Le projet de loi finances prévoit d’augmenter le budget de la Défense de 600 millions d’euros

La trajectoire financière définie par la Loi de programmation militaire 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoyait de porter, en 2017, le montant du budget de la Défense à 32,26 milliards d’euros (dont 32,11 milliards de crédits budgétaires). Finalement, les forces armées bénéficieront d’une enveloppe légèrement supérieure.

En effet, le dernier projet de loi de finances 2017 du quinquennat de M. Hollande [.pdf] prévoit d’allouer au ministère de la Défense près de 32,7 milliards d’euros (dont 250 millions de ressources exceptionnelles), soit environ de 600 millions de plus par rapport au budget 2016.

« Les crédits de la mission s’élèvent à 32,4 Md€ auxquels il convient d’ajouter 0,25 Md€ de ressources exceptionnelles, soit 0,4 Md€ supplémentaires par rapport à l’annuité 2017 de la loi de programmation militaire actualisée du 28 juillet 2015 », souligne le ministère des Finances.

En réalité, cette hausse par rapport à la LPM est moindre étant donné que le budget de la Défense pour 2016 avait été légèrement augmenté en novembre 2015 de 273 millions d’euros, (dont 173 millions d’autorisations d’engagement et 100 millions en crédits de paiement).

Et d’ajouter : « Ces ressources supplémentaires permettent de financer les mesures décidées par le Président de la République lors du conseil de défense du 6 avril 2016 : arrêt des diminutions d’effectifs, priorité donnée à la protection du territoire national, à l’équipement et à l’activité opérationnelle, mesures destinées à améliorer la condition du personnel, et renforcement de certains axes prioritaires tels que la cyberdéfense et le renseignement. »

Cet effort en faveur de la Défense est à comparer aux 7,4 milliards de dépenses supplémentaires prévus par ce projet de loi de finances. Les principaux bénéficaires de cette hausse sont le ministère de l’Éducation nationale (+3 milliards), qui pourra ainsi recruter 11.000 enseignants de plus, et celui de l’Emploi (+2 milliards). Autres ministères « prioritaires », ceux de l’Intérieur et de la Justice verront leurs moyens augmenter respectivement de 440 millions et de 290 millions d’euros.

Même si la hausse du budget de la Défense est supérieure à ce qui avait été prévu par la LPM 2014-2019, l’on peut toutefois déplorer qu’elle ne soit pas à la hauteur des enjeux sécuritaires du moment. Alors que les discours « guerriers » contre les organisations terroristes qui ont frappé la France ces derniers mois s’enchaînent, force est en effet de constater que l’effort en faveur des forces armées – voire l’effort de guerre tout court – paraît bien modeste par rapport à ces 7,4 milliards de hausse des dépenses. Sans remettre en cause le caractère prioritaire de l’Éducation nationale, on peut aussi estimer que « qui peut le plus peut le moins », d’autant plus que le président Hollande, au lendemain des attentats de Paris et de Saint-Denis, avait affirmé que « le pacte de sécurité » devait l’emporter sur « le pacte de stabilité », lequel exige un déficit public n’excédant pas 3% du PIB.

« L’emploi des forces armées dans la guerre en cours [ndlr, Chammal, Barkhane, Sentinelle, ndlr] nous aura coûté 900 millions d’euros en 2015 (…). Depuis un an, le Président de la République et le gouvernement parlent de la guerre dans de grands discours, répétant que ‘tout est fait‘ pour détruire ‘l’armée des fanatiques’. Ce ‘tout’ représente donc, en ce qui concerne les armées, 0,041 % de ce que produit la France chaque année. À titre de comparaison, les simples subventions à la SNCF représentent 11 fois ce que nous consacrons à la guerre contre les organisations jihadistes. On est loin de la mobilisation générale », a récemment relevé le colonel Michel Goya.

