Pour le Pentagone, l’essaim de drones est une capacité militaire pleine de promesses

perdix-20170110

Si vous commettez l’imprudence de vous en prendre à un nid de frelons, alors vous n’avez qu’une seule chose à faire : prendre vos jambes à votre cou pour échapper à la nuée d’insectes qui ne vous pardonnera pas de les avoir dérangés.

Le principe de l’essaim de mini-drones que vient de tester avec succès le service des capacités stratégiques (SCO) du Pentagone est, en quelque sorte, inspiré du nid de frelons. En clair, il s’agit de miser sur le nombre pour submerger les défenses de l’adversaire en larguant des engins qui, grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, sont capables d’agir collectivement.

Ainsi, en octobre, trois avions F/A-18 Super Hornet de la Naval Air Weapons Station de China Lake ont largué un essaim de 103 mini-drones Perdix de 16 cm de long, développés par des élèves ingénieurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Lors de cet essai, ces petits engins ont réussi à adapter leur comportement en fonction des aléas de la mission, formant ainsi un « organisme collectif, partageant un cerveau commun ».

Une fois libérés de leur nacelle, les mini-drones se sont rassemblés à un point donné avant d’enchaîner sur 4 missions différentes, dont trois ont consisté à planer au-dessus d’une cible et un à former un cercle de 100 mètres de large dans le ciel.

« Parce que chaque Perdix communique et collabore avec chacun de ses homologues, l’essaim n’a pas de leader, et peut s’adapter en douceur, si un nouveau drone rejoint le groupe, ou si au contraire un drone le quitte », a expliqué William Roper, le patron du SCO, un organisme créé en 2012 par Ashton Carter, alors qu’il était le numéro deux du Pentagone.

Peu coûteux, les drones Perdix sont conçus en fibre de carbone et d’un matériau composite à base de Kevlar. Leur moteur est alimenté par une batterie Lithium-Polymère. Ils peuvent être partiellement fabriqués en utilisant une imprimante 3D.

Pour le Pentagone, cet essaim de mini-drones ouvre la voie à la conception d’un nouveau type d’armement « prometteur ». En effet, les applications sont nombreuses : tromper et saturer les défenses aériennes adverses, brouiller (ou relayer) les communications, surveiller une zone en particulier, collecter du renseignement ou bien encore, avec des charges explosives, attaquer une unité ennemie.

Ce principe d’essaim de drones intéresse également l’US Navy, qui a lancé le programme LOCUST (Low-Cost UAV Swarming Technology), avec l’objectif d’acquérir la capacité de « submerger de façon autonome un adversaire. »

61 commentaires sur “Pour le Pentagone, l’essaim de drones est une capacité militaire pleine de promesses”

    1. Oui, comme vous dites.
      .
      Ou plutôt: il va devenir de plus en plus difficile de prétendre que la guerre est un art. Le mot « art » implique une vision du genre humain qui suppose sa primauté sur la nature, ou à tout le moins qu’il ait une emprise sur elle, ou ne serait-ce qu’une action.
      .
      Au panthéon de Rome est gravée l’épitaphe de Raphaël qui disait en substance qu’à sa mort la nature elle-même a craint de mourir avec lui.
      .
      Si la question est de savoir si la guerre va survivre à l’extinction du genre humain, alors son énoncé suppose intrinsèquement de chercher la réponse ailleurs qu’en nous.
      .
      Mais si la question est de savoir si la guerre va se poursuivre en augmentant son caractère inhumain, alors qu’on existe toujours, le mieux serait de s’en préoccuper.

  1. À usage unique? Autonomie? Charge emportée? Prix? Le concept est interressant mais il faudra le rationaliser, histoire de ne pas vouloir tout faire et au final le faire à moitié (f35)

  2. Une petite charge explo et on va vers une arme a sous munition guidé.
    .
    Fin ce n’est qu’une des possibilités, il est vrai que pour le coup c’est très intéressant comme système, même si 100 drones reste encore relativement limité

  3. Le concept peut s’avérer très prometteur … si ces drones sont capables de résister un minimum à un brouillage de leurs moyens de communication. Sans ça, l’essaim devient une poignée de cailloux larguée au dessus de l’adversaire, et ça ne sature pas grand chose.
    .
    Autre point : l’impression 3D c’est super, on fait pleins de formes et de pièces qu’on aurait du mal à faire autrement et c’est top pour prototyper en polymère (ou en métal, plus anecdotiquement) mais là on parle de drones destinés à être abattus par la DCA, donc nécessairement produits en grande série. En tout état de cause, les éléments polymères seront injectés ou extrudés, ça sera à la fois moins cher et ça permettra d’avoir accès à une gamme de polymères – et donc de performances – bien plus large. La mention de l’impression 3D est uniquement là pour l’effet de mode, je pense.

