand les indiens ont demandé plus de mirage 2000 la production du rafale avait déjà commencé, dassault a répondu qu’il fallait deux ans pour relancer la ligne (comme aujourd’hui il faut 2 ans pour produire un rafale au normes indiennes). Les indiens ont alors répondu par le MCRAM ou je ne sais plus quoi.
        Le M2000 boosté, non il suffisait de reprendre les techno du raf pour les adapter sur m2000 rien de particulier.

        1. @Wagdoox.
          Apparemment, nous n’avons pas la même version de l’histoire concernant l’achat de Mirage 2000 indiens. En effet, l’Inde avait ENVISAGé d’achter des mirages 2000 supplémentaires sauf qu’il n’y avait déjà plus de Mirage 2000 sur la chaîne de montage et que l’Inde comme à son habitude avait beaucoup trop tardé à prendre une décision ! Du coup, quand ils se sont décidé : il était déjà trop tard ! La chaine des 2000 avait fermé et Dassault avait déjà concentré tout le travail de son bureau d’étude sur le Rafale.

          1. Non Dassault avait répondu pas de problème pour plus de mirage mais il faut le temps de relancer la production. C’est là que les indiens ont préféré prendre ce qui etait disponible et lancer l’appel d’offre. Le tout pour perdre 10 ans de plus …

      2. un M88 11 tonnes pour le mirage 2000, je vois pas comment les tailles sont pas du tout les memes avec le M53. d’ailleurs le nom du M88 c’est pour 8 tonnes sur deux réacteurs.
        Donc pas M1111 ou de M110. Mais il y a bien dans les cartons l’idée de faire du M53 un M53-PX3, reprendre les technologies d’économie du M88 pour les appliquées au M53.

    3. C’est dans l’esprit ce qui a été fait avec le Mirage 2000-9 et si le résultat est pas mal, ça n’a pas l’air particulièrement compétitif. Où on fait du low-tech ou du high-tech, mais il n’y a pas de place pour du presque high-tech.

      1. Mais c’était payé par le client, un détail qui a son importance.
        À part Textron avec son Scorpion, aucun constructeur ne construit plus d’avion de combat sur fonds propres, ça coûte trop cher!

    4. Cela n’a pas été un choix délibéré, mais juste la conséquence de l’absence de nouvelles ventes du Mirage 2000. Mais c’est vrai qu’il est fort dommage que Dassault ne se retrouve qu’avec un seul modèle d’avion haut de gamme alors qu’il aurait pu avoir également un avion moyenne gamme qui aurait pu trouver une autre clientèle que celle du Rafale. Fort heureusement le Rafale est un avion sans défaut rédhibitoire, sinon cela aurait pu entrainer la fin de l’aviation militaire chez Dassault et des conséquences fâcheuses pour l’armée de l’air et la Marine française. Devoir mettre touts les œufs dans le même panier, voir les difficultés du F-35, ce n’est pas forcément une bonne idée. C’est valable également pour d’autres matériels. C’est bien de vouloir faire des économies d’échelles et d’uniformiser les matériels, mais quand on se retrouvera avec un seul type de char, un seul type d’avion, une seul type de fusil … on risque de se retrouver avec des problèmes qui auraient pu se contourner avec différents choix de matériels existants et qui la ne le pourront plus.

      1. ca n’a rien de dramatique, je vous rappels que le mirage F1 a un moment été plus pour l’export que l’AdA qui plus tard a finit par pleinement adopter le F1.

    5. Donc si je vous suis bien Dassault aurait dû faire duMirage 2000 un Rafale….
      Sauf votre respect vous dites des âneries.
      Le M53 est plus puissant que le M88, mais bien plus gros. Donc, pour le 2000, à part en mettre 2 (de M88) je vois pas l’intérêt. Sans compter la refonte mecanique et aérodynamique que cela suppose. Et de se faire de l’auto-concurrence…
      M88 de 11 tonnes… c’est cela oui, bien sûr. On attend toujours le 9t….
       »Ça manque de jugeote » Réfléchissez un peu avant de vous montrer péremptoire…
      C’est comme la confiture hein…

        1. @wagdoox
          Non le M4000 n’est pas le papa du Rafale. Le Rafale a été le résultat d’études de plusieurs configurations (document présenté dans des Grandes Écoles et universités par un ingé de Dassault, il y a quelques années déjà)
          Le M4000 a été utilisé comme banc de test en vol pour les interactions canards/voilure, tout en sachant que ses canards n’étaient pas pilotés, ils étaient fixes en vol mais réglables au sol.

        1. Salut James! On se fait rare dans les coms de ce site mais c’est sympa de te croiser!

    6. Au pire, les indiens modernisent leurs M2000 actuellement et ne comptent donc pas les abandonner de sitôt… et les EAU chercheraient à revendre les leurs s’ils se décident un jour pour le Rafale. Ca ouvre des perspective pour une flotte mixte, à moindre coût, mais cohérente et probablement plus facile à vendre auprès de l’opinion que de diverger encore. Surtout si leur Tejas est en // un peu coaché pour essayer d’en faire qqchose de potable…
      Maintenant, si les choses étaient toujours logiques et allant droit au but en Inde, ils auraient déjà de quoi impressionner la Chine à mettre derrière la frontière, pas seulement des annonces, que les chinois auraient beau jeu de devancer en poussant leurs pions maintenant!

