Les missiles balistiques russes Iskander sont de retour à Kaliningrad

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

97 contributions

  1. de passage dit :

    de qu elle droit devrait on interdire au russe de faire des exercice sur leur territoire ?
    peut être que si l’OTAN ne faisait pas les siens la Russie n aurait a faire les siens !

    • Thaurac dit :

      @de de passage
      bye, bye!

    • Bobo dit :

      Je me souviens pas bien des derniers exercices de l’otan a base de missiles nucléaires juste a la frontiere de la russie …
      Peut être qu’on parle de deux choses tres différentes ici, et qu’etre pro russe implique de porter d’épaisses œillères 🙂

      • de passage dit :

        ha les b61 américaine ses pas des bombe nucléaire ?
        quand au missile il porte pas forcement une tète nucléaire !!

        quand au pros russe qui porte forcement d’épaisses œillères , on peut en dire au-tend des pros US !

        • Waernuk dit :

          « Oui je suis aveuglé, mais d’autres le sont aussi, alors hein ! »
          .
          …. Merci pour cet éclair de lucidité que je vous invite à méditer.

          • ScopeWizard dit :

            @Waernuk

            Super votre commentaire … mais j’ai absolument rien compris … mais alors rien de rien ! 🙁

        • Olivier15 dit :

          Par contre, votre Bescherelle a bien été atomisé… Relisez-vous ou faites relire, par respect pour vos lecteurs !

        • Clément dit :

          Aucun bombardier américain ne porte le nom de B61. Si vous faites référence au B51, il peut le faire mais son usage dans ce but est totalement obsolète.

          • Orion dit :

            Il ne parle pas de bombardiers mais de la bombe qu’ils transportent, la B61, un machin antique qui a peu de chance d’impressionner un adversaire.

            C’est entre autre l’arme de « location » des US pour les pays non nucléarisé.

          • ScopeWizard dit :

            @Clément

            Ce ne serait pas plutôt du B-52 dont vous parlez ? 😉

        • ruffa dit :

          de de passage : Ton orthographe est déplorable : retourne à l’école !
          Je traduis :
          Ah ! Les B61(?) américains c’est pas des bombes américaines
          Quand au missile il porte pas forcément une tête nucléaire !
          Quand aux pro-Russes qui portent forcément d’épaisses œillères on peut en dire autant des pro-US!
          Vous m’en copierez 100 fois ce texte galopin!

          • batgames dit :

            vous voulez que je vous dises nous les brisser tous sur tous les forums quel que soit le sujet ou la passion c’est pareil … avec vos histoires d’orthographe pointilleuse à la virgule près …on est pas des secrétaires ,on rédige pas des rapports µ…c’est bon ,c’est de la conversation type café du commerce entre gens qui connaissent ,d’autres moins ,peu importe ,parlez du sujet de grâce ,on s’en fout des fautes ..si c’est lisible et que la syntaxe est pas trop mauvaise ,comment voulez vous discutez avec les cancres sinon ,je vous signale que ces gens que vous méprisez vote aussi …à bon entendeurs !

          • Robert dit :

            De passage ne doit pas être français, d’après moi, voire même pas francophone.

          • ScopeWizard dit :

            @ruffa

            batgames proteste , il a ses raisons .
            Personnellement , je considère que quand on a la prétention d’écrire sur un forum , c’est qu’en principe on s’adresse à d’éventuels interlocuteurs qui sont censés comprendre quelque chose à ce qu’on écrit ! Que ce soit le moins approximatif que possible en tous cas !
            Il est cependant inutile d’être un crack en orthographe ; toutefois , je suis un fervent partisan de l’effort en général et du respect de la langue française en particulier ne serait-ce que pour que l’ensemble des contributeurs puisse lui aussi trouver sa place et s’exprimer clairement sur tel ou tel sujet et surtout pour éviter contresens et confusions souvent générateurs de migraines épouvantables pour l’infortuné lecteur ! 🙁 ouille !
            En ce qui me concerne , j’essaie de faire gaffe d’autant plus que la plupart des ordinateurs est équipée de systèmes de correction adéquats .
            Après , il est de notoriété publique que le Français n’est pas facile mais n’est-ce pas ce qui justement fait son charme et rend la tâche accomplie si valorisante ?

          • Robert dit :

            Vous voulez dire , comme Audiard
            « c’est pas du français qu’il nous cause, c’est de la peine. »

    • v_atekor dit :

      Ca m’aurait étonné qu’il n’y ait pas un poutolâtre (je me demande quand même quelle est la proportion qui est payée à défendre la Russie et Poutine contre vents et marées) pour défendre la mise en place de missiles sur un territoire dont la situation géographique implique qu’il ne peuvent atteindre que des zones de l’Union Européenne, entre Pays Baltes, Pologne et Allemagne… c’est à dire potentiellement contre les propres intérêts et la propre survie de « De passage » (my…. ).

      • sonata dit :

        Je ne suis pas persuadé qu’ils soient très nombreux à être payés malheureusement… nous nous trouvons dans une telle polarisation de la perception de la chose politique qu’on en vient naturellement à encenser ceux que l’on perçoit comme opposés à ceux que nous rejetons, fussent-ils encore bien pires.
        Par haine de Hollande, des USA, de l’UE ou que sais-je, combien, emprunts d’une vision manichéenne, ne vont pas naturellement admirer le mafieux du Kremlin ?
        Après tout, ce n’est pas un hasard si le FN qui justement centralise et catalyse les institutions tant détestées citées plus haut est directement financé par Moscou. Mais manifestement, cette forme d’ingérence étrangère bien réelle ne semble pas gêner grand monde 🙂

        • Aute dit :

          Sonata. C’est exactement ca.

        • Rémi dit :

          Non pas pour être payé, mais pour essayer de sauver l’honneur.
          Nous vivons dans un pays ou le gouvernement engage les troupes à l’étranger sans mandat.
          Livre des armes à des forces qui luttent contre le gouvernement reconnu légitimement (Ex Kadafi, ex Sysrie.) et ce sans consultation démocratique.
          une politique ou nos Elites se sentent en sécurité grâce à la garantie américaine.
          Alors oui un réequilibrage vers la Russie parait souhaitable car c’est un préalable à la dénonciation de la participation de l’amérique à la sécurité de l’europe.
          Entendons nous bien, je souhaite juste une architecture de sécurité en Europe fondé sur un partenariat en une armée des citoyens européens et la russie. Et la ploutocratie du 1% dehors avec l’interventionn américaine.
          Autant dire que oui, je suis aveugle, mais je veux pouvoir dire à mes enfants que j’ai lutté.

        • Alpha dit :

          + 1 Sonata
          Sauf pour le FN financé par Moscou … Honnêtement, on sait pourquoi le FN sollicite des banques étrangères, dont une russe, pour financer sa campagne. Il y a quelques semaines, le patron de la Société générale, Frédéric Oudéa, a adressé au parti frontiste une fin de non-recevoir, refusant catégoriquement de lui accorder un prêt en vue du scrutin présidentiel… Et cette banque française n’est pas la seule …

          • fraisedesbois dit :

            Bah, l’argent n’a pas de nation.

          • fraisedesbois dit :

            De patrie?

          • Lagaffe dit :

            Vous oubliez que le FN et une dizaine de ses cadres font l’objet d’enquêtes judiciaires concernant les magouilles comptables du parti et le financement de la campagne 2012 ? Quelle banque va financer un parti dont les comptables sont poursuivis en justice et où pullulent les micros-partis dépourvus d’adhérents, les déclarations de patrimoine bidons du clan Le Pen et les financements douteux comme celui du fric détourné du parlement européen ?
            Aucune banque française et étrangère (sauf les banques russes) n’a répondu favorablement au FN.
            La question est : pourquoi une banque russe accepte-t-elle de financer un parti politique sous le coup de poursuites judiciaires pour des délits financiers et qui est constamment en faillite ?
            A propos, les très généreux banquiers russes sont aussi en faillite : http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/20/01003-20160920ARTFIG00149-la-banque-russe-du-front-national-en-faillite.php

          • Robert dit :

            C’est vrai, Alpha, toutes les grandes banques françaises ont refusé un prêt pour sa campagne au FN, parti pourtant aussi solvable que les autres. Au nom de la démocratie pour l’égalité des chances les partis ne peuvent plus être financés seulement par des fonds privés. Pour les banques, certaines sont tenues par des intérêts communautaires ou sectaires, les mêmes qui possèdent presse et groupes de communication les autres ont peur. Parce qu’une campagne médiatique peut ruiner la réputation et l’image d’une banque ayant prêté de l’argent au FN, comme d’un restaurateur qui accueillerait un banquet du même parti.
            Nous en sommes là.
            Nombreux sont ceux qui embrayent aussitôt sur le FN financé par Moscou, montrant là soit leur ignorance soit leur mauvaise foi.
            Mais avec le FN, tout est permis, n’est-ce pas ?

