Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu reçu à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov »

haftar-20150303La situation politique en Libye est compliquée. En 2014, alors que les libéraux venaient de remporter les élections législatives organisées en juin, le Parlement sortant [le Congrès général national, ndlr], dominé par les islamistes, refusa les résultats du scrutin et apporta son soutien à un gouvernement installé à Tripoli. Dans le même temps, l’assemblée élue se replia à Tobrouk, où un autre gouvernement fut formé avec le soutien de la communauté internationale.

Par la suite, ces deux camps rivaux s’affrontèrent, ce qui laissa le champ libre à la branche libyenne de l’État islamique (EI), qui s’empara de la ville de Syrte. Puis, sous l’égide des Nations unies, un accord fut signé en décembre 2015 afin de mettre en place un gouvernement d’union nationale, conduit par Fayez al-Sarraj et reconnu par la communauté internationale (du moins en théorie).

Mais, pour des raisons liées à l’avenir du maréchal Khalifa Haftar, le chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), également engagée contre les jihadistes implantés dans la région de Benghazi, le Parlement de Tobrouk refusa de reconnaître ce nouveau gouvernement, entré en fonction, à Tripoli, en mars 2016. Et ce dernier, avec le soutien des puissantes milices de Misrata, chassa l’EI de Syrte, avec l’appui des États-Unis.

Cela étant, les relations entre les deux gouvernements rivaux ne sont pas prêtes de s’améliorer, le maréchal Haftar ayant lancé, en décembre, une opération visant à « nettoyer » le sud du pays de la présence des groupes jihadistes et (surtout) de celle des milices, dont celles de Misrata. À noter que pour le chef de l’ANL, les « Frères musulmans », qu’il qualifie de terroristes, comme le président égyptien, le maréchal al-Sissi, auraient trop d’influence sur le gouvernement d’union nationale.

Comme la Jordanie, l’Égypte et les Émirats arabes unis (ces derniers disposent même d’une base dans l’est de la Libye), la Russie a choisi son camp en soutenant ouvertement le maréchal Khalifa Haftar, lequel enchaîne, depuis plusieurs mois maintenant, les contacts avec les responsables russes.

En novembre, le maréchal Haftar, dont on aurait pu penser qu’il cultivait une relation étroite avec les États-Unis (et la CIA), où il vécut en exil pendant les années Kadhafi, est revenu de Moscou avec la promesse d’une aide militaire russe dans le cas où l’embargo de l’ONU sur les armes serait levé.

Signe de ce soutien de Moscou, le maréchal Haftar a été reçu, le 11 janvier, à bord du porte-avions russe « Amiral Kuznetsov », qui croisait alors au large de Tobrouk, après un déploiement de deux mois en Méditerranée orientale, en soutien aux opérations menées en Syrie.

« Le 11 janvier 2017, le commandant de l’Armée nationale libyenne, le maréchal Khalifa Belqasim Haftar, est monté à bord du porte-avions russe Amiral Kuznetsov, qui regagne son port d’attache en Russie accompagné par son groupe aéronaval », a en effet indiqué un communiqué du ministère russe de la Défense.

Et le texte de préciser que le chef de l’ANL en a profité pour s’entretenir par visioconférence avec le ministre russe de la Défense, Sergeï Choïgou, pour aborder des « questions urgentes relatives à la lutte contre les groupes terroristes internationaux au Moyen-Orient. »

Début janvier, dans un entretien donné au quotidien italien Il Corriere della sera, le maréchal Haftar avait assuré que le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, agirait pour obtenir la levée de l’embargo sur les armes, ce qui ouvrirait ainsi la voie à une aide militaire russe à ses troupes.

« Nous sommes en guerre, les questions de sécurité ont la priorité. Ce n’est pas le moment opportun pour la politique. Nous devons nous battre pour sauver notre pays des islamistes extrémistes », avait expliqué le maréchal Haftar, au sujet de sa relation avec le GNA. « J’ai commencé à parler avec Serraj il y a deux ans et demi. Sans résultat concret. Une fois que les extrémistes auront été vaincus nous pourrons commencer à parler de démocratie et d’élections. Mais pas maintenant », avait-il ajouté.

