Inde/Rafale : Le contrat est (enfin) signé!

inde-rafale-20160923

« Nos partenaires indiens ont fait le choix d’acquérir 36 Rafale. Une décision historique qui ouvre un nouveau chapitre de nos relations ». C’est par ces mots que le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a commenté le contrat qu’il venait de signer, ce 23 septembre, avec son homologue indien, Manohar Parrikar.

C’est en avril 2015 que l’Inde a fait connaître, à l’occasion d’une visite officielle à Paris de Narendra Modi, son Premier ministre, son intention de commander 36 Rafale « sur étagère » (c’est à dire fabriqués en France) afin de remédier en urgence aux besoins opérationnels de l’Indian Air Force.

Depuis, en dépit de multiples rumeurs, souvent lancées par des concurrents de Dassault Aviation, les négociations ont avancé lentement mais sûrement. En janvier, un accord intergouvernemental portant sur cette acquisiton fut signé. Restait alors à s’entendre sur le prix du contrat et les compensations industrielles (50% de la valeur du contrat) attendues par New Delhi.

Finalement, et après des discussions complexes, un accord comptant près de 10.000 pages a pu être trouvé. Et c’est donc ainsi que le Rafale rejoindra l’Ouragan, le Mystère IV et le Mirage 2000 en Inde.

« Par le passé, chaque fois que l’Inde est entrée en conflit, elle a utilisé des avions français : les Mirage (…). L’Inde sait donc qu’elle peut compter sur la France et sur Dassault. Comme nous venons encore de le prouver en honorant en temps et heure un récent contrat de modernisation des Mirages 2000 », fit valoir Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation, lors d’un entretien accordé en mai au quotidien Les Echos.

Le montant de la commande indienne s’élève à 7,8 milliards d’euros, ce qui en fait l’un des contrats les plus importants – si ce n’est le plus important – jamais décroché par l’industrie aéronautique militaire française. Les premiers Rafale devraient être livrés à l’Indian Air Force en 2019.

Pour l’Inde, l’acquisition du Rafale vise surtout à se mettre à la hauteur de la Chine. New Delhi « voulait ces avions vite, car leur technologie de pointe, leurs missiles, peuvent permettre de faire une différence » stratégique, a estimé, Nitin A. Gokhale, un spécialiste des questions de défense, sollicité par l’AFP.

En outre, ce contrat pourrait en annoncer d’autres à l’avenir. « On a toutes les raisons de penser que les Indiens ont intérêt à acquérir davantage d’avions mais pas à démultiplier les flottes » s’ils veulent contenir les coûts de maintien en condition opérationnelle, croit-on au ministère français de la Défense.

L’hypothèse est en tout cas crédible étant donné que l’Indian Air Force aurait besoin de 80 Rafale pour en équiper au moins 5 escadrons de chasse sur les 42 qu’exige son contrat opérationnel. Qui plus est, la marine indienne, qui entend se doter d’un porte-avions CATOBAR (c’est à dire avec catapultes et brins d’arrêt, comme le Charles-de-Gaulle et ceux de l’aéronavale américaine), s’intéresse de près au Rafale Marine.

173 commentaires sur “Inde/Rafale : Le contrat est (enfin) signé!”

  1. P’tain,plus c’est long plus c’est bon dirait madame mac Miche! On y croyait plus !

  2. Arrêt cardiaque de myshl, ou Jacques29, quelque soit son nom dans 3, 2, 1…. 🙂 🙂 🙂

  3. Contrat signé, un grand bravo à la team française !! Maintenant next, il faut aller chercher les 80+…
    Que cela serve de leçon à tous les oiseaux de mauvais augures!

  4. Hourra ! Bravo à toutes les équipes ! Bravo jyld j’espère qu’il pourra garder son poste en 2017

  5. Des délégations d’officiers indiens ont déjà effectué plusieurs visites sur le Charles de Gaulle. Visites protocolaires, dans le cadre d’exercices communs notamment. Mais pas que …

  6. Cet avion équipera donc 2 des 48 escadrons de l’aviation militaire Indienne. Et les compensations industrielles représentent 50 % du contrat. Ces chiffres, tirés de l’article, parleront aux quelques français pas encore assourdis par les cocoricos ambiants. Savoir rester modeste, c’est pas encore au programme des écoles de France. Dommage.

    1. Bonjour,
      .
      @jacques29 « Cet avion équipera donc 2 des 48 escadrons de l’aviation militaire Indienne. Et les compensations industrielles représentent 50 % du contrat… Savoir rester modeste »
      .
      Vous vous attendiez à ce que l’Inde commande 820 Rafale pour remplacer les 200 Soukhoï Su-30, 59 Mirage 2000, 71 MiG-29, 130 MiG-27, 254 MiG-21 et 106 SEPECAT Jaguar (source des chiffres : wikipedia) ?
      .
      Plus sérieusement, comme sa dénomination l’indique, un avion omnirôle récent assure plusieurs rôles (chasse, interdiction, reconnaissance…). Cela signifie qu’UN Rafale peut faire le travail de 1, 2 voir 3 appareils d’ancienne génération.
      .
      Enfin, le taux de compensation industriel est parfaitement classique pour ce type de contrat. Il en est de même pour TOUS les autres fournisseurs d’armement.
      .
      Cordialement / Frédéric A.

    2. @Jacques29:
      .
      Il va maintenant falloir que vous puissiez intégrer que les investissements français issus des offsets en question sont liés au partenariat stratégique et économique franco-indien qui se met aujourd’hui en place et qui verra entre autres, la commande d’autres Rafale d’abord assemblés en France puis progressivement en Inde.

  7. Nos amis british made seraient bien avisés de nous en commander autant pour équiper les Queen Elisabeth et Prince of Walles , futurs fleurons de leur mythique Royal Navy ! Le F

    1. Ils ont déjà réceptionné leurs premiers F-35 alors ça m’étonnerait qu’il veuillent d’un avion conçu dans les années 80 …

      1. @ Jacques29
        Ah bon ? … Veulent pas s’équiper d’un avion conçu dans les années 80 ? Ouais, sauf que le Rafale que vous évoquez des années 80 (1986…) était un démonstrateur… Donc, rien à voir avec un prototype et encore moins avec un avion de série, si ce n’est une certaine ressemblance…
        Et puis, si je ne m’abuse, les Brits s’équipe toujours avec le Typhoon non ? Il n’est pas contemporain du Rafale s’agissant de la conception ??? 🙂
        Ah oui, toujours vos approximations et vos lacunes manifestes …

  8. Nos amis british made seraient bien avisés de nous en commander autant pour équiper les Queen Elisabeth et Prince of Walles , futurs fleurons de leur mythique Royal Navy ! Le F-35 et ses qualités fantastiques me semble un poil surfait et surtout sur-vendu !
    M’enfin !

    1. Là c’est impossible, à moins que les britanniques aient de l’argent à jeter par les fenêtres. Car transformer ces plate-formes hélico de luxe en PA CATOBAR, va leur demander beaucoup mais alors beaucoup d’argent.

      1. En réalité ils auraient juste à y ajouter un brin d’arrêt, le Rafale peut décoller sur tremplin..

        1. Et puis un Rafale aux couleurs de la Royal Navy aurait tout de même plus de gueule !
          Sur ses nouveaux PA imaginer l’alignement ne serait-ce que d’une vingtaine des 60/70 fauves de son espèce dont elle se serait dotée , quel spectacle !
          La tronche des U.S et de leur « époustouflant » F-35 resté sur le parking des invendus , quel camouflet !
          En attendant , les britishes se privent d’un très bon avion de combat qui a déjà maintes fois fait ses preuves au profit d’un excellent en théorie qui n’a strictement rien prouvé et qui accumule les ennuis !
          Pendant la guerre des Falklands de 1982 , ils ne disposaient plus que du Harrier à l’autonomie fort limitée ( que les USA ont équipé en cours de route de missiles anti-aériens à courte portée efficaces pour tenir tête aux Dagger et autres A-4 argentins ) sur leurs rares PA ( qu’ils s’apprêtaient du reste à mettre à la retraite si cette crise ne leur avait accordé un sursis de circonstances ) appuyés par des bombardiers lourds Vulcan en provenance d’Ascencion alors qu’ils s’en seraient sûrement mieux sortis avec le F-4 Phantom II embarqué qu’ils ont abandonné après moins d’une décennie d’utilisation ; peut-être est-ce cela qui les motive ?

        2. @ TontonCharlie

          Selon Dassault il peut le faire, mais avec une capacité d’emport fortement réduite .. les catapultes sont donc nécessaire pour qu’un Rafale puisse opéré efficacement sur un PA.

  9. Stratégique. Le mot important est lâché. Jamais un pays n’a vendu un appareil aussi évolué que le système Rafale car il emporte l’arme atomique et des missiles de croisières tout en conservant l’envergure d’un chasseur.

    1. heu … les mirages 2000.
      C’est d’ailleurs à ca qu’ils servent avec les jaguars …

      1. Ou presque. Les mirages Indiens sont des 2000c très s différents des 2000n et d. Biplaces et doté s de radars différents qui assurent le suivi de terrain, et des missiles anciens de 15 km de portée, loin des 80 du mica prochainement embarqué. Ajouter la discrétion, les contremesures et un vol très près du sol, un autonomie plus grande… même sans missiles ou bombe atomique, les munitions de précision peuvent commettre des dommages important face à une armée normale. J’ose donc avancer que contre un pays n´utilisant pas de boucliers humains tirer contre des centres névralgiques comme les relais de communication ou les centrales électrique s serait moins coûteux et plus rentable que des 4×4 (humour) et moins condamnable qu’un tir atomique. Les indiens le savent et le disent. Reste à voir comment les choses vont escalader avec le Pakistan et la Chine…
        .
        De toute manière, les Indiens sont des gens avec des nerfs en titane… il suffit de les voir négocier…

        1. C’est vrai sauf que les indiens les ont modifié (en france on dit seul mais en inde ils laissent entendre que la France aurait peut être aider (il faut lire entre les lignes). ensuite les Mirages 2000H ne sont pas des C, l’Inde en a achetée 10. Enfin le mirage 2000 était la meilleure plateforme pour eux jusqu’à maintenant car il est très stable à basse comme haute altitude.
          La menace antiaérienne n’étant pas très présente au pakistan il est logique que les 2000 pensent par au dessus. (en tout cas à l’époque).
          Pour la destruction des 4×4 on est d’accord.