      1. Les premiers mirage 2000 Emirati sont à bout de souffle. S’ils doivent atterrir en Inde se sera avec le meme programme de remise à neuf que les mirages indiens. L’achat + remise en condition de la structure devrait rapprocher ces mirages du prix du Rafale neuf.
        (20 millions pour les 2000 d’occas et 50 pour la modernisation)

  17. Etonné de voir autant de messages pour une « NON information » ! En effet, on sait tous que l’Inde va commander d’autres Rafales mais on sait tous par expérience que le temps indien n’a strictement rien à voir avec le temps occidentale. Bref, il est encore beaucoup trop tôt pour s’emballer d’une éventuelle autre lot d’achat de Rafale indien surtout que les Indiens exigeront que les prochains lots aient un maximum de pièces « Make in India » comme l’a souligné Fralipoli. Bref attendons d’abord de voir comment TEAM Rafale va nouer des partenariats avec les industriels indiens (environ 2 ans) et seulement là, on pourra prendre au sérieux les éventuelles déclarations d’achats de futurs lots de Rafales car d’une part, les indiens auront déjà bien apprécié la bête avec les premiers exemplaires livrés (Unanimité des pilotes et de l’armée) et surtout l’industrie indienne sera en mesure de fabriquer quelques éléments du Rafale (pour avoir l’unanimité des politiques). En effet, en plus de l’orgueil indien, les politiques doivent donner aussi un maximum de gages à leur population en leur faisant participer à la construction de leur fleuron.

    1. @Jason Bourne:
      .
      Entendons votre pragmatisme au sujet du Rafale, mais observez que c’est surtout le besoin parallèle exprimé par l’IAF de monoréacteurs qui ne concernent pas le Rafale qui aura généré autant de commentaires 😉 !

    2. c’est juste que l’info nous donne l’occasion de parler d’un symbole industriel et militaire, comme le F35 ou le CdG.

  18. Pourquoi Dassault ne propose pas , au lieu des Rafale Make in India, un accompagnement pour revoir leur projet Tejas et le remettre en route, et au même temps leur vendre des rafales en quantité suffisante pour couvrir leur besoins ? cela soulagera les politiciens et les militaires…

        1. Si vous en venez à « dramatiser » aussi facilement, je comprends mieux votre première qui était donc à lire au 1er degré, fred06 😉 …

    1. je suis d’accord, ils doivent le tapper la tete sur tout les murs ayant pourtant fait un travail remarquable. La stratégie des indiens est tellement frustrante que meme si on sait qu’on a de grandes chances que tout ce termine bien on devient dingue !!!

      1. @wagdoox:
        .
        Observez juste qu’il est déjà question pour les indiens d’une délégation dite de « haut niveau » (dont nous entendrons forcément parler le moment venu…) qui devrait prochainement venir à Mérignac pour commencer à négocier une seconde tranche de 36 Rafale qui seraient assemblés en Inde (avec une perspective annoncée par le CEMAA indien de 200 à 250 Rafale à terme…).

        1. Je remets pas en cause les succès des commerciaux ! Je dis simplement que même en réussissant il y a de quoi devenir marteau ! Cette histoire remonte quand même aux annees 2000, l’appel d’offre a commencé en 2009 (?), puis 2012 et 2016.

  19. Sachant que le Rafale a le même rayon d’action que le PAK-FA (le russe pèse quasi le double à vide) et un emport assez proche,
    Est-ce possible que l’ avion français, grâce à ses performances, cannibalise un AMCA certainement décevant et fort coûteux en rapport à ses plus values?

    1. ou là ! Le T50 peut prendre 20 t (en proportion du poids a vide le rafale est toujours devant mais c’est un furtif passif), l’autonomie est inférieur mais le T50 n’a toujours SON réacteur l’actuellement c’est une version améliorée du réacteur du SU30 qui l’équipe. Puissance et atonie devront être au rendez-vous si non, vous l’avez dit vous meme le T50 n’aura pas de justification avec un rafale moins cher et presque aussi capable.

    2. L’Inde s’attache à deux fournisseurs à l’Est et à l’Ouest. Et comme le fournisseur à l’Est ne peut être la Chine…

    3. @Si vis petroleum, para bellum:
      .
      Avant de le juger et de préméditer qu’il sera « certainement décevant et fort coûteux en rapport à ses plus values », attendons de voir voler l’AMCA à l’horizon 2025.

    4. Il faut comparer ce qui est comparable. Le rafale F3 est un avion omni-rôle combat-proven. Le PAK-FA est le nom de code du FUTUR avion de combat de 5ème génération Russe.
      .
      En outre, Rafale et T-50 ne joue pas (du tout) dans la même cours. Le T-50 doit remplacer les Su-30 MKI sur le segment chasseur lourd. Chsseur lourd que N’est PAS le Rafale.
      .
      En synthèse, attention avant de parler d’avion « certainement décevant et fort coûteux en rapport à ses plus values ».

    5. @ Si vis petroleum, para bellum
      .
      « Sachant que le Rafale a le même rayon d’action que le PAK-FA »
      .
      Et dites moi quel est le rayon d’action du Rafale avec sources officiels et précision svp ? … celui du PAK/FA également (tant qu’à désinformé …) ?

      1. Rayon d’action en tout cas plus important qu’un certain « p’tit gros poussif » ! …Hi Hi Hi !!! MDR

Les commentaires sont fermés.