La frégate de taille intermédiaire pourra évoluer afin de mettre en oeuvre des missiles de croisière

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

63 contributions

  1. stalker69 dit :

    oui ….il sera possible de … à la refonte de demi-vie par exemple …. comme pour les Frégates Lafayette qui ont devant le poste de navigation un bel emplacement bien plat pour accueillir des lanceurs verticaux pour des missiles AA en remplacement des Crotales, emplacements prévus dès la construction …. et maintenant que nous y sommes, j’avais « rêvé » de missiles MICA (8 …voir 16 soyons fou !!) …et on va se retrouver avec 4 mistrales à la place de 8 crotales !!!! Si ce n’est pas prévu dès le début … un tel investissement ne se fera pas à mi-vie !

    • Mahon dit :

      pas 8 crotale mais 24 avec les 12 dans la soute

    • anthonyl dit :

      L’emplacement des Aster a été remplacé par un poste supplémentaire si je me souviens bien. De toute façon les Aster fallait pas y compter dés le départ parait-il. Un technicien m’avait expliqué que la mature d’une FLF ne pouvait pas recevoir le radar de guidage.

      • Zayus dit :

        @anthonyl:
        .
        La coque de des FLF n’était prévue pour recevoir un sonar d’étrave non-plus et pourtant 🙂 … D’ailleurs observez que le radar multifonction des FREMM n’est pas installé sur leur mature. Pourquoi le serait-il sur les FLF ?
        .
        Quant au poste féminin installé à l’emplacement des VLS sur les FLF, il pourrait aussi facilement être déplacé au cours de la refonte. Ce n’est pas ça qui posera un problème.

      • stalker69 dit :

        Les Asters je n’y croyais pas …mais VL MICA …j’espérais ! Là on se retrouve avec des Mistrales, certes très bon, mais on est sur de la défense super rapprochée !! Les La Fayettes ne sont plus des frégates de combat, mais de présence maritime. Dommage d’avoir de si bons bâtiments si mal équipés.

    • Zayus dit :

      @stalker69:
      .
      Il semble que l’emplacement prévu sur les frégates La Fayette l’est pour 12 cellules de lancement vertical; soit 1 SYLVER A43 (comme sur le CdG avec ses Aster 15…) + 1 SYLVER A35 (MICA-VL)…
      .
      Si ce mixe s’opère lors de la refonte des FLF, elles n’auront plus besoin de Crotale dont l’emplacement pourrait en effet servir à l’installation de d’un affut TETRAL automatique. Le complément d’un canon téléopéré de 20 mm Narwhal serait également très utile.

  2. Elmin dit :

    A l’inverse, la force des fremm est de pouvoir tout embarquer sansmodification eu egard au fait que sa plafe avant permet d’aller jusqu’a 48 VLS de 7 m., plus les 24 de 3,5 m a l’arriere, contre les 32 de la FTI.
    A priori le nouveau perseus necessitera un sylver70, donc pour les bateaux uniquement equipes de Sylver 50 (horizon) , 43 ( gowind2500, CdG) ou les corvettes restreintes au sylver35, pas question de VLS pour l’anti-navire…

    • Zayus dit :

      @Elmin:
      Cette information au sujets des FTI confirme une intention déjà évoquée d’harmoniser les VLS sur les FREMM et les FDA avec des SYLVER A-70, raison pour laquelle je n’ai pas eu trop doutes en ce qui concerne les FTI.
      Des FTI qui rappelons-le en sont toujours au stade de la planche à dessin et qui peuvent très bien intégrer les A-70 dans leur conception.
      .
      Nous aurons à terme une quinzaine de navires que l’on pourra suspecter emporter des MdCN 😉 …

    • Fralipolipi dit :