    1. Oui et non, l’impression 3D a l’avantage (théoriquement) de produire en non-stop, ce qui peut combler la faible vitesse du processus. C’est une technologie qui a beaucoup d’avenir, mais je suis d’accord avec vous sur l’effet de mode.

      1. Ici ce n’est pas tant la vitesse que le coût de la mise en oeuvre pour de grandes séries – qui est en partie influencé par la vitesse de prod, j’en conviens – et le choix drastiquement réduit de matériaux possibles, que je soulève. Après, tout dépend évidemment de la complexité des pièces en question, mais puisqu’on parle de drones consommables, l’accent n’est pas nécessairement mis sur des profils de pale d’hélice précis au micromètre 🙂
        .
        L’avenir de l’impression 3D en ce qui concerne les militaires, à mon avis, c’est principalement la possibilité d’improviser une pièce de rechange à partir d’un stock de matériau informe, et pour l’impression 3D métallique, la possibilité de produire pour peu cher – relativement aux autres solutions – des éléments aussi intéressants que les mousses métalliques ou autres structures complexes. Après, je ne suis pas dans le secret des dieux, donc je passe peut-être à côté d’opportunités moins évidentes …

        1. Le premier avantage de l’impression 3D est de produire sur place à la demande, sans perte de matière. Les matériaux sont aisément transportables en bobines.

    2. Ce genre d’armement est l’avenir pour du combat asymétrique. A priori c’est peu cher, limite jetable et imparable pour qui ne dispose pas de contres mesures électroniques. Par contre face à une armée équipée de contre mesure électronique je suis septique. le faible poids de ce genre d’engin ne leur permet pas d’emmener un « blindage » CEM efficace. S’ils deviennent plus lourd, ils deviennent plus chers…

    3. Même si j’abonde dans votre sens pour l’impression 3D Et l’effet de mode, je pense qu’ils voulaient exprimer le fait que ces drones pouvaient partiellement être fabriqué en opex, sur un PA, ect.

  4. Quelqu’un de mon âge qui lit l’article peut croire que c’est extrait d’un ouvrage de science fiction ! Apparemment non, c’est la réalité de demain. Bon courage les jeunes !

    1. En terme d’ experimentation avec des drones en tout genre (Mini-drones, UCAV, MALE, UGV, USV…) , les US sont loins devant tout le monde. Normale qu’avec leurs budgets R & D faramineux ils peuvent innover , tant bien en matos qu’en concepts. Mais je vous l’accorde , la France doit faire plus d’effort sur le développement et l’integration de technologies de « rupture » : drones , armes à énergie dirigée, cannons electro-magnétique par exemple. Je ne dit pas que toute ces technologies se valent , ou qu’elles auront toutes des applications pratiques, c’est pour cela qu’il faut bien choisir ses projets, mais une nombre de solutions et d’innovations découlent souvent de projets R & D qui « échouent » ou qui ne portent pas toujours les fruits qu’on espérait initialement.

      1. Les hyper technologies made in USA sont hyper couteuses et ont rarement le rendement et la fiabilité attendues. Finalement leur coût disproportionné fait qu’elles finissent par être abandonnées. Un bon exemple est la navette spatiale, qui pour être un magnifique engin qui devait servir à tout, y compris au lancer des satellites ordinaire a vu son utilisation réduite, a explosé avec les dégâts qu’on connait avant d’être abandonnée.
        Actuellement, pour envoyer des hommes dans l’espace, on utilise le vaisseau russe Soyouz conçu il y a un demi-siècle, rustique et exigu, mais qui marche comme une montre suisse et dont le coût est sans commune mesure bien que n’étant pas récupérable.

        1. La Navette avait surtout vocation à effectuer des missions civiles même si elle à été utilisée parfois à des fins militaires La NASA travaille actuellement sur un projet de nouvelle navette moins coûteuse L’Agence Spatiale Européenne aussi. La Navette pouvait emporter des charges énormes comme le télescope Hubble.

    2. Toutes les technologies qui entre en compte dans ce programme son aussi à l’étude depuis de nombreuses années en France et ailleurs dans l’UE. L’impression 3D, l’IA etc. Pour l’instant, la maturité de ces technologies n’est pas suffisantes pour conduire des tests à grande échelle. Les USA peuvent se permettre de tels tests, mais c’est 50% de test 50% de propagande, du style regarder nos nouveaux jouets ont est les seuls à les avoirs (typiquement DARPA). Ici on préfère attendre que les université et bureau d’études travaillent ces technologies de manière rigoureuse avant de proposer des tests coûteux avec des dizaines de prototypes.