34 commentaires sur “Le projet de loi finances prévoit d’augmenter le budget de la Défense de 600 millions d’euros”

  1. Vu la conjoncture économique je suis pas convaincu de voir le chiffre de 2% du PIB atteint malgré les promesses électorales. Avec un PIB qui contrairement aux autres n’augmente pas beaucoup.
    Cela dit , si on avait plus , est ce que ça changerait grand chose aux opèrerions militaires ?…
    La question de maintenir la composante nucléaire aérienne peut aussi se poser avec un budget pareil.
    Contre qui utiliser une arme nucléaire tactique ?
    Daesh la mériterait mais la guerre urbaine et les interventions en coalition où nous ne sommes que de petits vassaux semble éroder totalement cet aspect de la dissuasion .

    1. @Ob:
      Ceux qui ont annoncé atteindre la cible de 2% du PIB pour le budget de la Défense se donnent 10 ans avant d’y parvenir…
      Or, combien de temps dure un mandat présidentiel 🙂 ?

    2. Bonsoir Ob,
      .
      La composante aérienne, ce sont :
      – des ravitailleurs qui sont maintenant nécessaires aux opérations extérieures ;
      – des Mirage 2000N avec une capacité de frappe conventionnelle (avions bientôt retirés du service) et des Rafale B pouvant tout faire, du combat aérien à la frappe nucléaire en passant par la reconnaissance
      – l’ASMP-A
      .
      Retirez les ravitailleurs et vous signez l’arrêt de beaucoup d’opex et autres déploiements.
      Retirez les Rafale… L’armée perd des avions qui peuvent à tout moment être affectés ailleurs (je pense qu’il ne faut que quelques heures pour enlever à un Rafale des FAS ses bidons lourds, et l’équiper de MICA + bidons supersoniques afin qu’il soit apte à l’air-air)
      Seul l’ASMP-A n’est pas utilisable en dehors des FAS, évidemment. Après, savoir faire un missile supersonique, ça a du bon, ça revient à la mode en ce moment, notamment en Russie et en Chine…
      .
      Et je ne compte pas le savoir-faire en matière d’infiltration basse altitude.

      1. Totalement d’accord avec vous sur le fond. En matière d’économie je pensais aux bombes en elle-même, leur entretient et modernisation. Pas aux appareils sans lesquels rien ne serait possible aujourd’hui.
        Sur le principe de dissuasion qu’exerce cette composante, je reste un peu sceptique.
        Comment les anglais sont ils arrivés à la supprimer ?

    3. Les FAS passent plus de temps en mission conventionnelles qu’à s’entraîner à leur principale mission surtout l’escadron Gascogne. Et entre nous c’est pas eux qui coûtent le plus cher. +3 Mrds pour l’éducation nationale avec le bénéfice que l’on en attend…. C’est pas de mettre plus de profs que ça va rendre nos gosses plus intelligent et leur donner du boulot. C’est tout le système éducatif qu’il faut refonder de A à Z. Seulement en continuant de boucher les trous avec du plâtre on va finir par prendre la maison sur le dos.

    4. 2% c’est pour amuser la galerie.
      L’arme nucléaire c’est pour adverse sérieux.
      La composante aérienne est importante car elle permet une graduation de la menace.
      Elle est visible contrairement à la composante sous marine.
      Les britanniques ont supprimé la composante aérienne et aujourd’hui c’est la composante sous-marine qui est menacé. Les britanniques hésitent qu’en à la construction de 4 SNLE, certains veulent limiter à 3. Mettant en péril la permanence en mer et l’intégralité du concept même de dissuasion nucléaire.
      Vous comprendrez donc que votre proposition est le début de cette fin.
      L’armement nucléaire et conventionnel ne se substitue pas l’un a l’autre comme les socialistes ont voulu le faire croire (la droite y a cru sans jamais vendre l’idée).
      Le nucléaire force l’armée de l’air à avoir un très haut niveau de performance en matière de frappe en profondeur qui serait là aussi mis en péril. Les frappes en profondeurs peuvent aussi être utiles avec des armes conventionnelles, elles n’en restent pas moins stratégiques.

      1. je vais continuer à me faire l’avocat du diable …
        Avec la portée du M51, 3SNLE, c’est pas suffisant ?