      Elmin,
      Vous touchez là précisément où ça fait mal.
      Nous avons d’ores et déjà sur nos frégates un bien faible équipement en silos verticaux et en missiles AA à mettre dedans.
      Et demain, ce sera pire encore, vu que le Perseus sera vraisemblablement lancé en vertical,
      et que ce Perseus remplacera à terme MDCn … ET Exocet !!!
      Du coup, à l’arrivée du Perseus (ou de la progéniture issue de ce programme Franco-Britannique), avec les armements Mer-Mer basculant aussi en silo vertical, les besoins en silos de grand format (Sylver 70) risquent d’être encore plus criants … à moins que MBDA ne prévoit 2 types de rampes de lancement pour un même missile (verticale et diagonale idem Exocet), mais sur ce sujet le doute est permis.
      .
      Aussi à ce stade, il est grand temps que qqun décide de lancer 2 Fremm de plus (les #9 et #10), et qu’avec les 2 Fremm à (plus grande) vocation anti-aérienne (les #7 et #8), elles soient toutes les 4 équipées d’un radar Sea Fire (comme celui des FTI) + d’un « maximum » de silos Sylver 70, pour pouvoir embarquer un maximum d’Aster30 (avec panachage possible de qques Aster 15) + qques MDCn.
      Si, en plus, il pouvait être prévu qques VL Mica en marge du hangar hélico, ce qui ne contraindrait plus à embarquer des Aster 15 dans les sylver 70, et ce qui permettrait de maximiser encore plus l’emport d’Aster 30,
      nous aboutirions alors, à moindre frais, à d’authentiques « Destroyers »,
      totalement modernes et ultras polyvalents, … et prêts pour les évolutions à venir
      … sans avoir à craindre de ne jamais voir venir – à mi-vie – les évolutions nécessaires spéculées au départ (Cf exemple des Lafayette).
      .
      Pour tout dire, dans la mesure où nous disposons avec la Fremm d’une plateforme qui permette d’atteindre une polyvalence hyper-large avec efficacité maximale sur tous les spectres, je ne comprends vraiment pas comment ni pourquoi il n’est pas possible de reprendre le très bon raisonnement qui a permis d’aboutir à l’excellent avion qu’est le Rafale … qui est si adapté à tous nos besoins comme chacun sait.
      .
      Qu’il serait dommage de passer à côté de cette opportunité que nous offrent les Fremm, qui, au delà de pouvoir emporter plus d’armements que les FTI, ont également une plus grande autonomie en mer que les FTI (et pas que d’un peu) … ça aussi ça compte !!!
      .
      Je ne dis pas qu’il faille « scrapper » le programme FTI, car à l’évidence il faut aller chercher les marchés Export.
      Par contre je supporte l’idée d’un complément de 2 Fremm pour arriver au total de 10, et avec les 4 dernières équipées au top … comme ce que l’on va proposer au Canada pour son Appel d’Offres, car ce ne sont pas des FTI qui nous allons proposer au Canada, mais bien des Fremm avec Sea Fire + un gros paquet de silos verticaux … Guess Why !?!
      .
      A suivre donc (notamment à partir de Mai 2017)

      • Zayus dit :

        @Fralipolipi:
        .
        Ce sont 13 FREMM + 2 FDA pour tenir l’engagement des 15 frégates de 1er rang du LBDSN de 2013, qui passeraient dès lors à 21 avec les 5 FTI, qu’il faut envisager.
        Ce qui sous-entend non-pas 3, mais 5 FREMM (2 FREDA + 3 ASM) supplémentaires aux 8 actuellement confirmées.
        .
        Sinon la solution que vous proposez serait aussi un bon compromis à condition de voir le SF-500 installé sur les 3 question en plus des 2 classe Alsace prévues.
        .
        Observons que si la généralisation des SYLVER A-70 se généralisait des FDA aux FTI en passant par les FREMM, cela augmenterait comme sans précédent les capacités AA et AVT de la Marine Nationale notamment avec les FTI équipées de SF-500 (espérons que les Alsace le reçoivent aussi).

        • Zayus dit :

          Sinon la solution que vous proposez serait aussi un bon compromis à condition de voir le SF-500 installé sur les 3 FREMM ASM EN question en plus des 2 classe Alsace prévues.

          • Khay dit :

            Dans le pire des cas je vois pas pourquoi il serait impossible d’installer des silos en plus sur la plage centrale une fois les Exocets débarqués, quitte à ce que ce soit à peine moins « sale » que les VLS rajoutés de manière très improvisée sur les frégates canadiennes, au cas il soit pas possible de les installer assez bas pour qu’ils ne dépassent pas. Quelqu’un sait ce qu’il y a sous la plagee centrale sur une FREMM ?
            En plus de cela faut vraiment qu’on développe un Aster 15 sur un booster fin qui rentre par 4 dans un silo, comme le CAMM-ER (qui va apparement remplacer l’Aster 15 en Italie sur les FREMM et Horizon et en Grande Bretagne installé au moins sur les Type 26) et un Mica-VL qui puissent être installé de la même manière, histoire d’avoir une défense terminale digne de ce nom.

