Le tir d’un missile balistique russe « Boulava » s’est encore soldé par un échec

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

95 contributions

  1. Patatra dit :

    Au moins, le jour ou cela fonctionnera, tout le monde sera au courant…. C’est bien le but de ces essais 😀

  2. wrecker47 dit :

    Les Allemands aussi à Penemüde ont eu des déboires avec leurs propres V2 ,V3 !

    • Zayus dit :

      Oui, et on a vu où ça les a mené 😉 !

    • Il dit qu'il voit pas le rapport. dit :

      Le V2 a peu de point commun avec un missile ballistique mer/sol à tête nucléaire. Et le V3 en a encore moins.
      Arrétez de poster pour poster, on a bien compris que vous étiez un fidèle du site.

  3. HTK dit :

    Roulette Russe nouvelle génération.

  4. MarcFan dit :

    Pourquoi la royal navy utilise-t-elle un missile américain (trident) alors qu’elle avait développé le Blue Streak dans les années 70 ?
    Si la dissuasion est souveraine n’est ce pas contre-productif d’avoir recours à un missile étranger, fut-il d’un pays allié ?

    • MD dit :

      Le Blue Steak de De Havilland s’est révélé être trop coûteux. Il a été surtout aussi jugé trop vulnérable à une frappe préventive ennemie. Ses moteurs fonctionnent en effet avec du kérosène (20 tonnes) et de l’oxygène liquide ( 60 tonnes) , ce qui n’est pas ce qu’il y a de mieux pour un usage militaire, surtout sur un navire et à plus forte raison dans un sous-marin.
      En mettant ces missiles dans des silos, comme cela a été proposé , ces missiles n’auraient pas supporté une explosion à 800 m de distance. Il fallait de plus des délais inadmissibles de 30 secondes pour une mise à feu. Enfin la réalisation de silos adaptés au Blue Steak a été jugée trop complexe et trop coûteuse .
      Après l’abandon de son usage militaire , le Blue Streak a été proposé comme étage terminal de la fusée européenne Europa. Il aurait pu jouer ce rôle civil , mais l’Europa a été abandonné par la suite.
      Pour le remplacer dans son rôle militaire , les Britanniques ont alors placé tous leurs espoirs dans le missile ALBM Skybolt , qui devait être lancé par leur bombardiers  »V ». Ce programme devait être réalisé en commun avec les Américains. Cependant les essais réalisés par ces derniers ont essuyé plusieurs échecs. L’USAF a trouvé trop onéreux de poursuite ce programme . L’autre raison pour laquelle les stratèges américains ont changé d’avis et décidé d’abandonner le Skybolt est que les résultats des essais des premiers missiles à moteur à propergols solides tirés par sous- marins se sont révélés très concluants. Militairement , ils étaient plus intéressants . Ils promettaient aussi et surtout d’être financièrement plus abordables.
      À l’époque, le lâchage des Américains avait provoqué une tempête politique au Royaume Uni. L’opposition travailliste ne s’était alors pas privée de critiquer vertement le pouvoir conservateur pour l’échec de  »sa » politique de dissuasion nucléaire indépendante , en oubliant d’ailleurs au passage que le Skybolt, s’il avait réussi, aurait été anglo-américain .
      Mis devant l’évidence du fait qu’ils n’étaient techniquement pas capables de construire seuls un missile nucléaire de moyenne portée , qu’il soit aéroporté ou basé au sol, les Britanniques se sont reporté alors sur un missile embarqué sur sous-marin et décidé d’acquérir des Polaris américains car ils n’avaient aucune autre solution à leur portée . Les Américains ont accepté de fournir les missiles, tubes et lanceurs par l’ accord de Nassau du 22/12/1962, tandis que les Britanniques y adapteraient leurs propres ogives nucléaires et construiraient les sous-marins. Les Américains exigeaient cependant des assurances quant à l’emploi que les Britanniques feraient éventuellement de ces missiles, mais n’ont aucun droit de veto si les Britanniques décidaient d’utiliser leurs armes nucléaires. L’accord de Nassau a été transformé ensuite en  »Polaris sale Agreement » ( 6/4/1963) qui a servi de modèle plus tard pour l’acquisition des Trident II en mars 1982.
      En définitive, plutôt que de dire comme on l’entend souvent , y compris ici, que le Royaume Uni s’est mis sous le joug américain, renoncé à son indépendance nucléaire et mis sa force de frappe sous le commandement du Pentagone, il vaut mieux se rapporter aux faits . Ils sont simples. Historiquement , dans les années 60, le gouvernement et l’état-major du Royaume Uni se sont trouvés confrontés brutalement au déclin de leur industrie aéronautique et spatiale . Après tous leurs déboires qu’ils ont subi , ils n’ont trouvé comme solution que des sous-marins lance-missiles, qu’ils étaient au moins capables de construire et ces Polaris malheureusement étrangers.
      Quelle autre solution pouvaient ils pu trouver à l’époque?
      S’associer à la France , comme le leur proposait De Gaulle ? Et se lancer dans une aventure incertaine avec les Français qui, à l’époque, n’avaient ni sous-marin ou navire à moteur nucléaire, ni missile pouvant être tiré sous l’eau , et qui n’avaient encore pas montré tout ce qu’ils étaient capables de réaliser ? C’était demander beaucoup trop à un peuple traditionnellement prudent et pragmatique, qui n’avait pas apprécié de voir toutes les sommes gaspillées pour rien jusque là pour assurer sa défense.

