L’hélicoptère d’attaque « Tigre » déçoit en Australie

tigre-australie-20160903

L’Australie a commandé, en 2001, 22 hélicoptères d’attaque Tigre ARH (Armed Reconnaissance Helicopters) auprès d’Eurocopter (devenu depuis Airbus Helicopters) pour 1,1 milliards de dollars australiens. Un contrat pour le soutien des appareils a également été signé pour 397 millions.

Seulement, ces appareils sont loin de faire l’unanimité à Canberra. Un rapport annuel de la défense australienne, sorti en septembre 2015, déplorait ainsi que ces hélicoptères n’avaient pu effectuer que 3.000 heures de vol au cours des 12 derniers mois alors qu’ils auraient du voler deux fois plus longtemps.

Un autre problème pointé par le document était le coût plus élevé que prévu de la maintenance des moteurs, accentué par la difficulté de s’approvisionner en pièces détachées. Qui plus est, plusieurs incidents, dont l’émanation de fumées à l’intérieur du cockpit – due à un condensateur défectueux d’un module d’affichage – avaient été signalés auparavant.

Le 1er septembre, l’Australia National Audit Office (ANAO), l’équivalent australien de la Cour des comptes, a, à son tour, rendu un rapport très critique à l’égard des hélicoptères Tigre ARH. Ainsi, déplore-t-elle, ces appareils exigent une maintenance de plus en plus coûteuse alors qu’ils présentent « 76 lacunes en matière de capacité » dont 60 sont « critiques ».

« La flotte d’hélicoptères Tigre n’a pas encore atteint la capacité initiale prévue par le gouvernement australien et continue de générer des coûts de maintenance élevés pour une dispobibilité inférieure à ce qui était attendu », assène l’ANAO.

Le rapport explique que le Tigre était un hélicoptère qui manquait encore de maturité au moment de sa sélection par Canberra, d’où les problèmes qu’il a soulignés.

S’agissant des coûts de maintenance, ces derniers ont atteint les 921 millions de dollars en 2016, alors qu’ils avaient été estimés à 571 millions pour la période 2004-2018. En outre, le coût de l’heure de vol est, lui aussi, largement dépassé puisqu’il est de 30.335 dollars, alors qu’il devait être de 20.000 dollars. Enfin, seulement 4 Tigre (au plus) ont été disponibles en 2015, alors l’objectif initial était de 12.

Quant aux capacités opérationnelles, les Tigre ARH ne sont toujours pas qualifiés pour opérer depuis un navire et ils ont notamment des lacunes pour communiquer efficacement avec les différents réseaux des forces australiennes, ce qui réduit évidemment son utilité en tant qu’appareil de reconnaissance.

Aussi, l’on comprend mieux la raison pour laquelle le dernier Livre blanc sur la défense australien, rendu public en février, préconise le retrait du service des 22 Tigre ARH à l’horizon 2020…

100 commentaires sur “L’hélicoptère d’attaque « Tigre » déçoit en Australie”

  1. A-t-on eu les mêmes soucis avec les nôtres? Quelles sont les différences avec les modèles européens (équipements spécifiques) qui pourraient expliquer?

  2. Appareil peu mature, communications difficiles et nom (donc version?) spécifique au pays…

    Et pendant ce temps la France les envoie en Afghanistan, au Mali etc…. sans aucun soucis.

    1. @ Leum

      Sans aucuns soucis ce n’est pas certain. Si c’est la catastrophe en Australie, il ne serait pas très surprenant que les français aient eu quelques problèmes en Opex .. Si quelqu’un à de l’information pour bien aidé à comprendre ?

      1. @ personne
        La disponibilité technique que vous évoquez n’a strictement rien à voir avec les qualités intrinsèques du Tigre… Cela concerne le maintien en condition opérationnelle (MCO), autrement dit, la possibilité de changer certaines pièces ou de faire des réparations, et donc l’approvisionnement. Comme il n’y a pas de sous pour faire les réparations, la machine reste au tapis et la disponibilité de la flotte baisse, mécaniquement … 🙂

        1. Ce n’est pas si simple. La disponibilité technique fait aussi partie des critères qui influent sur l’acquisition d’un matériel, dès lors que l’on ne peut l’assurer correctement cela joue, non pas sur les qualités intrinsèques d’un outil, bien que, mais bien ses la capacité que l’on a ou non de pouvoir l’engager au moment où c’est nécessaire. Et nous parlons là de zone de guerre.
          Qui irait acquérir un matériel déterminé comme performant, si par le plus fâcheux des hasards, il venait à lui manquer ce qui fait sa raison d’être ?
          Voici quelques phrases choisies tirées du rapport de l’assemblée nationale :
          – « Pour les hélicoptères de nouvelle génération, les Tigre notamment, les conditions d’utilisation en OPEX rendent les visites plus longues, avec des travaux supplémentaires nécessaires coûteux : traitement de la corrosion, des effets de l’abrasion, usure prématurée de certains matériels. Comme l’ont expliqué les représentants d’Airbus Defence & Space aux rapporteurs, un hélicoptère Tigre revenant d’un déploiement dans la bande sahélo-saharienne pour subir des opérations de maintenance doit d’abord faire l’objet d’un nettoyage en profondeur, qui se traduit par le retrait de plusieurs kilos de sable. »
          – « De la même manière, alors que le nombre maximum d’entrées de moteurs équipant les Tigre (MTR 390) est évalué à dix unités par an, ce plafond est dépassé depuis 2013 : 14 en 2013, 12 en 2014 et déjà dix à la mi-année 2015. En 2012, l’AIA n’avait enregistré que cinq entrées de moteurs. En outre les opérations de révision sont plus importantes qu’à l’accoutumée avec, notamment : la dégradation accentuée des compresseurs, la nécessité de nettoyer le sable incrusté profondément dans le sous-ensemble turbine haute pression, l’augmentation des dégradations du roulement ventilateur du réducteur par accumulation de sable « collé » sur le rouet ventilateur. »
          Etc…

          1. @ personne
            Pourtant, si on lit attentivement le rapport parlementaire que vous évoquez on voit plusieurs choses :
            Tout d’abord, TOUSles matériels engagés en OPEX (BSS et Afghanistan) souffrent (sauf les drones, étrangement …)
            Et surtout, et là on en revient à ce que je disais sur le MCO, les flux logistiques pour ce dernier sont assurés quand il sont identifiables et prévus.
            Par contre, pour le flux exceptionnel, qui revêt un caractère d’urgence, là, çà coince… Entraînant la mise en place « d’un système d’information logistique de suivi des ressources interarmées (SILRIA), mis en place à l’été 2015, qui permet dorénavant d’isoler les flux par nature. Son déploiement total cet été, devrait permettre par ailleurs un suivi fin de 1 000 ressources rares, appelées « ressources critiques », dont les pièces de rechange qui relèvent du MCO, tous milieux confondus. Ce déploiement améliorera l’ensemble de la chaîne logistique en facilitant le travail des intervenants tout en fluidifiant les procédures ».
            Et surtout ne pas croire que ces problèmes de MCO dus à des conditions d’emploi rudes ne concernent que la France, les autres pays engagés notamment en Afghanistan y ont tous été confrontés. Les seuls à s’en sortir ? Les américains dont la chaîne logistique est impressionnante d’efficacité…

          2. Tous les matériels « souffrent » assurément, c’est une évidence, que les matériels utilisés par les autres nations sur de tels champs de bataille aux conditions extrêmes « souffrent »aussi, c’est là encore une évidence, mais comme là nous parlons des problèmes qui touchent le Tigre qui sont l’apanage des hélicoptères de nouvelles générations, j’ai préféré en rester à ce sujet dans nos échangent. Réussir à faire voler quelques appareils pour assurer des missions de combat en immobilisant quasi tout ce qui est stationné en métropole du même type afin d’y arriver est une hérésie.

    2. Les Tigre français aussi ont des problèmes… mais comme évoqué par d’autres, c’est d’abord une question de moyens mis sur le MCO, les évolutions continues… etc.

  3. Pfiou, effectivement, quand on lit cet inventaire, ça fait peur.
    Je ne dis pas que c’est beaucoup mieux pour les matériels achetés par la France (nos Tigres j’entends), mais clairement si on veut parvenir à vendre un peu plus de choses à l’étranger, il faut éviter de se prendre ce genre de rapports…
    D’une manière générale, les coûts liés à la MCO des matériels militaires ont augmentés de façon absolument hallucinante ces dernières décénies, aspirant une énorme part du budget de la Défense (chez nous comme chez les autres), et réduisant d’autant la part du budget pouvant servir à (r)acheter de nouveaux matériels. Quand on entends que l’armée française est rustique, on a envie de dire, oui pour le personnel, mais ce serait bien que ce soit aussi le cas pour les nouveaux matériels !