  5. C’est beau la guerre, quand même.
    .
    Je me demande si, à force de sophistiquer les armes conventionnelles, il ne va pas se passer la même chose qu’avec le nucléaire: la guerre devient impossible à supporter pour un être humain normal.
    .
    Ces machins créent un environnement tellement hostile pour le combattant humain qu’on peut se demander si la guerre sera encore possible pour l’homme, ce qui serait donc a priori une bonne nouvelle, sauf si on prolonge le truc en remplaçant le combattant humain par un robot afin de poursuivre la guerre en environnement inhumain.
    .
    On peut imaginer un monde où le champ de bataille serait robotisé, alors que l’être humain continue à vaquer à ses occupations du temps de paix. C’est d’ailleurs un peu l’ambiance dans laquelle on baigne avec la guerre contre Daesh: certes elle est peu robotisée, mais, en Occident du moins, on continue à vaquer normalement à nos occupations, la routine étant seulement interrompue par quelques attentats (le dernier à Berlin). Nos ennemis rappellent à notre bon souvenir notre nature humain fragile et précaire.
    .
    L’étape ultérieure serait de faire de la guerre un jeu, façon coupe du monde de foot, ce qu’elle n’est pas encore: elle est juste un spectacle pour l’instant.

    1. « L’étape ultérieure serait de faire de la guerre un jeu, façon coupe du monde de foot, ce qu’elle n’est pas encore: elle est juste un spectacle pour l’instant. »
      Intéressant comme scénario pour Hollywood, si ce n’a pas déjà été fait. Rollerball?

      1. Essayez « la guerre olympique » de Pierre Pelot, paru en 1980. Forcément ça a vieilli, contexte de guerre froide oblige, mais c’était chouette.

    2. J’ai déjà aussi réfléchi à ces idées.

      Mais elles ne tiennent pas tellement. Car se battre c’est parfois pour sa liberté. Donc si les robots alliés sont anéantis, les humains qui les commandaient tendront à se battre à leur tour pour garder leur liberté …

      Le foot c’est un peu pareil, le perdant qui ne veut pas reconnaître sa défaite parce que c’est perdre ce qu’il a, en viendra toujours au moyen d’après jusqu’à ce qu’il gagne ou soit épuisé.

      1. Je comprends ce que vous dites, mais je ne parlais pas de l’instinct guerrier de l’être humain ou des états de nécessité qui peuvent justifier la lutte, je parlais du moment où une arme devient si efficace dans sa capacité de destruction que l’environnement du champ de bataille en devient insupportable pour un combattant humain,même entrainé et équipé.
        .
        C’est-à-dire le moment où la guerre ne devient même plus humainement possible.
        .
        On a déjà été confronté à cette question, vers la fin du XIXième siècle avec le développement de l’artillerie, du fusil à répétition, de la mitrailleuse, des chars et des avions, des sous-marins, mais on a constaté que la guerre était toujours possible, malgré tout. Et elle le reste jusqu’à présent.
        .
        Sauf que la sophistication de nos armes ne portent que sur des fonctionnalités très basiques: la mobilité, l’efficacité destructrice et la précision de la conduite du tir avec l’accroissement des capacités de calcul et de détection.
        .
        Mais, tout dernièrement, on a gravi un stade supplémentaire: la gestion globale et de plus en plus autonome de l’information du champ de bataille par le système d’armes et, ce dont il est question dans ce billet, l’application aux armes de la logique collaborative.
        .
        Un soldat de la Première Guerre Mondiale pouvait constater simplement que la mitrailleuse rendait suicidaire un assaut en rang serré, tel qu’on le pratiquait avant, mais il pouvait aussi constater qu’il suffisait de modifier sa façon de se déplacer sur le champ de bataille pour accroitre ses chances de survie. Donc la mitrailleuse n’a pas mis fin à la guerre en la rendant impossible, elle a au contraire permis sa continuation sous une forme plus élaborée, en abolissant une forme ancienne et obsolète.
        .
        Mais là, on ne sait plus trop ce qui va se passer avec ces armes hyper-efficaces.

    3. votre truc ca me rappel le concept de guerre propre. Biensur qu’il y aura toujours des humains et surtout des civiles. Les guerres sont d’abord et avant tout urbaines, là ou il y a des gens.