          • Alpha dit :

            @ Robert
            OK avec vous ! … Voyez quand vous voulez !!! 😉

            @ Lagaffe
            Mouais … Des accusations (pas des condamnations …) juste à la veille des élections, comme par hasard…
            Et puis les banques ne se gênent pas avec les « affaires » quand il s’agit de financer le PS ou LR … Donc …

          • Robert dit :

            Lagaffe,
            Evitez de parler de magouilles électorales ou politiques, déjà quand elles n’ont pas été encore jugées, donc la présomption d’innocence interdit aux banques d’utiliser cet argument.
            À moins que cette présomption d’innocence ne marche pas pour le FN.
            Dites-le nous Lagaffe, vous qui êtes si bien informé ? 🙂
            Quand au détournement de fond public avérés et condamnés, ils existent au PS et au RPR devenu Les Républicains, pourquoi donc les banques ne leur ont-elles pas refusé leurs prêts ?
            Votre argument ne tient pas la route, le FN est solvable, il fait jusqu’à 30% d’électeurs donc est assuré du remboursement de ses frais de campagne.
            C’est sûr que la presse française est honnête concernant le FN qui, lui, n’échappera pas aux condamnations, rassurez-vous cher Lagaffe.
            On comprend mieux pourquoi il est difficile de dialoguer avec des gens qui croient la presse française.

      • de passage dit :

        la réponse est simple cette endroit est bien russe NON ?
        sa vous plairait que le brezil vienne dire a la France de dégager ses troupes de Guyane par se que sa peut peut être menacer brezil ? je pense pas !!

        • ionisateur dit :

          Brésil, stp. Brésil.

          Suivre un cours de français avant d’essayer de parler géostratégie serait une bonne chose. Tu devrais essayer.

          • Robert dit :

            À moins que de passage soit une victime au dernier stade de la méthode globale. C’est possible !

        • MD dit :

          Vos connaissances d’histoire sont un peu faibles .
          Le Brésil en tant qu’état n’a existé que bien longtemps après que la France ait pris possession de la Guyane.
          Et le Brésil d’ailleurs a bien failli appartenir à la France : le nom de Nicolas Durand de Villegagnon ne doit visiblement pas vous dire grand chose .
          Donc quels prétextes le Brésil pourrait-il invoquer pour venir réclamer la Guyane à la France? Ce serait bien plutôt aux Français de réclamer tout le Brésil aussi bien réclamer tout le Brésil . D’ailleurs pourquoi le Brésil n’essayerait-il pas plutôt à annexer le Surinam ou la Guyana ? Même s’il n’y a pas beaucoup de Brésiliens qui y vivent pour justifier un tel acte et servir de cinquième colonne , cela lui serait militairement bien plus facile de le faire 🙁 !
          Au fait , comment s’appelait Kaliningrad auparavant? Et depuis quand est-elle russe?

        • lechavenois dit :

          @ de de passage
          .
          « …sa vous plairait que le brezil vienne … »
          .
          Au risque de paraître très conservateur, sachez que martyriser à ce point la langue française, est pour moi, révoltant.
          .
          Cependant, je peux parfaitement comprendre qu’un  » étranger  » puisse ne pas maîtriser la langue de Voltaire ; aussi il est existe des  » outils  » comme « google translate » qui évite de telle indigeste prose…

        • ruffa dit :

          Thon aurthaughaphe ait déplaurable!!!

        • fraisedesbois dit :

          Vous moquez pas, il est peut-être brésilienne.

          • ScopeWizard dit :

            @fraisedesbois

            Comme qui dirait , l’homme de Rio du XIX ème siècle , quoi ! 😉

        • v_atekor dit :

          Alors pour rappel, l’Allemagne a fait démanteler les lanceurs terrestres français dans les années 1990 ; ce que je trouve justifié pour deux pays qui affirment vouloir vivre en paix… et le font. Plusieurs pays d’Europe, mais aussi en Guyane, nous ont gentillement demandé de mettre la pédale douce côté armement aux frontières, en échange généralement d’un coup de main pour faire la police aux frontière. C’est le cas du Brésil, même la géographie est compliquée.
          .
          Quant à Kalingrad, c’est une partie du territoire allemand annexé en 1945 et qui n’a pas été rétrocédé après la chute du mur de Berlin. C’est aujourd’hui Russe, mais vous devriez quand même le méditer après la Crimée
          .
          Au fait, travaillez votre français.

        • Frédéric dit :

          Non, cette endroit a toujours ère allemand jusqu’en 1945- Berlin se doit de l’annexé !

          Prusse orientale, Crimée, même combat….mode ironique.

      • batgames dit :

        le monde de la paix et de l’honnêteté aussi reconnaîtra les siens …un jour …on finit par tout savoir ,donc on saura ,tout sur poutine et sur Obama ,c’est pareil …

  2. CortoM dit :

    Les déploiments d’Iskander à Kaliningrad comme les vols de Tu-95/ Tu-160 / Tu-22 en Baltique, en Atlantique… sont un moyen de donner de la visibilité à la capacité nucléaire de son pays C’est également de l’AgtProp destiné à évaluer l’état d’esprit et les dissenssions qui règnent dans les milieux politiques, militaires, les opinions publiques… jouer de la russophobie des uns c’est ranimer la russophilie des autres, renforcer l’alignement pro-US groupe de Visegrad c’est renforcer les dissenssions entre les membres de l’OTAN, raviver le bellicisme c’est aussi raviver l’antimilitarisme…. le contraire est aussi vrai. Qui est anti ou pro-russe, à droite et à gauche, qui est influent, qu’est-ce qui les fait réagir, jusqu’où est il possible d’aller, quelle sera les réactions… Du travail en perspective, des notes, des évaluations…

  3. aleksandar dit :

     » de telles actions représentent une possible violation du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaires. »
    Sachant que le missile Iskander peut être configuré de différentes façon et donc pas seulement nucléaire, cette phrase n’a aucun sens.
    Le reste c’est juste le discours habituels des pays baltes et de la pologne pour recevoir plus de dollars.
    Depuis le temps qu’ils nous annoncent que demain Wlad prendra son petit déjeuner à Varsovie…..
    J’aime beaucoup le :
    « Ces missiles, qui peuvent emporter des têtes nucléaires, sont en mesure d’atteindre Berlin depuis l’enclave russe frontalière de la Pologne et la Lituanie ».
    Au secours Merkel……..!… L e méchant russe va bombarder Berlin….!

    • sonata dit :

      ha bon, parce que la logorrhée verbale de Lavrov annonçant des enquêtes sur la « légalité » de l’indépendance des pays baltes, des rétorsions vis-à-vis de la Suède et de la Finlande en cas de rapprochement avec l’OTAN voire une atomisation de Copenhague ce n’est pas assez concret pour vous ? Si vous voulez, il y a aussi les invasions de la Georgie et de l’Ukraine, mais je crois qu’on va en rester là. Pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre 😉

      • aleksandar dit :

        @sonata
        « Cela étant, le gouvernement russe a affirmé ne pas être au courant de l’enquête concernant l’indépendance des États baltes, qui font maintenant partie de l’OTAN et de l’Union européenne. « Je n’ai pas entendu parler d’une telle demande. Je ne sais qu’une chose, c’est que nous avons des relations diplomatiques avec les pays baltes », a seulement déclaré Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères. »
        Opex 360 / Posté dans Diplomatie, Europe par Laurent Lagneau / Le 01-07-2015

        Inutile de continuer a démonter le reste de votre commentaire, j’ai pitié.
        Vous avez joué, vous avez perdu.
        Same player shoot again…………..

        • Lagaffe dit :

          L’article complet c’est pas mieux ?
          Le parquet général russe dit enquêter sur la légalité de l’indépendance des trois pays baltes :
          http://www.opex360.com/2015/07/01/le-parquet-general-russe-dit-enqueter-sur-la-legalite-de-lindependance-des-trois-pays-baltes/
          Bien sûr Lavrov a encore joué l’idiot du village qui ne sait pas ce qui se passe dans son pays… et il est toujours excellent dans ce rôle.

