Le sultanat d’Oman a rejoint la coalition « anti-terroriste » dirigée par l’Arabie Saoudite

 

Dans la rivalité qui oppose l’Arabie Saoudite à l’Iran (et plus généralement les sunnites et les chiites), le sultanat d’Oman, où la population est majoritairement ibadite, s’était jusqu’à présent gardé de prendre parti, tout en entretenant de bonnes relations avec Téhéran. Et ses cinq autres partenaires du Conseil de coopération du Golfe lui en tinrent rigueur.

Aussi, l’information selon laquelle Mascate a l’intention de rejoindre la coalition « anti-terroriste » formée par Riyad il y a un an a de quoi surprendre.

En effet, selon l’agence officielle saoudienne SPA, Mohammed ben Salmane, le vice-prince héritier et ministre de la Défense d’Arabie saoudite, aurait reçu un message allant dans ce sens de la part de Badr ben Saïd al-Bussaidi, son homologue omanais. En retour, il a « exprimé son appréciation » pour le soutien de Mascate aux « efforts » de Riyad qui dirige « la coalition militaire islamique pour combattre le terrorisme. »

Plus tôt, cette semaine, le ministre des Affaires étrangères du sultanat, Yousuf Bin Alawi Bin Abdullah, avait affirmé, lors d’un entretien donné à un journal égyptien, qu’Oman avait « des intérêts communs avec tout le monde mais que chaque pays avait ses propres moyens de parvenir à ses objectifs ».

Quoi qu’il en soit, avec cette décision d’Oman, dont les forces armées relativement bien équipées, l’Arabie Saoudite va renforcer son influence régionale face à l’Iran.

Quant à cette coalition islamique « anti-terroriste », dont la création a été annoncé en décembre 2015, l’on ne dispose que de très peu d’informations. L’on sait que, avec Oman, elle comptera bientôt 41 membres que sa raison d’être est de « soutenir des opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme », via l’échange de renseignement, voire le déploiement de troupes.

25 commentaires sur “Le sultanat d’Oman a rejoint la coalition « anti-terroriste » dirigée par l’Arabie Saoudite”

  1. En d’autres termes l’Arabie saoudite abandonne le financement de groupe paramilitaire (qui finissent toujours par se retourner contre eux et qui sont terroristes). À la place ceux sont des armées officielles qui vont se battre. Les arabes sont entrains de créer un pro otan a eu. Ca explique aussi la politique d’acquisition à tout va ainsi que l’agrandissement énorme des armées de l’air qataris et du Koweït.
    Maintenant resteront ils unis ? Auront ils des soldats aptent a servir ? Les Émirats arabes unis et l’Égypte on déjà prit leurs distances.

  2. La bonne blague ! Ces pays financent le terrorisme au su de tout le monde.
    Leur brigade anti terroriste c’est plutot plus de fou furieux qu’on lachera contre l’Iran.
    On joue au jeux avec ces pays qu’on n’aurait du depuis longtemps mettre en quarantaine diplomatique. Certe on ne retorquera que les intérêts financiers prime mais est on conscient que le sang des Francais continuera a couler avec cette politique irresponsable ? J’en doute …

  3. Ça me rappel une histoire célèbre ou une certaine créature s émancipe de l autorité de son créateur…..frankenstein je crois

