La création de la Garde nationale est lancée… mais selon un mécanisme compliqué

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. MAS 36 dit :

    Encore une usine à gaz, bon courage. Nous avons vu l’efficacité de l’UCLAT ces dernières années, maintenant un « Comité Directeur » et un « Comité de Pilotage » , mettez moi aussi un  » Conseil Consultatif » et un demi pour la 5 , merci. Si la situation n’était pas si dramatique nous en ririons. Ils nous font vraiment regretter l’ancienne organisation de la réserve du temps du SN.

    Quoique… quand je vois la motivation, l’audace et l’organisation tactique des racailles de banlieux ( heu pardon des sauvageons) tout n’est pas perdu, du moins dans ces zones là. Simple, efficace, à méditer pour nos grands technocrates.

    • MD dit :

       »Machine à gaz » : vous me coupez l’herbe sous les pieds. On pourrait dire aussi que cela ressemble plus à une sorte de préparation militaire améliorée ( et subventionnée) .
      Quelque questions embêtantes à poser: en cette période où toutes les armes fonctionnent à flux tendu, où va-t-on trouver le personnel pour encadrer, former et entrainer et commander les volontaires, puis les gérer ? Où va-t-on les accueillir, habiller, équiper et les former?
      Après cela, il restera la question de l’armement et surtout des munitions , des véhicules ( !) , des magasins et garages. N’a-t-on pas déjà ou envoyé à la casse une bonne partie de tout cela?

  2. Kouak dit :

    « Une allocation mensuelle de 100 euros serait versée aux étudiants « suivant de manière assidue son cursus et qui s’engage dans la garde nationale pour une durée de 5 ans avec 37 jours de réserve effectifs chaque année ». »

    Soit 1200 euros pour 37 jours de travail. C’est moins d’un SMIC. C’est tentant.

    • wangal dit :

      Je n’ai pas compris la même chose à savoir 100 euros par mois en plus des 37 jours de réserve opérationnelle qui eux seront payés en fonction du grade détenu ….

  3. Jm dit :

    Ca va bien s’passer !!!!!!!!!!

  4. wrecker47 dit :

    Une armée de civils majeurs ou mineurs- étudiants ;souvent non-instruits ,dépourvus de permis de conduire, des civils sans instruction militaire … Sans armement, sans cantonnements et sans moyens matériels ou roulants , des étudiants à Cent balles /mois (on se fout d’eux?)… et d’ex-militaires reconvertis ou en instance de l’être dans un métier civil, avec une prime de fidélité de 250 euros ..(.l’aumône?)!Leurs familles seront ravies!
    Des » gentils patrons  » (socialistes? ) lâcheront leurs meilleurs cadres et ouvriers 50 jours par an pour dégraisser leur impôsition ? On rève ou quoi?…
    Toute cette » affaire de Garde Nationale » montée avec des comités Théodules ,des grattes-papiers -décideurs et des chieurs sans liaison directe avec la Défense ne tient pas debout !…
    C’est comme si on mettait l’eau ,l’électicité ,le gaz …tout dans le même tuyau ! Un gag?…Les guignols au pouvoir ne doutent de rien ! …Surtout pas de cet outil !…
    Vivement 2017 …l’a Défense n’ en peut plus!

    • Paf le Chien dit :

      pour une fois, je partage votre avis. Ce qui est suffisamment rare pour être signalé 🙂

    • tintouin dit :

      Vous avez tout dit. Après la déchéance de nationalité avortée, Hollande nous sert l’écran de fumée de la pseudo garde nationale. Un coup de communication, histoire qu’il ne soit pas dit qu’il n’a rien fait devant le défi inédit lancé un 13 novembre par Daesh à la France.
      Ce président de la communication est tellement au dessous de tout, face à l’enjeu de la sécurité de nos compatriotes.

      N’est pas Homme d’Etat qui veut.

  5. revnonausujai dit :

    et il y en a qui disent que Le Drian est bon !
    laisser faire une telle anerie est une vraie forfaiture; il peut démissionner sans pb pour torpiller le bazar , de toute façon, il a une position de repli préparée à l’avance !

