M. Le Drian explique la mission des militaires français en Libye

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

17 contributions

  1. Intox dit :

    « Mais, visiblement, les points de vue ont toujours autant de mal à s’accorder… »

    Vous accepteriez vous qu’en France il y ait une union nationale entre un parti putschiste et un parti légal ? Parce que même si le gouvernement de Tripoli est reconnu par la communauté internationale, il n’est plus légitime puisse qu’il n’a pas accepté le résultat des urnes dont personne a remis en cause la légitimité à part eux. Il faut dire que le résultat électorale ne donnait plus autant de place au parti islamiste au pouvoir. Pour moi il n’y a qu’un gouvernement a aider c’est celui de Tobrouk et on doit privilégier l’aide au Général Haftar qui fait partie des modérés.

  2. jyb dit :

    Je crois que le ministre s’adressait directement à certains contributeurs du blog.
    J’ajouterai pour extrapoler sur les non-dits du ministre que l’algérie soutien activement sarraj mais que son opacité ( à l’algérie) est un problème.
    La situation a tripoli n’est pas non plus très claire. Les milices font profil bas pour le moment mais des heurts plus ou moins graves ont lieu régulièrement.
    La situation est inquiétante parce que le gna n’arrive pas à monter en puissance. Et comme dans bien des endroits de ce conflit global, il n’arrive pas non plus à se demarquer définitivement de la mouvance djihadiste.
    Et c’est mon leitmotiv depuis longtemps : en syrie, en irak, en libye, en afrique, au yémen notre ennemi est daesh et le djihadisme.

    • Pathfinder dit :

      @jyb / HS, mais en réponse à votre post.
      Pour ma part, j’apprécie les interventions de Reality Check, et tout particulièrement le fait qu’un Algérien prenne la peine de nous faire partager des vues « d’ailleurs ». Et ce, sans jamais céder au dénigrement ou au injures, ce qui est tout à son honneur…
      .
      Détail à souligner, est que la France n’est pas moins considérée comme un pays capricieux… et opaque! Pour ma part, je m’efforce de corriger les détracteurs, et de montrer qu’il y a des divergences (parfois énormes) entre les ambitions des élus et celles des ressortissants. Ce qui se vérifie dans tous les pays!
      .
      Vos informations me permettent également de mettre à niveau mes connaissances des groupuscules djihadistes. Plus que des savoirs concrets sur des groupes définis, c’est une approche que je cherche à saisir. Nous avons à Göteborg des zozos de retour de Somalie et de l’EI qui, mélangés aux gangs locaux, commettent régulièrement des attaques à la grenade ou à l’arme automatique, et qui de plus en plus s’en prennent directement aux forces de l’ordre. Les civils n’ont qu’à frôler les murs.
      .
      Il y a un mélange des genres, et un échange des savoirs-faires qui bien-sûr s’est opéré très rapidement. Les autorités sont malheureusment bloquées par des prises de position politique, et il me semble clair que la riposte la plus efficace viendra des communautés elles-mêmes.

      • jyb dit :

        @pathfinder
        c’est peut etre parce que je suis français mais les arcanes du pouvoir français me semblent moins opaques que les jeux de pouvoir algériens.

        j’ai vu mais sans bien comprendre le phénomène ce qui se passe à malmo ou goteborg, mais le mélange criminalité/terrorisme islamique n’est pas nouveau. Bien souvent l’un sert a alimenter l’autre.
        ma réponse à rc:@reality check
        que ce soient des gros bucheurs, j’en conviens. Mais qu’ils soient foudroyant c’est faux.
        l’organigramme que vous décrivez est certainement exact, je n’en connait pas les rouages. Mais ce que je constate et développe au fil des post et malheureusement au fil des évènements c’est que cette mécanique ne marche pas, produit des abberations et conduit à des impasses.
        j’ai écrit il y a quelques jours pentagone contre cia, en plaisantant à moitié.
        Mais les élèments de preuves arrivent peu à peu. Le pentagone s’est alarmé que la cia fournissent des armes via les saoudiens aux djihadistes de tous bord en considérant que ces armes pouvaient se retourner contre des americains et alliés.
        aujourd’hui vous trouvez des photos de combattants de daesh exhibant
        des fusils vhs2 croates ! tout porte à croire que ces combattants sont dans la province de ninive et vont prochainement servir contre des français, des us, des kurdes et des irakiens…
        peut etre penserez vous que le pentagone a orchestré tout ceci pour montrer qu’il a raison…
        Moi je pense que ces armes ont été acheté par la cia et distribuées via les saoudiens a des milices salafistes qui les ont vendu à daesh ou qu’ils ont peut etre perdu lors de combat.
        Mais je ne peux pas croire que ceci résulte d’un processus décisionnel pré établi, maitrisé et controlé au plus haut niveau.
        J’ajouterai que le passage par des fonds étrangers ( saoudiens en l’occurence ) court circuite tout controle des autorités de tutelle ou de controle comme le congrès us.
        désolé d’avoir été ironique lors de ma précédente réponse.

