L’Inde envisage l’acquisition de frégates et de batteries de défense aérienne S-400 auprès de la Russie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

81 contributions

  1. cellule dit :

    Même si les négociations avec l’Inde sont vraiment interminables, ils ont une politique d’acquisition équilibrée et diversifiée dans l’ensemble. En gros, chaque pays répondant à un appel d’offre a ses chances, même si ça n’empêche pas d’être vigilant aux coups bas des concurrents.
    Compte-tenu de sa démographie et des enjeux géostratégiques de la région, c’est clairement un marché sur lequel il faut investir.

  2. jyb dit :

    Rien ne vaut des sanctions économiques pour booster une économie.
    On a aussi beaucoup parlé organisation de changhai avec la birmanie et le bangladesh qui était à aussi à goa.

    • Montaudran dit :

      Vous avez là un raisonnement simpliste. Nous sommes sur un site militaire et vous voyez un (beau) contrat militaire russe et vous en déduisez que l’économie russe est florissante.
      1/ Le militaire n’est pas représentatif de l’état de l’économie
      2/ Si être sous l’effet de sanction était positif pour l’économie pour ne nous sanctionnons nous pas plus les uns les autres ? Pourquoi cherchons nous au contraire de faciliter les échanges.
      3/ du peu que je puis voir de l’économie russe je n’aperçois pas la diversification d’économie, l’obtention de domaine d’excellence en dehors de certains armements. En même temps modifier la structure d’une économie c’est pas facile.

      • jyb dit :

        C’est un feedback sur un post récent ou certains constataient l’inefficacité et même la contre-productivité des sanctions et des embargos sur les régimes en place.
        D’autres part nous sommes sur un site d’information militaire, comme vous le dites, et donc vous remarquerez que ce n’est pas un seul mais plusieurs succès russes à l’export.
        Enfin, une expertise dans le domaine militaro industriel, c’est déjà pas mal même si un économiste vantera la sécurité de la diversification.

        • nimlE dit :

          Il ne faut pas oublier que le rouble a été divisé par 2 , rendant tres attractifs les équipements russes a l’export. Or l’industrie de defense est un des tres rares secteurs industriels d’exportation en russie(en gros c’est aeronautique/spatial/defense et c’est tout)
          Ce secteur ne represente que 1,5% de l’emploi en russie qui donc depend plus que jamais de ses exports de gaz et de pétrole.
          En revanche les équipements russes beneficiaient beaucoup des technologies occidentales a l’export il y a encore 5 ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Cela avait permis de relancer l’industrie de defense russe qui etait a l’arret depuis 15 ans. Mais force est de constater qu’aujourd’hui ils y arrivent sans nous

          • jyb dit :

            @nimlE
            le secteur de l’energie ( fossile et nucléaire ) est aussi un gros acteur économique en dehors de la simple exportation. Rosneft
            vient de racheter essart oïl pour 13 milliards de dollars.

  3. Le Cyprès dit :

    Au fil des différents articles que l’on lit ces derniers temps sur les achats d’armement par l’Inde, il semble que leurs matériels soient très hétéroclites… Un peu de tout à un peu tout le monde. Il y a peut-être une stratégie là dessous?

    • Jak0Spades dit :

      Bien sur ! Ils suivent le vieux proverbe « Il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier ! » Par contre je suppose que cela doit presenter un certain
      casse-tête quand il faut faire marcher tous ce matos ensemble dans un contexte inter-arme / inter-armé.

    • W.S.J. dit :

      Tentative de limiter sa dépendance aux pays fournisseurs d’armements en diversifiant les sources d’approvisionnement.

    • wagdoox dit :

      Il y a deux théories là dessus en Inde :
      1) l’Inde achète en fonction de ses besoins.
      2) L’Inde achète à tout le monde pour « faire plaisir » à tout le monde, en réalité il s’agit d’acheter de l’influence qui servira lors d’un conflit et notamment contre le Pakistan.

      Mais ça permet de mettre tout le monde en concurrence pas uniquement sur l’achat mais sur toute la durée de service. Par exemple les Indiens montrent en exemple les avions français pour leur disponibilité et leur facilité de maintenance face aux russes. et montre en exemple le prix des avions russes aux français.

  4. Le Suren dit :

    Le S-400 peut-il abattre le Raptor ?

    • Arthur dit :

      C’est un S-300 qui a abattu un F-117. Avec un peut de chance tout est possible. Les radars VHF, bien que moins précis, sont insensibles aux formes « furtives » des appareils et la détection n’est que fonction de la surface donc ils devraient être capable de détecter et tirer sur un Raptor. Ensuite pour ce qui est des contre-mesures électroniques des deux appareils … on va espérer ne pas apprendre trop vite lequel prendra le dessus!