        • Alpha dit :

          C’est pas beau de tronquer la vérité aleksandar !…
          « Mardi 30 juin (2015), le parquet général russe a indiqué avoir ouvert une enquête visant à vérifier la légalité de la décision des autorités soviétiques de reconnaître, en 1991, l’indépendance des trois pays baltes qui faisaient auparavant partie de l’URSS. »… »Deux députés du parti au pouvoir Russie unie (celui de Poutine … et de Lavrov !…) avaient annoncé mi-juin avoir adressé une demande en ce sens au procureur général de Russie, Iouri Tchaïka. » … »L’affaire sonne d’autant moins comme une blague que ce même parquet général avait jugé illégal, la semaine passée, le rattachement administratif de la Crimée à l’Ukraine en 1954. » …
          On continue aleksandar ??? On a pitié … 🙂
          Vous avez joué, vous avez perdu (encore une fois …).
          Тот же игрок стрелять снова 😉

          • aleksandar dit :

            Alpha, Lagaffe et l’ensemble des trolls américains….
            Relisez donc le post de sonata, mes petits, il y est expressément fait mention de , je cite
             » la logorrhée verbale de Lavrov annonçant des enquêtes sur la « légalité » de l’indépendance des pays baltes, »
            Apprenez à lire et revenez, j’ai toujours beaucoup de plaisir à éduquer les masses…….

          • Alpha dit :

            @aleksandar
            Eduquer les masses ? Euuuh… je ne crois pas (en fait, j’en suis même sur …) que ce soit dans tes capacités !… 🙂
            Ce n’est pas parce que Lavrov dit l’inverse de certains députés de son parti, que les faits relatés sont faux ! …
            Apprends à réfléchir un peu (un tout petit peu …) … Tu continues beaucoup à nous amuser ici, tu sais, à défaut de nous instruire, c’est déjà pas mal !!! 🙂
            Bonne soirée mon p’tit Troll poutinien !

      • batgames dit :

        vous croyez vraiment à l’Hiver nucléaire …ce sera pour tout le monde si l’un de ces cons déclenche le feu …soyons sérieux …je vais même vous dire je pense que tout ceci fait partie d’un nouveau truc de stratégiste des élites du Grand machin là économique (. pour retrouver une paix contrôlée dans le monde et surtout au moyen Orient ) G =NB état capitaliste et libéraux comme il disent (G7 ,G8 tu l’appelle comme tu veut il y ont enlevé la Russie ..et tu obtient le G7 (wiki merci de l’aide ./…
        Le G8 (pour « Groupe des huit »), actuellement connu sous le nom G7 (« Groupe des sept »), est un groupe de discussion et de partenariat économique de huit pays parmi les plus grandes puissances économiques du Monde : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Russie, Royaume-Uni, Italie, Canada, dont l’un (la Russie) est suspendu.

        Les dirigeants des pays du G se réunissent chaque année lors d’un sommet réunissant les chefs d’État ou de gouvernement, ainsi que les présidents de la Commission et du Conseil européens (ainsi que pour certaines activités, des représentants d’autres pays ou d’autres unions internationales, invitées à participer). voilà ..,avant avec la guerre froide ,chacun surveille ses ouailles ..et bien c’est ce qui se passe et ce qu’ils sont entrain de refaire …c’est tout …guerre froide deux camps les vaches sont bien gardée ….mais ils ne vous le diront jamais ..c’est juste un nouveau plan de gouvernance mondial non pas à deux mais à Trois avec la chine qui n’y participe pas à ce G mais comme elle fait ce qu’elle veut dans son coin ,cela ne devrait pas tarder …..en ce moment c’est simple chacun se partage de nouveau le monde en trois partie (l’europe est juste un valet des amerloques et la France un petit pays qui gueule et que plus personne n’écoute )…je suis pas certain que vos fameux amerloques se battent cette fois pour votre europe chérie de toutes façons ,ils enverront des drones armées ..pour ,nettoyer les gêneurs …..
        et les européens feraient bien de se réveiller et de s’armer d’une vraie armée ,non pas au service de l’OTAN mais au service des peuples d’Europe ….Churchill l’avait dit entre de Gaule ou Roosevelt je choisirait toujours Roosevelt …c’est clair et leur brexit à la con c’est du même acabit ,ce pays est la plaie du monde ..les glichs sont les pires fouteurs de zone …et les amerloques sont dans la même veine qu’eux ,avec ces gens là vous n’aurez jamais de paix ….la bombe russe a été développée pour se protéger ..pas pour attaquer …les amerloques eux ont attaqués ,les paranos c’est eux …et plusieurs fois dans l’histoire …croyez moi je connais un vieux paix à son âmes aujourd’hui qui avait été libéré par l’armée Russe …il a vu que ces gens là avait le coeur sur la main ……quand les amerloques sont arriver ils se croyait en térrain conquis …partout où ils sont passer ils ont mis une merde pas possible et ces pays sont plus diriger par eux même …mais par des lobbys au service du commerce anglo saxon et du pays qu’il ne faut pas parler ….si les arabes sont dans de telles haine devinez encore qui les a mis dans cet état de folie terroristes ..c’est pas les russes que je sache ni les Chinois …..atterrissez de vos nuages ….

    • Thaurac dit :

      Etant un enclave, ils sont aussi à courtes portées des missiles de l’otan.
      Faut voir les choses de deux cotés, et une enclave, reste une enclave, c’est très vite isolée.

  4. gégétto dit :

    Pour le coup là ,l Occident c est Jean qui rit, Jean qui pleure. Durant la période Eltsine, ça rigolait bien dans les chaumières;j ai le souvenir de ces images ( catastrophiques pour les Russes) dans lesquelles Clinton s esclaffait aux côtés d un Boris à 4 grammes qui racontait des c*****ies. les Russes rabaissés au rang d alcooliques, c était trop bien….Maintenant à la tête de la Russie il y a un gars qui veut ramener son pays dans le club des grandes nations et qui défend les intérêts de son pays. Là c est Jean qui pleure. Parce qu’il fout la frousse à tout le monde ,avec ses gesticulations militaires concomitantes à celles de l Otan et que la pression monte dans un contexte bien plus dangereux que durant la guerre froide .Moi , je me demande juste ,jusqu’ où les uns et les autres sont ils prêts à aller?

    • Temrah dit :

      C’est sûr, Eltsine n’existait pas avant les années 90 dans l’organigramme du parti communiste, il a été mis là par les occidentaux. Les oligarques opportunistes et les milliers de fonctionnaires corrompus ont tous été mis en place par les Américains, rien à voir avec l’appareil d’Etat déliquescent de l’ex-URSS. L’alcoolisme en Russie ? C’est la faute des Occidentaux.

      • Radkos dit :

        Ben tiens!
        On y a envoyé les meilleurs ambassadeurs de la picole, c’est bien connu. Lord Peel, sénateur Daniel, Monseigneur Ricard…. Non, mais, sérieux… C’est de pire en pire ici.

      • Radkos dit :

        M. Lagneau,
        Vous lisant depuis quelques temps, et corroborant à une majorité de vos arguments, sans parti prit, ce qui est votre marque.
        Franchement, je ne serais quoi vous dire. Autant l’intérêt de se voire se confronter des idées, des points de vues, des « contributions », visant à acquérir une vision globale de l’ensemble des internautes .
        Mais ces derniers temps, il est claire, et il suffit de se balader sur votre blogue, que cette engeance qui vise à être force de propagande, fait de tout bois, et il brule.
        En tant que vieux scout (de France) , et étant surnommé  » chef bucheron », à l’époque, revenez au blocage de commentaires (imposez votre brelage). Ça me fait chier de le dire, mais je préfère ça plutôt que de lire des conneries.

        • Robert dit :

          Radkos,
          Précisez quand même quelle propagande vous souhaitez voir bloquer.
          Ce serait dommage de voir censurer vos opinions.

        • ScopeWizard dit :

          @Radkos

          Mes neurones doivent être en weekend prolongé parce que je n’ai rien compris ! Bon , je vais aller me coucher … 🙁
          Ron … ZZZ … Rooon … ZZZZZ …

      • Dans le bayou dit :

        Vous buvez la même chose qu’Elstine ?
        Petit rappel de sa carrière :

        1961 : adhésion au Parti communiste
        1969 : fonctionnaire au Parti communiste
        1977 : responsable section du parti de l’oblast de Sverdlovsk
        1978 : secrétaire au comité central chargé de l’agriculture
        1981 : membre du comité central
        1984 : membre du présidium du Soviet suprême
        1978 : direction du parti de Moscou
        …etc., etc.,etc…

        • Dans le bayou dit :

          Ps :1987 et non 1978 pour la dernière date
          Sinon, le Parti communiste de l’Union soviétique est dissous en 1991, aussi…

    • fraisedesbois dit :

      Ils sont pas alcooliques les russes?

