La Gendarmerie refuse de voir des officiers de police porter des galons de colonel et de lieutenant-colonel

police-20161013

Dans la Police nationale, il existe trois niveaux de hiérarchie : le « corps de maîtrise et d’application » (équivalent du corps des sous-officiers pour les militaires), le « corps de commandement et d’encadrement », qui regroupe les officiers de police ayant le grade d’élève lieutenant à commandant, et le « corps de conception et de direction » auquel un policier accède quand il est promu commissaire.

Pour la Gendarmerie nationale, c’est plus simple car il n’existe en effet que deux corps : celui des sous-officiers et celui des officiers.

Jusqu’au grade de commandant de police, les galons sont quasiment similaires à ceux portés par les militaires (celui d’un brigadier est le même qu’un adjudant gendarme).

Actuellement, aux grades de commissaire et de commissaire principal correspondent, respectivement, ceux de lieutenant-colonel et de colonel dans la gendarmerie.

Mais ce ne sera bientôt plus le cas car il sera prochainement créés les grades de « commandant divisionnaire » et de « commandant divisionnaire à l’emploi fonctionnel », qui s’intercaleront entre ceux de commandant et de commissaire. Et les policiers qui seront promus à ces grades devraient porter les mêmes galons que les lieutenants-colonels et les colonels de la gendarmerie (soit 5 galons panachés ou 5 galons pleins).

Le syndicat Synergie-Officiers a en effet affirmé en avoir obtenu l’assurance de la part de directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, lequel se serait « engagé personnellement pour les galonnages à l’identique des officiers de gendarmerie, de pompiers et des douaniers ».

Seulement, la Gendarmerie s’oppose à ce projet et n’a pas manqué de le faire savoir via un message de sa direction du personnel militaire (DPGM), diffusé via Intranet et publié par l’association professionnelle GendXXI, en évoquant une « surenchère inappropriée de syndicats des officiers de police qui revendiquent le port de galons similaires à ceux des lieutenant-colonels et des colonels. »

« Le ministre de l’Intérieur a été informé hier des conséquences néfastes que cette mesure est susceptible d’emporter pour la gendarmerie. Cette proposition des syndicats, qui n’a fait l’objet d’aucune validation à ce stade, est en effet de nature à entraîner une confusion préjudiciable pour le positionnement des corps militaires dans leur ensemble. Elle est également porteuse d’une surenchère inappropriée de syndicats des officiers de police qui revendiquent une parité avec les officiers de la gendarmerie et plus largement des armées », peut-on en effet lire dans ce message.

114 commentaires sur “La Gendarmerie refuse de voir des officiers de police porter des galons de colonel et de lieutenant-colonel”

  1. Eh bien la gendarmerie a totalement raison. Il ne faut pas amalgamer « Militaires » et « Police » et d’ailleurs les mentalités, moi qui suit totalement extérieure aux 2 corps, sont totalement différentes à mes yeux et ne bénéficient pas de la même confiance ni de la même image. La Police manque-t-elle à ce point de créativité et d’honorabilité pour vouloir copier jusqu’aux titres de la gendarmerie pour se grandir et s’honorer ?

    1. Copier les titres des armées de Terre, de l’Air et de la Gendarmerie serait plus juste. Cela dit j’adhère à 100% à votre point de vue.

    2. C’est bien sûr indiscutable. Et je trouve rassurant de constater que la Gendarmerie se défend.

      1. C’est vrai on a que ça à faire à l’intérieur, tout va bien, les rues sont sûres, les gens peuvent aller voir un concert sans risque.

        L’exemple même de gestion de priorité.

  2. Amusant cette obsession des civils pour les galons et les grades de l’armée… Si les flics voulaient des galons, ils n’avaient qu’à être gendarme…
    .
    Les galons sont réservés aux structures militaires et associées (comme la sécurité civile).
    .
    Confusion des genres… comme d’habitude. Beaucoup de gens qui portent désormais des galons oublient qu’ils portent des responsabilités et des devoirs… et chez certains « officiers », c’est dramatique..

  3. Le « commandant divisionnaire à l’emploi fonctionnel », se verrait ainsi paré des galons de colonel…
    Rien que ça.
    Malgré tout le respect que je peux porter aux officiers de police, cette demande est une fumisterie syndicale : « les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait »

    1. Devinette: Qui a mis tous les policiers en uniforme avec de beaux galons? Avant lui ,seuls l’étaient les gardiens jusqu’au brigadier en urbaine si j’ai bonne mémoire, sauf dans les CRS.

  4. Ils veulent des galons militaires?

    Q’ils signent à l’armée ou à la gendarmerie…

    Ces messieurs ne veulent que les avantages et pas les inconvénients…

    Et je précise que je ne suis pas officier…

    1. Quels avantages parlez vous? Le tarifs spécial sncf? L’économie pour certain d’un loyers? Ou celui de la charge de travail qui n’est pas le même?

      1. Je parle des inconvénients surtout qu’ils ne veulent pas… Statut militaire, pas d’heures à rattraper…

        Il y a quelques années ils ne voulaient pas du téléphone de permanence… Comme en Gendarmerie…

    2. Cela ne dérange pas les gendarmes de prendre les avantages obtenus par les syndicats policiers !!!!

  5. Bref, pendant que le gardien de la paix se fait massacrer à coup de cocktail Molotov sans avoir le droit de se défendre (un droit qui aurait dû être défendu coute que coute depuis toujours par l’encadrement) ce même encadrement s’occupe consciencieusement de ses postes, grades et appellations, en prenant bien soit de marcher sur la gueule du voisin gendarme (dont il a probablement raté le concourt étant plus jeune).

    1. Pouvez-vous me citer votre source au sujet de l’interdiction faites aux forces de l’ordre de se défendre ?
      Pour avoir suivie de prés les mouvement sociaux du printemps, j’ai plutôt l’impression du contraire justement.

    2. En tant que commandant fonctionnel (futur commandant divisionnaire fonctionnel avec un galon de colonel !), je prends la tête de dispositifs de maintiens de l’ordre lors de violences urbaines. Les jets de pierres, cocktails Molotov lancés des toits d’immeubles, tirs de mortiers ne font aucune différence entre les grades !
      Pour info, je n’ai jamais tenté les concours de la Gendarmerie car le mépris que certains de ses membres avaient pour le militaire appelé que j’ai été m’a convaincu que j’aurais fait le mauvais choix.