      • Zayus dit :

        @MD:
        Le « Blue Streak » britannique utilisé comme premier étage de la fusée européenne « Europa » vit son exploitation abandonnée pour le lanceur « Europa 2 », tout simplement parce que ses performances étaient insuffisantes, notamment en terme de charge utile.
        Car les étages supérieurs d’Europa 2 devenaient plus lourds pour une exploitation commerciale qui vise à mettre en orbite des satellites également plus lourds…
        .
        « Europa 2 » fut abandonnée suite à l’échec de 1971 qui remit en question le question ce lanceur.
        « Europa 3 » fut abandonnée au profit du nouveau projet européen « Ariane » qui reprendra cependant le premier étage du projet « Europa 3 ».

  5. Luc dit :

    Petite question pour les experts fréquentant ce blog: qu’advient-il des têtes nucléaires si le missile s’auto-détruit? Elles explosent? Elles tombent au sol? Si oui, des mécanismes de mise hors services existent-ils ou bien en théorie « n’importe qui » peut les récupérer?

    • Nico St-Jean dit :

      Chaque ogive peut être désarmé à distance missile en vol ou pas, personne d’autre que le pays « tireur » ne pourrait les réarmé. Par contre si l’ogive est récupéré au sol par une force hostile, ils peuvent toujours en retiré le plutonium et l’uranium de qualité militaire dans le but de l’étudié ou le revendre sur le marché noir.

    • vachefolle dit :

      il n’y a certainement pas de charge nucléaire dans ces missiles de test

    • Aute dit :

      Je pense que dans le cas d’un essai les têtes sont inertes mais pour une vrai tête c’est une bonne question.

    • wagdoox dit :

      théoriquement les détonateurs explosent en vole mais pas de façon simultanée ne déclenchant pas la réaction. Laissant juste la matière fissile tombée. le premier sur place peut récupérer en sachant que c’est lourd et surtout radioactif donc à manipuler avec protection et précaution (donc pas n’importe qui).

    • Rafi dit :

      Ce ne sont pas de vraies tête nucléaire pour ce genre d essais. 🙂

    • revnonausujai dit :

      sans être un expert, on peut raisonnablement penser que, lors des essais, les têtes nucléaires sont remplacées par de l’inerte.

    • Jeb Stuart dit :

      Quand on fait un tir d’essai, il n’y a pas de tête nucléaire !