  4. La fumée émise par un condensateur qui grille… En effet, ça a du être terrible!
    Que ça soit inquiétant, c’est évident. Que ça provoque la panne d’un circuit, avec des conséquences sur le bon fonctionnement de l’appareil c’est probable. Mais qu’un simple condensateur défaillant émette de la fumée à un point que ça soit perturbant au delà de la pénible odeur de grillé…
    Ça me fait penser aux innombrables défauts des A400 allemands.
    Quand on veut tuer son Tigre, etc.

    1. A priori, je suppose que cela oblige l’équipage à atterrir d’urgence, la présence de fumée à bord n’étant jamais anodine (bref sûrement une question de procédure : fumée dans le cockpit = pose toi vite !), ce qui se traduit donc par moins d’entraînement, moindre sensation de sécurité des pilotes, maintenance qui explose…

      Surtout que si ça arrive une fois d’accord, mais quand c’est récurrent, c’est qu’il y a un défaut qui frappera probablement les autres appareils tôt ou tard ! On parle d’hélicoptères amenés à aller au contact s’ils sont engagés. Je comprends que les pilotes n’aient pas envie de gérer une panne plus ou moins importante à ce moment là !

      1. Quand le problème se produit la première fois c’est évident que ça peut poser des problèmes graves et immédiats. Mais s’il s’agit bien de condensateurs électriques, ces composants sont d’un usage courant (!) ne coutent pas cher et sont très facilement remplaçables a priori.
        Au second incident on corrige l’anomalie partout et on engueule le constructeur, mais j’ai du mal à comprendre qu’on classe ça dans les problèmes majeurs d’un appareil hyper sophistiqué.

  5. Attention c’est une très mauvaise publicité pour le Tigre..
    Déjà qu’il rencontre une concurrence féroce avec l’AH-64D et le Mi-28, ce rapport vient retourner encore plus le couteau dans la plaie

  6. En fait, au départ les australiens voulaient un appareil de reconnaissance armée destiné au remplacement de ses vénérables Bell OH-58A Kiowa … Le choix du TIGRE parait donc totalement surdimensionné.
    Sans dénier les problèmes de turbines ou même la fumée qui se dégageait un temps dans l’habitacle, « quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage » ! Et pour l’opinion publique australienne, il vaut mieux dire que l’appareil d’AIRBUS n’est pas performant, plutôt que le gouvernement s’est planté dans son choix…
    Détail marrant : L’Australie est associée au dernier développement Standard 3 du TIGRE …

    1. Effectivement, amusant de voir que l’Australie continue de participer ! Après tout, ce n’est pas idiot de garder un pied dans le programme, s’ils veulent revendre leurs hélicos d’ici peu…

      Et en terme de surdimensionnement, nous remplaçons bien des Gazelles par des Tigres !
      En l’occurrence, ce qui compte, c’est le contrat : si Airbus s’est effectivement engagé à fournir une flotte dont le coût de l’hdv se stabilise à 20 000$, avec un certain montant de dépense en maintenance, alors un dépassement aussi énorme est une très mauvaise pub pour Airbus ! Je suppose (mais je peux me tromper) qu’Airbus a un peu trop promis lors de l’appel d’offres…

      1. En même temps nous n’avions rien au dessus de la gazelle… donc ça n’est pas du surdimensionnement mais du bon sens car le tigre nous permet de faire davantage de mission que la gazelle

      2. @Marine:
        .
        Non, les Tigre ne remplacent qu’une partie du parc, l’essentiel des Gazelle étant destiné à être remplacé par le HIL.

      3. Fred : il me semble, que les Australiens n’avaient pas plus que les Kiowa, donc ils sont dans le même cas que nous avec nos Gazelles !
        Zayus: apparemment ils ont aussi commandé des EC-135 (d’après Wiki, pas eu le temps de chercher ailleurs), donc leur démarche est assez similaire : plus de capacités avec le Tigre, et également des hélicos + légers.
        .
        La question est plutôt : avec quoi vont ils remplacer le Tigre ? Des EC-135 armés ou équivalent ? Ou alors avec un concurrent du Tigre, AH-1 ou AH-64 (ces deux machines ont été modernisées) ?

        1. @ Marine

          Bell et Boeing ont été sollicités d’urgence pour évaluation en Australie, rien n’est ou n’à été confirmé mais toutes les presses de défenses que j’ai consulté (dont Defense News) il y à plus d’un mois mentionnaient tous que cette convocation des deux entreprises ne pouvait être qu’en matière d’un « possible » (je précise) remplacement des Tigres vers 2020.
          .
          Il y à des chances que les deux entreprises Boeing et Bell aient également profité de l’occasion pour proposé leurs développements conjoints, le V-280 « valor » présentement en compétition contre Lockheed/Sikorsky et leurs « SB-1 » . À savoir que les deux futurs hélicoptère ferons leurs premiers vols respectif en 2017 et le V-280 est déjà entièrement assemblé. Il est donc tout à fait possible voir probable que les deux entreprises envisagent de placé ce projet pour remplacé les tigres australiens en plus de proposé leurs hélicoptères modernes respectifs (AW-1, AH-64).

    2. Exacte, le standard « MKIII » 🙂 .. Nul doutes que le gouvernement australien à un peu trop investi dans un hélicoptère qu’il juge depuis longtemps comme étant onéreux et d’un futur incertain .. Savez-vous Alpha s’il y à eu des problèmes avec le tigre chez vous en France ou en Opex ? (je n’ai rien trouvé de sérieux à posté sur le sujet)

      1. @ Nico St-Jean
        Non Nico, je n’ai rien trouvé non plus de sérieux concernant la France… J’ai lu qu’un Colonel de l’Armée de Terre se plaignait  » que l’heure de vol d’un Tigre s’élève à 25 000 euros et que, pour autant, cet hélicoptère n’est pas conforme à la configuration commandée par l’armée de terre » , mais rien sur ce qu’il entendait par « pas conforme »…
        J’ai entendu dire qu’au Mali, il y avait de nombreux problèmes au niveau des pales très sensibles au sable et à la poussière, mais ce fut aussi le cas pour les Apaches US en Irak….
        Ensuite, le Tigre a des problèmes de dispo mais pas à cause du manque de fiabilité mais uniquement par manque de pièces, là c’est autre chose …
        Après, je sais que l’Allemagne se plaignait de problèmes graves avec l’installation électrique de l’appareil… Mais l’Allemagne question crédibilité …
        Cependant, si vous aimez lire, je pourrais vous conseiller « Dans les griffes du Tigre » du Capitaine Brice Erbland, de l’ALAT, qui fait le récit de ses OPEX… Il a l’air très satisfait de la « bête » et raconte, notamment, l’étonnement de ses collègues américains impressionnés par les capacités du Tigre.

        1. 25 000€ l’heure de vol pour un helico, ca me parrait incoherant, sachant que le 2000 est a 12 000 (de memoire selon la cours des comptes)

          1. Il est loin d’être le seul à évoqué le chiffre de 25,000 euro ou 30,000 $ pour le coût à l’heure de vol du tigre.. Quand le taux de disponibilité chute, que ce soit par manque de pièces de rechange ou d’une difficile MCO le coût à l’heure de vol monte, c’est inévitable. Exactement comme les tigres australiens qui coûte 30,000 $ à l’heure de vol.

  7. Bah, comme quoi ceux qui en parlaient il y a quelque temps avaient raison. Faisons donc une analyse des derniers programmes multinationaux militaires airbus :
    – typhoon : inferieur a ce qui etait annonce, evolutivite pas si evudente, cout 30% plus cher qu’un rafale
    – NH90 : tres cher que ce soit dans sa version terrestre ou navale
    – tigre : australiens et allemands semblent tres decus. Francais et espagnoles semblent satisfaits.
    – A400M : tres cher et tres en retard
    En revanche A330 MRTT , le lakota et le Caracal sont de bonnes machines au bon prix.
    Il me semble , comme cela a deja ete debattu ici, que les programmes multinationaux doivent etre utilise avec grande prudence surtout quand les pays/armees ont des objectifs contradictoires(cas de l’allemagne par exemple) ou concurrentiel (cas de l’italie par exemple).
    Nous avons deja donné aux espagnoles la methodologie piur concevoir des sous-marins, aux italiens la capacite a creer des navires de surface a faible detection, aux allemands le savoir-faire d’aerospatial en matiere d’helicoptere (bien superieir a MBB de mon point de vue..)… Tout ca pour au final payer des esuipements plus chers, en retard et moins performants. Il est imperatif selon moi de totalement modifier la politique industrielle de défense qui se fait bettement pillee pour rien. Car les surcouts et delais des programmes sont tels que nous aurions au final pu faire sans partenariat et avoir une position concurrentielle superieure.