          J’attends avec impatience la mise en servir sur rafale des roquettes guidées laser avec un propulsion plus faible mais une meilleur autonomie voir des ailettes (façon JDAM Extended Range) (je crois que je peux attendre longtemps). Ou encore un canon haute précision pour le rafale, là aussi avec ailettes (les futures balles de sniper Us sont potentiellement prévu pour) ou encore une arme à énergie. C’est quand meme dingue de dépenser plus pour frapper une cible que la valeur de la cible elle meme …

  10. Espérons que l’Inde ne le regrette pas en songeant aux deux bâtiments de guerre non livrés aux Russes et aux syndicalistes qui foutent systématiquement la m….. dans les usines. Bonne nouvelle pour la France qui arrive ENFIN à commercialiser ses avions considérés comme le top du top !

    1. « Bonne nouvelle pour la France qui arrive ENFIN à commercialiser ses avions considérés comme le top du top ! »
      —————————–
      Ouais c’est vrai, quoi.
      C’est pas comme si Dassault vendait à l’export des avions depuis quoi, 60 ans?
      Quant au Rafale, c’est juste le 3e contrat export, hein.

    2. Et c’est reparti pour un tour de « Syndrome des BPC Russes » …
      .
      Décidément,
      il est hallucinant de constater l’importance du désarroi et l’amertume de ceux qui nous promettaient la mort de l’industrie française d’armement suite à cette histoire de BPC…
      .
      Mais quand on y regarde de plus près …
      Les BPC russes ont été bloqués à partir de 2014, or par rapport aux années précédentes, 2014 fut déjà considérée comme une excellente année pour les ventes d’armes françaises à l’exportation avec plus de 7 Mds €.
      Et 2015 avait vu la performance de 2014 doublée en terme de chiffre d’affaires avec 15 Mds €, chiffre qui est bien parti pour être dépassé en cette année 2016 🙂 !
      .
      Conclusion,
      diamétralement à l’inverse des incantations et prédictions de mauvais augures des Poutinophiles, l’industrie française d’armement ne s’est jamais aussi bien portée que depuis l’annulation de la livraison des BPC russes.
      .
      À méditer pour les pisse-vinaigres qui se reconnaitront.

      1. Zayus , soyez beau joueur vis-à-vis de ceux , « poutinophiles » ou pas , à qui l’annulation de la vente des Mistral , sous la pression de nos amis américains et européens toujours bien intentionnés dès qu’il faut faire un croc en jambe à ces maudits Français si agaçants , est restée en travers de la gorge . Car il reste évident qu’une telle décision était lourde de conséquences , évaluées ou pas , pour l’ensemble de l’industrie d’armement française .
        Et reconnaissez , de grâce , que cette vente à l’Egypte , surgie de nulle part , tient quasiment du miracle , un miracle qui a eu l’extrême amabilité de se doubler , ce qui est absolument incroyable considérant , en toute honnêteté , les besoins connus de la marine égyptienne…

        1. Cette réévaluation à la hausse des besoins de la marine égyptienne s’inscrit dans le contexte de l’alliance avec l’Arabie Saoudite et plus largement dans le contexte de l’alliance sunnite récemment créée.
          Ce n’est pas un hasard si un des GAN constitués autour de ces BPC égyptiens va très vite être sollicité pour des manoeuvres au Maroc et au Sénégal.

      2. L’annulation n’a pas été très bien vu pour l’Inde qui est en bon terme avec la Russie mais l’Inde à très vite passé outre.
        A l’inverse ca a été très bien vu en pologne et surtout en australie.
        On s’en sort vraiment très bien pour cette fois.
        Un contrat a vocation a être respecter, c’était pas une bonne chose de rompre ce contrat comme c’était une mauvaise chose de l’avoir signé au départ contre l’avis de l’état major.

      1. ENFIN parce que les contribuables français assument partiellement le manque à gagner lors de la vente à l’Égypte et au Qatar ce qui ne sera pas le cas (en principe) pour l’Inde.

        1. En quoi est-ce que les contribuables paient pour l’Egypte et le Qatar puisqu’à chaque avion livré il y a le paiement correspondant, idem pour tout autre contrat export
          Encore une fausse vérité

          1. Si vous possédez les habilitations nécessaires, rapprochez vous de la COFACE, vous découvrirez la vraie vie avec ses spécificités de l’import/export.

          2. @Travis
            Je ne suis pas dans le secret des dieux, pour moi la COFACE paiera à l’industriel si le client fait faux bond
            Maintenant si vous dites que l’Égypte n’a pu payer entièrement ses 6 premiers Rafale…

          3. @Travis
            Tout comme l’achat des BPC qui a été financé par l’Arabie Saoudite, le contrat Rafale avec l’Egypte (+ 1 Fremm + armements) a été en partie financé par d’autres alliés de l’Egypte. Et en particulier Abu Dhabi, dont le prince héritier Cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan, homme fort de la défense des Emirats Arabes Unis, a été reçu à l’Elysée le 10 février. Deux jours seulement avant la confirmation du contrat… 😉
            Pas besoin de fournir à certains mal renseignés des habilitations Coface, cette dernière n’étant juste qu’une garantie à un pool de banques qui finance le crédit d’une partie du contrat … J’ajoute enfin, que la livraison des premiers appareils a été effective à la réception du premier acompte (soit environ 500 M). En gros, c’est acompte = livraison, sinon, suspension !… C’est simple … Les avions livrés à ce jour ont donc été payés.
            Et pour finir, sachez qu’en ce moment même, les négociations pour une option de 12 appareils supplémentaires est en cours . Vous croyez que Dassault essaierait de vendre de nouveau appareil sachant que les premiers n’ont pas été payés ? 😉

        2. @Travis
          « parce que les contribuables français assument partiellement le manque à gagner lors de la vente à l’Égypte et au Qatar » …
          Oulala !!! Mais vite ! Donnez les liens démontrant votre affirmation !!! Nous sommes avides de savoir !….
          Ah, je crois que ce ne sera pas possible, votre com en restera là, votre ordi a buggé comme par hasard… 🙂

          1. En fait c’est l’argent de la grande démocratie d’Arabie Saoudite qui finance les Rafale Egyptiens ainsi que leurs Mistral. Comme on équipe aussi le Qatar, pays qui soutient activement les Frères Musulmans, on peut dire que la France vend des armes aux deux principaux pays soutiens et distributeurs du radicalisme islamiste : le wahhabisme/ salafisme ( Arabie saoudite) et les frères Musulmans ( Qatar) . Dans ces conditions, même pas la peine de prétendre qu’on lutte contre le radicalisme islamiste à l’intérieur de nos frontières, lorsqu’on le conforte à l’extérieur.

    3. les syndicalistes font partie des gens qui construisent vos beaux avions ,alors, allez faire le boulot à leur place si ça vous chante.

  11. A noter aussi que les Rafales Indiens seront équipes de système particulier , notamment un viseur de casque ELBIT. Chose absente chez les Rafales français. Il me semble aussi que les Indiens souhaitaient interrogation du pod Litening de RAFAEL au lieu du Damocles.

      1. Pourtant Éric Trappier cite bien l’intégration du pod Damocles (et du METEOR qu’il cite aussi…) et compris dans le prix du contrat hors offset.
        Par contre,
        il semble aussi que fut évoquée l’intégration d’équipements israéliens sur les Rafale indiens.
        Des équipements israéliens qui restent à préciser sachant que l’Inde utilise déjà des missiles « Python »et « Derby » de Rafael et effectivement le pod Litening coproduit par Rafael/Northrop-Grumman.

        1. Je ne suis pas a 100% pour le Damocles , mais il me semblait avoir lu un article de Janes le mentionnant. D’après ce que je sais , le Pod Damocles est inférieure a la concurrence actuel , c’est un peut le talon d’Achille du Rafale actuellement, surtout en terme de resolution. Les Indiens ferrait peut-être mieux d’attendre le Talios ( mise en service pour 2018 avec l’integration du standard FR3R si mes souvenirs sont bons). Ou sinon le pod LITENING 5 . Je suis certains d’avoir vu une image promotionnel de Dassault qui montrait le Rafale avec le pod LITNING, mais je n’arrive pas a la retrouver. D’ailleurs l’article dans lequel cette image était apparu en faisait mention. Voir mon poste plus en bas , il est aussi question d’intégrer les bombes Israéliennes SPICE.

          .

          Je pense qu’il serait vraiment temps de faire comme les Indiens et d’intégrer un viseur de casque au Rafale de l’AA. Raviver le Gerfaut peut -être ?

          1. @Jak0Spades:
            .
            Comme vous le rappelez, le pod LITENING est effectivement plus performant que le pod Damovcles et il est clair que la livraison des premiers Rafale indiens portés au standard spécifique demandé par l’Inde pourrait coïncider en 2019 avec l’arrivée du pod Talios.

  12. Voilà une signature qu’on peut qualifier d’excellente nouvelle et pousser un grand « hourra ! » de soulagement et de joie. Un grand bravo à monsieur LeDrian pour tout son travail ainsi qu’aux industriels concernés. C’est une très bonne chose pour l’Inde et la France que cette acquisition par l’inde de notre fer de lance national. Excellent choix !

  13. Champagne est ouvert. Tchin!!!
    C’était long, très long et enfin on peut savourer ce contrat et surtout les beau temps devant.

    1. C’est normal la Pravda n’a jamais brillé par son objectivité et la qualité de ses informations !

    2. vous voir associer les noms de l’aberration , euh pardon libération,et de journaliste, même incompétent, me fait douter de votre sérieux !