    4. On continue notre vie de tous les jours parce que nous ne sommes pas en état de guerre, aussi malsain que cela puisse être, qui dit guerre dit économie de guerre, hors on a ni l’économie, ni l’industrie, ni la mobilisation qui pourrait nous déclarer « en guerre ».
      .
      Pour ce qui est de l’environnement du soldat, la reflexion a dû se faire lorsque la première rangée de mousquet a ouvert le feu sur le champ de bataille. Il s’agit d’une évolution, bonne ou mauvaise trop tôt pour le savoir, je pense que particulièrement de nos jours avec l’information la SCIFI dans le cas présent l’Homme se prépare plus facilement a ce genre d’environnement contrairement a un paysan qu’on envoi en première ligne il y a 200 ans.
      .
      Le plus gros problème a mon sens, c’est que cette progression technique ne pourra être supporter par le soldat sans bagage, sans spécialisation, la guerre va nécessiter de plus en plus des formations sans forcément que le capo sorte de polytech il va falloir soit affiner le recrutement soit complexifier la formation des soldats pour qu’ils soient a même d’interagir avec une technologie de plus en plus présente et complexe, quand bien même les systèmes mis en oeuvre sont simplifier a leurs maximum, le résultat visé va soit augmenter la formation des opérateurs, soit augmenter la coût de developpement que pour que les ingé/sci/dev rendent accessible la mécanique quantique a Maxime 18 ans 8 de moyenne qui préfère regarder Paris/Marseille que de savoir ce qui fait qu’un drone puisse aller du point A au Point B sans se crasher (exemple comme un autre).
      A noter que je ne critique pas le soldat c’est simplement que je constate que beaucoup porte l’uniforme ou sont intéressé par lui sans que je n’ai la moindre envie de leur confier un couteau a beurre de peur qu’ils se se blessent.

      1. @ Orion
        .
        S’agissant de la guerre contre Daesh, je pense que nous ne sommes pas en « état de guerre » parce que, finalement, ce qui se passe dans le monde musulman n’est tout simplement pas notre guerre.
        .
        On a trois façons de s’expliquer ce qui se passe actuellement:
        – Le choc de civilisation (Occident chrétien contre monde islamique)
        – Invasion migratoire ou musulmane avec la complicité des zélites (thèse Anders Breivik pour les fous furieux, ou Renaud Camus pour les non-violents
        – Guerre de religion interne au monde musulman, avec une OPA lancée sur le monde musulman par les Wahhabites (c’était un peu l’idée de Laurent Murawiec)
        .
        Plus le temps passe, plus on se rend compte que les deux premiers scénarios collent de moins en moins avec la réalité et que le troisième scénario ressemble énormément à ce que nous vivons: de fait, nous ne sommes pas en état de guerre. Mais nous constatons l’existence de guerres dans le monde musulman, guerres sur lesquelles nous n’avons que peu de prise et dont nous avons compris qu’elles vont durer longtemps.
        .
        Bon, les tenants des deux premiers scénarios n’ont pas dit leur derniers mots et essayent de défendre leur thèse, mais au prix d’une déformation des faits de plus en plus évidente.
        .
        On peut même dire que les plus gros flux de désinformation actuels portent précisément sur ces deux axes:
        – Duel Poutine contre Occident, qui donne lieu à des délires,
        – Invasion migratoire dont on raconte absolument n’importe quoi, et qu’on mixe avec nos envies de Frexit, les Britanniques étant passés à l’acte.
        .
        Bon, en bref vous avez saisi l’idée: si on n’est pas en état de guerre, ben c’est parce que la guerre qui a lieu n’est pas la nôtre. On essaye bien de se l’approprier, mais finalement on n’en veut pas: Obama a pas voulu intervenir en Syrie, du coup, nous non plus, on regrette de l’avoir fait en Libye et les Ricains regrettent même leur aventurisme irakien.
        .
        En fait, personne ne veut de ces fichues guerres musulmanes dont on se fout complètement.

    5. C’est déjà un peu le cas ici sur ce site, où la guerre hybride est une sorte de jeu de trolls, certain sont payés, et d’autres font du bénévolat. Il y aura toujours d’un côté les décideurs sous climatisation dans leurs blockhaus, et de l’autre côté la chaire à canon, cet-à-dire le peuple soumis à leurs décisions. C’est pour cette raison qu’il faut toujours respecter les civils, sinon cela signifie que l’on prend la guerre comme un jeu de Risk, et que l’on fait une psychose en se prenant pour un énième Napoléon, jouant ainsi avec des petits soldats de plomb. Comme ceux qui s’engagent parce qu’ils sont bons aux jeux vidéos, mais qu’au premier intestin qui tombe à leur pied, c’est l’effroi et l’incompréhension. D’où la nécessité de bien préparer nos soldats à l’indicible horreur. La guerre c’est tout sauf un jeu.

