Bagdad saisit le Conseil de sécurité pour évoquer la présence militaire turque dans le nord de l’Irak

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

40 contributions

  1. jyb dit :

    erdogan a demandé à son parlement les plein pouvoir pour envoyer un corps expeditionnaire turc participer à la libération de Mossoul « sans l’aval de la communauté internationale ».
    Je vois mal au ton employé dans son discours la possibilité de faire machine arrière et je soupçonne que ce caillou dans la rangers américaine pour la libération de Mossoul soit concerté avec l’ami russe.
    Cette annonce turque vient après une réunion du knk (congrès national du kurdistan)
    Les kurdes sont clairs : «les justes exigences et aspirations du peuple kurde ne seront pas remplies alors que le Kurdistan est devenu « le point focal d’un changement démocratique dans la région. » tant que «les droits naturels et nationaux des Kurdes et du Kurdistan à l’autodétermination» ne seront pas entendus.
    « Il est donc impératif pour les Kurdes et le Kurdistan d’avoir une position commune et d’etre unis contre les plans turcs et iraniens. »
    «Partout où daesh a été chassé, l’administration de cette zone a été confiée aux populations locales » et pour finir le knk considère qu’il faut prendre les armes contre les turcs (et donc l’asl) en sirye.

    • Vince dit :

      Il faut faire attention quand on dit « les Kurdes », parce que la situation est loin d’être homogène partout, en particulier entre les Kurdes de Syrie et de Turquie, et ceux du Kurdistan irakien (eux-mêmes pour le moins divisés). A ce titre on peut se demander quel est le véritable pouvoir/utilité/representativité de ce Congrès National Kurde, sachant qu’Erdogan et Massoud Barzani marchent main dans la main depuis un bout de temps apparemment. Donc, quand il s’agit de prendre les armes contre l’occupant turc, on se demande bien ce que concrètement ça va donner.

      cf http://www.institutkurde.org/info/vers-un-kurdistan-irakien-independant-s-1232550899

      « Au niveau militaire, cela fait plus de vingt ans qu’Ankara entretient des bases en région autonome kurde. »

      Bref, une situation bien byzantine, une fois de plus.

      • Zayus dit :

        La présence militaire dans le nord de l’Irak qui remonte maintenant à 2015, s’appuie effectivement depuis le début sur les divisions kurdes en Irak.

    • Zayus dit :