    1. Et oui, comme quoi faire évoluer un appareil existant est parfois le meilleur choix en termes de rapport qualité prix ! Y a t-il eu un saut technologique justifiant d’avoir affaire à un A400M plutôt qu’à un C-130 ou C-17 hormis les considérations de taille et poids (les Anglais ont choisi d’avoir de tout dans leur flotte !) ? Je ne dis pas qu’il aurait fallu acheter Russe ou US, mais peut-être qu’un appareil un peu moins ambitieux aurait fait la joie de nos armées comme du budget Défense ?

      Je ne peux que vous approuver sur la deuxième partie de votre message. Nous donnons, « partageons » un savoir-faire, et ne recevons rien en retour !

    2. sans chercher d’excuse à airbus, il faut prendre en compte qu’il un petit nouveau de secteur de la defense face aux vieux concurrents. on peut donc supposer qu’il ne planifie et maitrise aussi bien ses programmes que les autres. Pourtant chez les US, on voit que malgré l’expérience, la nouveauté d’un système d’armes complexe prend le pas sur cette experience.
      On peut donc esperer que airbus s’améliorera à l’avenir dans ces programmes meme si rien n’est certains.
      Enfin les décisions politiques et militaires en matières de choix qui établissent le cahier des charges ont aussi une part de responsabilité!

      1. Si l’entité Airbus Group est relativement nouvelle sur le plan militaire, ce n’est en aucun cas vrai pour ses sociétés ou filiales qui co-produisent hélicoptères ses avions militaires…

        1. En effet, car aerospatiale, MBB, Casa ne sont pas nés d’hiers. Or je n’ai pas souvenir d’avoir entendu parlé de gros raté chez aerospatial avant d’etre integré a Airbus.
          Fut un temps je consciderais que les fusions acquisitions des industries ee defense europeennes etaient une bonne chose, me basant sur MBDA et, dans une moindre mesure, Thales. Je dois dire qu’aujourd’hui, aux vues du changement d’epoque (au sens defense), ma vision est toute autre..

          1. @ Elmin

            C’est vrais quand regardant comment MBDA réussit, il est difficile de comprendre pourquoi d’autre fusion européennes ne fonctionnent pas aussi bien. Par contre Airbus à une bonne chance de se rattrapé avec le X-3, très hâte de voir ce qu’il en adviendra personnellement.

  8. Le tigre est objectivement un appareil présentant le spectre de capacité de la dernière génération d’hélicoptères de combat. Se faire descendre en flammes par les organes officiels d’un pays allié n’est pas anodin ! A-t-on une fois encore été mauvais dans le contrat, ou bien est-ce un jeu sur les négociations d’armement en cours… ? Un peu des deux probablement…

    1. Bonjour,

      Autant je m’y retrouve dans les générations d’avions de combat, autant je ne connais pas les capacités de la sus nommée « dernière génération d’hélicoptères de combat ». Qu’apporte le Tigre par rapport au Mi-24, à l’AH-1 (les anciennes versions, pas les AH-1W/Z) ou aux vieux AH-64 (j’exclus les + récents) ? Furtivité ? Plus d’informatique (est-ce un avantage ou un moyen de faire exploser les sources de pannes et la MCO) ? Plus grande diversité d’armement ?

      1. On peut par exemple observer qu’il n’y a pas de viseur de casque Topowl sur les Mi-24 et AH-1, qui permet d’optimiser le faible nombre de coups du canon de 30 mm du Tigre.

        1. Oui Zayus, la dernière version du AH-1, le AH-1Z « viper » produit pour l’Instant à 52 exemplaires est équipé du Top Owl de Thales 🙂 .

      2. @ Marine

        Comparé aux anciennes versions (tous des années 80’s et même 60’s pour le Cobra) et bien le Tigre est pratiquement supérieur en tout point (le contraire serais très inquiétant..) Mais sinon même si le Tigre est inférieur à certaines versions modernes des autres hélicos de combats, il n’en reste pas moins efficace quand il vol, dans un conflit de faible intensité, les hélicos serons toujours les bêtes noirs de l’ennemie qui n’a aucun moyen de se défendre contre ce type d’appareil (surtout de nuit), la seul différence majeure est que l’Apache emporte bien plus d’armement que la plupart des autres appareils (au nombre de coups de 30 mm notamment) même pour les anciennes versions.

        1. @ Nico St-Jean
          La différence entre le Tigre et l’Apache, c’est déjà le poids : 6 T pour le premier, et 11 T pour le second. Ce qui explique la différence d’emport d’armement en faveur du second… Ensuite, c’est l’utilisation qui en est faite : Extrêmement maniable et léger, le Tigre est prévu pour s’infiltrer, au ras du sol, en vol tactique et attaquer. Pour les hélicoptères Apache, ce sont plutôt des plates-formes d’artillerie volante, très stables avec un gros radar, qui tirent en altitude. Deux conceptions différentes pour deux utilisations différentes …
          Mais les américains ont été très surpris des capacités du Tigre et de l’utilisation qui en a été faite en Afghanistan : L’US Army a ainsi demandé que l’ALAT détache un officier de liaison à leur école de Fort Rucker, en Alabama… 😉

          1. @ Alpha

            Bah ce sont deux hélicoptères d’attaques, ils ont globalement le même rôle, d’ailleurs, pendent la guerre du Golf l’Apache fut justement utilisé en vol tactique ras-motte pour détruire les batteries AA irakienne .. ils font les mêmes choses il est vrais que le Tigre est plus agile, il à aussi un tout petit avantage au niveau de la porté. Si l’apache est si lourd, c’est avant tout parce que les américains l’ont conçu pour être très résistant au niveau balistique, (1110 kg de blindage) il y à aussi le système de carburant auto-obturant qui permet les projectiles ennemies de percé le réservoir de carburant sans que le tout prenne feu, d’ailleurs un documentaire sur l’hélico existe, les pilotes expliquent qu’ils retrouvent très souvent des projectiles de 12,7 mm dans le réservoir après une mission. L’apache est un appareil particulièrement sécuritaire en zone de combat dû justement en raison de son blindage, et donc de son poids.
            .
            Je n’ai jamais embarqué sur un Tigre, mais son défaut le plus fréquemment documenté est justement ça fragilité en zone de combat (au niveau balistique). Contrairement à l’apache par exemple. Mais sinon, peu importe le rôle, l’Apache est globalement un meilleur hélicoptère que le Tigre, que ce soit en protection, capacité d’emport, avionique et système embarqué, et ce n’est pas contre le Tigre, j’ai vue plusieurs documentaires sur l’armé française en Afghanistan et à chaque fois que le Tigre était dépêché comme appui-feu, les combats cessaient rapidement en faveur des soldats français, mais il faut dire les choses tels quelles sont.

          2. @ Nico St-jean
            Ce sont effectivement deux hélicoptères d’attaque…
            Mais à ce moment, comparons l’AV-8 Harrier et le F-15 Strike Eagle… Ce sont deux avions d’attaque, non ? 🙂
            Et non, pas peu importe le rôle… L’Apache fait du « radada » dans le désert irakien, mais en Europe, en ex-Yougoslavie notamment, l’animal n’était pas vraiment à l’aise, et de fait, particulièrement vulnérable à tous les armements sol-air…
            Le Tigre, plus léger, moins blindé, mais particulièrement manœuvrant se faufile entre le relief . C’est un appareil résolument moderne, mettant en service des technologies de pointes. Son fuselage est intégralement réalisé en matériaux composite, et si l’allègement ainsi obtenu accroît son agilité et sa maniabilité, sa signature radar en est également affaibli. Cette dernière est de plus limitée par l’étroitesse de la silhouette, ainsi que par l’utilisation de peinture à faible émissivité infrarouge. Appareil robuste, le Tigre supporte les conditions nucléaire, bactériologique ou chimique (NBC), les moyeux et les pales résistent à des tirs de 7,62mm, les réservoirs sont auto-obturant et la boite de transmission principale peut fonctionner sans huile pendant au moins une demi-heure. En cas de crash, le train principal absorbera une partie du choc, puis la déformation du fuselage résorbera le reste de l’énergie, assurant au maximum la survie de l’équipage…
            Franchement Nico, je ne dis pas que l’Apache est inférieur mais différent, mais ouvrez des yeux objectifs sur le Tigre…
            Si j’osais vous taquiner, je dirais : et aussi sur le F-35…

