L’Union européenne a adopté une « feuille de route » pour renforcer sa défense

ue-20140816

Les déclarations faites lors d’une campagne électorale sont comme les propos tenus en fin de banquet : il faut en prendre un peu et beaucoup en laisser. Lors de sa course vers la Maison Blanche, Donald Trump, finalement élu le 8 novembre, a laissé entendre qu’il remettrait en cause la clause de défense collective de l’Otan, étant attendu que, sous sa présidence, une intervention militaire américaine ne serait pas forcément automatique dans le cas où l’un des Alliés serait attaqué, en particulier si ce dernier n’a pas fait d’efforts financiers suffisants pour sa défense.

Cependant, après l’avoir rencontré avant de s’envoler pour l’Europe, le président Obama a assuré, le 14 novembre, que Donald Trump est « favorable à la solidité de l’Otan ». Et d’ajouter, toujours au sujet de celui qui lui succédera en janvier : « Je crois qu’au bout du compte, c’est un pragmatique. Et cela peut lui être utile, à partir du moment où il a de bonnes personnes autour de lui et qu’il sait clairement où il va. »

A priori, il ne devrait pas y de grand bouleversement dans le domaines des relations militaires américaines. Du moins, c’est qu’a expliqué Susan Rice, la conseillère à la sécurité de l’actuel locataire de la Maison Blanche. « Le poids de la fonction [présidentielle], le poids du leadership mondial de l’Amérique et les responsabilités que cela comporte, l’histoire que nous partageons et nos intérêts font que nos alliés et partenaires peuvent compter sur le respect par les Etats-Unis de leurs obligations », a-t-elle dit.

Reste que plusieurs pays européens s’inquiétent toujours d’un éventuel désengagement américain du Vieux Continent. Cela étant,  les États-Unis deM. Obama, quand il n’était question que de leur « pivot »  vers l’Asie-Pacifique, avaient commencé à réduire la voilure en Europe… Avant de revoir cette orientation après l’annexion de la Crimée par la Russie. En outre, cela fait maintenant plusieurs années que les responsables américains demandent à leurs Alliés de l’Otan de revoir à la hausse leurs dépenses militaires et de prendre en main leur propre défense.

Aussi, la feuille de route adoptée le 14 novembre par les ministres de la Défense des États membres pour renforcer les capacités militaires de l’Union européenne n’est pas une réponse spécifique à l’élection de M. Trump.

« L’autonomie stratégique de l’Europe s’impose quels que soient les présidents des Etats-Unis (…) Ce n’est pas en trois jours qu’on aurait pu faire ça », a d’ailleurs commenté Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense. En réalité, cette « feuille de route » était discutée depuis une réunion tenue à Bratislava le 27 septembre dernier.

Cet accord adopté par les ministres européens, réunis à Bruxelles, évoque une « structure permanente » qui, destinée à améliorer la planification et la conduite d’opérations civiles et militaires sous la bannière de l’UE, se substituerait à différents centres de commandements existants. Mais aucune décision n’a été définitivement à cet égard, Federica Mogherini, la Haute-Réprésentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, devait faire des propositions d’ici le premier semestre 2017.

Pour le reste, le texte parle de développer des capacités communes, d’améliorer l’interopérabilité et de renforcer les moyens d’intervention dans le cadre d’opérations de maintien de la paix, notamment avec les groupements tactiques (ou Battle Groups), jamais déployés à ce jour. Il est également question d’un « fonds commun de la défense » et de mettre en place une « stratégie industrielle ».

L’accord des 28, qui devra être encore définitivement validé lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de décembre prochain, « met en place des solutions concrètes pour les structures de commandement, pour le déploiement d’opérations qui doit être facilité et financé plus aisément (…) C’est quelque chose de parfaitement global qui évoque tous les aspects de défense », a confié, à l’AFP, un diplomate européen.