En outre, pour le maréchal Hafter, ce n’est pas le chef du GNA qui poserait problème. Mais son entourage. « Je n’ai rien personnellement contre Serraj. Ce n’est pas lui le problème, ce sont ceux qui l’entourent », avait-il confié au journal italien.

38 commentaires sur “Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu reçu à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov »”

    1. @Elmin:
      .
      Oui, cette formulation peut effectivement laisser entendre à Haftar « non reconnu » (voire incognito) à bord du Kuznetsov 🙂 …
      La lecture de l’article dissipe tout malentendu.

    2. Vous voulez dire… Que vous avez cru que le chef du gouvernement libyen n’avait pas été reconnu par les marins du Kouznetsov ??? Lol

  1. Notons la bonne nouvelle du probable réembarquement des Su-33 et Mig-29K du Kuznetsov (et donc de ses brins d’arrêt réparés…) qui donc sur le chemin du retour aura au moins servi à quelque chose d’utile avec cette visite certes symbolique d’Haftar.
    .
    De toutes les personnalités politiques libyennes, Haftar reste certainement le plus allergique aux islamistes. Rappelons que le soutient russe ne fait que suivre les soutiens US, français et évidemment égyptiens et qataris à Haftar.
    .
    La présence d’Haftar sur le Kuznetsov ne fait qu’officialiser le soutient russe là où les autres soutiens restent officieux pour éviter tout impaire diplomatique Libye avec le gouvernement de coalition inclus dans l’actuel processus soutenu par l’ONU.
    – Souvenons-nous du « scandal » de la présence révélée en Libye d’agents de la DGSE embarqués dans un hélicoptère des forces d’Haftar abattu du côté de Benghazi…
    .
    Sinon le Kuznetsov devrait également entrer dans une longue refonte visant notamment à changer sa propulsion.
    Ce qui nous rappelle que nous ne devrions pas tarder à être informés de l’entrée en ATM du PAN Charles-de-Gaulle pendant 15 mois, suivis de 3 mois d’essais, et donc indisponible de février 2017 à aout 2018 inclus.
    .
    De 2017 à 2018, le continent européen ne comptera plus que les Cavour, Garibaldi et Juan Carlos en guise de porte-avions…

    1. @zayus
      non pas les qataris, au contraire ils sont plus proches des milices de misrata. Les émirats arabes unis font partis sur le dossier libyen de l’axe la caire moscou.

    2. autant dire les transports d’aviation, ce sera plus conforme à la réalité opérationnelle 🙂

      1. @ cipal : réalité opérationnelle que vous avez pu suivre de très près je suppose, pour pouvoir la qualifier comme vous le faites ?

  2. la Libye est l’exemple même de l’opération sans queue ni tête !
    avant de dézinguer le régime, personne n’ a réfléchi à l’état final à obtenir et on s’est contenté de rouler des épaules à bon compte.
    pour en revenir à mon introduction, tout ça par ce que Khaddaffi voulait empapaouter M. le neveu !

    1. Reconnaissons que dans le dossier libyen, Poutine est plus perspicace et pragmatique que vous revnonausujai qui restez figé sur le passé en 2011 (ça fait déjà 6 ans…) 😉 !
      .
      Il est certain que quand la Libye retrouvera une stabilité politique qui pourrait passer par la constitution d’un état fédéral à l’échelle de ses 3 principales provinces, la fin du régime de Kadhafi sera perçue comme une étape déterminante d’un pays qui ne pouvait plus rester sous le joug d’un système ancestral qui voyait le dictateur libyen régner sur les divisions tribales libyennes.

        1. Croyez-vous vraiment qu’il n’y a plus de rivalités entre les tribus traditionnelles de la péninsule arabique 🙂 ?
          .
          Dans le cas libyen la sécession fait aussi partie des options à venir, mais observez néanmoins l’application d’Haftar à chasser les GAT dans le sud du pays… Ce n’est pas le signe d’un responsable politique (enfin plutôt militaire) qui voit la Libye à l’échelle de sa seule province d’origine…

          1. @zayus
            Pour l’instant haftar occupe tout l’espace « médiatique » mais derrière lui; il y a le gouvernement (élu) de Tobrouk qui représente l’intégralité du territoire libyen mais qui ne représente pas l’intégralité des intérêts libyens.
            Je pense qu’on y verra plus clair quand ces politiques derrière haftar seront audibles.
            Il faut se rappeler qu’haftar est opposé à sarraj (gna) parce qu’on lui a refusé le poste de ministre de la défense. Si le gna arrive à s’affranchir des milices islamistes des ouvertures sont possibles.