  6. la France a t’elle ce genre de service ou bien c’est les industriels qui décident de tester des trucs .eux mêmes pour en glisser un coin à nos décideurs surtout intérréssés par des ristournes ou des ….emplois réservée civils ./…si vous voyez ce que je veut dire ?.et nos fameux stratèges militaires en ils font part ensuite à nos pseudos stratèges politiciens (plutôt harpagon d’ailleurs avec l’argent de l’ETAT pour L’ETAT et bizarement généreux pour refiller 15 milliards à des banquiers sous Sarkosy …(des banquiers aux sobriquet de BANKSTERS NOTOIRES comme la société générale )et des politiciens sans poids de décisions puisque dépendant du monstre de BERCY)et aussi absorbés en masse surtout par leur réélections locales ou nationales et donc attachés comme Bercy au salut ….de Personne finalement ..sauf leur petites gueules … surtout depuis 30 ans ils sont toujours attachés à baisser le budget de la défense….hé depuis 30 ans pour réparer les conneries du capitalisme libéral qui torpille depuis 30 ans les budgets de l’état par la politique convenue entre élite de l’ENA et de Science PO ou de HEC qui gravite autour de nos élus on a des pousses cailloux comme vous et moi qui devaient ou devront ou se serrent la ceinture …plus de prîmes baisse des prîmes ….depuis 30 ans
    par contre compacter les heures de Garde en les agrandissant sur la semaine (c’est nouveau ) c’est beau …sans récupération car quand on en a trop à récup ,bah ton chef te dis à part ….tu sait …et puis devoir quitter des travaux vitaux technique au profit de garde à la noix pour tel ou tel édifice religieux …bref que du n’importe quoi en fait depuis quelques temps déjà ..
    mais c’est bien je vois que l’Armée se réduit toujours de plus en plus ,que les généraux gueulent et que l’innovation reste .au mains de quelques industriels qui suivent de loin après 10 ans souvent les amerloques ….
    Dassault a fait le NEURON ,il parait que c’est prévu de s’associer aux Anglais ..maintenant …quelle rigolade ….
    les anglais du BREXIT tu parle ..le neuron verra le jour quand ??
    ce sera le NOEUDNOEUDROND en rafale comme une queue de pelle …certainement
    vive la technologie Française qui marche comme la fable de la Fontaine avec la tortue et le lapin
    le rafale est sorti en 1986 ..il a fallu attendre presque 15 ans pour voir les premiers avions opérationnelles ..déjà obsolètes car américains Chinois et Russe eux sortent des avions Furtifs …nous on met une peinture sur le Rafale …cherchez l’Erreur .??..

    c’est simple dans l’armée tu rentre dans le bureau du chef avec tes idées et suivant qui tu est tu ressort soit avec tes idées .que tu a transmise avec dsoigté et pertinence à ton chef ,soit t’est nul et tu ressort avec les idées du chef (en général l’armée ne garde pas les fortes têtes à partir du moment où il faut en faire des chefs en les envoyant en écoles après les premiers diplômes obtenus de spécialités ….mais on envoie en école plus souvent les pisse froid car soit c’est ceux qui passent leur temps à sucer et qui sont souvent bien noter ,plus que ceux qui bosse vraiment et décarcassent les problèmes graves sur le terrain …quelles que soit la spécialité on vérifie cela quelle que soit les époques …c’est pour le commandement un cas de figure courant … afin de garder en unités les plus opérationnels des personnels pour que ce commandement quels qu’en soit le niveau ..de hiérarchie ces commandants ou chef (on vois aussi cela chez les chefs sous off qui préfèrent freiner leurs personnels..quand ils manque de gens formés ….(le carriériste a la vie dure dans l’armée et le malin aussi )..on a aussi les personnels qui n’ont pas une grande grande abnégation à se mettre en évidence question purement aspect militaire (tenue ,coupe de cheveux et ces trucs franchement inutile en unité très opérationnelles et en terrain de guerre ou extérieur )qui se retrouve cassés et ne vont pas plus haut dans les hiérarchies mais cela n’en demeure pas moins de bons spécialistes que l’armée se prive (en croyant que le Turn over lui apportera qualité et nombre )..
    bref et bien plus on monte plus c’est pareil …
    alors chez les politiciens on a la même chose un peu …
    le pas de sac pas de vague prenant le dessus on en arrive maintenant à des armées exangue et sans moyens cohérents…
    des programmes vitaux abandonnés car des chefs n’ont pas su taper du poing sur la table et on préféraient leur petite carrière …
    l’histoire des 2 % du PIB pour le Budget des armées est carrément dans cette veine de « caves » au pouvoir ….

