L’Estonie se prépare à mener une guérilla en cas d’invasion russe

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. Caton dit :

    Si on commence par annoncer que l’OTAN n’interviendra pas en cas d’invasion d’un état Balte pour ne pas avoir à affronter directement la Russie, on est en train de rejouer Munich !
    Rien ne permet d’affirmer que la Russie a pour objectif d’envahir peu ou prou l’Estonie, mais si ça devait être le cas, la seule attitude possible serait une réaction immédiate et maximale, quoi qu’il en coûte.

    • Temrah dit :

      Le but de Poutine est justement de montrer que l’OTAN est une alliance creuse et dépassée en pariant sur le fait que les « grandes » nations – en particulier les nations européennes – n’iront pas jusqu’à mettre leur propre sécurité en jeu pour se porter garantes des « petites » nations. C’est totalement cynique, mais les faits et l’histoire tendent plutôt à lui donner raison.
      Ceci étant dit, le Brexit a donné lieu à une surenchère sécuritaire chez les Britanniques qui, à mon avis, tentent de rallier à eux leurs partenaires d’Europe de l’Est en exacerbant la menace russe, dans le but d’imposer leurs conditions durant les négociations du Brexit. Leur opposition nette à tout projet de défense européenne intégrée va également dans ce sens.

  2. Thettof dit :

    pour info :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gu%C3%A9rilla
    Gentil ou méchant…cela dépend de quel côté on est…terroriste ou résistant !

  3. Clément dit :

    Alors que chez nous on tremble pour quelques briseurs de vitrines ou arracheurs de chemises, ailleurs en Europe on enseigne l’insurrection et la fabrication de bombe ! Comme quoi le danger, c’est purement subjectif.

    Ça va pas être drôle les prochains mouvement sociaux en Estonie.

  4. Elmin dit :

    Quand je parlais de veritable psychose de l’invasion de fin d’automne / debut d’hivers en ukraine et dans les pays baltes …
    Les déclarations concernant la Russie se succèdent de la part de sources tres differentes : Royaume unis, pays Baltes, Otan, Pologne / République tcheque / Slovaquie / Hongrie , meme l’allemagne s’y met …
    C’est à se demander pourquoi la France, pourtant en général très bien informée, ne s’exprime pas officiellement, si ce n’est par des allusions plus ou moins appuyées du CEMA…
    Focaliser sur Daesh et la menace islamiste, s’il ne faut pas la négliger, ne va pas améliorer notre image defaillante dans les pays de l’est pourtantnos alliès directs.

    • Jospeh dit :

      Evidemment ce serait très sage d’alimenter la psychose sur la Russie. Et puis ça ferait bon genre pour nos alliés américains…

      • Elmin dit :

        Au contraire, il y a deux ans la DRM avait infirmé les declarations de l’Otan et ukrainiennes concernant une prochaine offensive russe en se basant sur ses propres clichés satellites qui montraient que, si effectivement plusieurs divisions avaient été rapprochées de la frontière, les services logistiques et de santé etaient, eux, restés sur place.
        Ces memes services francais qui avaient contredit la these des ADM en Irak !
        Donc, oui , j’aimerais savoir ce qu’en disent nos services de renseignement qui sont plutôt tres competants

        • revnonausujai dit :

          tout à fait
          la DRM a été créee justement suite à la première guerre du golfe pour ne plus se faire enfumer par les services US.
          vous pouvez ajouter une anecdote lors de northern watch : la DIA voulait à toute force persuader à coup de photos sat montrant des colonnes de chars que les irakiens renforçaient leur dispositif. les Français ont sortis leurs propres documents qui prouvaient que c’était une simple relève !
          bon, ça n’a pas empéché tout le monde de faire un bon repas !

    • Jacques29 dit :

      Les sources que vous dites « toutes différentes » sont toutes de l’OTAN, et relèvent donc de la même doctrine, de la même idéologie, et de la même propagande. Rien de nouveau sous le soleil, c’est comme ça depuis le premier jour d’existence de l’OTAN.

      • Alpha dit :

        @jacques29
        L’inverse est aussi vrai du côté Russie, et même Chine … 🙂 Et force est de constater, que question propagande, ces deux pays, qui un temps ont eu la même doctrine, la même idéologie (ou presque…) , maîtrisent parfaitement le sujet ! … L’histoire regorge d’exemples !!!…
        La vérité doit donc se situer quelques part au centre, entre les deux opinions… Aussi, il est bon de voir que la France ne s’engage pas à corps perdu dans le « sus à la Russie » et garde une attitude relativement mesurée par rapport aux anglo-saxons et aux européens de l’Est … Après les élections de 2017, le nouveau président donnera peut être un rôle d’intermédiaire à la France dans les relations Est/Ouest, à voir … Sauf si Flamby est réélu bien sur, lui s’est définitivement grillé avec Poutine (et pas que lui d’ailleurs …) !

      • Elmin dit :

        Suede et Finlande ? ukraine ? Georgie ? Moldavie ?

      • boris dit :

        L’Ukraine ne fait pas partie de l’OTAN, la Suede non plus, la Georgie non plus. Pourtant toutes ces sources vont dans le meme sens : Une aggression russe est plus que probable

  5. Eric dit :

    Il faut comprendre les estoniens. Les russes, ils connaissent… ils ont déjà donné, tout comme leurs cousins finlandais.