  6. Pat dit :

    Il va falloir renforcer les six généraux et les cinquante colonels dont parlait Merchet pour bien alimenter tous ces comités….

  7. phil dit :

    comment créer des postes pour placer tous le surplus de grand chef ? et bien c’est fait !
    chronique d’un échec annoncé ! impossible de concilier les capacités , avantage , conditions du personnel de l’armée la gendarmerie et la police !
    juste un exemple : sur un déploiement sentinelle comment expliquer au réserviste « militaire »qu’il va loger 2 mois dans une cave pourrie sans fenêtre et sans sanitaire , pendant que son pote de la police logera dans une chambre d’hôtel ?

  8. bebeu78 dit :

    du moment que la réserve Gendarmerie fait partie de cette garde nationale, la co-tutelle du Ministère de l’Intérieur était obligatoire puisque la Maréchaussée dépend de Beauvau !!!

    • MAS 36 dit :

      Vous avez raison : reprenons : « En clair, il n’était absolument pas question, dans leur esprit, d’inclure les réservistes de la Police nationale dans ce dispositif afin d’éviter une double chaîne de commandement (Défense et Intérieur) et donc des complications. »

      Donc apparemment plusieurs parlementaires ont un temps de retard pour connaître le ministère de tutelle de la Gendarmerie. Ce n’est pas sérieux à ce niveau là.

  9. Thettof dit :

    Je souhaiterai participer à une commission de surveillance des commissions facultatives présidentes des sous commissions organisationnelles de l’élaboration de commissions directives sous le mandat de commissions nationales d’interprétations des directives ministérielles des sous commissions dépendantes de l’organisation de la Défense. Avec svp un accès vip aux commissions récapitulatives de l’organisations des interprétations des commissions supplétives…….et un accès à la caves aux cigares svp et une vue sur l’organisation des dégustations des caves de Beaune (avec séminaires de cohésion, d’économie…..svp)…et d’un défraiement de 9547 € net pour investissement personnel merci !
    ps : sinon j’ai 9 loco de tgv à vendre pour ligne ter et 5 A 380 pour Beauvais, Amiens, Alençon et Lesquin !

  10. SA DA dit :

    Heu euh e
    Y ont visité une raffinerie de pétrole avant….
    Bon il me semble qu’il recrute 10 à 15000 militaire pro par ans.. Pour je suppose remplacé les partant ou pensionnaire…
    Cela devrait avoir le choix GN ou réserviste, pour mini 5 ans déjà en principe ils savent manié les armes, patrouillé etc de l’expérience à redistribuée aux volontaires.
    Ensuite des volontaires oui bien sur copié sur la sécurité civile ( peut être) et bien payé pas des clopinettes y vont servir le pays a leur façons, et sa devrait attiré des chômeurs pour les permanents.
    Je verrai sa comme l’armée suisses pour des jeunes de 20 à 30 ans avec des périodes obligatoires d’entraînement par ans etc…

  11. Robert dit :

    Actuellement, au moins dans une région ou je tiens un témoignage direct, les réservistes de la gendarmerie qui viennent juste de terminer leur formation, et qui avaient reçu la certitude d’être engagés très vite sur le terrain, ont appris que ce n’était pas possible faute de gilets pare balles pour eux.
    Avant de faire des promesses, les élections sont proches et ça ne coûte pas cher, il faudrait déjà tenir celles des effectifs existants pour assurer les missions.
    Les moyens existent quand on veut, il suffit de voir la rapidité avec laquelle les logements pour les pseudo réfugiés ont été fournis et adaptés. Ils ne l’étaient visiblement pas jusque-là pour des dizaines de milliers de français mal ou pas logés ou les SDF, mais en quelques semaines les moyens sont fournis et mis en oeuvre.
    Mais les promesses verbales tiennent lieu d’action pour des idéologues qui ne s’embêtent pas avec la réalité.