      @jyb:
      .
      Nous évoquions les initiatives de Poutine face aux retraits d’Obama et l’inconséquence de ses « lignes rouges » franchies par Assad, conjuguée aux 6 mois de stand by de la diplomatie US jusqu’au premier trimestre 2017 des élections US…
      Mais c’est oublier que cette paralysie d’OBama et des USA profite également à Erdogan qui a le même champ libre que Poutine en Syrie et même en Irak en ce qui concerne l’ersatz de sultan.
      .
      « … je soupçonne que ce caillou dans la rangers américaine pour la libération de Mossoul soit concerté avec l’ami russe. »
      Je partagerai votre soupçon si Erdogan parasite délibérément la libération de Mossoul comme il aura parasité, cette fois en concertation avec Poutine et Assad, les opérations qui voyaient les FDS se rapprocher de Raqqa et fermer le frontière turque à daech.
      .
      Mais plutôt que jouer le rôle de parasite de la coalition en Irak, je pense tout au contraire que la Turquie a réellement l’intention d’impliquer ses forces terrestres dans la libération de Mossoul qui sort justement du champ territorial kurde en Irak:
      Les kurdes bloqueront d’éventuelles tentatives de retraits des daechiens en direction du Kurdistan irakien, mais ne participeront en tout cas pas massivement à la libération de Mossoul.
      .
      La Turquie s’impliquant dans la libération de Mossoul et même éventuellement de Raqqa faisant d’elle un des acteurs majeurs de la défaite de daech, ne fera que contribuer à légitimer sa revendication de « zone tampon » de 100 km à partir de la frontière turque.
      .
      Poutine et Erdogan suivent leur agenda respectifs : des bases en Méditerranée et un accès aux « mers chaudes pour la Russie » , le contrôle du Kurdistan en Syrie et Irak pour l’autre avec des annexions territoriales qui ne diront évidemment jamais officiellement leur nom.
      .
      Alors face à ce retrait du guignole Obama, qui s’oppose à cette présence turque en Irak au delà de Bagdad ?
      De la même façon face à la duplicité de Poutine, qui s’oppose à la présence turque en Syrie au delà de Damas ?
      .
      – Téhéran, car seuls les iraniens mesurent les conséquences à moyen-terme de cette présence turque qui voit Erdogan reprendre à son compte l’étendard du sunnisme détenu par daech.
      Il y a une réalité qui a tendance à sortir des écrans radars de la presse, c’est que bien avant les USA, Téhéran reste le premier allié de Bagdad:
      On oublie un peu facilement les pasdarans combattant auprès des milices chiites irakiennes qui elles aussi envoient des troupes auprès d’Assad.
      .
      – Moscou entretient également depuis le début du conflit une coopération militaire avec Bagdad en concertation avec Téhéran:
      http://www.opex360.com/2014/07/03/liran-aurait-envoye-des-avions-dattaque-au-sol-su-25-en-irak/
      .
      Ce sont autant de raisons pour lesquelles il est prématuré de privilégier une concertation Poutine-Erdogan sur les projets turcs en Irak.
      Ne perdons pas de vue l’axe Bagdad-Téhéran-Damas-Moscou face à un Erdogan qui entende bien réunir turcophones, arabes et même kurdes sous l’étendard du sunnisme.
      Notons que l’armée turque en Irak cherche à réduire l’influence marxiste et communiste des mouvements kurdes liés au PKK, au profit de mouvements kurdes irakiens mettant en avant leur culture sunnite.
      .
      D’ailleurs les atermoiements et l’éventuel retrait US de la région pourraient très bien consacrer la Turquie comme acteur dominant de la région.
      Mais est-ce vraiment ce que veulent Moscou et qui plus est Damas, Bagdad et Téhéran ???
      .
      Qui dit zone de contrôle turque en Syrie, dit sanctuaire et zone de refuge pour la rébellion anti-Assad.
      La Russie puissance déclinante nostalgique de l’URSS, n’a pas les moyens militaires de faire face aux mouvements sunnites et à l’armée turque en Syrie.
      Ce n’est pas Poutine qui est déjà incapable de mener une offensive terrestre à Raqqa, qui attaquera les positions turques en Syrie, même si elles abritent les opposants qui combattent Assad.
      .
      Poutine s’enlise dans un véritable bourbier dont il ne sortira qu’en négociant le retrait d’Assad avec l’opposition syrienne pour éventuellement conserver ses bases en Syrie.
      .
      Dans ce jeu de dupes russo-turc, Poutine se révèle de plus en plus être le dindon de la farce qui jour après jour se fait profondément farcir par Erdogan.
      .
      À l’inverse la prise main turque d’une victoire terrestre contre daech en Irak et en Syrie, confortera également les américains dans leurs éventuels projets de retrait de la région…
      .
      Poutine c’est ce larbin (finalement pire que Hollande) qui s’est excusé auprès d’Erdogan quand les turcs avaient abattu un Su-24 russe en Syrie.
      Poutine avec ses mises en scène de judoka ou de joueur d’échec devenu lèche-cul d’Erdogan est la risée du monde entier.
      L’opposition Reagan/Gorbatchev avait quand même plus de gueule que ce duo de guignols Poutine/Obama…
      Tout comme Tatcher, Mitterand et Kolh étaient également plus crédibles que Cameron, Hollande et Merkel…

      • jyb dit :