  6. S_B dit :

    Faut dire que les sources d inspirations sont nombreuses pour les actions insurrectionnelles depuis 3/4 ans.
    Outre l anecdote, les vannes de gaz s ouvrent les unes après les autres….espérons que l étincelle arrivera après dissipation du gaz…

  7. Orion dit :

    « Le meilleur moyen de dissuasion est non seulement des soldats armés mais aussi des citoyens armés »

    Une vérité éprouvé, la suisse est un bon exemple a ce titre.

    • Aute dit :

      C’est pas ça qui a dissuadé l’Allemagne d’envahir la Suisse. Une Suisse neutre était plus utile qu’une Suisse occupé.

      • U corsu tontu dit :

        Pas d accord,les suisses se seraient méchamment defendus,ils avaient le meilleur des fusils dans un calibre parfait(7,5×55)et en montagne les allemands en auraient chié des ronds de chapeau.testé il a quelques annees le smith rubin,c est une rolls,quand tu le connais bien a 500m tu touches ce que tu veux.

  8. LLH dit :

    Visiblement ils ne comprennent pas que la Russie ne les attaquera pas frontalement, mais qu’au contraire ils pourraient subir une guerre révolutionnaire / guérilla, car environ 20 % de la population est russophone (et donc russe d’origine même si elle a en grande partie la nationalité estonienne). Ce qui permettrait l’implantation d’une guérilla dans la population des villes du nord-est, d’autant plus facilement que plus de 100 000 n’ont pas la nationalité estonienne et vivent en grande partie de manière séparée du reste de la population.

    Plutôt que de distribuer des fusils d’assaut et former aux techniques d’IED (au passage : qui suit les formations … ? Aussi les russophones ayant acquis la nationalité estonienne ? Feraient-ils une guérilla pro- ou anti- Estonie ?), le gouvernement ferait mieux de former l’armée, la police et la gendarmerie à la contre-insurrection. En n’oubliant pas que certaines méthodes n’aboutissent qu’à braquer les populations contre l’État. Relire Lacheroy et Gallula plutôt que Trinquier …

    A cela, rien de changé d’ailleurs depuis la guerre froide : le révolutionnaire est dans la population comme un poisson dans l’eau et il mène sa guerre depuis elle et non depuis une « ligne de front » géographiquement définie et visible. Et ces révolutionnaires n’auront pas d’uniforme russe même si le MGB / SVR-FSB sera à la manœuvre. Comme l’expliquait Lacheroy parlant des rébellions alimentées par l’URSS (1957) « nous saurons, nous, mener une guerre qui sera toujours au-dessous du niveau de la guerre généralisée, au-dessous du niveau de la bombe atomique. Nous en tirerons les ficelles : nous savons comment faire. Nous la ferons par personne interposée. Il n’y a aucun intérêt à ce que notre drapeau soit en tête dans cette aventure. »

    • Logos dit :

      Bon, j avoue en avoir ras la soupière des approximations… donc, je vous prie par avance d excuser le ton parfois vif de ce (sous) commentaire:
      1/la pop° estonienne de plus de 35 ans est 100% russophone, vu l’obligation d’apprentissage du russe dans les écoles avant 91,
      2/ environ 40% de la pop° en 91 était exclusivement russophone, chiffre ramené à un peu plus de 20% aujourd’hui. Mais ces « citoyens de l’URSS » (pas que russes) ont été perçus comme les instruments d’une invasion de l’estonie, ils n’avaient pas la nationalité estonienne : on leur a demandé de « prouver leur volonté de s’intégrer ».En 1995, les descendants des estoniens de 1939, d’ou qu’ils arrivent avaient droit à la citoyenneté, MAIS ceux arrivés ou nés sur le territoire estonien depuis 1944 devaient passer un examen de langue et une autre épreuve portant sur l’Histoire, les institutions et les symboles nationaux…. En cas d’échec ou de refus, ils étaient apatrides (l estonie refusait de les reconnaitre comme ses nationaux) et ils ne pouvaient demander QUE la nationalité russe. Ce système a été assoupli en 1998 suite à une FORTE pression de l’UE.
      Donc, les pov’ chtis estoniens tout meugnons menacés par les méchants russes, à d’autre…
      3/ les propos alarmistes des gouvernements sont à remettre dans un contexte ou une vraie crise économique & sociale existe dans les 3 ‘tigres’ de la baltiques, et si Poutine détourne l’attention de ces citoyens en brandissant des menaces extérieures pour faire oublier que le prix des produits alimentaires a bien monté (sans parler des pbs de remboursements des prets souscrits trop souvent en dollar), les gouvernements estoniens/letton/lituaniens sont tout aussi malin que Vladimir et utilisent la meme technique!
      4/ si une fraternité historique et un sens de l’état nation inexistant rendent utopique une révolte de 90% du peuple ukrainien contre un éventuel envahissement du pays par les russes, c est tout l inverse en esto – litua- lett- onie. les grandes déportations en sibérie d’aprés guerre, l’occupation des payes par les troupes russes, les vexations et surtout une histoire forte (depuis la ligue hanséatique) fait que toute troupe russe qui arriverait dans ces pays se heurterait à une très forte opposition de la pop° autochtone – mais aussi aurait le soutien des « personnes d’URSS’ délibérément non intégrées …

      Il n’y a rien de pire que les visions simplificatrices sur ces pays. Très be

      • Elmin dit :

