Et si la France s’inspirait du Royaume-Uni pour financer ses opérations extérieures?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Elmin dit :

    en voila une bonne idee ! Cessons le bricolage sur le budget de la defense !

  2. Pathfinder dit :

    Un détail de verbiage à ne pas négliger est la confusion, souvent entretenue, entre « budget » et « dépenses »… idem pour les « prix » et les « coûts ».
    .
    Un budget est une prévision de dépenses. Dans le cas présenté dans l’article, il est impossible d’allouer un budget réaliste pour les Opex, pour la bonne et simple raison que l’on ne connaît ni la forme, ni l’intensité des opérations à venir! Faudrait-il alors s’arrêter là où les dépenses atteignent le plafond alloué par le budget? 🙂
    .
    Les articles précédents, sur les munitions et le service des essences, illustrent malheureusement bien le résultat de cette confusion. En y ajoutant l’aspect social, puisqu’il était même difficile de recruter pour ces services…
    .
    Le « prix » indique généralement la dépense réalisée à l’achat, pour l’acquisition. Le « coût » est l’addition du prix et des dépenses liés à la possession et l’utilisation du machin; un exemple simple est un véhicule: prix d’achat, et coûts de fonctionnement et d’entretien (+ impôts, place de garage, etc.).

    • tschok dit :

      @ Pathfinder,
      .
      Une précision de vocabulaire (de « verbiage » comme vous dites, puisque ce qui se conçoit bien s’énonce clairement) qui n’enlève rien à votre com: un budget n’est pas qu’un prévisionnel de dépenses. Ca, c’est la moitié d’un budget.
      .
      Un budget est un document comptable qui affecte des recettes à des dépenses en les associant à une qualification juridique donnée et qui constitue une ligne budgétaire.
      .
      Par exemple ligne budgétaire munition: cékoi une munition? C’est une arme? Normalement, non. Mais une grenade, par exemple, c’est une munition ou une arme? Donc, vous devez élaborer une qualification juridique et décider si votre grenade, vous la mettez en ligne munitions ou armes.
      .
      Quand on sait pas décider, on prend des conventions. Par convention, je décide que la grenade est ceci ou cela et c’est réglé.
      .
      Un plan comptable est une série de conventions.

      • Pathfinder dit :

        On peut toujours creuser et ajouter des termes, mais à vouloir chipoter pour simplement rajouter des lignes:
        « Un budget est une prévision de dépenses »… est le Quoi
         » (…) en les associant à une qualification juridique donnée »… est le Comment
        .
        Libre à chacun de créer des sous-catégories et des exceptions. Le point à retenir est que les dirigeants enfument tout le monde avec des histoires de budget, sans jamais s’attarder sur les dépenses effectuées (ou celles qui sont nécessaires).
        .
        La Défense, et les activités qui en dépendent, ont avant tout un impératif de résultats. Au pluriel.

        • tschok dit :

          « Le point à retenir est que les dirigeants enfument tout le monde avec des histoires de budget (…) »
          .
          C’est une façon de voir. Il y a une autre façon de voir, mais elle exige du travail:
          – Le rapport de la cour des comptes est disponible en ligne, mais il faut se taper 160 pages de comptabilité publique. Néanmoins, en pages 7 et suivantes, vous pourrez trouver une synthèse qui vous dispensera de vous farcir l’intégralité du rapport.
          – Le rapport de M. Legge fait… 260 pages (glup!) Il a le mérite d’être agrémenté de considérations générales sur les OPEX, ce qui atténue l’aridité naturelle de ce genre de littérature, assez pénible à lire.
          .
          Laurent Lagneau a mis les liens dans son article, il suffit de cliquer.
          .
          Etre un citoyen responsable exige normalement de s’informer sur les affaires publiques et c’est clairement un gros boulot.
          .
          Finalement, le plus simple est de dire que nos gouvernants nous enfument, comme ça on peut vaquer à nos occupations sans se prendre la tête. M’enfin bon, en gros, les infos sont disponibles pour ceux qui sont curieux et ont du courage. C’est plutôt cela que je retiendrais, pour ma part.

        • Pathfinder dit :

          … Soyez assuré que je fournis ma part d’efforts pour me renseigner, et participer à la bonne marche des affaires publiques auxquelles je suis mêlé. De même que je ne me contente pas de consulter des rapports, et de suivre des directives.
          .
          C’est un plus gros boulot encore de faire en sorte que des objectifs (viables) soient atteints.