    1. Frankesnstein c’est le nom du docteur le créateur justement. Si non c’est la créature du docteur frankesnstein

  4. Petit rappel : le nom exacte est « coalition ISLAMIQUE contre le terrorisme » …et non coalition contre le terrorisme islamique. Ok je pinaille.
    Cette coalition est une vaste fumisterie saoudienne.
    En décembre 2015 ashton carter a dit « Nous sommes impatients d’en apprendre davantage sur ce que l’Arabie saoudite a en tête quant à cette coalition »
    Et depuis un an rien ne s’est passé.
    La méthode saoudienne : plusieurs des pays qui ont adhéré à l’initiative affirment avoir été invités par ksa (ras pour zayus) à rejoindre un centre de coordination des actions anti-terroristes mais qu’ensuite Riyad avait annoncé une alliance militaire à leur grande surprise.
    Plusieurs pays semblent avoir des conceptions différentes de ce que cela pourrait effectivement entraîner, tandis que d’autres ont dit qu’ils n’avaient pas été officiellement informés.
    L’indonésie par exemple : armanatha nasir, le porte-parole du ministère des ae a déclaré que le prince salmane avait approché Jakarta pour lui demander de rejoindre un «centre de coordination contre l’extrémisme et le terrorisme » MAIS « l’Arabie saoudite a annoncé une alliance militaire, … Il est donc important pour l’Indonésie d’avoir d’abord les détails avant de décider de la soutenir »
    Le pakistan par exemple : la sénatrice souhar kamran, qui est membre du comité sénatorial de la défense et a vécu au ksa, a simplement déclaré qu’elle n’avait pas entendu parler de l’alliance.
    quant au ministre des ae azaz chaudhry, il a déclaré avoir été surpris de lire qu’Islamabad était inclus et ils cherchait à avoir des précisions de Riyad.
    Bref un beau souk oriental.
    Faisons semblant de croire en l’hypothétique adhésion d’oman :
    1 – j’y vois un effet direct de la récente visite de theresa may au ksa. Oman, c’est « mascate nid d’espions » mais tous british. De plus l’appareil sécuritaire omanais reste très anglais.
    Theresa dans son soutien desespéré au ksa a pu obtenir ce geste du sultan d’oman ( qui est mourrant)
    Aparté : le sultan est en fin de vie et n’a pas d’héritier naturel. Le scénario qui se dessine est que l’armée par un mécanisme dynastique compliqué arrive au pouvoir. Hors cette armée est encore quasiment une armée issue de l’empire brit d’où le regain d’interet d’oman aux yeux des brits.
    2 – Il est possible aussi que le sultanat remercie par ce geste ( qui n’est pas très obligeant ) ksa pour un don de 5 milliards de dollars ; et en espère d’autres.
    3 – oman peut aussi faire taire les critiques sur sa relative complaisance à l’égard des iraniens et zaydites ce qui est exagéré car c’est plutôt d’une relative neutralité qu’il faut parler.
    Les pourparlers entre saoudien et rebelles yéménites se faisaient en oman sous l’égide des autorités omanaises et de l’onu. Cette possible prise de position partisane du sultanat risque de poser problème.

    1. @jyb
      Je crois que la coalition ou alliance voulue par les saoudiens vise l’Iran tout simplement. Par ce biais les saoudiens disent aux iraniens en cas de guerre contre nous, vous aurez toute une brochette de pays a combattre.
      .
      Il est utile de rappeler que tout l’est de KSA ou se situent les puits de pétrole les plus importants est un foyer de peuplement historiquement chiite et culturellement tourné vers la Perse. Anciennement toute cette région était appelée Bahrein (en arabe ce mot signifie les ‘deux mers ») et pendant longtemps elle était sous influence perse.
      .
      Plus tard un petit état s’est créé qui s’appelle Bahrein, sur un petit archipel du golfe mais en fait cette désignation recouvre une région qui s’étirait depuis Bassora en Irak jusqu’au détroit d’Ormuz à Oman et s’appelait alors province de Bahreyn (Iqlīm al-Bahrayn). Les saoudiens et plus largement les pays du GCC ont toujours eu peur que les iraniens déstabilisent cette région pour en faire un satellite. C’est ce qui explique qu’ils avaient poussé Saddam a faire la guerre a l’Iran en lui promettant de le financer et c’est ce qui explique aussi que Saddam ait voulu annexer le Koweit lorsqu’il s’est vu réclamer le remboursement des dettes contractées auprès de ce pays alors que sa guerre était destinée a les protéger contre l’Iran…..
      .
      Aujourd’hui l’Irak, qui était un verrou aux ambitions perses sous Saddam, cet Irak est dans le giron de Téhéran et les Saouds voient la menace perse se rapprocher de leurs portes….
      .
      Comme l’Algérie le sultanat d’Oman avait refusé jusqu’à maintenant de se joindre a la coalition saoudienne pour les mêmes raisons que nous (neutralité active dans le dossier des relations KSA-Iran) .
      Sur insistance des saoudiens notre PM s’est rendu en visite officielle a Ryad le mois dernier et a déclaré devant camera que dans le cas ou l’Arabie Saoudite est attaquée l’Algérie pourrait venir a sa défense sans pour autant accepter de se joindre a une quelconque coalition. Ceci pour signifier diplomatiquement aux saoudiens que nous pouvons être solidaires d’eux s’ils sont agressés mais pas s’il sont l’agresseur….
      .
      Vous avez raison de souligner que les incertitudes autour de la succession a Mascate sont vraisemblablement pour quelquechose dans cette annonce. Mais il y a une forte demande de la part de Ryad que les pays arabes leur montre une solidarité en ces temps troubles pour eux, et chacun le fait a sa manière. Les uns avec entrain, d’autres moyennant finances, d’autres enfin comme Oman et l’Algérie, tardivement, sous forme d’un acquiescement tiède de manière a ne pas les froisser tout en y mettant des bémols.