        Ce que vous dites est egalement vrais dans toute la moitié nord ouest de l’Ukraine, de dniepopetrosk a Lviv. Raison pour laquelle , si offensive il y a, elle se limitera a la moitié sud du donbas à Odessa et le Transnitrie.
        Concernant l’instrumentalisation du conflit, il est clair que les pays baltes et surtout la pologne s’en servent, mais ce n’est rien comparé a la Russie : Poutine ne peut absolument pas se permettre de perdre le pouvoir car il perdrait absolument tout dans la foulée, un peu comme Ianoukovitch. Les gouvernants baltes et polinais sont beaucoup moins exposés…
        Enfin, vous avez raison de parler de la facon scandaleuse dont les russes furent traités apres l’indépendance… ceci dit, ils etaient vraiment conscideres comme des colons a l’image des pieds noirs en algerie. Le ressentiment anti russe, surtout apres la tentative de matter l’insurrection, etait tres fort. Dans ce cas la plupart des pays ne font pas dans le sentiment (cf algerie)
        On voit d’ailleurs le role tres positif de l’UE pour la normalisation de ce dossier

        • Logos dit :

          la transposition à l’ukraine doit être faite prudemment, car il n’y a pas de sentiment nationaliste dans l’immense majorité de la population ukrainienne. La succession ininterrompue de gouvernements peu dignes de confiance depuis 91 a incité les gens à ne croire qu’en eux même… la catastrophe bancaire des années 2008/9/10 avec les faillites en cascade, les gens qui ont perdu toute leur épargne et se sont retrouvés dans la misère sans aide aucune du gvt a fini d’achever la notion de « confiance » dans les institutions… donc, les gens le disent : se battre contre un voleur russe (tonton poutine) pour le bénef’ de nos voleur? t es pas fou ?? ….

      • catobar dit :

        La démarche rendant apatrides ceux qui ne montrent pas de volonté d’intégration devrait nous inspirer ici en France !

    • Thaurac dit :

      Figure toi qu’ils ont du y penser, ils sont pas fous!
      au fait, il y a des russes estoniens qui ne veulent absolument pas de la russie!

      • catobar dit :

        On trouve aussi des français qui ne veulent pas du tout de l’hégémonie sans partage de l’Hégémon étasunien. Et qui pensent qu’un monde multipolaire est meilleur gage de stabilité et de paix. Puisque le règne unilatéral des USA pendant 25 ans a conduit au chaos dans tout le M.O., ça n’est donc pas déconnant.

        • Nico St-Jean dit :

          La populations française reste pourtant sans conteste en majorité pro US ..
          .
          Qui plus est, même si vous répétez sans cesse le même discours le colporteur à longueur de post sur ce site vous n’avez pas tord, les américains ont bel et bien commis une grave erreur en attaquant l’Irak (on le savais déjà vous savez ?)
          .
          Par contre, dans votre combat digne d’un Imam qui fait du porte à porte avec son Coran, vous négligez le fait que les américains sont toujours là à essayé d’enrailler le terrorisme d’Irak et partout dans le monde d’ailleurs.
          .
          J’aimerais vous rappelez que les russes ont semé un bien plus grand Chaos en Afghanistan, que ça fait plus de 30 ans que cela dure, qu’à cause d’eux plusieurs attentas se sont organisé/perpétué depuis ce même pays que les russes ont déstabilisé et vous n’en parlez même pas … De plus, les russes n’ont jamais remis un orteil en Afghanistan histoire d’arranger le bordel qu’ils ont causé, ils ne sont même pas venu nous aidez quand ont étaient tous là.
          .
          Vous voyez qu’il y à pire que les américains Catobar 😉

    • si vis petroleum, para bellum dit :

      Si le voleur préfère passer par la porte, il ne faut pas pour autant négliger les fenêtres…
      .
      La France peut être, à mon avis, une cible privilégiée pour une guérilla pilotée par l’extérieur. car elle est fortement tiraillée socialement et identitairement:
      Imaginons une victoire FN en 2017: anti américanisme ou alliance anticapitaliste et islamiste, avec les ficelles tirées par les Emirats , USA ou les russes.

  9. Duc d'Orléans dit :

    Je cherche toujours à savoir quel serait l’intérêt pour Poutine d’envahir l’Estonie, ou un autre état balte ou la Pologne. Tout cela sent une offensive de com orchestrée par Washington. Attendons le résultat des élections présidentielles américaines….

    • L'autreTom dit :

      Quel était l’intérêt de Poutine d’envahir l’est et le sud de l’Ukraine ?

      Depuis le début il travaille à l’extérieur de la Russie pour détourner l’attention de son opinion publique de ce qui se passe à l’intérieur.

      Il cherche à faire oublier qu’il est un dirigeant médiocre qui n’arrive pas à assurer la prospérité de son pays malgré des richesses naturelles inouies.

      • m2m dit :

        Qu’ont en commun l’Ukraine et les états baltes, à part être limitrophes de la Russie?
        Ce sont des situations bien différentes!
        L’intérêts des Russes pour l’Ukraine est multiple : l’Ukraine est un état vaste et peuplé (c’était la deuxième république la plus importante de l’URSS), donc avec tout ou partie de l’Ukraine et son potentiel économique, humain, agricole etc, la Russie change de dimension. On a coutume de dire que sans l’Ukraine, la Russie n’est plus un empire. Il n’y a pas d’intérêt géostratégique équivalent concernant les états baltes.
        De plus l’Ukraine fait partie du monde russe. Cela ne veut pas dire que cela la condamne à se faire annexer pas la Russie et qu’elle n’a pas le droit de vouloir l’indépendance, mais il est possible de construire un discours pour justifier une « réunification » des peuples slaves orientaux (Russes, biélorusses, ukrainiens). Mais concernant les états baltes, je ne vois pas comment les Russes pourraient justifier une annexion, d’ailleurs ils n’essaient même pas, ils ne sont même pas en train de préparer les esprits. La défense des minorités russophones? Pas assez pour annexer, mais c’est un prétexte suffisant pour s’ingérer. Déplacer la frontière? Risquer la 3e guerre mondiale pour grappiller un peu du territoire estonien et quelques milliers d’habitants, ce serait ridicule.
        Pour moi, le coeur du problème, c’est que les états baltes sont dans l’OTAN car la Russie n’a pu obtenir la « finlandisation » de ces pays, à savoir le deal suivant : vous pouvez être indépendants, des démocraties, avoir une économie de marché et même rejoindre l’UE, mais ne n’entrez pas dans un bloc militaire. Ils marquent leur mécontentement et vont continuer à le faire, car ils en veulent à l’Occident d’avoir poussé leur avantage à ce point en profitant de leur extrême faiblesse des années 90. Mais ça m’étonnerait que ça aille plus loin. L’Ukraine, par contre, c’est une toute autre histoire.