        Oui, il est clair que erdogan et poutine sont les hommes forts du moment.
        Mais je ne crois pas qu’erdogan soit suffisamment fort pour aller jusqu’à mossoul.
        L’irak et la coalition ne le veulent pas ; et se lancer dans une telle aventure militaire avec une quasi guerre civile dans certaines régions, des troupes engagées en Syrie et au sortir d’ un coup d’état serait audacieux voir téméraire.
        Erdogan donne un coup de sonde. Ses troupes resteront dans le kurdes tant pro barzani; c’est déjà une victoire. Et en prime il joue sur les oppositions internes des kurdes.
        N’oubliez pas pas que Ankara fait aussi partie de l’axe damas Moscou Téhéran.
        Cette situation est pour moi la plus équilibrée pour ces 4 protagonistes. Et s’ils trouvent entre eux un point de convergence, il n’y aura plus grand mondes pour contrecarrer leur plan.
        Je note une inflexion du discours d’erdogan depuis le putsch manqué. Les références sont plus nationalistes que religieuses. Pour caricaturer j’entends plus le sultan ottoman que le commandeur des croyants sunnites.

        • Zayus dit :

          @jyb:
          .
          Si l’Irak et la coalition dissuadent Erdogan de pousser ses pions sur Mossoul, une partie de mon commentaire qui s’appuie sur cette supposition devient de facto caduque.

        • fraisedesbois dit :

          « Je note une inflexion du discours d’erdogan depuis le putsch manqué. Les références sont plus nationalistes que religieuses. Pour caricaturer j’entends plus le sultan ottoman que le commandeur des croyants sunnites ».
          —————————————
          Tout de même:
          « …cette présence militaire turque en Irak vise à entraîner des « volontaires irakiens sunnites » (…) l’offensive, qui encore en cours de préparation, devrait « être menée uniquement par ceux qui ont des liens ethniques et religieux avec la ville, et non pas par les milices chiites ou rebelles kurdes du YPG. » »
          Je ne sais pas ce qu’il vous faut! 🙂
          Mais ne déconnons pas: l’un n’empêche pas l’autre, au contraire.
          Le nationalisme s’appuie sur le confessionnalisme, et celui-là légitime le premier.
          .
          J’ai l’impression que les plans d’Erdogan en Irak actent une tripartition de ce pays: une zone kurde, une zone chiite (sud) et une zone sunnite, nord, capitale Mossoul, zone sous « protectorat » turque.
          .
          Imaginons l’armée turque massivement installée au nord de l’Irak (suite à sa participation à la reprise de Mossul), Erdogan pourrait ensuite foncer sur Raqqa depuis le nord (sa frontière Turquie/Syrie) ET depuis sa position en Irak. Tenaille 🙂
          .
          Les monarchies du Golfe seraient ravies.
          Les US lui laisseraient-ils la bride?
          Que pourraient faire les iraniens? [l’arc chiite serait brisé]
          .
          Question: L’armée turque est-elle assez puissante?

          • jyb dit :

            @fraise des bois (merci )
            @ zayus
            ouaou!!!
            effectivement là, c’est du lourd et c’est assez contradictoire d’avec son intervention devant le parlement et son concept de « turquité ».
            et au dernière nouvelle seul le qatar gardait une certaine proximité de vue avec la turquie. Les pays arabes dans leur grande majorité gardent une certaine méfiance à l’égard des turcs ( en particulier les libanais, les syriens et les saoudiens)
            Je crois que la situation intérieure est plus fragile que ce qu’en disent les médias. je mettrais ce soir une video d’une ambuscade kurde en turquie, c’est une guerre civile. Ce qui m’incite à penser que l’aventure militaire turque hors de ses frontières est risquée. Mais erdogan comme poutine ont des certitudes sur leur puissance qui est plus un problème d’ego que de lecture geostrategique. Et au final rien n’est plus étonnant.

