Archives quotidiennes : Lundi, 12 décembre, 2016

La DGA a lancé la rénovation du système de surveillance spatiale GRAVES

Mis en service en 2005, le système radar GRAVES (Grand réseau adapte à la veille spatiale), qui permet de suivre des débris spatiaux ainsi que les satellites d’observation et d’écoute étrangers évoluant à une altitude comprise entre 400 et 1.000 km, est exploité par le centre opérationnel de surveillance militaire des objets spatiaux (COSMOS), installé

Le programme F-35 est « hors de contrôle », dénonce Donald Trump

À vrai dire, on s’y attendait. Quelques jours après sa menace d’annuler le contrat attibué à Boeing pour l’acqusition de deux avions B-747-8 destinés à renouveler la flotte présidentielle, Donald Trump, qui se préparer à succéder à Barack Obama, s’en est pris à l’avion F-35, développé par Lockheed-Martin, d’abord dans un entretien diffusé le 11

La France va se doter d’un commandement des « opérations cyber »

À l’occasion de la visite, ce 12 décembre, du centre DGA Maîtrise de l’information à Bruz (Ile-et-Vilaine) et de l’inauguration du Pôle d’Excellence Cyber, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a dévoilé quatre grands axes de la future doctrine française en matière de cyberdéfense, qui sont les « missions », les « coopérations internationales », les aspects

Syrie : La ville de Palmyre à nouveau sous le contrôle de l’État islamique

Sous pression à Mossoul (Irak) ainsi qu’en Syrie, notamment à Al-Bab (face aux groupes rebelles syriens soutenus par la Turquie) et à Raqqa (Syrie), l’État islamique (EI ou Daesh) a pu trouver assez de ressources pour lancer une contre-attaque en direction de Palmyre, ville que ses combattants abandonnèrent suite à une opération menée par les

Pyongyang a simulé l’attaque du bureau présidentiel sud-coréen

Les tensions sont toujours vives dans la péninsule coréenne et la dernière provocation de Pyongyang de contribuera évidemment pas à détendre l’atmosphère avec Séoul, qui, par ailleurs, traverse une gave crise politique, la présidente Park Geun-hye ayant été suspendue de ses fonctions suite à l’adoption d’une motion de destitution votée par le Parlement sud-coréen. Le