Alors que son pays va quitter l’UE, le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a estimé que, « l’Europe doit dépenser maintenant davantage pour sa propre défense au lieu d’envisager des nouveaux quartiers généraux coûteux ou de rêver d’une armée européenne. » Et d’insister : « C’est la meilleure approche possible face à l’élection de Trump. »

31 commentaires sur “L’Union européenne a adopté une « feuille de route » pour renforcer sa défense”

  1. 1 Dans la mesure ou toutes les déclarations us viennent de l’administration sortante, c’est du vent !
    2 c’est pas en gesticulant sur le quai que les anglais vont empecher le train de partir.
    Suite à un article de news week, on s’inquiète des deux cotés de l’atlantique de la confusion des genres possibles entre politique et business.
    La trump company c’est une nébuleuse de 500 sociétés à travers le monde, dont certaines sont en délicatesse avec les pouvoirs en place ( la corée du sud et la turquie sont citées en exemple) L’Europe a raison de parer le danger maintenant, dans le doute autant prévoir le pire.

    1. @jyb
      La confusion des genres entre politique et business etait un fait, pas qu’une probabilite, pour les « e-poux » Clinton… laissons a D.Trump le temps de choisir ses meubles.
      .
      Desole, pas d’accent sur ce clavier : / C’est ma reforme perso : )

        1. @jyb
          Je voudrais le croire… reste que D.Trump a fondé sa fortune avant sa prise de pouvoir, alors que la Clinton Corp. (ses anciens amis!) a démarré sur les chapeaux de roues après la prise de pouvoir de Monsieur : /
          .
          Tout ca pour dire que je ne sais pas ce que nous réserve le nouveau patron, mais qu’on a bien vu ce que les anciens ont donné. Drôle d’époque, on en oubliera Néron…

  2. L’Europe vient de « réajuster » le budget européen de la commission européenne de Défense de …1.6% Les ministres européens de la Défense ont ainsi approuvé un passage de 30,5 à 31 millions d’euros du budget de l’Agence Européenne de Défense pour 2017. Loin de l’augmentation de 2 millions (+6,5%) demandée par Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union Européenne pour les Affaires étrangères..(Air et Cosmos) > On n’est pas sortie de l’auberge avec une telle saillie
    NB: Fidèle a leur habitude du « je bande à part mais la gamelle m’intéresse », Les anglais qui se réservent le droit de participer à l’agence de Défense européenne à l’instar des norvégiens et ont été contre cette augmentation…of course !

  3. Genre une force d’interposition europeenne dans le Donbass pour calmer tout le monde, ce serait plutot bien !

  4. non ,vous croyez ,ces potiches trop payés se sont enfin bouger le cul …woauh et ben il était temps

  5. ce que dit Obama « Je crois qu’au bout du compte, c’est un pragmatique. Et cela peut lui être utile, à partir du moment où il a de bonnes personnes autour de lui et qu’il sait clairement où il va. »
    c’est juste les propos d’un sous fifre de l’ establishment qui veut croire qu’il va continuer à encourager TRUMP de servir les pourris mondialistes et continuer à traiter l’EUROPE comme un protectorat merdeux !
    cela m’étonnerait pas d’ailleurs que ce TRUMP est lui aussi du système …
    les promesses ne valent rien d’autres que le vent ,mais que pour ceux qui les écoutent à leurs dépend elles seront les ingrédients de farce du dindon

  6. elle parle au nom de TRUMP comme si il était déjà remplacer par une marionnette sosie …
    A priori, il ne devrait pas y de grand bouleversement dans le domaines des relations militaires américaines. Du moins, c’est qu’a expliqué Susan Rice, la conseillère à la sécurité de l’actuel locataire de la Maison Blanche. « Le poids de la fonction [présidentielle], le poids du leadership mondial de l’Amérique et les responsabilités que cela comporte, l’histoire que nous partageons et nos intérêts font que nos alliés et partenaires peuvent compter sur le respect par les Etats-Unis de leurs obligations », a-t-elle dit.