    • Patatra dit :

      Considérant que les missiles d’essais soient inertes…. Le jour ou un missile armé est lancé… la dernière considération du monde sera de savoir ce que sont devenus les 4 ou 5 de la salve qui se sont autodétruits ^^
      ça peut paraitre ironique, mais je pense que le raisonnement se tient

      • tintouin dit :

        Comme de savoir ce que deviendront les équipes des SNLE, qui auront sans doute échappé à l’apocalypse nucléaire après l’avoir déclenché sur ordre, abrités au fond de l’Océan?
        Repeupler le monde ? Un scénario hollywoodien.

        • Alpha dit :

          « Repeupler le monde ? »
          Ah, c’est pour çà qu’on commence à voir des femmes dans les sous-marins ??? … 🙂 Non, parce que jusque ici, pour repeupler le monde, compter sur les sous mariniers, c’était pas gagné !!! … 🙁

          • ScopeWizard dit :

            C’était effectivement loin de l’être !
            Il est sûr qu’avec quelques unes de ces dames dans le submersible , le repeuplement éventuel du monde va s’en trouver grandement facilité ! 😀

          • ScopeWizard dit :

            C’est vrai qu’ Hidalgo a suggéré d’ équiper les sous-marins à venir d’un bloc maternité ?
            Cette gonzesse , c’est Supergirl , quelle vista !!
            Allo ? 😉

      • ScopeWizard dit :

        Flash Spécial :

        « et voici mesdames et messieurs les dernières nouvelles concernant l’holocauste nucléaire en cours actuellement dans notre si beau pays …  » 😉

    • Zayus dit :

      @tous:
      .
      France comprise, ces essais de missiles nucléaires se font aussi (pas systématiquement…) avec des têtes nucléaires qui ne seront évidemment pas actives.

      • Jeb Stuart dit :

        Si vous entendez par tête nucléaire des engins d’essai qui contiendrait des éléments radioactifs, cela semble hautement improbable !
        Vous dissémineriez à chaque fois ces éléments radioactifs sur les lieux de retombées probables du missile, sans compter les incidents amenant à sa destruction ou autodestruction à un point de sa trajectoire.
        Pour la France, c’est en tout cas la doctrine officielle :
        http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/missile-detruit-lors-d-un-d-essai
        C’est aussi une question de bon sens et d’économie de la matière fissile, pourquoi en perdre alors que leur présence n’amène rien au test de l’engin porteur.

        • Zayus dit :

          Jeb Stuart:
          .
          Votre lien ne renvoie à aucune doctrine officielle en ne faisant que relater l’essai manqué du M-51 de 2013…
          .
          Entendez que tout nouveau missile est essayé en condition quasi-opérationnelle depuis un SNLE.
          « Quasi-opérationnelle » car il n’est évidement pas question de les faire exploser avec leur charge.
          .
          Ce qui en soit ne représente que très peu de missiles: 1 par nouvelle version pour la validation finale de toute nouveau missile (M1, M2, M20, M4, M45, M5/M51) ou nouvelle version ( M4-A, M4-B, M51-1, M51-2 et M51-3 ) qui doit écarter tout risque de disfonctionnement.
          Les têtes nucléaires pouvant aussi être récupérées, ce faible nombre rendent caduques vos arguments économiques et écologiques…

          • Jeb Stuart dit :

            Par bêtise ou mauvaise foi, vous niez toujours les faits. Le lien que je donne précise bien « Comme toujours, cet essai a été effectué sans charge nucléaire. ». Voila, c’est clair.
            Pour le reste, donnez nous vos sources qui vous permettent de prétendre que des essais sont menés avec de réelles têtes nucléaires. Arrêtez de nous raconter des histoires sorties de votre imagination.
            Et non merci, pas wikipédia ou des sites conspirationnistes, réservez ça aux enfants.

  6. Dudule dit :

    Je n’ai jamais compris pourquoi les russes ont autant de mal à s’améliorer sur le contrôle qualité. Ils possèdent une industrie pointue mais entâchée par toutes ces défaillances et ces défauts d’usinages/production etc… Est-ce que c’est lié à un manque de moyen financier ou à une conception archaïque de l’outil industriel ?

    • Aute dit :

      Le problème c’est la vodka.

    • wagdoox dit :

      ils sont du mal avec les normes.