      1. @ Jacques
        Des « tirs de mortiers », dites-vous ? Sapristi !
        Expliquez-nous ça, on veut savoir ! Parce que si l’on tire au mortier sur la Police ça signifie que nous ne sommes plus en « état d’urgence » mais carrément en situation de guerre civile. La question se pose donc : le Pouvoir politique, dépassé par la situation, nous cacherait-il encore quelque chose avec la complicité de la presse, comme au 20ème siècle, avant qu’existe la Toile et les blogs ?
        Expliquez-nous ces « tirs de mortiers », dites-nous où et quand vous les avez subis : comme j’ai subi des tirs de 106 au Tchad, j’imagine que c’est un vrai problème.
        .
        A moins que vous soyez Taltavul, ce syndicaliste policier qui racontait au députés que ses collègues s’étaient fait tirer dessus à la Kalachnikov devant le Bataclan. Si vous êtes un syndicaliste, dites-le parce que dans ce cas l’on est obligé de vous croire.

        1. Je parlais de tirs de mortiers d’artifice, ce que vous aviez parfaitement compris. Pour répliquer, il est évidemment hors de question d’utiliser le sig-sauer 9mm, le HKG36, le PM. Nous n’avons à notre disposition que flashball, LBD 40/46, GMD et grenades lacry (à mains ou avec lanceur cougar). Ces faits se sont produits en juin et juillet 2016 en grande banlieue parisienne mais ont été peu médiatisés.
          Vous trouverez si vous êtes un bon enquêteur !
          PS : je ne suis pas syndicaliste et plus syndiqué ! Et quand bien même, je le serais, je ne crois pas (j’en suis même sûr) que cela soit illégal !

  6. On procède par petites touches comme par exemple niveler, mettre en concordance les deux échelles de galons histoire de ne pas désorienter et habituer les esprits à la similitude des des institutions -Cela permet au passage, de tester la réactivité des personnels – Théorie du complot, paranoïa me direz vous…nous verrons bien mais pour ma part, je reste convaincu que l’on essayera de réunir les deux entités en en supprimant une et je pense que celle qui in fine est concernée c’est la Gendarmerie.

    1. L’Europe nous serine de le faire, des militaires qui maintiennent l’ordre, ça ne plait pas.

  7. Sans etre historien, les grades de lieut. Co et de Colon existaient avant les années 80 dans la PN. Alors les commentaires déplacés concernant les qualités respectives des gendarmes fussent ils mobiles et des policiers/crs sont particulièrement mal venus.
    Il faut finir les gueguerres entre uniformes et harmoniser les statuts pour aller de l avant!!

    1. OGN : le double effet KISS-COOL !
      Bureau National du SCSI . 55 rue de Lyon. 75012 Paris – 01 44 67 83 30 OCTOBRE 2016

      C’est incroyable ! Certains ont la mémoire courte…
      La gendarmerie a-t-elle demandé à la police son avis sur :
       La nomination des lieutenants-colonels et colonels de réserve à foison (1300 officiers)
      parmi les élus et journalistes pour garantir son lobbying, même s’ils n’ont jamais porté
      un uniforme
       Le « zingage » (porter un galon de grade supérieur) lors des missions à l’étranger
       L’alignement du taux d’ISSP des OGN et des généraux sur celui des emplois supérieurs
      de la police.
       L’intégration de milliers de sous-officiers de gendarmerie dans le corps des officiers
      après une simple sélection et une formation de 15 jours (PAGRE )
       La gratuité totale du logement alors que 98 % de sa mission est consacrée aux activités
      civiles
       La signature du protocole de 2017
       Le positionnement des chefs SDRT lieutenants-colonels à la place de capitaines de police…

      MESSAGE PUBLIE SUR L’INTRANET DE LA GENDARMERIE :
      Projet de galonnage des commandants divisionnaires et a emploi fonctionnel de la police nationale
      La gendarmerie a réagi à la surenchère inappropriée de syndicats des officiers de police qui revendiquent
      le port de galons similaires à ceux des lieutenants-colonels et des colonels de la gendarmerie.
      Dans des tracts largement diffusés le 5 octobre, les syndicats des officiers de police se félicitent de l’approbation
      d’un projet visant à permettre aux commandants divisionnaires et à échelons fonctionnels de porter
      des galons identiques à ceux des lieutenants-colonels et des colonels de gendarmerie.
      Le ministre de l’Intérieur a été informé hier des conséquences néfastes que cette mesure est susceptible
      d’emporter pour la gendarmerie. Cette proposition des syndicats, qui n’a fait l’objet d’aucune validation à
      ce stade, est en effet de nature à entraîner une confusion préjudiciable pour le positionnement des corps
      militaires dans leur ensemble. Elle est également porteuse d’une surenchère inappropriée de syndicats des
      officiers de police qui revendiquent une parité avec les officiers de la gendarmerie et plus largement des
      armées. Publiée le 11 octobre 2016 Auteur : DPMGN
      Nous devons porter à votre connaissance copie du message émanant de la direction des
      personnels de la GN (reproduit ci-dessous) qui circule actuellement sur l’intranet de la
      gendarmerie et relayé pas les « associations » de gendarmes s’offusquant de l’éventualité
      du port des galons de lieutenant-colonel et colonel par les commandants divisionnaires et
      commandants divisionnaires fonctionnels. Il conteste la parité avec les officiers de
      gendarmerie.
      Ce message contrevient au code militaire, au devoir d’impartialité, de réserve
      et remet en cause l’autorité du Ministre. Imaginerait-on un tel message
      émanant de l’administration PN.
      Cela ne nécessite-t-il pas une enquête voire une sanction de son auteur …?
      L’effet KISS-COOL, c’est prendre les avantages des
      officiers des autres armes concernant :
      -Le cumul activité/retraire
      -Les bonifications de campagne en Corse et aux DOM
      TOM
      -La réduction SNCF 75%
      Les avantages des civils, cadres A de la fonction
      publique : PPCR, ISSP, IJAT, liberté d’expression…
      )

      La gratuité du logement
      Gagner sur tous
      les plans !
      POUR MÉMOIRE …
       La parité des grades est actée depuis 2010 : les grades de Lt à Cdt sont
      équivalents en niveau et en responsabilités entre les OPN et les OGN, avec
      un galonnage identique. Les galons de lieutenant-colonel et colonel
      existaient dans la police jusqu’en 1977. C’est également ce qui est pratiqué
      dans d’autres administrations civiles qui utilisent l’ordre traditionnel
      des galons d’officiers (Cf. pompiers, douaniers). Pour quelle raison les OPN
      devraient être exclus de ce qui est en usage partout ailleurs …?
       Le concours d’officier de police est bien plus sélectif avec un niveau
      général de recrutement supérieur. Si le niveau du concours externe des
      OGN est à BAC+5, il ne concerne en réalité que 15 % des recrutements.
       En 2013, la Cour des Comptes soulignait qu’un officier de police percevait
      100 000 euros de moins sur les 15 premières années de service !
       Le taux d’encadrement est identique dans les deux forces de sécurité
       La police nationale est compétente dans les zones urbaines les plus
      sensibles et traite 75% de la délinquance. Pourtant, les policiers ne bénéficient
      pas de la même reconnaissance au niveau des médailles, des mêmes
      déroulements de carrières, de la même possibilité de cumuler un emploi
      tout en percevant leur pension de retraite …

      « Militaire » ou civil, il faudrait savoir !