          • Elmin dit :

            Ou bien, vous prenez le parti de dire que la classe alsace c’est 7 Fremm montée en 48 sylver70 et 24 A35, disposant d’un sea fire 500 et d’un sonar d’etrave, d’une flute et d’un captas.
            L’equipement standard serait 16 MdCN, 32 Aster30 et 24 Mica Vl, en plus des 8 MM40, soit un bateau a 80 missiles capable de faire bien des choses (et si il nous tombait un bras on l’equiperai d’un 127 BAe et de 2 narwhale) . On peut meme garder 3 navires et 48 Aster30 pour en faire de purs escorteurs AA)
            En en commandant 7 sur 5 ans, on revient au rythme quasi optimal, d’autant plus si derieere on commande les FTI. Ca fait du boulot sur 10 ans, je suis certains que les 7 fremm et 7 FTI reviendraient moins cher que 2 FremmDA + 5 FTI …

          • Fralipolipi dit :

            @Khay
            Le CAMM-ER n’est-il pas surtout comparable au VL-Mica plutôt qu’à l’Aster 15 ?
            J’ai en tête que l’Aster 15 est quand bcp plus lourd que les 2 autres … il doit donc permettre plus de choses même si son allonge n’est pas immensément plus grande.
            Qqun en sait-il plus à ce sujet ?
            .
            Quand au VL-Mica, oui clairement le CAMM-ER risque de lui faire de l’ombre, notamment à cause de son éjection pneumatique et de son moindre encombrement, qui facilitent certaines choses sur des bateaux de tonnage faible à moyen.

          • Khay dit :

            @Fralipoli Le CAMM oui de ce que je lis c’est assez semblable au VL-Mica. Le CAMM-ER non, avec 40km+ de portée, et la même vitesse maximale, on concurrence parfaitement l’Aster 15 de ce coté là. Après avec une tuyère de plus faible diamètre je suppose que l’accélération initiale est plus faible (encore qu’on ai surement fait des progrès aussi dans ce domaine depuis le design de l’Aster 15) mais je sais pas dans quelle mesure c’est rédhibitoire.

          • Elmin dit :

            Le CAMM-ER est quadpack ?

          • Elmin dit :

            A ben oui il est quadpack. S’il est aussi precis que l’aster15 il n’y a pas photo, c’est une excellente solution des lors qu’on est sur du Sylver43 (ou 50)
            Pour les pa ou les bpc (voir PR) d’un coté, et les corvettes lourdes a moyennes pouvant s’equiper en sylver43 c’est une excellente solution.
            Meme pour les FTI , pour peu que l’on decide de leur mettre les 32 VLS sylver50, cela permet d’avoir par exemple 28 aster30 et 16 sea ceptor pour l’autodefense (a 45 km l’aurodefense !)
            Il serait extrement bien venu de faire une version de 3,4 m /20 km qui presenterait la même facilité, pour equiper les corvettes legeres ou les vls complementaire des fremm.
            Imaginez notre fremm ER avec ses 16 MdCN, 32 Aster30 et 96 missile de defense a 20 km !!! C’est la puissance de feu d’un croiseur

          • Zayus dit :

            @Khay:
            .
            Monter sur les FREMM des cellules verticales à la place des 8 Exocet est impossible au regard l’occupation des espaces inférieurs.
            Il sera plus simple de rallonger les FREMM (possibilité qui est par contre prévue..) au cours de leur refonte à mi-vie et de l’appliquer de suite sur celles encore en chantier 😉 …
            .
            @Fralipolipi:
            .
            Le CAMM-ER reste effectivement un missile de la même catégorie que le MICA-VL le premier ayant une portée de 45 km pour une vitesse de Mach 3 et le second avec une portée de 50 km pour une vitesse de Mach 4…
            .
            Par contre, les dimensions du CAMM-ER comparables à celles des défunts Crotale VT1, permettent de les monter en Quad Pack dans les cellules verticales des SYLVER et VLS Mk-41.
            Ce qui représente une réelle plus-value opérationnelle.
            .
            PS.
            Rien n’indique que les Perseus ne seront exploitables qu’uniquement à partir de VLS…

          • Zayus dit :