    • Olivier dit :

      à voir les chutes d’avions civils en Russie ou les statistiques des avions de l’armée de l’air indienne équipée d’avions russes, il y a de gros problèmes de fiabilité des avions russes en général.

    • Waernuk dit :

      La qualité, il ne suffit pas de la vouloir pour l’avoir 🙂
      Il y a toute une notion de savoir-faire, de formation, d’expérience aussi, qui s’acquière avec le temps et les projets.
      .
      Avec les déboires économiques dont peine à se sortir la Russie depuis sa renaissance, nombreux sont les héritages soviétiques qui n’ont pas encore été dépassés et oubliés. Les matériels en témoignent, le tissu industriel également.
      .
      La France se serait placée dans une situation similaire si elle avait, par exemple, produit elle-même le remplaçant du Famas ; quand on a plus le tissu industriel requis, injecter de l’argent ne suffit pas.

    • L'autreTom dit :

      La qualité, ce n’est pas seulement une démarche industrielle. C’est quasiment un projet de société, basé sur une culture de rigueur personnelle et de rationnalité scientifique.

      Vous ne pouvez pas demander à un ouvrier d’être rigoureux dans le réglage de sa machine-outil si par ailleurs les services publics dont il bénéficie sont défaillants, s’il subit une corruption généralisée, si la classe politique de son pays s’organise une vie de république bananière.

      Pourquoi ferait-il cet effort si autour de lui personne d’autre ne le fait ?

      Un pays comme la Russie ne peut donc pour l’instant pas produire quelque chose de correct. À l’inverse, vous remarquerez que les pays réputés pour la qualité de leur production industrielle (Allemagne, Suisse, Scandinavie) appliquent cette rigueur à tous les étages : Depuis la qualité de leur fonctionnement démocratique jusqu’à la propreté de leurs WC publics.

  7. Alpha dit :

    Ppppffff !!! … De la DE-SIN-FOR-MA-TION on vous dit !!!… 🙂

  8. fraisedesbois dit :

    « … Autant dire que, en matière de dissuasion nucléaire, où l’on vise évidemment le 100% de réussite, ces échecs font désordre…. »
    ——————-
    « roulette russe », j’aurais dit…

    • wagdoox dit :

      enfin meme en France on est à 9/10 alors qu’on a si peu de missiles alors les USA sont également très loin du 100%. De mémoire 6/10. La Russie dans les années 90 était à 4/10.
      Le problème c’est qu’apparemment c’est un missile « neuf » (à comparer au missile US).

      • Auchat dit :

        Les US en sont à 157 lancements d’affilée du Trident II D5 réalisés avec succès, dont beaucoup de ces lancements en salve… Objectivement j’appellerai cela du 100%.

    • Rémi dit :

      Je voulais justement taper sur cette phrase.
      Pour celui qui est du coté receveur, que le missile ne soit pas à 100% de fiabilité ne change rien ce qui compte c’est si oui ou non une tête finira par l’atteindre et ca ca peut être obtennu par simple redondance.
      C’est le genre de pensée que nous fourgent les industriels de l’armement pour vendre plus cher.
      Après, c’est un calcul: Plus moins fiable ou moins fiables.

  9. fraisedesbois dit :

    « …l’hypothèse de l’échec du second missile ne serait pas lié à la conception du Boulava mais à des défauts de fabrication ou un manque de contrôle qualité….. »
    ——————–
    … causés par des agents infiltrés de l’occident dégénéré et dévirilisé.

    • lym dit :

      Les russes semblent surtout infiltrés par Elon Musk/SpaceX, fournisseur des plus grosses fusées d’artifice du monde!

    • Olivier dit :

      oui ça doit etre de la faute des occidentaux. Et des US en particulier

  10. nestor lelong dit :

    Vos ne nous parlez plus, M. LAGNEAU, des déboires du F35. Le dernier article traitant de ce suje date de début 2011. Or, il ya tant à dire à ce sujet…

    Ce blog aurait-il pris le large… direction l’ouest ?