    3. Libération c’est la voix de la gauche soixante-huitarde , viscéralement anti-militariste , est haïssant spécifiquement Dassault …l’objectivité dans l’information ne fait pas partie de leur déontologie .

    4. allez consulter la page linkedin de l’auteur de cet article et vous comprendrez. Un étudiant en journalisme passionné de basket et de hockey… tout un programme… on laisse vraiment n’importe qui écrire n’importe quoi à libé…

  14. Suite au slogan commercial « Cobat Proven », le Rafale peut ajouter à son palmarès de victoires technico-commerciales : « Sold in India », tellement ce marché indien est unanimement reconnu comme le plus attrayant et complexe au monde.
    Dassault peut se targuer d’avoir une des meilleures équipes de commerciaux au monde face à ce qui était à l’origine la compétition MMRCA devenu un contrat de gré à gré depuis l’année dernière.
    .
    Les négociateurs de Dassault auront montré des nerfs d’acier durant tous les différents rounds de négociations avec l’Inde.
    Des rounds en plus conjugués à d’invraisemblables pressions commerciales la concurrence industrielle des constructeurs concurrents et internationale de différents états de la Russie aux USA en passant par le RU, l’Allemagne et la Suède.
    .
    N’oublions pas que Poutine, Cameron et surtout Merkel, auront personnellement mouillé leur chemise et pesé de tout leur poids politique et de leur influence diplomatique pour faire échouer ce contrat franco-indien avec le Rafale de Dassault.
    .
    Une concurrence également au sein de HAL qui depuis longtemps veut privilégier la production de son Tejas de conception « indigène »… Et l’argument « conception indigène » de HAL fut donc beaucoup plus entendu et écouté depuis l’alternance politique du gouvernement de Modi avec son slogan « Make in India », notamment par Manohar Parrikar.
    .
    N’oublions pas Manohar Parrikar, ministre indien de la défense, était un adversaire déclaré du Rafale préférant une solution avec plus de Tejas Mk1 et Mk2 quitte à parallèlement augmenter la commande indienne de Su-30 MKI déjà produits en Inde.
    .
    Observez que sur cette photo de signature, Manohar Parrikar a quand même l’air assez terne après la « couleuvre Rafale » que lui oblige à avaler Modi 🙂 …
    .
    .
    Dassault, alors que le Rafale n’avait pas encore eu un seul client aura eu raison de ne pas céder aux pressions indiennes du MMRCA qui était à pièges à cons :
    On se souvient de l’échec de cette négociation était lié aux exigences indiennes.
    Ainsi, suite aux 18 Rafale livrés par Dassault, les 108 autres devaient être assemblés par HAL dont la qualité de production devait financièrement être garantie par Dassault !
    .
    HAL préférait aussi concrètement privilégier son « bébé » : le Tejas.
    HAL devait donc assembler 108 Rafale avec un maximum d’éléments sous-traités en Inde via autant de transferts technologiques de la France.
    Le problème était que les sous-traitants et l’assembleur indiens en question, n’ont pas le potentiel industriel suffisant.
    Et la probable multitude de défauts de production indiens devait en plus être garantie par Dassault !
    Seuls les abrutis qui se reconnaitront, restent bloqués sur le nombre « 126 » du « MMRCA ».
    .
    Suite à l’épisode MMRCA les « Poutinophiles », nous promettaient la fin de toute exportation avec une industrie militaire française définitivement décrédibilisée suite à la négociation interrompue des BPC russes.
    Les épisodes à rebondissement auront été nombreux dans ce feuilleton franco-indien jusqu’au dernier où la diffusion de milliers pages finalement peu confidentielles au sujet des Scorpène indiens, allait faire échouer la négociation sur les 36 Rafale destinés à l’Inde.
    .
    Nous connaissons aujourd’hui la suite 😉 !
    .
    Espérons que les offset de cette commande se traduiront par des investissements français qui permettront de doter l’industrie indienne d’un réel potentiel d’assemblage du Rafale pour HAL, et d’une production (partielle ou complète) de certains composants ainsi que des possibilités locales de maintenance des Rafale.
    Il ne serait pas inconcevable à terme, d’imaginer un véritable partenariat franco-indien pour la production d’un Rafale low cost franco-indien, qui pourrait relancer le Rafale sur le marché international.
    .
    En tout cas ces compensations dans l’optique d’un véritable partenariat stratégique et industriel franco-indien devraient servir de passerelle permettant la transition d’une production en France vers plus de production en Inde sur les probables commandes de 90 Rafale supplémentaires pour l’IAF et des 60 qui pourraient intéresser l’aéronavale indienne et son projet de PA CATOBAR à l’horizon 2025/2030.
    .
    Cette commande est enfin signée et espérons que ces 36 Rafale après leur entrée en service opérationnel à l’horizon 2019/2022 (*), suscitent aux pilotes indiens la commande des 90 autres initialement prévus, quitte à ce que d’ici 5 ans l’industrie indienne soit enfin prête à pouvoir les assembler en toute confiance.
    .
    .
    – (*) – 2019/2022, au regard d’une capacité de production que Dassault par la voix d’Éric Trappier a confirmé ce matin pouvoir tripler d’ici 2019 (…). La production de Rafale sera portée à 3 Rafale par mois pour 36 par an.
    Cette information est utile à préciser pour ceux qui craignent de nouveau prélèvements sur les exemplaires destinés à la France qui verrait ses livraisons encore retardées.

    1. « Il ne serait pas inconcevable à terme, d’imaginer un véritable partenariat franco-indien pour la production d’un Rafale low cost franco-indien… »
      .
      Euh… le problème c’est justement qu’un Rafale produit en Inde couterait plus cher qu’un Rafale produit en France. C’est aussi l’une des raisons de l’abandon des 126 Rafales du MMRCA… 😉
      .
      La France n’a pas besoin de faire du bas coût pour vendre ses Rafales à l’internationale. C’est ce que démontre cette vente de 36 Rafales justement… 🙂

      1. @ Haikai
        « Euh… le problème c’est justement qu’un Rafale produit en Inde couterait plus cher qu’un Rafale produit en France. C’est aussi l’une des raisons de l’abandon des 126 Rafales du MMRCA…
        C’était vrai dans le cas où il aurait fallut installer une chaîne de montage en Inde, dans les usines HAL qu’il aurait auparavant fallu mettre à niveau (programme MMRCA)…
        Ce n’est plus vrai dans le cas où Dassault arrive en Inde, crée une filiale qui produit en Inde, tout en y associant des sous traitant locaux … 😉

        1. pas si sûr… tout dépend du volume de production pour rentabiliser les machines-outils qui devront être achetées spécifiquement pour ce faire 😉

          1. @Hakkai :
            Le volume en question était d’emblée connu étant établi à 108 Rafale presque comparable à celui commandé par la France et en tout cas suffisant pour amortir la production locale, sinon Dassault n’aurait jamais offert d’en organiser lui-même la production en Inde.

      2. @Hakkai:
        .
        Dès le début de l’appel d’offre, avant la compétition MMRCA qui aura vu la victoire du Rafale, il était d’emblée question d’une importante production locale et de transferts technologiques.
        .
        Mais même avec l’hypothèse caricaturale de 108 Rafale 2 fois moins chers assemblés en Inde (+ certains composants…), le principal problème pour Dassault consistait surtout à assurer financièrement la qualité de la production sans en avoir le contrôle et sans que les acteurs industriels indiens en n’aient démontré les capacités techniques.
        .
        Ce sont ces aspects particuliers qui ont conduit à la fin de l’appel d’offre MMRCA, plutôt qu’une production potentiellement plus chère en Inde, pour laquelle je vous renvoie à la réponse complémentaire de @Alpha.

        1. euh… pour les responsable indiens, je ne suis pas certain que le prix n’est pas joué, même marginalement… 😉

          1. @Haikai:
            .
            Euuuh, si vous aviez suivi le déroulement des négociations depuis la sélection du Rafale en 2012, vous auriez relevé que les responsables indiens ont mis fin au MMRCA suite au refus de Dassault de se soumettre à leur proposition et il ne s’agissait clairement pas d’une question de prix.
            .
            Revoyez les raisons que je cite ci-dessus, conjuguées à la volonté de HAL de favoriser son Tejas. HAL qui fut pourtant présenté comme interlocuteur essentiel, mais involontaire (et trainant des pieds) par le gouvernement indien à l’époque du M-MRCA.
            .
            Après, si vous voulez rester bloqué en ne voulant rien voir au-delà de l’argument basic et bateau du prix, ça vous regarde, je ne veux pas vous déranger plus longtemps de vos considérations imaginaires 😉 …

    2. On oublie d’ailleurs qu’en 2009 le rafale avait initialement retoqué de l’appel d’offres pour « performances insuffisantes » suite a un lobbying phenomenal des anglo-allemands et des russes !!
      Par la suite c’est la Suede qui fit tout son possible pour faire passer le rafale pour un « joujou hors de prix » face a leurs gripen aux courtes pattes..
      Et plus recement ce furent les aemricains et encore les russes qui tenterent de fletrir l’image de l’avion ou du pays…
      Il faut reconnaitre qu’Harmattan fut un formidable demonstrateur de performance pour les rafales et que l’avion y a acquis son image de performance et de fiabilité, contrairement aux typhoon qui demontrerent leurs limites. Apres quoi, les operations suivantes ne firent que renforcer cette image qui en font, aujourd’hui, le seul avion réellement multirole au monde. D’ailleurs, sur deux ans, et à l’exception notable du F35, le rafale s’est taillé une part de lion sur le marché export.
      Tant pis pour les grognons, savourons ce moment apres avoir tenu bon pendant nombre d’années face aux critiques absurdes et infondées d’une part importante des journalistes, politiques et autres !!
      Un grand bravo a Dassault, Thales, Safran, MBDA pour cette consécration, mais aussi avec eux à DCNS, Nexter, RTD et a leur myriade de sous-traitants et aux 170 000 personnes qui y travaillent , pour participer avec brio à la grandeur de notre pays !
      Et, meme s’il a reduit le nombre de Fremm et anteriné l’annulation de PA2, un grand Bravo a notre MINDEF et à ses equipes, à la DGA et à tous ceux qui contribuerent a finaliser tous ces marchés strategiques (Australie, Inde, Egypte, Qatar, Arabie Saoudite …)
      Ps : il se dit dans les milieux autorisés que l’equipe LeDrian aurait un dernier atout à jouer concernant une commande a l’export d’ici la fin de la mandature. Pour ma part je mettrais 1 piece sur les EAU que je vois bien sortir du chapeau en janvier/fevrier . Ce qui d’ailleurs expliquerait le triplement de la cadence de production qui arrive…

    3.  » Combat proven ?  » vraiment ? peut-être pouvez-vous rappeler quand et où le Rafale a combattu face à des avions hostiles, en combat aérien réel, ou à basse altitude dans un environnement de guerre , avec des menaces SAM au sol, ou des armes antiaériennes en action ; bref, la guerre, la vraie .. ?