    et si c’était fait déjà ….les extraterrestres sont sur terre et nous trompent va savoir …LOL en tous cas comment expliquer ce discours de lécheuse du système voulu par les Rothschild ,rockfellers and copinage financiers véreux mondialistes

  7. oui mais le le 27 septembre dernier. TRUMP disait déjà la même chose que je sache …mais la différence c’est que tous pensaient qu’il ne serait pas à la MAison white

  8. si il faut L’accord des 28, qui devra être encore définitivement validé lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de décembre prochain, alors ce renforcement n’est pas prêt de voir le jour …

  9. Deux choses à retenir de cet article : aucune décision n’a été prise, et la perfide Albion ouvre encore sa grande bouche. Merkel annonce vouloir se représenter en 2017, nos divergences stratégiques vont continuer…

  10. Que de bla bla … 2001: création du Comité Militaire de l’UE. Des centaines de personnes ont été … grassement .. payés à Bruxelles (statut expatrié) . Fin 2016: bilan ? Et c’est reparti pour un tour.
    Et la menace au Sahel, nous sommes seuls à traiter. Pitoyable.

  11. Avant se songer à déployer des forces, il serait mieux de penser à se défendre. Bouclier antimissile, satellites et drones de surveillance, patrouilleurs maritimes, porte-avions, bases aériennes… Alors après, oui, pourquoi pas une armée d’intervention européenne.

  12. Ils ne sont même pas capables de se mettre d’accord sur la longueur des cornichons en conserve,pensez s’ils vont se mettre d’accord sur une défense commune.De toutes façons les Anglais veillent a ce que ça n’existe jamais,même pas en embryon.

    1. Mon bon Monsieur, s’il n’y avait que les British! Les Danois, Norvégiens, Néerlandais, Polonais freinent des quatre fers ….

  13. « Ce n’est pas en trois jours qu’on aurait pu faire ça ». Non Mr le ministre ça fait plus de soixante ans qu’on y travaille, souvenons nous de l’UEO….Que d’énergie gaspillée. Etes vous prêt à envoyer nos soldats mourir pour défendre des intérêts grecs, allemands ou espagnols. Je n’ai rien contre eux, mais la vraie question est de savoir si nous sommes prêts à nous battre pour Ceuta ou Lesbos? A-t-on autant été touchés par Atocha à Madrid que par le Bataclan à Paris?
    Trump aussi pose une bonne question: Messieurs les Européens voulez-vous bien payer pour votre défense?
    Et pourquoi les polonais iraient se battre contre les jihadistes au Sahel? Ils n’ont pas de pb d’immigration chez eux et ne sont pas prêts de faire autant d’âneries que nous. Les chemins du Jihad ne passeront pas par Varsovie. Par contre ils ont un pb à l’Est, mais nous on s’en fout.
    La défense de l’Europe c’est l’OTAN, Il faut que les Nations Européennes rassurent Trump, qu’elles payent pour maintenir un lien transatlantique à nouveau fragilisé. Souvenons nous: en 14 les US sont arrivés en 17, en 39, ils sont arrivés en 42, au Vietnam, ils ont attendu qu’on parte, à Suez ils nous ont dit stop… Ils ont fait l’effort face au pacte de Varsovie, à nous maintenant de leur montrer que nous sommes des Alliés fiables. Messieurs le hommes politiques, regardez l’OTAN pour ce qu’elle est, une alliance victorieuse face au pacte de Varsovie, et saluez là. Cessez vos chimères Européennes, surtout si c’est pour remettre en cause l’Alliance.

  14. Alors si cette feuille de route de la défense européenne se pose pour condition première de ne surtout pas concurrencer la structure Otan, on n’est pas près de voir une Europe indépendante. Quelle est cette étrange névrose qui oblige l’Europe à se soumettre au Pentagone, sinon à en dépendre ? Le manque de crédit, le confort de laisser les États-Unis financer 75 % de la défense ? L’infantilisme politique ?