  8. Si c’est admis il faudra que les commissaires de police aient rang de généraux, car ils seraient d’un grade supérieur à commandant divisionnaire en emploi fonctionnel. C’est un non sens et une connerie. De la jalousie mal placée?

  9. Surtout pas de mélange les gendarmes sont encore un peu militaires la Police c’est un corps CIVIL

    1. Vous avez raison, c’est surtout ce qui permet aux policiers de résoudre encore quelques affaires (des vraies, pas des vols d’oies ou des chiens perdus).

      1. pour le propriétaire de l’oie, ou de la vieille dame volée de son porte monnaie, c’est une vraie affaire !
        ah, le registre des mains courantes, un vrai poème !

  10. c’est aussi une manière subtile de positionner les officiers de gendarmerie au dessous des commissaires.
    c’est aussi une manière de positionner les officiers des armes en dessous des commissaires. pour bien montrer qui commande dans cet univers en uniforme….
    c’est surtout la seule solution pour faire évoluer les indices de soldes des officiers dans le cadre du plan de revalorisation des saoldes du MININT. voir la grille de la FP : à un indice correspond un grade. CQFD
    a quand les commissaires de la république ???

  11. Quelqu’un pourrait m’éclairer sur un point SVP ? De quand datent les appellations LIEUTENANT, CAPITAINE, COMMANDANT pour les policiers ? Ce n’est pas une question piège je ne le sais pas.
    Mais ça pourrait être du SARKO car ça fait très américain…..

    1. Ben, 1661, du temps de Colbert !!!!
      Mais de façon plus précise, comme on le connaît actuellement, 1995.

    2. Ca date d’un peu en fait. Avant le milieu des années 90, il existait deux corps d’officiers de police:
      – un corps d’officiers de police en civil travaillant principalement en police judiciaire: les inspecteurs de police;
      – un corps d’officiers de police en tenue travaillant en sécurité publique.
      C’est la fusion en un seul corps qui a nécessité de nouvelles appellations communes.

    3. Autour de 1995 les inspecteurs sont devenus officiers prenant les appelations de lieutenant, capitaine et commandant. Donc bien avant sarko.

  12. Des hochets pour des « béberts » de la Police dont la plupart font leur job en civil mais, surtout en fin de carrière, quand ils atteignent les grades de commandement, veulent « se la jouer » lorsqu’il leur arrive de côtoyer les militaires qu’ils jalousent secrètement. S’ils voulaient vraiment être assimilés à des colonels, il fallait passer le concours de commissaire ou d’officier de gendarmerie qui sont d’un autre niveau que celui d’officier de Police.

    1. Je l’attendais celle là, vous êtes mon premier pigeon de la journée.

      Officier de Police: 3000 candidats en externe pour 33 postes (bac +5)
      Gendarmerie: 500 candidats pour 22 postes en externes (Bac +5)
      Commissaire de police 1000 candidats pour 20 postes en externes (bac +5)

      Les concours de la Police sont plus sélectifs que ceux de la Gendarmerie. Quand on sait que pour Commissaire de Police, les admis font tous 5 ans d’études + 1-2 ans de prépa pour le concours. Et qu’ils passent en même temps officier. Autrement dit, l’admis d’officier de police a le même profil que l’admis de commissaire.

      Les mythes ont la vie dure. Surtout à l’intérieur.

      1. le concours le plus sélectif en france ?? postier 1 poste pour 1000 candidats. avec tout le respect que je leur dois, cela ne les place pas en haut de la hiérarchie. ne pas confondre sélectivité (liée à l’attractivité du poste : statut, rémunérations) et difficulté.
        pourquoi donc tout le monde préfère être policier que gendarme ou militaire parce que le premier est civil (donc syndicat, horaires de travail, etc) et l’autre militaire (disponibilité statutaire). le français n’est pas bête : il va là où l’herbe est la plus verte…
        ce sont des généralités bien sur et tant pis pour la gendarmerie et l’armée.
        plus sérieusement, tout cela entre dans la logique la sécurité englobe la défense :  » on a besoin de flics pas de milouf, on ne fait plaus la guerre, et on ne veut surtout pas être en guarre » (ce que je comprends d’ailleurs mais il y a des limites au raisonnement)

        1. J’entends bien votre remarque sur l’attrait Policier par rapport aux contraintes de la vie militaire.
          Seulement j’émets des réserve sur votre analyse du métier: peu de policiers font 35h, c’est un mythe. Dans les unités de Pj c’est plutôt 60h/semaine.
          Concernant la sélectivité je maintien ce que j’ai dit, regardez le contenu du programme par rapport au concours de Postier. De plus les baché à l’oral de commissaires vont directement à l’admission du concours d’officier. Vous avez donc la même population sociologique dans les deux corps.

      2. Ah ! Nous avons touché le syndicaliste de « la Maison d’en face » !!! … UNSA ? Alliance ? Unité Police ? … 🙂

        1. Du tout, les syndicats paralysent la Police.
          C’est juste totalement fatiguant cette propension des officiers de la Gendarmerie à se rappeler comme l’élite.

          En quoi critiquer c’est être syndicaliste ? J’attends votre démonstration 😀

          1. @Krakos
            Dites donc garçon, critiquer, c’est bien quand çà apporte quelque chose au débat, dans votre cas, ce n’est pas le cas : Des clichés et encore des clichés … Ce en quoi, vous semblez être le parfait syndicaliste de base, désolé ! … Et si vous avez besoin d’une démonstration, pas besoin de se fatiguer, vous n’avez qu’à relire l’ensemble de vos pauvres commentaires sur le sujet, c’est édifiant !!! 🙂 Ensuite ce ne sont pas « les officiers de Gendarmerie » qui ont dénoncé ce dont traite l’article, c’est la DPGM, c’est un tout petit peu plus vaste … 😉 Et puis vous excuserez la Gendarmerie de défendre ses intérêts (voir dernier paragraphe de l’article …), car à force d’avoir une trop grande ressemblance entre les deux forces elle craint à juste titre d’être absorbée, Sarko ayant failli le faire et Bruxelles poussant en ce sens …
            Et ce qui est fatiguant, c’est que, justement, certains syndicats de la Police ne cessent de regarder dans la gamelle du voisin … Et dans ce cas, pourquoi vouloir faire « tout comme la Gendarmerie » puisque cette dernière n’est bonne qu’à traiter » les affaires de vol d’oies et de chiens perdus » ? Tiens ! Encore un cliché de votre part ! … 🙂

        1. Autant pour moi je me suis trompé sur le bac+3 d’officier. Erreur de touche.

          Merci de me l’avoir fait remarqué.