      1. @rc
        excellent. merci.
        la documentation française vient de faire paraitre un numéro sur l’algerie. Solide.
        J’ai lu les articles de relations internationales, qui vont dans l’ensemble le sens de vos posts. Ca ne vous apprendra grand chose sauf la reflexivité de l’analyse.

      2. On en revient a cette grande alliance sunnite dont je parlais .. reste une grande inconnue : qui de l’Égypte et le Turquie sera la nation « militaire » et « démographique  » de cette alliance ?
        Personnellement je pense que ce sera l’egypte, deja proche de ksa, et n’ayant pas les ambitions identitaires ottomans
        Si cette « OTAN Sunnite » voyait le jour, elle deviendrait une alluance militaire majeure, potentiellement puissante, et aguerrie par plusieurs conflits.. sans oublier qu’ils controleraient plus de 50% de la production mondiale de pétrole !

        1. Je souscris c’est d’ailleurs pour ça que les saoudiens ont payé rafales et autre mistral mais l’Egypte a déjà pris ces distances avec l’Arabie saoudite trop belliqueuse et Sisi se souvient aussi du rôle des saoudes dans le mouvement des frères musulmans. L’Egypte sera l’armée de terre, l’arabie le banquier /air force et les EAU ayant l’armée la plus apte et pro sera le fer de lance (égyptien et qatari sont piqué par les capacités emiratis)
          Si la Turquie rentre dans la danse c’est pour dominé tout le monde, comme les Ottomans qui ont (avec Erdo).

        2. @elmin
          Seuls les égyptiens ont les moyens et l’autorité pour exercer un leadership sur le monde arabe.
          Et non je ne crois pas une seconde les arabes capables d’unir leur force sous une même entité.Regardez les exemples d’union, d’alliance, de guerres du 20ème siècle et vous constaterez qu’il y a une marche que les arabes ne sont pas prêt, ni prés de gravir.

          1. @jyb
            il faut relire les pages de la documentation française … si toutefois ils sont aussi solides que vous le disiez 😉
            je ne peux pas savoir je n’y ai pas accès ici….
            .
            La SEULE FOIS dans l’histoire récente des états nations arabes ou il y a eu une véritable union dans l’action (et pas simplement dans la parole comme avec Nasser) c’est sous le leadership de Boumediene…………….. posez vous la question de qui l’a assassiné……….. et comme vous le savez que nous avons la mémoire longue….très longue même…………….
            .
            Tout vient a point a qui sait attendre dit le dicton……………
            Lorsque les objectifs vaudront la peine l’union se fera naturellement. Et l’Iran se joindra a la fête.

          2. @rc
            vous etes trop mystérieux et piquez ma curiosité. Comme je vous l’ai dit, j’ai des grosses lacunes sur l’histoire algérienne de 64 à 90.
            Sinon, l’experience de la république arabe unie était quand même malgré son échec un sacré coup « populaire » et politique.

    2. jyb : jyb décrit toujours parfaitement. C’est un plaisir indescriptible que de le lire. On pourrait le décrire comme un participant modèle du blogue de M. Lagneau. Malheureusement rien n’est parfait ici-bas et voilà une autre pinaille : « ras » n’est pas seulement pour zayus mais aussi et au moins pour tous les Français.

      1. @françoise
        merci.
        C’est le coté Rien A Signaler qui me dérange,
        surtout quand il s’agit du ksa…

  5. les Ibadites est un courant de l’Islam méconnu ,pacifistes si on les compare aux sunnites extrémistes ..
    dommage que le sultanat d’Oman s’associe à l’Arabie saoudite car ils risque gros de voir leur pays investi par les fous de dieux à présent ,pourtant un havre de paix ce pays ..
    il suffit de lire
    Qui sont les Ibadites ?

    Les Ibadites, du nom d’un de leurs fondateurs Ibn Ibad dont on sait peu de choses, trouvent leur origine dans la crise de succession violente qui a vu le jour dès la mort du Prophète Mahomet (632). En effet, ils seraient issus de la branche des Kharidjites (étymologiquement les « sortants »). Lesquels, après avoir été ses partisans, se sont retournés contre Ali (656-661) – le quatrième calife des débuts de l’islam – autour duquel se constituera progressivement le chiisme. Ils iront jusqu’à l’assassiner après qu’il eut massacré un bon nombre d’entre eux en 658. S’en est suivi un cycle de violence et répression dont ils ont fait les frais, numériquement.