    • Thaurac dit :

      C’est moujik qui rit, moujik qui pleure

  5. Frédéric dit :

    Petite question concernant la photographie illustrant l’article. Il s’agit du véhicule lanceur ou d’un de transport ?

  6. Parabellum dit :

    Nous on a démantelé le système hades à peine opérationnel et au profit de quoi? Les russes ont une seconde artillerie très complète et la montre…nous en envoie nos leur dans le sert pour taper trois Toyota…on regarde passer les tu 160 qui viennent calibrer nos radars et montrent leur grande autonomie..ils volent 14000 km avec des missiles ayant 5000 km de portée à bord…ils ont une capacité stratégique et nous pas helas sauf les snle…quant au veto après le coup dès bpc refusés fallait pas s attendre à autre chose…niaiserie de nos dirigeants …

    • Thaurac dit :

      Tu oublies de signaler qu’ils sont repérés dés le décollage et qu’on ne les laisseraient pas aller loin en cas de conflit, peut être,même pas décoller!

    • RUFFAULT dit :

      Ton Tu 160 est à la ramasse par rapport à un B2 américain L’armée Russe est sur le déclin : Je te signal que des Rafales sont équipées de missiles nucléaires ! Renseigne toi avant de sortir des conneries

  7. wagdoox dit :

    Bon ben pour ceux qui doutait encore du sérieux de la situation …
    Ni l’Allemagne, ni la Lituanie n’ont rien de sérieux pour parer un tel danger.
    Les provocations de part et d’autre doivent cesser.
    Et l’UE doit défendre ses intérêts et arrêter de suivre aveuglément les USA et de vouloir forcement rassurer la Pologne.
    L’ukraine ne serait pas dans cet état sans Sorros qui financé l’instabilité du pays durant les deux révolutions et qui continue aujourd’hui. L’UE aurait été plus crédible si elle n’avait pas pris fait et cause pour la politique de Sorros le BHL américain.

    • Auchat dit :

      Bien vu, mais un troll ne peut pas comprendre votre second degré.
      Bosser pour les mafieux du kremlin, ça paye bien? ou c’est par idéologie?

    • Aute dit :

      Un destroyer aegis avec des sm3 au large et les iskander exploseront 30s après le décollage. Je me demande même si la base en Pologne n’est pas à portée.

      • Alpha dit :

        L’Iskandar serait presque impossible à intercepter, on l’avait déjà évoqué il y a quelques temps ici même …
        http://reseauinternational.net/le-missile-russe-iskander-un-cauchemar-pour-le-bouclier-anti-missiles-balistiques-americain/
        Après, les russes sont chez eux à Kaliningrad, donc …

        • ruffa dit :

          Le système Patriot est dépassé depuis longtemps par le système AEGIS qui fait très peur aux russes Pour ton intervention je te livre un article qui date de 2010 Le seul frein pour équiper tous les navires américains est d’ordre financier!! Seul 18 navires en sont équipés : Bonne lecture !
          De la composante navale de la Missile Defense

          Le système de Défense Anti-missile (BMDS) développé par les États-Unis, héritier de l’Initiative de Défense Stratégique du président Reagan, met depuis quelques années à contribution, comme la dissuasion, les trois armées. Alors que jusqu’en 2002 ce sont la composante terrestre et l’Air Borne Laser qui monopolisaient l’attention des commentateurs, cette période a vu la composante navale compléter la triade puis, à la surprise de certains, devenir presque exemplaire par la réussite de ses projets et de ses essais.

          Les raisons de toute nature qui ont provoqué ce résultat sont pour l’essentiel les suivantes :

          ➢ il y a à évoquer tout d’abord – puisque nous ne reviendrons pas sur ce sujet – l’influence du très dynamique lobby « Marine », en général très proche des conservateurs voire des néo conservateurs, qui sait utiliser toutes les voies utiles pour promouvoir ses intérêts ;

          ➢ il y a aussi le poids d’une expérience technique dont la mise en œuvre fut muselée par le traité ABM jusqu’en 2002 ;

          ➢ il y a, bien sûr, des arguments opérationnels forts pour utiliser aux fins de la défense antimissile le vaste espace de manœuvre que constituent les océans ;

          ➢ il y a, enfin, une longue tradition de coopération et d’interopérabilité entre les marines de sensibilité occidentale, ce qui facilite considérablement la mise en place de politiques d’acquisition et de mise en œuvre coordonnées. Cet ensemble semble devoir garantir à l’US Navy une présence prolongée dans ce domaine capacitaire.

          Le système de combat AEGIS

          Un peu d’histoire

          La « Sea Based Ballistic Missile Defense » (SBMD) s’appuie sur le système AEGIS, en service depuis maintenant un quart de siècle à bord des croiseurs et des destroyers de l’US Navy. Conçu à l’origine comme un système de combat intégrant toutes les fonctions – lutte anti-surface, anti-aérienne et anti-sous-marine, il s’est avéré au fil des ans avoir pour tâche première la défense contre la menace aérienne puis contre les missiles. Depuis son embarquement en 1983 sur le croiseur Ticonderoga, il a été modifié au fil de l’évolution des technologies disponibles et des besoins opérationnels, déclinant à ce jour six versions successives, la septième étant en cours de finalisation.

          Les premières tentatives de l’US Navy en matière de défense contre les missiles balistiques sont antérieures à la naissance d’AEGIS : en 1965, des missiles de défense anti-aérienne Terrier et Tartar ont été testés contre des SRBM représentatifs de ceux qu’auraient pu utiliser les navires de combat soviétiques. Ces premiers essais ont été infructueux mais permirent de mieux cerner le problème et, en particulier, favorisèrent la conception et l’évolution du missile Standard, père de toute la série des missiles anti-aériens actuels de l’US Navy, vers une capacité anti-balistique.

          Ainsi le SM 2 – deuxième version du Standard Missile – devait-il être l’arme du concept qui a précédé la SBMD, le « Navy Area Tactical Ballistic Missile Defense » ou « Navy Theater Wide ». Le SM2 dans sa première version avait donc une capacité de défense de zone en sus de celle d’auto défense de ses prédécesseurs y compris à l’égard des missiles balistiques de courte portée. Pour faire mieux, c’est-à-dire prendre en compte des missiles de catégorie supérieure, il fallait améliorer à la fois le missile (portée, accélération, vitesse finale), le radar (portée, poursuite, capacité de discrimination) ainsi que le système de combat en général en l’interfaçant avec d’autres senseurs équipant d’autres navires voire des sites terrestres ou des satellites.

          Dans ce cadre, une troisième version du missile Standard, le SM 3, fut mise en chantier au début des années 1990 avec des performances cinétiques améliorées ; au-delà de celles-ci, il était prévu pour mettre en œuvre le « Light Exo Atmospheric Vehicle » (LEAP), équivalent « Navy » de l’Exoatmospheric Kill Vehicle (EKV) des intercepteurs basés à terre, et destinés à détruire la cible visée par impact direct et non par une charge explosive à fragmentation, solution mise en œuvre sur son prédécesseur. Le LEAP fut testé – sans succès – avec des missiles Terrier entre 1992 et 1995 ; une seconde chance lui fut donnée au tournant du siècle (1999/2000) avec le programme « AEGIS LEAP Intercept » (ALI) ; le LEAP était alors emporté par le prototype du SM 3 et la première interception fut enfin réussie en 2002.

          Une architecture du système encore plus développée était difficilement compatible avec le traité ABM qui, entre autres, bannissait les moyens d’interception à portée stratégique – sauf sur un site fixe unique – et, surtout, les équipements d’alerte avancée (« early warning ») déportés à distance du territoire national dont, évidemment, ceux portés par des navires. La défense anti-missile à la mer et à partir de la mer butait donc sur cet obstacle pour aller plus loin encore. Sans doute faut-il voir là une des raisons pour lesquelles l’administration américaine acquit la conviction que le traité ABM n’avait plus de mérites et se décida à le dénoncer en 2002.
          C’est en juin de cette année là que le traité ABM fut aboli et que l’« AEGIS Weapon System/Ballistic Missile Defense » (AWS/BMD) pût enfin prétendre à la configuration souhaitée par la Missile Defense Agency (créée elle aussi en 2002) et par l’US Navy.