        1. Bonsoir Ob. La composante nucléaire aérienne est complémentaire de la composante sous-marine nucléaire. Le M51 a une grande portée certes, mais pas illimité. Il n’y a pas 3 SNLE à la mer en même temps, il y en 1 seul en permanence. Donc 1 SNLE à la mer dont la situation est inconnue aux adversaires + la l’ASMPA portée par l’Armée de l’Air + l’ASMPA que peut mettre aussi en oeuvre la Marine Nationale et la France couvre d’un coup une plus grande surface terrestre. L’adversaire ne sachant pas de quel côté viendra une hypothétique attaque. De plus, les moyens pour contrer un M51 et un ASMPA sont totalement différents, donc plus de chance pour la France de potentiellement attaquer avec réussite un ennemi. Et puis, le M51 n’est pas encore en service dans tous nos SNLE. C’est le premier missile français de ce type pouvant avoir soit une seule ogive nucléaire soit plusieurs. On ne balance pas un M50 ou un M51 avec plusieurs ogives lorsqu’une seule peut suffire. Ce n’est donc pas aussi le même type d’emploi.

      2. Faisons une hypothèse pessimiste .
        La situation contre Daesh empire . La France principale cible , fatiguée de ses pertes et de la menace politique que fait peser le terrorisme , décide de frapper « graduellement » Raqqa avec une arme nucléaire tactique portée par un Rafale.
        Les autres membres de la coalition, en gros les américains , accepteront ils cette frappe ?
        Car la France , comme les anglais et les autres , ne peut pas agir en dehors d’une coalition sous commandement américain .
        En gros la composante aérienne nucléaire , bien que tactiquement très importante , n’a peut être pas d’effet dissuasif . Pas à cause de l’ennemi . Mais à cause de la dépendance militaire aux États Unis, qui indirectement la commande .

        1. N’importe quoi, on peut agir où on veut, quand on veut et comme on veut. Les USA ne commande pas l’armée française et encore moins nos forces stratégiques. Le travail en coalition est volontaire et non forcée et permet des économies.
          Le problème n’est pas de pouvoir frapper Raqqa avec une arme nucléaire mais les conséquences de l’acte : tuer 200 000 civils otages de Daech et irradié la région semble poser un certain nombre de problèmes, non ?

  2. Pendant là guerre 14/18 les soldats en permission dans la capitale rencontraient un pays qui ne se privait de rien et faisait la fête et constataient que la guerre tout le monde ne le menait pas de la même façon et au même niveau de sacrifice – Rien n’a changé en fait par le simple fait que les politiques se gargarisent avec des mots dont ils ignorent le sens réel et ce qu’ils impliquent…! La guerre a encore des jours heureux a vivre…!

    1. Pour sortir un truc pareil, il faut rien connaitre en histoire. Les sacrifices de l’arrière ont été énorme, la perte de 95 % de la valeur du franc, les cadences des usines d’armement, les privations.
      La censure des lettres de l’arrière pour faire croire à l’avant que tout aller bien…
      A part les lettres de soldats spécialement sélectionnées par Belkacem, vous avez rien d’autre à raconter ?

      1. Rien ne peut être comparable à ce qu’ont vécu les Poilus dans les tranchées.
        On ne peut donc pas mettre dos à dos civils et soldats, c’est quand même logique que les soldats fassent de plus grands sacrifices que des civils, allant jusqu’à périr, puisqu’ils sont soldats ! Comparons ce qui est comparable…
        Et d’un autre côté, les civils ont eux aussi fait des efforts indéniables, y compris femmes, enfants et vieillards. A côté de ça, la vie continuait et on ne peut pas reprocher aux gens de se divertir quand ils le pouvaient.
        Les seuls à blâmer sont les planqués et les profiteurs de guerre, deux catégories que l’on retrouve dans tous les conflits. Et les généraux incompétents qui s’acharnaient à envoyer leurs soldats à l’abattoir à chaque fois sans grand résultat….