    alors la France a t’elle un tel service des capacités stratégiques (SCO) ???
    OUPS …..quand on vouis la cohorte de vieux bons à riens dans les bureaux et autres ministères et tout l’organigramme des armées ….on rigole …
    je parie que ces gens sont arriver là . en se disant tuient je cherche une planque un peu ,on téléphone à Paris au copain et on se fait affecter là où on veut …(j’ai connu cela dans la Marine et surtout l’aéronavale ou l’armée de l’air …c’était même pire …)
    certain préparer même leur retour au civil en se faisant adoubé chez Dassault …
    arrivé là bas ils se sont fait vite lourdé pour incompétence notoire (car ceux qui bossait pour permettre à ces chefs de fanfaronner ,c’était des sergent ,des Chefs ou des adjudants ou des Maitre et PM enfin des gens de l’ombre qui leur mâcher le boulot de parade avec les ingénieurs )..que les moyens soit légers …et que tout est question d’argent on le sait mais en France par rapport au ricains c’est là que le bas blesse ..chez les US si t’est mauvais tu dégage vite (en France au contraire on dégage les bons et on gardent souvent des mauvais car les notes annuelles sont complètement faussés par la notation à la gueule du client ) ,donc aucun moyens au final et que tout se joue à Bercy …ce qui laisse présager du moral des troupes .ensuite ……déficient .
    par dégoût une grosse envie de se barrer pour certains jeunes très bons …pour nos meilleurs techniciens c’est souvent le cas …
    je me souvient d’un pilote qui ne voulait pas passer Officier que l’on a cassé (il fût un temps oui ,des sous OFF était pilotes dans l’Aéronavale )
    bref on avait des brêles comme Officiers mais ces gens montaient en Grade …un beau bazar car en Vol ils se faisaient casser par des Chefs de Patrouilles Sous OFF .
    l’armée a refait les mêmes débilités avec des gens trop jeunes qu’ l’on envoyer au cours de Sous OFF supérieurs sans expérience de térrain (BS et autres diplômes ) alors que l’on faisait trainer sur bases des sous off qui en savaient plus que tout le monde ./…

    et on accumuler les Appelés pour boucher des trous de personnel ,comme on ne pouvait rien leur donner à faire ou presque ….ces gens faisaient des corvées à outrance ..bref l’armée dans toute sa splendeur passée …
    je pari même que rien n’a bouger de ce coté là à part les appelés remplacer par des gens que l’on essaie pas de garder et que l’on brasse en perdant le savoir faire …
    comment alors avoir un service pour améliorer ou pour trouver de nouveau dispositifs avec des mentalités sclérosées depuis tellement longtemps …ou le carriériste passera toujours avant le spécialiste…
    et que dire de l’innovation ,aujourd’hui tel que fonctionne l’armée et le lien avec les civils qui n’a de rapport que coté argent à ne surtout pas dépenser ….
    je vois mal comment on aurait pu être un des premiers à poser un avion sur un bateau
    14 novembre 1910 : Le pilote américain Eugene Ely effectue, sur un avion Curtiss 1911 model D, le premier décollage à partir d’un bâtiment de guerre, l’USS Birmingham équipé pour l’occasion d’une plate-forme de 2.60 x 7 mètres.
    8 janvier 1911 : Le pilote américain Eugene Ely effectue, sur un avion Curtiss 1911 model D, le premier appontage d’aéroplane en se posant sur la plage arrière de 36.4 x 9.6 mètres du cuirassé USS Pennsylvania dans la baie de San Francisco (Californie).

    chez nous voilà déjà ce qui se passe …2 février 1911 : Suite au rapport rédigé par le VA Marin-Darbel, chef d’état-major de la Marine, le CF Daveluy est chargé d’étudier les applications possibles de l’Aéronautique maritime.

    il faudra attendre 3 ans ..
    8 mai 1914 : René Caudron aux commandes d’un biplan Caudron Type J réussit le premier décollage français depuis un bâtiment de guerre, La Foudre et vient amerrir un peu plus loin.
    10 juillet 1914 : Création du Service central de l’Aéronautique à Paris.
    2 août 1914 : La première guerre mondiale éclate, L’Aéronautique maritime aligne 25 appareils disparates et ne possède ni ballons, ni dirigeables.

    la France se perd en axant son aspect marine de l’aviation vers les hydravions et on perd encore aussi la seconde Guerre mondiale …hors avec des Portes avions on pouvait sauver nos colonies …appuyer nos troupes dans la Manche en allant bombarder les colonnes de blindés allemand sans craindre l’avancée des blindés et être obligé de reculer ou de replacer son armée de l’air …bref tout faux nos stratéges en 1940 qui avait mis nos meilleures Troupes loin en Hollande et dont nos chefs idiots pensaient à tord que les chemins des Ardennes ne tiendrait pas sous le poids de char ….quand on est Fier et surtout idiot et qu’on est OFFICIER …on pense peut être que le retour du terrain est inutile …Gamelin et sa clique nous ont montré le chemin de la Conneries …la pétasse au président du Conseil aussi (comment elle s’appelait aussi cette mégère de salon)voilà où se décident nos budgets des armées ,dans ces salons parisiens ,et de nos jours je parie ma retraite que rien a changé sur le sujet ..
    la guerre est une chose trop sérieuse pour la confier aux Militaires ..
    Une bandes de C… et d’incapables comme d’hab est aux manettes …LOUVOIS ,,Ministres Morin ….Fabius ..and Co … je trouve que les mauvais on les accumulent ….c’est étonnant que quelques soit l’époque ,Tout général ou amiral qui ouvre sa gueule se fait carrément exécuter politiquement …
    rappelez vous le fameux coup de gueule de l’Amiral contre le bon à rien de Giscard D’Estaing …le chasseur de diamant et d’avion renifleurs ;
    Il est nommé major général de la Marine en 1972. Élevé au rang et appellation de vice-amiral d’escadre en 1974, il est nommé membre du conseil supérieur de la marine (1974 – 1975) puis président de la Commission permanente des essais des bâtiments de la flotte (1975 – 1976).