          Ainsi, un système de combat conçu pour la défense de zone à la mer se retrouva être partie à un concept de défense stratégique à couverture globale s’adressant aux missiles de toutes portées et dans lequel on se fixait pour objectif d’avoir une capacité d’interception dans toutes les phases de vol du missile assaillant. Les travaux antérieurs à cet avènement l’auront, comme cela a pu être constaté (voir ci-dessous), bien préparé. L’extension de mission qui en découlait et la mise en place du système qui pouvait y répondre sont l’objet des développements et des réalisations aujourd’hui en cours.

          Aspects techniques

          Moyens de l’US Navy

          La MDA vient de valider l’AWS/WMD dans sa version 3.6. Ce système est fondé sur le radar SPY-1 D, les missiles SM 2 et SM 3 stockés à bord dans des lanceurs verticaux (Vertical Launch System – VLS), des calculateurs de gestion des pistes et des engagements ainsi que des moyens de transmission permettant la coopération tant entre navires qu’avec les autres composantes du BMDS1. Le SPY-1 est un radar déjà ancien et qui a été décliné en une demi douzaine de versions différentes dont certaines seulement sont adaptées à la mission « Missile Defense » et dont la plus récente, SPY- 1 D, est la seule semblant réellement en être effectivement capable.

          Il semble évident que les versions ultérieures (un SPY-1 E est en développement) préserveront cette capacité. Le SPY-1 dans ses versions récentes assure la détection et la poursuite de tous les objets en portée radar, y compris les Missiles intercontinentaux (ICBM). Le missile SM 2 Extended Range (ER) a montré quelques capacités contre les missiles de courte portée, y compris en phase terminale de leur vol (lower tier) ; le missile SM 3 est dédié à l’interception de SRBM et de MRBM au cours de leur vol balistique (mid-course) et, peut être, du début de leur entrée dans l’atmosphère (upper tier). L’amélioration du SM 3, menée en coopération avec le Japon, devra lui donner une capacité contre des missiles de portée intermédiaire (IRBM) à mi-course. Sa mise en œuvre à partir de VLS permet des renouvellements de tir plus rapides, compatibles avec l’aptitude du système de combat à traiter un nombre important de pistes simultanément.

          Cooperative Engagement Capability (CEC)

          Dans cette phase de montée en puissance, deux types d’adaptation à la mission BMD sont réalisés à bord des navires de l’US Navy :

          certains ne sauront qu’assurer la fonction de recueil et de partage d’information : Long Range Search & Tracking (LRS&T),
          les autres ayant en outre l’aptitude à mettre en œuvre des intercepteurs.
          L’objectif que se sont fixées la MDA et l’US Navy est de disposer en 2009 de trois croiseurs et de quinze destroyers aptes à l’ensemble de la mission BMD.
          Cet objectif sera très vraisemblablement tenu puisque :

          les croiseurs Shiloh (CG 67), Lake Erie (CG70) et Port Royal (CG 73), qui ont déjà tous les trois participé aux essais du SM 3 sont, après quelques enrichissements de leur système AEGIS2, opérationnels ;
          sept destroyers étaient déjà aptes à la mission BMD complète début 2007, sept autres n’étant encore capable que du LRS&T.
          Entre janvier 2002 et avril 2007, dix tirs d’essai d’interception de cibles balistiques par missile SM 3 ont été réalisés à partir des croiseurs AEGIS/BMD. Huit ont été déclarés comme des succès, ce qui est très supérieur aux résultats que revendique, par exemple, le « Ground Based Interceptor » de la « Ground Based Missile Defense ». Le dernier tir du SM 3 (4 avril 2007) a été réalisé conjointement à un tir SM 2 sur un missile de croisière : la double interception a été réalisée.

          Place actuelle de l’US Navy dans la BMDS

          Le système AEGIS devient donc maintenant plus que le système de défense aérienne élargie dont l’US Navy souhaitait disposer. En premier lieu, les capacités qui ont été développées dans cette optique sont maintenant utilisables dans des configurations qui vont au-delà des stricts besoins d’une force navale à la mer : il est capable d’opérer en zone littorale pour protéger des forces projetées contre des tirs SRBM et MRBM qui les viseraient mais aussi d’assurer la défense d’infrastructures sensibles (ports, aéroports, agglomérations, installations militaires ou industrielles,…) localisés en zone côtière sur le territoire des États-Unis ou de leurs « friends and allies ».

          Cette dernière mission se situe dans le droit fil des besoins exprimés par la « National Strategy for Maritime Security »(NSMS) éditée en septembre 2005 et qui est elle-même une déclinaison de la « National Strategy for Homeland Security » (NSHS).

          Ces croiseurs ont été équipés à leur mise en service du SPY-1B qui a dû subir quelques modifications matérielles et logicielles.
          Par ailleurs, la contribution apportée par la « Sea Based MD » à la détection initiale et à la gestion de la bataille anti-balistique globale qu’organise la MDA avec son « Battle Management Command, Controland Communications » (BMC3) est vraisemblablement essentielle. En revanche, il est vrai que les capacités d’interception de missiles à longue portée (IRBM et ICBM) ne sont pas encore de nature à participer à la défense contre les missiles assaillants de cette catégorie, quelle que soit la phase de vol. C’est donc, pour l’heure, le LRS&T qui représente la contribution la plus importante et le BMDS doit à sa composante navale de pouvoir effectivement prétendre assurer une couverture globale.

          De nombreux arguments opérationnels justifient l’emploi de moyens navals pour améliorer l’efficacité opérationnelle du Système BMD ; tous résultent du fait que les navires, mobiles, peuvent se déployer sans contrainte dans tout le domaine maritime afin de rallier les positions les plus favorables à l’exécution de la mission et qu’ils peuvent faire cela, si nécessaire, avec un degré de discrétion élevé.

          Ainsi, en matière de participation au BMC3, il est attendu que les croiseurs et destroyers del’US Navy :

          ➢ puissent occuper des positions inaccessibles aux moyens terrestres à des fins de détection initiale et d’amorce de poursuite ;

          ➢ fournissent des informations complétant ou recoupant sous des angles différents celles provenant d’autres senseurs et d’ainsi améliorer la poursuite et la discrimination ;

          ➢ s’adaptent en se déplaçant à des besoins émergents sans mise en œuvre d’une logistique lourde. Il n’y a pas, bien sûr, que des avantages à la mise en œuvre de la composante océanique de la Missile Defense ;

          ➢ la gestion d’un nombre réduit de porteurs ayant la capacité BMD pourra obliger à un choix entre cette mission et les autres qui leur reviennent ;

          ➢ les navires AEGIS sont coûteux (acquisition et fonctionnement) si on les compare aux systèmes terrestres dédiés BMD ;

          ➢ le mauvais temps peut altérer la qualité d’exécution de la mission et ainsi porter tort au système global ;

          ➢ un navire, enfin, a une vulnérabilité propre et son indisponibilité (avarie ou destruction) provoquerait un « trou dans la raquette » du BMC3.

          Il importe d’indiquer à cet égard qu’un autre moyen naval participe à la fonction BMC3 : la MDA vient, après quelques difficultés de mise au point, de mettre en service le SBX (Sea Based X-band radar), outil de détection, de poursuite et de discrimination installé sur une ancienne plate-forme pétrolière norvégienne. La nature de son porteur rend ce système de détection moins sensible aux effets du mauvais temps que ceux des navires de combat de l’US Navy. Le SBX sera basé à Adak, dans les Iles Aléoutiennes, et pourra se déployer dans le Pacifique nord ; ce positionnement indique bien sa vocation d’emploi contre une menace asiatique.

          L’ensemble des inconvénients cités ci-dessus peut également être porté au passif de la mise en œuvre d’intercepteurs à bord de porteurs maritimes. Se pose, en outre, la question des performances maximales accessibles à ces missiles, dés lors qu’il n’est pas envisageable de les dimensionner physiquement comme on peut se le permettre pour des systèmes terrestres.

          Il y a toutefois aussi des avantages à déployer des intercepteurs sur des navires de combat :

          ➢ ils peuvent être mis en œuvre avec avantage le long de trajectoires survolant le domaine maritime ;

          ➢ leur déploiement près des côtes peut permettre des défenses trèsefficaces : « One to four Navy ships operating in the Sea of Japan,for example, could attempt to defend most or all of Japan against theater-range ballistic missiles fired from North Korea » ;

          ➢ leurs performances, à condition d’être significativement accrues par rapport aux réalisations actuelles, peuvent leur permettre d’intercepter des missiles en phase de propulsion assez loin dans la profondeur d’un territoire au large duquel croiserait le navireporteur ;

          ➢ et bien sûr, mobilité et réactivité sont là aussi des atouts.