          • jyb dit :

            la prise de mossoul est bien dans les tuyaux depuis un moment. Les kurdes en sont un des piliers pour toute la partie nord et nord est. Il est exclu que la stratégie change à quelques jours du début de l’offensive pour laisser la place aux turcs contre l’accord de la coalition et des irakiens.

      • jyb dit :

        Pour le cas poutine vous y allez fort et vite. Peut être un peu trop vite.
        La coopération Bagdad,Moscou,damas,Téhéran march plutôt bien.
        Ajoutez Ankara à cet axe, ça tient toujours la route.
        Tel aviv ,le caire,Ryad,mascate ,doha et j’en passe ; la Russie a pris langue avec tout les acteurs de la région de façon assez constructive ce qui tranche avec ses coups de menton menaçant que nous constatons sur d’autres théâtres.
        Aussi je ne pense pas que la Russie soit sur la pente déclinante, elle est sur une pente glissante mais « jusqu’ici » elle ne tombe pas. Et je me méfie de tout ces coups de pression qu’elle impose à l’otan et qui enfume l’espace, pendant qu’en sous main sa diplomatie conventionnelle tisse sa toile.

        • jyb dit :

          bref, je trouve que cette agitation russe en europe du nord, c’est une diversion, et que la vraie partie se déroule au pomo et en asie centrale.

        • Zayus dit :

          @jyb:
          « La coopération Bagdad,Moscou,damas,Téhéran march plutôt bien.
          Ajoutez Ankara à cet axe, ça tient toujours la route. »
          .
          Oui, et bien relisez simplement le titre de cet article…

      • Datamo dit :

        Bossuet disait : « le plus grand dérèglement de l’esprit consiste à voir les choses telles qu’on le veut et non pas telles qu’elles sont ».
        Cette pénible litanie que vous nous servez à propos de Poutine (dindon , larbin , léche cul etc..) révèle plus vos souhaits contrariés qu’une réalité factuelle.
        Les outrances desservent toujours les sujets qu’elles prétendent défendre.

  2. jyb dit :

    hs sur la situation en irak :
    1 daesh a mené une contre attaque qui a échoué à qayyarah. La tactique utilisée est la grande classique daesh (vbied+infanterie méca) 3 vbied ont été utilisé, les deux premiers ont frappé les défenses irakiennes, le troisième devait détruire l’objectif. Des morts des 2 cotés mais pas de bilan officiel et on ne connaît pas l’objectif visé. On garde à l’esprit que les batteries CAESARS sont précisemment à cet endroit !
    2 l’élimination des cadres de daesh se poursuit. 4 ou 5 cadres ont été executé depuis une semaine dont le responsable des « traitres »
    http://en.alalam.ir/news/1868771
    3 résultat : folie paranoiaque à Mossoul. daesh interdit les postes radio, les telephones mobiles, les photos…les contrevenants sont executés en public dans une sauvagerie jamais atteinte.
    4 les us considérent que la bataille de Mossoul commencera entre le 15 et le 20 octobre.

    • Khay dit :

      Infanterie méca, infanterie méca… c’est du motorisé grand max en étant miséricordieux.

      • jyb dit :

        C’est plus dans la manœuvre, articulation infanterie/infanterie méca que dans le matériel à proprement parlé qu’il faut voir la chose.
        Dans le m^me esprit une préparation d’artillerie c’est bien souvent des tirs de mortiers et quelques coups de spg-9 avec des munitions locales…

  3. Thaurac dit :

    les trouoes turques sont à Bashiqa à la demande de Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien. « Les soldats turcs resteront sur place pour garantir la stabilité des équilibres démographiques dans la région », a-t-il même assuré.
    Un air de déjà vu en ukraine, crimée, géorgie, ce sont des bons élèves!
    Je serais curieux de voir qui émettra son veto pour le départ des forces turques, s’il y a un vote à l’onu?

    • jyb dit :

      en tout cas le porte parole de la coalition le colonel us john l.dorrian vient de déclarer que la turquie sur le sol irakien ne faisait pas partie de la coalition et ne prendra pas part aux operations de luttes contre daesh.