            @Elmin:
            .
            Je n’ai rien ajouter sur l’ensemble votre commentaire que je partage.
            Juste 2 précisions, les FREMM sont déjà équipées de 2 canons téléopérés Narwhal:
            http://www.cotebrest.fr/files/2015/12/Fremm-_5474.JPG
            .
            Sinon on pourrait aussi installer la nouvelle version automatisée du TETRAL ou du SADRAL pour compléter la couverture antiaérienne très courte portée de ces frégates.
            .
            Ces considérations nous rappellent qu’il fut dans les années 60, question d’un format pour la Marine Nationale de 6 navires à vocation antiaériennes.
            .
            Au minimum, 2 FREDA + 2 FDA + 5 FTI toutes équipées en SYLVER A70 permettraient à la France d’avoir de réelles capacités navales pour créer des bulles de protection ATBM.

          • Nico St-Jean dit :

            @ Tous

            Je lis ici que certains donne une porté d’engagement de 45 km au VL-MICA, hors, MBDA affiche une porté d’engagement maximal de 20 km pas plus …
            .
            http://www.mbda-systems.com/ground-based-air-defence/vl-mica/
            .
            Le CAMM-ER reste bien plus avantageux de par ça possibilité d’être en « Quad pack » et pour la comparaison, la meilleure pour moi serait CAMM-ER/ESSM .

          • Khay dit :

            @Zayus: Sur la fiche de MBDA le Mica-VL a que 20km de portée, je vois pas d’où vous sortez vos chiffres de 50 kilomètres.

            Des infos que j’ai collecté un peu partout l’image que j’ai c’est :
            VL-Mica: 20km de portée, vitesse finale mach 3 (en mode tiré du sol. En mode tiré depuis un avion en effet il a 50km de portée).
            CAMM: 25km, vitesse finale Mach3, rentre par 4 dans un silo
            Aster 15: 30km+, vitesse finale mach 3.5
            CAMM-ER : 40km+, vitesse max au moins équivalente à celle du CAMM donc mach 3+ (j’ai pas d’autre chiffre) d’après la fiche et apparemment toujours par 4 mais à 4.20 metres de long il lui faut sans doute un A50 plutôt qu’un A43 vu qu’il y a sans doute un peu de structure au dessus et dessous.

            Si on a des sources différentes pour les chiffres on va jamais être d’accord 😀

            Très intéressant la possibilité de rallonger les FREMM déjà produites ! je ne savais pas.

  3. mich dit :

    On a vraiment du mal a prendre au sérieux ces annonces et l’enthousiasme de dcns,surtout quand on se souvient comment ont été mené la plupart nos programmes de frégates (F67,C70 , la Fayette ,floréal,horizon,fremm)depuis de nombreuses années.Est ce que vraiment il y a eu une comparaison opérationnel et économique entre une mini série de FTI et une série équivalente d’une fremm « serie 2 au gout du jour » ?
    Des FTI d ‘entrée de gamme de 3000 tonnes pour aider dcns à lancer son produit et remplacer petit à petit nos frégates de surveillance lourde (floréal et la Fayette ) pourquoi pas ,mais pour nos  » destroyer » j’ai du mal à croire qu’il ne faut pas garder au moins le tonnage d’une fremm au vu du déploiement de notre marine sur tout le globe.
    Ou alors on renonce au « très grand large » ,mais dans ce cas même la FTI c ‘est trop lourd ,je pense .

    • Zayus dit :

      @mich:
      Les frégates F70 (plus désignées corvettes C70) dont le programme de 7 unités fut mené à terme, sont aussi des navires de « 3000 tonnes » qui déplacent 4850 tonnes en charge et sont des « destroyers » au niveau de leur classification OTAN… La série prévue de 6 Floréal fut aussi menée à terme…
      .
      Ceci dit je rejoins votre commentaire sur le fond, constatant une fois de plus que la Marine Nationale sert de vitrine et de variable d’ajustement de la politique industrielle et commerciale de DCNS pour qui les 3 FREMM exportées bouclaient la série des 11 prévues pour la France depuis le Livre Blanc de 2008 et la LPM 2009/2014…

      • mich dit :

        @zayus
        Si je me rappelle bien la presse de l’époque on espérait un peu plus de C70 et de fregatte de surveillance,mais c’est le passé.

