Les hélicoptères d’attaque AH-64 Apache engagés dans la bataille de Mossoul

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

14 contributions

  1. BRIMAR dit :

    Vu que l’utilisation de l’aviation est proscrite, ce n’est pas étonnant.

  2. Jak0Spades dit :

    Je serais curieux de savoir pourquoi les forces irakiennes ne semblent pas vartiment engager leurs Mi 24/35 et leurs Mi 28N dans la bataille ?

  3. jyb dit :

    on improvise, on s’adapte, on domine ! sauf que tout le monde n’est pas le sergent tirailleur Highway !
    Les forces irakiennes avaient un plan d’attaque frappé au coin du bon sens, mais dès qu’elles ont voulu improviser, elle se sont retrouvées en difficultés.
    Le plan était que les peshmerga nettoient le nord et l’est de Mossoul ( jusqu’au tigre ) puis cède la place à la 1ere et 9eme divisions irakiennes. Dans le même mouvement la 15 di irakienne remontait par le sud, la 16 ème descendait par le nord et à l’ouest et sud ouest les hashed coupaient la route raqqah Mossoul vers tal afar en opérant la jonction avec les kurdes venus du nord ouest.
    Sauf que la 1ere division (golden division) et le 9eme se sont articulées avec les peshmerga trop tôt et trop loin.
    chrono : le 3/11 EST la 9ème division irakienne entre dans le quartier d’al intisar à partir du sud-est ( sur la rive droite du tigre )
    OUEST : les hashed et l’organisation badr libèrent les villages de tal al- zalat, mousayd et al shaji sur une route menant de tal afar à mosssoul ( mais l’axe raqqah Mossoul n’est pas encore coupé)
    SUD la libération des villages de minkar, de bazonah, de poglaouine, de al kharrar, d’ain shalhoub, et nazazah au sud du secteur de hammam al ali (15-20 km de Mossoul)
    4 novembre : SUD une contre-attaque des djihadistes qui ont traversé le fleuve tigre, et ont affronté des membres des forces de sécurité dans la région d’al shirqat, au sud de la base militaire de qayyarah où sont positionnés les américains et les caesars français. Cette attaque retarde la progression vers le nord
    EST : les fs du service de contre-terrorisme (CTS) ont pénétré dans six quartier de Mossoul. l’assaut a débuté à l’aube du vendredi après une préparation d’artillerie et de mortier qui a ciblée les quartiers d’aden, de tahrir et d’al qods, justes à l’ouest des lignes irakiennes à gogjali et al karamah. La 9ème division a emboité le pas aux fs et est entrée à son tour dans le quartier d’intisar pour pousser jusqu’aux quartiers de malayine, samah, khadra, karkukli, al qods.
    les forces se heurtent à une forte résistance de daesh ( tirs ininterrompus de snipers, barricades piégées , vbied ) !! c’est un bulldozer vbied qui a été touché par un tir d’ah 64.
    5 novembre : EST : dans la nuit et le matin les forces irakiennes ont été cloués au sol par des tirs de barrages et ont du se replier.
    «Nous ne nous attendions pas à une telle résistance, ils avaient bloqué toutes les routes» « Il y a un grand nombre de jihadistes … Il était préférable de reculer et de concevoir un nouveau plan. »
    les combats se ont continué toute la journée du 5 novembre. Les irakiens ont fait usage de leur artillerie lourde dans le district d’al bakr.
    daesh a lancé des contre-attaques en direction des secteurs repris par les forces irakiennes. Les djihadistes s’infiltrent par les zones peuplées pour cibler les troupes aux mortiers ou aux canons portables.
    ils ont également lancé des attaques dans des régions que les forces irakiennes contrôlent au sud de gogjali.
    SUD : la progression est lente. les forces irakiennes attaquent les positions de daseh dans la ville de hammam al ali, située sur le tigre à environ 15 kilomètres de Mossoul.
    6 et 7 novembre : OUEST : toutes les routes menant à tal afar sont coupées ( donc l’axe raqqah Mossoul aussi )
    NORD les kurdes attaquent bachiqa. le capitaine sherzad zakhuli déclare «nos troupes sont parvenues à prendre totalement le contrôle du centre de bachiqa, au nord de Mossoul. »
    « Nous avons les coordonnées de leurs bases et de leurs tunnels, et nous les ciblons afin de les affaiblir pour que nos forces puissent progresser plus facilement » général iskander khalil gardi. bachiqa est à majorité chrétienne et yézidie. Les turcs sont basés dans un camp à seulement quelques kilomètres du centre de bachiqa.
    EST : Pause dans les combats en attendant le retour au plan initial pour les forces irakiennes ou une nouvelle contre offensive de daesh.
    En l’absence de ligne de front et de pression continue sur daesh. Les djihadistes qui gardent toute leur liberté de mouvement dans Mossoul peuvent concentrer les forces nécessaires pour stopper et même contrer toute offensive de pointe.