    • tschok dit :

      Je suis étonné que vous ne placiez pas un petit couplet sur l’avortement. Ca sent l’improvisation, votre com.
      .
      Sinon, vous ne dites rien des idéologues que la réalité embête. Comme par exemple tous ces idéologues de bistro qui prétendent que les migrants sont bien logés alors qu’on ne sait pas quoi faire avec la jungle de Calais, ou qu’on se retrouve avec des campements sauvages à Paris…
      .
      C’est pourtant une réalité objective et matériellement vérifiable.
      .
      Abstraction faite du délire de « l’invasion migratoire organisée » qui est votre obnubilation personnelle, ce dont il est question, pour les réfugiés (fraction des migrants qui peuvent prétendre au statut) c’est de faire un distinguo entre ceux qui parviennent en France par leurs propres moyens et qui déposent leur dossier à l’OFPRA étant précisé qu’ils se démerdent pour vivre, et les « délocalisés » qui eux sont pris en charge.
      .
      La France s’est engagée à accueillir 30.000 délocalisés. Sur ces 30.000, on est loin du compte: 300 effectivement accueillis en mars 2016 et là on a le projet d’en accueillir plusieurs milliers, à charge pour les collectivités locales de trouver les hébergements.
      .
      En ce moment, on table sur 2.000 places. Faute de moyens, car les collectivités locales ne se bousculent pas, le ministre Cosse a été contraint de lancer cet été une initiative d’hébergement citoyens.
      .
      En réalité, ça pédale dans la semoule. Cet effort spécifique en direction des réfugiés ne monopolise pas les ressources du logement social français, loin de là, et n’a aucune incidence sur le problème du mal logement, distinct de l’accueil des réfugiés, et bien plus complexe.
      .
      Maintenant, si ,comme d’habitude, vous mélangez tout, vous ne comprendrez rien et vous en resterez à vos obnubilations d’invasion migratoire qui, l’air de rien, vous font souffrir et vous rendent malheureux, victimaire et aigri.
      .
      Se priver du bonheur de comprendre, c’est se priver de comprendre le bonheur.

      • Robert dit :

        Tschok,
        Cela vous gêne que je parle de l’avortement ?
        C’est pourtant un élément essentiel de la société française.
        Les immigrés clandestins qui squattent ou errent dans Paris ou la jungle de Calais savent que pour la plupart ils obtiendront un titre de séjour, des aides et un logement. Ceux qui seront refusés au titre de réfugié pourront rester sur le territoire quand même et bénéficier des aides réservées aux immigrés clandestins.
        Ce n’est pas le cas des SDF français, des familles pauvre qui ne bénéficient d’aucune priorité, d’aucun pas droits.
        Quand aux logements trouvés pour les accueillir, ils préexistaient et n’ont jamais été utilisés en période de grand froid, pour des familles qui dorment dans la rue.
        Pardonnez-moi, mais n’ayant pas contribué à favoriser cet invasion pour l’instant pacifique, je n’ai aucune responsabilité dans les désagréments de ces immigrés.
        Ou voyez-vous que je nie leur souffrance ?
        Ah oui, cela permet de détourner l’attention du problème que je pose !
        Je vais vous dire, vous ne savez pas les chiffres réels car ils évoluent tous les jours en fonction du nombre d’arrivants de Libye ou d’ailleurs qui seront répartis ensuite. Et venez me dire que ce nombre diminue, qu’il n’en viendra pas une partie chez nous, vous me ferez sourire. Toute l’information est verrouillé car si nous savions, une révolte risquerait de se produire devant une telle injustice.
        Quand à l’argumentaire psychologique habituel pour une personne de gauche qui ne répond jamais sur la réalité, il est pathétique vu cette même réalité.
        Le bonheur d’être volontairement aveugle et de sortir des arguments stupides, je vous le laisse. Je préfère le bonheur de vivre dans la vérité, certes plus difficile à assumer.
        Bonne nuit dans le monde des bisounours ! 🙂

        • tschok dit :