  11. Erig Le Brun de La Bouëxière dit :

    J’étais aux premières loges quand notre avant-dernier essai de M51 s’est soldé par un joli feu d’artifice au dessus de la Baie d’Audierne…

    • Frédéric dit :

      Et cela avait fait les choux gras ici. Mais on n’a eu qu’un seul echec sur combien de tir ? 😉

      Sinon, il faut rappeler que les premières générations de missiles balistiques n’étaient pas fiable du tout. Voir le Polaris A1 qui n’atteignait sa cible qu’une fois sur deux avec des bombes H qui n’explose qu’une fois sur 4.

      • Patatra dit :

        Et puis même comme les russes, si on balance la sauce… on envoie tout, non ?
        Si 4 missiles sur les 16 se foutent à la baille il en reste 12 avec plusieurs têtes …. uh uh uh ça en fait de la cible a traiter.

    • Zayus dit :

      Le tir de mai 2013 du M51 n’était pas l’avant dernier essai, il y eu deux tests réussis depuis…

    • Zayus dit :

      Nous avons 3 échecs sur 18 tirs du Boulava contre 1 échec sur au moins 8 tirs du M51.

  12. AdM dit :

    « L’autodestruction d’un missile se fait en général lorsqu’il dévie fortement de sa trajectoire, à cause de problème de son autodirecteur ou d’une défaillance moteur. »

    Il y a un autodirecteur sur ce type de missiles?

    • Dudule dit :

      Si je ne me trompe pas c’est obligatoire pour un missile dont les coordonnées de mission sont pré-rentrées….

    • Nenel dit :

      Navigation inertielle et astronomique sont les principaux autodirecteur des missiles intercontinentaux.

    • James dit :

      Comme son nom l’indique, ça permet au missile de se diriger à l’endroit désiré, que ce soit programmé à l’avance ou en détectant en direct
      Même les V2 avaient déjà un tel système

    • v_atekor dit :

      Non, on le tire dans une direction, et on espère que le vent ne le fera pas dévier. Plus sérieusement, ça tien plus du pilote automatique que de l’autodirecteur.

    • Olivier dit :

      non c’est un pigeon voyageur qui le guide.

  13. aleksandar dit :

    Sourire, et c’est écrit dans la Pravda ?
    Je croyais que Poutine contrôlait tous les médias russes…..
    Faut que j’appelle Wlad d’urgence, ça fait désordre cette histoire…….:)

  14. nestor lelong dit :

    Pourquoi ne traitez donc vous pas sur votre blog des derniers déboires du zumwalt ? http://abcnews.go.com/US/wireStory/navys-newest-destroyer-remain-virginia-repairs-42243204

    • Laurent Lagneau dit :

      @ nestor lelong,

      Parce que 8 sujets traités rien que pour hier…

    • Zayus dit :

      @nestor lelong:
      .
      Pourquoi ne créez-vous pas votre blog ?
      Essayez et constatez que c’est facilement accessible à tout le monde, vous compris.

    • lanoline dit :

      Pourquoi ne vous excusez vous pas d’avoir sous entendu que le blog était pro-US et partial au sujet du F-35 ?

  15. Matthieu dit :

    MarcFan > les Britanniques ne sont plus indépendants dans beaucoup de domaines, comme la dissuasion et le renseignement.

    Bon, bah sinon ça fait une confirmation de plus que quand on abandonne une capacité (en l’occurrence les missiles balistiques à cause de la chute de l’URSS), c’est extrêmement coûteux de récupérer les compétences… J’espère qu’on le notera pour nous :/

  16. Thaurac dit :

    Ils vont le rebaptiser Le Boulavapas

  17. nonmaisdisdonc dit :

    Soyons correct et juste c’est un « demi echec » puisque sur deux missiles, seul un a fait défaut, l’autre ayant fait le job correctement et ce tir intervient a la suite de précédent tirs qui ont fonctionné – Difficile de tirer trop de conclusions cela doit être du 100% pour être crédible et ne nous y trompons pas, ils réussiront même si cela commence a être long et a faire un peu désordre.

