La mise en service du logiciel de paie Source Solde repousée, au mieux, à la fin 2017

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. jyb dit :

    L’erreur dès lors qu’on voulait un système unique c’est d’avoir conçu un logiciel de paie classique, alors qu’il aurait fallut concevoir le système comme un logiciel de retraite et prévoyance ( ou un système qui ne compte pas en euro mais en unité ou en point )

  2. Jm dit :

    Puisque le logiciel de paiement de l’Armée de l’Air fonctionne parfaitement, pourrait-on m’expliquer pourquoi il n’est pas adapté aux autres armées, plutôt que de créer une (nouvelle) usine à gaz qui, à mon sens, va générer les mêmes errements que LOUVOIS, car conçu selon le même protocole.

    • Paf le Chien dit :

      Le logiciel utilisé par l’armée de l’air est :
      – écrit en COBOL ;
      – une véritable usine à gaz ;
      – ne respecte que de manière très approximative la réglementation (calculs des arrondis…) ;
      -…

      • Usine à gaz dit :

        Le cobol est surement le meilleur langage informatique pour traiter les donneés de gestion et reste utilisé dans de grandes entreprises, notamment les banques. Une simple recherche sur google vous donnera les chiffres et quelques exemples.

        Quant à respecter de manière de manière « approximative » la réglementation, je m’imagine mal une administration « tromper » facilement et sans conséquences des inspecteurs des finances, des magistrats de la cour des comptes et d’autres corps de controle. Sans y connaître beaucoup, j’ai lu de nombreux articles sur Louvois, pas sur le logiciel de l’armée de l’air.

        « L’usine a gaz » est prisée de l’armé de l’air puisqu’elle l’a conservée et semble resister à la complexité de la réglementation et à ses nombreux changements.

        • Paf le Chien dit :

          Vous n’avez visiblement pas eu l’occasion de lire le code de l’application solde de l’armée de l’air.
          Petits exemple pris parmi d’autre :
          La gestion des arrondis est remplacée par la troncature (erreur estimée entre 5 et 17 € en 2004 par solde versée par l’AA);
          L’application utilise le moteur de base de données pour stocker à « l’ancienne » les antédiluviens blocs de données des fichiers séquentiels COBOL ;
          La longueur de la ligne des dits fichiers étant limitée, l’AA réutilise les espaces laissés libres par l’abandon de certaines indemnités (ex :l’espace réservé aux données propres au calcul de la prime de résidence à Berlin ont été écrasées pour mettre d’autres données)
          Le fichier dit de paramètre est un empilement temporel et séquentiel de données. Il est chargé en bloc au démarrage du programme. Ainsi, si les données des grades historiques se trouvent des lignes 100 à 130, le grade de Major ayant été créé plus tardivement se trouve à un indice x n’appartenant pas à l’intervalle 100-130. Cela donne aux références de tableaux un coté aléatoire qui ne facilite pas la maintenance. L’AA utilise par ailleurs une base sous ACCESS pour gérer dans le cadre de la maintenance la relation indice/nature de la donnée.

      • Jm dit :

        Merci pour ces infos.
        A ce que je lis ci-dessous, ce n’est pas gagné !!!!

    • Vincent dit :

      Simplement parce qu’il aurait fallu réécrire le code entièrement du logiciel de solde l’Armée de l’Air, vu les trop grandes différences de gestion entre les différentes armes. Encore une fois avec le nouveau source solde, on s’y prend à l’envers : ils auraient du d’abord harmoniser un minimum la gestion avec un logiciel commun pour chaque arme avant de faire un logiciel unique de solde.

  3. Pat dit :

    On pourrait pas exempter les militaires d’impôt en attendant que source solde marche, on est en campagne électorale que diable!

    • Lagaffe dit :

      Il ne s’agit pas simplement d’impôts mais que le calcul de la paie (solde + primes) soit exact !
      Avec Louvois tu as, chaque mois, une chance sur 10 d’avoir un montant de paie erroné !
      Personne ne supporterait ça dans le privé.

  4. wrecker47 dit :

    Jerne sais si les marins de la Royale ont changé de système de paiement,mais il fonctionnait très bien …Pourquoi ne le conserverait-t-on pas en l’appliquant aux autres armées ?