      1. @ lanoline
        Je n’ai jamais été à Washington, mais je sais qu’il y a une grande maison blanche 🙂
        Je n’étais pas là en 1789, mais je sais qu’il y a eu une révolution.
        Etc…
        Si l’on suit votre raisonnement et que chacun ne parle que si « il y était », autant fermer tout de suite ce forum…et bien d’autres.
        Lisez quelques textes sur 14-18 et vous comprendrez ce sentiment qu’avaient les Poilus venant du front, leur ressenti. Mais comme je l’ai écrit plus haut, il faut bien entendu relativiser les choses.

  3. un budget qui ne suis pas presque 33 milliard ce n’est pas suffisant à quand une révélation pour augmenter le budget de nos militaires. un grand merci au force de l’ordre et de la défense qui essayent de nous protéger avec peu de moyen.

  4. Démagogie : Action de flatter les aspirations à la facilité et les passions des masses
    populaires pour obtenir ou conserver le pouvoir ou pour accroître sa popularité.
    Tout est dit :  » A titre de comparaison, les simples subventions à la SNCF représentent 11 fois ce que nous consacrons à la guerre contre les organisations jihadistes. On est loin de la mobilisation générale », a récemment relevé le colonel Michel Goya. »…
    Encore 8 mois de discours commercial, de camelot (respect aux vrais sur les marchés), de soldes, de moi je moi je……si rien ne bouge, le ciel devient rouge

    1. Il serait bon de vous renseigner un instant sur les raisons et l’emploi de ces subventions à la sncf avant de venir dire n’importe quoi.
      Ces subventions financent tous les programmes que l’Etat impose à la SNCF, ce qu’il ne pourrait pas faire si c’était une société privée. Ca finance entre autres les voyages à -75% de ce cher Colonel Goya et l’intégralité des détenteurs de la carte de militaire, ou les tarifs préférentiels pour jeunes / étudiants / personnes âgées, et assurer le service vers des destinations non rentables du fin fond de la campagne. La démagogie là dedans, elle vient du Colonel Goya.

      1. La compensatrice SNCF (qui sert à indemniser la SNCF du tarif préférentiel accordé aux militaires) n’est à ma connaissance pas une subvention (titre 5) mais une charge de fonctionnement (titre 3). Les lignes non rentables sont le plus souvent financées par les régions, même si l’Etat prend aussi sa part. Je pense que les sommes évoquées par le COL Goya sont en grande partie celles versées pour compenser le déficit des retraites des cheminots.

        Mais là n’est pas le débat. Quand le gouvernement dit qu’un effort sans précédent a été réalisé, que la lutte contre le terrorisme est la priorité n°1, les chiffres le contredisent, puisque 3 milliards ont été mis sur la table pour recruter des enseignants. L’effort incommensurable est bien relatif par rapport à tout ce qui est versé en allocs, aides sociales, subventions et dotations aux établissements publics.

  5. les élections vont être sportives !! à vos claviers !!
    sans déconner si on prend le ratio coût/efficacité la Défense est loin devant l’Education Nationale…. et pourtant.

  6. Le montant est certe tres insuffisant mais le fait que cela arrive l’annee de la présidentielle indique que la peiblematiqye defense est clairement un enjeu de cette election.
    D’une certaine maniere, ils nous reviens à nous tous ici, de Robert a Ruffa , de philbeau à Zayus , et sous la houlette de M Lagneau, de contribuer pour faire apparaitre autant que ce faire ce peu a la fois les besoins de nos armees, les risques auxquelles elles font face, et de ne pas laisser retomber la pression !
    Qui sait, peut etre que quelques membres des etats majors des candidats tomberont sur quelques echanges constructifs suceptibles de légèrement faire evoluer les prises de consciences.