    • Zayus dit :

      @nonmaisdisdonc:
      .
      Sur les lanceurs type Ariane ou Soyouz, tout tir qui se conclu par une explosion est désigné comme un « échec ». Et sur une Ariane qui explose on parle pas d’un « demi-échec » ou d’un « x ème % d’échec » de l’échec à 100% du tir en question.
      .
      Dites plutôt que cet échec à 100%, ne remet cependant pas en question le programme « Boulava » pour lequel ça représente ça ne représente que 3 échecs sur 15 tirs réussis 🙂 …
      .
      Du moment qu’ils n’explosent pas dans leur silo 😉 !

  18. Mantore Gérard dit :

    En matière de dissuasion nucléaire on ne vise pas le 100% de réussite.
    Considérant les dégâts catastrophiques qui résulteraient d’une frappe nucléaire, l’ennemi est dissuadé dès lors qu’il ne peut pas être sûr que ça ne marchera pas.
    « Ne pas être sûr que non » n’est pas la même chose que « être sûr que oui » : la subtilité rationnelle réside dans la double négation.
    Durant les années soixante notre arme nucléaire livrée par Mirage4 avait seulement 60% de chances d’atteindre son objectif. Cette donnée était notoire dans les milieux militaires. Dans les milieux politico-médiatiques intellectuellement dépassés par ces questions, on ricanait au sujet de « la bombinette ».
    Mais 60% de chances, c’était suffisant : personne n’a envie de prendre à 60% le risque d’être vitrifié. Surtout qu’avec plusieurs tirs, le pourcentage de risque augmente sérieusement.
    .
    Pour nous aujourd’hui, il est assez rassurant de ne pas avoir besoin de 100% de réussite. Même si notre matériel est prêt à fonctionner à 100% nous avons un gros point faible depuis les années soixante-dix, depuis que les partis politiques ont repris le pouvoir et présentent à nos suffrages des candidats tous plus nuls les uns que les autres : on ne peut pas être sûr que nos « présidents-chef-des-armées » seront capables d’appuyer sur le bouton. Mais on ne peut pas non plus être sûr qu’ils en seront incapables (double négation, essentielle depuis toujours au raisonnement dissuasif nucléaire).
    .
    Par conséquent notre armement nucléaire, qui est techniquement très au point mais n’est pas sûr à 100% à cause de l’indécision structurelle des élus locaux qui nous gouvernent, c’est une ambiguïté un peu désagréable mais ce n’est pas grave : aucun agresseur éventuel ne peut avoir la certitude absolue que les Tartarins et les Bombonnels qui se partagent successivement l’Elysée seront incapables d’appuyer sur le bouton dans un moment de stress intense dû à une situation géopolitique qui dépassera complètement leurs structures mentales.

    • Zayus dit :

      Quelle longue diversion pour minimiser un réel échec russe, Mantore Gérard.
      .
      Cette maladroite tentative suggère votre réel malaise à l’annonce de ce nouvel échec technologique russe.

      • ScopeWizard dit :

        @Zayus

        Ca me fait penser à un sketch … 😉
        Bon , à sa décharge , je ne trouve pas son analyse inintéressante mais plutôt pertinente .
        Même s’il s’y est parfois un peu perdu et que son propos a frôlé la confusion à plus d’une reprise , il a réussi de mon point de vue à mettre en évidence le côté pas si « science exacte » d’un dispositif qui mériterait quand-même de l’être un peu plus !
        Moi , ça m’a fait me rappeler d’un certain « Kash Kash Boris » qui m’a bien fait rigoler face à un Clinton écroulé de rire par le discours du maître du Kremlin ; quoi qu’il en soit , confier de telles responsabilités à des outils comme lui même à l’époque , et c’est pas si vieux , franchement il n’y a pas de quoi pavoiser … Entre les va-t-en guerre et les approximatifs en passant par les indécis , je ne suis pas sûr que nous soyons autant en sécurité que ce qu’on veut bien nous faire croire … 🙁 🙁

        • ScopeWizard dit :

          Alors si en plus de tout , la technique n’est pas plus au point que ça et que les missiles porteurs d’apocalypse globalement définitive se mettent à batifoler à leur gré ou à celui de leurs humeurs ou que sais-je d’autre , je te dis pas l’angoisse …! 🙁 BRRRR …
          Et où il en est « Pim Pam Poum » , le grand démocrate nord-coréen avec ses joujoux favoris ? Encore un de bien gratiné !