    Lire aussi Comment la France a délaissé les études sur le Maghreb

    Les Kharidjites s’implantèrent dans la ville irakienne de Basra, et fomentèrent, aux deux premiers siècles de l’islam, de nombreuses révoltes contre le pouvoir sunnite en place, au nom d’une conception atypique du califat. Pour eux, tout musulman, quel que fût son statut social, son ethnie, son sexe (même un esclave noir et une femme) pouvait prétendre au titre de calife, à condition d’avoir été choisi par la communauté pour sa connaissance de la religion et sa probité. Mais cette branche fut, très tôt, affaiblie par des divisions entre modérés et intransigeants, d’où naquit, entre autres sectes, celle des Ibadites, la seule qui n’ait pas disparu aujourd’hui.

    Lire aussi Tunis confirme sa participation à la coalition contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie

    L’hérésiographie traditionnelle sunnite a construit et diffusé une sorte de « légende noire » concernant les Kharidjites, faisant d’eux un repoussoir et occultant du coup leur conception « démocratique » et égalitariste du pouvoir. Cette conception suscita l’adhésion des convertis à l’islam non-arabes, notamment parmi les populations perses en Orient et chez les tribus berbères au Maghreb, en réaction à l’autorité centrale. Celle-ci, surtout sous la dynastie des Omeyyades de Damas (661-749), faisait l’objet de critiques en raison de la suprématie qu’elle accordait aux musulmans arabes sur les autres membres de la Oumma, et du faste califal jugé contradictoire avec la simplicité supposée de l’islam des origines. C’est ainsi que furent fondées, au Maghreb, des principautés kharidjites, souvent, éphémères. La plus importante qui dura de 776 à 909, eut pour capitale Tahert (Algérie), centre politique de l’ibadisme, carrefour d’idées et d’échanges commerciaux.

    De nos jours, les Ibadites, très minoritaires, subsistent essentiellement en Algérie dans le Mzab, en Libye dans le Djebel Nafusa et en Tunisie sur l’île de Djerba. Sans oublier Zanzibar sur la côte orientale de l’Afrique et le sultanat d’Oman, seul pays où ils sont majoritaires. Ils sont aussi un certain nombre à vivre en diaspora, en France notamment. Les Ibadites actuels récusent leur filiation aux Kharidjites et à leur doctrine, associée à la violence et à l’extrémisme. Ils ont à cœur, au contraire, de définir la leur comme une voie originale du sunnisme et se veulent des « démocrates de l’islam ».

    Ils tiennent à se distinguer de l’islam radical sur plusieurs points : collégialité et esprit d’équité qui animent leurs pratiques religieuses et sociales ; absence d’ostentation de leur mode de vie, perceptible jusque dans l’austérité de leurs mosquées ; ouverture au pluralisme ethnique et religieux. En témoignent les intervenants dans le documentaire d’Agnès De Féo, ainsi que les sites internet des Ibadites et leurs activités culturelles et éditoriales. Cyrille Aillet, l’un des meilleurs connaisseurs de cette famille de l’islam souligne : « Refusant d’être cantonnés dans une périphérie, les Ibadites revendiquent une place à part entière dans l’orthodoxie, et un rôle possible dans la rénovation de l’islam. »

    Du côté d’Oman, devenu la vitrine mondiale de l’ibadisme, le discours officiel vante l’esprit de tolérance de la société locale, revendiqué aussi à Djerba. Mais cet esprit de tolérance n’est pas qu’un slogan politiquement correct. Rappelons que – malgré l’attentat commis en 2002 contre le judaïsme local par un terroriste affilié à Al Qaïda – l’île de Djerba, continue d’abriter une des dernières communautés juives du monde arabe (700 personnes environ) et la « Ghriba », l’une des plus symboliques synagogues du monde, lieu d’un important pèlerinage réunissant chaque année plusieurs milliers de juifs venus de l’étranger, désormais sous très haute surveillance.