          On est tous d’accord, officier c’est Bac +3

        2. Le concours d’officier de police est bien plus sélectif avec un niveau
          général de recrutement supérieur. Si le niveau du concours externe des
          OGN est à BAC+5, il ne concerne en réalité que 15 % des recrutements.

      3. 20 postes pour 1000 candidats c’est dur mais ça reste loin d’une agrégation de philo, d’EPS ou d’un concours artistique, par exemple.

        Par contre pour en fréquenter dans mes études, ceux qui préparent les concours d’officiers (police, gendarmerie, armée) c’est pas des flèches mais c’est des sacrés travailleurs, avec un bien meilleur niveau physique et de discipline chez les futurs militaires. Les futurs officiers de police sont plus dans le cliché « étudiants en droit qui pète plus haut que son c.., petits mocassin, petites golfe gti et pull noué sur les épaules ». Bon bien sure c’est des grandes généralité, elles ne valent que mon observation.

  13. D’un autre côté, les sapeurs pompiers non militaire dispose de grade, comme a la sécurité civil BSPP BMP.

    Ok même chez les SP « civil » il y a un fort impact « mili », mais si on s’en tient a l’argument de séparation civilo-militaire, aucun SP ne devraient avoir de grade militaire.

    Vous ne retrouvez pas un conflit similaire ici ? Autant je comprends que l’on veuille garder cette barrière civilo-militaire, mais pourquoi ne voulez vous pas la garder partout ?!

  14. Pourquoi refuser les galons pour les équivalences colonels et lieutenant-colonel et les accepter pour les autres grades ?

  15. Si çà permet permet d’avoir des forces de l’ordre à la hauteur, pourquoi pas ?
    Mais là il y a un mélange des genres …Difficile à rêgler!… Après eux c’est la Pénitentiaire qui s’y colle?

  16. aaah..ego quand tu nous tiens… c ‘est moi qu’ai la plus jolie médaille… a ben non c’est plus moi…les gendarmes c’est pas des militaires et les flics c’est pas des gendarmes. alors vos connerie de galon qui se ressemble…. on devrait d’ailleurs virer ceux des pompiers tant qu’on y est…pfff
    non cela ne date pas de Sarko…
    ]…Ce grade fut restauré en 1936 et subit une modification en 1953. Cette année-là, une réforme des grades des officiers a lieu. Le grade d’officier de paix devient celui de commandant de police…[

  17. Beaucoup de bruit pour pas grand chose, et les Pandores ont la mémoire courte (ou n’en ont pas quand çà les arrange) : ces galons en effet, existaient déjà avant le 1° janvier 1978, avec les « Commandants principaux » (Galons panachés de Lt-Colonel à partir du 3° échelon du grade) et les « Commandants de Groupement » (Galons pleins (argent) de Colonel à partir du 3° échelon du grade …. Les appellations orales étant 3colonel » (sans le « Mon », comme pour les Officiers de paix (Lieutenant), les Officiers de paix principaux (Capitaine), et les commandants (Commandants) de ce qui s’appelait alors le Corps des Commandants (Cdt, Cdt Pal, Cdt de Grpt) et Officiers (Off paix & off de px pal). Le 1° janvier 78, les Cdts principaux et de groupement avaient été intégrés dans le corps des commissaires de police… La roue tourne et finalement tout se remet à sa place … Pourquoi ce qui avait fonctionné sans problème de 1941 à 1978 ne le pourrait-il plus en 2016 ?
    La seule différence, les ex inspecteurs de police (en civil) et les ex officiers de paix (en tenue) ont fusionné en 1995 … C’est surtout envers ces grades, lorsqu’ils sont portés par les policiers d’investigation, que les gendarmes ont un problème, plus qu’avec les officiers de police chargés de la police en tenue …

      1. Il utilise le terme pandore, puis flic et aussi policier, ça permet de ne pas marquer trois fois le mot « policier » dans un texte, de varier le vocabulaire et donc de rendre la lecture plus agréable. Nous avons la chance d’avoir un vocabulaire varié, utilisons-le !
        Flic est certes familier (mais non vulgaire) et pandore est plus affectueux (rappelez vous « nos braves pandores ») et popularisé par de grands noms de la langue française.

    1. @ Baux
      « Pourquoi ce qui avait fonctionné sans problème de 1941 à 1978 ne le pourrait-il plus en 2016 ? »
      Peut être parce que de 1941 à 1978 personne ne remettait en cause l’existence de deux forces de police, une civile et une militaire, et qu’en 2016 la donne a changée … Ca vous a peut être échappé, mais il y a l’Europe maintenant !… Et Bruxelles pousse les pays possédant une police militaire à s’en débarrasser (Allemagne, Belgique, Autriche, Luxembourg, Grèce, et d’autres ont vu leurs Gendarmeries dissoutes !)
      Donc oui, aujourd’hui, çà peut poser une problème à la Gendarmerie Nationale qui défend donc ses intérêts et son existence …

  18. Bonjour à tous,

    Mon dieu que d’approximations !! J’adhère à 200 % à votre site mais dans ce cas il y a de grosses boulettes; je m’explique : les trois corps de la PN sont :
    – le CEA, corps d’encadrement et d’application (gardiens de la paix, brigadiers, brigadiers chef et majors.
    -le CC, corps de commandement (Lt,Cne,Cdt et Cdt emploi fonctionnel)
    et enfin le CCD, corps de conception et de direction ( commissaires, commissaires divisionnaires)

    Cordialement,

    1. Effectivement, dès qu’il s’agit des Officiers de police, un corporatisme de base semble ici émerger, certains discours traduisent une profonde méconnaissance de la fonction d’Officiers de police en 2016. Ce dernier manage, gère et commande autant de monde (de quelques dizaines à quelques centaines) qu’un Officier de gendarmerie, il doit en outre composer avec les difficultés supplémentaires suivantes :
      1) Un corps de Commissaires non opérationnels et pour partie sectaire qui cherche par tout moyen à écraser l’Officier qui le concurrence de plus en plus.
      2) L’incroyable lobbying des Officiers de gendarmerie : ils tiennent l’assemblée nationale via le réseautage des parlementaires et maires; intègrent journalistes et relais d’opinion efficaces dans la réserve….
      3) L’incapacité totale des hauts fonctionnaires de police (Commissaires) à communiquer correctement et valoriser la tâche policière.
      4) La zone urbaine et sa violence, son concentré de difficultés.
      5) Le puissant syndicalisme policier qui s’immisce parfois trop dans le commandement.
      6) Les médias et les pitoyables séries françaises dans lesquelles seul le commissaire est omniprésent, omnipotent, et où l’Officier reste un scribe…
      7) La militarisation croissante des process opérationnels police.