          3. @ Alpha

            Ouais.., je pense que votre comparaison est un peu trop poussé entre L’AV-8 et le F-15E .. en comparant le Tigre à l’Apache je pense que l’on pourrais dire F-15E contre F-16.
            .
            Concernant le conflit de l’Ex-Yougoslavie, c’était avant tout des problèmes récurrent de MCO lié à du personnel pas assez qualifié.. les pilotes décollaient avec un appareil très mal inspecté et surtout équipé, c’est principalement ce problème la qui fut mentionné et c’était vraisemblablement la toute dernière « période rude » qu’à connu l’Apache 🙂 Après, guerre d’Afghanistan et d’Irak, l’appareil était parfait, quelques problèmes ici et la, quelques appareils abattue mais rien d’anormal pour 10-15 ans de guerres. En revanche, des milliers d’ennemies abattu et dans les deux guerres, l’Apache était surnommé « la mort noir » . quelque soit le conflit de faible intensité, un hélicoptère d’attaque fera toujours des ravages.
            .
            Sinon désolé mais je ne me sens pas vraiment comme étant contre-objectif, je l’ai dit à plusieurs reprises, j’aime bien le Tigre mais c’est un appareil fragile, difficile à développé et qui coûte assez cher en plus de ne pas être du tout au même niveau que l’Apache E en avionique embarqué, du moins pas avant Tiger MKIII vers 2023 (de mémoire) j’ai déjà fait un gros post avec sources la dessus, Les deux versions du Tigre Français sont plus cher que l’Apache E et ils ne sont comparable technologiquement parlant qu’avec la version « D » On peut dire en restant tout à fait objectif que cette appareil à un mauvais ratio qualité prix si ont le compare avec l’Apache. Mais cela est avant une question de goût et de perception, et non d’objectivité, j’aime bien mieux l’Apache parce qu’il est solide et qu’il emporte énormément d’armement tout en étant en avance sur les autres hélicoptères d’attaques dans le monde pour encore un petit moment technologiquement parlant, vous aimez vraisemblablement mieux le Tigre parce qu’au prix d’une certaine fragilité (justement dû à ça cellule composite légère) l’appareil est plus agile que la normal. chacun ses goûts et préférences et il y à des tas de choses que j’aime bien mieux du côté européen qu’américain, ils sont bon dans pratiquement tout et capable de pratiquement tout faire dans le militaire, mais ils font parfois des choix horribles à mon sens, comme de gardé le Harpoon aussi longtemps alors que depuis des années qu’ils sont capable de produire de biens meilleurs missiles, ou encore l’affreux programme LCS qui seras pas mal dans 10 ans puisque chaque navire se verra ajouté de l’armement, (mais pourquoi n’ont-ils pas fait ça d’est le départ )) Ne vous inquiétez pas Alpha, ce n’est pas parce que j’aime le F-35 et réalise qu’il à bel et bien du potentiel que je suis systématiquement scotché sur du Made in USA 😉 Mais ils sont bon dans le militaire, je pense que tout le monde peut se mettre d’accord la dessus et c’est pourquoi j’aime beaucoup leurs équipements.

  9. Mensonges et délires ne serait-ce que la capacité à opérer à partir d’un navire je laisse le reste à des commentaires plus précis de spécialistes

    1. Je ne suis pas spécialiste de la question, mais il me semble que la « navalisation » du Tigre, en cours depuis des années, est effective au niveau Block 2 depuis fin 2014.

        1. Le Tigre est homologué sur les BPC depuis 2009, après des tests commencés en 2007. Je pense d’ailleurs qu’à peu près n’importe quel hélico doit pouvoir se poser et décoller du pont d’un BPC par mer calme pour autant que sa masse ne défonce pas le pont. Sur une frégate c’est plus compliqué.
          Ça ne signifiait pas pour autant qu’il soit navalisé, c’est à dire apte à être embarqué en permanence sur un bâtiment, notamment à cause des problèmes posés par la corrosion marine. Ceci dit, l’avis d’un spécialiste serait le bienvenu.

          1. @Caton:
            .
            Non, pour l’ALAT et l’Armée de l’Air, la navalisation désigne la conversion des équipages et mécaniciens destinés opérer dans un environnement naval tel que celui offert par les BPC dans lesquels ils seraient embarqués en campagne.
            http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/sur-le-pont-avec-tigre-et-caiman
            .
            http://www.helicopassion.com/fr/02/gam03.htm
            .
            Pour les hélicoptères la « navalisation » que vous évoquez au sujet de la corrosion est valable pour les versions navales d’hélicoptères tels que par exemple le Caïman avec les NH-90 NFH ASM dont la mer est l’environnement permanent; chose qui ne sera pas le cas pour aussi bien pour les Tigre français qu’australiens…
            .
            Sinon, les Tigre (comme les Gazelle, Puma et Cougar) impliqués dans l’opération Harmattan en 2011, ne faisaient pas qu’apponter ou décoller sur les BPC. Ils y étaient directement embarqués le temps de leurs opérations.
            .
            Les Tigre HAP étaient donc déjà navalisés en 2011 avant les « Block 2 » plus connus sous la désignation « Tigre HAD », arrivés en 2014 et navalisés la même année:
            http://www.aerobuzz.fr/breves-defense/l-alat-recoit-son-premier-tigre/
            .
            http://www.defens-aero.com/2014/04/une-campagne-temps-froid-pour-le-tigre-had-block-2-et-des-cougar-renoves.html
            .
            http://www.journal-aviation.com/actualites/28302-qualification-finale-du-tigre-had-block-2
            .
            Notons au passage que les hélicoptères à patins tels que les Gazelle sont difficiles à manoeuvrer sur le pont d’un navire que les hélicoptères à roues.
            .
            Il semble que le fait que les Tigre « Block 2 » ou « HAD » effectivement navalisés en 2014, vous ait amené à penser qu’ils étaient les premiers …

    1. oui et pour en faire quoi? le retrofit sur des pré séries de surcroit de standard différent n’est peut etre pas une si bonne idée que ca…

      1. C’est tjs lieux que les hélico en carton type Gazelle, même si ça ne sait pas tirer de missiles.

  10. Il semble d’après ce que les infos du Mali que cet appareil aie rendu les services attendus dans les Ifoghas …Seuls les pilotes seraient en mesure de nous donner des informations utiles !…

  11. Il faut connaître les Anglo-Saxons, quand ils ont une raison de vouloir quelques ou pas … ils sont capables d’aller raconter n’importe quoi dans la presse.

    Le Tigre coûte cher … oui effectivement, mais comme l’Apache ce sont les hélicoptères derniers cris de … combat.

    Si on veut du rustique, on achète russe !

    Comment se fait-il que la France parvienne à utiliser le Tigre au Mali (désert n’ayant rien à envier à l’Australie) ?

    1. L’Apache c’est pas du dernier cris, le Tigre oui . Je dis pas cela par chauvinisme, vue se que peut faire un tigre en volant on peut parler de rupture technologique. (je ne sais pas si c’est une plus valu en combat.)

  12. C’est bien connu en France dés que l’on constate un dysfonctionnement , en rendre compte s’apparente à une trahison … Un pilote de tigre ne prendrait le risque d’être interdit de vol en se faisant remarquer de la sorte …..Au Kosovo , les chars Leclerc qui tombaient en panne étaient obligatoirement dépannés de nuit , ils devaient ainsi rester sur place , les ordres étaient de simuler un dispositif …. Du FM Chauchat en passant par le famas , des matériels français parfois invendables en raison de problèmes techniques liés à leur conception sont devenus dans notre imaginaire collectif les meilleurs du monde . C’est ce que j’appellerai le syndrome de la ligne Maginot , à force de dire que personne ne pourrait la franchir , les français avaient fini par y croire …..

    1. Le syndrome français, c’est de penser que les problèmes n’existent que chez nous et pour nos matériels.
      Des problèmes, il y en a partout et pour tout le monde, personnes n’y échappe.
      Tartempion, vous êtes le maitre pour critiquer la France, ses matériels, ses décisions et plein de choses, mais intéressez vous fortement aux autres pays (non pas juste ce que vous estimez être « bien ») et vous cesserez très vite vos commentaires, croyez moi.
      Mais le voulez vous en réalité? Je pense que non, vous n’aimez pas la France et les français et vos commentaires ne font que de le démontrer.Toujours à critiquer et a afficher les points négatifs français pour les comparer aux points positifs des autres pays, vous avez une attitude douteuse, en plus de votre méconnaissance générale, bien trop liée a internet et pas assez a la pratique.
      Sachez que tout les problèmes dans l’armée française sont relevés, cessez donc d’imaginer que les personnels sont soumis a un devoir de silence sous peine de sanctions, bien au contraire, tout le monde doit relever ce qui ne va pas.Ensuite posez vous la question de l’utilité d’informer en permanence le public de ces choses? Ce sont des problèmes et des cas qui restent en interne ainsi que chez les industriels, inutile d’en informer le boulanger et le le médecin de chaque village de France.
      Vous pensez que les chars américains, israéliens, russes ou allemand ne tombe pas en panne? C’est quoi votre histoire du Kosovo? ça c’est vous qui l’inventez en ayant pris au sérieux très certainement un commentaire sur un blog.Un char qui tombe en panne, on fait intervenir immédiatement un dépanneur, on attend pas la nuit pour « cacher » cela, bien au contraire si on suit votre logique, en le laissant toute la journée on augmente les chances que l’on voit cela et dans un contexte de guerre, il n’y a pas de place pour votre connerie de supposition.
      .
      Vous voulez faire quelques chose pour la France? arrêtez donc vos commentaires pour éviter de la faire passer pour une merde unique dans le monde.