    1. Sans oublier de Reality Check à Thaurac, de Suissitude à Maotchao, d’aleksandar à Alain d, de Datamo à Wolf pack, de Pythagore à Alpha, de Titeuf à Fralipolipi, d’Abuse…mind à Nico St-Jean, de de wrecker47 à jyb, de Myshl à JakOSpade, de Batgames à Elmin au risque de malgré tout en oublier beaucoup 🙂 …
      .
      Une pensée pour les défunts aéroxavier et casimir…

      1. Meme si je respecte RC, Nico Saint Jean et Suissitude, n’etant pas Francais ils sont necessairement moins concernés !
        (Si j’etais moqueur j’aurais ajouté Alexandar, Datamo, Abuse et Mylsh lol ))

        1. C’est juste, je me suis laissé emporté en élargissant les thèmes au delà de celui du budget dont il est effectivement ici question.
          .
          Observez que j’ai constitué des « couples » de « contributeurs » assez antagoniques 🙂 …
          .
          Mais tous ont leur place sur ce site, même les plus « lourds » qui peuvent servir de faire-valoir pour démontrer aux visiteurs « muets » de ce site, les limites de certaines thèses que finalement ils desservent eux-mêmes…

  7. Evidemment, le colonel Goya a parfaitement raison : l’effort n’est certainement pas à la hauteur de l’enjeu (ou du danger). Reste que pour la première fois depuis longtemps (plus de dix ans !), on n’entend plus parler de restrictions budgétaires, mais d’une hausse des crédits, fut-elle limitée. C’est déjà un début quand on se souvient que pour la plupart des politiques de gauche comme de droite, le budget de la défense était d’abord une charge financière à réduire au plus vite : qui sait que Aubry ou DSK (entre autres) envisageaient en 2012 de le diminuer d’un demi-point de PIB ?

  8. Si la France veut être une véritable nation, avec une armée et une voix qui compte dans le monde, c’est 5% du PIB minimum, soit 100 milliards. Actuellement le président en guerre use et abuse d’une armée vieille et vieillissante. Aucun achat d’avenir, que des programmes d’achat qui auront lieux après 2017 (exception faite des drones et premieres FREMM). Les mirages 2000 et les premiers rafales devraient être normalement retirés en 2020 pour cause de vieillissement prématuré sans plan de remplacement. Voir avec un plan d’export au EAU qui supplantera les commandes françaises (rumeurs).

    1. Moi je pense qu’en dessous de 50% du PIB consacrés à la Défense on est des nains à l’international.
      Bim.

  9. Des chiffres à visée électoraliste pour caresser les concernés dans le sens du poil et montrer qu’ils sont près à refaire une politique de gauche;( fonctionnaires, culture, artistes…) Ils reviennent aux bases.
    A partir de maintenant tout chiffre est suspect , et sera soumis à changement dès la nouvelle majorité au pouvoir.

  10. Pour augmenter le budget de la défense soit on joue sur la variable pourcentage,soit on joue sur la variable PIB,pour cette deuxième option il faut une politique volontariste qui libère les productifs et ne donne plus la préférence à l’assistanat ;de même il est plus facile d’augmenter les prélèvements que de réduire le train de vie de l’état mais qui peut oser se faire élire sur un tel programme?(désolé je suis un peu hors sujet,c’est un coup de grisou passager).

  11. c’est surtout l’éléphant éducation qui en prend pour beaucoup de milliards et on nous fabrique des djidahistes ce qui prouvent que les idiots qui dirigent le grand bahu sont des bons à rien !

  12. Il faut absolument préciser dans ces 600 millions ce qui est des autorisations d’engagement (AE) et ce qui est des crédits de paiement (CP), pour ne pas laisser dire des aberrations, du genre, « le budget a augmenté de 273 M€, dont 173 en AE et 100 en CP ».

    Pour acquérir un matériel, il faut un bon de commande (dont la réalisation dans le logiciel comptable Chorus consomme des AE) et ensuite payer la facture (ce qui consomme des CP). Donc, pour acheter un bien qui vaut 100€, il faut 100€ en AE et 100€ en CP. Pour autant, on n’a pas dépensé 200€ pour l’acheter mais bien seulement 100€, il est donc faux de dire que le budget a augmenté de 200€ quand on a donné 100€ d’AE et 100€ de CP pour l’acheter. On a simplement donné les deux parties du budget nécessaires pour exécuter l’intégralité de la manoeuvre financière.

Les commentaires sont fermés.