      Bref, de l’ancien inspecteur aux Officiers de police d’aujourd’hui, il y a un monde. Ce serait risible si ce n’était pas si néfaste que d’autres « corps » l’ignorent encore…

  19. C’est curieux et pitoyable ce goût de jouer au soldat comme les gosses. Il fallait entre dans les armées ou la gendarmerie et non pas dans un corps avec sa hiérarchie parallèle des syndicats qui leur permettent des hébergements en hôtel lors des déplacements ou en cas de mission, le respect de la pause syndicale. On veut bien jouer au soldat, mais sans en avoir les servitudes et l’abnégation. On va bien voir si le gouvernement va tenir bon face aux syndicats. Ce serait bien la première fois.

    1. Comment peut tu affimer que les policiers cherchent a joueur au soldat? Un faux argument d’un anti flic bien de base. Sinon les policiers vont repondre que ceux sont eux qui ont plus jouer au feu et goutter à la guerre dernierement et pas les gendarmes et bla bla et ont entretient la guerre entre eux…???

      1. Et les gens s’offusquent de la double casquette des policiers qui cherchent ressembler au militaire mais dans l’autre sens riensur des militaires qui cherchent a faire de la police judiciaire alors que leur fonction premiere est gerer la discipline dans l’armée….pas faire des enquêtes…

      2. « Comment peut tu affirmer que les policiers cherchent a joueur au soldat? »
        => attention aux généralités, mais en effet, dans une grande ville il suffit de s’intéresser aux « modes » chez les policiers pour voir qu’il y a un certain entrain pour la chose « paramilitaire » en ce moment. Avec plus ou moins de résultats …
        Cherchez la vidéo de ce CRS (ou CI) qui veux jeter une grenade à la « Call of Duty » et qui se la fait péter dans la main, celle du commissaire nantais (ivre ?) qui se prend pour Rambo et qui charge seul plusieurs dizaines de « casseurs ». Récemment j’en ai vue un près de chez moi, tellement chargé (gilet tactique + lampe + taser + gazeuses + plusieurs grenades + holster de cuisse + …) tenter de poursuivre un gamin suspect et devoir lâcher la course en 50m tellement il avait de poids sur lui …

  20. Les syndicats de police rejettent avec force les forces de police à statut militaire dont la gendarmerie mais ils veulent les galons militaires… cherchez l’erreur… Il n’y avait qu’à laisser ce qui existait auparavant avec les appellations d’inspecteur, inspecteur divisionnaire et principal… et puis çà me laisse rêveur, un capitaine de police avec un groupe de 5 ou 6 fonctionnaires sous ses ordres n’a rien à voir avec un capitaine de compagnie gendarmerie qui commande une centaine de militaires.

    1. Il faut rendre justice aux policiers : même dans de très petites BSU, un capitaine a un peu plus de policiers que ça sous ses ordres. Et souvent encore plus en sécurité publique. Et des capitaines sans personne ou presque sous ses ordres, il y en a aussi dans la GN. Ce n’est pas ça qui fait les différences (par ailleurs réelles) entre les deux institutions.

    2. En tant que commandant fonctionnel et seule autorité de nuit, je dirige les effectifs d’un département en grande banlieue parisienne.

    3. Connaissez-vous un capitaine de compagnie d’intervention parisienne ? avec ses 150 personnels voir plus, un capitaine de CRS avec sa centaine ? Un commandant au kremlin-bicêtre 94 avec ses 145 effectifs ? Un commandant de voie publique à créteil ? avec ses 200 fonctionnaire ? Visiblement non…. Vous semblez être l’incarnation de la méconnaissance du métier d’Officiers de la police nationale. Dites moi, un lieutenant ou capitaine de gendarmerie en BT gère et commande combien de personnes ?

      1. Quand on parle des effectifs commandés dans les unités de police, il faut préciser si l’on parle des effectifs inscrits sur les listes de l’unité commandée ou des effectifs réellement présents et en service. La différence résulte des 35h, des RTT, des congés, des récup., des rattrapages de jours fériés qui tombaient un samedi ou un dimanche, des compensations pour les astreintes de nuit qui comptent double, etc.

  21. Concernant les galons de colonel portés par des civils je rappelle que les inspecteurs des douanes ont un galonnage de colonel ou lieutenant colonel…
    Sans que cela ait fait broncher les militaires ou les gendarmes.
    Les groupements de CRS étaient dirigés par des commandants divisionnaires à galonnage de colonel.
    Un groupement de CRS comptait 2000 fonctionnaires aisément.
    Ces commandants divisionnaires étaient issus du corps des officiers de paix ancêtres des actuels officiers de police jusqu’au jour où ces postes ont été repris par le corps des commissaires…
    Néanmoins en tant qu’officier de police et de CRS je suis d’accord ce galonnage ne correspond à rien.
    Le vrai problème de la Police est l’existence du Corps des commissaires de police au recrutement externe qui voit arriver à la tête de service des gamins de 25 ans qui n’ont aucune expérience et très souvent un ego surdimensionné.
    Le reste n’est que de la poudre aux yeux et de la « branlette » syndicale.

    1. +1
      l’histoire de la refonte du galonnage des douaniers est assez amusante d’ailleurs. Tout commença par un conflit entre…marins. Une histoire de préséance…

    2. le port de galonnage par les institutions non militaires set surtout à les identifier lorsqu’ils sont en tenue , surtout vis à vie de l’autorité civile (dont une partie a pu faire son service militaire). en civil, le grade se détermine à la qualité de la cravate et du costume porté. cchez les non militaires en uniforme , il fallait trouver un truc.

    3. Exact, le corps de commissaire est « non opérationnel ». Il faudra rapidement supprimer le concours externe de commissaire (pour éviter d’avoir à la tête des services actifs des chefs âgés de 26/30 ans sans expérience) et que la police nationale se divise en deux corps : le CEA et les Officiers, de lieutenant à colonel.

  22. Personnellement j’ai toujours été contre la fusion police/gendarmeries ils n’ont pas la même formations et les épreuves pour rentré dans c’est deux disciplines sont différente. Et plus physiques pour les gendarmes. J’estime que la police devrait ce cantonné aux grandes agglomérations ,et pour les campagnes et petites agglomérations pour la gendarmerie. Par contre en cas de poursuite d’un gang de voleur ect…la police peut continuer en dehors de sa juridictions et être assiste par la gendarmerie.

    1. Heu … Pas besoin. Nous ne sommes pas aux État-Unis : l’OPJ a une compétence départementale, au delà donc de sa seule circonscription ou du ressort du TGI. Que ce soit en zone police ou en zone gendarmerie. Je ne parle même pas des extensions de compétence diverses et variées qui vont jusqu’à la commission rogatoire internationale.