      1. Si l’armée française est qualifiée de grande muette cela ne doit pas seulement tenir au hasard . Pour exemple , ce général de gendarmerie entendu en commission au sujet de la lutte contre la délinquance qui a été sanctionné pour avoir donné un point de vue opposé à celui de Taubira …..Pour les problèmes techniques liés aux armes ou à l’organisation interne , je voudrais vous rappeler que le FAMAS n’a jamais intéressé personne , que le VAB à 4 roues étaient instables et a causé la mort de nombreux soldats en ex-Yougoslavie , que le char Leclerc a été vendu à perte et a connu des problèmes techniques innombrables http://www.marianne.net/Le-char-Leclerc-un-bide-a-113-millions-par-an_a184346.html .
        Il y a aussi la farce du porte avion Charles de Gaule avec ses problèmes d’hélices ,de pont , de chaudière, l’ A 400 M incapable de larguer des parachutistes , le sketch de l’équipement félin beaucoup trop lourd et quasiment inutilisable en l’état , sans oublier les brodequins à jambières attenantes dont les semelles se décollaient , un problème que tout le monde connaissait mais qui n’a pas empêché que la France 5 ° puissance mondiale d’envoyer ses soldats au Mali ainsi équipés quitte à être ridiculisée .
        Il y a aussi ces épouses et mères de militaires qui ont été obligées de dénoncer les conditions de vie exécrables de leurs maris et enfants au Mali et en République Centrafricaine auprès de leurs élus . Il aura fallu qu’une commission d’enquête dénonce l’indigence des moyens de soutien pour que le gouvernement socialiste accepte d’y envoyer du matériel de vie en campagne , des moustiquaires , des douches des sanitaires , des lessiveuses etc…
        Si vous voulez encore d’autres exemple sur notre savoir faire n’hésitez pas à me le faire savoir .

        1. le VAB à causé la mort de beaucoup de soldat en ex yougo? ça fait des années que je lit que le VAB résistait avec surprise aux mines à cause de la forme de sa caisse ensuite concernant mon mandat au kosovo en 2002 j’ai pas vu de leclerc en panne en 4 mois de missions et pour votre gouverne il tombe pas plus en panne qu’un abrahams et pour finir sur le CDG faut pas oublier que durant la construction l’achat d’un avion américains c’est greffé au programme et que les normes de radio protection ont changé entre temps

        2. Tartempion
          Vous n’avez jamais ete militaire, me trom-je ? Car si vous aviez servi dans une des trois armee, vous sauriez qu’au moins un de vos exemple est grotesque.
          Concernant la marine nationale, et le CdG, mon domaine on va dire, le pont a ete allongé et renforce suite a la decision d’acheter des hawkeyes , un avion lourd et grand necessitant plus de place et un pont plus renforce. Cette modification a rapidement faite par l’arsenal.
          Concernant l’helice : oui c’est arrivé, une fois, comme cela arrive a de nombreux navires surtout tetes de serie. Allez vous reseigner sur internet sur les deboires des LCS americains, des astute britanniques, des S80 espagnoles ou d’un peu tous les modeles russes (surtout le kuznetsov qui ne peut s’eloigner a plus de 200 km des cotes du fait de son manque total de fiabilité requieranr la presence constante d’un remorqueur de haute mer).
          Entre temps, le CdG a parcouru a lui seul plus de distance a la mer que le Foch et le Clemenceau reuni , sur la meme duree evidement. Il a ete capable de maintenir un dispositif aeronaval intense avec une disponibilite exceptionnelle pendant des missions de 2 mois. Seul les etats unis ont ce savoir faire, et nous !
          Dites vous bien que vos autres exemples sont tout aussi absurdes : l’A400M est loin d’etre exemplaire, mais il est prevu qu’il soit operationnel en 218, on n’y est pas. Et d’ailleurs le probleme para est resolu et le probleme franco francais du ravitaillement helico en passe de l’etre.
          Concernant le VAB, vos semblez penser qu’il s’agit d’un VCI , ce qu’il n’est pas. Le VAB est un camion blindé ! Le VCI est le VBCI, et avant lui l’AMX13 (ou 10 je sais jamais)…
          Quand au tigre, c’est un helicoptere de combat d’influence française, donc tres different de ceux des russes et americains. En France le VolTac c’est 1 m au dessus du sol, ailleurs c’est 10. Le tigre a ete concu pour pouvoir etre utilisé dans ces conditions, comme les gazelles et meme les puma avant lui.
          C’est egalementle premier helicoptere ee combat pur construit par aerospatiale/MBB . Quand on voit l’appuie feu qu’il a ete capable d’apporter lors D harmattan ou de Serval, je vois mal en quoi il serait criticable.

          1. « et avant lui l’AMX13 (ou 10 je sais jamais) »…
            .
            C’était le « AMX10 P », que le VBCI a remplacé dans les unités mécas… 😉

          2. Pour le CdG les 3 problèmes ressassés sans cesse avaient à l’époque été anticipés depuis parfois plus de 5 ans, notamment le problème des hélices dont les défauts de fonderie faisaient suite à un design hydraulique très complexe dû au fait que le cahier des charges initial prévoyait que le navire devait être capable d’avoir une vitesse de 30 noeuds pour pouvoir catapulter les F18 ancienne génération censés remplacer les Crusader. Comme il avait été décidé que les réacteurs nucléaires devaient être exactement les même que ceux des SNLE (un peu courts pour un PA), la seule façon d’obtenir les 30 noeuds était de faire des hélices très optimisées. Ces hélices s’étaient avérées impossibles à fabriquer en fonderie sans des taux de retassure importants mais il avait été décidé de faire « pour le mieux » sachant que l’abandon des F18 pour les Rafale ne nécessiterait que d’avoir 26 noeuds et que donc les hélices seraient moins sollicitées. Dès les premiers contrôles (par radiographie notamment) les ingénieurs de la DCAN ont constaté qu’effectivement les hélices avaient de gros défauts, mais, comme ce fut le cas pour la piste oblique et les rayonnement ionisants ont décidé de voir ce que ça donnerait dans la réalité tout en prévoyant un plan B. L’étape 1 du plan B consistait à utiliser les 2 hélices de rechange du Foch et du Clémenceau (jamais utilisées jusque là) qui permettaient d’obtenir 24 noeuds largement suffisants pour catapulter des Rafales au standard F1, l’étape 2 consistant à faire fabriquer des hélices plus simples que celles conçues dans le projet initial et permettant au CdG d’avoir une vitesse maximale de 26 noeuds tout a fait compatible avec la version F3 du Rafale. J’ai eu connaissance de ce plan B avant le début des essais à la mer du CdG lors d’une semaine des réserves à la fin des années 90, donc, en gros, le problème et sa solution était identifié vers 1995.