        • Zayus dit :

          @mich:
          Je n’ai pas dit que cette désignation de « corvettes C-70 » est fausse, mais disons que contrairement « à l’époque », elle n’est plus d’actualité et nous parlons aujourd’hui de « frégates F-70″…

  4. sns1974 dit :

    « Quant au tonnage de 4.000 tonnes, il « correspond à un marché de quarante à soixante frégates au cours des dix à quinze prochaines années », a-t-il continué. »
    on attend toujours de savoir où?

    • patex dit :

      France, Canada, Australie, Bresil, Malaisie, Inde, Egypte, Arabie Saoudite, Qatar, Emirats ?
      Le grand cirque sur la liberte de navigation en mer de Chine, et la montee en puissance de l’armee iranienne à laquelle nous devons nous attendre rend ces batiments parfaitement pertinents pour grand nombre de marines… plus pres de chez nous, on peut parfaitement s’attendre à ce que la Norvège s’interesse à ce type de navires si elle veut completer son reequipement (voir les decisions recentes d’augmenter le budget alloué à la défense). Maintenant que le petrole remonte les monarchies petrolières vont reprendre leurs achats d’armement qui se sont taris.

    • Nenel dit :

      Tout à fait d’accord
      Et la marmotte…
      Si DCNS en vend ne serais ce que 5 à l’export, je lui paye un gueuleton à ce marchand de tapis ! Pdg de mes 2. Ils ment comme il respire, tout ce qu’il l’intéresse c’est de remplir ses poches aux frais des contribuables français. Lorsque je vois comment s’ont prévu les programmes ça me fait gerber.

    • Zayus dit :

      @sns1974:
      @patex:
      @Nenel:
      .
      Ce marché cible notamment (pas uniquement…) les remplacements des frégates classe Perry et Meko 200:
      -Turquie (16), Australie (14), Argentine (10), Pakistan (6), Espagne (6), Grèce (4), Pologne (4), Égypte (4), Nouvelle-Zélande (2), Thaïlande (2), Nigéria (1) et Bahrein (1).
      Observons qu’à l’instar des USA avec leurs Perry, l’Espagne réservera ce remplacement à Navantia, tout comme l’industrie militaire navale turque renaissante aura la possibilité de remplacer tout ou partie de son parc.
      Mais les FTI peuvent aussi intéresser le Brésil, le Chili, le Mexique, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, Singapour, Taïwan et le Maroc.

      • patex dit :

        Je suis d’accord avec vous mais ces pays n’ont pas tous les capacités d’acquérir des frégates neuves comme la FTI. L’Argentine n’a pas une bille, l’Espagne, la Grèce, le Nigeria non plus…
        Le marché de l’occasion devrait demeurer assez dynamique, les frégates Lafayette pourraient trouver preneur en Afrique pour des marines comme celle du Nigeria pour faire de la lutte anti-piraterie, mission pour laquelle elles sont parfaitement dimensionnées.
        S’agissant de la Pologne, j’ai du mal aujourd’hui à voir DCNS y vendre quoi que ce soit…

        • Zayus dit :

          @patex:
          .
          Oui c’est certain et je ne fais ici qu’évoquer des marchés potentiels pour illustrer les 40/60 frégates évoquées par Boissier.
          Il est clair que par exemple l’Espagne fera appel à une solution nationale ou que la Grèce attendra longtemps des jours meilleurs…

  5. Zayus dit :

    @Elmin:
    .
    Une pensée pour nous renvoyer à la conclusion commune d’un de nos précédents échanges 😉 !

  6. wagdoox dit :

    C’est simple les politiques misent sur le drapeau, si ca bouge vraiment on envoie le CDG ou une fremm, les FTI seront là juste pour planter le drapeau. Si jamais le CdG suffit pas les armes nucléaires et si le type d’en face ne s’enfui pas de peur, on baissera le pantalon.
    La logique des Fremm en grand nombre était la bonne mais la France retombe dans ses travers et la marine nationale sert de vitrine à la DCNS. Le budget des FTI est déjà trop faible pour être efficace.

