Un général belge prendra le commandement de la mission de l’Union européenne en Centrafrique

eutm-rca-20160719

L’Union européenne a validé, ce 10 janvier, la décision prise par le Comité politique de sécurité (CoPS) visant à nommer le général belge Herman Ruys à la tête de sa mission de formation militaire en République centrafricaine (European Union Training Mission in the Central African Republic, EUTM RCA), lancée le 16 juillet dernier à Bangui.

Actuellement affecté à l’Eurocorps, le général Ruys [biographie] prendra la succession du général français Éric Hautecloque-Raysz à compter du 16 janvier prochain. Par ailleurs, 26 instructeurs belges seront affectés à l’EUTM RCA jusqu’en juin prochain.

Ainsi, les deux missions de formation militaire lancées par l’UE au Mali et en Centrafrique seront commandées par des généraux belges. Le 19 décembre, le général de brigade Peter Devogelaere, jusqu’alors patron de la Brigade légère, a en effet pris la tête de l’EUTM Mali, succédant ainsi à l’un de ses compatriotes, le général Éric Harvent.

Ayant pris la suite de l’EUMAM RCA (European military advisory mission), l’EUTM RCA est chargée, en deux ans, de « rendre les forces armées centrafricaines (FACA) modernes, efficaces, inclusives et démocratiquement responsables » en dispensant des « conseils stratégiques au ministère de la Défense et à l’état-major général de la République centrafricaine, ainsi que des cours aux officiers et sous-officiers et des formations aux FACA. »

Pour le moment, l’EUTM RCA a terminé la formation et l’entraînement de la première compagnie du Bataillon d’Infanterie Territorial 3 (BIT 3). Cette unité est désormais prête à commencer ses activités opérationnelles. Il s’agit là d’un premier pas vers la constitution d’une « force armée professionnelle, démocratiquement responsable et représentative des composantes de la nation. »

Cela étant, et alors que plus de 10.000 militaires ont été déployés en Centrafrique sous la bannière des Nations unies (MINUSCA), la sécurité dans le pays est précaire, avec la persistance de groupes armés qui continuent à se livrer à des exactions sur les populations civiles.

21 commentaires sur “Un général belge prendra le commandement de la mission de l’Union européenne en Centrafrique”

  1. « Un » Général ? Pas « Le » Général belge ?
    Ok je sors ))
    J’ai bien sur le plus grand respect pour les armées belges, je regrette cependant leur etat actuel ..

    1. Les belges ne savent plus quoi faire de leurs hauts gradés vu que chez eux il n’y a plus rien à commander…
      Et puis bizarrement, malgré la réduction de taille de leur armée, le nombre de haut gradés n’a pas du diminuer en conséquence

      1. Tout à fait d’accord avec vous. Pour avoir côtoyé le fameux Régiment Para-commando, j’ai toujours eu du respect pour eux! Et on connait peu en France leur célèbre colonel para-commando Jean Militis!!!

    2. Merci pour votre considération. Je regrette que la plupart de mes concitoyens ne partagent malheureusement pas les mêmes vues…

    3. Ayant évidemment abandonné depuis longtemps toute ambition d’un budget de la défense porté à 2% du PIB de la Belgique, l’armée belge se résout à un stricte service minimum OTAN.
      .
      Un service minimum qui se traduit par des temps de présence ponctuelle de ses F-16 sur les différentes missions menées par l’OTAN tel que ce fut la cas en 2011 pour « Unified Protector » en Libye ou « Enduring Freedom » ou de la « Coalition Internationale Anti-EI » (oct.2014/juin 2015 en Irak)…
      .
      Quant au format que la Belgique donne à ses forces armées, les choix belges reposent sur une baisse généralisée et même la suppression de nombreuses capacités justifiée par le communauté des forces à l’échelle de l’OTAN, ou même à l’échelle des accords de défense belgo-néerlandais:
      .
      – Ainsi pourquoi la Belgique conserverait-elle des unités de chars de combat quand les Pays-Bas en disposent ? Inutile d’entretenir une inutile redondance !
      – Problème: les Pays-Bas ont eu le même raisonnement vis-à-vis de l’Allemagne…
      Les régiments de chars de combat belges et néerlandais sont donc allemands par défaut via un jeu de chaises musicales d’accords de défense binationaux !
      .
      Vive l’Europe de la Défense…

  2. union européenne avec un CV en anglais et le Brexit alors ? en RCA ils parlent français

    1. Voyant le nom du général, Herman Ruys, il s’agit d’un flamand et donc il parle plus que probablement le néerlandais, le français, l’anglais et il se débrouille (au minimum) en allemand.

  3. Au lieu de critiquer les militaires qui servent leur pays et de surcroît l Europe vous pourriez au moins une fois les appuyer et les remercier. Qui êtes vous pour avoir de tels propos. Avez vous au moins une fois pris les armes.
    No comment.

    1. La remarque négative faisait ressortir en le déplorant le démembrement de l’armée belge, ce qui est un fait incontestable, comme c’est le cas dans une moindre mesure pour l’ensemble des armées européennes dont l’armée Française.
      Il n’y avait aucun jugement de valeur sur ceux qui la composent et qui manquent de moyens.