      1. Ah enfin ! dès que vous serez sorti de votre délire éthylique faites nous signe pour votre inscription dans un centre de dé-radicalisation !

        1. bravo pour cette démonstration de cortex néanderthalien. je constate que l’adjudant Kronembourg n’est pas mort. Vous êtes le digne héritier d’une grande lignée…

      2. Ben, en Libye quand ils sont entrés avant tout le monde dans cet espace aérien hostile. Bref, renseignez vous, plutôt que de balancez des conneries.

        1. faux. Les américians ont détruit tout environnement hostile par 400 missiles de croisière, AVANT . balancez votre incompétence ailleurs.

          1. Non les Tomahawk se sont intervenus après le 1er raid des Rafale. Mais les jours précédents des Rafale avaient une estimation des signaux des DCA libyennes en volant proche de la frontière libyenne

          2. @Jacques29:
            .
            Vous avez tendance à promptement à fustiger « l’incompétence » de vos interlocuteurs, pourtant depuis quelques jours et la publication des articles liés à ce contrat des Rafale indiens, la lecture de l’ensemble de votre oeuvre sur ce site lève toute forme de doute sur la votre 🙂 …

      3. En Libye (certes pas de combats aérien à proprement dit mais des interceptions, plusieurs missiles SA 5 évités et des missions SEAD avec le duo Spectra-AASM face à des SA 6)

      4. Je n’aime pas tirer sur les ambulances, mais là il faut quand même reconnaître que vous êtes un « guignol proven » !!

        1. le français moyen se reconnait à son arrogance, à sa vulgarité, à son incompétence et à sa parfaite inutilité. Ne changez rien .

          1. Votre expertise en la matière est incontestable et c’est effectivement un point sur lequel on saurait mettre en doute votre réelle compétence, Jacques29.

      5. @ Jacques29
        Sauf que « Combat Proven » ne veut absolument pas dire combattre nécessairement contre des avions adverses ou dans un environnement saturé de SAM… 🙂
        Ça veut dire aussi et surtout, que c’est une « preuve opérationnelle » que l’avion est apte à effectuer les missions pour lesquelles il a été conçu… De fait, le Rafale, avion omnirôle, a largement satisfait à tout ce qu’on lui demandait de faire, que ce soit au Mali, en Syrie/Irak ou même en Libye : Attaque dans la profondeur, frappe de précision, reconnaissance, appui feu, le tout avec la menace de lanceurs fixes et mobiles SA-3 Goa et SA-8 Gecko comme en Libye… Et puis, sérieusement, même s’il s’était agi de supériorité aérienne le Rafale n’aurait pas à rougir contre, au mieux, des MIG 29 ou SU-27 , soit les principaux appareils qu’il pourrait rencontrer actuellement dans les zones où intervient la France, soit l’Afrique et le MO… Mais il est vrai que tout cela vous échappe !… Totalement !!! 🙂

        1. en gros, le Rafale a fait le même genre de choses en vrai, que sur ses lieux d’entrainement, et il n’y avait personne en face. ce n’est pas du combat.Mais de l’action en conditions réelles, avec personne en face . et de très haut la plupart du temps ! quelle gloire !

          1. Un jour Jacques29, vous arriverez à gagner ce point de compétence qui vous permettra de distinguer la notion de « Gloire », de la qualification « Combat Proven » qui est un argument commercial qui aura servi le Rafale notamment suite à ses engagements sur l’opération Harmattan.

          2. En attendant il a fait plus que les Gripen, Typhoon, Su-35,F-22,F-35 et ce en décollant aussi bien de terre que d’un PA

          3. C´est comme ca que ca fonctionne dans une guerre dans la totalité des cas. On n´amas vu les nazi s´arrêter à la frontière de la Pologne et l´u.r.s.s. bien que les russes soient surpris. Staline n’a réagi que tardivement et les nazi ont forcé l´allure. Et quand les nazis ont été mal, tous les alliés et les russes en tête, ont foncer pour forcer l´explosion de l´allemagne. D´ailleurs les russes en Afghanistan n´ont pas été moins tendres.
            .
            Mais l’armée de l´air, chevaleresque face à la faible difficulté à envoyé SIX chasseurs face aux Lybiens. Oui monsieur, un commando aéroportée et pas plus. Avec eux, six bombes par avions et autant de missiles. Le manque de furtivité ne s´est pas fait sentir face aux radars alors qu’un matériel ancien est plutôt un avantage , tout comme le brouillage puisque les avions sont tous revenus à la base.
            .
            Si la guerre est un jeu, la France a arrêté de jouer pour perdre depuis l´expédition en Égypte de 1956, ou russes et américains ont dépossédé le France et la grande Bretagne de la gestion de canal de suez.
            .
            Ne pouvant plus être une puissance coloniale, la France est donc tenue une puissance atomique de son propre fait, puis une puissance nucléaire.

      6. Pour faire simple, et que vous soyez en mesure de comprendre mon cher Jacquouille, voici une définition :
        Combat proven : Label attribué à un équipement qui a été employé en opération.

        1. mon adjudant , merci de me rappeler pourquoi j’ai fui l’armée: des esprits creux, des fronts bas, des neurones clairsemés, beaucoup de bibine, le crâne bourré de supériorité supposée.. merci pour ce rappel.on est bien défendus, et les faits le prouvent d’ailleurs. Nos ennemis font exactement tout ce qu’ils veulent chez nous .Pendant que les gros bras pérorent et jouent les kékés au bar de la caserne.

          1. @ Jacques29
            Vous avez fui l’armée ?
            Ou peut être que la fuite était simplement due à votre incompétence ? En fait, vous vous êtes fait virer, c’est çà, hein ? D’où votre aigreur … Tout s’explique ! 😉
            P.S. Si, là encore, vous pouviez fuir ce site, car là aussi, vos lacunes apparaissent à tous. Merci.

      7. Il y a très très peu de combat air air de nos jours, généralement les avions ennemis sont détruits au sol. Ensuite la partie la plus difficile de la guerre aérienne modère est de pénétrer les défenses anti aériennes ce que le rafale a fait seul en Libye avant que le tomahawk c’est dernière.
        Le F22 avec 4 bombes largués dans ca carrier, le F35 ou même le Typhoon sans parler du SU et Mig 35 sont loins d’avoir fait autant leurs preuves que le rafale.

    4. Je comprends pas l’intérêt de triplé la production si c’est par fournir les indiens en an pour l’année d’après revenir à 11 exemplaire. Mieux vaut prendre plus de temps pour s’assurer de la continuer de la production.
      On est déjà à 22 pour an. 11 pour la France. 11 pour l’Inde sur 3 ans ca suffira.
      D’un autre côté ça permettra au rafale d’être un peu moins cher.

    5. Pour info, lors du MMRCA, Dassault n’avait pas choisi HAL comme partenaire principal industriel. HAL fut imposé par le gouvernement indien.

  15. Je ne suis pas un électeur de gauche. Mais je sais très bien à qui l échec d un contrat Rafale aurait été imputé, à nos gouvernants actuels. C est donc sans honte et avec une grande fierté que je peux dire Bravo, la France, Bravo Dassault, Bravo M. Le Drian et Bravo Monsieur le Président de la République ! Quelle joie pour cet heureux aboutissement !

  16. Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a à se réjouir que l’Inde puisse un jour produire ses propres rafales étant donné que c’est notre seul avion de combat…

    1. les premiers rafales arriveront en 2020 environ rajouté quelques années avant que les premiers rafales made in india sorte disent 2025. Le rafale devrait avoir un successeur à partir de 2030.
      Notons que les mirages devaient aussi être fabriqué en Inde dans les années 80, ca ne s’est jamais fait alors…

    1. Oui les anglais avaient montrer le leur depuis un hélicoptère en 2011_12 ca avait fait rire tout le monde, meme les russes.

    1. Où se trouvent les bases françaises dans cette région ? Pondichéry? Papeete ? L’indochine ? soyons réalistes !

      1. New Delhi est à 2300 km de la base d’Al Dhafra… Un allez simple sans problème pour les avions français 🙂

      2. Les bases françaises c’est à nous des les payés, les US dépenses 100 milliards par an là dedans. Merci on s’en passera.

      3. Ah ? Il faut nécessairement avoir des bases militaires dans les pays avec qui on entretient et noue des liens stratégiques ? Mince, je savais pas !… Mais alors, nous en avons au USA ???… Jacques29 pourrait nous renseigner au vu de sa culture phénoménale !!!

  17. Je crois qu’on a enfin trouvé une utilité aux socialo-bobo, la vente d’armes…Il faut admettre qu’ils sont plutôt bon la dedans! Rafale, Sous-marin, Fremm….Allez ils nous signent encore un contrat comme ça je lance une pétition pour qu’on garde Le Drian ministre de la défense à la prochaine mandature.