      • tschok dit :

        @ Zayus,
        .
        Pour ma part, j’ai trouvé le com de G. Mantore plutôt instructif, quoique j’ignore complètement d’où il tient ses chiffres sur la fiabilité des systèmes.
        .
        Sinon, sur l’autre aspect de son com (dans la chaine nucléaire, le maillon faible, c’est l’homme pas le matériel) il ne fait que reprendre une idée assez classique abondamment exploitée par le cinéma (War Game par ex).
        .
        Mais il déplace le problème au niveau politique, alors que dans le cinéma, le maillon faible est plutôt du côté des militaires, si j’en crois que les quelques scénarios de film que j’ai en tête. Peut-être néglige-t-il le fait que n’importe quel homme sensé hésiterait à appuyer sur le bouton, qu’il soit un homme politique corrompu ou un militaire au mental d’acier, forgé dans l’épreuve du devoir. Ou peut-être accepte-t-il mal que le militaire, au mental d’acier ou pas, n’ait en définitive aucune décision à prendre, mais juste un ordre à exécuter?

      • Zayus dit :

        @ScopeWizard:
        @tschok:
        .
        Démontrer qu’il suffisant pour dissuasion d’être efficace à 40% pour être dissuasive n’enlève rien au fait que ce tir est à 100% un échec, et qui si les techniciens russes s’en tiennent à des raisonnements tel que celui @Mantore Gérard, ils n’auront qu’à ignorer cet échec en ne modifiant rien au missile en se disant « pas grave du moment que 4 missiles fonctionnent sur 10 tiré ».
        .
        Dans l’absolu si on développe le raisonnement de @Mantore Gérard, une dissuasion nucléaire efficace à 1% est toujours en soit dissuasive.
        .
        Ça c’est sûr…

        • ScopeWizard dit :

          @Zayus

          Si je vous suis bien , le risque zéro n’existe pas ni en termes de réussite ni même en termes d’échec , intéressant … 😉

    • Jeb Stuart dit :

      Après les voyants, les stratèges en chambre, les copistes, les yaca faucon, les pro ou anti ceci ou cela, voici maintenant un psychologue qui analyse les structures mentales de nos présidents 🙁
      ça manquait dans le bestiaire 🙂
      Plus sérieusement, il y a des faits simples 9 échecs sur 24 tirs, 1 sur 2 dans le cas du dernier lancement.
      Pourquoi toutes ces discussions alors que les chiffres parlent d’eux-même. Pas besoin d’avoir fait math sup ou St Cyr pour comprendre ce que cela signifie.

      • ScopeWizard dit :

        @Jeb Stuart

        Excellent !
        + 10 😀

        • Jeb Stuart dit :

          Attention, vous allez subir les foudres des gens susmentionnés 🙂

          • ScopeWizard dit :

            J’assume ! 😀
            J’ai juste besoin de retrouver mon petit paratonnerre préféré … 😉
            Mais j’ai adoré votre post , ça m’a vraiment fait rire , je m’y suis reconnu !

  19. Auchat dit :

    Pour info et pour faire bisquer les trolls de la propagande Russe : les ricains en sont à 157 lancements d’affilée du Trident II D5 réalisés avec succès…

  20. ScopeWizard dit :

    @Mantore Gérard

    Pt’et ben qu’oui , pt’et ben qu’non … HIPS ! 🙁 😛

    « Merci pour ce moment » , j’ai bien ri ! 😀 😀 😀

    Et bon’ fêt !

  21. Frédéric dit :

    Si je me souviens bien, il n’y a eu qu’un seul et unique essai de missile balistique intercontinental se terminant par l’explosion nucléaire de son ogive. Il était soviétique mais j’ai oublié les détails…