          2. Il est très possible qu’Haftar finisse par s’asseoir dans le fauteuil de Kadhafi ; tout comme Sissi en Egypte s’est assis tranquillement dans le fauteuil de Moubarak. Autant prendre date dès maintenant.

            La solution fédérale se heurtera violemment au problème du pétrole et de la répartition des bénéfices – comme dhab.

          3. @jyb:
            .
            Espérons que ce soit le scénario que connaitront la Libye et Haftar, mais sana aller jusqu’à parler d’un ascendant, les islamistes restent encore très influents sur le GNA.
            .
            @Vince:
            .
            La représentation des différentes composantes disons « régionales » libyennes dans ce gouvernement d’union pourrait calmer les ardeurs plus ou moins autonomistes…

      1. connaître le passé, c’est d’abord éviter dans reproduire les erreurs; ceux qui en font table rase, peuvent toujours chanter l’internationale, on voit où ça mène !
        Comme l’écrit Alexis de Tocqueville, « le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres ».

        vous avez bien raison de parler au conditionnel de l’avenir libyen.
        Il n’empêche que l’intervention a conduit à un ratage d’envergure et que le moins qu’on puisse en dire, c’est qu’il serait bon d’en tirer les leçons pour ne pas recommencer une telle connerie !
        quant au fait que Khaddaffi (ou ses héritiers )maintiennent ou non « le joug d’un système ancestral qui voyait le dictateur libyen régner sur les divisions tribales libyennes. » on n’en avait strictement rien à battre. au contraire , notre intérêt était que Khaddaffi:
        1. continue à jouer contre les mouvements islamoterroristes,
        2 empêche les hordes de clandestins de traverser vers le continent européen
        certes, ça nous aurait couté quelques prébendes mais ça valait largement toutes les entorses aux drouâtdeloms en Libye.
        au passage , le régime de Khaddaffi, n’avait rien d’ancestral; la Libye est une création de la colonisation italienne; sous les ottomans, Tripolitaine et Cyrénaique étaient des provinces, puis fugacement, des états distincts

        1. @revnonausujai:
          .
          L’Empire Ottoman et la colonisation italienne s’étaient également appuyés sur les tribus libyennes dont la constitution en tant que telles remonte au XIe siècle après le replis relatif du Califat abbasside…
          .
          Au regard de votre méconnaissance de l’histoire en tout cas libyenne, vous n’avez pas vraiment beau jeu d’introduire votre commentaire par :
          « …connaître le passé, c’est d’abord éviter dans reproduire les erreurs; ceux qui en font table rase, peuvent toujours chanter l’internationale, on voit où ça mène !
          Comme l’écrit Alexis de Tocqueville, « le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres »…. »
          .
          .
          Kadhafi serait toujours au pouvoir s’il avait été soutenu par sa population.
          Il n’avait que régner sur l’équilibre précaire qu’il lui même instauré…
          Or, le monde n’est pas figé comme l’aura constater avec « ses » tribus…
          .
          Malgré l’abandon d’une Libye livrée à elle-même et le désir de ne pas reproduire en Libye une ingérence telle que celle des USA avec Bremer « gouverneur » d’Irak, l ‘intervention occidentale est tout sauf un ratage d’envergure.
          .
          – 1 – Ça reste un succès sur le plan militaire avec la protection des populations civiles avec
          – 2 – la destitution de Kadhafi en bonus.
          N’oublions pas Kadhafi est responsable d’attentat contre la France.
          C’est également un aspect de l’histoire à ne pas oublier
          – 3 – Depuis presque 6 ans, la Libye s’est vu épargnée de connaitre une guerre civile aussi fratricide et meurtrière que la Syrie.
          .
          La future stabilisation politique relativisera la nostalgie du criminel qu’était Kadhafi…

          1. Et le pays qui avait le niveau de vie le plus élevé d’Afrique est redevenu un pays du tiers monde.
            Ce n’est pas un ratage, pas du tout.
            Sans compter les hordes d’immigrants qui travaillaient en Libye et qui maintenant nous envahissent.
            L’autosatisfaction des petits blancs, toujours risible.
            La dernière mode chez les idéologues, c’est de diviser les états en fédérations, confédérations et autres.
            « Qu’en pense le citoyen syrien ou libyen ? »
            « Mais , monsieur, on s’en fiche de ce qu’il pense ou veut, on est les rois du monde, on décide, les autres obéissent ! »
            Décadence de la pensée occidentale.