    1. Les socialo-bobos ne sont pas meilleurs pour les ventes d’armes que pour le reste.
      Il y a une exception de taille : Monsieur Le Drian, un des meilleurs ministre de la défense de la Ve République et un VRP des fabricants d’armes français hors-pair. Il n’a pas fait de miracles pour le réarmement de la France, mais il a limité la casse dans un environnement budgétaire hostile.
      Pourquoi donc cet homme est-il socialiste ?

      1. A défaut d’avoir des arbitrages budgétaires favorables, il permet à notre industrie de défense d’avoir les moyens de préparer l’avenir. Allez Le Drian, tu peux encore changer de camps et même cumuler les mandats, on fera une exception pour toi…, soyons fou Le Drian Président !!

      2. Faux, la somme des contrats signés à l’export par les socialos-bobos est supérieure à la somme de ceux signés par les UMP-bobos, et ceci, que ce soit dans le civil ou dans le militaire.
        Par exemple en Chine ou au Moyen-Orient.
        Et puis:
        http://www.lesechos.fr/09/12/2014/lesechos.fr/0204002098628_satellite-espion-aux-emirats-arabes-unis—airbus-classe-l-affaire–enfin–.htm
        Chacun a fait son job correctement.
        Les embrouilles dans le spatial ont bien cessé sous cette présidence?
        Vous avez bien d’autres terrains où vous pouvez attaquer ce quinquennat, mais pas sur la politique à l’export.

        1. Et l’UMP-bobo qui a des chance d’être élu profitera à plein de contrats export signés sous les socialos-bobos.

      3. Vous m’enlevez ces propos de la bouche ! 100% d’accord ! Il semble égaré , par son sérieux , dans cette galerie de pantins bavards …

        1. En un an, le nombre d’entreprises exportatrices a augmenté de 3,1%.
          http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-155791-export-ces-entreprises-francaises-qui-brillent-a-linternational-1211069.php
          BPI France, outil de la diplomatie économique dans le monde arabe
          http://www.ccfranco-arabe.org/NewsDetails.aspx?id=1633&language=fr
          2015, exportations France: +2,2% intra-UE et + 8% extra-UE.
          L’Allemagne a augmenté de 19% ses exportations vers les Etats-Unis, pendant que la France les a augmenté de 19,4%.
          La France commence tout juste son rattrapage économique et à l’export.
          Autre exemple:
          IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques):
          « L’essor des exportations françaises au Qatar est incontestable (+31% en 2014 et +25% en 2015). » « La France est ainsi devenue le deuxième partenaire commercial du Qatar derrière les Etats-Unis alors qu’elle n’était qu’en neuvième position »
          TPE et PME dopent le nombre d’exportateurs en 2015:
          http://www.lemoci.com/actualites/entreprises-secteurs/71215-2/

    2. je pense que c’est plus dû à la baisse de l’euro et la monté des tensions qu’à la couleur du gouvernement français. Ceci dit ne pas avoir une batterie qui au monde que le pays acheter va et doit faire ca doit aider.

  18. d ailleurs les chinois et encore plus les pakistanais doivent regarder ça d un œil attentif ,qu auront il a opposer a 36 rafales aesa météor dans 4 ans , évidement je parle de chose opérationnelle….
    A Pékin ça va réfléchir dur et a Islamabad si on est intelligent on va devenir carrément nerveux.

  19. Donc résumons: en quelques mois les BPC ont été vendus à l’Egypte, puis il y a eu le contrat gigantesque de 34 milliards pour la vente de 12 sous-marins à l’Australie, et enfin la vente confirmée de 36 Rafales à l’Inde augurant d’une relation stratégique à long terme avec un futur poids lourd du monde…

    Mais rien n’y fait, les « patriotes » et les amis de Sputnik vont continuer à nous expliquer que la France est en-dessous de tout en toutes circonstances, que sa technologie est à la fois chère, inadaptée, désuète, invendable, et que quand elle vend, c’est forcément pour brader de précieux savoir-faire à des acheteurs cyniques et habiles qui se frottent les mains d’avoir affaire à ces Français si naïfs et désespérés d’exporter leur camelote… que nous sommes la risée du monde, que plus personne ne voudra rien nous acheter ni ne nous prendra au sérieux, etc, etc, etc… ad nauseam ! Que n’aurons-nous pas entendu et lu au cours des derniers mois !

    1. J’ai oublié d’en mettre une couche pour les médias officiels – mention spéciale à France Info, le Monde et Libération – et leurs « experts » en roue libre ironisant et crachant à longueur d’articles sur le Rafale et autre matériel français.

      1. Laissez les « patriotes » de côté , et concentrez vous sur les faiseurs d’opinion que vous citez , rajoutez-y ceux qui partagent leurs idées , et vous aurez de belles brochettes de déclinistes , bien plus étoffées que chez les rares lecteurs de Sputnik , que vous semblez consulter par vous-même …

    2. rien à redire.. je pense comme vous ! C’est tout de même marrant (mais aussi décevant et flippant) de voir des Français faire du french bashing..

  20. Ce qui est proprement sidérant c’est le nombre de pisse-vinaigres qui cherchent par tous les moyens à dénigrer cet incontestable succès commercial, ici ou ailleurs.
    Si j’étais sûr qu’ils sont payés pour ça par je ne sais quel groupe de pression, ça me rassurerait : au moins il y aurait une raison objective autre qu’un mal-être pathologique probablement incurable.

    1. Vous confondez deux choses bien distinctes : dénigrer et décrire le réel. Nous vivons une époque où il devient de plus en plus difficile de connaître le réel , ou de le décrire de façon neutre, sans se faire accuser de dénigrement, parce que les récits arrangés du réel par les média, pour des raison diverses, sont substitués au réel. Vous suivez ?
      Un communiqué de Dassault par exemple, ne décrit pas le réel, plutôt il raconte le réel tel qu’il est perçu ou façonné par l’idéologie Dassault, ou les intérêts Dassault. et c’est valable pour les autres : Mindef, Présidence, surtout avant des élections

      1. vos commentaires ,jacques,sont nuls et non avenus;parlez de ce que vous connaissez,sinon taisez vous ,ça vous évitera de vous ridiculiser encore et encore.

      2. Tout comme Jacques29, qui ne décrit pas le réel, et qui le raconte réel tel qu’il le perçoit, selon ses propres rancœurs, ses aigreurs, tout çà parce qu’il s’est fait virer de l’armée, et que, petit, les autres enfants lui jetaient des pierres… Quelle souffrance…

  21. La Classe !!!!!
    Grande leçon de Patience de la part d Éric Trapier + l ‘ humilité de JY le Drian = Succès
    Vive notre industrie aéronautique !
    Merci aux Indiens de nous faire confiance.

  22. Donc apparement on s’en sort bien d’après la presse indienne, 90 millions par appareil, maintenance pendant 5 ou 7 ans (en fonction des sources), dassault s’agace à garder les rafales à un taux de disponibilité de 75% (probablement durant cette période de 5 à 7 ans (peut être la durée pour installer la production du rafale en inde?)).
    3,42 milliards pour les avions
    700 millions en armement
    1,7 milliard en spécification indienne
    1,8 milliards pour la maintenance.
    http://timesofindia.indiatimes.com/india/IAF-gets-Rafale-edge-India-France-sign-deal-for-36-fighter-jets/articleshow/54478489.cms
    pour les offsets c’est moins bon 75% devra prendre la forme d’importation en provenance d’Inde.
    6% en partage technologique et le reste en investissement.

    1. Rappelons aussi que les clauses offsets ne sont pas une exclusivité indienne, car c’est ainsi que noys avons du acheter les xingus pour l’AA et la Marine en compensation du contrat concerbant les pumas bresiliens par exemple

    2. Intéressant merci, on voit bien que les offsets ne concernent pas du tout un transfert de technologies du rafale, c’est juste un accord commerciale ou l’Inde achète a la France et ou la France achète a l’Inde et ou elle y investit, pas spécifiquement dans la défense.
      Et malgré que certains persistent a penser que ce contrat préfigure les bases d’un rafale made in india, moi je reste persuadé qu’il n’y en aura jamais de construit localement, peut être et sans doute qu’il y aura d’autres commandes pour compléter les 36 premiers exemplaires, mais les indiens semblent déterminer à développer le Tejas et si on a des partenariats pour développer un avion de chasse, ce sera pour celui ci et non le rafale.
      A savoir si l’Inde fait le bon choix avec le Tejas, politiquement et industriellement, oui, mais ça reste moins ambitieux que le rafale, qui restera financièrement un luxe qu’ils ne pourront pas se payer en nombre et encore moins d’en assurer une MCO, cela en va de même pour l’avion de 5e génération.
      Outre la flotte globale qui n’aura pas le choix que de se réduire, l’armée de l’air indienne sera sans doute a 40% de su-30, 40% de Tejas et 20% du reste, rafale et T-50.
      Bien sûre que les ambitions du pays, de l’armée de l’air donne le sentiment d’un énorme marché, mais il faut redescendre financièrement a leurs moyens qui ne sont pas si exceptionnel que cela.Une centaine de rafale en 3 contrats sur 10 ans c’est faisable, mais il n’y en aura pas des centaines.