      • Fifi dit :

        Une munition est un armement qui est consommé lors de son utilisation et doit être remplacé après utilisation.
        .
        Une cartouche de 5.56 est une munition. On ne peut pas de façon pratique la réassembler pour réutilisation après l’avoir tirée. Un missile M51 est aussi une munition. Une fois tiré, le M51 doit être … ouais, sauf que ça, c’est un peu un cas à part. Une fois qu’on se met à tirer pour de vrai au M51, on s’en fout un peu des questions d’inventaires.
        .
        Par contre, un fusil d’assaut n’est pas une munition. Après utilisation, il peut requérir une maintenance mais pas nécessairement un remplacement complet. Un Rafale n’est pas non plus une munition. Même chose que le fusil d’assaut, après quelques heures de vol, un Rafale, il faut pas oublier de nettoyer la culasse 🙂

  3. Céphée dit :

    Le nerf de la guerre mériterait une meilleure gestion, c’est indéniable.

  4. cipal dit :

    Finalement en la matière comme dans tout ce qui touche au fonctionnement de l’état, ce qui tue c’est la fin du bon sens !
    il faut un rapport de la cour des comptes,(qui servira à caler les pieds du bureau bancal de Bercy ou est élaboré le budget) pour enfoncer les portes ouvertes, et que le simple bon sens aurait suffit à régler le problème !
    il est vrai que si l’on faisait simple il y aurait une sacrée palanquée d’inutiles à virer de Bercy … et ailleurs

    • tschok dit :

      Non, ce n’est pas qu’une affaire de simple bon sens, c’est une vraie décision: isoler le coût des OPEX et l’inscrire sur un budget distinct de celui de la défense, cela veut dire que vous sanctuarisez le budget de la défense et que vous perpétuez celui des OPEX.
      .
      Ca a un coût.
      .
      Par ailleurs, ça complique la lecture. Aujourd’hui le budget de la défense est donné aussi bien pensions comprises que hors pension. En euros constants ou courants; S’agissant de l’équipement, il peut être donné hors TVA ou TVA comprise. Si on fait une comparaison internationale, on le donne en USD, etc.
      .
      Si on met les OPEX hors budget défense, cela signifiera que notre budget de la défense ne reflètera pas totalement notre effort de défense, il faudra donc préciser hors OPEX ou OPEX comprises.
      .
      Et demain, un type pourra dire avec bon sens qu’il est anormal que l’armée subisse les variations du cours des produits pétroliers, et on sortira du budget défense la dépense carburant et lubrifiant. Et un autre dira la même chose pour les pièces détachées. Etc.
      .
      Très vite, votre budget ne veut plus rien dire.
      .
      Extraire une dépense budgétaire d’un budget, c’est une vraie question: vous voulez que votre budget soit sincère, précis et exact ou vous voulez juste que ce soit un truc comme ça, fait à la va-vite, histoire de se donner un genre?

  5. dureau dit :

    Ca semble tomber sous le sens mais j’avais oublié qu’en France on adore compliquer les choses. Si en plus la bonne pratique vient de nos amis anglais, il y en aura bien quelques -uns pour s’y opposer par principe…

  6. Thaurac dit :

    Quand il s’agit de chercher des idées qui les arrangent, à l’étranger, ils ne se gênent pas et nous les bassinent à longueur de journée , mais quand c’est de très bonnes idées comme celle ci, que nenni , pas un seul la voterait!

  7. ScopeWizard dit :

    J’ y pige que dalle ! C’est quoi cette usine à gaz époustouflante ?? 🙁

  8. Fred dit :

    Allez, une confidence de retraité. Issu du monde des PME où mes parents m’avaient fait rapidement et facilement comprendre les secrets d’une bonne gestion, j’ai travaillé 12 ans par périodes successives sur plus de 20 ans sur les questions de planification st gestion des finances militaires en face de Bercy. Je n’ai jamais compris comment ça marchait. Un monde nébuleux d’enfumage permanent, d’allers et retours incompréhensibles, d’abondements déguisés, de retenues cachées, d’indices maquillés, de tableaux inexploitables et de discussions aussi interminables que biaisées. La cour des comptes avec son langage policé et ses « recommandations » n’arrivera jamais à circonvenir les bassesses du monde politico -financier tel qu’il existe aujourd’hui. Et qui aura le courage de le changer. Qui pourrait être le « grand désenfumeur »? Un prochain PdR ? Rêvons…

  9. petitjean dit :

    ça sent la bricole, l’amateurisme. Ou, y-t-t-il un pilote dans l’avion ?
    je viens du privé où les coûts, leur estimation, les prévisions, les provisions pour dépenses exceptionnelles, les anticipations, etc, sont la règle.
    Au vu de ce rapport il en ressort que les besoins financiers de nos armées, les surcoûts inévitables , les impondérables liés aux missions extérieures (on use et casse du matos en OPEX, on consomme des munitions et du carburant , quelle découverte !), ne sont pas correctement établis. Nos grosses tête, n’auraient-elles pas prévu le financement d’un pays en guerre ?
    C’est quelque chose qui ne devrait pas échapper à un bon directeur financier.
    Bref et en conclusion : c’est juste une histoire de chiffres à mettre dans la bonne colonne, la bonne rubrique. L’état qui commande ces fameuses et coûteuses OPEX devrait au moins estimer et provisionner ces coût. Basique, non ?