        • L'autreTom dit :

          Le PIB russe exprimé en dollars courants s’est effondré de plus de 40% entre 2013 et 2015, sous l’effet (entre autres) des sanctions internationales.

          Pensez-vous que Poutine s’imaginait vraiment pouvoir, au XXIième siècle, annexer impunément tout ou partie de l’Ukraine ?

          Or il ne pourra pas conserver guère plus que la Crimée. Pensez-vous que ce bout de terre plus petit que la Bretagne vaille tant d’un point de vue économique qu’il mérite la peine de se mettre la communauté internationale à dos ?

          Je crois que non. Je crois qu’à ses yeux, la Crimée valait la peine d’un point de vue strictement symbolique, afin de redonner à son peuple une fierté et un sentiment de réussite qu’il ne parvient pas à lui donner sur le plan économique (parce qu’il reste un dirigeant médiocre et incompétent dès lors qu’on sort de son domaine de prédilection en tant qu’ancien espion).

      • Parabellum dit :

        Dirigeant médiocre? Est ce sa faute si le prix du pétrole a chuté des 2 tiers…et compare aux nôtres…? Ce qui ne signifie pas qu il soit non plus un saint ni un génie…arretons de vomir les russes…les us sont bien plus dangereux comme impérialistes .

        • L'autreTom dit :

          « Est ce sa faute si le prix du pétrole a chuté des 2 tiers… »

          Oui, en petite partie : C’est le dirigeant d’un gros Etat producteur qui n’a pas su s’arranger avec les saoudiens pour faire baisser la production.

          Et surtout c’est sa faute, lui qui est au pouvoir plus ou moins directement depuis 17 ans (!) si l’économie de son pays ne s’est pas diversifiée au delà des matières premières. À titre de comparaison, regardez par exemple comment se sont comportées les économies de pays très similaires comme la Norvège ou le Canada !

          Et c’est sa faute si la Russie subit aujourd’hui les sanctions américaines et européennes, qui grèvent très fortement son économie, et tout ça à cause d’aventures géopolitiques sans bénéfice réel.

        • L'autreTom dit :

          Et c’est sa faute si son pays n’a fait aucun progrès en matière de démocratie, de lutte contre la corruption, etc, lui qui est au pouvoir depuis, encore une fois, 17 ans !

      • Temrah dit :

        Il y a un certain nombre de commentateurs qui ont l’impression de faire preuve d’intelligence en répétant comme des perroquets que Poutine cherche
        à « détourner l’attention de la population » et en réduisant tout à un économicisme béat à l’aune duquel on pourrait tout comprendre, tout expliquer, tout évaluer, tout juger, tout condamner.
        C’est précisément à cause de cette mentalité que l’on se retrouve aujourd’hui avec des tarés intégristes et millénaristes sur notre sol en nous demandant: « Mais qu’est-ce qui nous arrive ? »
        Au risque de crever votre petite bulle d’occidental boursoufflé de certitudes, tous les peuples ne vivent pas encore à l’ère du matérialisme intégral, avec les yeux braqués sur les statistiques de la croissance comme autrefois on déchiffrait les augures dans le vol des oiseaux ou les entrailles des poissons.
        Il ne faut pas sous-estimer la capacité de certains peuples, en particulier dans les vieilles nations impériales, à subir des conditions de vie difficiles en échange du prestige et de la « grandeur », toutes notions que notre relativisme et notre amour de la modération nous a rendues incompréhensibles, irrationnelles, décalées voire ridicules.
        Les Russes ne sont pas des Français, ils ont des siècles de servage et d’apprentissage de la résignation derrière eux. Les conditions de vie dans les années 90 étaient terribles (qui plus est dans un pays froid) et pour autant il n’y a jamais eu de soulèvement populaire. Les Russes, avec ce fatalisme propre aux slaves, se sont mollement ralliés à des oligarques corrompus en espérant des jours meilleurs, c’est comme ça que ça fonctionne. Même les plus vifs opposants à Poutine le reconnaissent: le peuple soutient encore majoritairement le pouvoir (et je ne m’en réjouis pas, mais c’est un fait).
        Cette résilience extraordinaire qui fait la force de la Russie durant les guerres explique aussi la résignation séculaire de la population face à l’autorité. La Russie n’a jamais connu de révolution libérale, le bolchévisme n’ayant fait que transférer le pouvoir d’une caste à une autre.
        Un peu d’humilité et de subtilité ne fait jamais de mal.