      • Nico St-Jean dit :

        @ Arthur

        Vous ne dites pas tout dans l’histoire du F-117..
        .
        1- l’avion à été abattu à 13 km de distance et 8 km d’altitude, plus un avion approche d’un radar, plus les ondes frappent forts, plus elles ont de chances de rebondir !
        .
        2- le commandant Zoltan Dani qui était en charge du « 250 air defense brigade missile » dont l’équipe à abattu le F-117, à déclaré pendent une entrevue en 2007 que l’avion n’à été détecté que lorsque les soutes d’armement se sont ouverte pour largué les bombes .. ça n’à donc rien à voir avec la furtivité de l’avion puisqu’il à été détecté à seulement 13 km de distance les trappes ouvertes ..
        .
        3- La SER estimé du F-117 est estimé à 0,001 m³ selon diverses fuites de Lockheed et de l’USAF .. F-117 dont la conception date des années 70’s et dont la furtivité n’à rien à voir avec le F-22 ou le F-35.
        .
        Quant aux « radar VHF » « qui détecte les avions furtifs » sur quoi vous basez-vous pour affirmez une telle chose ? 🙂

        • nimlE dit :

          Ce serait plutot les basses frequences qui posent problemes aux techniques de furtivites actuelles, non ?
          En revanche la precision est mauvaise …

      • Zayus dit :

        @Arthur:
        Il n’y a jamais eu de F-117 abattu par un système S-300…
        Si vous faites allusion à celui abattu par les serbes en 1999 au Kosovo, ce fut avec une vieille batterie S-125 (ou « SA-3 » pour l’OTAN…) combinée à un radar «modifié pour opérer sur de très larges longueurs d’onde» capable de « détecter cet avion pendant de très courtes périodes»…
        Au Kosovo, les pilotes américains de F-117 furent aussi victimes d’utiliser le même plan de vol, nuit après nuit…

      • Dans le bayou dit :

        Cet avion a été abattu par un S-125 Neva/Pechora . C’est une mauvaise idée de passer au même endroit plusieurs fois de suite et en prime un jour de pleine lune…

        Ps : faites-moi signe dès que vous trouvez un S-300 en service en Serbie en 1999.

      • Thaurac dit :

        L’histoire est ancienne et les contre mesures ont évoluées.
        La syrie a tiré 3 S-300 contre l’aviation israelienne, aucun n’a été touché, c’est il y a 1 ou 2 mois, je crois;
        maintenant, le s-400, je n’en sais fichtrement rien!

    • W.S.J. dit :

      Et c’est qui le plus fort entre l’hippopotame et le rhinocéros ?

      • Thaurac dit :

        Gustav, le plus gros crocodile vivant connu, le plus meurtrier aussi car il tue sans manger ses victimes ( race crocodile du nil ) a déjà été vu, tuant d’énorme hippopotames, toujours sans les manger!
        Quelques infos
        Gustave. Le Crocodile Géant d’Afrique

        C’est au Burundi, sur les rives du lac Tanganyika et à proximité, qu’un crocodile géant a semé la terreur pendant 10 ans.
        Ce crocodile du Nil, surnommé Gustave par les scientifiques, aurait tué environ 300 personnes.

        Un documentaire diffusé sur France 3 nous a permis de découvrir ce monstre qui n’a pu d’ailleurs être capturé et est probablement mort aujourd’hui.
        Cette émission bien qu’intéressante ne nous délivre quasiment aucune information scientifique sur ce crocodile. S’agit-il d’un crocodile du Nil hors norme, de la même manière que certaines personnes ont des mensurations supérieures au standard ? Possède t-il des caractéristiques particulières qui en feraient un crocodile d’une espèce non répertoriée ? En comparant les images tournées au Burundi et celles de crocodiles du Nil, nous pourrons peut-être répondre à ces questions.

        Gustave est-il un crocodile exceptionnel ?

        D’après les trois scientifiques qui ont essayé de capturer ce crocodile, Gustave mesurait environ 7,50 m pour un poids évalué à une tonne.
        Dans le documentaire, on peut entendre : « Ces chiffres sont exceptionnels car un crocodile du Nil atteint rarement 5 m pour un poids de 500 kg ».
        Un autre point important est l’âge estimé de Gustave. Quand le crocodile ouvre la gueule, la scientifique remarque qu’il possède une dentition parfaite. Pourtant, d’après sa taille, elle fait la remarque suivante : « Il doit être centenaire et pourtant d’après sa dentition, il a environ 60 ans ».
        Enfin, le crocodile s’approche d’une famille d’hippopotames, probablement attiré par le petit. On sait de source sure que Gustave a déjà tué au moins une fois un hippopotame adulte.

        Mais pour les humains hippopotame et le buffle sont les plus meurtriers.

        • nimlE dit :

          Le crocodile du nil est le plus meurtrier des sauriens mais pas le plus gros il me semble. Le porosus / crocodile de mer present en asie et en autralie depasse frequement les 6 metres ( tout de memoire donc je peux me tromper)
          Amusant de voir la fixation sur les crocodiles et les requins qui font bien moins de mort que les guepes par exemple, sans parler du moustique ! 😉

          • Zayus dit :

            @nimlE:
            .
            Quitte à choisir votre mort, préférez-vous celles rapides que vous donneraient crocodiles et requins ou celles plus lentes des guêpes et moustiques 🙂 ?

          • Intox dit :

            Les selfies font maintenant plus de morts que les requins. A mort les selfies !