    • Zayus dit :

      @Thaurac:
      .
      « …les trouoes turques sont à Bashiqa à la demande de Massoud Barzani,… »
      .
      Disons plutôt que le projet turc de « zone de contrôle » (la fameuse « bande de 100 km »…) du Kurdistan irakien et syrien, reste la première motivation qui a vu des troupes turques déployées en Irak à l’initiative d’Erdogan plutôt qu’à la demande de Barzani qui n’y est évidemment pas opposé puisque ça renforce sa position dans le Kurdistan irakien…

      • Thaurac dit :

        ça ne répond pas à ma question.
        Je ne sais pas faire les « ç » majuscules 😉

        • Zayus dit :

          Je ne crois pas que Poutine irait jusqu’à mettre son veto à demande de départ des troupes turques d’Irak formulée par Bagdad auprès de l’ONU…

  4. Lagaffe dit :

    Le 1er octobre, le Parlement turc a adopté une motion autorisant l’armée à mener des opérations en Irak et en Syrie pendant un an de plus, jusqu’à fin octobre 2017.
    Le texte donne au gouvernement les moyens d’intensifier son engagement militaire dans ces deux pays afin de participer à la reconquête de Mossoul et Raqqa. Ankara estime avoir des droits historiques sur Mossoul près de laquelle elle a installé une base à Bachiqa : Selon les médias turcs, quelque 2.000 soldats turcs sont déployés en Irak, dont 500 à Bachiqa où ils entraînent des volontaires irakiens sunnites.
    On n’est pas prêt de voir les turcs quitter la Syrie et l’Irak !

  5. retraité dit :

    Bonjour jyb,
    Qu’entendez vous par infanterie méca ? Je pensais que la « monture » principale était le pickup depuis pas mal de temps.

    • jyb dit :

      le pick-up armé ( que les initiés appellent « technical » ça jette plus ) c’est avec la moto la plus petite unité motorisée. Mais daesh en syrie et surtout en irak utilise beaucoup de petit camion blindé artisanalement comme transport de troupe, ainsi que des minibus. C’est le règne du système D mais ça reste redoutablement efficace.
      Les vrais blindés de transport sont « réservés » aux attaques suicide.
      memento : en 2014 daesh a récupéré au moins 4300 véhicules quasi neuf après la débandade de l’armée irakienne.

  6. Noumak dit :

    Donc quand un avion russe franchit la frontière turque il est abattu par contre cette même armée se permet de larges incursions et installations en territoire syrien et irakien.

    • batgames dit :

      oui ,c’est curieux !mais c’est habituel maintenant il n’ a plus de pays ni de frontières et je doute que l’irak et la syrie retrouveront leur intégrité du départ

    • Lagaffe dit :

      oui mais c’est pas pareil : Poutine et Erdogan se font des bisous maintenant !

    • Nico St-Jean dit :

      La différence est que l’Irak n’a ni les moyens ni l’ambition et la sécurité pour pouvoir effectué un tel acte. Alors que la Turquie en terme de puissance est situé autours du 10e rang mondial avec des liens solides avec l’occident (OTAN)
      .
      Déjà, pour que l’Irak abatte un F-16 turc il faudrait au moins qu’elle ai l’équipement et le personnel pour le faire …

  7. batgames dit :

    pour se reconnaître entre eux là bas tous ces dingues …de dieu ,ils mettent leurs fourragères ou bien un warning ,bleu ,vert ,jaune ,rouge ??

  8. Thaurac dit :

    Attention, les USa, ou plutot l’armée se rébiffe, et ça vient de haut
    « NOUS VOUS DÉTRUIRONS ». Mark Milley, chef d’état-major de l’armée américaine, lance une menace terrifiante à la Russie sur fond de crise syrienne, et avertit: « Nous vous battrons n’importe où, n’importe quand. »

    https://www.thesun.co.uk/news/1921458/us-army-chief-mark-milley-fires-terrifying-threat-to-russia-over-syria-and-warns-well-beat-you-any-where-any-time/
    « ..THE US Army’s chief commander has fired a thinly-veiled threat at Russia and warned: “We will beat you harder than you have ever been beaten before.”