  4. EUTM RCA????

    Incroyable! Il suffit de lire le nom donné à cette mission pour imaginer le merdier à venir!!! Pauvres militaires! Avec les instances dirigeantes de l’UE, on a plus besoin d’avoir d’ennemi 🙂

    1. Les « European Union Training Mission » telles que l’EUTM-RCA et l’EUTM-Mali sont place depuis respectivement mars 2016 et février 2013…
      .
      Il faut juste vous tenir informé, Rhume des foins.

  5. En espérant que cela marche mieux que d’habitude, parce qu’à part les Tchadiens, on a l’impression que les armées du coin, c’est pas le top…
    On se souvient aussi de l’armée irakienne formée et équipée à coup de milliards de dollars par les USA et qui s’est littéralement débandée devant l’EI.

  6. Former l armée en Rca pourquoi pas mais j ai un énorme doute vue que la France tente de le faire depuis des décennies (almandhin etc etc )

  7. Depuis leur reddition en mai 1940 les Belges ont toujours subi des revers, notamment en Afrique. Et en dernier lieu au Rwanda en 1994 où ils se laissèrent tuer après avoir rendu leurs armes.
    Leur valeur militaire n’est bien sûre pas en cause car ce sont de très bons soldats – courageux, endurants, entrainés – mais ne poussent t’ils pas un peu loin l’obéissance… ou la naïveté ?

    Alors un général belge qui, s’il est comme les nôtres, place le consensus avant tout ( Ô mânes de Bigeard, Salan, Juin, etc. ) est t’il vraiment le bon choix ?

    Je préfère un Poncet.

    1. Pour 40 non seulement on a protégé votre débâcle, notre flanc nord a été lâchement abandonné par le corps expéditionnaire brits et on s’est rendu….à court de munitions. Ne parlons pas des pays bas avec 1/3 de population en plus.
      Proportionnellement on a tenu plus longtemps que la Pologne, Finlande …et la France!
      Et oui nos budgets diminuent mais on s’oriente vers une armée de métier. Plus de sous off gracement payés en attendant la pension.
      L’Indochine, l’Algérie…on en parle?
      Et au Rwanda c’est sous l’ordre de l’ONU que nous avons perdus nos commandos.
      Un an après et cela de source familiale, les chasseurs ardennais leurs en ont fait voir à ses machettes-men.

      1. @Fafou:
        .
        Ne parlez pas de résistance ou de couverture des forces belges, sachant que l’objectif d’une blitzkrieg est d’anéantir prioritairement le coeur et la tête des forces ennemies qui n’étaient certainement pas incarné par les forces belges.
        .
        La Belgique n’était qu’un point de passage pour contourner la Ligne Maginot dont les enjeux de l’offensive reposaient surtout sur le contrôle des ponts de la Meuse et du Canal Albert, ainsi que le franchissement des Ardennes le plus rapidement possible.
        .
        Il ne s’agissait certainement pas pour les troupes allemandes de se laisser retarder à réduire toutes les poches de résistance en belges (*) avant d’attaquer les forces anglo-françaises.
        Le 12 mai 1940 les forces allemandes avaient déjà traversé la Belgique après y avoir pénétré le 10 mai 1940.
        .
        Arrêtez d’halluciner très cher 🙂 …
        .
        Formellement à l’image des Fallschirmjäger qui prirent d’assaut le fort d’Ében-Émael en moins de 24 heures, les forces belges furent toutes anéanties dans l’offensive allemande dite « campagne des 18 jours », du 10 au 28 mai 1940, date de la capitulation belge.
        .
        Il était plus simple et largement plus rapide pour les forces allemandes d’attaquer la France en passant par la Belgique quitte à s’affranchir de l’obstacle de l’armée plutôt que de rester bloqué face à la Ligne Maginot.
        La Belgique aura ipso facto facilité l’invasion allemande de la France…
        Inutile de refaire l’histoire.
        .
        Quant aux guerres d’Indochine et d’Algérie parlez-nous en svp 🙂 !
        .
        Pour répondre @roissard, vous êtes incapable de citer les conflits et batailles dans lesquels les forces belges se sont le plus illustrées depuis 1945.
        .
        – (*) – Des poches de résistance à Bodange, Martelange, Léglise, Witry, Chabrehez et Bastogne qui révélèrent notamment les « Chasseurs Ardennais » qui n’empêcheront pas les allemands de pénétrer en France par les Ardennes belges moins de 72 heures après le début de leur offensive.

    2. En stage à l’école de l’Infanterie quand elle était à Montpellier, un camarade belge répondait à ce genre de critiques : « quand l’armée rouge arrivera à Montpellier vous direz encore, comme vous avez dit pour la Wehrmacht, qu’ils sont passés par la Belgique. »

      1. C’est dire à quel point sa remarque était stupide s’il ignorait la Ligne Maginot rendue quasiment inutile depuis aout 1940…

Les commentaires sont fermés.