          • Thaurac dit :

            Ben je le savais et pensais comme toi jusqu’à ce que je tombe il y a quelques temps la dessus.
            en fait le plus gros est le crocodile marin, qui vit dans les eaux saumâtres mais peut aussi aller dans la mer sans problème;
            Quoiqu’il en soit, on parle de crocos « connus » car dans la nature et des coins perdus, il doit y en avoir d’énormes surement.

    • Nico St-Jean dit :

      @ Le Suren

      Impossible d’être précis la dessus .. il faudrait savoir exactement quel est la configuration de leurs petits AESA qu’ils déploient avec le S-400, pour leurs PESA, je n’y crois pas une seconde, ensuite un petit AESA ne serait probablement pas détecté un Raptor même si l’avion vole à 1 km du radar en question, par contre, certains gros radars comme les SPY-1/3/6 ou plus gros peuvent certainement détecté un Raptor dans un rayon de 1-5 km (à cette distance, ses radars peuvent détecté les gouttes de pluies les plus petites) mais à cette distance on ne peut pas « vraiment » parlé de détection puisque le radar serait inefficace et détruit à une distance bien plus confortable pour un Raptor.
      .
      Si j’ai à donné un opinion personnel au pifomètre, je dirait que le Raptor est confortable à partir d’un rayon de 15-25 km (je précise je n’ai jamais travaillé sur un Raptor, sauf peut-être dans un de mes rêves 😉 ) pour n’importe quel radar déployable d’aujourd’hui. Par contre, il existe des radars fixes de la taille d’un gratte-ciels qui pourrait détecté un Raptor à une certaine distance. Mais un S-400 je dirait que non ! d’ailleurs, le Raptor possède tellement d’option à distance confortable contre un S-400 (missile, brouillage, bombe, etc) que je m’inquiéterais d’abord pour le S-400. Par contre, le Raptor n’est équipé qu’au stricte minimum pour faire de l’air sol jusqu’à ça mise à jour « 2B » mais l’avionique qu’il lui sera ajouté n’est pas encore tout à fait définie à 100%.
      .
      Par contre, un avion avec la SER d’un F-16 (1m³) ou plus, ne doit jamais s’approché à moins de 200 km d’un S-400 parce que même à cette distance, il est tout à fait possible d’engagé un avion avec cette taille virtuelle même pour un PESA.

      • tschok dit :

        A 200 km, comment le S 400 repère un avion qui vole sous le balayage? Et même à 600 km (puisque les radars du S400 ont une portée donnée pour cette distance)?
        .
        Les radars ont une capacité transhorizon?
        .
        Par ailleurs le S400 panache des missiles de classe mach 3 et mach 6, soit une vitesse de 1 km/s et 2 km/s. Pour une interception à 200 km, l’avion cible averti du tir dispose donc d’un « certain temps » pour évaser ou brouiller, voir intercepter le missile avec ses propres missiles. A partir de là, comment on peut dire que le S400 est l’arme absolue?
        .
        Enfin, des radars de 600 km de portée, c’est des machins énormes, avec une génération électrique de frégate. C’est pas un truc qu’on peut alimenter avec un vélo d’appartement branché sur une génératrice. Les tubes de lancement sont des grattes ciel et les camions font la taille de ma maison de campagne. Comment le S400 gère sa propre sécurité, alors que, dans le fond, un missile air-air peut taper une cible au sol?
        .
        La réponse au S400 ne ressemblerait-elle pas à un missile Meteor avec une capacité air-sol et un guidage malicieux? Un radar actif, ça capte du signal, non?
        .
        Et puis il y a tous les nouveaux types de brouillages par infection virale.
        .
        Perso, je ne m’interroge pas sur le rapport F22/S400, mais sur le rapport Rafale/S400, parce que ce n’est pas de la prospective, mais déjà du réel.

    • wagdoox dit :

      C’est toute la question !
      le S400 devrait détecter le F22 mais pour viser avec suffisamment de précision il faut un radar X qui ne fonctionne pas contre les F22.
      De là on peut imaginer plusieurs sénarii:

      1) le radar VHF ou L détecte le F22, transmettre la localisation au radar X qui concentre toute sa puissance sur le F22 (j’ai des doutes)

      2) le radar VHF ou L détecte le F22, le missile part et arrive suffisamment près du F22 pour le locker avec ta propre tête chercheuse (peu probable)

      3) Meme scénario mais le missile est IR c’est là la meilleur chance d’abattre le F22.

      4) les radars sont suffisamment denses et dispersés pour récupérer les signaux radar du F22 (très peu probable).

      5) Au vu de la superficie couverte par le S400, il est probable qu’il y est un mode transhorizon, jusque là pas assez précise pour viser mais il a aussi une mission anti missile de croisière qui viendrait confirmer le coté transhorizon et infirmé le manque de précision. Dans ce cas il faut oublier la furtivité. On peut aussi imaginer que ce résultat soit obtenu par flexibilité des ondes radar.

      6) La furtivité n’est pas l’invisibilité, le F22 aura le temps de s’approché et de tirer des missiles mais le S400 pourra lui meme se protéger avec des missiles anti missiles. A se niveau là les deux systèmes devront tenir sur la duré. Plus le F22 approche plus il augmentera le risque d’être ciblé mais en meme temps les missiles S400 auront moins de temps pour intercepter les missiles du F22. A ce jeu là les missiles du S400 s’épuiseront vite car le F22 ne sera pas seul et il peut, contrairement au S400 faire demi-tour à n’importe quel moment.