    Bref, ce n’est qu’une histoire de gros sous. Il y a le pays en guerre et le pays qui ne l’est pas : les besoins ne sont pas les mêmes.

  10. wrecker47 dit :

    Il serait surtout grand temps de dégager de l’OTAN pour ne plus servir de supplétifs de l’oncle SAM ,revenir vers unes armée plus étoffée en liaison avec les autres pays européens pour garantir nos frontières ,et cesser de vouloir jouer dans la cour des grands …mais le veulent-t-ils seulement ?…Ils préfèrent cracher au bassinet de l’OTAN et le moins possible par des arguties diverses et variées plutôt que de se prendre en main !
    Le monde civil européen joue la montre et la bourse , d’autres sonnent déja le Breixit !…L’Europe n’aura pas de Défense commune …car les USA ne le souhaitaient pas !

  11. Myshl dit :

    Extirper du budget Défense (Nationale) ce qui devrait être effectivement provisionné à Bercy, voire imputé au Minaé, ce serait bien, très bien.
    Cette mesure permettrait de conserver les sous à la Défense pour l’entretien des forces, les renouvellements de matériels, et permettre aux armées de se consacrer plus que trop peu aux missions de souveraineté, en outre-mer surtout.
    Mais allons plus loin.
    Vigie-pirate, état d’urgence, c’est de la sécurité intérieure,
    pourquoi donc le Mindef devrait-il payer pendant qu’on lui vole sa ressource humaine?
    Y’a comme du foutage de gueule.
    Ou alors il faut renommer le Mindef en « Ministère de la guerre et de la sécurité intérieure »,
    rendre la Gendarmerie à sa vocation militaire. Et créer la Garde Nationale, une vraie, pas le truc que les saucialistes ont pondu en serrant les fesses.

  12. Delenne sylvain dit :

    Sortont de l’OTAN cela fera déjà des économies puis ramener nos gars qui sont chez les saoudien ,et d’autre pays du golf ,maintenir nos positions en Afrique sur nos base arrière pour protéger la population de certaine exaction ,mais laisse les Africains réglé leurs problèmes entre eux car faire la police a leurs place ça coûte.Sinon tout le monde a la maison et une pose sabbatique dans les opex afin de permettre a nos gars et aux matériels de ce repose et de ce renouvelé .

  13. TontonCharlie dit :

    Il est clair que notre armée a besoin de plus de simplicité au niveau de sa gestion.

  14. maxime dit :

    Ceux qui s’étonnent de la situation doivent avant tout savoir une chose primordiale à qui veut comprendre l’Etat français: le véritable pilote du bateau France, c’est Bercy. Le décorum politique autour de ce ministère lui est tacitement subordonné, jusqu’au PR. Et la raison de cette situation est assez simple: si le bateau ne coule pas, autrement dit si les marchés continuent à nous prêter de l’argent tous les jours, c’est d’abord parce que l’administration fiscale française est efficace dans sa capacité à garantir la continuité de nos échéances, perpétuellement renouvelées (donc la continuité de notre esclavage au système financier).
    Bercy est un monstre, mais tuer Bercy reviendrait à nous plonger dans une crise systémique sans précédents. Son pouvoir est donc absolu.

  15. Lagaffe dit :

    Pas si bien géré que ça la défense chez les rosbifs : Faute de personnel, la Royal Navy demande des marins à la France !
    http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/faute-personnel-royal-navy-demande-marins-a-france-114378

  16. Chasseur dit :

    Il suffit de faire comme dans le monde des entreprises. Les OPEX sont comptablement des opérations ‘hors-bilan’, donc financées sur une réserve spéciale, et les opérations de dépenses de fonctionnement ordinaires des militaires sont comptabilisées sur le budget et les dépenses des crédits de la Défense.
    La prochaine étape c’est que cette réserve spéciale des OPEX soit abondée par des crédits européens : ça, ça mouillera vraiment tout le monde en Europe. Beaucoup plus efficacement que les incantations des hommes politiques.

  17. Rétex dit :

    et si on s’attaquait au régime fiscal des journalistes pour financer en partie les OPEX?

  18. Steph dit :

    Peut-on comparer armée britanique et armée fançaise au niveau des opex, puisque c’est de ce budget qu’il s’agit, combien de militaire français engagé en OPEX ou en OPINT? combien de britanique, je crois que nous ne jouons pas dans la même cour!
    Ensuite, sortir le budget OPEX du MINDEF, serait à mon sens, la porte ouverte aux autres ministère pour venir se servir!
    je pense que les efforts d’économie effectués par le ministèe de la défense depuis cette décennie est énorme et exemplaire par rapport aux autres ministères, administrtions, conseils généraux et j’en passe… Alors donnons à notre Défense les moyens de défendre nos concitoyens et nos intérêts, et piochons ailleurs!