      1. apparement si, il y a léger transfère de technologie à hauteur des 6%.
        les indiens parlent du radar mais surtout du réacteur.
        Si on se souvient de l’histoire avec les mirages vous avez raison mais attention le Tejas est un programme plus vieux que rafale lui meme (ou presque 83 si ma mémoire est bonne). Donc techniquement le rafale reste une option d’autant que l’AAI veut plus de chasseur moyen 90 un contrat va sortir (F16/18 et MiG35 ou encore Typhoon et Grippen seront de la partie) sans compter l’aéronavale.
        en réalité si le Tejas et le T50 fonctionnent bien et rapidement ca sonnera un échec du rafale. On y est pas du tout, le Tejas 2 est détesté par les militaires et T50 n’avance pas trop. Et encore une fois ils ne sont pas de la taille du rafale.
        je prédis plutôt 200 Tejas II, 200 rafale et 200 T50 (qui remplaceront les SU30).
        L’AAI aura donc 1 chasseur léger, 1 chasseur moyen et 1 chasseur lourd. (dans l’idéal).
        Ca permettra aussi à l’Inde d’avoir deux constructeur HAL et Dassault Inde.
        Encore une fois l’histoire vous donne raison mais elle peut bégayer…

        1. @wagdoox:
          .
          L’Indian Air Force a déjà commandé une première tranche de 120 Tejas Mk1 actuellement en cours de livraison, dont 2 sont en service depuis le mois le juillet 2016.
          Une seconde tranche de 120 Tejas Mk2 en cours de développement est également confirmée avec un calendrier de livraison indéterminé…
          L’aéronavale indienne a également commandé une pré-série de 8 « Naval Tejas » qui seront des Tejas Mk2 navalisés…
          .
          Attendons-nous donc plutôt à voir 240 Tejas de l’IAF en plus de 60 « Naval Tejas » de l’Indian Navy pour un ensemble d’environ 300 Tejas en Inde…
          .
          Je suis vos prédictions en précisant que « 200 » Rafale inclurait la commande de la Navy.
          .
          Enfin (…), chose que vous êtes nombreux à ne pas percevoir, c’est que les Su-30 MKI dont les premiers exemplaires furent livrés en 2002 sont toujours en cours de livraison et 53 restent à livrer sur les 272 commandés…
          Les Su-30 ne seront donc pas retirés avant 2035 pour les plus anciens et 2055 pour les plus récents…
          .
          De fait, l’entrée en service des Sukhoi-HAL « FGFH » (version indienne du Sukhoi T-50 « PAK-FA » russe) à l’horizon 2025/2030 ne coïncidera pas avec un retrait parallèle des Su-30 MKI…
          .
          Du reste, vous avez raison de rappeler l’intérêt porté par l’IAF d’aligner 3 catégories distinctes d’avions de combat: léger / moyen / lourd.
          – Les légers étant destinés aux missions d’appui tactiques en plus de missions de contrôle et de police du ciel.
          – Les moyens étant omnirôles.
          – Les lourds gardant un potentiel air-sol + pénétration, restent avant tout destinés aux missions de supériorité aérienne et d’interception.

          1. OK merci pour les spécification du Tejas !
            J’avais cru comprendre que le TEJAS I n’avait pas été accepté par l’AAI. Donc en réalité on aurait 3 avions de 250 exemplaires chacun (240 TEJAS, 200 raf et 272 SU).
            Pour T50 remplaçant du SU30, je suis en désaccord le SU30MKI et le « SU50 » sont tout deux des chasseurs lourds avec les memes missions. Le fait que le T50 arrive 5 à 10 avant le retrait des premiers SU30 ne veut pas dire grand chose, ca permettra à l’AAI de prendre un peu de volume. Le rafale devait aussi remplacer le mirage 2000, 16 ans après les deux avions coexistent toujours. Le programme T50 peut prendre du retard notamment en Inde.
            Enfin le programme rafale était lancé dans les premières années de la mise en service du mirage 2000 en prenant ca en reference les indiens sont déjà en retard.

          2. @wagdoox:
            .
            Je n’ai pas dis que le FGFA (T-50) ne remplacera pas le Su-30 MKI à terme.
            Mais effectivement à l’instar du Mirage 2000 avec le Rafale, Su-30 MKI et FGFA se côtoieront bien pendant au moins 2 décennies 🙂 …

          3. @wagdoox:
            En ce qui concerne les Tejas Mk1, le projet indien est de commencer les livraisons clairement pour soutenir le programme (à la mode USAF/USMC pour le F-35…) quitte à le faire par la suite évoluer ces Tejas Mk1 au standard Mk2… À suivre…

      2. @Maotchao:
        @wagdoox:
        .
        Les 1,7 Md de « spécifications indiennes » verront intervenir des sous-traitants de l’industrie aéronautique indienne et probablement israélienne en collaboration avec Dassault et plus des sous-traitants français suivent les spécifications en question.
        .
        1,8 Md pour assurer une maintenance autonome en Inde sous-entend d’emblée des transferts technologiques pour cette maintenance qui impliquera un pendant indien de Safran/Snecma, Thales, voire MBDA, au delà de Dassault.
        Cet aspect du programme pose le premier jalon d’une éventuelle production indigène de Rafale indiens.
        Déjà à l’époque du MMRCA, Dassault, Safran et Thales avaient identifié tout un réseau d’interlocuteur industriel indien susceptibles de participer à la production du Rafale.
        Les investissements français sont déjà importants notamment liés aux Mirage 2000H:
        http://www.safran-group.com/fr/media/20141028_snecma-safran-et-max-aerospace-creent-en-inde-une-societe-commune-destinee-assurer-la-maintenance-de-moteurs-davions-militaires
        .
        Et que ces investissements, même pour la maintenance ont une portée stratégique sur le même et sont liés les uns aux autres comme du Mirage 2000 au Rafale.
        http://www.safran-group.com/fr/media/20141028_snecma-safran-et-max-aerospace-creent-en-inde-une-societe-commune-destinee-assurer-la-maintenance-de-moteurs-davions-militaires
        .
        On imagine mal autant d’investissements pour un parc limité à ce jour 36 Rafale indiens…

        1. sur les 1,7 de spécification, c’est surtout l’achat et l’integration d’option non française. l’achat sera probablement israélienne voir russe mais l’intégration sera française uniquement. (sauf s’il y a des achats indiens).

          Les 1,8 millards de maintenance autonome c’est la maintenance garantie pour dassault durant 5 à 7 ans (selon les sources), elle est dite autonome dans le sens ou c’est dassault qui s’en occupe. Le ministre de la défense indienne à d’ailleurs dit que l’Inde ne dépensera pas un centime dans la maintenance durant les prochaines années.
          L’approvisionnement en pièce de rechange indienne est renvoyé à plus tard mais l’idée est là.

          L’investissement dans l’entretien des moteurs fait partie du contrat de modernisation des mirages 2000, concernant le m88 il s’agit des 6% d’offset partage de techno et des 19% en investissement.

          Donc oui on est d’accord, quand je regarde la situation j’ai l’impression de voir trois petit point à la fin du contrat, ca sent la suite.

          1. @wagdoox:
            Merci pour vos précisions sur la version indienne du Rafale à développer (intégration d’équipements israéliens et indiens, voire éventuellement russes …) et l’organisation de la maintenance en question autour de l’actuel contrat.
            .
            Mais ne perdons pas de vue les autres investissements de Dassault, Safran et Thales parallèles au contrat et renforçant l’implantation de ces industriels français en Inde pour préparer l’avenir.

  23. Patience et persévérance, les maîtres mots de la réussite pour ce contrat hautement symbolique…
    .
    Airbus doit s’inspirer de la stratégie Dassault, et ne pas renoncer à placer ces A330 mrtt en Inde et faire face sereinement à IL-78MK et B- KC46A.

    1. Au delà du nombre en perspective à produire pour l’OTAN, le F-35 va vraiment devenir le digne descendant du F-104 😉 !!!

      1. Mais bon,
        puisqu’on nous dit depuis 9 ans qu’il ne s’agit en fait que de simples « problèmes de jeunesse » de ce programme 🙂 …

        1. non franchement là non le F35 est tellement bon, rendez vous compte les français font attendre les indiens 3 ans.
          Avec les américains c’est tout de suite, le F35 est livré immédiatement
          pas FINI mais livré et ENCAISSÉ !

    2. Décidément !… C’est vraiment pas de chance pour tel bijoux technologique, à un tel prix… Tous ces problèmes… 🙂

    3. Abusé sérieux, ça fou mal, encore un coup de pub dont ils se seraient bien passé. Mais les faits sont les faits, cet avion fait flippé et ne semblent pas être encore au point. Mais ils devraient réussir à le finaliser, avec les commandes prévues, ils ont l’argent pour. Content d’avoir le Rafale. Et on pourra s’inspirer de ce que les autres font pour la nouvelle génération d’avions de chasse et faire en sorte de ne pas reproduire les mêmes erreurs quand on s’y mettra à notre tour.

      1. si au 500ième produit les problèmes continu vous verrez que tout le monde n’aura plus besoin de cet avion « formidable » la problème tactique ayant « changée ». Meme les américains si c’est pas le cas, il y a un serieux problème, limite escroquerie.

  24. Excellente nouvelle, ça devrait commencer à faire changer d’avis les indécis. Même s’il y a peu de chances que ça arrive pour le moment, j’aimerais voir le Canada choisir le Rafale, ce serait vraiment le top là.

    1. Oui, à place des 65 F-35 commandés, voir plus puisque le Rafale coûte moins cher ! ça serais un réel succès et un honneur de pouvoir équiper les Canadiens ! Mais il ne faut se leurrer, peu de chances pour le Rafale de voler dans le ciel du Nord des Etats-Unis (que j’appelle ainsi car le Canada n’étant plus vraiment souverain), si ils ne choisissent pas le F-35 ils choisirons le Super-Hornet (qu’ils commandent déjà pour couvrir les retards de l’arrivé du grand et du magnifique F-35) ou alors l’Eurofighter qui serait la dernière pression anglosaxonne..