    2. Il serait bien aussi, que la nuit, les gendarmes accueillent les plaignants habitant le ressort de leur compétence territoriale plutôt que de les diriger vers les commissariats de police.

  23. Bien bien, donc en synthèse, on instille progressivement au travers de ces « images » l’idée qu’un commandant de police, issu d’un concours BAC+3, est l’équivalent d’un militaire, qui a fait au cours de sa carrière (je prends volontairement Saint-Cyr pour grossir le trait) :
    – une prépa (2 ans);
    – Saint-Cyr, avec obtention du grade de master (3 ans);
    – une année de spécialisation ;
    – un concours interne (pour être colonel plein, il faut être diplômé de l’école de guerre) et une à deux années d’études supérieure (Ecole de guerre + une année de Master 2/mastère spécialisé/MBA).

    Sans être sectaire, il n’y a que moi que ça choque qu’au final, un jeune commissaire sortant d’école puisse se targuer de sa supériorité sur un colonel expérimenté et moultement plus diplômé ?
    Quant à la lecture du blog Synergie Officiers qu’il y a en lien dans cet article, c’est juste hallucinant de corporatisme revendicateur.
    Je n’imagine les officiers de l’armée se comporter de la sorte en « gardien de gâteau »…
    Mon beau-frère sort de l’école des gardiens de la paix, et déjà, au rythme « infernal » dont il me parle, je me dis que nous ne vivons pas dans le même monde (alternance travail/repos 4j/2j, en 35h, avec récupération en jours de repos des heures sup’…).
    Alors de grâce, ne portons pas les mêmes grades.

    1. le port de galonnage par les institutions non militaires sert surtout à les identifier lorsqu’ils sont en tenue , surtout vis à vis de l’autorité civile (dont une partie a pu faire son service militaire). en civil, le grade se détermine à la qualité de la cravate et du costume porté. cchez les non militaires en uniforme , il fallait trouver un truc.

    2. bien vu votre analyse par les études (même si je ne la retiens pas comme seul critère : entre les étapes fixées , il y a aussi la préparation personnelle et la formation qualifiante (dans un domaine particulier)
      il n’y a pas si longtemps, je parlais avec un ami gendarme de la syndicalisation dans les armées. on en a une illustration criante avec ce sketch : une catégore de personnel d’une institution travaille pour sa G… avec le soutien implicite d’une autre qui voudrait bien qu’on l’assimile d’emblée à celle d’ officier général

    3. Je vous incite vivement à passer le concours de commissaire de police – ou du moins à comprendre son niveau d’exigence – avant de dire cela. Pour le concours de commissaire c’est BAC+5 plus un concours d’une difficulté approchant celui de l’ENA auquel vous ajouter 2 ans d’école. Donc svp le « moultement plus diplômé » entre un commissaire de 25 ans et un colonel de 50… Surtout, je ne pense pas « qu’un jeune commissaire d’école » se targuerait d’une quelconque supériorité sur colonel, vous savez plus que les grades, certains ont une certaine humilité face aux autres et à leur expérience.

    4. Une irone sur le ryhtme de travail? Parce que comparez aussi les nombre d’interventions et de procedures a charge et les conditions: urbaine sociale et culturelle ect.

    5. Comme dit plus haut:

      Le concours de Commissaire de Police est aussi sélectif que celui d’officier de Police. Les admis aux deux concours passent les deux et prennent celui qu’ils ont. Considérant que le concours de commissaires requiert un bac + 5, la totalité des nouveaux officiers de Police ont derrière eux 5 ans d’études, minimum. Les jeunes commissaires et officiers ont donc le même profil, la chance du concours fait le reste. Et encore, c’est sans prendre en compte la préparation au concours d’une année (ou deux) qui est devenue nécéssaire pour accrocher ces concours du fait de la sélectivité. Le diplôme ne fait pas tout, demandez aux dolos.
      Le vrai problème est l’existence d’un double corps au sein des cadres de la PN, le concours externe de commissaire ne devrait pas exister. Le recrutement devrait être interne comme pour Colon.
      Sinon je suis accord avec vous sur le corporatisme stupide et féroce des syndicats d’officiers de police, mais vous faites preuve du même corporatisme aveugle et basique: « ne portons pas les mêmes grades ». Je sais pas ou votre beauf travaille, mais je connais pas grand flic au 35h.

      Sinon, la police ne porte pas les mêmes grades de la gendarmerie, c’est normal, je crois que la première est trop submergée par les événements actuels pour s’en préoccuper, la seconde étant en campagne, a largement plus le temps de s’admirer.

    6. Sauf que le cyrard est très très loin de représenter la majorité des officiers de gendarmerie il est même plutôt l’exception qui confirme la règle.
      La très grande majorité des officiers de gendarmerie sont des anciens sous off qui ont passé le concours interne voir aucun concours du tout suite au PAGRE qui a permis à nombre de sous officiers d’obtenir des barrettes après quelques semaines passés à l’Eogn.
      Chez mes homologues de la GM je vois un paquet de capitaines chefs de pelotons alors qu’en CRS les lieutenants sont chefs de demi unité soit l’équivalent de 2 pelotons.
      En tant que capitaine j’ai en l’absence du commandant 4 sections sous mon commandement. Aucun capitaine de CRS n’est chef de section/peloton … Il s’ agit chez nous d’un positionnement de très jeune lieutenant et le plus souvent de brigadier chef ou de major.
      Quant à la disponibilité une compagnie de CRS est employable 365 jours par an h24 pour la bonne et simple raison que nous ne connaissons pas le régime des permissions qui rendent un Egm complètement indisponible plusieurs mois par an.
      Si je marque des heures contrairement aux officiers de gendarmerie c’est uniquement le weekend j’en ai 1000 à mon compteur ce qui fait quelques week-ends passés à bosser. Ce compteur ne baisse pas car si je décide de prendre ces récupérations je suis néanmoins rappelable ce qui m’arrive plutôt souvent ses dernières années.
      Par ailleurs compagnie support je sers plus de 60 000 repas/an et gère 2 cantonnement de passage…
      Je pense qu’en terme de responsabilité je n’ai rien à envier à mes homologues de la Gendarmerie du même grade voir au dessus.

      1.  » une compagnie de CRS est employable 365 jours par an h24  »
        Voilà bien un gros mensonge !
        Voir la note PN/DCCRS/SDO/N° 161480 du 27 avril 2016 qui rappelle l’objectif des « périodes de neutralisation » visant notamment « à rendre la compagnie indisponible à l’emploi pour toute mission collective à l’issue d’un déplacement ou d’un emploi intensif  » et à  » permettre aux personnels de résorber les droits à repos acquis à l’occasion de l’accomplissement de la mission collective ».