    1. batgames,
      Je trouve sympathique quand un profane essaye de s’intéresser aux courants de l’islam pour y voir plus clair. Je le dis sincèrement et sans ironie.
      Mais les sources sont difficiles a décrypter pour qqun qui a un regard extérieur.
      .
      L’Algérie est le second foyer ibadite dans le monde après Oman, donc nous en savons quelquechose.
      .
      Contrairement aux images d’Epinal véhiculées ici ou la les ibadites ne sont pas plus modérés que les autres musulmans… Typiquement dans les pays ou ils sont minoritaires ils ont opte depuis des lustres pour un regroupement et vivent entre eux avec un minimum d’échanges avec les autres… Mais ils sont BEAUCOUP PLUS conservateurs que les sunnites en général…. Je n’ai rien contre les ibadites au contraire mais il faut juste dire les choses et eux mêmes ne contesteraient pas ce que je dis sur leur conservatisme très fort….
      .
      Sociologiquement je dirais pour simplifier qu’ils occupent un peu la place des Quakers dans le kaléidoscope chrétien…… Ils s’habillent tous de la mème façon se marient toujours entre eux et constituent une communauté réduite en nombre et un peu fermée au monde extérieur… C’est sur ils n’agressent personne la ou ils sont minoritaires mais ils ne sont pas pacifistes pour autant (cf armée omanaise)…
      .
      En Algérie ils sont présent dans toutes les grandes villes ou ils exercent notamment des activités de commerce de détail, mais ils ne sont majoritaires que dans une seule ville qu’ils considèrent comme leur terroir…….
      .
      Pour la petite histoire l’hymne national algérien a été écrit par un poète ibadite algérien alors qu’il était prisonnier politique pendant la période coloniale (son nom est Moufdi Zakaria). C’est un symbole très fort de leur appartenance a notre communauté nationale….

    2. @batgames
      merci mais juste une remarque. Selon moi, la France n’a rien abandonné en terme d’études orientales à tous les niveaux ( et j’en sais quelque chose) Nous avons une très longue histoire d’orientalistes et d’arabisants depuis le XVIIIéme siècle( cherchez sur wiki Jean-François rousseau, louis Massignon,jacques berque etc) l’inalco, les instituts français d’études arabes et orientales au caire ou à damas, les départements monde arabe des universités ( aix Marseille en particulier) idem dans les IEP…
      Contrairement aux autres grands pays orientalistes, ce capital de savoir et d’expertise est intact.
      L’orientalisme russe ne s’est pas remis de la chute du mur. Idem pour l’allemagne, berlin (Allemagne de l’est à l’époque) avait maintenu un bon département d’études arabes qui a disparu dans les années 80. la grande bretagne n’a pas su réorganiser son université après la fin de l’empire. Voilà pour ce qui se faisait de mieux.
      et j’ajouterai que nous avons la chance en France d’avoir des arabes d’origines diverses qui participent aussi du maintiens de ce bon niveau et de cette ouverture culturelle.
      les ibadites de France ont une assos :
      http://www.net1901.org/association/ASSOCIATION-DES-IBADITES-MOZABITES-EN-FRANCE-ANTENNE-DU-NORD-AIMF-NORD,1305851.html

  6. Il s’agit peut être tout simplement de s’assurer d’un éventuel soutien du voisin saoudien, au cas où il y aurait de nouveau des troubles comme au début de 2011 à Sohar. Un échange de renseignements, c’est toujours bon à prendre , dans une région où circulent une quantité de têtes brûlées qui ne rêvent que de mettre le monde à feu et à sang.

  7. il faut savoir une chose, les pays du Golf n’ont pas de population capable de defendre leur territoire ils n’éxistent que par la protection des USA
    ils développent l’Islamisme pour se faire une armée de mercenaire étranger pour essayer d’éttendre leur influence quand les pétro dollar ne suffisent pas

    1. Ou bien .. s’allier avec un pays sunnite ayant une démographie et une armee forte, qui sera des lors financé par les autres pays comme nation protectrice.
      L’Égypte répond clairement à cette définition

  8. Si je comprends bien donc, l’Arabie Saoudite a mis sur pied une coalition pour lutter contre ce qu’elle a fabriqué depuis des années, et contre ce que des membres de la même coalition continuent à diffuser, à sponsoriser et à financer sur toute la planète.
    La logique rectiligne de ce pays( qui impressionne par toutes les facettes de ses talents ) , n’en finit pas de m’étonner.
    L’immense admiration, proche de la dévotion, qu’il inspire à nos dirigeants et à nos élites financières, n’a d’égale que le nombre de zéros au bas des contrats ( d’armement, en general) qu’il nous a permis, en finançant l’Égypte entre autres..
    le wahhabisme et les marchands de canons : un mariage fusionnel, une osmose, le meilleur de ce qu’a pu produire l’espèce humaine depuis très longtemps…

Les commentaires sont fermés.