        • L'autreTom dit :

          Vous me conspuez passablement, mais à l’issue de votre long commentaire je ne crois pas que vous me contredisiez vraiment…

      • François dit :

        C’est de l’ignorance crasse ce que vous dites là Monsieur. Connaissez vous simplement la Russie. Moi je la connais d’est en ouest. C’est un pays développé, sûr et avec un taux de chômage très bas. La France elle au contraire se tiers-mondise à vitesse grand V. Par ailleurs, le coeur historique de la Russie est en Ukraine. Et vous omettez de dire que le gvt de Kiev voulait supprimer le russe et derussifier l’est du pays ce qui aurait été le début d’une épuration culturelle. Vive la Russie et vive l’amitié franco russe malgré la perfidie des otaniens qui ne représentent que le lobby militaro industriel US

        • Lagaffe dit :

          « le gvt de Kiev voulait supprimer le russe et derussifier l’est du pays ce qui aurait été le début d’une épuration culturelle. »
          Bonjour la propagande de Moscou ! Il n’a jamais été question de supprimer le russe et encore moins dérussifier l’est. C’est avec ce genre de bobard que vous vous ridiculisez le plus même si la comparaison économique entre la France et la Russie est à mourir de rire et est bien la preuve que vous n’avez jamais mis les pieds en Russie.

        • Elmin dit :

          Pour quelqu’un qui dit connaitre la russie, vous dites un paquet de betises.
          Y etes vous alle ces 3 dernieres annees ? En dehors de Peter et de Moscow (et encore ..) la crise est flagrante partout ! La ou les magasins poussaient comme des champignons il y a une flopée de locaux vides. La ou on recrutait un developpeur java a 120 000 roubles avec difficiltè on le trouve a 60 000 sans probleme. Des amis a moi qui travaillent dans le grand Mole en face de la place rouge depuis des annees ont vu leur salaire diminué de 30% , sinon c’est la porte !
          On voit reapparaitre les envelloppes aux professeurs pour qu’ils « prennent soin » de votre enfant durant l’annee , ce qui avait quasiement disparu avec la revalorisation des salaires (reduite a nean par 3 ans d’inflation a 15%)
          J’ai deja parle des taux d’intérêts extraordinaires et de la baisse massivede l’immobilier : il y a 3 ans il fallait debourser 10 millions de roubles pour acheter un appart que vous trouvez à 3 millions a Samara par exemple …
          Ce que vous dites etait vrais jusqu’en 2013 … depuis c’est la chute libre

      • Jospeh dit :

        L’avantage tiré de la Crimée on peut en parler très très longtemps… Quant aux insurrections dans l’Est, aucun avantage c’est pourquoi la diplomatie et très gênée par les Novo-russes. Quant à l’opinion publique russe merci de ne pas être victime des « infos » de nos médias…

        • L'autreTom dit :

          Avez-vous une meilleure explication à proposer pour le comportement de Poutine en Ukraine ? Je vous écoute.

    • Elmin dit :

      Parce que vous ne posez pas la bonne question : quels sont les interets de poutine a « envahir l’estonie » ?
      Pour Poutine, mettre en scene ces crises et abreuver le peuple de « victoires » est le seul moyen de rester en place , et d’eviter ainsi de finir sa vie en prison tout en satisfaisant ses penchants megalomanes.
      Pour la Russie et les russes, le rapport risques/benefices est extrêmement défavorable, comme l’etait la prise de la Crimée soit dit en passant …

    • Nico St-Jean dit :

      Quel était l’intérêt d’envahir l’Ukraine ? ou deux fois la Tchétchénie ? .. Mieux vaut prévenir que guérir.

    • MD dit :

      L’intérêt d’envahir l’Estonie ?
      Désenclaver Kronstadt et Saint Petersbourg. Tout comme envahir la Lithuanie et la Lettonie permettrait de désenclaver Kalinigrad. Et permettrait d’em… un peu plus les Finlandais.
      Et reconstituer l’empire de Pierre 1er, la Grande Catherine, Alexandre 1er, Staline…

  10. Waernuk dit :

    Je ne comprends plus comment fonctionne le complot mondial contre la Russie : ceux là veulent faire croire que la Russie peut les envahir, mais ne font pas confiance à l’OTAN, instigateur du complot et chef d’orchestre ?
    .
    Ou alors, les voisins en partie russophones de ladite Russie ont des craintes vraiment fondées … Non, ça ne peut pas être ça. Si la Russie de Poutine envahissait / annexait des pays qui lui sont limitrophes sous prétexte de russophonie, ça se saurait. Ils sont forts, ces estoniens, un peu plus et on se serait fait avoir.

    • Tyrion dit :

      Pourtant en 1939 Staline avait bien envahie les pays baltes.
      Le pouvoir de Moscou voit d’un mauvais œil ces états indépendants et à la première occasion les russes essaieront de prendre le pouvoir dans les pays baltes, y compris en états fantoches avec des régimes de gouvernement à la solde de Moscou.

    • Thaurac dit :

      Pour le moment, l’otan n’a envahi personne et respecte les frontières internationales, ce n’est pas le cas de la russie.

    • Faux. dit :

      Tout ce qui se passe dans le monde, du chat écrasé à l’attentat terroriste, est géré en sous main pas les Etats-Unis d’Amérique.
      Je le sais car j’ai lu tout internet qui explique bien pourquoi l’alunissage d’apollo 11 sur la voiture de Kennedy qui s’est écrasé dans le world trade center est un complot judéo-américano-illuminati-franc-maçon.

  11. nonmaisdiisdonc dit :

    Pourquoi ces trois pays baltes ne commencent-ils pas par unir leurs forces, doctrine d’emploi, matériels, formation etc . La résistance a la Russie commencerait a avoir un peu de cohérence..!