      Tout ceci est complexe, les donnés confidentielles et meme si je m’avances beaucoup le F22 aurait un avantage sur le S400.

      Le F35 étant beaucoup moins furtif que le F22 (en X) et n’étant quasi pas furtif du tout face aux autres bandes de fréquences aurait peu de chances de passer. En revanche le F35 possède un radar qui permet des attaques EM mais pour arriver à contre la puissance des radars du S400 (qui sont plus gros) il faudrait une flotte de F35 ou de Growler.

      Le Rafale aurait encore plus de problème sauf si le prochain radar permet aussi de brouiller en plus des antennes déjà présentes, mais le tout devrait pas dépasser la puissance du F35. La France devrait pouvoir faire face avec CERES/Rafales/Meteor. CERES est une constellation de satellites qui sera lancé vers 2020 et dont la mission sera justement de détecter et d’analyser les émissions radar notamment des systèmes antiaériens. le rafale pourra donc contourner ou contrer (avec spectra) ces systèmes. Face au S400 spectra (dans sa version actuelle) ne suffira pas et le SCALP sera trop lent pour être efficace. Le Rafale devra donc entrer dans la bulle, lâcher le missile sur une cible et faire demi-tour (le guidage devra être fait par GPS ce qu’il n’a évidement pas sans parler de la trajectoire complexe).

      Désoler je me suis laisser aller à l’écriture, si quelqu’un trouve des erreurs là dedans, je suis preneur.

      • Zayus dit :

        @wagdoox:
        .
        Non ce n’est absolument pas la question !
        .
        Plutôt que de se perdre en conjectures, disons plus prosaïquement que pas plus que la France avec ses Rafale, ou que la Russie avec ses Su-30, les USA n’envisagent probablement pas d’utiliser leurs F-22 contre des S-400 indiens…
        .
        La question qui mériterait dès lors d’être posée, car faisant référence à un usage plus probable de ces S-400, envisagé par l’Inde est :
        – Le S-400 peut-il abattre JF-17 et F-16 pakistanais ainsi que les JF-10, JF-17, Su-27, J-11 et futurs J-20 et J-31 chinois ?
        .
        On attend votre analyse cher wagdoox 🙂 !

        • wagdoox dit :

          La question était plus général cher Zayus.
          Et tout à fait légitime puisque ces systèmes sont de plus en plus présent.

          • Zayus dit :

            Je n’ai pas sous-entendu que votre est « illégitime » cher wagdoox, même si dans le cas présent je rapporte concrètement le choix indien aux ennemis objectifs de l’Inde.

      • Thaurac dit :

        Ils peuvent leurrer le radar en décalant un chouia la réémission des ondes radars , faisant situer l’avion en un lieu où il n’est pas.

        • wagdoox dit :

          C’est de la furtivité active mais je vois pas le rafale faire du brouillage intelligent sur 3 bandes de fréquences et un bon nombre de radar…

          • Thaurac dit :

            Je ne peux te répondre, mais cela serait bien de connaitre les avis du pro.

          • Nico St-Jean dit :

            @ Thaurac
            @ wagdoox

            Cette fonction du F-22 et son ALR-94 ainsi que du Rafale et SPECTRA ne change pas la position de l’avion dans le spectre, elle gère les ondes qui lui son envoyé et les déphase donc fait tout simplement accroire au radar ennemi qu’il n’à rien vu et que ses ondes n’ont rien frappés. Cela est une forme de furtivité « active » comme vous dites mais électroniquement parlant, et on peut appeler cela comme une certaine forme de brouillage. Par contre, plus les ondes sont fortes, plus il est difficile pour les systèmes respectifs des deux avions d’être performant .. donc tenté ce genre de chose en territoire russe sans connaître le nombre de radar sur le terrain ni quels sont leurs performances serais du suicide pour les pilotes en questions .. la Furtivité par forme et matériaux est beaucoup plus « safe » et efficace.
            .
            Et wagdoox à en parti raison car il serais impossible pour SPECTRA de géré 1- des radars que je soupçonne être assez puissant, et 2- déphasé sur 3 bandes fréquences en même temps .. sachant que le Rafale peut être détecté par les 3. Le mieux pour le Rafale est de lancé des SCALP et agir en 2e ligne, je suis certain que de cette manière, il pourrait détruire quelque batteries sans risque.

      • Vince dit :

        Gardons en mémoire que les systèmes S-300 et S-400 sont prévus pour fonctionner ensemble, dans le cadre du concept de « bulle ».

    • Briska dit :

      Évidemment !
      Ouh là, qu’ai je dit? Ça va chauffer…. C’était une blague., hein!
      Je crois qu’on en sait rien, seule la réalité d’une confrontation apportera la réponse, d’autant qu’il me semble que le régime américain s’est bien gardé d’exposer le Raptor en opération.