    Jugeant trop peu ambitieuse la politique du nouveau président de la République à l’égard de la marine, il la critique ouvertement et à plusieurs reprises. En 1976, il est donc mis à la retraite anticipée2.

    Sanguinetti ne sera réintégré dans les cadres (de réserve) et admis en deuxième section qu’en 1983
    le dernier général de la Gendarmerie qui l’a ouvert s’est fait détruire ensuite ..
    le dernier en date le chef d’Etat major ..actuel …qui se fait détruire par Fillion dans le texte du projet ….
    budget de l’armée du prochain idiot de l’Elysée sera de 1.9 % en clair la dissusion NUC va encore bouffer le budget et le reste sera que des miettes et même peut nous mettre en

    bravo bandes de nuls ..on préfère avoir un budget d’éducation nationale pour instruire des masses de migrants et de fils et filles de migrants qui viennent pour faire du communautarisme et un jour nous foutre dehors …ca(r certains ne s’en cache plus et le disent à nos vieux au marchés déjà …les Français on vous a foutu dehors d’Algérie ,on vous foutra dehors et on vous piquera la France …on en est là
    et on a eu le Bataclan et charlie et Nice plus merah et j’en passe …

    et on vois ce spectacle de politiciens merdeux
    Triste pays

    ….

  7. Intéressant mais potentiellement dangereux pour nous, si on met en parallèle les propos de Stephen Hawking et quelques bouquins anciens de SF, notamment « L invincible » de S. LEM … mais bien sur, nos ptis génies des R&D ont lu tout cela…

  8. On peut imaginer des essaims de drones anti-drones, des drones faucon en quelque sorte plus faciles à construire parce que mono-mission.

  9. Une guerré urbaine en Europe durerait très peu des que l électricité serait couper par sabotage ou destruction des lignes et quelques centrales…et l électronique s arrêterait aussitôt. Des salopries de nuées de drones feront le travail et balanceront du graphite et autres…La Défense du territoire doit être totalement repenser avec une gendarmerie mobile dédiée..on à renoncer aux charges multiples mais on va avoir les frelons télécommandes tueurs…il faut tout repenser et vite…et ne pas vouloir s armer pour uniquement chasser sans fin du rezzou …

  10. Terrifiant en effet. Sachant que n’est qui peut trouver en open source du code en intelligence artificielle et de la data base 3d topographique. Les capteurs (gyroscope, accéléromètre, gps, compas magnétique, pressostat, etc.) sont de plus en plus petit et en vente libre puisque nous avons tous dans nos smartphones avec des processeurs d’une puissance de calcul plus que de besoin. Donc on oublie le brouillage et j’en passe.
    Et si demain, « un peu de prospective », l’internet qui nous connait tous à travers les réseaux sociaux, que chaque machine connectée était un neurone, comme le « savoir » est contenu dans les news et les wikipédias, qui nous dis que « la machine globale » n’est-elle pas déjà en train de PENSER ou de REFLECHIR, sans que nous nous en rendions compte. Qui dit qu’elle ne décidera pas de nous éliminer car nous représentons un danger à nous même et à la terre…
    Avant qu’elles nous attaques seules, il y aura bien quelques déséquilibrés pour lancer un essaim où ça fait mal sans avoir besoin de les larguer d’un avion.

  11. Il y a certes Terminator mais il y a également ceci :

    .
    http://manapop.com/wp-content/uploads/2016/09/vlcsnap-2016-09-05-17h01m39s279.png
    .
    Est-ce que quelqu’un se souvient ?
    .
    En tous cas , nous aurons bientôt besoin de ce genre de machines pour contrôler toute cette nanotechnologie qui arrive à grands-pas ainsi que tous ces essaims de drones parce que d’ici peu , je crains que nous ne soyons complètement dépassés !
    Il y a danger réel de déshumanisation d’un Monde déjà bien artificiel …
    ATTENTION au règne des robots !

    1. La nanorobotique sera bien plus dangereuse qu’un robot même de la taille d’une souris.
      .
      Les risques de pollution qu’ils pourraient produire… N’oubliez pas qu’un nanobot peut se glisser en vous sans perforation, c’est a ça que réfléchisse actuellement les scintifiques, c’est pas demain, qu’on pourra aller acheter sa dose de nanobot pour avoir 15/10 a chaque oeil.

  12. BOUAH !!!! un bon filet nanotech tricotin artifice de la marque (c) PELAGIC … et puis plus de drone …

  13. Des essaims de drones???

    Mouais! En la faisant techno, un coup de brouillage électronique… En la faisant sauvage, un coup de fusil à grenailles… Et tout ce petit monde se retrouve au sol!!!