          3. si on veut pas être trop imbécile ,on peut dire que maintenant les industriels ne font plus de prototype sur certains matériels ,et surtout sur le Charles de gaule ,puisqu’il n’y en a qu’un ,concernant l’hélice perdue :Ayant perdu en mer une hélice, dans la nuit du 9 au 10 novembre, le « Charles-de-Gaulle »fût immobilisé au large de Toulon. Des ingénieurs avaient pourtant mis en garde le ministère de la Défense. la rupture pure et simple d’une hélice dans la nuit du 9 au 10 novembre dernier, alors que le « Charles-de-Gaulle » croisait dans l’Atlantique, au large de la Guadeloupe. En prenant la direction des côtes américaines. le porte-avions est rester à l’ancre, au large de Toulon, et le ministère de la Défense a ordonner une enquête pour comprendre ce qui s’est exactement passé et pourquoi. Les premières investigations ont montrer, en effet, que l’hélice, qui s’est brisée sur un bon mètre, était défectueuse bien avant son montage sur le porte-avions. A trois reprises au moins, des ingénieurs de la Direction de la construction navale (DCN) d’Indret, près de Nantes, n’avaient-il pas signalé une « structure défaillante », avant de conclure à « la non-conformité de l’hélice au regard du cahier des charges » ? Scandalisée, la CGT choisit de porter la polémique sur la place publique : elle dénonce un « sabotage », et réclame des comptes au ministre de la Défense, le socialiste Alain Richard. « Je lui ai écrit le 20 novembre, explique Jean-Claude Naudet, secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs CGT de l’Etat, en soulignant que tout le monde savait, depuis le début, que cette hélice était défectueuse. Malgré cela, quelqu’un a pris la décision de l’installer sur le porte-avions. Il faut trouver les responsables et prendre les sanctions qui s’imposent disait ils . Naudet enfonce le clou : « Entre les soupçons répétés de corruption et les problèmes du Charles-de-Gaulle, la DCN est régulièrement mise en cause. Mais les salariés n’y sont pour rien. Ils sont écœurés. » A l’arsenal d’Indret, l’affaire de l’hélice relèverait depuis belle lurette du secret de polichinelle. « Comme c’est la règle, témoignait un agent (sous couvert d’anonymat), quand le sous-traitant a livré l’hélice, nous avons effectué des tests. C’est une sorte de radiographie pour voir à l’intérieur de la matière. » Or, selon plusieurs personnes qui ont eu accès aux rapports transmis à la DCN, cet examen avait permis de déceler des « anomalies ». « Il était question d’un problème dans le moulage, comme de la présence de bulles », assure un proche du dossier, lequel se dit « surpris » par la décision d’installer l’hélice sur le porte-avions en dépit des observations des ingénieurs. Entre la soudure des premières tôles et la mise à l’eau du « Charles-de-Gaulle », plus de treize années se sont écoulées. A-t-on voulu faire l’économie d’un nouveau retard dans l’achèvement du programme ? « A mes yeux, c’est la seule explication possible, analyse un expert. Quand une pièce ne répond pas rigoureusement au cahier des charges, elle doit être refusée. Si cela n’a pas été le cas, c’est que, cette fois, les considérations techniques ont été reléguées au second plan. Les gens qui ont fait ce pari ont pris un très gros risque. »..
            Qui a donc signer la décisions de monter l’Hélice ….le ministre ,le président qui ???au fait on a su je ne me souvient plus après ….
            si y’a bien une explication de Libé par Merchet :
            «Scandaleux!» L’amiral Jean-Luc Delaunay, chef d’état-major de la Marine nationale, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le dernier épisode des malheurs du porte-avions Charles-de-Gaulle: la fracture de son hélice en mer des Caraïbes puis l’incendie volontaire des bureaux de l’usine où elle a été fabriquée (lire Libération des 2 et 3 décembre).

            A bord du bateau, rentré penaud à Toulon le 22 novembre, «le moral est dans les godasses», constate un officier. «On a vraiment reçu un coup sur le crâne», reconnaît son «pacha» Edouard Guillaud. Un premier maître avoue même craindre de rentrer dans son village, de peur des moqueries de ses copains de bistrot. Après une longue série de déboires, l’affaire de l’hélice a fait déborder la coupe et les marins hésitent entre l’abattement et la rage.

            Le 22 décembre 1997, une petite cérémonie avait lieu sous la grande verrière métallique des ateliers de la Fonderie de l’Atlantique, à Nantes. La première hélice du Charles-de-Gaulle était officiellement livrée: c’est un monstre de 19 tonnes et 6 mètres de diamètre, doté de quatre pales et fondu dans un alliage de cuivre et d’aluminium. Elle coûte environ deux millions de francs et il en faut deux pour faire avancer le bateau. En comptant les rechanges, la Fonderie de l’Atlantique en fabriquera quatre, pour huit millions de francs.

            Deux d’entre elles, celles de bâbord, sont bonnes pour la poubelle. Les ingénieurs militaires s’en doutaient depuis longtemps. Début 1998, les spécialistes du Service industriel de l’armement (Siar) de la Délégation générale pour l’armement émettent des «réserves» et jugent que les hélices ne sont pas conformes au cahier des charges. «Tout le monde savait qu’elles étaient défectueuses», affirmait, mardi soir, la fédération CGT des travailleurs de l’Etat, bien implantée dans les arsenaux. Tout le monde le savait, mais personne n’a rien dit, pas plus les arsenaux que la Marine ou la CGT.

            Artifices. Pourquoi l’hélice a-t-elle cassé? A cause d’un problème de métallurgie. La Marine avait besoin d’une hélice d’une forme très élaborée. Un casse-tête pour un fondeur qui doit «gérer» les problèmes de refroidissement progressif du métal. Pour réaliser la commande de l’arsenal de la Direction des constructions navales (DCN) d’Indret, le PDG de la Fonderie de l’Atlantique, Joël Archer, et son équipe durent inventer une solution, avec force calculs d’«artifices de fonderie». Schématiquement, il fallait réinjecter du métal dans le moule, ce qui provoqua des «masselottes» (portion de métal en excédent) que les fondeurs ne surent pas parfaitement traiter. «La ligne de cassure suit l’une des arrivées de métal», assure un spécialiste.

            Cette très haute technologie demande du temps. Or, la PME de Nantes n’en avait pas, comme le notait alors le magazine officiel de la Marine, Cols bleus: «Pas question de retard. La DCN se montrait ferme. Prévoir, en septembre 1996, de livrer une hélice à Noël 1997, relevait de la mission impossible. Sauf à se dire que viser le nec plus ultra, c’est bien, mais la vie industrielle impose d’autres contraintes, dont celle de la rapidité.» Une situation confirmée aujourd’hui dans la Marine: «Qui, début 1998, aurait pris la responsabilité de dire que le Charles-de-Gaulle allait encore prendre six à neuf mois de retard, à cause de l’hélice?» On croit rêver, concernant un programme toujours pas opérationnel quatorze ans après la décision de le lancer.

            La Fonderie de l’Atlantique, devenue Atlantic Industrie depuis son rachat par la société LBI en février 2000, est la seule entreprise française capable de produire de telles hélices. Une activité stratégique lorsqu’il s’agit par exemple de fondre celles qui équipent les sous-marins nucléaires.

            Si la Fonderie de l’Atlantique dut réaliser une hélice (trop?) complexe, c’est que la Marine ne pouvait pas s’en passer. Le Charles-de-Gaulle est en effet un bateau sous-motorisé. Faute de moteurs assez puissants, il a besoin d’hélices très performantes. Une conséquence du choix de la propulsion nucléaire. Comme il était trop coûteux de concevoir un nouveau réacteur pour ce bateau de 40 000 tonnes, les marins durent utiliser deux réacteurs de sous-marins. Un peu comme si l’on installait deux moteurs de voiture pour faire rouler un semi-remorque…

            Chalumeau. A ces problèmes militaro-industriels, s’ajoute désormais un parfum de barbouzerie. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les bureaux d’Atlantic Industrie ont été incendiés. Des traces de chalumeau ont été découvertes sur les armoires-fortes où sont stockées les documents. Le directeur a finalement déposé une plainte lundi après-midi, trois jours et demi après les faits. La gendarmerie maritime est chargée de l’enquête. Cet épisode intervient alors qu’une enquête sur l’hélice a été confiée à l’inspecteur de l’armement, Daniel Estournet. Une partie des documents qu’il recherche pourrait avoir été détruits.

            En attendant, la Marine va devoir installer les vieilles hélices du Clemenceau sur le Charles-de-Gaulle, en espérant ne pas trouver un nouveau pépin sur la ligne d’arbres. Si tout va bien, le porte-avions devrait être réparé début avril. Mais il se traînera. «On fera du vingt-deux nœuds», assure un amiral. C’est-à-dire dix nœuds de moins que le Foch, vendu aux Brésiliens.
            Jean-Dominique Merchet — 7 décembre 2000 à 07:38

            les vielles hélices ont été installés je m’en souvient ….le responsable décideurs qui a dit oui pour l’installation de la fameuse hélice défectueuses …l’a t’on trouvé ?? en tous cas OUF c’est pas FLAMBY c’est déjà çà !

            amusant aussi cette barbouzerie

        3. Quand au terme de « Grande muette » , il vient du debut de la 3 eme republique ou les militaires n’avaient pas le droit de vote. C’etait il y a 150 ans