  25. Excellente nouvelle. Bravo aux divers acteurs ayant contribué à ce grandissime succès.
    .
    Désormais, espérons que Le Rafale « Orient-Express », après l’Egypte, puis le Qatar, et désormais l’Inde, continuera prochainement son voyage vert le Levant … vers la Malaisie ! 🙂

  26. En ce qui me concerne , je sais que je vais faire bondir la majorité d’entre-vous de son confortable fauteuil favori ( suivant son moelleux le coccyx devrait toutefois s’en remettre sans trop de difficultés ) 😉 , je ne suis pas favorable au fait de vendre le Rafale à n’importe qui ni aucun autre système d’armes évolué d’ailleurs !
    Les transferts de technologie deviennent obligatoires de nos jours pour espérer signer un contrat avec des pays qui sont plus que tangents sur le plan déontologique et qui en réalité profitent pleinement de nos faiblesses socio-économiques actuelles pour nous soutirer un maximum d’informations en provenance directe de nos secteurs d’excellence qui risquent un jour de se retourner joyeusement sur nos minois effarouchés de grands naïfs que nous sommes devenus ! Il y a ce qu’on appelle le secret défense et certaines technologies de pointe ne doivent pas être transmises au premier venu sinon nous aurons les pires difficultés à maintenir notre avance et probablement notre savoir-faire et ce sont ces pays qui nous passeront devant et nous boufferont le museau à tous les repas tout en nous imposant leurs produits et leurs prix !
    Cela étant je sais bien que tout le monde espionne tout le monde et que chacun joue sa partie , que tout ceci est finalement assez relatif mais il n’empêche qu’il faut impérativement rester vigilants face à tous ces chantages qui font partie des sempiternelles négociations qui , pour moi , en sont une perversion extrêmement dangereuse !
    L’Inde a largement les moyens de démonter un Rafale ou n’importe quel avion et de l’étudier dans ses moindres détails en faisant des analyses poussées de matériaux , de composants , voir comment sont ses câblages , sa tuyauterie , sa structure interne , son aérodynamisme etc etc … Il est inutile de leur « donner » le savoir qui est le nôtre qui constitue notre point fort névralgique et qui va fondre comme neige au soleil si nous persistons dans cette voie tout-à-fait casse-figure ! Ils n’ont qu’à se bouger le popotin au lieu d’attendre que ça leur tombe tout cuit dans le gosier !
    Franchement vendre des armes et de l’excellence technologique à des pays comme le Qatar , l’Egypte et autres pour s’en sortir puis s’en réjouir est navrant et annonciateur d’un fort déclin ; nous sommes tombés bien bas !
    Evidemment je souhaite de tout cœur me tromper !

    1. @Scope .
      Si il était simple de démonter un avion de chasse et de copier les composants et de remonter, ça se saurait ! Vous pensez que acquérir le savoir faire de construire un avion de chasse performant, s’acquiert en quelques années ? Ce sont des décennies de recherche et de savoir faire et auquel les secrets de fabrication sont jalousement conservés en mode secret défense. Certes, Dassault et Team Rafale vont leur vendre une partie de leur savoir faire, c’est sur. MAIS PAS TOUT LEUR SAVOIR et surtout pas les technologies les plus récentes…
      Quand à la question de savoir si les Rafales Qataris ou Egyptiens peuvent tomber dans de mauvaises mains, il n’y a pas de grand risque… Maitriser le système d’arme du Rafale et les tactiques de combat demandent des années d’apprentissage et d’entrainement. Je vois mal un barbu s’emparer d’un Rafale et allait l’utiliser contre nos intérêts. Et même si c’est le cas d’un pilote Egyptien qui aura retourner sa veste, on saura comment le mettre au tapis vus que c’est nous qui avons conçu l’avion…Mais bon, ils ont des F16 et des Mirages depuis des décennies et il ne s’est jamais rien passé…Bref les avions de chasse, ce n’est pas le genre d’armes qui pourront se retourner notre nous contrairement à une Kalashnikov …

      1. @Jason

        Vous ne relevez qu’une petite partie de mon observation ; ce que je tiens à souligner est tout simplement le fait qu’il faut se méfier de ces gens-là qui vont nous passer devant si nous n’y prenons pas garde . Certes , comme vous dites , il est sans doute difficile de se mettre à notre niveau mais cela ne veut pas dire que ce soit impossible pour eux ! Ma vision est à plus ou moins long terme et non à court terme ; le jour où ils sauront faire , nous ne leur vendront plus rien mais eux si !
        Je vais vous raconter une petite anecdote :
        chez un avionneur bien connu , il a été demandé au service R&D de former des indiens afin que ceux-ci puissent à leur tour effectuer le même travail mais avec des consignes très strictes , notamment ne pas prendre de photos ou recueillir du renseignement non autorisé , vous conviendrez que cela semble logique à première vue , n’est-ce pas ? Seulement voilà , non seulement ils outrepassent allègrement leur domaine d’autorisations et violent toutes les règles auxquelles ils sont censés être normalement soumis mais qui plus est la direction dudit avionneur ferme les yeux sciemment sur leurs actes ! Plus grave encore le Bureau d’Etudes qui les forme ne travaille plus sur de nouveaux projets !
        Alors , peur du loup , ou bien ?

        1. @ScopeWizard:
          Avec votre exemple, vous ne colportez ici que des on dit sans savoir de quoi il s’agit concrètement…

          1. @Zayus

            En toute franchise j’aurais de loin préféré que ce soit le cas , malheureusement je crains bien que ce ne soit pas que des « colportages » ; je vous assure que je le regrette !
            Ce n’est pas quelque chose de très populaire et peu veulent tirer le signal d’alarme ; pour commencer il n’est pas normal que de telles rumeurs circulent mais je ne m’étendrai pas davantage sur le sujet qui est suffisamment épineux comme ça .
            Maintenant si vous avez d’autres infos je suis preneur , vous êtes le bienvenu !

        2. @ ScopeWizard
          .
          ce que vous exprimez dans votre post est ce que l’on appelle couramment  » la diffusion technologique ».
          .
          Dés que l’on vend un produit ( un bien ou un service ), il est susceptible d’être copié à terme par l’acquereur.
          .
          Cela s’applique à tous les biens et services qui nous entoure : du grain de riz transgéniques à l’ iphone 7 de monsieur en passant par un produit d’assurance vie pour la retraite de madame, le scooter du petit dernier, ou une mutuelle pour le hamster de la famille.
          .
          Le tout, est le temps qu’il faut pour « copier » le produit. Hors il existe, ce qu’on appelle, des  » barrières à l’entrée  » [ du marché étudié ]. Elles sont extrêmement nombreuses : cela va des normes en vigueur pour le produit , aux économies d’échelle dans le secteur d’activité concerné, de degré de technicité, en passant par l’accès aux marchés financiers pour les investissements nécessaires pour la ligne de fabrication, ou encore le niveau de développement intellectuel de la population susceptible d’acheter le dit produit, et j’en passe…
          .
          Ces « barrières à l’entrée » permettent d’accroître le « délais de copiages’ , et c’est d’autant plus vrai que le produit est technologiquement complexe à mettre au point.
          .
          Cependant, pour rester leader sur un marché déterminé, il faut toujours avoir « un coup d’avance », c’est à dire, préparer dés aujourd’hui, grâce à la R&D , un nouveau produit innovant pour demain, qui sera susceptible de mieux plaire que celui que l’on vend actuellement.
          .
          Pour ce qui est de Dassault, j’ai eu la chance, il y a un peu moins de deux ans, avoir une très longue discussion avec un cadre sup’ très proche du dossier  » Rafale indien » , mandaté par son entreprise pour rechercher des industriels indiens potentiellement susceptibles de fabriquer quelques pièces pour un éventuel Rafale make in India. Selon ses propos de l’époque, ça va être extrêmement compliqué de faire fabriquer des produit localement pour une telle technologie …, et ce, avant quelques années…Et quand ils y arriveront à maîtriser la fabrication, cette technologie sera alors devenu obsolète pour le fabricant qui leur à vendu .

          1. @lechavenois

            Merci pour vos explications mais est-ce que cette situation va perdurer ? N’assisterons-nous pas bientôt à une accélération du temps en notre défaveur ?

    2. @ScopeWizard:
      .
      La France vend des armes à l’Égypte et aux GCC depuis plus de 30/40 ans…
      .
      Quant au potentiel d’ingénierie inversée de l’Inde, sachant que l’industrie aéronautique indienne a accès aux Jaguar, Sea Harrier, Hawk et Mirage 2000 depuis plus de 30 ans, on arrive à mesurer la médiocrité de la rétro-ingénierie indienne avec un produit inachevé tels que Tejas.
      Tejas issu du programme « LCA » justement lancé il y a 30 ans(…), qui resté très lointain des performances attendues, voit aujourd’hui HAL espérer un soutien direct des ingénieurs de Dassault…
      .
      Le cas de l’assemblage en Inde des Su-30 dits « MKI » est assez édifiant au regard du cumule malfaçons et d’incidents techniques ayant entrainé des accidents…

    3. Copier un avion, ce n´est pas aussi simple que de tailler une tôle et de taper dessus à coup de marteau pour la tordre. Idem pour les composants, qui exigent 500 sous traitants rien que pour le Rafale. Quand aux composants des tôles sus citées, il faut une machine onéreuse pour tisser les composites complexes.
      .
      Sans entrer dans les détails, il a fallu dix ans à D’assaut pour intégrer les avancées du F16 &18 et les Égyptiens comme les Qatari ne peuvent nous doubler en l’absence d’industrie nationale. Pour les indiens, le contrat doit couvrira propriété intellectuelle mais même en l’état, leur industrie ne peut pas s´aligner.