          @ Robert,
          .
          Parlez de l’avortement si cela vous sied. Cela n’est pas une question de gène, mais d’à-propos.
          .
          Je vous propose de raisonner différemment: plutôt que de relier des faits disparates dans le cadre d’une pensée transversale, afin de les assembler pour former un récit anxiogène et victimaire, essayons de distinguer.
          .
          Faire des catégories. Ici, il y en a quatre à faire:
          .
          1) Le logement social: c’est un grosse machine, avec plusieurs dizaines de millions d’ayants-droits qui a son histoire (initialement le patron fournissait à des tarifs préférentiels au prolétaire le logement dont il avait besoin, afin qu’il reconstitue ses capacités de production, sa paye étant insuffisante pour le nourrir lui et sa famille et lui payer le logement).
          .
          Le logement social a son actualité: il s’agit désormais de fournir à des classes moyennes un habitat à un prix inférieur au prix du marché, afin de combler le gap de pouvoir d’achat qui permet de consommer et donc de faire tourner l’économie.
          .
          2) Le mal logement: il recouvre le cas de personnes ayant souvent des revenus qui devraient normalement leur permettre de se loger dans le secteur social ou privé, mais qui, pour diverses raisons, ne présentent pas de garanties suffisantes pour y avoir accès. Pour beaucoup, il s’agit de jeunes pauvres (working poors) ou d’étrangers ayant des revenus dans la moyenne, ais victime de discriminations raciales. L’unité de compte dans cette catégorie en France est actuellement le million de personnes.
          .
          3) Les SDF: il s’agit ici de populations désocialisées qui posent un problème plus complexe de réinsertion. L’hébergement, et non pas le logement qu’on peut leur proposer, est temporaire et saisonnier, puisque par définition le SDF n’est pas fixe, et il se mixe avec des mesures d’accompagnement à la réinsertion sociale (en 2 ans de rue, un SDF devient alcoolo et parle tout seul dans la rue, sa canette de bière en main, il est physiquement amoindri, son système immunitaire est fragilisé, il a été victime d’agressions, il n’est plus capable de prendre sa place dans un groupe et de se plier à un minimum de discipline sociale, comme respecter un horaire, etc. C’est un problème spécifique qui, en France est pris en charge au niveau des BAPSA (brigades d’assistance aux personnes sans abris) qui relèvent d’une approche policière de la pauvreté. L’unité de compte est la centaine de milliers de personnes.
          .
          4) Nos fameux réfugiés: prise en charge selon ce que je vous ai décrit précédemment. En nombre, c’est tout petit: unité de compte comprise entre la centaine et le millier de personnes.
          .
          Arrivé là, vous avez un choix intellectuel: soit vous faites du story telling à la façon Zemmour en racontant une histoire malheureuse et victimaire qui colle à votre modèle intellectuel de gloubliboulga angoissé par la mondialisation- et c’est bien ce que vous faites – soit vous sériez les difficultés, en vous abstenant de mélanger les problèmes.
          .
          Ca nous fait deux options:
          – A: raconter que les réfugiés volent le logement des Français et insérer cette proposition dans un discours plus complexe d’invasion migratoire organisée
          – B:comprendre que l’exercice du droit au logement est complexe et s’applique à des populations qui ne sont pas les mêmes
          .
          Vous êtes en A. Moi, chuis en B. Tout le reste de votre discours, c’est de l’emballage. La césure, elle est là. Soit on se raconte une histoire, soit on traite la réalité, ce qui signifie commencer par y réfléchir avec méthode. Ne commencez pas à partir dans des délires, la première étape du raisonnement est dans le choix: choisir de se la raconter ou choisir de réfléchir avec méthode.
          .
          Tout simple.