        4. Tartempion
          Je suis militaire et je sais bien mieux que vous nos problèmes, par contre, a la différence de vous, je connais également ceux des autres et qui me font relativiser ceux des nôtres.
          Votre problème, c’est un vrai problème, c’est votre obsession a penser que nos problèmes sont des choses uniques au monde.Vous dîtes toujours mon cher gloubiboulga, que la France ceci et la France cela, mais ce n’est pas juste la France, ce qui vous fait dire cela, c’est juste par ce que vous ne faîtes que consulter internet et des blogs ou référence française, mais cela ne veut pas dire que c’est unique chez nous, mais juste que les médias français et blog français spécialisés de la défense, parlent de nos problèmes, même les plus petits, mais ne parlent pas suffisamment de ceux des autres, ou du moins, on reste juste sur les grandes lignes.
          Alors pour des personnes comme vous, qui n’avez qu’internet comme « expérience » militaire, ou vos recherches servent simplement a trouver tout ce qui va mal ou qui est scandaleux chez nous, tout en ignorant le reste du monde, il est certain qu’a la longue, on finit par penser que tout va mal, uniquement chez nous et que l’on s’interroge sur ce qui fait une grande armée.
          .
          Mais prenons la première armée mondiale, faut-il que je parle de leurs programmes militaire à problèmes? Faut-il rappeler le nombre de morts qu’ils ont subis en Irak a cause du humvee et qui vous fera très vite relativiser le VAB?
          Faut-il que je parle des problèmes de leurs navires? vous pensez qu’ils n’en ont pas?
          Vous voulez qu’on parle de programmes aérien comme le V-22 Osprey?
          Voulez vous qu’on parle de leur missile javelin qui n’arrêtent pas de merder? Voulez vous qu’on parle du récent scandale avec leurs casques?
          .
          Dois t-on parler de l’armée russe? entre les sous marin qui coulent, les avions et bateaux qui rouillent? Dois t-on considérer ce pays comme la 3e puissance militaire alors qu’on voit en Libye qu’elle balance des bombes comme dans les années 80? Faut-il remettre son rang en question devant le fait qu’ils viennent il y a quelques années seulement d’abandonner des bandes pour les pieds pour des chaussettes? Faut-il déclasser son rang en raison du fait que de nombreuses bases ne disposent même pas de douches (en Russie)? Lorsque leur porte avion se fait escorter par des remorqueurs, c’est digne de la 3e puissance mondiale? Les soldats russes qui découvrent à peine le gilet pare balle et qui se faisait transporter sur les toits des blindés car l’intérieur est si restreint, c’est sans doute un bon choix? Que dire de leur nouveau char qui tombe en panne lors d’une parade? que dire de leur avion de 5e gen dont le moteur prend feu? Non mais chez eux il n’y a rien à dire?
          On pourrait parler du fusil d’assaut anglais L85, inadapté au gaucher, qui a séduit encore moins de monde que le FAMAS, mais non, c’est ce dernier qui est de la merde, juste par ce qu’il est français.On pourrait parler du fusil allemand qui tire de travers quand il chauffe, mais non, ce n’est pas un problème car il n’est pas français.
          Mais je peux également parler des indiens si vous voulez? voir des chinois?
          parlez moi un peu d’eux voulez vous? Malheureusement vous n’y connaissez rien, il n’y a que les problèmes français que vous connaissez et que vous pensez être « exceptionnels ».
          Arrêtez donc d’agir ainsi, votre attitude si hostile et si critique envers la France n’est pas une preuve de patriotisme ou de volonté d’améliorer les choses, ce sont des attaques qui deviennent douteuses sur l’individu que vous êtes.

        5. @ tartempion
          « Si l’armée française est qualifiée de grande muette cela ne doit pas seulement tenir au hasard »…
          Mouais, avec ce type de réflexion, qui commence à dater d’ailleurs, on peut savoir tout de suite que tu n’as pas du sortir beaucoup de ton trou et avoir eu de contact avec des militaires étrangers, sinon, tu saurais que des problèmes dans les armées il y en a…partout !…
          Sinon, tu arrives à t’y retrouver dans le comptage des paires de chaussettes ?… Non, parce que vu le temps que tu passes à poster des conneries, on voit que tu n’es pas débordé … 😉

        6. @malikou:
          @Elmin:
          @Maotchao:
          @Alpha:
          .
          Merci de vos réponses à ces nouvelles provocations gratuites de ce cher Tartempion.
          .
          @Tartempion:
          .
          mon cher Tartempion,
          j’ajoute quelques précisions concernant le FAMAS :
          .
          – Celui-ci a été exporté dans une douzaine de pays dont notamment la Corée du Sud, l’Indonésie et les EAU.
          .
          – Le FAMAS est également produit en Croatie par la société « Višenamjenska Hrvatska Strojnica », sous la désignation VHS-1, fusil duquel est aujourd’hui dérivé le VHS-2, également proposé comme prétendant au programme AIF.

    2. Arrêtez de dire des conneries sur le Leclerc au kosovo!!!!
      Avez vous seulement servit sur ce matériel , avez vous simplement été déployé au Kosovo !
      Mon char au Kosovo ( en 2001-2002) n’est jamais tombé en panne !!
      Sur le peloton, 1 seul a eu un incendie moteur et un autre a dechenillé sur à une erreur de l’équipage .
      Alors stop au french bashing.
      De plus pour le tigre, il y a un post ( un blog de défense dont je ne me souviens plus du nom) disait que c’était le partenaire australien qui fabriquait sous licence les cockpits qui n’était pas à la hauteur

    3. La ligne Maginot, c’était pas si mal vu que les Allemands l’ont contournée.
      En 40, la défaite n’est pas causée par la ligne Maginot qui a joué son rôle, mais par nos généraux (encore) en retard d’une guerre, comme en 1870 et comme en 1914.
      Rendons à César…

      1. Oui, encore que les hommes politiques de la III°, le climat pacifiste d’une bonne partie de cette classe politique (qui se retrouveront pour bcp dans la collaboration), n’a pas arrangé les choses.

        « Faites sauter la ligne Maginot » : livre très intéressant qui montre que toute l’armée française n’a pas flanché en 40. De nombreux ouvrages restent visitables en Alsace-Moselle (Simserhof, Limberg etc.), entretenus par des passionnés : à ne pas rater, c’est extrêmement impressionnant.

    4. C’est joliment dit. Pour autant, il est si facile de se procurer des infos que l’on se demande bien ce qui freinerait le petit monde des spécialistes en la matière, de s’en emparer et de nous en informer. Et c’est là, à mon humble avis, que le bât blesse. La presse anglophone ne se gêne pas pour critiquer tel ou tel programme, y compris national, en se servant justement de ces rapports issus des parlements ou des forces armées afin d’étayer leurs dires, ce qui ne se pratique que très difficilement chez nous. La concurrence entre les fabricants nationaux, surtout américains, qui s’étripent sans complexe, y fait aussi pour beaucoup.
      Il n’y a rien de plus faux que de qualifier l’armée française de grande muette, ce serait plutôt une grande bavarde en l’occurrence , mais faut-il encore bien ouvrir nos oreilles à ses préoccupations.

  13. Ce qui est curieux, c’est que la France a engagé ses Tigres aussi bien en Afghanistan qu’au Mali sans connaitre les problèmes dénoncés par le MoD australien. Je pense plutôt qu’on est confronté au problème insoluble (à mon avis) qui impacte tous les matériels de défense depuis une trentaine d’années (fin de la guerre froide) : des programmes de plus en plus coûteux, pour produire de moins en moins d’exemplaires. On essaie de compenser par une sophistication accrue, le but étant de dire qu’un matériel nouveau est censé être aussi performant que 2, ou 3, ou 4… matériels anciens.
    En réalité, ça coûte effroyablement plus cher, aussi bien en dépenses de développement, qu’en coût d’entretien à terme. On en revient toujours au même problème : à quoi bon acheter quelques hélicoptères à 35 millions d’euros pièce s’il peuvent être facilement détruits par un missile chinois mille fois moins cher ? Et la question se pose d’ailleurs aussi pour les porte-avions géants américains par exemple… Je pense que tôt ou tard, nos armées modernes seront confrontées de plein fouet à ce dilemne.

    1. Ce n’est pas qu’en matériel de défense mais dans beaucoup d’industrie, il faut de plus en plus de capital pour développer les nouveaux produits.

      Il y a un problème, si vous ne suivez pas le rythme, vos appareils ne pourront lutter contre leurs équivalents derniers cris.

      A quoi ont servi les Mig-29 en ex-Yougoslavie ? En Irak ? …

      Pour les hélicos, les frégates … en général ça demande aussi moins de personnes pour faire le même boulot ce qui permet de compenser les réductions d’effectifs …

      Pour ce qui est de la France et l’Europe en général, contrairement aux USA, ils ont évité le « surtechnologisme ».