      1. @Fabien

        J’en conviens , j’en conviens cependant nous ne sommes à l’abri de rien ; regardez ce qui arrive avec le successeur du FAMAS pourtant nous savions faire , non ? Bon , ce sont les allemands qui s’y collent mais il n’empêche , je m’interroge …
        Etes-vous sûr de ce que vous avancez sur les F-16 et F-18 ? Dassault était loin d’être un manche , si vous me passez l’expression , souvenez-vous des Balzac ADAV et autres Mirage G/G8 à géométrie variable des années 60 et même des projets de Super-Mirage dont a fini par émerger le Super-Mirage 4000 jugé supérieur au F-15 et c’était en 1978 ou quelque chose d’approchant ! Si nous avions eu à l’époque les finances et la volonté politique des USA , nous aurions pu faire très mal ! En tous cas , tirer notre épingle du jeu haut la main mais bon avec des si …

      2. 10 ans pour copier le F-16 et F-18?
        Le Mirage 2000 a fait son 1er vol en 1978 et le F-16 en 1974
        Concernant le F–18, si vous pensiez que le Rafale a copié ses entrées, sachez que l’A-6 possédait le même type d’entrée d’air, d’autre part le Rafale a inauguré la formule aérodynamique delta-canard avec l’interaction entre les 2 sans compter les joues qui contribuent à guider l’air vers les entrées d’air

  27. @Zayus

    L’Inde depuis son indépendance a toujours eu pour ambition de construire ses propres avions et hélicoptères tels que le Marut et le Kiran des années 60, l’Ajeet des 70’s ou le Sitara plus récent .
    Leur démonstration de remise à niveau des Jaguar est significative à plus d’un titre .
    Certes , l’industrie indienne galère pas mal mais petit à petit , bon an mal an , elle progresse ; alors veillons à ne pas scier trop vite la branche sur laquelle nous sommes assis durablement , du moins le croyons-nous …

    1. @ScopeWizard:
      .
      L’Inde avait vite abandonné ses ambitions des années 50/60 justement avec le HAL « Marut » resté sans lendemain.
      La transition au niveau des bureaux d’étude de HAL n’a d’ailleurs jamais pu être opérée efficacement des années 60 aux années 80/90 avec le développement du « Tejas ».
      .
      Potentiel indien en la matière montre aujourd’hui toutes ses limites et ses misères.

    2. @ScopeWizard
      J’ai lu attentivement vos contributions, et je comprends vos inquiétudes. Mais relativisez !
      Déjà, dites vous que si un pays a décidé de se construire une industrie aéronautique, comme l’Inde y travaille déjà, rien ne pourra l’en dissuader.
      Ensuite, si ce n’est la France qui dans le cadre de contrats, fourni une aide technologique, ce sera d’autres : Les russes, les USA …
      Les transferts de technologies inclus dans ce contrat sont de la génération de l’appareil. Or, Dassault -et ses associés Tahles, Safran, etc…- prépare en permanence l’avenir, et aura donc toujours un coup d’avance sur un éventuel concurrent indien.
      Enfin, avec ce contrat Rafale, qui est loin d’être un fin en soit, Dassault vient de prendre pied en Inde pour 40 à 50 ans ! Et encore, avec ce qui se trame en coulisse, on pourrait voir dans un futur assez proche (5 à 10 ans…) la création d’une filiale Dassault en Inde, ce dernier devenant donc un industriel … indien ! …
      Vous en pensez quoi au vu des enjeux ? Qu’il vaut mieux se trouver en dehors ou en dedans d’un marché indien ?…
      Pour terminer, lorsque vous évoquez le fait de voir -un jour- des utilisateurs de Rafale se retourner contre nous, là je vais être formel : Ce ne serait pas possible, les utilisateurs du Rafale ont besoin des ingénieurs français et des fiches techniques appropriées pour les maintenir en état de vol au vu de la complexité de la bête !… Nous sommes désormais loin, très très loin des périodes Mirage III ou V et même F1, où un mécano russe ou cubain pouvait entretenir ces avions et les maintenir en état de vol … 😉

      1. @Alpha

        Ben merci de l’avoir fait avec autant d’attention ! 🙂
        Puissiez-vous avoir raison !
        Personnellement je suis très méfiant envers ces satanés transferts de technologie ! Il devrait exister une législation pour fixer des limites !
        Prenez l’exemple du F-22 Raptor de Lockheed-Martin …
        En fait nous sommes prêts à tout pour vendre et dans le domaine des armes et surtout des plus sophistiquées , cela me paraît extrêmement hasardeux voire dangereux , voilà tout .
        Je suis d’accord avec vous , si ce n’est pas nous , c’en sera d’autres mais bon est-ce que ça changera le fond du problème ?

  28. @Maotchao:
    .
    « Et malgré que certains persistent a penser que ce contrat préfigure les bases d’un rafale made in india, moi je reste persuadé qu’il n’y en aura jamais de construit localement, peut être et sans doute qu’il y aura d’autres commandes pour compléter les 36 premiers exemplaires, mais les indiens semblent déterminer à développer le Tejas et si on a des partenariats pour développer un avion de chasse, ce sera pour celui ci et non le rafale. »
    .
    .
    En complément de ma précédente réponse à ce commentaire, je tiens à préciser que le Tejas est à 90% développé et que sa version « Mk1 » commence à entrer en service, pour bien mettre en évidence que la partenariat franco-indien au niveau du Tejas ne concernera que des améliorations concernant ce programme « Mk2 » en cours ainsi que de sa version navale « Naval Tejas » dont 8 exemplaires de pré-série sont déjà commandés…
    .
    Mais contrairement à ce que vous pouvez éventuellement sous-entendre; il ne s’agit pas d’associer Dassault/Safran/Thales à un nouveau « Super-Tejas » qui aurait des capacités comparables au Rafale…
    .
    En résumé, il n’ s’agira que d’augmenter les capacités du Tejas avec l’intégration de nouveaux capteurs et armements, rien de plus…
    Le Tejas même amélioré, ne sera jamais comparable au Rafale, ce qui laisse largement au développement de capacités indigènes de production de ce dernier.
    .
    .
    Quant à l’argument qui voudrait que « …le rafale, qui restera financièrement un luxe qu’ils ne pourront pas se payer en nombre et encore moins d’en assurer une MCO… », il est d’emblée contredit par le 1,8 Md investi par le contrat signé vendredi…
    Nous avons aussi l’exemple positif de la MCO du M53 des Mirage 2000 indiens par co-entreprise franco-indienne avec Safran.
    Et cet d’argument devient de facto caduque si l’Inde développe des capacités de production du Rafale…
    .
    .
    En ce qui concerne l’option d’une IAF composée  » …a 40% de su-30, 40% de Tejas et 20% du reste, rafale et T-50″, elle ne fait que répercuter le projet initial de Manohar Parrikar depuis son arrivée au Ministère Indien de la Défense que j’évoque plus haut; à savoir l’abandon du Rafale, pour effectivement favoriser le développement et la production du Tejas « indigène » quitte à augmenter la commande de Su-30 MKI également en Inde…
    .
    Pourtant l’IAF avait pourtant depuis les années 80/90 défini une ligne de programmes caractérisant 3 catégories d’avions de combat:
    – 1 – Léger avec le « LCA » : Light Combat Aircraft, aujourd’hui baptisé « Tejas »
    – 2 – Moyen avec le « M-MRCA »: Medium- Multi-Rôle Combat Aircraft, amené à être complété à l’horizon 2030/35 par le « MCA »: Medium Combat Aircraft, biréacteur de 5e génération.
    – 3 – Lourd avec le Su-30 MKI, amené à être complété par le HAL « FGFA » à l’horizon 2025/30…
    .
    Le projet de Parrikar que vous partagez, contredit fondamentalement cette perspective de l’IAF opposée à un tel projet.
    Nous savons aujourd’hui que cette option est aujourd’hui abandonnée par L’Inde qui ne peut certainement pas se contenter d’une micro-flotte (à l’échelle de ses forces aériennes) de 36 Rafale pour le « fun », surtout en investissant aussi lourdement pour le développement d’une « version indienne du Rafale  » (qui semble vous échapper Maotchao…) et sur la MCO localisée in situ…
    .
    « Bien sûre que les ambitions du pays, de l’armée de l’air donne le sentiment d’un énorme marché, mais il faut redescendre financièrement a leurs moyens qui ne sont pas si exceptionnel que cela.Une centaine de rafale en 3 contrats sur 10 ans c’est faisable, mais il n’y en aura pas des centaines. »
    .
    Ah enfin Maotchao ( ! ),
    vous admettez le principe du besoin indien d’au moins 90 avions de combats supplémentaires, ce qui n’était pas encore gagné il y a encore moins de 10 jours:
    http://www.opex360.com/2016/09/16/le-contrat-portant-sur-lachat-de-36-rafale-par-linde-finalise/#comments
    .
    Mes efforts et mes batailles de chiffres ne sont pas vains 😉 !
    .
    Et bien partant de ce principe qui effectivement ne fait écho qu’aux besoins répétés de l’IAF sans faire l’objet d’un nouvel appel d’offre à ce jour, il est probable que la vente de ces 90 avions supplémentaires sera remportée par le candidat le plus avancé pour assurer une production en Inde.
    .
    Car ce probable prochain appel d’offre est déjà anticipé par Mikoyan-Gourevitch, Lockheed-Martin, Boeing, Eurofighter et SAAB qui fourbissent leurs armes.
    Il n’est pas ici question de Tejas 🙂 …
    Et sans évoquer le cas Sukhoi avec HAL sur les Su-30 MKI et T-50 (pas Mikoyan-Gurevitch avec son Mig-35…), seul Dassault avec ses sous-traitants Safran et Thales reste crédible au regard du réseau déjà créé autour du Mirage 2000 en Inde et de la préparation du M-MRCA avec ses 108 Rafale devant être produits, reste favori.
    .
    Ce premier contrat de 36 Rafale marque un jalon fondamental pour la suite.
    Ne pas perdre que les 3,5 Mds € (1,7 pour la définition d’une version indienne du Rafale + 1,8 pour localiser la MCO en Inde) investis par les indiens sur le contrat signé avec Dassault seront également accompagnés d’investissements de Dassault en Inde en dehors de ce contrat.
    Des investissements destinés à préparer la suite avec la production de 90 Rafale en Inde comme l’annonce d’ailleurs Éric Trappier qui évoque ses grandes ambitions en Inde qui ne se limitent pas à 36 rafale:
    http://www.challenges.fr/challenges-soir/dassault-signe-pour-36-rafale-en-inde-et-reve-de-90-de-plus_428230
    .
    http://www.dailymotion.com/video/x4ud2lj_vente-de-rafale-a-l-inde-aide-du-gouvernement-livraison-des-avions-et-emplois-crees-pour-dassault-er_news.

Les commentaires sont fermés.