    • Zayus dit :

      @wagdoox:
      .
      Rappelez-nous quel ennemi fut menacé d’armes nucléaires par la France ?
      En fait la doctrine nucléaire de la France exclue tout usage offensif ce qui fait que son utilisation n’aurait aucun rapport avec le CdG.
      Votre rapide conclusion est donc inutile pour exprimer un fait qui reste néanmoins réel : la Marine Nationale sert de vitrine commerciale à DCNS.
      .
      L’exemple des FTI imposées par DCNS est un exemple caricatural de cette situation sachant que DCNS avait atteint ce qui était son objectif de 11 FREMM depuis 2008; même si sur ces 11 unités, 2 ont été vendues à l’export et une 3e reste en option pour la marine égyptienne.
      N’oublions pas que les 2 FREMM exportées équivalent aussi à 2 unités différées pour la Marine Nationale à laquelle elles étaient initialement destinées…
      .
      Sans oublier que quand en 2004/2007 il était encore question de favoriser le programme FREMM, le programme Horizon vit sa cible amputée de moitié avec l’annulation de 2 navires.
      .
      Une autre programme fut jadis sabré pour les mêmes raisons:
      Il s’agissait de 12 FLF d’emblée sous-armées pour atteindre ce chiffre.
      Mais DCN à l’époque dépassait très vite cette cible de 12 unités avec les contrats taïwanais, saoudien et singapourien qui totalisaient déjà 15 navires exportés.
      La Marine Nationale réduira très vite sa cible à 6 unités pour favoriser la production export de DCN.
      À l’arrivée, la 6e FLF sera annulée et les plus que 5 reçues par la Marine Nationale resteront sous-armées…

  7. jyb dit :

    a propos de l’étrave inversée. Le gain essentiel est : plus de furtivité. Ce type d’étrave génère moins de perturbation et diminue le sillage ( même chose pour la signature radar mais là je ne vois pas trop comment) Il semble qu’il y ait aussi un gain en terme de tenue à la mer mais en l’occurence on manque de recul.
    Pour les voiliers, l’étrave inversée augmente la vélocité ( +de carène immergée = +de vitesse) au détriment de la manoeuvrabilité.

    • tschok dit :

      La documentation sur le sujet rapporte une résistance des marins à l’étrave inversée pour une raison psychologique qui surprend le terrien: par mer formée, l’étrave inversée « plonge » dans la vague, l’avant du navire pouvant alors être submergé.
      .
      En réalité, l’assiette du navire n’est pas modifiée, l’étrave fend simplement la vague, mais cela engendre une appréhension à laquelle il faut, parait-il, s’habituer.
      .
      On peut également supposer que la passerelle est plus exposée aux embruns ou aux paquets de mer. Le design de la FTI intercale entre la proue et la passerelle un massif, sur lequel est posé un pont protégé, et dont la fonction est peut-être de faire écran.

      • Fralipolipi dit :

        Yep.
        En tous les cas, sur cette FTI à étrave inversée, faudra pas négliger le bon entretien du canon de 76 … qui risque peut-être de subir la corrosion un peu plus rapidement que ses alter-ego sur la Fremm …(c’est juste une supposition).
        .
        Sinon, étrave inversée ou pas, on ne peut pas dire que nos marins craignent beaucoup les embruns …
        https://www.youtube.com/watch?v=ctqCJBzNKlc
        .
        sans parler de ceux qui vont régulièrement faire la tournée des Terre Australes, avec des navires pas forcément de la dernière jeunesse.
        .
        Comme pour bcp d’autres choses, on peut leur faire confiance pour vite s’habituer à l’étrave inversée 😉

        • Zayus dit :

          @Fralipolipi:
          .
          Étrave inversée ou pas, toutes les proues sont par définition très exposées à la corrosion.

        • revnonausujai dit :

          si on consulte les photos des cuirassés français du tout début du XX°siècle, ils ont déjà des étraves inversées; il devrait exister au fond de poussiereux cartons d’archives des rapports sur les avantages et inconvénients.
          sinon on pourrait croire qu’il en est comme de la longueur des jupes, ça va , ça vient selon la mode.

    • nonmaisdisdonc dit :

      L’étrave inversée…meilleure tenue a la mer notamment lors de gros temps, c’est ainsi que DCNS, entre autres considérations, présente l’avantage de ce design et du coup on se demande pourquoi on ne s’y est pas mis plus tôt – Même si DCNS proposait sur maquette cette option pour certains navires, il restait à passer à l’acte pour donner un chance a cette évolution de faire sa place et constater de visu les bénéfices annoncés…à suivre !
      Pour l’absence de manœuvrabilité , cela reste a prouver surtout avec la quasi systématisation des propulseurs d’étrave sur les unités de fort tonnage.?

    • WaterBoy dit :

      L’étrave inversée diminue le sillage? Dans les rêves uniquement, car la littérature et les essais techniques ne donnent pas du tout ce résultat.