        • Pathfinder dit :

          Il n’y a pas de mal… j’apprécie vos développements, qui remettent en question certaines de mes suspicions/convictions!
          Je crois également que vous visez juste quand vous parlez de conflits entre certaines agences, plus précisément, au sein même des agences. Il y a cependant des comptes rendus officiels dont je ne peux me satisfaire.
          .
          Pour ne pas trop étaler ce HS, j’aborderai ce que je sais (… crois savoir) sur les attaques à Göteborg et Malmö dans un article plus approprié. De plus, il me manque encore certains détails, et les évènements sont en train de se précipiter.

    • Reality Check dit :

      @Jyb
      Non mais vous plaisantez ou quoi?
      .
      La position de l’Algérie est LIMPIDE depuis avant 2011 et reste constante car elle repose sur des principes IMMUABLES:
      1) toute ingérence dans les affaires intérieures des états tiers est a proscrire (que ce soit par nous ou par d’autres)
      2) l’Algérie entretient des relations avec des ÉTATS, et ne s’immisce pas dans le choix de gouvernement des autres peuples.
      3) Les guerres civiles se règlent par le dialogue, la paix et par la réconciliation pas par la violence.
      .
      Ce qui découle de ces deux principes immuables de notre politique étrangère dans ce cas précis :
      1) L’Algérie ne reconnaît que l’état libyen en tant que tel et entretient des relations avec l’exécutif que les libyens ont choisi et que la communauté internationale a reconnu (hier Kaddafi, aujourd’hui Sarraj demain un autre c’est au Libyens de choisir)
      2) L »Algérie souhaite une opération bilatérale officielle de bon voisinage avec tout le monde. L’Algérie n’intervient pas dans les affaires intérieures libyennes et n’y intervient pas militairement.
      3) L’Algérie prône le dialogue, la réconciliation entre les parties en conflit et apporte son soutien a toutes les initiatives LÉGALES de paix, pourvu qu’elles respectent l’intégrité et la souveraineté de la Libye et le droit international.
      .
      En conclusion:
      L’Algérie ne sème pas le désordre et le chaos en Libye et n’agit pas dans l’illégalité. Pas comme certains, qui se reconnaîtront.
      Quant a monsieur le Drian, ses déclarations contradictoires sur la Libye depuis 2012 le couvre de ridicule et l’action de ses barbouzes qui soutiennent plusieurs parties en conflit les unes avec les autres achève de discréditer son pays.
      .
      JYLD est bon pour vendre des Rafales a l’export, mais il n’est pas une lumière sur les sujets de politique étrangers sur lesquels ils accumule les sorties bancales.
      D’ailleurs on voit bien que sur le dossier Libyen la France ne compte pas pour un kopeck après toutes les bourdes accumulées depuis 2007, lorsque Kadafi plantait sa tente devant l’elysee après l’élection d’un monsieur dont il affirmait avoir financé la campagne électorale…………

      • Reality Check dit :

        PS quand a Daech c’est l’idiot utile en Libye. 2000 ou 3000 barbus hirsutes qui ne seraient pas une nuisance sans l’intervention voulue par la France en 2011, et que les Libyens peuvent se charger d’éliminer avec leurs forces terrestres et avec les partenaires avec lesquels ils choisissent de travailler (les USA essentiellement).
        D’ailleurs c’est ce que dit le gouvernement libyen.
        Le président Sarraj a dit clairement ce qu’il pensait des gesticulations françaises, et un article a été publie par Laurent Lagneau sur ce site évoquant ce sujet:
        http://www.opex360.com/2016/07/21/le-gouvernement-libyen-dunion-nationale-proteste-la-presence-de-militaires-francais-benghazi/

      • jyb dit :

        merci pour la première partie de la réponse. Effectivement la diplomatie secrète algérienne intercède entre plusieurs capitales, pour trouver des issues « pacifiques » aux conflits.
        Je ne reviens pas sur l’aventurisme français passé en libye, mais je suis sur la même longueur d’onde que jyld aujourd’hui. Le gouvenement de sarraj n’offre pas assez de garantie ( question des migrants et e terrorisme ) pour lui faire confiance à 100%.