    Ce qui est génial avec les américains: il faut toujours qui’ils fassent dans la science fiction et au final, ils se font botter les fesses par le premier sauvage venu: Les Vietcongs, les Somaliens, les Afghans en rient déjà!!!

  14. Ce n’était pas plus simple de laisser les 3 Hornet exécuter la reconnaissance…?

  15. Souvenez vous du film « la stratégie ender » ils emploient des gosses plus habitués aux jeux vidéos, pour mener des attaques, on va direct vers ce genre de truc, car la science fiction précède de peu la réalité dans certains domaines.

    1. Celui avec Harrison Ford ?
      .
      Le propos est intéressant mais je ne l’ai quand-même pas trouvé terrible ; en tous je n’ai pas été convaincu ; un manque de maîtrise dans la réalisation , sans doute …
      J’avais été plus impressionné par « Planète Hurlante » ou le manga « Ghost in the Shell » .
      .
      Sinon pour ceux qui ne connaissent pas , il s’agit du film de Michael Crichton de 1973 dont le titre français est « Mondwest »ou « Monde de l’Ouest » ; selon son propre aveu , Arnold Schwarzenegger s’est largement inspiré de l’interprétation de Yul Brynner dans le rôle du gunslinger indestructible , implacable , glacial et insensible vêtu de noir au regard brillant ( qui reprend sa tenue des « Sept Mercenaires » ) pour jouer celui du T-800 , le cyber-robot-tueur de Terminator .
      .
      En ce moment , HBO produit une série avec Anthony Hopkins et Ed Harris qui reprend la thématique du parc d’attractions de ultra-haute technologie devenu de plus en plus incontrôlable de « Westworld » ; si le succès est au rendez-vous , une adaptation de la série sur grand-écran est possible ce qui en fera le remake tant attendu par certains de « Mondwest » .
      .
      Mondwest peut donc être considéré comme un des films les plus marquants de la SF /Anticipation moderne et post-moderne ainsi qu’un véritable précurseur dans sa thématique angoissante qui fait froid dans le dos ; une oeuvre majeure à redécouvrir ( avec indulgence , les effets spéciaux ne sont pas au niveau de ce qui se fait de nos jours ) du maître Michael Crichton ( Jurassic Park , Sphere , Urgences , Soleil Levant ) .
      .
      https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/39/dd/3f/39dd3ffe39f08518e80eddd8f1657c18.jpg

        1. Oui , c’est exact , mais , même si le film peut se suivre sans déplaisir et présente un intérêt certain , il ne soutient pas la comparaison devant l’impact que l’on ressent au visionnage de Mondwest !
          De plus , les apparitions sporadiques voire éthérées de Yul Brynner dans son rôle de gunslinger* sont soit superflues , soit frustrantes .
          Pour prendre du plaisir avec « Les Rescapés du Futur » , il vaut mieux ne pas avoir préalablement vu le film de Crichton tant l’ambiance générale s’éloigne du premier opus .
          .
          ( * ) Gunslinger : bandit armé ; quelqu’un ( spécialement un criminel ) qui se sert d’une arme à feu lorsqu’il se bat , bref , dans le film , un tueur de sang-froid .

    2. Avant d’être un – plutôt mauvais – film, c’est un – excellent – bouquin, et les jeux vidéo n’ont pas grand chose à faire dans l’histoire, en tout cas pas en tant que divertissement (donc pas des « jeux ») : il est clair pour tout le monde dès le départ qu’il s’agit de simulations réalistes de combat que pratiquent les élèves.

  16. Il suffit de regarder certains jeux vidéo ou manga, call of modernwarfare ou appleseed deus ex machina.
    C’est de la sf Maos je suis sur qu’on en est pas loin : entre ce que l’on nous montre/propagande et le reste.
    D’ailleurs toutes les (grandes) armées du Monde bossent sur un fantassin amélioré (felin, l’ironman d’Obama, le nom du système russe m’échappe, ect)
    En 40, la radio dans les panzer combinée aux pc d’infanterie et aux supports aériens leurs a permis de se balader d’Anvers à Paris .
    Je vois un f’antassin hyper connecté avec vus satellite, drone de surveillance ou de search and destroy. Un léger exosquelette, des chars drone, vous supprimez la place des3/4 hommes d’équipage..les possibilités sont infinies. Si des mecs genre SEAL, commando-marine ou spetnaz passent des années à s’entraîner, ils accepteront peut-être qq améliorations.
    Les perspectives sont infinies.

    1. La quasi totalité de ses programmes n’ a rien donné ou alors une amélioration de la visé pour une part très faible des armées. Le rêve c’est bien l’opérabilité c’est mieux.
      Comme ca il y avait aussi un programme de porte avion (sans s il portait un seul avion à la fois le temps de recharger) volant…

Les commentaires sont fermés.