          • Robert dit :

            Tschok,
            Je n’ai jamais dit que les immigrés volaient le logement des français, vous lisez trop la presse de gauche avec ses clichés.
            Quand à votre long pensum administratif, un couplet fantasmé sur les victimes de discriminations raciale, il est déconnecté du réel, froid, administratif, déshumanisé. Je ne sais pas si vous avez galère, dormi dans la rue, dans des squats, moi si et un bon moment, et celui qui a écrit votre topo n’y a visiblement jamais mis les pieds. C’est peut-être un étudiant en sociologie qui a voulu plaire à son prof forcément de gauche. Alors avant de cracher votre mépris, venez vivre dans la réalité, vous aurez ensuite le droit de parler en connaissance de cause.
            Votre autorité en ce domaine est nulle.
            Je dis, au départ de la polémique que vous avez cherché, que les réservistes de la gendarmerie qui devaient être affectés dans une région ne disposaient pas de gilets pare balles à cet effet. Nous parlons là d’une mission régalienne de l’Etat, ce qui veut dire réservée et prioritaire, dont le logement ne fait pas partie.
            Il n’y a donc pas de moyens pour fournir des gilets pare balles aux réservistes réclamés sur le terrain, mais on peut aussi parler du matériel aux militaires, je remarque simplement puisque c’est aussi d’actualité que ces moyens existent pour loger des immigrés clandestins dont la majorité sont des faux réfugiés. Le chiffre que vous citez est faux puisque personne ne connaît le chiffre total étant donné que le flot d’immigrés clandestins continue à partir de Libye tous les jours, ensuite vous connaissez le circuit. Ce que vous dites est faux, ce sont des chiffres servant à rassurer le français forcément imbécile puisqu’il ne trouve pas ça super.
            Votre baratin administratif, à gauche on en raffole, ne décrit pas la réalité des SDF qui peut être très diverse, je n’aime d’ailleurs pas le terme SDF, froid et administratif pour des réalités humaines différentes. Il s’y trouve des travailleurs pauvres à la rue faute de logement, à Paris des fonctionnaires de la ville dorment dans leur voiture, dans des situations de séparation, rupture familiale, des familles parfois avec enfants, tout cela voisine, s’évite ou se supporte, la rue est très violente et individualiste . Des immigrés viennent s’y ajouter depuis quelques années, arrivés tout droit de l’étranger.
            Demandez à un clochard ou à une personne qui dort dehors ce qu’elle pense des structures d’accueil et des BAPSA, des policiers qui emmènent les personnes dans des foyers ou c’est souvent la loi de la jungle. Pour des personnes de nationalité française, galérant depuis parfois des années pour trouver un logement, c’est la course au numéro d’appel toute la journée, des foyers surpeuplés, on n’accepte pas ici les chiens le seul compagnon du clochard ou zonard, là la compagne, obligés de partir à 7 heures tous les matins et pas sûr de retrouver un lit la nuit suivante, sans parler des problèmes de violence, vol, etc.. Et je le redis, drogue et alcool, les pathologies de la rue ne concernent que ceux qui ont décroché, beaucoup dans la rue sont simplement dans une mauvaise passe sans addiction ni trouble de comportement.
            Je connais une femme avec son nourrisson qui a passé des mois dans la rue parce que la DDASS voulait lui retirer son enfant qu’elle avait refusé d’avorter, à Paris.
            Effectivement, certains clochards sont alcoolisés, pas tous, mais une maison adaptée à la campagne avec du personnel formé à leurs problèmes qui pourrait les aider n’existe quasiment pas. Je reviens à ce parallèle parce qu’il est pertinent, ne vous en déplaise, pour ses missions régaliennes l’Etat ne trouve pas de moyens suffisants
            http://www.lunion.fr/820932/article/2016-10-14/loges-dans-des-locaux-insalubres-les-crs-de-charleville-preferent-dormir-dans-le
            ni pour ses propres ressortissants en situation d’urgence.
            Mais les moyens sortent en quantité, des dizaines de lieux d’accueil sont réquisitionnés dans toute la France en un temps record car le flot ne va pas se tarir, à Calais ceux partis dans les centres sont déjà remplacés par d’autres, du personnel encadrant sera rémunéré pour accompagner, ce qui débouchera sur des aides sociales, des papiers, titres de séjour, etc… Ils sont bien pris en charge en priorité pour un débouché assuré pour beaucoup.
            Si cela ne vous semble pas anachronique que les moyens pour les priorités d’un Etat, dont la charité ne fait pas partie je le redis, manquent alors qu’ils existent pour un problème très récent, et somme toute organisé, je ne peux rien pour vous.
            Votre morale de bien pensant repu et satisfait, vous pouvez vous la servir en lavement.
            Quand votre propos manifestera que vous connaissez la réalité vécue, et pas littéraire, nous pourrons en reparler. 🙂
            Vous êtes mal tombé avec moi et votre jargon de gauche me fait juste sourire. Vous espériez m’impressionner ou me faire repentir ?