  24. Hé bien si vous voulez des brutes gallonnées (inutiles) comme dans les armées et la gendarmerie…..allez y les poulets faites vous plaisir……..!!!!!!
    Mais rappelez vous les gars, que les galons c’est comme les étagères…plus c’est haut moins ça sert bon courage aux personnels en tenue avec cette nouvelle race d’incompétents ( demandez aux gendarmes  » d’en bas » ce qu’ils pensent des leurs………

  25. Prochaine étape, la fusion de la police et de la gendarmerie en un corps unique (comme cela fut le cas ici en Belgique).

  26. Seule différence, nous avons conservé deux niveaux (police fédérale et police locale), mais comme la France à les polices municipales, cette distinction ne sera peut-être pas nécessaire en cas d’amalgame entre police nationale et gendarmerie.

  27. Quand je disait que les gendarmes etaient des » gandins  » regardant plus leurs uniformes que de faire le service dans les quartiers chauds des villes …
    heureusement notre Police veille …
    (n’ayant rien a voir avec ces deux corps de forces de l’ordre..et en les respectant).
    je pense que si l’un devait disparaitre ,je pencherais plutot pour la dissolution de la gendarmerie qui ne nous sert plus a grand chose dans les cités turbulente d’aujourd’hui ..

    1. ça vous dit quelque chose la LOPSI et le code de procédure pénale ?
      gendarmes et policiers n’interviennent pas où ça leur chante, mais là où la loi leur donne compétence territoriale !
      si le dispositif vous déplait, allez voir votre député pour qu’il fasse changer la loi !

    2. Je travaille toutes les semaines à la fois avec avec police, gendarmerie et douanes (et donc je les connais un petit peu…)
      Les gendarmes m’impressionnent quant à leurs professionnalismes. Ils ont un savoir faire, un savoir être, une connaissance des lois et un dévouement sans faille, quelque-soient les grades.
      Les policiers, c’est le sktech permanent,aucune méthode, starsky et hutch,(version j’ai raté le casting mais je joue quand même).
      Quant aux douaniers, je pourrai avoir un jugement lorsque j’aurai réussit à les voir travailler…

    3. maurice, tu pousses le bouchon un peu loin. parce que tu n’y connais rien
      police nationale : 150000 hommes- villes de +10000h – 10% du territoire national – 50% de la population -8% des effectifs à poste H24
      gendarmerie nationale : 100000 hommes – espaces ruraux et villes de -10000h – 90% du territoire national – 50% de la population – 15% des effectifs à poste H24

      1. Vous avez raison mais:

        80% des affaires gérées en PN pour 20 % du territoire (pas 10)
        20% en GN pour 80% du territoire
        Le ratio effectif / affaires traitées est saisissant.

    4. @ pierre
      On ne peut qu’admirer votre esprit de synthèse.

      Ah, au fait, pour votre information il n’y a pas que des cités turbulentes en France. Il paraît même que la gendarmerie gère 95% du territoire et 50% de la population…

      Cdt, Fougasse

      Et indépendamment des mérites respectifs des deux corps, je trouve indécente cette course aux galons dans l’administration.

      1. Enfin 50% de territoire ou pas blabla….regardez le nombres d’interventions et le nombres de procedures attribués et les conditions liées au territoire et populations bien plus difficile en zone police.

    5. Demandez donc aux maires des villes dont les commissariats ont été fermés et remplacés par des gendarmeries s’ils aimeraient revenir au passé…!

    6. @Pierre
      « n’ayant rien a voir avec ces deux corps de forces de l’ordre.. »
      Aaaah !… Tout s’explique ! C’est donc pour çà que votre post raconte n’importe quoi …
      Les gendarmes DEPARTEMENTAUX, ne sont pas dans les « quartiers chauds » des grandes villes tout simplement parce que les villes, c’est de la compétence de la Police … 😉 Mais on peut trouver des gendarmes MOBILE dans ces fameux quartiers chauds, en charge du maintien de l’ordre, au même titre que les CRS …
      Ah, mais je vois, le Monsieur ne connait pas la différence … 🙁
      Et puis, des « quartiers chauds », il y en a aussi dans des petites villes de province certaines sous compétence Gendarmerie, et d’autres sous celle de la Police. Et quand une situation dégénère dans ces petites villes de province, et que la Police ne peut faire face, car pas assez de personnels à disposition (35h , 3 x 8 heures), elle demande l’assistance de qui ? … 🙂
      Donc, mon cher Pierrot, à part tenter maladroitement d’opposer les deux forces de police, votre commentaire et nul et non avenu, à l’instar de votre orthographe et de votre conjugaison !…
      Pouvez disposer !

    7. @pierre

      En attendant quand ils y dégringolent ils y mettent les moyens et ne se font pas cramer par des locdus ni des racailles !

  28. Allons allons les militaires pourront continuer a dire MON lieutenant etc. et les policiers, qui s’en foutent, n’ont rien demandé et prennent un malin plaisir a marquer qu’ils ont leur propre identité, continueront a dire lieutenant tout court …

  29. Pour remettre un peu d’eau dans le vin à tout le monde :

    Les sapeurs-pompiers civils portent des grades. Les agents de l’ONF, ONCFS et ONEMA portent des grades (les agents de l’ONF ont même des généraux 5 étoiles). Les agents des affaires maritimes portent des grades (et sont encadrés par la marine nationale). Les Douanes portent des grades.

    Toutes les structures issues de l’armée (Douanes/ONF) ou participant à la défense nationale portent des grades militaires. La police avant était municipalisée et n’avait pas de grade. Mais depuis 1940, la police est nationalisée et avec un fonctionnement « militaire » (avec tous les guillemets possibles).

    Dans les polices nationales et municipales, le plus haut grade disponible était commandant (directeur de police municipale). Les policiers nationaux ont aussi des commissaires, qui rajoutent aux premiers des pouvoirs d’OMP. Mais il n’y a pas réellement de grades intermédiaires pour les structures intermédiaires.

    Autres différences, il est possible de devenir commissaire directement. Donc « général », une connerie sans nom basée sur le montage civilo-politique de l’ENA, lorsque les agents équivalents dans l’armée (les commissaires aux armées) ont des grades de Lieutenant/Capitaine/etc.

    Bref, une double réforme est nécessaire. Rajouter des grades d’officier supérieur et stopper l’accès direct aux grades de commissaires.

  30. Vive la France et ses guerres de clochers !
    On se croirait dans « la guerre des boutons »… N’importe quoi ces conneries pour des galons !
    C’est vrai qu’il n’y a aucun problème dans ce pays qui s’enfonce dans la décadence…. à cause de ces « élites », bêtes à concours mais pas très malins au final…

  31. Dans l’armée (la vraie), on a un système d’ornements pour distinguer les différents corps.
    Brun pour les commissaires, rouge pour les médecins, vert pour les vétérinaires, etc.

    Pourquoi ne s’inspirent-ils pas de ce système ?

