Pour le Pentagone, l’essaim de drones est une capacité militaire pleine de promesses

perdix-20170110

Si vous commettez l’inprudence de vous en prendre à un nid de frelons, alors vous n’avez qu’une seule chose à faire : prendre vos jambes à votre cou pour échapper à la nuée d’insectes qui ne vous pardonnera pas de les avoir dérangés.

Le principe de l’essaim de mini-drones que vient de tester avec succès le service des capacités stratégiques (SCO) du Pentagone est, en quelque sorte, inspiré du nid de frelons. En clair, il s’agit de miser sur le nombre pour submerger les défenses de l’adversaire en larguant des engins qui, grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, sont capables d’agir collectivement.

Ainsi, en octobre, trois avions F/A-18 Super Hornet de la Naval Air Weapons Station de China Lake ont largué un essaim de 103 mini-drones Perdix de 16 cm de long, développés par des élèves ingénieurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Lors de cet essai, ces petits engins ont réussi à adapter leur comportement en fonction des aléas de la mission, formant ainsi un « organisme collectif, partageant un cerveau commun ».

Une fois libérés de leur nacelle, les mini-drones se sont rassemblés à un point donné avant d’enchaîner sur 4 missions différentes, dont trois ont consisté à planer au-dessus d’une cible et un à former un cercle de 100 mètres de large dans le ciel.

« Parce que chaque Perdix communique et collabore avec chacun de ses homologues, l’essaim n’a pas de leader, et peut s’adapter en douceur, si un nouveau drone rejoint le groupe, ou si au contraire un drone le quitte », a expliqué William Roper, le patron du SCO, un organisme créé en 2012 par Ashton Carter, alors qu’il était le numéro deux du Pentagone.

Peu coûteux, les drones Perdix sont conçus en fibre de carbone et d’un matériau composite à base de Kevlar. Leur moteur est alimenté par une batteire Lithium-Polymère. Ils peuvent être partiellement fabriqués en utilisant une imprimante 3D.

Pour le Pentagone, cet essaim de mini-drones ouvre la voie à la conception d’un nouveau type d’armement « prometteur ». En effet, les applications sont nombreuses : tromper et satuter les défenses aériennes adverses, brouiller (ou relayer) les communications, surveiller une zone en particulier, collecter du renseignement ou bien encore, avec des charges explosives, attaquer une unité ennemie.

Ce principe d’essaim de drones intéresse également l’US Navy, qui a lancé le programme LOCUST (Low-Cost UAV Swarming Technology), avec l’objectif d’acquérir la capacité de « submerger de façon autonome un adversaire. »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de nonmaisdisdonc

    • de tschok

  2. de PE

  3. de Orion

  4. de Waernuk

    • de Spls

    • de Raphael

      • de Waernuk

        • de Specht

    • de Nike

    • de Fafou

  5. de Duc d'Orléans

  6. de Le Suren

    • de Jak0Spades

      • de Caton

        • de ruffa

    • de wagdoox

    • de Raphael

  7. de Thaurac

  8. de tschok

    • de Garance

      • de Dommage

    • de Nihilo

      • de tschok

    • de wagdoox

    • de Orion

      • de tschok

  9. de batgames

    • de Romain

  10. de Logos

  11. de wagdoox

  12. de Titeuf

  13. de olav

  14. de Parabellum

  15. de Parabellum

  16. de Thaurac

  17. de HighTec

  18. de ScopeWizard

    • de Orion

  19. de Titeuf

  20. de trambert

  21. de EricD

  22. de Rhume des foins

  23. de Lagaffe

  24. de Clavier

  25. de Thaurac

    • de wagdoox

    • de ScopeWizard

        • de ScopeWizard

    • de Waernuk

  26. de Fafou

    • de Jak0Spades

    • de wagdoox

  27. de lambda

  28. de Lagaffe

  29. de Clavier