      • Zayus dit :

        @Briska:
        .
        Ce commentaire est effectivement plus sage, quant au F-22 il fut déployé face aux S-300 syriens sans avoir connu de pertes et bien avant l’arrivée des russes…
        http://www.air-cosmos.com/bapteme-du-feu-pour-le-f-22-25538

        • Briska dit :

          Justement. C’est la seule à ma connaissance, dans un environnent peu hostile (est de la Syrie), avec une escorte conséquente.
          D’autant qu’il me semble que la Syrie ne dispose pas de S-300, je me trompe?

          • Zayus dit :

            Non Briska sans escorte puisque c’est leur rôle d’escorter…
            La Syrie dispose de S-300 depuis 2010/2011, sinon je ne vous ne les aurai pas évoqué.

          • Thaurac dit :

            J’ai « trouvé » cela:
            « Il y a lieu de croire que les principaux éléments du système de défense aérien S-300 ont été livrés et déployés en Syrie au cours des 18 derniers mois.

            Il semble que les principales composantes du système S-300 soient déjà fonctionnelles. Selon Arun Shavetz (24 novembre 2011), des conseillers techniques russes sont arrivés en Syrie en novembre 2011 afin d’« aider les Syriens à mettre en place un réseau de missiles S-300 ». »

          • Briska dit :

            Il me semble qu’il s’agit de rumeurs courantes entre 2013/2015, surtout chez les israéliens, mais sans aucune confirmation.
            Pour l’escorte des f22, en effet, je me suis trompé. Donc, nous comptons une mission opérationnelle pour le Raptor.

  5. Alain d dit :

    5,5 milliards de dollars pour 5 systèmes de 72.
    Donc plus d’un milliard chaque système.
    Et bien, c’est une superbe arnaque!

    4 frégates moisies, de moins de 3600 tonnes, dont 2 assemblées en Inde.
    Donc plus d’un milliard de $ pour chaque frégate.
    Comment ce pourrait ne pas être un arnaque?

    Puisque DCNS arrive entre 3,5 et 4 milliard d’euros, pour 5 frégates, études comprises.
    Au prix des minerais et de la main-d’œuvre en Russie…..
    Ils nous ont emmerdé pendant des mois pour faire baisser le prix des 36 rafales, et là, ils acceptent de se faire arnaquer.
    Ils sont forts ces russes!

    Pour les 200 Ka-226T avec 400 Arrius-2G1.
    Pourquoi les indiens n’ont-ils pas choisi intégralement l’hélico français ? Ce qui aurait été plus cohérent et meilleur au résultat?

    • Zayus dit :

      @Alain d:
      .
      C’était d’emblée une condition imposée par l’Inde aux russes, car ça maintenant 50 ans que l’Inde est abonnée aux turbines françaises Turbomeca car elles restent les plus performantes en altitude et en haute montagne par grand froid.

    • wagdoox dit :

      Il faut voir qu’il ne s’agit pas seulement des bâtîments, l’armement doit être compris + d’autres choses. Comme le contrat rafale, il n’y a pas que les rafales dedans.

  6. Parabellum dit :

    On va fournir 400 turbines à kamov? À un russe? …ca ne rentre pas dans les sanctions? ou alors il y a un joli montage pour éviter que les indiens ne prennent pas les rafales…genre ils achètent les turbines et les revendent aux russes…? On a bien vendu je crois me souvenir des systèmes optiques ou électroniques pour des chars russes… et ils s intéressaient aux vbl ….avant certaines niaiseries diplomatiques…on devrait échanger les turbines contre la dernière version de la Kalash plutôt que d acheter des Fusils allemands …oups? Pas politiquement correct…

    • Zayus dit :

      @parabellum:
      Nos forces ont sélectionné le HK-417 pas la dernière Kalachnikov AK-12 qui date comme son l’indique de 2012…

    • Vince dit :

      Safran les vend aux Indiens, qui incidemment, les monteront sur des hélicos russes. Tout va bien, business as usual.

  7. Briska dit :

    D’ailleurs, pour prolonger la bonne question de Suffren, quelqu’un connaît -il les projections des état-majors concernant une attaque aérienne sur un territoire protégé par un tel dispositif? Taux de perte, probabilité de voir un avion touché, nombres d’avions nécessaires pour mener à bien une mission, etc..

    • Nenel dit :

      @wagdoox,
      Quelle imagination !
      Pour votre gouverne le SCALP-EG est aussi doté d’un guidage GPS.
      Et une bulle anti aérienne n’est jamais étanche à 100% sauf à être au beau milieu du désert avec 200 km de terrain plat. De plus vous ne connaissez pas le principe de la rotondité de la terre.
      Sachez qu’un missile de croisière type scalp, Tomahawk est une vrai vacherie de part leur furtivité accrue, leur vol très bas, leur vitesse (800-900 km/h), leur capacité à épouser le terrain pour s’approcher de la cible.
      Moralité si un système S 400 devait être détruit par une puissance occidentale, ils en feraient une bouchée sans même qu’un avion de combat s’approche de la zone couverte par le radar.

      • wagdoox dit :

        je disais que le meteor a un GPS mais n’est pas assez rapide, alors que le meteor à la vitesse mais pas de GPS.
        Je connais très bien la courbe de la terre à vous de vous renseigner sur les radars transhorizon.