        • Reality Check dit :

          Je suis d’accord avec vous lorsque vous dites que le GNA n’est pas encore suffisamment solide.
          La position de l’Algérie (que je partage) c’est que l’exécutif de Sarraj est le le représentant légitime de l’état Libyen, et qu’il faut tout faire pour le solidifier davantage notamment en encourageant les autres parties a se soumettre a l’autorité d’un gouvernement central, car nous pensons que c’est ainsi que la Libye se stabilisera.
          Mon pays n’a pas choisi Sarraj, tout ce que nous voulons c’est que la Libye soit stable et le GNA est la meilleure façon d’y parvenir a l’heure actuelle.
          .
          JYLD en surface dit la même chose que l’Algérie officielle.
          Le Quai aussi. François Hollande aussi.
          .
          Mais en parallèle, au lieu d’aider le GNA a se solidifier, force est de CONSTATER que la DGSE fricote avec Iznogood Hiftar qui veut devenir calife a la place du calife en refusant de se soumettre a une quelconque autorité civile.
          .
          Donc la France fragilise le GNA et soutient une partie qu’y n’a aucun avenir (qui peut croire objectivement que les Libyens voudront être dirigés par un ex agent de la CIA qui a trahi son pays?)
          Le moins qu’on puisse dire, c’est que la position française t très contradictoire, vous en conviendrez.
          J’ajoute que vu d’Alger c’est perçu comme tout a fait contre productif.

  3. Jean-Marie Hervouët dit :

    M’ouais… Monsieur Le Drian n’est pas clair. Comme toujours quand un de nos politiciens parle d’une opération militaire, il oublie de préciser la fin de mission : quel est l’état final recherché ? On ne sait pas. En soutenant celui qui tient Tobrouk, on couvre celui qui tient Tripoli. Mais après ? Et jusqu’à quand ?
    .
    Pourtant le rôle du Politique est de dire clairement pourquoi, dans quel but, dans quel intérêt de la France, nos moyens militaires sont engagés (là comme ailleurs). Le gouvernement, ou son ministre spécialisé, doit nous dire pourquoi, avec quelle intention politique au bénéfice de la France, nos gars risquent leur vie là-bas.
    L’armée française n’est pas une denrée consommable pour des objectifs politiques peu clairs et encore moins pour les intérêts inavoués du parti au pouvoir. Provisoirement au pouvoir.

    • jyb dit :

      Pourtant ça a le mérite d’etre clair. Le danger immédiat pour la france c’est daesh, et quel que soit le vecteur pour frapper daesh, nous l’utilisons.
      rien de politique là dedans et même au contraire, dire ouvertement qu’il y a un problème politique en libye et que la france tractionne pour sa résolution n’est pas très feutré comme déclaration.

    • Pathfinder dit :

      Merci, nous sommes sur la même fréquence…

    • Jean-Marie Hervouët dit :

      Combattre Daesh, d’accord. Mais « combattre », c’est une action et ce n’est pas un résultat. Quel est l’état final recherché en soutenant Haftar ?

  4. Robert dit :

    Pour combattre un ennemi, l’EI, la France a donc été engagée à soutenir une faction contre une autre, ou au détriment d’une autre pour être modéré.
    Donc, nous prenons parti et engageons nos soldats dans un bourbier sans fin au milieu de factions musulmanes pour qui nous sommes des impies.
    À bientôt pour la suite des aventures.

    • jyb dit :

      un soupçon d’ironie dans votre propos mais c’est bien celà. Et j’ajouterai que ne pas le faire serai une faute majeure de notre politique anti-terroriste.

      Nous sommes le 22 septembre, le gna de sarraj a lancé une offensive contre daesh à syrte le 12 mai. En aout il a sollicité le soutien américain pour faire tomber syrte. Et la chute se fait attendre. Si vous suivez attentivement les évènements il y a un glissement de langage qui m’a intrigué. Jusqu’à recemment on parlait des forces pro gna, al bunyan al marsous, pour designer les combattants anti daesh à syrte. Et maintenant on parle des milices de misrata ! et bien oui les milices de misrata d’obédience islamistes ont pris les choses en main pour terminer la prise de syrte.
      Tout ça pour dire qu’il ne faut pas forcèment mettre tout son argent sur le mauvais cheval…

  5. Aute dit :

    Au lieu de foutre la merde en Syrie on ferait mieux de finir le boulot en lybie.
    Hein Mr Sarkozy !