Archives quotidiennes : Jeudi, 12 janvier, 2017

En 2016, la force française Barkhane a mis hors de combat 150 terroristes

À la veille du sommet Afrique-France, qui se tiendra les 13 et 14 janvier à Bamako, l’État-major des armées (EMA) a donné le bilan de l’opération Barkhane pour l’année 2016. Dans son dernier rapport sur la situation au Mali, diffusé en octobre, le secrétaire général des Nations unies, qui était alors Ban Ki-moon, avait fait

La corruption fragilise l’armée nationale afghane

L’inspecteur général du service américain chargé de surveiller les efforts pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR), John Sopko, n’est pas du genre à manier la langue de bois et à prendre ses désirs pour des réalités. En clair, il ne cherche pas à plaire et dit les choses telles qu’elles sont. Et ses dernières déclarations

Mali : L’un des « cerveaux » présumés de l’attentat de Grand Bassam arrêté par la force Barkhane

Le 13 mars 2016, trois hommes armés tuèrent 19 personnes, dont 4 ressortissants français, à Grand Bassam, une station balnéaire proche d’Abidjan. Cette attaque, la première du genre en Côte d’Ivoire, fut revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en représailles de l’opération Barkhane, menée par la France dans la bande sahélo-saharienne. Depuis, plus d’une

Policiers, gendarmes et militaires de Sentinelle soumis aux mêmes règles pour l’usage de leurs armes

Le Parlement discutera, d’ici la fin de ce mois, d’un projet de loi relatif à la sécurité publique, présenté le 21 décembre par Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas, respectivement ministres de l’Intérieur et de la Justice. Ce texte doit compléter les dispositions de la loi du 3 juin 2016 portant sur la lutte contre

Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu reçu à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov »

La situation politique en Libye est compliquée. En 2014, alors que les libéraux venaient de remporter les élections législatives organisées en juin, le Parlement sortant [le Congrès général national, ndlr], dominé par les islamistes, refusa les résultats du scrutin et apporta son soutien à un gouvernement installé à Tripoli. Dans le même temps, l’assemblée élue