          • revnonausujai dit :

            allons Robert,
            l’andouille a déjà dit que les petits pois étaient des lâches, si en plus vous leur dites que ce sont des menteurs et des manipulateurs, on va droit au nervous breakdown !

  12. Anthony dit :

    si certains apprenaient à lire, ils y gagneraient. Par exemple, l’allocation pour étudiants est en plus de la solde de réserviste… on n’est pas à 100 euros par mois… mais à solde + 100 euros…

  13. Albatros24 dit :

    « Quand on veut enterrer un problème, on créé une commission » Georges Clémenceau

  14. gégétto dit :

    Avant de créer cette fumeuse garde nationale, ne serait il pas bon de revoir les termes de la légitime défense de nos policiers, afin que ceux-ci puissent utiliser plus facilement leurs armes. Parce que quand j apprends que des policiers armés ont été victimes de sauvageons voulant les carboniser; et qu’ aucun d entre eux n a eu la possibilité légale d utiliser son arme..(on pense d abord au futur procès avant de se protéger), ça m agace légèrement. Aux Etats Unis les policiers seraient indemnes.

  15. batgames dit :

    quel ramassis de bon à rien ces socialos ….à chqaque fois qu’il mettent en chantier un truc c’est pour se prendre les pieds dans le tapis ..35 heures …là certains veullent revenir sur la loi Macron concernant les entreprises …on a le PB de rachat du chantier de saint Nazaire[[[[comme le dit cet interview sur Mer et Marine je cite un extrait —> Ne risque-t-on pas, dans votre solution, une dilution de l’actionnariat ?

    C’est un écueil à éviter. Il faut un actionnaire majoritaire qui prenne les décisions, même si l’Etat doit rester et conserver sa minorité de blocage. Ce qu’il faut éviter c’est une démultiplication de petits acteurs aux intérêts parfois divergents, ce qui aboutirait à une situation ingérable lors des conseils d’administration.

    Quelles sont les hypothèses de reprise que vous rejetez ?

    Notre crainte principale est un repreneur asiatique. Mais c’est aussi valable pour Fincantieri puisque les Italiens se sont acoquinés avec les Chinois et s’ils nous rachetaient, ce serait très inquiétant dans la mesure où ils ont laissé entrer le loup dans la bergerie.

    Que pensez-vous de Damen ?

    Avec Damen, nous avons des complémentarités au niveau industriel et sans doute plus de choses à gagner. Mais c’est une hypothèse qui est de nature à inquiéter DCNS, en particulier sur le marché des navires militaires. La pression risque donc d’être forte et Damen sera peut-être l’aiguillon qui pourrait pousser DCNS à bouger dans le dossier Saint-Nazaire.

    Vous avez longtemps plaidé pour un rapprochement avec DCNS ?

    Oui mais ils n’en voulaient pas et il ne faudrait pas qu’ils viennent simplement pour nous empêcher de faire du militaire. Nous entendons aussi parler d’une option alliant Fincantieri à DCNS, et on se rappelle que la piste italienne semblait plaire à Michel Sapin en 2014. Mais si c’est pour être sacrifié sur l’hôtel politique du regroupement européen, ce n’est pas la peine. En plus des craintes sur la coopération avec les chantiers chinois, nous ne voyons pas de cohérence ni de projet industriel avec Fincantieri. fin de citation ——–<<———————–çà continue avec la garde …ils ont aussi casser en deux Alstom résultat c'est la mouise maintenant car la branche énergie à été refilé aux amerloques ….franchement les socialos aller jouer aux billes c'est tout ce que vous pouvez faire ,ou monter un concurrent à Piaggio pour fournir votre président chéri en SCOOTER spécial pour grimper au mur de Julie