  15. Bah rien de nouveau sous le soleil. On a jamais vu une administration gagner une guerre.
    Vous pensez vraiment qu’un jour il y aura un Clemenceau pour défendre l’Europe?
    L’Europe c’est la guerre fiscale, la guerre des normes, la guerre des réfugiés,…
    Les chinois iront sur la lune pas les européens…

  16. les feuilles de route européennes, on les connaît par coeur depuis 30 ans et on sait ce qu’elles deviennent toutes. On connaît même le fournisseur : Lotus.

  17. Super! une feuille de route qui va permettre une ferme resolution commune, abondamment médiatisée, établissant un programme de creation d`une commission ad hoc, elle meme charge de l`orgqnisqtion d`un Grenelle de l`Europe de l

  18. …. la Défense permettant la redaction de rapports d`étape dûement contresignés par une troika. Une fois ceci realises, la commission européenne sera rapidement saisie dans les 15 années à suivre pour la redaction d`une directive de creation d`un premier bataillon de vaguemestres, chargés de distribuer la paperasse ainsi générée…

  19. Bonjour,
    ce peut être désagréable mais la déclaration de M Trump n’est ni plus ni moins que la reprise correcte de l’article 5 du Traité de l’Atlantique. Il n’y a pas d’automaticité d’emploi de soutien par l’emploi de la force armée en cas d’agression dans le traité de l’Atlantique.

    texte officiel : Article 5

    Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord.

    Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales.

  20. La seule défense en là quelle je crois pour défendre la France c’est l’armée française.
    Le reste c’est du flan, les soviétiques eux meme ne croyaient pas que les USA risqueraient Washington pour Berlin.
    L’Allemagne cherche à annexer les petites armées européennes ca ne créé pas de logistique ni de possibilité de projection, c’est une armée purement défensive contre la seule Russie.
    En plus cette armée sera toujours mise en concurrence avec les USA par des pays comme la Pologne qui appuieront toujours l’acteur le plus agressif envers la Russie, créant ainsi une course à la guerre.
    Les interets de la France sont les siens c’est aussi illusoire de croire que la France a un intérêt à mettre des moyens à l’est que de demander un financement ou une aide européenne pour les guerres du sud.
    On a tous vu « l’élan » européen l’an dernier…

  21. Trump ou pas Trump, une intervention militaire d’un membre de l’OTAN n’est pas, n’a jamais été, « automatique ». Il faut lire l’article 5 dans le texte : il laisse à chacun le choix des moyens, qui ne sont pas forcément militaires.
    .
    Bien entendu la Maison Blanche, pour affirmer son rôle de superpuissance, a toujours voulu faire croire que sa protection militaire était automatique. Bien entendu les élus locaux qui nous gouvernent sans avoir la moindre idée de ce que « souveraineté » signifie, ont toujours cru qu’il suffisait d’invoquer l’OTAN pour justifier un alignement paresseux sur les Américains.
    .
    L’on comprend que Trump soit mal vu : il met fin à des mensonges bien confortables.
    Pierre Dac disait : « au royaume des aveugles, les borgnes sont mal vus ».
    Blague à part : l’on est quand-même obligé de se demander quelles sont la compétence et surtout la légitimité des auteurs de cette « feuille de route ».

    1. Aucune, vu le manque de vision des participants. Cela fait des années que le cyberspace est devenu un enjeux stratégique… et chacun se défend dans son coin. Cela fait depuis le début de l’union que la recherche en matière de défense est cruciale. .. et même pas un fond d’aide.pour les.PME.
      .
      J’ai mal à mon Europe messieurs parce que les commerçants ont oujours préféré de mauvaises affaires à une bonne guerre, alors une politique extérieure rationnelle et commune, je sais que je peux me gratter!
      .
      Mince alors.

      1. @ Fabien
        Une « bonne » guerre, c’est une guerre qui n’a pas lieu.
        Depuis un demi-siècle la France gagne tous les jours cette guerre sans avoir besoin de l’Europe pour ça.

Les commentaires sont fermés.