        • Zayus dit :

          @wagcdoox :
          « …le meteor a un GPS mais n’est pas assez rapide, alors que le meteor à la vitesse mais pas de GPS. »
          .
          Ce n’est toujours pas ce que vous voulez dire: reformulez 😉 !

    • Dans le bayou dit :

      Un sous-marin Ohio modifié fera l’affaire pour détruire au moins deux systèmes de ce type. On trouve à bord 196 missiles Tomahawk (ca commence à causer..). Si le système S-400 intercepte 100% des missiles de croisière, ce qui reste à vérifier, au 73e Tomahawk, après épuisement de toutes les munitions du système S-400, on observera un cratère à la place de la batterie.
      Le cout d’un Tomahawk oscille entre 500 000 et 700 000 €, on peut donc détruire un système S400 pour environ 50 mio de $.

      • Amida dit :

        @ Dans le bayou: Un sous-marin Ohio qui lancerait une telle quantité de missiles se signalerait de telle manière qu’il deviendrait lui-même, rapidement, une cible pour tous les engins dotés d’une capacité de lutte anti-sous-marine. Quel est le prix d’un Ohio? En outre, dans une confrontation avec la Russie, dans les environs de la Syrie, il risquerait de s’attraper une torpille.

        • Dans le bayou dit :

          Erreur de ma part, c’est 154 missiles à bord d’un Ohio modifié.
          Les missiles sont tirés à partir de 22 tubes abritant 7 Tomahawk chacun, ce qui permet un tir en rafales assez rapide.
          Le dernier modèle de Tomahawk est doté d’une portée de 2500 km. Même en frappant à 500 km à l’intérieur de la Syrie (et pourquoi donc, la Syrie utile est côtière ?), je vous laisse calculer la surface à explorer et le temps nécessaire pour repérer le lanceur de missiles ?
          Mais non, je suis gentil 🙂 pour le calcul, la surface d’un cercle de 2000 km de diamètre est de 1256000 km2, soit la moitié environ (600000 km2) à prendre en compte face à un trait de côte, auquel vous pouvez adjoindre l’horizon radar pour limiter encore un peu les possibilités de recherche…
          –> en bref, aiguille, et botte de foin, le sous-marin aura sans doute tout tirer avant d’être repéré ou rejoint.

        • Zayus dit :

          @Amida:
          .
          Votre théorie au sujet des SSGN dérivés SSBN de la classe Ohio, ne tient pas compte du fait qu’ils peuvent tirer leurs Tomahawk en plongée et en mouvement et que la portée d’un Tomahawk est de 2500 km ce qui représente un périmètre de recherche assez vaste de plusieurs milliers de kilomètres carré pour des contremesures ASM rapides…
          .
          La guerre ASM est plus compliquée que dans les films de cinéma, Amida…

          • Amida dit :

            @ Zayus: Toujours court et brutal, Zayus? Je ne suis pas très fan de cinoche. Je n’ai pas de « théorie » quant à l’engagement des sous-marins. Je me contente de remarquer que le monde réel est plus complexe que vos fantaisies technologiques. On a rarement un système d’arme contre un autre, dans un monde simple et clair. Les menaces sont de toutes natures, les intervenants nombreux, et ce qui vous détruira vous est étranger. Le « Bismarck » a été construit pour affronter des cuirassés géants, et il a été mis hors course par un petit avion torpilleur, l' »Invincible Armada » n’a pas été mise en échec par la flotte britannique, mais par des vents et des courants contraires. L’as japonais Nishizawa n’a pas été tué au combat en 1944 aux commande de son chasseur, mais descendu alors qu’il était passager sur un avion de transport…

        • Thaurac dit :

          je pense qu’une protection sous marine serait prévu, pas fou car le temps de tirer ses missiles ,il se met en danger! de plus ils doivent tirer par salves et pas en continu.

    • Dans le bayou dit :

      Ps : les 5 batteries à 5,5 milliards de dollars, soit 360 missiles (5×72), peuvent être détruire par une saturation de plus de 360 Tomahawk, soit 336 millions de $ (935000$ par unité à la dernière livraison). Dans une hypothèse « robuste », si on lance 450 tomawahk pour saturer le dispositif et détruire toutes les infrastructures des 5 S-400, on arrive 420 millions de $. À comparer aux 5,5 milliards des 5 systèmes, les indiens seraient bien inspirés de couvrir les S-400 par des missiles de plus courte portée et de moindre coût pour intercepter une attaque saturante de missiles de croisière.

      • wagdoox dit :

        le prix du missile doit quand meme être inférieur à celui d’un tomahawk, c’est l’électronique qui coute aussi chers.

        • Dans le bayou dit :

          Rien n’est moins sur, ce type de missile est généralement doté d’un autodirecteur radar et/ou infra-rouge, d’une liaison de donnée, d’une centrale inertielle et divers raffinements pas vraiment gratuits, auxquels on peut adjoindre le prix de l’ogive, de la charge propulsive et de la structure, ce qui coute un peu plus cher que du papier mâché..

          Ex. de prix unitaire pour l’Aster 30
          Rapport du Sénat 2016 :
          Aster 30, 1,4 million d’euros l’unité pour un missile déjà produit à plusieurs centaines d’exemplaires.
          https://www.senat.fr/rap/a01-090-6/a01-090-617.html

          La main d’œuvre en Russie est un peu moins chère mais un missile comparable ne coutera pas -50 % par rapport à un Aster, ce qui ferait encore 750000€.