          Des missions de type interposition entre la Corée du Nord et le Japon seront accessibles aux navires AEGIS dès la mise en service du SM 3 Block IIA (voir ci-après). Les missions du type interception d’un ICBM au-dessus du domaine maritime ou interception en phase propulsée ne pourront être réalisées sans le déploiement d’un nouveau missile beaucoup plus lourd et volumineux.

          On peut, au total, penser que la vision globale qu’ont les États-Unis de la Missile Defense ne pourrait s’accomplir sans le déploiement maritime de nombreux systèmes de détection et de poursuite performants ainsi que, sans doute, de moyens d’interception élaborés. La question est bien de savoir si le dimensionnement de la Sea Based BMD – 18 navires – est suffisant pour cette tâche alors que des déploiements envisageables couvrent des zones multiples et éloignées les unes des autres : côtes occidentale et orientale des États Unis, Méditerranée, mer Rouge, golfe Persique, océan Indien, mer du Japon, Taiwan…

          Une première solution pourrait être d’augmenter le nombre des navires ; elle est souhaitée par certains lobbyistes mais aurait pour conséquence d’accroître des dépenses déjà très importantes – en moyenne un milliard de dollars par an sur trois ans. [Voir CRS Report for Congress – Sea-Based Ballistic Missile Defense — Background and Issues for Congress – 27 avril 2007.] Dont deux au moins doivent continuer d’assurer les essais du système ainsi que d’aller contre la lente mais réelle réduction du nombre des navires mis en œuvre par l’US Navy. C’est sans doute là une des raisons pour lesquelles la MDA met en avant avec insistance l’intérêt des coopérations internationales.

          Coopérations internationales

          La volonté de la MDA de mettre à contribution d’éventuels moyens de Missile Defense d’amis et d’alliés est présentée comme répondant au besoin de défendre des intérêts communs :« The security and economic interests of our allies are inextricably tied toour own. As a result, we will seek opportunities – in conjunction with the Department of Defense and other organizations of the U.S. government -to increase our allies’ acquisition of BMDS technologies where appropriate. »

          Le Système AEGIS a déjà été assez largement exporté, des contrats supplémentaires ont été engagés et d’autres sont prévisibles :

          le Japon dispose de quatre destroyers AEGIS du type Kongo. Leur radar est le SPY-1 D, adapté à la Missile Defense. Cette flotte sera complétée d’ici deux ans de deux destroyers Atago dotés du même radar ;
          l’Espagne met en œuvre quatre frégates F 100 AEGIS, en attend une quatrième pour la fin de la décennie et envisage d’en acquérir une sixième ; elle planifie en outre deux frégates F 105. Les navires en service sont équipés du SPY-1 E, version allégée aux capacités de détection inférieure et qui, sans doute, ne peut contribuer de façon satisfaisante à un BMC3 étendu ;
          la Norvège alignera en 2009 cinq frégates « Fridtjof Nansen » dont deux sont déjà sur la liste navale. Comme les F 100 espagnoles, dont elles sont inspirées, ces frégates auront le SPY-1 E pour radar ;
          l’Australie décidera à l’été 2007 du type de navire que sera son « AirWarfare destroyer » (AWD) en sélectionnant soit un navire américain équipé du SPY-1 D, soit une frégate dérivée des F 100 espagnoles équipée du SPY-1 E. Trois navires devraient être commandés ;
          la Corée du Sud mettra en service entre 2008 et 2012 trois destroyers KDX 3 emportant le SPY-1 D.Taiwan a vigoureusement manifesté au début de la décennie son souhait d’acquérir des Destroyers AEGIS auprès des Etats-Unis ; cette demande n’a toujours pas été agréée, pour des raisons diplomatiques que l’on comprend bien. L’Inde, en revanche, s’est vue proposer l’acquisition de systèmes AEGIS, aucune réponse à cette initiative n’ayant encore été formulée.
          A ce jour, l’US Navy ne peut donc compter sur l’appoint que des quatre Kongo japonais pour remplir la mission SBMD. Au début de la prochainedécennie, alors que les deux Atago et les trois KDX 3 seront entrés enservice, ce seront neuf navires non américains pleinement aptes à cette mission qui pourront se déployer dans l’ouest du Pacifique et l’on peut penser que ce théâtre sera ainsi convenablement dotés en termes de BMC3 sans effort important de la part de la marine américaine. A cette époque également devrait entrer en service le SM3 Block II (voir ci-dessous) ce qui devrait donner, aux navires américains et japonais au moins, une capacité d’interception couvrant un nombre accru de menaces.

          Sans attendre la mise en service de ces nouveaux navires, la coopération opérationnelle entre l’US Navy et les navires japonais a d’ores et déjà été démontrée par le déploiement au Pays du Soleil Levant du Destroyer AEGIS « CurtissWilbur » en 2004 puis par celui du CG « Shiloh » à l’été 2006 et les exercices d’engagement coopératif auxquels ils ont donné lieu. Un autre aspect de la coopération entre les États-Unis et le Japon est le développement du missile SM3 Block II. Le but est ici d’accroître les performances de cet intercepteur de SRBM et de MRBM pour lui faire aussi couvrir la menace IRBM, voire certains aspects de la menace ICBM. A cette fin, il s’agit d’accroître les performances cinétiques par allègementdu missile et amélioration de son deuxième étage ainsi que d’optimiser lesperformances du « Kill Vehicle » dérivé du LEAP.

          Un « Memorandum of Understanding », datant de 1999, associe le Japon aux États-Unis dans cette tâche ; il prévoit les développements suivants :

          ➢ mise au point d’une nouvelle coiffe pour le missile, à charge du Japon ;

          ➢ accroissement du diamètre du deuxième étage, réalisé conjointement ;

          ➢ remplacement du dispositif de pilotage du « Kill Vehicle » afin de le rendre plus agile (ADACS multipulse) et de l’alléger, à charge des États-Unis ;

          ➢ développement d’un détecteur infrarouge travaillant sur plusieurs plans focaux à deux ou trois fréquences différentes. La marine australienne envisage de se joindre au développement du SM3 Block IIA ; le déploiement de ce missile est prévu pour le début de la prochaine décennie (2011/13). Et peut être douze. [Voir B. Gruselle : « L’accélération du programme japonais de défense antimissile », Note de la FRS, 25 janvier 2007, sur http://www.frstrategie.org]

          Il existe, enfin, un autre aspect de coopération dans lequel le système AEGIS BMD est impliqué, celui de la défense anti-missile israélienne. Israël a développé depuis de nombreuses années le système Arrow afin de se protéger des missiles à courte portée ou à portée intermédiaire dont se dotent ses voisins les plus hostiles.

          Ce système est essentiellement de conception indigène mais il existe des axes forts de coopération avec les États-Unis :

          ➢ le missile Arrow lui-même a fait l’objet d’un développement qui a été assisté par Boeing à qui, d’ailleurs, la production a maintenant été confiée, en totalité semble-t-il ;

          ➢ mais surtout, des efforts communs importants sont faits avec la MDA et l’US Navy pour parfaire l’interopérabilité entre le système israélien (Arrow et PAC III) et le système AEGIS ; cela comprend essentiellement l’interfaçage des équipements d’interception, de poursuite et de désignation d’objectif par des passerelles mettant en œuvre la liaison 16 de défense aérienne (par ailleurs utilisée parl’OTAN) puis, sous peu, des liaisons satellitaires.

          Ce dernier type de coopération est évidemment extensible aux alliés européens des États-Unis et la MDA l’a déjà cité comme un des exemples de ce qu’elle souhaiterait faire avec ceux-ci. Le développement conjoint de capacités nouvelles pour la Missile Defense peut effectivement se faire en coopération comme le montre l’exemple japonais.

          Il reste qu’il faut :

          ➢ avoir une analyse identique de la menace existante ;
          ➢ y consacrer du financement ;

          ➢ accepter une certaine dépendance à l’égard de la stratégie et des industries américaines ;

          ➢ éventuellement renoncer à des développements nationaux préservant un minimum d’avenir aux industries indigènes. Pour l’une ou l’autre de ces raisons d’autres pays que le Japon, dont les principaux pays européens, ne se sont pas résolu à franchir le pas malgré des avances américaines.