    • L'autreTom dit :

      Pour la même raison qu’on n’a pas d’Europe fédérale ou d’armée européenne : Parce que apparemment ça va à l’encontre de la Sacro-Sainte Souveraineté Nationale.
      Bref : À poil, mais fiers.

    • Fifi dit :

      En voilà une bonne question…

  12. nico76 dit :

    Le Werhwolf est de retour. J’en connais qui risque de passer plus de temps à sécuriser leurs arrières et mobiliser énormément d’hommes et de matériels que de conquérir. Au moins les russes sont avertis que en cas d’invasion ils risquent de prendre cher

  13. Le Suren dit :

    « « Le meilleur moyen de dissuasion est non seulement des soldats armés mais aussi des citoyens armés ». Sauf qu’en cas de capture, ne risque-t-on pas la fusillade pour « terrorisme » (Notez les guillemets).

  14. Jason Bourne dit :

    Je comprends un peu les Estoniens sur le plan de la stratégie car ils savent qu’ils seront vainqueur à long terme. Bien que n’étant loin d’être un expert de stratégie militaire, j’ai constaté que le concept de guerilla telle que nous le connaissons n’existe que depuis le milieu du 20 ème siècle. En effet, par le passé quand un pays décidait d’envahir un autre, bizarrement la notion de guerilla ne faisait pas long feu et le pays qui était « envahit » se soumettait au vainqueur. Alors pourquoi aujourd’hui cela n’est plus le cas ? En effet depuis 70 ans,les pays vainqueurs n’arrivaient pas à mater les rébellions . Peut-être parce que, les méthodes « radicales » du passé sont devenues interdites ? 🙂

    • m2m dit :

      Question intéressante.
      Je dirais que pour le 20e siècle, c’est l’accès facilité à des armes individuelles performantes et produites en masse qui est un facteur décisif, permettant d’infliger des dommages signicatifs à l’armée d’occupation.
      Pour les siècles précédents (avant le 19e), je dirais que, outre la plus grande difficulté d’accès à un bon armement, c’est l’absence ou la faiblesse de sentiment national qui faisait que souvent le peuple (donc en majorité des paysans/gueux qui ne connaissaient rien au monde) se fichait de changer de maître. Quelle différence d’être sous la coupe d’une dynastie au lieu d’une autre, de quitter un ensemble hétérogène sur le plan ethnique et/ou linguistique pour un autre? Pour se faire accepter, le nouveau maître n’avait d’ailleurs pas intérêt à avoir la main trop lourde, au risque de se faire détester par des gens qui étaient prêts à se montrer indifférents à ce genre de grandes manœuvres.

    • ji_louis dit :

      Vous oubliez que le mot « guerilla » a été inventé en Espagne pour décrire des insurrections ponctuelles et des embuscades de harcèlement effectuées par des troupes irrégulières lors de l’occupation de l’Espagne par les troupes napoléoniennes.

      • Frédéric dit :

        Et rappelont l’intervention au Mexique sous Napoléon III. Il n’y a pas eu de grandes batailles entre impériaux et républicains.

    • MD dit :

      Niko Saint Jean a évoqué le Werhwolf. Mais en réalité , celui-ci ne s’est pas signalé par grand chose lorsque l’Allemagne a été occupée après 1945. Par contre les trois pays baltes ont longtemps opposé aux occupants soviétiques une très dure guérilla , très mal connue à l’ouest, appelée les  »Frères de la Forêt » (  »metsavennad » pour les Estoniens), jusque vers la fin des années 1950 et mêem au delà .
      En fait, les  »Frères de la forêt  » estoniens ont attaqué les soviétiques dès l’été 1941 et non pas à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale .
      Recourir éventuellement à la guérilla contre les Russes , pour les Estoniens, n’est donc qu’un retour à leurs traditions et à leur passé militaire.
      Et en Russie, ce qui agace Poutine , ses collaborateurs, et les autres nostalgiques de la période soviétique , c’est que ces  »collaborateurs »,  »fascistes »,  »nazis » sont aujourd’hui considérés comme des héros dans leurs pays.

  15. Lagaffe dit :

    L’Estonie s’inquiète aussi d’une nouvelle cyberattaque russe alors que c’est l’un des pays les plus numérisés au monde.
    http://www.sekurigi.com/2016/10/cloud-lestonie-juge-importante-creation-ambassades-de-donnees/

  16. Nicolas9 dit :

    Si c’est les USA et leurs cabots qui poussent la Russie à des interventions , non je souhaites qu’on ne participe pas du tout, mais vu que nos clébards de dirigeants ont fait de la France l’un des cabots numéro 1 des USA … mon souhait ne sera pas exaucé .

    Les USA utilisent des Arabes comme chair canon, mais un jours ça pourrait être nous, vue que nos dirigeants n’ont aucun problème à agir dans le seul intérêt des USA quand cela n’a aucun intérêt pour nous.