    • Pascal dit :

      L’armée irakienne voulait être la première a entrer dans Mossoul et se sont précipités pour damner le pion aux kurdes et aux turcs.
      Rien de stratégique, juste du symbolique.
      Une ville comme Mossoul, vous ne l’attaquez pas sur un seul front, mais sur plusieurs, afin de déstabiliser l’adversaire, chars en avant, l’infanterie en arrière, hélicos en soutien, drones en reconnaissance, on avance en bloc en prenant son temps.
      Lorsque j’observe les irakiens dans Mossoul avec leurs humvees pour avancer comme ils le font dans la campagne, je me dis qu’il y a un petit problème.C’est finit la guerre de mouvement, la guerre urbaine c’est autre chose et désormais il ne faut pas s’arrêter à chaque positions ennemis en attendant le soutien aérien pour continuer.
      Maisons par maisons, quartiers par quartiers et on boucle ce qu’on vient de sécuriser.Chaque commandant doit avoir son objectif de la journée et ne pas chercher plus à aller plus loin.
      Section A sur le bloc 1, section B sur le bloc 2, section C en repos.Objectif atteint, le personnel met en place son dispositif de protection jusqu’au lendemain matin.Chaque jour on tourne entre les sections pour les blocs suivants.
      Je crains que cette armée irakienne subisse de très lourde pertes en raison d’un mauvais commandement et de mauvaises tactiques.

      • jyb dit :

        A priori, ils ont retrenu la leçon, mais…
        Complètement d’accord avec vous sur le combat en zone urbaine.C’est un travail de gagne-petit mais qui doit payer. J’ajouterai qu’à 40 000 hommes engagés rien que sur mossoul contre 5000, avec la technologie qui va bien, on doit etre en mesure d’exercer une pression continue sur l’adversaire, l’empecher de relever la tete et progresser de nuit autant que de jour même si l’avantage reste aux défenseurs. C’est réalisable par des unités constituées, probablement plus difficile pour des milices moins disciplinées et peu entrainées ( syrte en est l’exemple criant)
        Pour le problème de commandement, là aussi vous avez raison. D’abord qui est le « generalissime » irakien et qu’elles sont les chefs des divisions engagées ? Comment se fait la coordination inter arme ? etc .C’est pas clair.
        On est mieux informé des commandements et de l’organisation de daesh à mossoul que de ceux de la coalition.
        Si la tactique qui consiste à encercler mossoul et faire converger au déclenché les troupes est la bonne; on peut se demander pourquoi avoir concentrer les meilleurs troupes à l’est du tigre, sachant qu’in fine le fleuve sera un rempart solide pour les défenseurs. Les assaillants controleront la rive est, et les autres divisions pousseront par le nord, l’ouest et le sud. Si les troupes actuellement à l’est doivent se coordonner pour ceder la place conquise et se redeployer pour combattre sur la rie droite, c’est bien compliqué et ça laisse à daesh le temps de s’organiser.
        bref bonne tactique mais trop manoeuvrière.

  4. jyb dit :

    questions sur les hélicos à syrte.
    Les super cobra ont décollé dans la nuit du 2 au 3 novembre du USS san antonio, je crois que c’est la première fois qu’ils interviennent à la place des apaches. Y a t-il une différence tactique à leur emploi ou est ce purement contingent ?
    Sachant que depuis 2 mois les bam sont passés aux chars et à l’artillerie lourde, je ne pense pas que l’effet chirurgical soit privilégié.

    • Arnaud D. dit :

      Aucun Apache n’est intervenu à Syrte, uniquement les Super-Cobra et les Harrier depuis l’USS Wasp à partir de début août …

    • Spls dit :

      Les Marines CV utilisent des Super Cobra depuis le moi d’août en Lybie. Couple naturel entre hélicoptères des Marines et porte-hélicoptères d’assaut. Notons que sont utilisés des AH1W, version légèrement modernisée du Sea Cobra et pas la dernière version Zulu à rotor quadripales et système d’arme comparable aux derniers Apache. Les Cobras volent avec le plein de munitions 20 mm et moitié de charge de Maverick. Notons encore que les américains avaient été impressionnés par l’utilisation de notre ‘ALAT depuis les BPC toujours en Lybie. Depuis je suis pas sûr qu’on puisse mobiliser un groupe aeromobile pour nos BPC.

    • Frédéric dit :

      En principe, les AH-64 américains ne prennent pas la mer. Le groupe aérien des Marines à des Harrier et des Cobra, il n’y a pas d’Apaches en Libye.

    • jyb dit :

      @Arnaud D.
      @Spls
      @Frédéric
      merci. c’est clair.

  5. f.duchamp dit :

    qui saurait comparer à l’usage ces Apache, Super Cobra avec les Tigre, juste pour se faire une idée?
    et dans cette zone, on ne voit pas d’hélicoptères de combats russes?

  6. Reality Check dit :

    BREAKING NEWS
    .
    Bashar Al Assad a remporté l’élection présidentielle américaine !
    .
    😉
    .
    Bon OK je sors……………………………