  32. Et les moblots? ils servent a quoi a votre avis? les gendarmes vont aussi dans les cites, sauf a Paris qui reste la chasse gardée de la préfecture de police, même le GIGN n’y est généralement pas invité (on a vu que ca a donné pendant et apres le Bataclan, mais ne relançons pas le débat). Et puis on peut voir les choses dans l’autre sens: j’attends de voir se débrouiller la police en zone rurale… quant a cette histoire de galons, j’imagine que c’est tout ce qu’on trouvé les syndicats pour tendre la perche au MININT et l’inciter a revaloriser la grille des salaires (mais apparemment pas pour tout le monde). En tout cas je remercie les contributeurs qui me permette d’apprendre autant de choses intéressantes en complement des nouvelles de monsieur Lagneau.

    1. Pourquoi parler du bataclan et faire la guerre de celui qui a la plus grosses??? Encore un pro gendarme voir un gendarme qui ce permet de critiquer derriere son clavier? Ca gave ce qui critique l’action de la bri ou du raid ou de machin tout le temps sans jamais pouvoir pretendre a passer un 1/10 des pré selections….

    2. Le GIGN est resté au Celestin le 13 novembre car il était prévu qu’il intervienne en cas de sur-attentat dans la capitale le même soir. Le RAID au Bataclan et le GIGN l’autre attentat (qui n’est pas venu).

      Dans le doute on ne peut pas en vouloir aux autorités.

  33. C’est une bonne chose que de se décider enfin à comparer aux grades militaires les grades des professions civiles qui portent des galons identiques à ceux de l’armée. En déclenchant cette comparaison les syndicats font ce qu’ils savent le mieux faire : se mettre en valeur au détriment des personnels qu’ils sont supposés défendre.
    .
    Mais si on ouvre la « boîte de Pandore » (c’est le moment de la citer, cette fameuse boîte) alors il faut aller plus loin : regardons par exemple les pompiers civils, qui sont fonctionnaires territoriaux. Chez eux par exemple quelqu’un qui porte le galon d’adjudant est payé comme un lieutenant-colonel des armées (pour le savoir il ne faut pas se référer aux grilles indiciaires mais aux revenus imposables qui incluent les primes et les avantages en nature) et il assume les responsabilités d’un caporal-chef (chef d’équipe, chef d’engin) et parfois moins : simple équipier.
    Il est assujetti à cent gardes de vingt-quatre heures par année, c’est-à-dire qu’il est libre de son temps pendant deux-cent-soixante-cinq jours par an.
    .
    Alors comparons, allons-y pour les comparaisons, tout en rappelant que les syndicats ne sont pour rien dans la situation comparativement enviable des fonctionnaires. L’origine de la différence, c’est que les fonctionnaires siègent dans les assemblées politiques territoriales où se font les carrières des futurs et des anciens ministres, assemblées politiques dont les militaires étaient exclus jusqu’en novembre 2014.
    .
    Notons enfin que le Haut Comité d’Évaluation de la Condition Militaire (HCÉCM) s’est toujours bien gardé d’examiner ces questions autrement qu’en comparant des grilles indiciaires, sans chercher à comparer la réalité des situations. Cette méthode de comparaison, totalement coupée du réel, permet de conclure que tout est normal.

  34. On s’intéresse à la forme et pas au fond.

    Ces histoires de créations de deux nouveaux grades pour les officiers de Police sont un hochet pour satisfaire les officiers.
    C’est un « cadeaux » fait par les commissaires pour satisfaire les officiers qui se plaignent de plafonner pour la plupart au poste de Capitaine. C’est une mesurette pour surtout éviter de remettre en cause le concours externe de commissaire, voir de la distinction de ce corps par rapport à celui de commandement (LT, CPT, CMDT). Plutôt que d’ouvrir en interne, les commissaires ont préféré accordé deux grades qui permet d’approcher l’échelle indiciaire des commissaires pour les officiers (sans être commissaire).

    Le vrai problème dans la police est la dualité de la catégorie A en deux corps: Officier (bac +3), Commissaires (Bac +5). Cette dualité issue de la réforme Pasqua est un non sens depuis le rapprochement avec la Gendarmerie. Les gendarmes, intelligents, opèrent leur recrutement de LT avec un niveau bac +5 et procèdent à de véritables perspectives de carrières pour leur officier. Ce que ne fait pas la Police.
    Pourquoi la Police ne recrute-elle pas ses Officiers en Bac +5 ? Imagine-on un colonel de 26 ans dans l’armée comme le sont les commissaires ?

    1. @Krakos
      Ah ! … Enfin un commentaire objectif, intéressant et pertinent de votre part !
      +1 Krakos !

      1. La provocation et l’humour permet souvent de faire passer un message plus subtil.
        Enfin la « pertinence » de mes propos à vos yeux est part nature subjective. Elles sont cependant tirées de mon expérience. Nos Brigades Territoriales de Gendarmerie sont largement sous-exploitées.
        Mes excuses si j’ai heurté votre sensibilité mon cher. Je n’éprouve que du dégout pour ces guerres de clochers à l’intérieur du ministère de l’intérieur. Entre une Police désorganisée et à bout de souffle, minée par les syndicalistes (qui n’ont rien de flic), avec ses propres guerres internes officier-commissaires, les hommes sont fatigués, depuis janvier 2015 toutes les congés ont sautées. Face à elle une Gendarmerie réticente, arcboutée sur son statut. J’ai bossé avec des flics et des gendarmes, comme partout, la population est assez hétérogène. Mais on se marre plus avec les flics quand même.

        On peu plus de 200 morts en six mois quand même. A quand une prise de conscience ?

  35. Alignons pour tous une bonne fois pour toutes , les avantages de chacun ,les grilles indiciaires et les uniformes galonnés , en laissant à tous et chacun « son » travail de fond… Supprimons tous les syndicats en y mettant un » organisme unique de défense  » et des représentations de chaque corps de métier,mutualisons tous les moyens techniques, pour les besoins de tous …On fera l’armée de la République de demain ,sans jaloux ,et en faisant de sacrées économies !….
    Avis: On vote tous pour ce prochain candidat à la Présidentielle ?…LOL!

  36. Et derrière cela ? La chasse à la prime… avant qu’il ne soit demandé qu’elles soient impérativement intégrées dans la retraite…. On ne sait pas qui se sert le mieux de cette mesure : les gendarmes prêts à pousser la surenchère à la revendication ou les flics naïfs pensant y arriver en loucedé…

  37. On ne parle jamais des contrôleurs généraux , inspecteurs généraux et directeurs généraux de la police nationale . Les grades de la police nationale ne s’arrêtent pas au grade de commissaire divisionnaire , un directeur général de la police nationale correspond à un général cinq étoiles de la gendarmerie .

Les commentaires sont fermés.