          Développements futurs de la SBMD

          L’US Navy prépare maintenant la relève de ses navires AEGIS. Le remplacement des Destroyers DDG 51 sera conduit en deux étapes : sept DD 1000 entre 2012 et 2018 puis une soixantaine de DD (X) à partir de 2028. Ces navires auront, outre une vocation anti-sous-marine, un rôle essentiellement tourné vers la projection de force à terre. Le rôle défense anti-missiles balistiques reviendrait alors à une force de dix-huit croiseurs CG (X) – remplaçant nombre pour nombre les destroyers et croiseurs [ « Year Ballistic Missile Defense 2004 » conférence – Berlin, 19-20 juillet 2004 (Archives privées) aujourd’hui retenus pour cette mission – dérivés du concept DD (X) et programmés pour rejoindre la flotte entre 2019 et 2029.

          La marine américaine s’oriente donc vers un ensemble de navires moins polyvalents ce qui devrait faciliter l’arbitrage aujourd’hui difficile entre les multiples tâches revenant à des navires bons à tout faire. Les CG (X) seront des navires d’un tonnage légèrement supérieur à 14 000 tonnes, soit 50 % plus lourds que les croiseurs Ticonderoga. Ilsbénéficieront d’un nouveau radar et d’un « Advanced Vertical LaunchSystem » (AVLS) permettant l’emport de missiles un tiers plus lourds que les VLS actuellement en service. Même s’il est probable qu’ils mettront en œuvre les variantes alors en service des SM 3, la question des intercepteursem barqués reste ouverte.

          En effet un nouvel intercepteur, le « Kinetic Energy Interceptor » (KEI) est en cours de développement avec pour objectif de disposer d’un système terrestre mobile apte à un emploi dans toutes les phases de vol – phase de propulsion, exo atmosphérique et phase de rentrée – de missiles assaillants ; une capacité de destruction de toutes les catégories jusqu’au bas ICBM en est attendue. Or, la MDA souhaite que le KEI puisse être également déployé à la mer, ce que le tandem Northrop Grumann/Raytheon avance pouvoir réaliser sur les croiseurs AEGIS.

          Ce missile présente pour la Navy deux inconvénients : il sera propulsé par des propergols liquides (problème de sécurité à bord) et son encombrement important, incompatible, en tout cas, avec les dimensions de l’AVLS13 ; il faudrait donc, pour résoudre ce deuxième point, renoncer à la versatilité souhaitée pour ces tubes de lancement pouvant embarquer toutes catégories de missiles. Pour mémoire, il était envisagé en 2005 d’assurer dans le programme KEI deux phases de faisabilité/développement en parallèle, l’une en national US, l’autre en coopération internationale. Seule la voie nationale est maintenant retenue faute de volontariat étranger en particulier en l’absence de réponse positive de la part des agences de défense européennes qui auraient pu participer au financement du programme.

          Les industriels américains chargés du programme ont jusqu’à 2011 pourdépenser les 4 milliards de dollars que leur a attribué à cet effet la MDA et une entrée en service est prévue pour 2012/13.

          Bien d’autres évolutions sont examinées dans le cadre du « spiral development » de la Sea Based MD, dont :

          ➢ la mise au point, initiée en 2002 d’un nouveau processeur à archi-tecture ouverte, le BSP, destiné à accroître de façon spectaculaire la capacité de discrimination du SPY-1 et qui devra équiper tous les bâtiments AEGIS BMD à partir du début de la prochaine décennie ;

          ➢ l’adaptation au SM 3 d’un Multiple Kill Vehicle, charge utile remplaçant le LEAP et apte à traiter plusieurs cibles simultanément.

          Synthèse, conclusion

          Dans l’optique d’une défense globale contre les missiles balistiques, les États-Unis ont retenu de s’adresser à tous les types de missile, quelle que soit leur provenance et en les interceptant dans toutes les phases de vol. Pour ce faire, il semble intuitif de mettre en œuvre simultanément des moyens terrestres, aériens, maritimes et spatiaux et c’est donc le choix qui a été fait. Ce faisant, les coûts s’additionnent et il est légitime de se poser laquestion de savoir quelles solutions, parmi le foisonnement de celles qui sont envisagées, ont un avenir assuré.

          En termes de détection/discrimination/poursuite, la composante navale est la seule indispensable pour assurer une couverture radar de l’ensemble du globe avec des émetteurs de grande puissance et de grand volume ; elle est, à ce titre, un précieux complément de la composante spatiale, qu’elle soit elle-même radar (le futur SBR) ou optique/infrarouge (le STSS) ainsi que de la composante terrestre.

          L’interfaçage de l’ensemble de ces moyens et des moyens terrestres et aériens, dans l’esprit de la« Cooperative Engagement Capability » et des « Network Centricoperations » est aujourd’hui assurément à la portée des moyens de transmission et de calcul dont disposent les forces armées américaines. Dans ce cadre global, les bâtiments AEGIS de l’US Navy disposent ou disposeront de l’ensemble des informations recueillies par une impressionnante accumulation de senseurs et ont ou auront donc tous les éléments pour procéder à une interception si leur positionnement a été judicieusement choisi.

          Dans ce domaine, on ne peut pas douter que des progrès substantiels seront encore faits dans les années qui viennent. Reste la question des intercepteurs. Comme cela a été vu ci-dessus, les intercepteurs actuellement retenus pourl’US Navy ne sont pas en mesure de répondre à l’ensemble des missions opérationnelles qui pourraient être dévolues à la composante navale de la BMD. Le KEI apporte certes une réponse, au moins partielle, à cette difficulté mais il ne le fait pas sans soulever quelques nouvelles questions dont il est prématuré de pouvoir dire comment elles recevront réponse. C’est en tout cas à coup sûr ici que l’accroissement de capacité sera le plusdifficile à réaliser.

          Au total, au-delà de la mission d’auto défense au niveau du théâtre d’opérations d’une Task Force, les moyens de lutte contre la menace balistique de l’US Navy seront dans peu de temps en mesure d’assurer avec quelque efficacité l’interception de missiles de courte ou moyenne portée pour la défense d’un territoire menacé (national, ami ou allié) ou dans le cadre d’opérations de projection de forces vers une puissance régionale hostile. C’est donc la réponse à une menace du type Corée du Nord ou plus généralement « rogue state » qui répond au dimensionnement de la Sea Based Missile Defense du début de la prochaine décennie.

          C’est ce type de réponse qui motive des pays tels que le Japon et la Corée du Sud, qui ont d’ores et déjà adopté les systèmes AEGIS les plus récents et dont l’intérêt pour le missile SM 3 se concrétise, au moins pour le Japon, par la mise en place d’une coopération avec les Etats Unis allant de la R&Dà la production. D’autres pays ayant acquis le système AEGIS sont allés moins loin et ne pourraient dépasser le stade actuel qu’à grand prix, obligés qu’ils seraient obligés de mettre en service des navires d’un tonnage beaucoup plus important que ceux qu’ils ont programmés ; ils ne ressentent pas, non plus, la même menace à leur proximité.

          Toujours est-il que l’intérêt de la « Missile Defense Agency » pour l’exportation vers des pays amis du système de combat AEGIS ne fait pas que répondre au souci de faire vivre les industriels américains ou de partager les frais. C’est aussi un moyen d’accroître la capacité d’une coalition qui se formerait autour des États-Unis à contrôler la menace balistique de façon globale par la mise en commun de réelles capacités de détection à grande distance, de discrimination et de poursuite des cibles. C’est, enfin, parce que les marines alliées entretiennent des liens opérationnels consistants depuis de nombreuses décennies, une opportunité de les entretenir sur des voies choisies par la stratégie américaine.

          Les opinions exprimées ici n’engagent que la responsabilité de leur auteur.
          Picard, Chercheur associé, FRS

          • ScopeWizard dit :

            @Ruffa

            Quelle inspiration , mes aïeux , génial mais quand expirez-vous ?? 😉
            Bon , ce moment de surprise passé , quelques vitamines dans le gosier et en avant , je vais essayer de tout lire … 😀
            A la semaine prochaine au moins !

          • Robert dit :

            Ruffa,
            Je trouve votre message un peu trop succinct et résumé, vous auriez pu développer un peu plus. 🙂

        • Thaurac dit :

          Il est de technologie extra terrestre, il n’émet pas de chaleur avec son réacteur..etc..etc..

    • Lagaffe dit :

      Amusant, je constate de plus en plus que Sorros est selon vous responsable de tout ce qui se passe dans le monde et vous êtes le seul à le savoir !
      Sérieux votre délire complotiste devient de plus en plus grave…

  8. Quels comportements stupides des êtres humains… Certains se comporteront toujours comme des prédateurs peu importe le continent. Après la chute du mur de Berlin, nous aurions tous profité d’une basse sensible des dépenses en armement afin de mettre nos énergies ailleurs. L’avidité de certains ne connaîtra jamais de bornes.