    • Dans le bayou dit :

      Ps 2 : ca tombe bien, le dernier modèle de Tomahawk, le « Tactical Tomahawk », est doté d’une liaison de données pour modifier son ciblage en temps réel et d’un autodirecteur capable de détecter des sources électromagnétiques, autrement dit des radars, des postes de commandement mobile et des véhicules de lancement émettant des ondes radio. Tous ces efforts ne doivent pas être faits pour chasser le canard sauvage :).

    • wagdoox dit :

      CERES

    • Zayus dit :

      @Briska:
      .
      Le S-400 même s’il est déployé par les russes en Syrie, n’a jamais connu d’utilisation opérationnelle en tant que telle contre des Raptor…
      Il est donc impossible de savoir quelle sont ses capacités d’interdiction sans connaitre ses réelles performances…
      .
      Mais en cas de confrontation S-400 contre F-22 dites vous que les batterie de S-400 seraient probablement détruites par des missiles de croisière ou autres systèmes anti-radar.

    • revnonausujai dit :

      connaître les projections des EM  »
      l’art 413-11 du code pénal sur la compromission du SD serait applicable à un sachant qui vous répondrait !

      par ailleurs , envisager une confrontation S400/ F22 implique des conséquences politiques et une escalade militaire telles que les deux protagonistes y réfléchiront à deux fois ; maintenant, comme hillary a le vent en poupe, tout deviendra possible début 2017.
      z’avons intérêt à commencer à faire des stocks de tablettes de chocolat au noisettes !

      • Briska dit :

        Très juste, je voulais juste me faire une idée du rapport de force, sans la médiation des discussions de comptoir. Il est évident qu’avant d’arriver à saturation d’un tel système, l’escalade du conflit aura déjà conduit les acteurs à user d’autres vecteurs.

        • Zayus dit :

          @Briska:
          Votre question ne pouvant que recevoir des réponse infondées est d’emblée caractéristique d’une conversation comptoir argumentée au pif…

      • Briska dit :

        Pff, je reformule. Quelle est l’efficacité réelle ou supposée par les connaisseurs militaires de ces systèmes ?
        Pour le comptoir, je visais ces commentaires qui romancent un scénario favorable à leur favori, en général US alors que seule l’efficacité intraseque m’intéresse.

        • Dans le bayou dit :

          Il ne s’agit pas d’un scénario « favorable » aux USA, mais d’une simple réalité numérique.

          La destruction d’un adversaire s’effectue généralement par saturation, un bon exemple restant par exemple la destruction de l’armée allemande submergée par l’armée soviétique en supériorité numérique et opérative à partir de 1944.

          Cinq systèmes S 400 doté d’un total de 360 missiles (selon ce qui et annoncé au dessus) ne peuvent détruire que 360 missiles de croisière à 100 % d’efficacité. Vous êtes sur de les submerger avec plus de 360 missiles de croisière.

          Si je puis dire, la plus belle fille ne peut donner que ce qu’elle a 🙂

          L’armée américaine possède le plus large stock de missiles de croisière au monde (+ de 7000), qu’elle peut tirer à profusion contre un adversaire et sans risquer le moindre équipage au contact direct.

          Le Tomawahk (+ de 3000) est produit à environ 100 ex. par an. Ce missile a d’ailleurs dans sa dernière version tous les raffinements nécessaires pour du ciblage en temps réel (liaison de données et détecteur « d’activité électromagnétique » -radar, communications radios ?-).

          Un acteur stratégique comme les USA aligne 4 Ohio lanceurs de Tomawahk (154 x 4), plus de 50 sous-marin d’attaque (entre 26 et 50 armes selon les classes) et environ 90 bâtiments de surface (80 tubes en moyenne) pour porter ses + de 3000 Tomahawk.

          Elle possède aussi le AGM-158 JASSM aéroporté, donné pour 370 km de portée pour sa première version et + 900km de portée dans sa version améliorée. La cible visée est de 3700 exemplaires pour l’US Air Force. Je vous épargne le SLAM ER, de moindre portée, mais qu’il vaut mieux éviter de voir de près.

          Elle peut donc actuellement détruire presque 100 systèmes S400 dotés à 72 missiles sans exposer le moindre aileron d’un de ses avions.

          Pour les outsiders, en voici quelques uns.

          L’Urss disposait du Kh 55 (1981 – 2500/3000km) produit à + de 1600 exemplaires, dont la Russie a récupéré une bonne part. Son successeur, le Kh 101, accepté au service en 2012, attend toujours une production en masse pour remplacer pleinement le Kh 55.

          La Chine possède le Cj 10 (~1500 km) dont le nombre d’exemplaires reste assez flou, parait-il autour de 300 exemplaires actuellement et en progression constante.

          Le Pakistan a conçu le Babur (700 km) largement dérivé du Tomawahk et dont le nombre d’exemplaires est une inconnue.

          Ce pays et la Chine sont les principaux adversaires de l’Inde, futur possesseur du S-400.