    Chief of Staff General Mark Milley pulled no punches following a fiery war of words between Moscow and Washington DC over the Syria crisis. »
    Relevé :Nous vous battrons d’une façon dont vous ne l’avez jamais été avant!

    • Vince dit :

      Sérieux, ils en sont là ? Ils n’ont plus que la rodomontade ? Ca montre bien à quel point ils ont perdu confiance en eux et en leur force (l’Irak et l’Afghanistan, la Syrie sont passés par là), et à quel point ils ne se font plus respecter depuis la chute du Mur. Ce genre de speech donne plus l’impression d’un général débordé, dépassé par les événements et la nouvelle donne mondiale.

    • Lagaffe dit :

      The Sun est connu pour mettre des gros titres sur des petites phrases, ça leur fait vendre du papier !
      Mark Milley a fait une déclaration devant un parterre de militaires au meeting annuel de l’US Army alors forcément c’est du style « on va foutre la pâtée à nos ennemis ! ». Bref, ça va pas plus loin que la déclaration patriotique habituelle.
      En plus le reste du discours a égrainé la liste des problèmes rencontrés par l’US Army alors que le contexte mondial est plutôt compliqué avec la crise en Syrie, en Ukraine, en mer de Chine, etc… et des ennemis rattrapant leur retard technologique.

    • Nico St-Jean dit :

      Oui ça commence à chauffer entre les deux là .. Les américains sont furieux des massacres commis en ce moment même depuis 1 mois sur Alep Est ou plus du 1/3 des victimes sont des enfants et plus du 2/3 sont des civiles n’ayant rien à voir avec la guerre .. Les gentils russes dans toute leurs bonté.

      • Datamo dit :

        Nico,
        On sait bien que plus c’est gros plus ça passe , mais enfin….
        Les US se foutent des enfants syriens ( ou des enfants irakiens ) comme de leur premier nugget. Pour vous rafraichir la mémoire , repassez vous madeleine albright et son « ça valait le coup » à propos de l’embargo qui avait causé la mort d’un demi million d’enfants irakiens.

  9. Patrick dit :

    Le gouvernement irakien n’a plus aucune autorité pour demander le départs des turcs , ce gouvernement porte sous sa responsabilité l’apparition de daesh et son renforcement.
    C’est l’armée irakienne qui est en partie responsable de l’équipement militaire de daesh après avoir fui sans combattre voilà que le gouvernement irakien voudrait se mesurer aux militaires turcs qui sont prêt à attaquer le fief de daesh sans aucune aide internationale.
    Quand j’ai lu cette fumisterie des autorités irakiennes je me suis posé la question mais pourquoi n’ont ils pas fait ce genre de coms avec l’invasion de daesh sur ses territoires.
    On peut voir la chose ainsi l’Irak et son gouvernement hébergent sur leurs sol tous ces terroristes et les soutiennent indirectement en leurs fournissant des armes.
    Même si la Turquie désire une extension d’une zone de sécurité en territoire syrien ou irakien elle le fait dans l’intérêt de sa population.
    Je penche plutôt pour une rivalité sunnites chiites ces derniers étant majoritaires au gouvernement irakien ne voient pas d’un bon oeil les turcs sunnites ainsi que leurs alliés kurdes.
    Dernier point Barzani et les kurdes ne sont pas sous tutelle de Bagdad depuis le temps qu’on leurs promet un pays et un territoire.

  10. Albatros24 dit :

    Le Grand Turc est de retour
    Ça va être difficile de le faire partir maintenant.
    La dernière fois qu ils sont venus dans la région, ils ne sont partis que raccompagnés par les anglais…