  9. ScopeWizard dit :

    Ces russes ! Ca fait gros le suppo ! 😉

  10. Lagaffe dit :

    Judy Dempsey, chercheuse associée non-résidente à Carnegie Europe, a aussi déclaré que le déploiement d’Iskanders à Kaliningrad est un « moyen de diviser l’Occident », avant les présidentielles américaines. « Ce genre d’action rend nerveux les Européens et les Américains. Poutine appuie sur toutes les touches », a-t-elle dit.
    Ce déploiement de missiles Iskander pourrait aussi servir de diversion à la crise Syrienne et la mise en accusation de la Russie à l’ONU.
    Michal Baranowski, chef du bureau de Varsovie du Fonds Marshall allemand, a de son côté indiqué que le déploiement des missiles était manifestement une démarche ouvertement agressive alors que l’OTAN n’a jamais déployé d’armes nucléaires à l’est de l’Europe, en Pologne ou les états baltes pourtant membres de l’OTAN.
    En plus, sans doute pas par hasard, ce déploiement russe intervient alors que les Lituaniens votent ce dimanche pour désigner leurs députés. La campagne politique s’est immédiatement focalisée sur les relations avec la Russie et la menace représentée par le déploiement de missiles nucléaires à la frontière lituanienne.

  11. Fafou dit :

    Je suis quotidiennement ce blog. Je souligne le travail de Mr lagneau.
    Par contre je suis consterné: aucun article ne peut être assailli par des commentaires « PRO »
    Pro russe, pro USA, pro otan, por français… par contre je suis souvent étonné, et c’est d’ailleurs ma lecture quotidienne, le niveau parfois élevé des commentaires. Expertises, recherches, connaissances et réflexions. Subjectives ou objectives. Mais il y a parfois des choses brillantes ou tout du moins limpides, pour un néophyte ou hors du Monde de La Défense. Tout cela pour dire, que je pense que simplement ces Iskanders sont un moyen visible de pression. Croyez vous naïvement qu’aucun snle otusanien ou US n’est pas à moins de 500km des eaux territoriales russes? Par contre c’est classé secret défense des deux côtés. Nous sommes tous d’accord là dessus ?
    Et pour rappel nous avons ( en Belgique) des 61…sur notre sol. En Allemagne ? Pour résumer peut on ne pas traiter Mr lagneau ou certains participants à ce forum de pro ou anti ? Juste, défense, géoSTRATEGIE, pour les autres débats, mérités ou non, il y a d’autres blogs les haineux.

    • ScopeWizard dit :

      @Fafou

      Pas tout capté mais … +10 ! 🙂

    • v_atekor dit :

      Les engins stratégiques, russes comme américains ou français ont la possibilité de tirer à plusieurs milliers de km…. Il leur est simplement inutile de s’approcher autant.
      .
      Déplacer ces missiles est donc un geste politique, mais un geste politique offensif très fort, contre l’Europe puisqu’il passe outre toute possibilité de se défendre pour au moins 5 pays. Mais e plus important est sans doute l’installation de missiles air-air qui empiètent sérieusement dans l’espace aérien des voisins… sans en arriver à une guerre nucléaire.

    • v_atekor dit :

      air-air => sol-air … évidement.

  12. ScopeWizard dit :

    Que voulez-vous ?
    Poutine est un monsieur sérieux qui aime bien l’ordre et entend le faire régner , c’est si difficile à comprendre ? En tous cas ça l’est à avaler visiblement … 😉
    Plus froidement , qu’aurions-nous fait à la place des russes si nous étions dans une situation analogue et disposions d’une telle puissance et d’une telle volonté ?
    Ca fait à peu près 20 ans que la « politique étrangère » des USA qui a du reste toujours été discutable depuis leur ultravictoire constatée de la WWII . Ca fait approximativement 20 ans et des poussières disais-je que l’ami US s’impose partout où ça le démange et provoque catastrophe sur catastrophe à court ou moyen terme sans beaucoup se soucier de ses petits copains si leur sort ne sert pas idéalement ses intérêts !
    Alors quand le chef autoproclamé ou pas de la bande d’en face fait lui aussi entendre le son imposant de sa voix de ténor , qu’est-ce que ça a de si surprenant et surtout pourquoi serait-ce si illégitime ? Lui aussi veut jouer dans la cour des grands et se mesurer à eux si possible d’égal à égal , faut pas croire ! Il revendique son droit de faire partie de l’orchestre dont il estime être au niveau et c’est quelque part normal et logique .
    Je ne suis pas pro-russe ou pro-soviétique , nostalgique du camarade Staline ( le petit père des peuples qu’il devait bien aimer , à la folie même , vu les châtiments qu’il leur a infligés ) ou ce que vous voudrez mais j’en ai franchement marre d’être à la botte des USA , cette nouvelle Rome qui n’a rien d’antique et qui nous tient bien serrés sous son joug en nous répétant à l’envi qu’elle nous adore et combien nous sommes formidables , sublimes , géniaux etc etc … Tout en nous prenant pour de grandioses imbéciles superbement patentés , des marionnettes dont elle tire à son gré toutes les ficelles !
    Alors quoi ? Nous sommes « indépendants » sous licence ??? 🙁
    Evidemment quand on a dit ça , on n’a pas dit grand-chose mais de bon matin ça soulage un peu !
    Sur-ce , la bonne journée ! 😉

  13. sentinelle dit :

    Au lieu d’oeuvrer pour la paix en Europe et m^me le retour de Koenigsberg à l’Allemagne certains font le maximum pour envenimer les relations avec la Russie que la France regarde son intérêt deux guerres civiles européennes qui ont tué la puissance européenne ça suffit !

  14. Lagaffe dit :

    Et maintenant la Norvège veut des troupes américaines « tournantes » sur son sol.
    http://www.lorientlejour.com/article/1011876/norvege-reflexion-autour-dune-presence-militaire-americaine.html

    • Thaurac dit :

      En toute légalité, il n’y a aucun problème;
      Que dit poutine sur sa présence en syrie,

  15. Amida dit :

    Odeur de coup de force de grande envergure autour de la Syrie. Tout cela commence vraiment à sentir mauvais. Et les deux partis sont responsables. L’aventurisme militaire des deux ex-grandes puissances nous conduit au chaos.

  16. F dit :

    Personnellement je pourrais avoir des S-300 dans le jardin ça me dérangerait pas. Blague à part, il y a un moment où il faut quand même écouter un peu les deux parties. Ça fait 15 ans que Poutine tend la main à l’Europe à tout les niveaux. Écouter son discours au Bundestag début 2000, franchement c’est vraiment de la mauvaise fois que de dire le contraire. La tension militaire avec la Russie c’est assez récent. Pourtant ça fait un moment que Poutine est au pouvoir en Russie. L’Occident a refusé à la main tendu par la Russie, c’est bien, c’est mal? Chacun en jugera par lui-même. Du coup les russes commencent à réagir et à défendre leur intérêts, donc ils se tiennent près à la confrontation. Les jeux sont fait, ça sert à rien de brailler dans le vide, c’est les russes qui.. c’est les américains qui.. On s’en fout, le fait est que la situation est ce qu’elle est, et qu’elle ne risque pas de changer. Tout ça c’est des vœux pieux. Tant qu’il y aura équilibre des forces, il y aura la paix, c’est comme ça, ça peut devenir très tendu mais la paix sera garantie. Si le danger vient de quelque part, il ne viendra pas de Russie, pour une raison stratégique simple, l’armée russe est une armée de défense. C’est comme ça, ils l’ont voulu comme ça, parce que ça coute beaucoup moins cher qu’une armée d’attaque. Les russes sont près à se défendre, et ça se voit de plus en plus, alors ça fait flipper les gens. Moi ce qui me fait flipper, c’est que notre armée à nous, celle qui est censée nous protéger, elle est en opex permanente pour défendre des intérêts dont on ne profite pas. Et quand elle devrait être la pour nous défendre (13 novembre, 14 juillet) il y a plus personne. On est faible, et ça craint. Les russes sont forts, au moins ils sont tranquille, c’est tout ce que je vois, ils sont méchants alcooliques, agressif, tout ce que vous voulez, oui mais au moins ils sont peinards. Ils peuvent se défendre à l’intérieur et à l’extérieur de leur pays, et ça on peut pas leur enlever, même si on pense que c’est les pires enculés de la planète.