          Le Scalp (+ de 250 km) est en dotation importante en France (500) et en Grande Bretagne (900), la France projetant aussi d’acquérir à 150 ex. le missile de croisière naval (MdCN) (1000 km). 150 Apache sont toujours disponibles dans un stock de l’Armée de l’Air.

          En bref, les USA restent les seuls capable d’écraser massivement des S400 et les autres suivent de loin.

          Après, tout possesseur de S400 doté aussi d’armes nucléaires sera déjà regardé avec beaucoup plus de respect par les USA ou tout autre acteur stratégique. Et les missiles de croisière ne font pas tout. Le Vietnam avec une faible défense aérienne ou l’Afghanistan sans aucune DCA ont fini par lasser les USA.. 🙂

        • Dans le bayou dit :

          PS : en général 1/2% des missiles de croisière finissent dans le décor, par disfonctionnement ou en ayant croisé une oie malheureuse, il faut donc un poil plus de missiles de croisière pour certain du résultat.

  8. C’est comme le système de combat de lockeed Martin sur les barracuda français. Les australiens ont puent donc comparer le plus performant. Où le moins chère…Gag! Tout ça me fait penser au serpent qui se mord la queue, petit bizness entre amis, loin des considérations sécuritaires habituelles, et des postures de convenances humanistes officielles. Consternant? Peut-être… Tout dépend où chacun personnellement, met la limite de son curseur entre la guerre et la paix, entre la bêtise et la sagesse.

  9. Thaurac dit :

    A distribuer des s-400 un peu partout, il en a surement un qui a du passer dans les mains des experts américains pour se faire décortiquer et trouver son point faible.

  10. Vince dit :

    qqs éléments de réponse comme disait Claire Chazal, pour le vulgus pecus comme moi:

    http://www.ttu.fr/s-400-s-500-defi-technologique-russe/

    • Nico St-Jean dit :

      Oh làlà Vince .. si je vous poste un joli article qui vous dit que le F-35 peut percé tout les radars du monde sorti d’un blog allez-vous demain matin criez sur votre toit que le F-35 est invincible ?
      .
      Plus sérieusement, votre article est le seul, avec Spoutnik qui cite un temps de réponse de 90 secondes du système Patriot et exactement comme Sputnik, sans précisé quel modèle serait aussi lent et sans la moindre source crédible .. Personne ne sait rien sur leurs « fameux radars basses fréquences » et pour ce que l’ont sait, les russes ont un sacré retard sur les radars par rapport à l’Occident et surtout face aux USA/Japonais qui ont inventé l’AESA, les modules à l’arséniure, puis les modules au nitrate .. alors les russes et leurs radars pouvant détecté un avion d’une SER proche de zéro à des centaines de kilomètres ? .. Niet.

      • Zayus dit :

        En octobre 2016 le F-35 peut faire exploser son moteur à l’allumage et il reste effectivement le plus performant dans cette technique brevetée Lockheed Martin.
        Pour le reste, attendant qu’il entre en service d’ici 2036 après avoir reçu son IOC en 2026…

        • Nico St-Jean dit :

          @ Zayus

          Vous ne semblez pas avoir compris que la parti F-35 de mon commentaire était du second degré sensé faire comprendre à Vince qu’il ne faut pas avalé tout ce qui sort des blogs de bas-étage 🙂

      • Vince dit :

        @ Nico non, ce n’est pas le seul avec sputnik ; ceci dit vous avez raison, au final on ne sait rien avec certitude.
        Vous avez un autre site anglo-saxon qui traite du sujet, la morgue et le complexe de supérité qui caractérisent ces peuples en moins :
        http://www.ausairpower.net/APA-Giant-Gladiator.html#mozTocId199011

        « pour ce que l’ont sait, les russes ont un sacré retard sur les radars par rapport à l’Occident ».
        Cela s’appelle prendre ses désirs pour la réalité. Mais pas de crainte encore une fois, « nous vaincrons parce que nous sommes les américains, donc les plus forts. »

  11. Vince dit :

    « Cette vente de Ka-226T à l’Inde profitera à l’industrie française : ces hélicoptères sont en effet chacun équipés de deux turbines « Arrius 2G1″ fournis par le motoriste Turbomeca. »

    http://www.ainonline.com/aviation-news/defense/2015-06-12/france-based-companies-win-and-lose-big-indian-helo-contest

    « The Ka-226T will be produced under license at Hindustan Aeronautics Limited (HAL), in accordance with the “Make in India” principle. The Russian side is expecting an official confirmation of the deal to come shortly, he added. Rosoboronexport will be the contract holder. »

    Olivier Andries, chairman and chief executive officer at Turbomeca, said: “our partnership with Russian Helicopters, and with India, is crucial.” He noted that Turbomeca has been in India for 50 years and is currently the supplier of engines for most Indian military helicopters. “Through the Ka-226T project we can develop our presence in this marketplace,” Andries added. He said that although manufacturing details are yet to be agreed, “we will probably follow the guidance of Russian Helicopters, but we have to be compliant with the ‘Make in India’ requirement. So, it may well be that these engines will be assembled in India and partly manufactured there.”

  12. Frédéric dit :

    Pour les Ka-226, je pensais que le contrat avait était signé en mai dernier.