          2. @ Zayus : qualifier la destruction de la Libye de succès militaire, c’est particulièrement cynique dans la mesure où il s’est agi effectivement d’une destruction systématique de toutes les infrastructures d’un pays, par des forces 100 fois supérieures qui savaient très bien n’avoir en face strictement aucune opposition. On appelle cela du massacre pur et simple. Quant aux dizaines de milliers de civils libyens qui ont péri au cours de cette destruction systématique et planifiée, effectivement ils sont maintenant protégés : sous quelques mètres de terre. Cynisme, encore. Et tout cela parce qu’il fallait simplement, mais à tout prix, assassiner Kadhafi ! Quelle bravoure pour les destructeurs, quelle opération nette et sans bavure, quel succes. L’une des choses les plus cyniques de l’affaire, c’est qu’il y avait en sous-main, un prix Nobel de la paix récent qui était à la manœuvre et qui avait lancé le début des réjouissances en faisant lâcher 400 missiles de croisière sur ce pauvre pays… en comparaison, l’Arabie Saoudite qui livrait courageusement et de nuit les bombes en toute discrétion, n’était encore que des gamins…

          3. @aleksandar:
            .
            Mais êtes-vous à ce point naïfs pour croire que ce sont des Rafale, F-16 et F-18 qui depuis le ciel libyen auront destitué la Libye.
            .
            Vous évoquez « le niveau de vie le plus élevé d’Afrique », mais le rapport population/recettes pétrolières n’est en rien synonyme d’un régime apprécié.
            La Libye avait d’importantes recettes pétrolières pour une population d’à peine 6 millions d’habitants.
            .
            Ce « niveau de vie le plus élevé d’Afrique » démontre au contraire que « l’argent ne fait décidément pas le bonheur » et ça n’aura pas empêché l’essentiel de la population libyenne de se soulever contre Kadhafi.
            .
            Alors oui, nous subissons les hordes de migrants mais observez paradoxalement qu’elles autant par la Turquie dont l’état fonctionne.
            Cet argument n’est donc pas recevable, d’autant plus qu’il est impossible si Kadhafi aurait bloqué ces vagues migratoires.
            La Libye suit le cours de son nouveau destin depuis sa révolution et c’est croire

          4. @aleksandar:
            .
            La Libye suit le cours de son nouveau destin depuis sa révolution et c’est croire à l’incapacité du peuple libyen à surmonter ses divisions qui est synonyme de condescendance de « petits blancs » comme vous aimez à le dire et qui illustre une certaine décadence de la pensée occidentale par ce mépris des peuples arabes que vous affichez inconsciemment.
            .
            Je vous repose ma question mal formulée en début de réponse:
            – Êtes-vous à ce point naïf pour croire que ce sont des Rafale, F-16 et F-18 qui depuis le ciel libyen auront destitué Kadhafi ?
            .
            Arrêtez de prendre les libyens pour des buses, aleksandar.