    Sur le grand monopolie qu’est la carte du monde pour ces joueurs cynique, soyez sûr que vous n’êtes qu’un pion (n’en doutez pas bordel)

    • catobar dit :

      Et je dirais même plus : vu qu’ils on souvent utilisé des navires de leurs propres forces et n’ont pas hésité à faire tuer leur propres marins pour déclencher des guerres d’agression, en tant que marin français je me poserais quelques questions. Et me documenterais par exemple sur l’USS Maine en 1898 (explosion dans le port de la Havane suivie de guerre à l’Espagne, récupération de Cuba et des Philippines), sur celui du Lusitania en 1917 (présence d’armes dans les soutes, connue des allemands mais pas des passagers, à l’approche des côtes anglaises Churchill fait retirer l’escorte du Lusitania, 2000 morts et entrée en guerre des USA), de L’USS Maddox en 1964 (dit 2e incident du Golfe du Tonkin), virtuel, mais qui a permis de faire les gros titres de la presse mainstream afin que Johnson puisse justifier l’envoi de militaires au Vietnam, de l’USS Liberty en 1967 (au 4e jour de la guerre des 6 jours : bombardé plus d’une heure par avions et torpilleurs israéliens, à l’origine officiellement confondu avec un navire égyptien faisant la moitié de sa taille, et malgré un drapeau étasunien hissé de 2 m x 4 m, mais de toute façon des documents récemment déclassifiés de la NSA prouvent que les israéliens connaissaient au moment des faits la véritable identité de ce navire).

  17. Aristoteles dit :

    Il est intéressant de constater que sur ce même blog en date du 30 octobre 2016, c’est la Lituanie qui sensibilisait ces citoyens aux risques d’espionnage.
    Il y a entre la Pologne et la Lituanie, l’oblast de Kaliningrad, qui est un territoire russe stratégique puisque donnant accès à la mer Baltique (base navale de Baltiisk) en plus de la base de Kronstadt. Elle dispose aussi de ressources naturelles (ambre, pétrole) et industries.
    La Russie craint la menace séparatiste des Kaliningradois. C’est la raison pour la quelle, elle a augmenté sa présence militaire de manière significative: il y aurait un peu plus de 60 000 militaires dans l’enclave. Par ailleurs, la Lituanie, qui fournit à l’oblast 80 % de son électricité et couvre une grande partie de ses besoins alimentaires, exige une démilitarisation totale de l’oblast.
    Cette fois-ci c’est l’Estonie.
    En mai 2016, sous le nom de Spring Storm ont eu lieu des manœuvres militaires de l’OTAN impliquant 6 000 soldats pendant 03 semaines près de la frontière russe. Il y avait des troupes au sol mais aussi des bombardiers et des chasseurs.
    Réaction de la Russie : constitution de 03 divisions pour couvrir ses frontières occidentales.
    Dans le Courrier International de 05/05/2016 , il est mentionné que « l’Allemagne a plaidé pour un strict respect des accords OTAN-Russie, qui interdisent un stationnement durable de troupes de l’Alliance sur sa frontière orientale.
    “Ce projet – qui s’inscrit dans la stratégie de fermeté vis-à-vis de la Russie recommandée par le commandant des forces américaines en Europe – nuit à la cohésion de l’Union européenne, déplore pour sa part der Freitag. Il est aussi le fruit de l’activisme anti-russe et des “obsessions irrationnelles” de Jaroslaw Kasczynski leader du parti Droit et Justice, au pouvoir à Varsovie, souligne l’hebdomadaire berlinois. »

    Par conséquent, comme cela l’a été mentionné dans plusieurs commentaires, Il est difficile de dire que les bons sont d’un côté et les méchants de l’autre. Il y a bien entendu des manœuvres d’intimidation de chaque part (OTAN – Russie), et certains acteurs européens s’en accommodent voire en tirent des ficelles.
    Il faut raison garder et porter des analyses pragmatiques en se basant sur l’histoire de ces pays, les tendances politiques au pouvoir, les enjeux géopolitiques au niveau non seulement de l’échiquier européen mais aussi mondial.

    • boris dit :

      il faut également se méfier de la presse allemande détenue par des industriels qui n’oublient pas que l’Allemagne est le premier partenaire commercial de la Russie.et qui font un énorme lobbying pour maintenir leur business.
      Par exemple, souligner les maneuvres de l’OTAN sans tenir compte qu’elles respondent à de maneuvres russes engageant beaucoup plus d’hommes, ce n’est pas honnete.

  18. Billy Verydick dit :

    Des gens pas stupide je pense, en Estonie s’inquiètent de l’appétit russe, et tout le monde russophile devient des spécialistes. Ils investissent dedans et donc, c’est pas une simple bêtise. Psychose post annexion de la Crimée? Paranoïa ? S’ils en sont là, c’est qu’ils ont leur raison que l’on ne connait pas toujours forcément.

    • Nico St-Jean dit :

      Je suis contre le régime de poutine, mais je ne pense pas que la Russie vas envahir les pays baltes. Par contre, sans être « parano » je croit que l’Estonie à tout à fait droit de se préparé à quoi que ce soit simplement pour être bien préparé « au cas ou ».
      .
      Il ne faut pas oublier qu’en dehors de l’histoire des deux pays, les russes font depuis quelques années plusieurs intrusions aériennes dans les Pays baltes et également les pays scandinaves (juste comme ça)
      .
      On peut quand même en déduire que la Russie est la grande responsable de la méfiance des pays à ses frontières.

  19. revnonausujai dit :

    hum, le raisonnement estonien ne brille pas par sa logique !
    prémisse 1 : l »OTAN n’interviendra pas;
    prémisse 2: faisons mal aux russes par une guerilla.

    or une guerilla qui n’est pas robustement soutenue par une puissance extérieure n’a aucune chance de réussir et si l’OTAN n’intervient pas, on voit mal la Lettonie toute seule supporter ce mouvement !