  8. Erwann dit :

    La France a maintenant la plus grande zone maritime du monde mais l’a-t-on compris au Ministère de la défense ?

  9. themistocles dit :

    Ca marche encore le coup de « l`évolution ultérieure » ?

  10. Parabellum dit :

    Ca fait des années que les américains balancent dès tomahawk et les Russes viennent aussi de lancer dès mer sol…en France on avait un concept naval Original mi sous marin le frappeur dédié à etre une base lance missiles mais on n y a jamais donné suite . Les missiles de croisière mais aussi la seconde artillerie de missiles sol sol doivent entrer et vite dans notre force d’action…

    • Fralipolipi dit :

      Il me semble que le souci du Frappeur provient du fait qu’il transporte un armement extrêmement onéreux car en très grand nombre, alors que sa structure (pour résumer, le flotteur) relève elle du Low-Cost (je grossis un peu le trait, ne m’en veuillez pas), et serait donc beaucoup plus vulnérable que n’importe quel autre bâtiment de 1er plan.
      En fait, l’essentiel de la valeur d’un batiment moderne réside dans son armement et ses capteurs, bien plus que dans la structure du bateau lui-même.
      Voilà pourquoi le principe du Frappeur peut sembler pertinent parfois (conflit asymétrique), mais pas toujours … en dehors d’un conflit asymétrique « très maitrisé » (… ce qui revient à dire … pas de Golde Persique pour un Frappeur, mais seulement du Médor … dans le cas actuel du conflit en Syrie), le Frappeur souffrira de sa vulnérabilité … même s’il est copieusement escorté.
      .
      Selon moi, le top du top serait d’avoir un SNLE rapidement configurable en SSGN.
      Régulièrement (ceci devrait être le cas à la sortie d’IPER du Téméraire), sur notre flotte de 4 SNLE, il y en a un qui pourrait être disponible pour être ainsi gréé, avec par exemple 4 MDCn par silo de M51 = ce qui nous donnerait une force de frappe potentielle de 64 MDCn … déployable partout dans le monde en toute discrétion.
      .
      Après, vu le faible nombre de SNLE dispos chez nous, il faudrait que cette modularité puisse être possible avec réversibilité « rapide » au M51 si besoin est … le système de combat moderne doit pouvoir gérer, mais la modularité dans un tel silo M51 est-elle envisageable à budget maitrisé et raisonnable ???
      .
      Et puis il faut aussi payer les 64 MDCn … ce n’est pas non plus une bouchée de pain.
      .
      Bon, c’est bientôt Noël, on peut toujours rêver 😉

  11. tartocitron dit :

    Avec un avantage de 10 contre 3 en faveur de la FTI et la possibilité d’emporter des MdCN on peut se demander s’il ne faudrait pas annuler la commande des 8 FREMM à moins de vouloir absolument dépenser plus pour avoir moins. Quant à la priorité qu’accorde la marine à la lutte ASM, elle fait fausse route. Le point faible de la flotte est la saturation de la défense AA. Autant la marine est très performante pour la guerre froide, les bâtiments de surface ne tiendraient pas longtemps en cas de guerre chaude.

    • WaterBoy dit :

      La Marine Nationale ne prépare pas qu’à combattre les conflits qui font la une des journaux. Elle se prépare aussi aux conflits plausibles et probables, même lorsque ce n’est pas sexy.

      Dire de but en blanc que la MN fait fausse route, c’est oublier que les sous-marins existent encore et pullulent dans certaines zones. ET qu’en cas de guerre chaude, ils sont AUSSI uen menace, à l’instar des missiles.

      • tartocitron dit :

        Je persiste en disant que le point fort de la marine est la lutte ASM. Elle est excellente. C’est vrai que les SM pullulent et la tendance est à encore plus dans le futur. Mais vouloir en faire une priorité est un acharnement qui n’apportera qu’une amélioration marginale si elle est encore possible. Alors que, bien que peu probable, si la flotte était attaquée par voie aérienne, je ne lui donne au maximum 2 mn face à une série de missiles à raison d’un tous les 10s. La lutte anti-missile fonctionne mais pas à 100%. Et que dire de l’observation et la reconnaissance ? Bref, les marges de progression dans d’autres axes seraient beaucoup plus bénéfiques.