          5. @jacques29:
            .
            Avec des propos du genre:  » destruction systématique de toutes les infrastructures d’un pays… forces 100 fois supérieures… dizaines de milliers de civils libyens qui ont péri au cours de cette destruction systématique et planifiée… la manœuvre et qui avait lancé le début des réjouissances en faisant lâcher 400 missiles de croisière sur ce pauvre pays… » etc.,
            vous êtes plus que caricatural en énonçant des contrevérités dans la lignée de votre posture vouée à la désinformation.
            .
            .
            – 1 – Si « 400 missiles de croisières » avaient été lâchés « sur ce pauvre pays, ne dites pas qu’il n’y avait « en face strictement aucune opposition »…
            Dans les faits ce furent 124 Tomahawk et 22 SCALP qui auront été tirés en Libye tout au long de campagne de mars à octobre 2011.
            .
            – 2 – Ces missiles de croisières ciblaient les infrastructures militaires, pas civiles tel que vous le laissez entendre, avec prioritairement le réseaux de défenses antiaériennes et les bases aériennes libyennes.
            Les infrastructures économiques, pétrolières, ferroviaires et routières n’ont jamais été ciblée par elles-mêmes.
            .
            – 3 – Quant aux forces 100 fois que vous évoquez non seulement le chiffre 100 n’a évidemment pas d’autre valeur que celle de l’image symbolique mais concrètement la force aérienne était la 3e du contient africain après celles de l’Égypte et de l’Algérie.
            Le potentiel Libyen était de 820 avions de combat même suivant leur niveau de maintenance (260 MiG-23, 181 L-39, 169 MiG-21, 68 MiG-25, 65 Mirage 5, 46 Tu-22 et 38 Mirage F1…).
            .
            Un potentiel de 820 avions de combat auquel la coalition international aura de mars à octobre 2011 opposé 204 appareils (France: 54, USA: 41, RU: 26, Italie: 16, EAU: 12, Suède: 8, Canada: 7, Pays-Bas, Belgique, Norvège, Turquie, Qatar: 6 et Danemark et Espagne: 4…).
            .
            La révolution libyenne aura de 2011 à 2014 année d’un premier gouvernement d’union reconnu par l’ONU généré 12 000 victimes dont au moins 5000 insurgés contre au moins 1600 soldats de l’armée de Kadhafi.
            Nous sommes donc très loin des « dizaines de milliers de civils libyens » que vous citez.
            .
            Il y eu cependant des victimes collatérales des raids aériens de la coalition :
            https://fr.sputniknews.com/opinion/20120514194697196/
            .
            Mais en dehors de votre constante mauvaise foi, vous savez très bien qu’une guerre avec zéro mort côté civil est impossible et quand vous évoquez :
            « des forces 100 fois supérieures qui savaient très bien n’avoir en face strictement aucune opposition. On appelle cela du massacre pur et simple. Quant aux dizaines de milliers de civils (…) qui ont péri au cours de cette destruction systématique et planifiée, effectivement ils sont maintenant protégés : sous quelques mètres de terre. Cynisme, encore. (…) Quelle bravoure pour les destructeurs, quelle opération nette et sans bavure, quel succes. »
            .
            J’ai envie de vous renvoyer presque mot pour mot à l’action russe en Syrie sur les quartiers Est d’Alep
            .
            « … Et tout cela parce qu’il fallait simplement, mais à tout prix, assassiner Kadhafi !  »
            Kadhafi a eu le sort qu’il a provoqué, vous pouvez vous apitoyer sur le sort de celui qui finalement aura été un abruti abattu à coup de caillasse comme un chien, mais je n’oublie pas les victimes françaises du vol UTA.
            .
            On a bien compris que vous n’avez rien foutre des victimes françaises des attentats quelle que soit leur origine.
            .
            .
            Enfin pour conclure, sur le plan strictement militaire, je confirme que les opérations combinées Harmattan (France), Ellamy (RU), Odyssey Down (USA/OTAN), Mobile (Canada) et Unified Protector (USA/OTAN), furent un rapide succès militaire initié par la France démontrant une excellente inter-opérabilité des forces franco-britanniques et alliées.
            .
            Vous pouvez continuer à ronchonner, mais les faits sont tenaces 🙂 …

      2. «  » » qui ne pouvait plus rester sous le joug d’un système ancestral qui voyait le dictateur libyen régner sur les divisions tribales libyennes. » » »

        c’est quand même fou ça! et si cela leur plait de se foutre sur la tronche pour 15 palmiers ! leur calendrier en est à l’année 1438. et je peux vous mettre une chanson béarnaise qui met en scene l’histoire de l’affrontement pour un pacage d’altitude entre la « tribu » des ossalois et les « tribu » des aspois. Et chaque année il y a encore une cérémonie dite de Roncal entre la ville de jaca et la vallée d’aspe pour mettre fin à des conflits vieux de 1000 ans !
        ( je suis pas en colere, c’est juste une remarque sur notre supériorité d’homo occidentalis que l’on voudrait voir régner sur terre)

        1. @jean pierre:
          .
          Les nazis prévoyaient une Europe découpée en ethnies proches des divisions tribales antiques…
          Quant on voit certains nationalismes régionaux on se dit que la mentalité tribale n’est pas si loin que ça des esprits occidentaux 🙂 !