    2. ..plus çà va plus la FRANCE a une armée de rabougri de toutes façons …donc dire que 6 hélicos font le boulot de plusieurs m’a toujours fait marrer …la masse est toujours bienvenu au final ….c’est surtout que faire moins de Nombre pour faire le boulot de 6 ,quand tu perd un hélico tu perd la moitié d’une flottille en terme de marine ,(je connait pas l’ALAT et leur NB d’aéronefs par escadron ou détachement )!
      Mais nous la marine c’est en gros 12 avions par unités quand j’ai quitté .on finit par avoir un porte avions avec à peine 20 avions dessus alors qu’il est plus grand et plkus spacieux que les Foch et Clemenceau ,à la mission Saphir de 1977 on avait réussit à caser plus de 50 avions dans le PA Clem ,et on avait deux super Frelon (gros hélico )2 alouette pour Pedro ,plus les 4 barcasse de bosco (baleinières )plus la Grue de Crash ,plus tous les tracteurs de pont ,et quelques élévateurs ,pas mal aussi de de bancs mobile hudraulique et electrique de secours ,des léssiveuses avions ,bref tous le matos peint en jaune qui sert au départ ou à l' »arrivée des avions dans les hangars ou sur le pont ,des chariot bouteilles d’air ,azote ,oxygéne gazeux et liquide c’est pas des petits matos roulant ces trucs là que tu peut tenir à la main …des matériels de ravitaillements en plus ,on avait réussit à tout caser et à partir ….quand je vois le Charles de gaule pas pouvoir embarqué plus de 20 avions je rigole quoi !
      le Charles en serrant bien je suis sur qu’on y met plus de 60 avions !
      perdre des avions à la guerre ou en conflit régional ,on perd une plate forme ,elle fait le boulot de 6 on s’en fout de çà ….on a perdu le boulot de 6 ,c’est pour çà que je suis pas partisan de ces réductions d’effectifs et de matériels ..bientôt on ne pourra même plus délivrer la CORSE si on continue

  14. Bonjour, je travaille chez AH a Marignane, je ne suis pas sur le tigre mais suis en contact avec des personnes qui elles travaillent dessus. Des retours que j’ai c’est que l’ALAT en est entièrement satisfaite, les allemands aussi (pour une fois …) et ça ne serait que chez les Australiens que ca decinne, j’y crois moyen quand même. Il y a sûrement comme sur n’importe quel aéronef des soucis mais le trait est bien grossi pour permettre une sortie de service sans remous politique voilà la vérité, quelques hauts placés qui ont peur pour leur poste comme toujours, comme partout.

  15. Personne ne fait le lien avec la grosse campagne de décrédibilisation contre la France avec l’affaire des Scorpène?

    1. Oui et non, les soucis du Tigre australien ont commencé avant que le Scorpène soit sélectionné.
      D’autant plus que ce qui est reproché à DCNS (une certaine légèreté dans la sécurité de l’information) est différent de ce qui est reproché à Airbus H (une machine ne répondant pas au cahier des charges). Sans compter que le Tigre étant européen, voire franco-allemand, TKMS serait égratigné de la même manière !

      1. @ Marine
        @ ananas
        Pour l’Australie, c’est le Barracuda Shortfin de DCNS qui a été sélectionné, pas le Scorpène, ce dernier étant concerné par l’affaire d’espionnage… Les deux bateaux noirs n’ont strictement rien à voir … 😉

  16. @ Bendel34
    .
     » … retours que j’ai c’est que l’ALAT en est entièrement satisfaite, les allemands aussi (pour… »
    .
    1) Merci pour cette info ; un adage résume bien cette pratique courante de dévalorisation prononcée :  » quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage !… ».
    .
    2) Comme deux autres intervenants précédemment, je vous pose cette question : En toute objectivité, serait il financièrement opportun pour l’armée française de racheter progressivement cette flotte australienne, et la faire rénover chez Airbus H., plutôt que d’acheter directement des machines neuves ?

    1. Bonjour lechavenois,
      .
      Si l’ALAT y trouve son compte, ce pourrait même être un argument pour d’autres négociations politiques et commerciales en cours !

      1. @marine
        .
        « ….même être un argument pour d’autres négociations politiques et commerciales en cours !… »
        .
        Des « négociations en cours » ? Seriez-vous détenteur (trice) d’informations que nous n’aurions pas et pouvant êtres divulguées ici ?
        .

        1. Rien de secret, je pensais aux Scorpène et plus globalement à la coopération entre les marine française et australienne. SI et seulement SI l’ALAT y trouve son compte, racheter les hélicoptères (et les pièces détachées) à titre exceptionnel pourrait peut-être faire oublier dans la presse les récents déboires de DCNS ?

    2. Ce n’est pas certain car l’ALAT est en train de transformer sa flotte de HAP en HAD, or les australiens ont leurs propres standards. Si effectivement ils veulent s’en debarasser et donc pret a les lacher pour « pas cher » c’est interessant mais cela suppose de reduire les commandes che AH et donc d’avoir des penalites etc ..
      Pas si simple donc et je doute que personne ici ne puisse donner un avis reellement eclairé.

      1. @Elmin
        .
        « …interessant mais cela suppose de reduire les commandes che AH et donc d’avoir des penalites etc .. »
        .
        J’imaginais qu’acquérir des Tigres à moindres coûts tout en étant rénovés aux standards français actuels permettrait, peut être, d’accélérer la mise en place avec Airbus H. du programme tant attendu, HIL ( Hélicoptère Interarmées Léger ) …, le tout en négociant les pénalités pour les Tigres non-livrés….
        .

      2. @Elmin:
        Le standard ARH du Tigre australien aura directement inspiré le standard HAD franco-espagnol…

  17. Et l’Apache ancienne génération qui tombait de lui-même en raison d’une sous motorisation heureusement ça a été corrigé ça vous parle ?

    1. @ sentinelle

      Minute papillon, on parle quand même des premiers Apaches dans les années 80 par contre .. ça n’a plus rien à voir, depuis la guerre du Golf et les excellents résultats de l’Apache dans le désert à l’époque, plus jamais on à entendu parlé de tels problèmes .. De mémoire du moins ..

      1. De mémoire, en 2000, l’ensemble de la flotte Apache a été clouée au sol pour des problèmes d’attaches des pales.
        Auparavant, pendant la guerre du Golfe, les Apaches ont connu le succès indiscutable que l’on sait. Mais ils étaient à l’aise dans les grandes étendues désertiques. A contrario, pendant leur engagement en ex-Yougoslavie, les déconvenues se sont succèdées, et la flotte présente est consignée au sol pendant deux semaines pour révision complète. Le major-général Dick Cody, commandant de la 101ème Division aéroportée, adressera d’ailleurs au chef d’état-major de l’US Army un mémo très critique dans lequel il dénonce le manque d’entraînement des équipages et les problèmes techniques rencontrés.

        1. @ Alpha
          @ Fralipolipi

          J’évoquais principalement le défaut de motorisation qu’à connu l’Apache à ses débuts qui était comme sentinelle l’a évoqué « Qui tombait du ciel en raison d’une sous-motorisation »
          .
          @ Fralipolipi
          .
          Merci pour ce lien, je n’avais jamais entendu parlé de ce genre de mission sauvetage/dépannage par les Chinooks sur des hélicos 🙂 Je précise que je n’ai pas non plus affirmé que l’Apache n’avais ses petits problèmes, mais le défaut évoqué par sentinelle est disons beaucoup plus grave est plus d’actualité depuis longtemps. L’Apache en comparaison, à connu des débuts bien pire que le F-35, c’était vraiment une catastrophe volante et en service en plus.. comme quoi les choses peuvent changé si on place les dollars comme il faut.

  18. Sur le marché de l’armement, il n’y a pas que des copains, mais aussi de vrais coquins prêts à toutes les vacheries pour remporter les commandes. Pas de naïveté donc dans ce domaine; On peut tout de même se demander à quoi servent les chargés de com : c’est leur métier que de dénoncer les coups de bourre avec des arguments qui tiennent la route évidemment. Même nos chers et proches alliés ne sont pas en reste. Pourquoi des réactions lentes, parfois peu convaincantes ? Nous aussi en réalité, nous savons faire dans ce domaine ; nous aussi nous espionnons. Nous ne serions dit-on pas si mauvais.

  19. Le papillon Sentinelle a écrit « heureusement ça a été corrigé ». Il est donc bien d’accord avec vous.

  20. Si vraiment le coeur du pb est logistique (manque de dispo de pièces détachées), c’est effectivement inadmissible – le reste semble relever de l’anecdote. On parle d’une plateforme militaire tout de même, avec tous les enjeux gravissimes susceptibles d’être impliqués.

    Ensuite les Australiens voulaient faire du sur-mesure avec cet hélico, chose qui aurait été très compliquée avec des fournisseurs US ; il faut ensuite assumer ce genre de choix par rapport à ce qui est dispo sur étagère (donc plus standard, donc plus facilement maintenable, donc moins coûteux etc.)

Les commentaires sont fermés.