    • Céphée dit :

      On a Louvois, et non, il ne fonctionne pas correctement.
      C’est moins catastrophique qu’avec l’Armée de Terre, certes, mais ce n’est pas du tout optimal.

  5. jyb dit :

    Le but était d’avoir un système unique et non x fois le système de l’AA. J’imagine que la diversité des carrières et métiers et leur complexité étaient ingérables par le produit de l’AA ( ne serait ce qu’en terme de volume )

  6. Stylgar dit :

    La conduite du changement dans le cadre du déploiement d’applications c’est un peu mon métier…
    Et partir d’un logiciel (souvent avec une base anglo-saxonne) pour l’adapter à la législation française c’est souvent une très mauvaise idée. Il vaut mieux partir des besoins fonctionnels et construire l’application autour.

  7. Zorglub dit :

    Plutot que de réinventer l’eau tiède, peut-être serait-il intéressant de s’inspirer de ce qui existe déjà dans le privé notamment ? De très grandes entreprises font des bulletins de paie tous les mois sans les problèmes que connaissent les armées dans ce domaine.

    • Lagaffe dit :

      Le problème c’est la grande complexité du système de paie des militaires : on recense 174 primes différentes selon les services, et pour toutes les armées, 250 éléments de rémunération. La paie (solde + primes) de près de la moitié des soldats change d’un mois sur l’autre. En plus selon les cas, il s’agit de primes de substitutions, de primes complémentaires (cumulatives ou pas), à effet rétroactif ou pas, imposables ou pas, avec des montants variables selon X critères dont la moitié font constamment l’objet de modifications réglementaires pour ne pas dépasser le budget annuel de la défense… c’est l’enfer !
      Un exemple : Le ministère de la Défense cite le cas des premiers soldats débarqués en urgence en décembre 2013 en Centrafrique ravagée par les massacres entre ethnies religieuses (OPEX Sangaris). Du coup, les militaires n’ont pas été payés pendant deux mois, le temps que les multiples données concernant la Centrafrique soient entrées dans le système Louvois.

    • FredericA dit :

      Bonsoir,
      .
      C’est exactement ce que l’armée est en train de faire. HR Access est une solution largement répandue dans le privé. Le hic est que le calcul des soldes n’a rien de comparable avec une fiche de paie classique. D’où la nécessité de développer des modules additionnels.
      .
      Frédéric A.

    • sgt moralés dit :

      Je pense que le nombre de variables dans la solde des militaires est nettement plus élevé que dans n’importe quel système de paie civil;d’ailleurs beaucoup d’entreprises externalisent leur paie facilement.

  8. wrecker47 dit :

    …çà va faire sept ans que ce logiciel merde complètement par la faute d’incapables ayant pris en main cette affaire …Malgré les problèmes causés ,on ne trouve pas de solution ni d’interlocuteurs ?
    Qui sont ces responsables de la SGA qui sen occupent ?On ne pourrait pas les limoger pour » atteinte au bon renom de l’armée? »…çà suffit ces erreurs ,pas une entreprise civile ne supporterait ce genre de plaisanterie !
    Il n’y a plus personne sur la passerelle pour prendre des décisions ?

  9. Lionel dit :

    Vous supprimez les administrateurs civils, les énarques, et tout ce qui est carriériste sans jamais avoir mis les mains dans le cambouis et tout marchera bien…..il y a trop de décideurs qui ne décident de rien et surtout n’assument jamais leur incompétence et manque de courage personnel pour assumer
    la faute est toujours à l’Administration et jamais à la décision inique d’un tel qui va continuer à nuire
    y en a marre

  10. jyb dit :

    non, le responsable c’est la ssii steria qui a emporté le marché en surestimant allègrement leur compétence puis qui a enfumé les organes de controle pendant des mois. les fautes de la puissance publique c’est d’avoir tergiversé trop longtemps avant de jeter l’éponge et de ne pas avoir imposé des pénalités à steria.
    Dans le même ordre d’idée, le rsi (regime social des indépendants) est aussi complexe et multiple que celui de la paye pour la défense. Le si de ce régime est un naufrage industriel mais ne vous inquiétez pas…steria ( racheté par sopra-group) est sur le coup.
    Toute ressemblance ou coincidence…etc etc