    2. Vous pensez qu’en 1945 on avait prévu un plan pour l’Allemagne? Vous avez vu le bordel de l’occupation soviétique ou une capitale enclavée divisé en 4, des zones de contrôles à l’Ouest?
      Il faut du temps et aujourd’hui ou tout va tellement vite, on souhaite changer un pays en 6 mois.
      Combien de temps les effets de la révolution de 1789 ont continués? 6 mois et c’était la fête partout?
      Non des années d’instabilité, une autre révolution, l’arrivée de Napoléon et des années de guerres dont on a encore des traces.
      L’erreur et de penser qu’on peut changer un pays qui a vécu pendant 50 ans sous un régime en l’espace de quelques mois, voir quelques années.Après chaque révolution, il y en a toujours une autre qui règle les problèmes de la première.La vraie révolution libyenne qui marquera le début du renouveau de ce pays, elle se déroule maintenant, l’autre ne servait qu’a éliminer le problème structurant du pays.

        1. @claude:
          Kadhafi s’il avait été soutenu par son peuple et s’il n’y avait pas eu de révolution en Libye, serait encore au pouvoir malgré les raids aériens occidentaux de 2011.
          Disons que sa « fuite de Varennes » aura été plus rapidement tragique pour le potentat libyen…

      1. eh bien oui justement, l’ occupation de l’Allemagne avec 4 zones et une occupation de la capitale par les 4 alliés avait été prévue et discutée aux conférences de Marrackech et Yalta; pour votre gouverne , et puisque vous semblez l’ignorer, il en a été de même pour l’Autriche et Vienne !
        des discussions avaient même porté sur le fait ou non de démembrer l’Allemagne en plusieurs états indépendants et sur les modifications de frontière russo-polonaise et germano-polonaise
        ce qui n’avait pas été prévu, par ce que Roosevelt faisait éxagérement confiance à Staline, c’est la manière dont celui-ci allait traiter les pays libérés par l’armée rouge.

  3. Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu * à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov »

    Même réflexion de ma part : il manque le mot « reçu » dans le titre.

  4. Bizarrement que l’Egypte et les Emirats soutiennent un gouvernement A que l’arabie saoudite soutient un gouvernement B, je choisirais le A. Pauvre France.

  5. embargo sur les armes !?
    donc l’année dernière, la russie aurait des livré « caisses » à l’égypte sur l’aérodrome de sidi barrani.
    Drôle d’endroit.

  6. Alors à quand la cession et la création d’une base aéronavale russe à Tobrouk, Benghazi ou un autre port Libyen? Avec des S 300 et des Iskanders pour assurer sa protection?

    1. @MD:
      .
      Les russes ont ce qu’il leur faut en Syrie qui finalement leur apparait bien plus stable depuis plus 60 ans que la Libye…
      Posez-vous plutôt la question sur le fait qu’il n’y ait pas de bases russes en Algérie et surtout en Égypte 🙂 !!!

  7. Le titre est effectivement assez confus…
    « Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov » »
    Personne n’a reconnu le type qui est monté incognito dans le PA c’est ça ? 😛

  8. Gouvernement non reconnu par  »les hommes internationaux  » mais reconnu par les libyen…..

  9. Me a la bonne vision: les russes vont se positionner en Libye à côté de l egypte qu ils courtisent aussi et ainsi auront un autre accès à la Méditerranée sans parler de l Algérie où ils travaillent depuis longtemps. Le porte avions est un outil de positionnement et d influence pour eux aussi et c est aussi dans ce cas un porte missile…le notre va en hyper …la série mistral de bpc est helas sous armee et quasiment sans hélico en propre…les égyptiens vont avoir 52 Kamov pour les leurs. …

    1. « sans parler de l Algérie où ils travaillent depuis longtemps. »
      Niet tovaritch. Les russes n’ont JAMAIS eu de base en Algérie.
      Il y a un nombre réduit de personnels techniques russes détachés pour la maintenance ponctuelle de certains matériels et quasiment pas de formateurs russes chez nous , car nos formateurs algériens se forment en Russie.
      C’est tout.
      Ceci dit nous avons des accords a portée *stratégique* avec la Russie dont l’existence est publique mais le contenu confidentiel.

Les commentaires sont fermés.