        • Fralipolipi dit :

          « que dire de l’observation et la reconnaissance  »
          Bien vu.
          Le radar AESA ne fera pas tout.
          Il ne faudrait pas oublier d’équiper nos frégates (et nos patrouilleurs océaniques) des drones Reco adaptés (à voilure tournante et/ou à voilure fixe) … et là non plus, on n’est pas particulièrement en avance …

          • Zayus dit :

            @Fralipolipi:
            .
            Depuis une frégate et qui plus est un patrouilleur océanique,
            mieux vaut utiliser des drones à voilure tournante, voire des convertibles, plutôt que des voilures fixes qu’il faudra catapulter (et installer un rail en fonction à la mode SDTI…) et récupérer à la baille même en l’imaginant adapté en hydravion…

        • Zayus dit :

          @tartocitron:
          .
          Les FTI si elles sont dotés de 32 (au lieu de 16…) cellules verticales SYLVER A-50 ou A-70, auront une réelle capacité antiaérienne, avec leur SF-500, tout en disposant de leurs capacités ASM.
          .
          Il serait par contre indispensable que les 2 FREMM-DA qui ne seront que des FREMM-ASM avec un nouveau radar multifonctions Herakles Mk2, muent en FREDA avec un SF-500, 48 cellules A-70 et 24 cellules A-35.
          .
          Par contre n’opposez pas les programmes de la flotte de surface à ceux de l’Aéronavale où il y a effectivement du retard ou des moyens limités sur les flottes aériennes PATMAR et SURMAR.
          .
          Je peux vous annoncer avant tout le monde que l’option de drones MALE de reconnaissance navale sera d’actualité à l’horizon 2025 avec le drone MALE RPAS européen en cours de développement.

    • Elmin dit :

      Merci pour ce commentaire eclairant )

    • Zayus dit :

      @tartocitron:
      .
      « …on peut se demander s’il ne faudrait pas annuler la commande des 8 FREMM à moins de vouloir absolument dépenser plus pour avoir moins. »
      .
      Annuler la commande des 8 FREMM sous-entend de retirer celle qui sont entrées en service en plus de celles qui sont en construction…
      Y avez-vous réfléchi avant de balancer n’importe quoi ?
      .
      Savez-vous que les FTI coutent aussi cher que les FREMM à hauteur comparable de missiles, car les FTI prévues pour la France n’embarqueront que 16 SYLVER, contre 32 pour les FREMM.

    • Fralipolipi dit :

      @Tartocitron
      Il suffit d’équiper les Fremm du même radar Sea Fire que les FTI … et tous les chiffres des avantages s’inversent.

      De plus, n’oublions pas que les Fremm ont plus d’autonomie en mer que les FTI.
      Pour aller en Médor, ce n’est pas le souci, mais pour aller se balader dans l’océan indien, voire en mer de Chine … ça peut être utile … de même que les 32 Sylver.

  12. tartocitron dit :

    DCNS pourrait trouver d’autres clients pour celles en construction. Que n’a t-elle fait avec les BPC Mistral ? Et quand on voit que la FTI domine la FREEM à 10 contre 6, ce n’est pas rien.

    • Zayus dit :

      @tartocitron:
      .
      Il y a un truc que vous n’avez visiblement pas capté, c’est que les FTI sont justement sensées se vendre plus facilement à l’export que les FREMM, d’autant plus que des FREMM de seconde main…
      .
      Avez-vous également réfléchi au fait que la première FTI n’entrera pas en service avant 2023 ?
      Ce qui sous-entend que la 5e FTI sera livrée en 2028…
      De fait, si on en construit 8 autres pour remplacer les 8 FREMM, elles ne seront pas livrées avant 2036 dans le meilleur des cas…
      .
      D’autant plus qu’en du SF-500, les FREMM restent supérieures aux FTI en terme de capacités pour un cout qui fut rendu plus important du fait de 2 réductions successives de séries.

      • tartocitron dit :

        Ce que je comprend c’est que la marine va se retrouver avec 2 types de navires qui ont des capacités peu ou prou identiques (suivant telle option l’un est mieux, oui mais plus cher, quoique, faut voir, la réduction de cible des FREMM va entraîner l’augmentation du coût unitaire, imposer la prolongation de navires anciens, le tout avec des risques de rupture capacitaire…). Cela fait tâche quand on veut rendre la maintenance plus efficiente (unification des compétences, coûts logistiques des pièces, MCO…).