  20. Parabellum dit :

    Quel intérêt pour les russes dont kalilingrad suffit comme base au nord de l Europe . Quelques missiles mobiles peuvent menacer jus qu à Berlin…les russes viennent de masser du monde près de l Ukraine qui les intéressent davantage. On trimbale des avions et des chars en quelques exemplaires dans ces pays pour une gesticulation symbolique coûteuse.si un pays comme la Russie décidait une offensive classique la haut il y mettrait le paquet pour une réussite rapide mais je crois effectivement plus à un mouvement russophone et à une submersion hybride. Si Clinton est élue et s agité ca peut avoir lieu …

  21. vachefolle dit :

    il n’y a pas de doute que l’otan interviendra si la Russie attaque frontalement un autre pays de l’otan, reste a savoir si ca sera dans les délais, et que le pays ne sera pas déjà tombé, avant que la réunion ait lieu. Mais tout de même on peut faire confiance a l’espionnage dans cette région pour voir les chars arriver avec suffisamment de préavis…

    Par contre des tentatives de déstabilisation, c’est bien plus probable.

  22. petitjean dit :

    mais c’est du délire !
    qui fabrique cette psychose ? qui a intérêt à entretenir cette « tension » ?
    à qui profite cette situation ?

  23. tschok dit :

    L’intérêt pour la Russie d’envahir les pays baltes, ou même seulement menacer de le faire est, en toute simplicité, de provoquer l’effondrement de l’UE. Le risque est le même avec une attaque hybride.
    .
    Inutile de se mettre des théories du complots dans la tête, il suffit de se figurer les pays baltes comme un bouton rouge à disposition de Poutine: s’il appuie sur le bouton, ça provoque des vibrations et si les vibrations sont trop fortes, elles peuvent provoquer l’effondrement de l’UE, par syndrome munichois.
    .
    Si l’UE est confrontés à l’invasion de plusieurs pays membres, il existe un risque non-négligeable qu’elle laisse faire, par esprit munichois. Ce « laisser-faire » détruira dans l’esprit des citoyens européens le peu d’intérêt que représente encore l’UE à leurs yeux. Ce désinvestissement des citoyens européens à l’égard de l’UE provoquera sa ruine dans les mois qui suivront. Une sorte de Brexit affectif, mais massif et généralisé à l’ensemble des opinions publiques européennes.
    .
    Et Poutine aura gagné.
    .
    C’est ça qui fait flipper les Européens, mais qui fait aussi bander très fort les anti-UE, qui se réjouissent à l’avance de cette « divine surprise »: voir la gueuse européenne enfin s’effondrer est leur vœux le plus cher.

  24. Maxime dit :

    Ce serait intéressant de savoir comment se forme la minorité russe, victime de marginalisation au sein de la société estonienne… Ce serait peut etre plus efficace de ne pas leur donner de raisons de s’insurger…

    • DanL dit :

      Donc, selon vous, si la minorité Marocaine* se sent victime de marginalisation au sein de la société Française, il vous semble normal que le Maroc puisse intervenir en France et c’est donc la la France de chouchouter les minorités les plus revendicative …
      * pur provoc, j’aurais dut prendre la minorité Luxembourgeoise 🙂

      • MD dit :

        Il faudrait prendre un autre exemple que le Maroc, car je ne crois pas que le Maroc intervienne en France pour défendre sa  » minorité » si celle-ci se sentait brimée.
        Au Maroc, pays dont j’ai beaucoup apprécié l’hospitalité des habitants, j’ai connu des personnages marocains très importants qui m’ont expliqué très franchement et très sérieusement que les Marocains expatriés en France n’étaient pas l’élite de leur pays, même s’ils revenaient pendant leurs vacances dans leur pays en frimant dans leurs belles voitures . Et mes interlocuteurs m’ont aussi affirmé qu’au Maroc, on était en général bien content d’en être débarrassé ! 🙂 🙂 !

  25. DanL dit :

    « Le meilleur moyen de dissuasion est non seulement des soldats armés mais aussi des citoyens armés »
    Ben ils ne seront jamais Européen avec des idées comme celle ci :p

  26. UnKnown dit :

    Nan mais sérieusement, y’a quoi en Estonie que tonton Ivan voudrait récupérer… Pendant ce temps là, sur une autre planète, Gazprom et tatie Merkel signent en loussedé un contrat pour la remise en chantier de Nordstream et que les pièces du pipe line sont tranquillement acheminées sur le chantier Finlandais depuis quelques semaines… Donc les estoniens pensent que l’Ours russe va déclencher les hostilités dans une zone où il s’apprête à construire un pipe line pour faire de l’Allemagne le premier hub gazier Européen. Amusant.

    • petitjean dit :

      je confirme
      Le projet Nord Stream II est sur les rails . Une première livraison de tubes est arrivée dans la presqu’île de Rügen, sur la côte baltique de l’Allemagne. Ainsi, même si aucune décision officielle n’a encore été prise, ou du moins annoncée, le doublement du gazoduc baltique semble bien parti.
      La Lettonie, l’Estonie, la Lituanie, la Pologne et l’Ukraine (LOL) crient au scandale et menacent d’utiliser tous les recours à leur disposition pour empêcher le doublement du Nord Stream………..

      Tout le reste est du délire.

      • MD dit :

        Parmi les protestataires , il faudrait ajouter aussi la Suède, la Finlande, la Slovaquie, la République tchèque et même le Belarus, ainsi que les premiers ministres d’Italie et de Hongrie, et le président de l’UE.
        Cela fait quand même beaucoup de monde pour ce  »délire ».

  27. ScopeWizard dit :

    Ouais , on est en plein délirium tremens !
    Une question : qui a le plus intérêt à empêcher une Europe soudée et unie d’exister ?